La traversée du Nord Thaïlande

8 étapes
16 commentaires
20
Visite des incontournables du Nord Thaïlande, de Chiang Mai à Chiang Rai et découverte du mythique Mékong.
Du 18 janvier au 11 février 2017
25 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Une fois les formalités terminées du côté birman à Myawaddy, c'est à dire payer la taxe de 3$ par jour supplémentaire, faire une photocopie de nos passeport, 2 coups de tampons et une photo: on passe côté thailandais !

On traverse à pied le pont enjambant la rivière Moei et on arrive à Mae sot. C'est reparti pour formulaires, photos, tampons et nous voilà en Thaïlande (again) !

On sympathise rapidement avec Francesca une italienne, qui prends avec nous un songthaew collectif (mini bus avec bancs en bois de chaque côté) en direction du centre de Mae sot, près du marché, et de là pile poil à l'heure on saute tous ensemble dans un minibus direction Sukhothai.

Première vue de old Sukhothai traversé par le bus 

Dans le bus on fait alors la connaissance de Margaud et cyrille, couple de Francais, qui font un trip en Asie et au retour entammeront un tour de France en van ! On se retrouve du coup tout les 5 largués à la gare de bus de Sukhothai, sans envie de payer le taxi et nous sans savoir où l'on va dormir... pas de problème on rallie tous ensemble le centre de New Sukhothai à pied et on se trouve une chambre dans la même auberge qu'eux (pas aventureux... 😋) et on ira dîner à 4 ! (Francesca cherche une place en auberge de jeunesse...)

Le matin suivant on lutte pour démarrer car Aymeric est toujours chiffon, carpette... un ptit coup de songthaews bleus (arrêt de bus à repérer le long du boulevard principal), on arrive 14 km plus tard à old sukhothai, le but de notre venue ici !

Bon vous me direz quelle est l'utilité de s'arrêter à Sukhothai ? Alors un (poil) d'histoire: première capitale de l'empire Siam (royaume thaïlandais ) fondée en 1238, elle a su mettre fin au règne de l'empire Khmers et être indépendante jusqu'en 1250.

Bon après ca se corse, c'est au tour des Mongols d'annexer les pays voisins et de saccager la cité de Bagan (visitée en Birmanie ), du coup Sukhothai se déclare leur vassals (malins...) et deviendra plus tard annexée au royaume d'Ayutthaya (autre ancienne cité royale à visiter au Nord de Bangkok).

Le but de cette explication (oui, ca vient...) c'est que la cité possède de très nombreux temples en latérite et en brique (car non détruit par les Mongols cqfd...). De nombreux édifices ont disparus, il reste néanmoins de beaux vestiges qui ont été relevés pour la plupart à l'intérieur d'un rempart encerclé de douves.

Elle est donc classée au patrimoine mondial de l'unesco depuis 1991 (car contrairement à Bagan il ne font pas n'importe quoi pour sa restauration) et est un des plus beaux sites archéologiques de Thaïlande.

L'endroit est très agréable pour déambuler, entre étangs, prairies et temples de différents styles. Les plans d'eaux recouverts de nénuphars permettent de belles photos.

Certains temples sont magnifiques, on apprécie beaucoup le Wat Si Sawaï, de style khmer-lopburi.

Bon tu peux louer un velo aussi si tu veux aller plus vite ! On croisera d'ailleurs notre italienne cheveux au vent... On fait un dernier petit tour au soleil couchant puis on se dirige vers la sortie.

Et manifestement une grande fête se prépare il y a foule de thaïs vêtus en noir, procession, concerts et stands de nourriture !

On apprendra qu'ils célèbrent un bouddha noir très connu au sein des temples, représentant un ancien monarque, conjointement avec les festivités entourant le décès de leur précédent roi...

Comme on ne veux pas rater le dernier départ de transport collectif on file à l'entrée principale pour 17h30 sans avoir eu le temps de visiter la partie Nord. Et retour à new Sukhothai pour la soirée... dommage la fête avait l'air d'être belle mais le lendemain on part tôt pour Chiang mai !


- Songthaew collectif de la frontière au centre de Mae sot: 20 baths/pers (0,5€)

- Bus Mae sot (près du marché) à Sukhothai: 133 baths (3,5€)

- Hotel Garden, bungalow privatif avec SDB: 350 baths (9,3€)

- songthaews bleus de new à old Sukhothai: 30 baths (0,8€)

- tuk tuk New Sukhotai à la station de bus: 50 baths (1,35€)

- Bus Sukhothai à Chiang mai: 214 baths (5,70€)

2

Troisième ville de Thaïlande "la rose du Nord" est une des villes les plus prisée de Thaïlande. Donc qui veut dire touristique car il y a tellement à faire à ses alentours ! Ça fait juste bizarre en venant de Birmanie de voir autant de blancs et surtout de français...

Elle est la capitale culturelle du nord de la Thaïlande, située à un carrefour de la route de la soie, ce qui a permis à son artisanat de se développer.

En y étant bloqués pendant 9j on a su énormément l'apprécier... Et oui, Aymeric ayant peur que le travail d'infirmière ne manque à Maëlle, la visite a commencé par l'hôpital Ram suite à une infection intestinale très résistante... du coup la première semaine s'est faite à un rythme bien tranquille.

Vieille ville

Ville fortifiée en son centre par des remparts et des douves (érigés en 1296 par le roi Mengrai et qui ont su la protéger des invasions Birmanes), on compte pas moins de 30 temples rien qu'au sein de la vieille ville et 350 pour l'ensemble de la ville !

En haut à gauche un Songthaew jaune 

On a passé du temps à longer les murailles et à déambuler au sein de ses grosses artères remplies de boutiques, cafés et agences de trek. Puis, se perdre avec délices dans des petits edens cachés. En effet, il est facile de trouver des petites ruelles peu passantes regorgeant de fleurs et de street art (en plus on est fou de ça !)

Pour le plaisir voici une sélection du street art à Chiang mai, difficile de choisir lesquelles car il y en avait tellement !

Les templessssssss

Sous le soleil qui tape fort il est de bon ton de faire escale dans quelques monastères paisibles afin de se ressourcer !

Puis de s'émerveiller devant la diversités des édifices et pagodes, pour la plupart étincelants et colorés...

Notamment un des plus grand et renommé: le wat phra singh. Il est habité par pas moins de 700 moines !

Wat Phra singh de jour 

Un autre incontournable est le temple de Wat chiang man, plus ancien de tous, qui fut érigé en 1306 à la fondation de la ville. Quinze éléphants entourent le chédi central qui contiendrait des cheveux de bouddha.

Wat chiang man 

Certains moins connus, attirent l'attention notamment un édifice noir profond contrastant avec l'éclat intérieur.

Quelques uns sont en bois, finement décorés de motifs et peintures murales.

Ou cachés au creux d'eden de verdure et alors se mêlent pagodes anciennes et temples récents...

Les marchés

Pour agrémenter nos soirées on décide de se faire un petit bain de foule... puis une visite de Chiang mai ne serait pas complète sans ses marchés !

Après une visite du Wat Sri Suphan, magnifique temple en argent étincelant, qui change de couleur au gré des illuminations, nous voilà dans le saturday night market, situé au Sud de la ville. Rassemblant majoritairement de l'artisanat local et des stands de street food (ça fait du bien de ne pas voir que du made in china).

Wat sri suphan 

Le lendemain c'est partit pour le sunday night market ! Avant, on rassemble notre courage en flanant autour du temple Phra singh spectaculaire à la nuit tombée et entouré de braseros et de vapeurs d'encens.

Ressemblant à celui de la veille, celui ci est beaucoup plus étendu ! Ils ferment à la circulation le boulevard rachadamnoen dans toute la largeur de la vieille ville donc un peu plus d'un kilomètre de long sans compter les ruelles adjacentes 😅 ça fait mal au pieds... Ce marché est une institution même pour les locaux qui sont présents en nombre, les touristes se retrouvent noyés dans la masse, tant mieux.

Quartier Nimman et université

Bon par la suite on a envie de s'éloigner du carré central et de manger... une bonne pizza ! Pour la guérison d'aymeric bien sûr... 😉

Situé entre la vieille ville et l'université se trouve le quartier branché de Nimmanhaemmin. Quartier où les jeunes Thaïs sortent et font la fête, un repère à hipsters ! Néanmoins quartier très sympa, fleuri, on a l'impression d'être dans un mix de soho New Yorkais et bobo Parisien.

Et cerise sur le gateau: la meilleure pizza végétarienne que Maëlle ai jamais mangé ! (Ok on est en cure aussi...). Et re bonus en repartant on tombe sur un parking plein de street art 🤗

Le lendemain on décide de filer plein Ouest, retraverser Nimman, vers l'université.

Ville estudiantine par excellence avec plus de 25 000 étudiants, l'université englobe une énorme zone. Véritable petite ville en elle même avec ses transports en commun électriques, supermarchés, parcs... mais assez calme et reposante. On flane jusqu'à un point de vue au bord d'un lac face aux pieds de la montagne Doi suthep. On y verra de nombreux diplômés s'y faire photographier !

Night bazaar et quartier Chinois

Bon maintenant ne reste plus que le fameux quartier de l'Est. Après avoir passé la Tha phae gate (porte plus connue et conservée des remparts), se situe le quartier du night bazaar. Il est bordé par la rivière Ping qui est un affluent du chao phraya (coulant à Bangkok) et est bien connu pour son ambiance backpackers et ses marchés.

De nombreux bars et resto sympa bordent d'ailleurs la rivière où tu peux t'affaler en sirotant un verre 😉. Puis une fois rassenérés on a eu le choix niveau marchés: le marché aux fleurs, le Warorot market local et bien évidemment le night bazaar ! Sorte de grand marché qui a lieu tout les soirs.

Chinese new year

Quelques jours après on retourne au Warorot market pour célébrer le nouvel an chinois.

Sur une grande estrade on a droit à spectacle de danse, défilés de mini miss et mister et même un cracheur de feu, avaleur de sabre, tordeur d'acier... l'ambiance est impressionnante animée par deux jeunes femmes très bavardes !

Puis on déambule dans la foule au milieu des centaines d'étals de nourriture, avant de prendre un peu de hauteur pour déguster nos achats.

Après ces 9 jours "statiques" au même endroit et malgré l'ambiance relaxante de la ville, on piaffe ! Donc on loue un scooter pour aller visiter les environs proches.

Et pour finir, pour votre karma voici une sélection de mantras aperçus dans la ville...

Minute zen 


- songthaews pour 5 personnes de la station de bus à chacun de nos hotels: 50 baths/pers (1,30€)

- Hotel garden rose (première nuit n'avait plus de place par la suite) situé au nord ouest de la vieille ville, très correct: 410 baths (11€)

- Hotel lyceum home, très grande chambre avec SDB, frigo, snack au rdc: 650 baths/nuit (17,40€)

- songthaews rouges dans le centre-ville: 30 baths/pers (0,80€)

3

Wat umong

Juste aux pieds de Doi suthep, derrière l'université, se trouve ce temple caché dans la forêt. Assez étendu il comprend différents édifices bordés par un étang, notamment un petit tunnel sous la colline et quelques tête de bouddhas à terre. Les moines résident dans de petites habitations disséminées dans la forêt. On ne s'y attardera pas pour poursuivre vers la montagne.

Doi suthep

Le Doi suthep est la montagne la plus proche de Chiang mai, 16km au Nord ouest de la ville plus précisément... Culminant à 1676m, en plus d'un air frais, elle recèle quelques pépites !

Premier arrêt sur la route sinueuse, le temple Wat pha lad. Véritable éden perdu au milieu de la jungle où le temps semble s'être arrêté...

On passe un bon moment dans le silence (qui est de mise car lieu de méditation) seulement troublé par le murmure de la cascade. Les statues sont toutes plus belles et expressives les unes que les autres et parées de nombreux bijoux.

On poursuit l'ascension, grâce à notre scooter (125cm3 pour supporter la montée) en doublant quelques cyclistes bien courageux.

Après une portion de route étroite parsemée de trous et de bosses on se retrouve sur le Doi pui (autre mont dans la continuité du Doi suthep culminant à 1685 m) et lieu de vie des tribus Hmongs.

La forêt devient plus dense, on a l'impression de s'enfoncer dans une jungle inconnue quand tout à coup on débouche au milieu d'une belle vallée drapée de cerisiers d'ornement en fleurs (ou sakura). Magnifique ! On a de la chance la floraison n'a lieu qu'en décembre et janvier...

Puis nous voilà dans le village Hmong de Ban kunsangkeyn.

Les hmongs sont le groupe tribal le plus important après les Karens, vivant principalement dans les montagnes du Nord, ils sont vêtus d'habits très colorés et sont d'habiles orfèvres.

Autre spécificité locale: les plantations de café ! On en fera d'ailleurs une délicieuse dégustation...

À la redescente (de nouveau Doi suthep...) on s'arrête au temple le plus connu de Chiang mai et lieu de pèlerinage de nombreux thaïs, le Wat phra tat doi suthep.

Après avoir payé les 30 baths de droit d'entrée, tu as le droit de gravir les 306 marches, encadrées par Naga le serpent mythologique, pour accéder à la pagode (les plus flemmards prendront le funiculaire payant...).

La légende de la création de ce temple remonterai à 1383, et aurait été établi (en bref) après qu'un éléphant blanc transportant sur son dos une relique de bouddha soit mort à cet endroit...

Le lieu est magnifique, étincelant d'or comme d'habitude et avec une statue de bouddha en emeraude. De nombreux fidèles font une procession autour de la pagode en tenant des gerbes de fleurs.

Autre bonus du temple: une vue à tomber sur la ville de Chiang mai !

A la nuit tombée on s'arrêtera au bord de route pour la re photographier de nuit (on en a jamais assez !).


- Location scooter 125cm3 à la semaine: 1100 baths chez Chiang mai scooter rental, scooter en excellente condition et très bon prix.

- Entrée Wat phra tat doi suthep: 30 baths/pers

4

Ban bosang le village aux ombrelles

La confection d'ombrelles étant très réputée à Chiang mai, on décide aujourd'hui d'aller vers l'Est et donc faire un tour dans ce village d'artisans. A l'entrée se situe le Handicraft center, lieu de fabrique et de démonstration des étapes de confection. On y verra majoritairement des femmes qui nous expliqueront fièrement leur travail. Une nous montre comment elle écrase l'écorce de bois de murier pour en faire de la pulpe, et à partir de la mixture obtenue réalise des feuilles de papier fin après trempage, tout ça à la main.

Plus loin il y a l'atelier des mamies déposant les toiles sur la structure et dans la foulée la peinture. Aujourd'hui c'est couleur unie. Mais certaines sont magnifiques avec une finesse de trait impressionnante et des motifs très variés, d'ethnique à Mexicain, clairement fait pour les touristes.

A droite Aymeric est emballé par des motifs tête de mort  

Au centre se situe bien évidemment un magasin d'ombrelles, on y fait rapidement un tour mais c'est bien entendu trop encombrant et fragile à rajouter dans nos sacs ! (Comme souvent on est pas de bons clients). On part ensuite pour le village, mais mis à part des dizaines d'ombrelles suspendues en guise de porte d'entrée, on ne verra rien d'exceptionel à première vue, donc on ne s'attarde pas.

A gauche atelier peinture original  

La grotte muang on

Ça grimpe pour arriver au parking (payant comme souvent) et encore un peu à pieds pour arriver à l'entrée de la grotte. Puis on s'engouffre et contrairement à d'autres grottes, il fait chaud, de plus en plus au fur et à mesure qu'on s'enfonce. La frontale est la bienvenue, l'éclairage est sommaire, mais au pire un vieux monsieur loue des lampes à l'entrée. Les escaliers en béton que l'on emprunte, en plus d'être bien raides, sont aussi bas de plafond que possible.

Arrivés au dernier niveau on comprend pourquoi. Ils on été construits directement sur leurs ancêtres en bois ! Et vu la hauteur des escaliers, on est bien contents de la visiter en 2560 (année thaï 😉) et pas quelques années plus tôt. Bien entendu il y a un buddha en bas, mais aussi un énorme stalagmite brillant et presque parfaitement rond qui semble faire office d'autel. Le tour est vite fait, la grotte n'est pas immense et vu la chaleur moite on a pas envie de s'éterniser non plus, on remonte à la surface. On aura fait notre quota de marches en une seule visite !

A droite les escaliers colorés menant à la grotte et leur pensionnaire. 

Les sources d'eau chaude Sankampaeng

On s'acquitte des droit d'entrée et direction le restaurant, il fait faim ! De notre terrasse on observe les jardins et l'entrée de certains bassins couverts payants. Mais vu qu'on a déjà pas froid dehors, on se contentera de se promener le long de la rivière chaude aménagée. L'endroit est paisible et de nombreux locaux y viennent pour pique-niquer.

Plus on remonte le long du courant, plus il devient chaud, jusqu'à arriver à la source en elle même. Des bassins à 105° l'entoure et les thais viennent y plonger des oeufs achetés sur place, il y a même les temps de cuisson ! On s'octroie une bonne pause relaxante à l'ombre avec les pieds qui barbotent. On rentrera sur Chiang Mai au soleil couchant.

Mae Sa Valley

Avant d'attaquer une grande boucle de plusieurs jours en scooter au Nord de Chiang mai, on décide d'aller visiter Mae Sa valley à la journée et ainsi s'entraîner sur les routes tortueuses. Il faut dire que sur les routes de montagnes, les thailandais n'ont pas l'air très à l'aise et même en se trainant dans les belles côtes avec notre 125cm3 on rattrapera la plus part des voitures qui nous ont doublées en fond de vallée en seulement quelques virages...

A noter aussi que puisqu'ils ne savent pas tous bien tourner leur volant, ils coupent les virages bien comme il faut, ils doublent n'importe quand, même en plein virage😨. Il faut donc garder les deux yeux bien ouverts. Heureusement qu'ils ne roulent pas trop vite en moyenne et relativement relax. De toute façon c'est bien moins la folie qu'en Birmanie ! Aymeric prend ses marques, ça penche dans les virages. Maelle ne dit pas grand chose mais il lui faudra un petit temps avant d'être à l'aise.

La route 1096 serpente entre rizières, végétation dense et plantations de fraises. De nombreux étals bordent la voie et on s'arrêtera les goûters: délicieuses !

Mon Cham

Une bifurcation et une sacrée côte plus tard, on s'arrête au point de vue dominant ce petit hameau perché sur la colline. Une plantation d'iris odorants et de fleurs multicolores sur lesquelles s'agitent de nombreux papillons blancs, en premier plan, d'un panorama sur la vallée et les montagnes: bon y a pire comme endroit 😉. Pour ajouter au cadre bucolique, quelques enfants en tenue traditionnelle sont assis face à nous.

Avant de redescendre en fond de vallée on rejoint un autre point de vue sur un sommet tout proche. On fera de nombreux arrêts photos et rebelotte on tombe sur une troupe de jeunes filles mangeant des glaces et se chamaillant dos aux montagnes.

Queen Sirikit garden

En redescendant on s'arrete visiter l'immense jardin botanique de la vallée de Mae Sa, il s'étend sur 227 hectares et a été créé en l'honneur de la reine mère. Il comprend de nombreuses plantations et chemins permettant de les traverser. On commence par une petite marche à tavers l'avenue des bananiers où on peut voir plusieurs centaines d'espèces, pas facile de les différencier mais l'endroit est joli, entre plantations ordonnées et jungle épaisse.

Le complexe est situé sur un flanc de montagne et plus haut on s'arrêtera à une des attractions principale, une marche à hauteur de canopée sur un ensemble de pont métalliques. On a d'ici un belle vue sous un angle original de la forêt environnante.

Plus proche du sommet encore se trouvent les énorme serres en verre. Certaines sont dédiées à une seule espèce: orchidée, cactus, lotus et nénuphars. Une autre, la plus grande, reproduit une partie de l'écosystème de la jungle locale.

On passera un bon moment à déambuler entre les bacs remplis de fleur de lotus et les cactus en fleur en admirant les magnifiques spécimens de toutes les couleurs pour essayer d'en capturer les plus beaux.

À la redescente, bien raide comme souvent ici, on fait une pause au bord d'une belle cascade toujours dans l'enceinte du parc. Puis vient le temps de retourner à la ville.

On en profitera pour visiter un des grand centre commerciaux de chiang mai, le Maya, et s'y trouver un restaurant Coréen. Aymeric est emballé par l'assiette servie sous forme de bento, même si la spécialité: le kimchi (du choux fermenté et acide est vraiment particulière 🤔). Maëlle elle n'est pas convincue et espère bien trouver mieux dans le pays d'ici quelques mois.

- Entrée Muang on cave: 30 baths/pers

- Entrée Sankamphaeng hot springs: 100 baths/pers

- Entrée Mae Sa Botanical garden : 200 baths /pers

5

Chiang mai à Pai: 130 km

Ça y est c'est parti pour THE loop ! On laisse un des gros sac à l'hôtel où l'on reviendra à la fin de la boucle et on emporte le sac d'Aymeric qui tortuera le dos de Maelle à l'arrière. Le petit sac trouvera sa place accroché entre les jambes d'Aymeric. Notre scooter a peu de place sous la selle, on y mettra à peine la trousse de toilette et nos polaires. Et oui même si on a bien chaud à Chiang mai, on sait que ça sera différent en altitude.

On attaque par la même route que la veille (la 107) direction le nord. Après 40 kilomètres de ligne droite, c'est le début des hostilités on bifurquent sur la 1095. Ça commence à monter doucement, et les lacets s'enchaînent, la route est excellente ! Il faut dire qu'avec 762 virages, la route semble être connue ! On croisera pas mal de motards étrangers venus avec leurs engins... c'est là qu'aymeric râle sur notre assurance voyage qui ne couvre que jusqu'au 125cm3...en même temps on fait des économies tout en profitant des paysages, et à part dans les très grosses montées, on est quand même pas trop à la traine.

On fera une première pause de bord de route pour prende un café bio maison et se dégourdir les fesses. Le sourire ne nous quitte pas, les paysages se transforment pour devenir plus à l'image de la jungle qu'on imaginait ici.

On fera de nombreuses pauses dès qu'un point de vue se profile. Plus haut les pinèdes refont leur apparitions, mais en bas de chaque vallée c'est la verdure: bananiers, palmiers et rizières. D'ailleurs sur la route on sent bien les différences de températures, on passe du froid au chaud très rapidement, on sortira même les polaires bien avant la fin de journée.

Peu avant d'arriver à Paï, on fait une petite pause au world war II bridge memorial qui ne date pas de cette époque mais vient de chiang mai pour remplacer l'original détruit pendant la guerre. Puis on se déleste du poids de nos affaires à la guesthouse du jour pour repartir visiter les environs.

Forcément on commence par le plus proche, un très joli point de vue dominant des plantations de thé qu'on gagne après avoir dépassé un temple au bord de l'eau et traversé un petit village chinois. Il faut se délester de 20bath/pers mais on a le droit à un excellent thé Oolong à déguster devant la vue, pas mal... et on empêche de justesse une anglaise outrée de trucider un pilote de drone qui casse le silence du lieu avec son engin 😉.

En revenant sur nos pas, on crapahute 5mn dans la jungle pour admirer la chute d'eau Pam bok (pas bien impressionnante à cette époque...), et plus loin un long pont en bambous. On a un premier aperçu des pistes thailandaises, c'est pas beaucoup mieux qu'en Birmanie de ce côté là, le dos va être mis à rude épreuve dès qu'on sort des routes principales.

Le soleil termine sa course, on file au Pai canyon, haut lieu pour le coucher de soleil donc blindé de monde ! Bon il ne faut pas s'attendre au grand canyon, mais la luminosité du soleil couchant frapant la terre rouge est assez sympa. Les plus aventureux (dont on ne fera pas partie) peuvent traverser de minces parapets pour en explorer tout les versants.

Comme bien souvent on fini la journée au Night market qui est un ode aux papilles, on est comme deux fous à slalommer entre les étals tellement l'offre est plus variée que d'habitude. Pai étant un ancien repaire à hippies, la nourriture est un peu plus occidentale et on finira par s'achèver avec des fallafels titanesques (chez Mama Falafel, facile).

Pai à Soppong: 40km

Après une visite au bouddha blanc local on prends la route de Soppong, bourgade située à 40 km. La route en lacet est toujours aussi belle et grimpe jusqu'à un col offrant un panorama dégagé sur les 2 vallées. On ne se restreint pas sur les arrêts vu la faible distance !

On est vite à Soppong et la première guesthouse à l'entrée du village sera la bonne. On est bien chanceux, notre nid douillet sera un petit bungalow en bois au bord d'une piscine !

Le village manquant d'intérêt, après s'être rechargés en victuailles au marché local, on file vers les grottes de Tham lod, situées à une dizaine de kilomètres. Bon au départ on est un peu rebutés par les 450 baths de droit d'entrée (pour un groupe de 1 à 3 personnes), mais elles les valent bien ! On suit notre guide sur un chemin caillouteux menant à l'entrée de la première grotte, là il allume sa lampe à pétrole et c'est parti pour la découverte.

On se sent comme des insectes vu l'immensité de la cavité, puis se succèdent ascensions et redescentes. A la lampe à pétrole ca fait bien plus explorateur qu'avec les néons habituels ! Bon on a le droit d'essayer de reconnaître plein de formes d'animaux (ou autres ) dans les roches qui nous entoure, c'est définitivement le crocodile et le téton qui seront les plus ressemblant 😂.

Pour accéder à la suite de la grotte, on effectue une traversée sur un radeau en bambou !! Des poissons énormes (bien nourris par les touristes) s'agitent autour de nous tandis que des nuées de chauves souris bruissent au dessus de nos têtes. Petit cadeau pour Aymeric: une belle fiente de chauve-souris sur son appareil photo ! Mouahhh

L'arrivée à la deuxième caverne est magnifique et rebelotte on grimpe par une échelle en bambou pour explorer d'autres cavités. En repartant Aymeric en pleine observation de stalagtites s'étale dans les fientes, décidément elles lui en veulent aujourd'hui ! Bon plus de peur que de mal et c'est bon pour la peau non ? Le radeau nous attends mais on préfère retourner au point de départ par voie terrestre, en faisant une boucle via la forêt, sinon tu repaye ! On fera une pause toilettage au bord de la riviere au milieu des sensitives.

On pensait faire une petite journée mais en regardant la carte, des villages situés à une trentaine de kilomètres on l'air bien sympathiques... Après une succession de chauds/froid (soleil rizières /ombre jungle...) et une belle grimpette on arrive à Ban jabo. Magnifique hameau rural perché, entouré de pics karstiques, juste wouahh ! Une plate-forme en bambou avec bancs intégrés domine l'abîme, pour en prendre plein les yeux c'est parfait !

Non loin, au creux de la vallée se situe Mae lana, plus peace que ça tu meures 😉 on fait un ptit tour de l'école, du monastère et des champs avant de s'en retourner. On est presque un peu déçu de ne pas avoir choisit un hébergement par ici pour ce soir...

Mais on a un challenge de taille, grâce à l'excellent blog novo monde, on savait qu'il serait possible d'avoir deux couchers de soleil en une seule soirée si on arrivait à trouver le bon endroit... mission acceptée et accomplie ! En bifurquant sur une petite route perpendiculaire à la 1095 ramenant sur Soppong, on se pose face au soleil couchant qui disparait derrière une montagne dominant les rizières.

Puis on réenfourche notre destrier pour continuer quelques kilomètres plus loin, et comme prévu, deuxième coucher de soleil ! L'endroit est très paisible pour finir cette journée. Entre les enfants se taquinant à la rentrée de l'école et le bruit de l'eau s'écoulant à travers champs: on est zeeenn...

Soppong à Mae hong son: 65km

La route jusqu'à Mae hong son est toujours aussi belle, on passe comme d'habitude un check point où il n'y a pas grand monde et pas mal de lacets où les poids lourds galèrent dans les descentes. Un monastère dominant rizières et cabanes de fermiers retiendra notre attention avant d'arriver.

Arrivés dans la ville, on tourne un peu pour trouver de la place dans une petite gesthouse au bord du lac et pour 200 baths (5,4€) ! On repars vite dans la nature alentour, vers Su tong pae bridge, qui est je vous le donne en mille: un pont en bambou ! Long de 500m, il enjambe les rizières pour rallier le monastère de l'autre côté. La chaleur est intense donc on se fait un aller retour en dégoulinant avant de se réfugier un peu à l'ombre, en observant des ouvriers au travail sous la surveillance d'un moine (qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de vous 😉).

On retourne sur nos pas, dans la direction de Paï, par une petite route bucolique et splendide à travers champs, vers la Pha suea waterfall. C'est une belle cascade, gratuite s'il vous plaît (yepaaa), c'est bien agréable de se poser au frais et en plus on est seuls.... Maëlle s'endort à moitié, shootée par un biprofenid (la petite nature !) sensé la soulager d'un bon mal de dos gagné grâce au scooter.

Et comble de chance, au retour on a de nouveau droit à deux couchers de soleil ! Le premier en roulant, se cachant derrière la colline et le deuxième au milieu des champs en reprenant notre belle petite route.

On reste un moment à déambuler d'un champ à un autre tellement c'est beau...

Pour finir cette journée, on englouti deux Pad thaï au night market et une crêpe chocolat banane (oui autre chose que du riz 😀), avant de faire une balade digestive autour du tout petit lac de Mae hong son. Bon c'est quand même bien sympa avec les deux temples illuminés se reflétant dans les eaux.

Alentours de Mae hong son

Le lendemain, on décide de rester une deuxième nuit sur Mae hong son pour se balader dans les environs. On pousse jusqu'au village chinois de Ban rak thai à la frontière Birmane. Bon la route est chouette pour y arriver, mais le village en soit n'est pas exceptionnel. Autour d'un étang, tu as droit à des dizaines de boutiques à touristes similaires et une pseudo mini réplique de la muraille de Chine, on est pas emballés... Aymeric se fait une épopée en solitaire jusqu'à la frontière (je marche seul !) où il n'y a qu'un petit portillon avec une caméra...

En revenant sur nos pas, on bifurque à l'ouest, sur une petite route qui deviendra piste jusqu'au village Shan de Ban mai nai soy. Il fait parti du projet de réhabilitation de la famille royale qui a encouragé et subventionné les paysans à cultiver autre chose que de l'opium. Du coup c'est un magnifique hameau prospère et pépère (rhoo le jeu de mot) au bord d'un lac, et on se croirait dans les landes ou au Canada !

Aymeric à faim, donc on se pause dans ce qu'on appelera la gargote aux 10 000 mouches ! Bon ok la cuisinière est rigolote et la vue bien agréable mais souffler toutes les 5s avant d'ouvrir la bouche c'est lassant et quel doux bruit des mouches à l'agonie dans de la glue pendant que tu manges.... beurk et barbare !

Après ces émotions, on retourne tranquille à la guesthouse pour se poser un peu avant le coucher de soleil. Une petite colline surplombe la bourgade de Mae hong son, et qui dit colline dit temple ! Mais la vue est à couper le souffle sur toutes les montagnes qui nous entourent. On voit le coucher de soleil sur la mauvaise route vers le haut de la colline, même pas grave, avant de redescendre vers le temple en contrebas profiter de la lumière du crépuscule.

Bonus non négligeable, le très beau temple Wat phra doi kong mu est d'un blanc étincelant et s'illumine une fois la nuit tombée, ce qui rend pas mal en photo...

Mae hong son à Mae chaem: 165 km

On sait que ca va être une de nos plus grosses journée en scooter, 165 km pour rallier Mae chaem, donc on ne part pas tard pour éviter la chaleur. Les paysages sont bien différents, tout d'abord des champs verdoyants puis, après une suite de rapides ascensions et vertigineuses descentes aux nombreux virages, on passe par des paysages plus arides.

On slalomme entre montagnes forestière et champs plus secs, la fumée des brulis emplit l'air alors que la terre devient rouge. Évidemment, on se fait de nombreuses pauses photos notamment quand il y a de jolies fleurs (j'adooore les fleurs 😂) et des américains s'arrêtent gentiment pour nous offrir des fraises (quoi on a l'air d'en avoir besoin ? ok on a un peu des têtes de fatigués...). Du coup un peu plus loin, on s'arrêtent boire un café à un charmant point de vue au bord de route.

Bon en plus y a pas foule, on a presque la route pour nous mis à part quelques pick up lourdements chargés et une jeune femme seule en scooter qu'on arrête pas de doubler et qui nous redépasse (bon d'accord elle gagne à la fin mais son scooter est moins chargé que le nôtre na !).

On arrive à Mae chaem vers 14h30, dos et fesses en compote donc on reste posés à notre chalet bien confortable pour avancer le blog.

Mae Chaem à Chiang mai: 120 km

Mae Chaem est peu touristique, on aura du mal a trouver où manger 4 toast en guise de petit déjeuner spartiate. Pas grave, on sera plus légers. Et vu que ce matin on s'attaque à la plus haute montagne du pays, ce sera pas du luxe. Comme prévu ca monte bien, on commence par traverser la forêt luxuriante qui fait partie du parc, mais on se gèle dans les vallons à l'ombre, alors on enfile en plus des polaires nos vestes de pluie. On rejoint la route principale qui vient de Chiang Mai, puis c'est partit, on voit enfin le sommet du Doi inthanon... la route s'élargie mais devient sacrément pentue, par moment on avance sous la barre des 20km/h 😂. Mais on va toujours plus vite que les courageux cyclistes qu'on doublent tout sourire.

Arrivé au sommet, ben pas de point de vue... on était prévenu. Un petit tour dans la forêt pour voir la plaque qui indique l'altitude : 2565 m, et c'est repartit. On s'arrêtera quelques kilomètres plus bas au bord d'un parking d'où on a une vue plus dégagée. On ne visitera pas les pagodes en contrebas, trop de temples tue le temple !

Et comme toute bonne chose a une fin, on arrive dans la plaine pour rejoindre la 108 sous une forte chaleur, à partir de maintenant c'est voie rapide en ligne droite, circulation,.... jusqu'à la ville. Bon après quelques dizaines de kilomètres on en à raz le bol, alors on bifurque sur de petites routes pour longer la rivière Ping en remontant sur Chiang mai. Et c'est plutôt une bonne idée, on croise des rizières cachées entre des quartiers résidentiels, et les abords de la rivière sont jalonnés de belles demeures cossues.

On rentre donc tranquillement à notre hôtel avec le soleil couchant, heureux de ces quelques jours de vadrouille à scooter. De retour près des remparts, le traffic est complètement fou, c'est gorgé de monde.... mais oui bien sûr, on avait oublié qu'on rentrait pile poil pour la fête des fleurs, petit bonus 😄. Vu qu'on manque le carnaval de Nice, fallait une consolation !

On reprends nos quartiers, puis c'est parti pour la visite de cette fameuse fête. Elle occupe le boulevard intérieur des remparts, et commence juste après notre hôtel. Ça c'est du bol, parce que toutes les échoppes de bord de route se sont transformées en parking à scooter. C'est un beau bordel organisé.

On déambule un moment entre les chars finements décorés de fleurs et de pliages de feuilles, entre les stands à concours de la plus belle orchidée ou bonzai, pour finir dans le parc Buak had. On regardera une remise de prix sans rien y comprendre ! Mais le parc est magnifiquement décoré de fleurs, ombrelles et lumières, il y a même des éléphants (en statues !).

Après un dernier tour au bord des remparts, c'est une bien belle façon de dire au revoir à la ville !


- Location scooter à la semaine: 1100 baths, 100 baths par jours supplémentaires chez Chiang mai scooter rental, scooter livré directement à l'hôtel et en très bon état.

- Nuit à Pai à Churn Yuen Pai by Gampanat Guesthouse, bungalow sur pilotis dans petit jardin, patronne adorable nous donne des cartes de la région, des bananes: 341 baths (9€).

- Nuit à Soppong à Little eden guesthouse, bungalow au bord de la piscine, bon restaurant sur place: 400 baths (10,50€).

- Nuit à Mae hong son à Johnny guesthouse, au bord du lac, SDB partagée, murs fins mais patrons très sympathiques et aidants: 200 baths (5,30€).

- Nuit à Mae chaem à Pongsara resort: 400 baths (10,50€), super bungalow tout confort.

6

Chiang rai centre 

Arrivés tardivement sur Chiang Rai on se fait un petit tour à pied à la découverte de quelques temples notamment le Wat phra kaeo abritant un bouddha d'émeraude qui en fait est en jade... l'endroit est très paisible avec un jardin d'orchidées.

Puis on part explorer les bords de rivière. Belle surprise (en bon sudistes), on découvre que les thaïs jouent à la pétanque ! Et le niveau de jeu est assez impressionnant.

En retournant vers le centre ville, on s'arrêtent à la Clock tower, édifice doré servant de rond point et avec "spectacle" son et lumière toutes les heures. Bien kitch !

The Black house

La ville en elle même n'ayant pas trop d'attrait, dès le lendemain on loue un scooter pour découvrir les environs. Direction the black house (Baan dam), issu de l'imagination d'un artiste thaï reconnu Thawan Duchanee.

L’ensemble est assez spécial... une suite de bâtiments en bois noir abritant un bric a brac de sculptures, peintures, peaux de bêtes et squelettes d'animaux, assez macabre... on ne s'y attendais pas ! En se renseignant (car maelle n'est VRAIMENT pas fan des peaux de bêtes) on apprend que comme dans les cultures primitives, il a récupéré des squelettes d'animaux déjà mort pour en faire une sorte d'autel à leur gloire, ça reste particulier...

Dans le jardin, il y a toutes sortes de maisons thais en bois, de drôles de domes blanc semblant abriter une salle de réunion à la gloire de satan et un genre de sous marin/animal assez curieux... on se demande quelle quantité de champignons a ingéré l'artiste !

Fuir à la campagne ! 

Puis on fuis par de jolis chemins de traverse, vive l'application maps.me pour réussir à éviter les grands axes ! Le paysage est verdoyant, bien évidemment pleins de rizières et on passe au travers de l'immense université de chiang rai. Elle est bordée d'un lac et à même un magnifique jardin floral qu'on verra de loin, pas mal du tout comme endroit pour étudier !

Après quelques chemins de terre, on voit apparaître un immense bouddha, on est un peu étonnés par son aspect... une vieille femme s'arrête à côté de nous croyant que nous sommes en panne, et nous confirme que c'est un bouddha chinois et bien d'aspect féminin. Puis viennent les plantations de manioc et des petites collines font leur apparition.

Tête de bouddha et tête de playmobil 😄

Singha parc

On rejoint la grande route bordant le gigantesque parc Singha. C'est vert et bien tondu. Pas certains de l'intérêt de la visite, on fera juste un tour en scooter et une pause café, bière pour Aymeric, forcément, ici il faut boire une Singha bien fraîche ! Tout est hyper ordonné et les plantations de thé méthodiquement alignées...

Khun korn waterfall 

Puis c'est reparti direction la chute d'eau Khun korn. Il faut marcher un petit kilomètre et demi pour les atteindre, puisqu'on est déjà en fin d'après-midi, on sera quasiment seuls à se faire brumiser. Sur la route du retour, on s'arrête régulièrement pour des arrêts photos tellement la luminosité est belle.

The white temple

Malgré l'heure tardive, on décide de tenter notre chance vers le White temple. Comme chaque ying à besoin de son yang il est le délire opposé au black temple.

Sorti de l'imagination d'un peintre renommé qui en est aussi l'architecte (Chalermchai Kositpipat) , il date de 1997 seulement. Vue de l'extérieur on le croirait en porcelaine blanche, mais non, il est simplement blanc et les éclats brillants sont des milliers de petits bouts de miroirs incrustés. Il est sensé représenter la pureté du boudhisme et la réflexion de l'illumination !

A la lumière du soleil couchant c'est assez impressionnant, très différent de tout ce qu'on a pu voir et pour ne rien dire d'autre, magnifique !

Forcément il ferme à 17h et on a 30 minutes de retard... pas grave on profite du coucher de soleil juste devant, a peine séparés de ce bâtiment tout blanc par un fossé.

On retournera visiter ce temple quelques jours plus tard, alors on vous fait cadeau en avance des photos de l'enceinte. Pas d'images de l'intérieur du batiment principal, malheureusement c'est interdit... Et c'est bien dommage parce que c'est là qu'on comprends le délire principal de l'artiste !

Chercher l'ongle rouge... 

Le temple en lui même n'est pas immense, on doit d'abord passer sur un pont entouré de mains semblant sortir de terre pour vous attraper.

Cette vision des enfers, est représentée par des figures effrayantes a demi engluées... ça commence fort. Une fois à l'intérieur, c'est complètement différent ! Tous les murs sont peints de centaines de représentations cahotiques toutes plus délirantes les unes que les autres. On y voit le world trade center comme attaqué par un angry bird et la quasi totalité des super héros (ou autres personnages connus de films), de Iron man a Neo, en passant par la tête de terminator... Difficile de comprendre le message mais on peut passer un bon moment a chercher toutes les références présentes sur les murs.


En bref, la ville de Chiang Rai ne nous a pas particulièrement séduit, sauf le food court au milieu du night market, où l'on a pu tester pour la première fois une hot pot.

Par contre les alentours valent largement la peine de s'y perdre !


- Nuit à Chiang rai à Baan bua homestay: 13,75€ sur agoda, centrale et très propre

- Location scooter: 250 baths/j (6,80€)

- Hot pot au night market: 70 baths (2€)

- Excellent shake au night market, devanture noire, on se rappelle plus du prix mais pas cher. A demander avec du yaourt.

7

J1 Chiang rai à Doi tung: fiesta et sensations fortes !

Ban santi suk

Aujourd'hui on prend le Nord (Ouest) sur la route de Mae Salong. Alors qu'on cherchait a rejoindre un village de la tribus long neck (femmes girafes), on tombe sur un marché dans le village de Ban Santi Suk. Puisqu'on est pas pressés, on s'arrête en pensant juste se trouver de quoi manger et se dégourdir les jambes.

Et là, coup de chance ! on tombe sur un festival où les villageois alentours se retrouvent, et en habits traditionnels siouplait !! Pas besoin d'aller les rencontrer dans leur hameaux respectifs.

Ce rassemblement n'est visiblement pas fait pour les touristes alors on n'arrivera pas à en comprendre la raison. Pas grave, on profitera un bon moment du spectacle avec notamment des danses traditionelles et concerts. En déambulant au milieu de ce beau monde, on observe la joie des enfants tournoyants sur une sorte de grande roue en bois, les adultes formant des rondes en dansant et on goûte quelques spécialités culinaires.

On arrête pas de s'extasier sur les costumes de toutes les couleurs, les coiffes ornées de pièces argentées ou de pompon colorés. Bon, difficile de différencier les ethnies par moments, mais on est ravis 😊 et on se sent bien chanceux d'être passés par là aujourd'hui.

Mae salong

La route serpente et monte sec aux abords du temple Wat phra bo romathat qui nous offre une vue plongeante sur le village de Mae Salong.

En redescendant on prend la direction d'un point de vue (dixit Maps.me) quelques kilomètres plus au nord près de la frontière Birmane. Après deux virages c'est une piste en béton, puis rapidement une piste tout court. On passe au milieu de villages où presque tout le monde est en train de faire sécher du café sur sa maison où juste devant, voire au milieu d'un chemin pris par erreur 😅. Et oui le scooter passera juste entre les filets sur lesquels une dame étale sa récolte.

Ici on peut voir le café sur pied (graine rouge) et tout blanc en train de sécher  

On décide de faire demi tour après une dizaine de kilomètres de secouage à la mode Orangina, ne voyant pas de fin à cette piste. De retour à Mae Salong, on prend la direction de Doi Tung. Mais pour bien faire les choses à fond, et parce qu'on est pas rassasiés de bosses ni de cailloux, on choisi les routes secondaires pour y aller ! (4052 et 1334 pour ceux qui serait tentés).

A l'assaut de la frontière

On fait un petit stop café local avec un magnifique point de vue sur les plantations de café et de thé bien ordonnées, il fait bon, tout va bien.


Puis les choses se corsent, le bitume disparait par endroit alors qu'on aborde de petites vallée avec rizières et cabanes en bambou qui semblent figées dans le temps. D'ailleurs le temps file et on avance pas bien vite sur ces pistes...



Plus loins les nids de poule deviennent carrément des tranchées creusées par les pluies... ça se transforme en expédition et à l'abords de travaux sur la "route" devenue boueuse on se met à prier petit buddah de ne pas avoir à faire demi tour.

Le bon côté c'est que les paysages vierges qu'on traversent ne sont pas dérangés par la circulation, on est quasi seuls !

Le soleil se couche et on fait la course avec lui pour tenter de rejoindre le haut de la montagne et une vue plus dégagée... perdu il a été plus rapide que nous.

On aborde finalement un poste de surveillance Thaïlandais qui fait face au Myanmar. Le point de vue sur les chaines montagneuse dans cette lumière est époustouflant ! On est pas mécontents de nos choix du jour 😋 et bien soulagés de retrouver une belle route maintenant qu'il fait nuit.

On ira pas beaucoup plus loin pour aujourd'hui, on redescent de la montagne de Doi Tung de nuit, passe un contrôle de l'armée (certainement à la recherche de trafiquant) et on finit à Hui Nam Khun, un petit village Shan, nos aventure du jour en se trouvant un bon lit !

J2 Doi tung à Chiang saen: café militaire, crevaison, opium et triangle d'or.

La frontière: la suite vers Mae sai

On repart de bon matin à l'assaut de Doi Tung pour aller voir les jardins du même nom, mais devant le prix et aussi le fait que des beaux jardins on en a visité pas plus tard que la semaine dernière, on retourne au point de vue de la veille pour se prendre un café. Et il est servit par les militaires qui surveillent ce petit fort ! On les entendra chanter sur la radio pendant qu'on profite de la vue et découvrent à la lumière du jour le petit fort Birman qui nous fait face une centaine de mètres plus loin.

Au centre sorte de fruits non comestibles  

Et oui, la route vers Mae Sai qu'on a choisi longe la frontière sur les crêtes (route 1149). Encore une fois on croise peu de monde et des paysages magnifiques entre pins, bananiers et vues plongeantes sur les montagnes alentours.

On passe au milieu de quelques hameaux, à cette époque la plupart des gens au bord de route font sécher des végétaux qui serviront à faire des balais. La ligne de crête tourne tellement qu'Aymeric fait frotter le Scooter, c'est bon a savoir, on est plus bas sur ce model... on retiens pour la prochaine fois.

En abordant Mae Sai, on monte directement une colline ornée d'un buddah pour profiter de la vue. Les villes Birmanes et Thailandaises ne semblent faire qu'une et il faudra vérifier sur la carte pour s'apercevoir que la frontière est la toute petite rivière en contrebas. On voit même quelqu'un la traverser à pieds..

Ni une ni deux, on enfourche le scooter pour aller sur la colline en face de nous qui cache apparemment le pont entre les deux pays. En suivant les routes sur le téléphone, on se retrouve à évoluer en plein milieux des allées d'un marché couvert 😅, tant pis on est pas les seuls, on continue.


On accède au second point de vue qu'on avait noté, au sommet duquel vous vous en doutez, il y a un temple ! Mais comme on est pas éblouis à l'idée de visiter un énième temple, on replonge dans la ville pour voir le pont ! Loin de ce qu'on immaginait après notre passage de la frontière il y a deux semaines, c'est un tout petit pont de rien du tout qu'on a devant nous.


La panne...

Ça c'est fait, maintenant direction le triangle d'or plus à l'Est. On se perds dans des quarties résidentiels pour sortir de la ville en prenant les itinéraires bis ! Il fait chaud, mais on roule cheveux au vent (sous le casque bien sur) et là Boum, une explosion et des bruits de feraille, on s'arrête ! La roue arrière vient de crever 😂. On roule doucement quelques mètres jusqu'à un poste de police et se fait indiquer un garage. Ouf, il y en a un à une centaine de mètres ! Alors qu'Aymeric pousse le scooter, les gens qu'on croise se marre bien et nous indiquent la direction en souriant. On est accueillis par un Thaïlandais qui ne parle pas un mot d'anglais, pas de problème, la panne est facile à expliquer, un gros bout de feraille sort du pneu !

Le coupable trône sur la selle !! 

Deux ou trois gesticulations de bras et signes de tête plus tard il s'y met. Ça ne prendra pas beaucoup plus d'une demi heure, le plus dur a été de retirer le coupable bien au chaud dans le pneu 😒. On est repartis, et avec un pneu neuf s'il vous plait ! Du coup, bien contents d'être sortis d'affaire si vite, on profite encore un peu plus des paysages de rizières en cours de route.


Hall of opium et Le triangle d'or

Avant d'arriver au Triangle d'or on avait prévu de s'arrêter au Hall of opium. C'est un musée retracant l'histoire de l'opium dans la région, mais surtout dans le monde. Et pour expliquer tout ça, il faut aussi en passer par un bon bout d'histoire. On passe du commerce mondial et plus particulièrement du thé en Asie à la guerre d'indépendance américaine et les guerres de l'opium entre l'Ouest et la Chine.

C'est très intéressant, on apprend du coup pas mal de choses qui n'ont jamais fait partie de nos livre d'histoire scolaire. Malheureusement les photos sont interdites, donc si vous voullez voir à quoi ça ressemble il faudra faire le voyage !

Quelques minutes plus tard, voilà le point de vue sur le golden triangle. D'un côté le Mékong fait office de frontière entre le Laos et la Birmanie, avant que la rivière Ruak frontière entre la Birmanie et la Thailande ne s'y jette. On a donc en un même point les trois pays qui vont occuper les trois premiers mois de notre périple.

Chiang saen

En longeant le Mékong on arrive rapidement à Chiang Saem notre stop ce soir. On part vers l'intérieur des terres pour voir un petit lac et le coucher de soleil, au final, fatigués on se trouvera une guesthouse au bord du lac. On se reposera un peu sur notre balcon pour écrire ces lignes tant qu'on a tout en tête et regarder le soleil se coucher. Une petite lessive dans l'evier plus tard, on retourne en ville manger un hot pot assis sur une natte au bord du fleuve ! 😄

J3 Chiang saen à Phu chi fa: suivre le mekong et prendre de la hauteur !

De bon matin, la colonie de vacance installée au bord de l'eau, une centaine de mètres en face de notre chambre reprends du service. Ils sonts bien équipés, et le même chanteur est de retour... on est ravis de se faire réveiller comme ça ! Et puis c'est la coupure de courant générale, cool, on traine au lit dans le calme. On retrouve le Mékong pour un rapide petit déjeuner en ville avant de continuer. La route longe le fleuve assez souvent, on aura donc le temps de l'admirer et de voir quelques gros bateaux le remontant.

Entre le courant et les rochers à fleur d'eau, ça a l'air assez périlleux par endroits. Après 60 kilomètres, voici le premier stop du jour à Chiang Khong. Ville frontière avec le Laos, l'ambiance est décontractée, il faut dire qu'il fait chaud. On profite de la terrasse d'un bar pour regarder la vie sur le fleuve, les pirogues aller et venir et surtout pour se mettre à l'ombre le temps de déguster un café.

 Les bords du Mekong ici sont bien paisibles.

On ne traine pas trop car il reste du chemin avant d'atteindre les sommets que l'on commence à apercevoir. Ça monte sec, puis ça redescend, mais à force on gagne tout de même de l'altitude. Les plaines laissent place à des collines et des forêts clairsemées. Pas de jungle en vue pour le moment, mais on retrouve des plantations de fraises et les cahutes de bord de route où les acheter.

En haut à droite: souvent un minimum de 3 personnes sur les scooter ! 

À force de grimper, on arrive au sommet de Doi Pha Tong. L'endroit est quasi désert, pas de touristes en vue en ce milieu d'après midi. Après une courte pause Fried noodle pour Aymeric, on marche en direction du sommet et quelques minutes suffisent pour atteindre la ligne de crête.

D'un côté de la montagne c'est la Thaïlande, de l'autre le Laos, et plus loin on voit le Mékong qui dessine des courbes aux pieds de la chaîne de montagne. Ce petit bout de Laos sous nos pieds, à l'ouest du fleuve a été perdu par la Thailande suite à une guerre. On pourrait donc traverser tranquillement incognito, si il n'y avait pas une bonne quantité de falaises et de jungle épaisse devant nous !

On profite seuls de la vue dégagée et du mouvement des herbes hautes couchées par le vent. Mais trève de rêveries, il reste de la route, et bien tournoyante avant d'atteindre Phu Chi Fa. On croise quelques "Guesthouse" qui propose en bord de route des tentes 😅, la vue est certe imprenable, mais le soir avec le vent de vallée il doit faire un peu frais !

Aymeric s'amuse bien sur cette route de montagne et on arrive peu avant le coucher de soleil à notre hébergement. On trouve une chambre dans une maisonette sur pilotis au bord du vide ! Incroyable, on a même un balcon donnant sur la vallée à nos pieds, les montagnes au loin et le coucher de Soleil !!!!

Moment love to love 😄

Forcément, avec tout ça pas besoin de courir après un point de vue, on admire le soleil rouge disparaître sur des collines lointaines avant d'enfourcher de nouveau le scooter pour se remplir l'estomac. On pensait l'endroit touristique, mais même s'il y a quelques hôtels, les touristes doivent être du pays pour la plupart... On ne verra pas un Farang (blanc en thai) ce soir, ni un menu en anglais. Heureusement une Thai attablée parlant couramment anglais, vient à notre secours devant le spectacle de mime improvisé pour essayer de faire comprendre à la serveuse ce qu'on voulait 😂.

J4 Phu chi fa à Chiang rai: se réveiller en même temps que le soleil et retour au bercail

Ce matin on se lève bien avant l'aube pour aller admirer le lever de soleil depuis le sommet du mont Phu chi fah. Dès le parking, de nombreuses femmes âgées nous proposent du thé ou cafe chaud avant la courte ascension. Malignes, vu la tête des touristes (nous y compris) à 5h du matin c'est plus que nécessaire ! À la seule lueur de la frontale et des étoiles on attaque la courte ascension... elle est parsemée de gamins âgés de 6 à 12 ans, qui dansent ou chantent en habits traditionels, afin de récolter quelques sous. Poussés par leurs parents, c'est une dure facon de commencer leur journée avant d'aller à l'école. Quelle chance on a d'être nés en France...

On se trouve un spot bien photogénique, sur un petit promontoire en contrebas du sommet principal. On est pas les premiers, mais Aymeric trouve la place de poser son trepied sans personne pour gacher le paysage qu'on commence à peine à deviner. La vue de cette falaise acérée se découpant dans l'obscurité est incroyable !

Une mer de brume lui grignote les pieds laissant entrevoir quelques sommets moins élevés, puis un pâle soleil fait son apparition. Au fur et à mesure il gagne en intensité jusqu'à devenir incandescent et la brume laisse entrevoir la vallée en contrebas. Puis finalement, son faisceau teinte d'orangé les pentes herbeuses alentours.

Difficile de vraiment le décrire avec des mots, mais il fait partie des plus beaux lever de soleil que l'on a vu jusqu'à présent, ça valait amplement le réveil avant le chant du coq. Par la suite, on grimpe jusqu'au sommet à proprement parler et on mets littéralement un pied côté Thaïlande et un pied côté Laos.

Après ce moment de pure douceur, retour à la civilisation et à la gesthouse pour prendre une douche et récupérer nos affaires afin de rentrer sur Chiang rai. On ne prendra pas de détour, mais le chemin le plus direct passe à travers quelques collines, au passage on a le droit à des portions complètement folles de lacets s'enchainant sans pause pour gravir quelques centaines de mètres.... pour une fois la ligne droite aurait été préférable !

De retour sur la grande autoroute vers Chiang rai, on s'autorise une bifurcation pour retourner vers le White temple et en visiter l'intérieur (cf post précédent). Et on a bien fait de se perdre (encore !) par les petites routes car on est pas rassasiés de riiiiiziereeess ! De retour à la ville se sera corvée de lessive, bière des étoiles plein les yeux après cette magnifique boucle et demain on file au Laos ! Thaïlande on te dis see you again !


- Location scooter automatique 125 cm3: 250 baths par jour (6,70€)

- Nuit à Hui nam khun au pangsarapee resort: 400 baths (10,80€).

- Nuit à Chiang saen, bord du lac, au Rujira resort: 400 baths (10,80€).

- Nuit à Phu chi fa au Banpak phucheefah, incroyable bungalow au bord du vide: 500 baths (13,50€).

- Nuit Chiang rai à Buun bun dannin, correct et bien moins cher que nos précédentes nuits à Chiang rai: 200 baths (5,40€).

- Visite hall of opium: 200 baths (5,40€) par personne

8


Nos coups de coeurs:

- La boucle autour de Chiang Mai pour les paysages, particulièrement les alentours de Mae hong son.

- L'aventure des "petites routes" entre Mae salong et Mae sai et longer la frontière Birmane au coucher du soleil.

- Le lever de soleil du mont Phu chi fah.

- Se faire torréfier du café par un militaire qui chante Justin bieber 😄

- La nourriture variée !!

Un poil de négatif:

- l'endroit précis du triangle d'or... pas grand chose à voir.

- Le côté plus touristique des villes mais bon on s'y attendais en Thaïlande évidemment...

Mais on a vraiment adoré la Thaïlande et on regrette de ne pas être allés dans la région de Nan, une prochaine fois !


On ouvre la bourse:

En comptant nourriture (et on s'est fait plaisir par moment), logement (guesthouses principalement), transport, activités, extras...

- Nos 25 jours en Thaïlande du Nord nous seront revenus à 18,40€ par personne et par jour. (Contre 26€ prévu grâce à l'excellent site planificateur a contresens).

Le visa étant gratuit pour une durée de 30 jours par voie terrestre (depuis peu avant c'était pour 15 jours), on arrive à un GRAND TOTAL de 919,50 € à deux (soit 459,75€ par personne pour 25 jours).


Pour lire la suite de nos aventures voici le lien vers le carnet tour du monde.