Un petit tour de Malaisie

6 étapes
7 commentaires
5
La Malaisie est un pays multiculturel et un des plus prospère de la région. Alliant modernité et coutumes, une végétation exubérante, des fonds marins préservés et une cuisine à tomber !
Du 23 juin au 4 juillet 2017
12 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Ayant notre prochain vol de prévu pour Sydney puis la Nouvelle Zélande où dois nous rejoindre une amie, on sait que la découverte de la Malaisie sera rapide (en 12 jours) et planifiée pour une fois !

On se concentre donc sur la péninsule Malaise (située au Sud de la Thaïlande) et non sur la partie du pays situé au Nord de l'île de Bornéo (ce sera pour une prochaine fois !).

Moins connu et prisé que ses voisins (Vietnam, Thailande, Indonésie), ce pays fut un véritable coup de coeur pour Aymeric qui y avait effectué un stage 12 ans en arrière et souhaitais y retourner depuis.

Nous voici donc atterissant à Kuala Lumpur (alias KL) en provenance de Sulawesi. Autant vous dire qu'on est au bout du rouleau après 24 heures de voyage en enchaînant un bus de nuit et deux avions... on souhaite juste rejoindre notre hôtel et dormir !

Sur place, on attends sagement nos bagages qui bien évidemment ne se montrerons jamais sur le tapis... Après une séquence sketch avec la compagnie aérienne, nos sacs passent du statut disparu à: "on les a retrouvés dans un couloir"... ok.... bon c'est le principal 😅.

Maintenant on peut affronter la chaleur moite et chercher à rejoindre la ville. Heureusement, les transports en commun sont faciles et bien organisés ici et en deux coups de cuillère à pot (de bus...) nous sommes au centre ville. Il est plus de 21h et nous voici tournant et râlant pendant une 1 heure sans trouver notre hôtel, malgré l'aide des passants... N'en pouvant plus on fini par les appeler, et en plus d'avoir oublié de mettre un panneau d'affichage, l'adresse fournie est plus que vague... victoire on arrive enfin il était caché au 3 ème étage d'un bâtiment 😅! On dépose notre linge dans une laundry rapide (sinon demain c'est visite tout nu), avant d'aller dîner tout près dans la rue Jalan alor fameuse pour sa street food. Et comble de bonheur, la nourriture Malaise est une des meilleures et plus diversifiée au monde.

Ici il fait assez chaud pour dormir dehors sans problème... 

Le lendemain à 9h, on se rend devant l'office du tourisme situé à Merdeka square pour effectuer un walking tour gratuit du vieux centre ville. Chose rare, les guides sont payés par la ville et non grâce aux pourboires. On commence par la visite du musée interactif city gallery qui nous présente l'évolution de la ville au cours des âges avec photos, maquettes et projections, c'est une bonne entrée en matière !

À gauche une maquette interactive de la ville. Appuye sur le bouton et ça s'allume 😆

Puis, suivant notre guide métisse Malaise/Chinoise sous la chaleur torride, on se rends au coeur colonial de KL. Kuala lumpur signifie "confluent vaseux" en Malais (charmant 😄), en effet, le berceau de la cité se situe à la confluence des voies fluviales et terrestres (à l'entrée du Chinatown actuel). Au XIXe, des énormes gisements d'étains sont découverts au coeur de la jungle à cet endroit, attirant de nombreux colons majoritairement Chinois: la citée est née puis viendra la fortune...

Elle sera par la suite colonisée par les Japonais puis par les Anglais et connaîtra finalement un développement fulgurant en devenant une gigantesque métropole moderne.

Avec son Brassage de cultures (majoritairement Malaise, Chinoise, Indienne) et de religions (Musulmane, Boudhiste, Hindouiste et Catholique), Kuala lumpur présente une architecture et une population très diversifiée. Ces communautés vivent en bonne intelligence bien que quelques clivages demeurent entre les Malais possédant le pouvoir politique et les Chinois possédant le pouvoir économique, pendant que la communauté Indienne compte les points !

On visite quelques bâtiments situés autour de la place Merdeka. Le plus beau et impressionnant est le palais du sultan Abdul en brique rouge et blanche, puis le Musée national du textile retraçant les traditions de tissage et de broderie de la Malaisie. Mais malheureusement on n'aperçoit que de loin la magnifique mosquée Masjid Jamek en rénovation.

 En bas à gauche on aperçoit à peine les dômes de la mosquée au bord du fleuve.

Après un tour à la cathédrale St mary première de Malaisie, on se rend au Royal Selangor club. Lieu où les hauts fonctionnaires britanniques se rencontraient, socialisaient,... maintenant il est fréquenté par la bourgeoisie Malaise. Le vieux bar à gardé son charme colonial mais est uniquement accessible aux hommes !

De retour au point de départ, on se pose pour observer à nouveau la magnifique place Merdeka ou place de l'indépendance, c'est ici qu'en 1957, le drapeau Malaisien a flotté pour la première fois. En toile de fond se découpent les symboles de la Malaisie moderne comme les tours jumelles Petronas et la tour de télévision Menara KL.

En haut à gauche la place Merdeka vue du Royal Selangor Club

De nouveau seuls, on traverse le quartier chinois et la bruyante rue marchande Petalling street. Sorte d'allée couverte où tu trouves de quoi te refaire une garde robe, manger, bref tout et n'importe quoi, mais c'est bien touristique...

Quartier chinois 

Et au détour des allées on tombe sur plusieurs belles oeuvres de street art.

On termine notre tour du centre par le quartier Indien et la visite du temple Sri maha mariammam chargé de couleurs et décorations.

En un coup de train, nous voilà aux fameuses tour Petronas, longtemps les plus hautes tours jumelles du monde... autant dire qu'elles en jettent avec chacune leur forme d'étoiles à huit branches !

On a rendez-vous dans l'immense galerie marchande située à leurs pieds avec un ancien collègue d'Aymeric (rencontré lors de son stage) et sa femme. On passe un super moment avec eux mêlant Anglais et quelques mots de Malais et ils nous invitent à fêter la fin du ramadan, le lendemain, en leur compagnie.

Apres s'être baladé dans le grand parc faisant face aux tours, on se rends à la Plaza low yat pour acheter un nouvel appareil photo à Maëlle. Si vous avez besoin d'électronique c'est le lieu !


Au passage on visite quelques immenses centres commerciaux, dont le Berjaya Times Square à l'interieur duquel il y a un "petit" centre d'attraction et même un grand huit (rien que ça !).

Aymeric avait fait un tour ce grand huit et voulait revoir cette folie architecturale. Mais manque de temps, pas de tour de manège cette fois.

On profite ensuite du monorail pour prendre de la hauteur et naviguer entre les buildings au coucher de soleil, cla ville sous cet angle est vraiment impressionnante, surtout après avoir passé ces derniers mois à la "campagne".


De retour aux Petronas de nuit, on profite du spectacle son et lumière des fontaines face aux tours. Elles paraissent encore plus belles et immenses illuminées... Il est possible d'y monter jusqu'au pont les reliant. Mais pour boire un verre en les admirant il faut aller à l'hôtel Traders qui leur fait face. Selon votre temps et budget, nous on avait à ce moment ni l'un ni l'autre 😅

Place au diner au Food court du centre commercial Suria KLCC, autant vous dire qu'il y a de quoi saliver... Notre dessert sera un gâteau de crêpes superposées un peu comme un millefeuille, excellent !!!

Le lendemain matin il ne fait pas beau, on zappe donc la visite du quartier traditionnel Malais de Kampung baru. En un coup de Uber, on se rends à Putrajaya, ville située en périphérie de Kuala Lumpur. Dans une petite banlieue Malaise cossue, on va être initiés aux célébrations de l'Aïd el Fitr, jour de fête qui marque la rupture du jeune. Après un premier déjeuner chez Razwan et sa femme, ils nous prête des tenues traditionnelles (s'il vous plait) et on se rend chez des amis à eux.

Traités à nouveau comme des rois, on se retrouve avec un deuxième déjeuner copieux à partager avec la famille. On goûte notre meilleur cendol, dessert froid traditionnel, composé de farine de riz (sous forme de pâtes verdâtres), lait de coco, sucre de palme et glace pilée curieux d'aspect mais délicieux !

La fin du ramadan est un jour de partage, il se célèbre en famille, entre amis, avec la communauté. Ils préparent des grands repas, des pâtisseries, s'échangent des cadeaux,... Spirituellement, ils font aussi le bilan de ce mois de jeûne écoulé, sur les bonnes choses accomplies, c'est un jour de réflexion.

En bas à droite Razwan et Shaz sa femme. 

Après une séance photo avec tout le monde, Razwan nous dépose juste à temps à la station de bus Puduraya qui ressemble plus à un aéroport. On doit y prendre notre transport pour la suite du voyage aux Camerons island. Dommage (ou tant mieux pour la ligne) on aurait eu droit sinon à la visite de deux ou trois autres familles d'amis...

Bon on reste un peu sur notre faim pour Kuala lumpur et ses environs (Batu caves, quartier de Kampung baru, visite de Putrajaya,...) il faudra y revenir et pas dans 12 ans 😉 !

- Trajet aéroport au centre ville en bus: 18 Ringgit (3,70€)/pers.

- Trajet en train SRT dans le centre ville: 2,2 Ringgit (0,45€)/pers.

- Nuit à Kuala lumpur au Goldbrick hôtel: 144 Ringgit (29,70€) pour 2 nuits (réservé via booking). Propre, petite chambre mais très bien placé (difficile à trouver...).

2

Précaution avant de lire cet article: préparez vos yeux à une saturation de vert... 😎

Notre bus nous dépose de nuit dans la bourgade touristique de Tanah rata. Manquant de charme, elle est pourtant une excellente base pour visiter les Camerons highlands alentours, c'est à dire des hauts plateaux parsemés de plantations de thé graphiques ! On pose nos sacs avant d'aller dîner à un excellent resto indien qu'on nous avait conseillé et on est pas déçus. Faites un tour au Sri brinchan si vous passez par là. C'est basique mais succulent !

Le lendemain, on souhaite se ballader seuls dans les environs plutôt que se greffer à un des nombreux tours organisés. Mais il est très difficile de trouver un loueur de scooter qui nous autorise à prendre les pistes de montagne ! Après de nombreux refus, on trouve notre "bonheur" au Cameron tourist information center. Le scooter est comment dire... vintage, grinçant et Maëlle a l'impression de faire du trampoline à chaque cahots mais on est bien heureux quand même !

Sachez que si vous avez le temps (et selon la météo), de nombreux chemins de randonnée balisés permettent de rayonner dans les environs.

On se dirige donc vers le Nord en traversant la ville de Brinchang. Extrêmement bétonnée et dédiée au tourisme avec simili parc d'attraction, boutiques, dizaines de restos,... ça fait bizarre de voir autant de constructions au milieu de nulle part par rapport à l'indonésie. Le bord des routes est régulièrement occupé par quantité de serres. En plus du thé, on cultive de nombreux fruits, légumes et fleurs dans cette région. L'autre star ici c'est la fraise ! Il y en a pour tout les "goûts", tu la retrouves sous forme de magnet, parapluie, peluche, coussin,... dans toutes les échoppes à touristes.

On gagne encore de la hauteur en bifurquant au travers d'un ocean verdoyant en direction du Mont Brinchang. Au lieu d'aller visiter tout de suite la plantation, on continue notre ascension au milieu des montagnes recouvertes d'arbustes de thé. La lumière changeante du jour et le passage des nuages crée une palette de vert incroyable et mouvante, on dirait que les pieds de théiers ondulent sous nos yeux !

En slalommant entre les cars de touristes, on arrive finalement au sommet du Mont brinchang (2032 m) et nous sommes seuls ! Une vieille tour en acier branlante nous permet de sortir du couvert des arbres et d'apprécier un paysage de jungle montagneuse et sombre quelque peu mystique... On souhaitais marcher dans les environs mais la boue a raison de nous !

En redescendant à 1km de là, on s'arrête au parking de la Mossy forest. Forêt humide et touffue où il est possible de randonner. Les premiers mètres se font sur une allée en bois surélevée permettant des points de vues sur les environs et la flore indigène.

On recherche sans succès la Rafflesia, plus grande fleur du monde mais qui ne fleurit que 3 jours par an... Bon tout les cars s'arrêtent là donc y a du monde ! Finalement la voie se transforme en petit chemin boueux, on s'enfonce entre des arbres de plus en plus tortueux recouvert de mousse, glissant et escaladant dans un véritable décor de film d'heroic fantasy.

Au retour, on s'arrête finalement au Boh tea center pour profiter d'autres points de vue sur les champs et connaître l'histoire de la plantation grâce à un petit musée. On monte jusqu'au magnifique café suspendu mais devant le monde et le prix on ne prend pas le temps de déguster un thé ou de faire la visite guidée de la plantation.

Cameron highlands est une station climatique créée en 1930 par les Anglais. A une altitude de 1400m, ces montagnes permettent d'échapper à la chaleur étouffante de la côte en recevant de la pluie quasiment tout les jours. Ces conditions optimales ont permis la culture du thé qui est par la suite devenu une attraction touristique majeure.

En repassant par Brinchang, mort de faim, on trouve notre bonheur au milieu de dizaines de restaurants chinois: un Indien comme de bien entendu ! Notre repas sera servi sur des feuilles de bananier, un délice.

Rassasiés, direction le Sud de Tanah rata cette fois-ci. On longe encore et toujours des champs de thés, mais sans s'en lasser ! Ceux ci semblent avoir été dessinés par un architecte et comprennent même une belle cascade (bien artificielle et attrape touriste chinois 😄 ) qu'on observe depuis le bord de la route. Et oui, la région est principalement aux mains des Malaisiens d'origine Chinoise.

Nous voici à nouveau à une grande plantation, mais moins achalandée que la précédente du même groupe, celle de Boh tea orchard. Il nous faut laisser le scooter à un parking puis prendre un bus jusqu'au coeur de la plantation. Aymeric s'accroche en se marrant à la porte du bus laissée ouverte pour contenir tout le monde à l'intérieur.

A gauche: usine de transformation du thé 

On grimpe rapidement jusqu'au point de vue ammenagé qui nous permet d'apprécier des champs plus sauvages et fleuris tout en observant les locaux en séance de selfie intensive... Quelques gouttes se mettent à tomber, tous à l'abri ! Et tant qu'à faire on file se planquer au salon de thé déguster deux brownies en attendant que l'averse se calme.

De retour à Tanah rata, entre les gouttes, on décide de se dérouiller un peu les jambes et les feses engourdies par tant de scooter, en suivant un sentier jusqu'au Robinson falls. Petites chutes d'eau sympathiques...

Après cette belle journée, un peu fourbus, on réserve rapidement notre bus pour le lendemain vers l'île de Penang en rendant le scooter. Puis on dîne juste en bas de notre hôtel avant d'aller s'écrouler...

- Bus Kuala lumpur au Cameron highland (ville de Tanah rata): 35 Ringgit (7,20€).

- Location scooter au Cameron tourist information center: 50 Ringgit pour 10h (10,30€).

- Excellent restaurant indien et pas cher: le Sri brinchang sur l'avenue principale.

- Nuit à Tanah rata au CH travellers inn: 25,12€ pour 2 nuits en dortoir de 6. (Réserver sur hostelworld), basique mais propre, pdj compris.

3

J1

Ce matin on décolle tôt, il nous faudra 3 heures pour arriver en vue de l'immense pont nous conduisant à l'île de Penang. Alors non, ce n'est pas une île paradisiaque et déserte bordée de cocotiers (ce sera le prochain post...) elle est plutôt dynamique, qualifiée de "Silicon valley de l'orient " et densément peuplée avec ses 1,5 millions d'habitants !

Néanmoins, sa capitale Georgetown, dont le classement au patrimoine mondial de l'Unesco en 2008 a permis le sauvetage du centre historique, est juste splendide !

Déposés au terminal situé au Sud de la ville, on galère avec d'autres touristes, à trouver le bon bus nous menant au centre ville. Des locaux adorables s'empressent de nous aider et c'est parti vers Georgetown. Une fois sur place, rien de plus simple pour se promener, des navettes effectuent gratuitement le tour du centre ville.

Puis, on gagne avec délice la fraîcheur de notre charmante guesthouse... oui dès le matin, il fait un bon 35° sans compter une humidité étouffante qui décuple la chaleur...

Ancien comptoir Britanique situé dans le détroit de Malacca, Penang était une étape majeure sur la route entre l'Europe et la Chine. Elle fut prise d'assaut par des négociants du monde entier (Thaïs, Birmans, Sumatranais, Indiens,...) mais majoritairement d'origine Chinoise. Ici, on en compte plus que de Malais ! Cela donne une explosion de couleur et un métissage magnifique d'architecture coloniale et Chinoise.

En se rendant au bord de l'eau, on part à l'assaut des jettées ou "clan jetties". Au nombre de 8, elles sont chacunes le lieu de vie d'un clan Chinois différent depuis le 19e siècle.

Plus qu'un simple ponton, ce sont donc de véritables villages sur pilotis. On se ballade notamment sur celles des Chew et des Lim très colorées et fleuries, il y a bien quelques échoppes à souvenirs (et les touristes qui vont avec) dans les allées principales, mais il suffit de s'aventurer entre deux habitations pour retrouver le calme.

De loin on aperçoit même le Hean boo temple posé sur l'eau. Vu la fournaise en ce début d'après-midi, de nombreux locaux sont en mode sieste dans des endroits improbables, alors qu'on se traîne... 😰

Retournant vers le centre ville, on recherche désespérément à se rafraîchir avec un cendol (spécialité goûtée à Kuala lumpur). Malheureusement l'échoppe de rue n'en vend plus et on se rabat sur un jus de fruit bizarre agrémenté de glace pilée et vendu dans un sac en plastique...

Pas mauvais, en tout cas ça rafraîchit ! 

Il commence à faire faim ! Découvrant le quartier Indien de Little India, sa musique Bollywood s'échappant des vendeurs de vidéo, ses bonnes odeurs d'épices et d'encens et ses nombreuses échoppes fleuries, on ne peut résister... On se trouve une cantine délicieuse où on pourra déguster notre repas (à nouveau) sur des feuilles de bananier et je vous parle même pas du choix de dessert !

Maelle est un peu floue c'est l'émotion !! 

Plein d'énergie, on part à la découverte d'une autre spécificité originale de la ville... La municipalité a eu la belle idée de faire appel à des street-artistes pour mettre en valeur les murs inoccupés du centre ville. Après avoir téléchargé la carte fournie par l'office du tourisme, (ou sur maps.me), tu pars pour une vraie chasse au trésor dans la ville, ce qui permet de la découvrir par la même occasion... Fans de street art, on est aux anges !

Les oeuvres les plus connues sont celles du Lituanien Ernest Zacharevic. Ce sont des fresques en trompe l'oeil représentant des enfants peints associés à des objets bien réels. Voici quelques unes de ses oeuvres.

Bon ok le dinosaure en haut n'est pas vraiment réel.... 

Après en avoir admiré une bonne partie (on s'en garde un peu pour demain !), on découvre de magnifiques temples chinois et demeures de clans ou "Kongsi", aux alentours de Armenian street.

On adore l'ambiance de ces rues décorées de lampions et encore une fois de nombreuses oeuvres de street art !

Puis, on remonte vers notre hôtel par Pitt street. Cette rue est un parfait exemple du brassage culturel de Malaisie. Surnommée "rue de l’harmonie" on y retrouve une mosquée du début 19e s, l'église anglicane de St George (la plus vieille d'asie), le temple hindou tamoul Sri Mahamariamman ainsi que le temple chinois Kuan Yin Teng !

On dinera au fameux El capitan, des énormes naan au fromage, très copieux mais pas les meilleurs qu'on ai testé...

J2

Le lendemain, le temps est à l'orage... on se réfugie à la maison Peranakan muséum. La visite effectuée par un guide est formidable.

"Avec Singapour et Malacca, Penang est l'un des piliers de la culture peranakan (métisse en malais) ou baba-nyonya, propre aux Chinois du détroit de Malacca. Elle se caractérise par l’adoption de coutumes et traditions malaises. S’y ajoutent des influences thaïes et birmanes, et une fascination pour les Anglo-Saxons qui leur valut le surnom de « Chinois du Roi »."

Merci le routard pour cette explication...😄

Ce musée installé dans une résidence d'époque recrée l'opulence d'une maison traditionnelle d'un riche Chinois Peranakan d'il y a un siècle.

L'artisanat peranakan est plein de finesse et de couleurs. La maison à étage et dizaines de pièces comprend notamment son propre temple, sa pharmacie et galerie d'art.

A droite le temple de la demeure 

On est impressionnés par la beauté du mobilier mais aussi des blouses et pantoufles brodées de perle, des broches en or,...

Toutes les pièces brodées en perles étaient réalisées par les épouses des riches marchands, ben oui fallait qu'elles s'occupent car elles n'avaient le droit de sortir de la maison qu'une fois par an lors du nouvel an Chinois ! (Charmante époque... ).

En sortant on retourne vers le bord de l'eau, cette fois-ci à l'est du centre. Le long de la promenade s'aligne de nombreux bâtiments coloniaux comme l’Assemblée et la Cour Suprême, le fort Cornwallis et le City hall d'un blanc immaculé.

On grignote quelques cakang (pois chiches) sur le pouce avant de se rendre au Food court de plein air de Old gurney.

Se dirigeant vers le Nord, on passe devant la fameuse Blue Mansion (utilisée dans le film Indochine) ancienne résidence de Cheong Fatt Tze, surnommé le "Rockfeller de l'Orient". Seulement une petite partie se visite mais on est en dehors des horaires...

On continue au hasard et avec délice la découverte de petites rues, de l'art mural et des anciennes maisons chinoises colorées. Ces maisons s'appelent des shophouses et sont véritablement un des trésors de Georgetown.

En bas: un exemple de shophouses délabrées comme on les aime. 

Ce mode d'habitation adopté dans de nombreuses cités coloniales d'Asie est assez simple et pratique. On retrouve des rangées de maisons mitoyennes avec commerce au rez-de-chaussée, galerie à arcade et le logement à l'étage.

La ville de George Town possède parmis les plus belles d'Asie et on en est tombé sous le charme ! Jamais très élevées, elles dépassent rarement deux étages et on une façade étroite, la profondeur elle, varie selon le nombre de cours intérieures.

On termine notre journée par quelques achats de street food, effectués chez des vendeurs ambulants ou "hawkers", qu'on dégustera tranquille sur la terrasse de notre guesthouse.

En Malaisie, et à Penang encore davantage, la street food est une institution, les vendeurs se regroupent le soir et vous pouvez goûter de nombreuses spécialités (d'origine diverses) délicieuses et pour pas cher !

Apparté: pour les végétariens/vegans la Malaisie est un paradis !

J3

C'est le dernier jour, et au réveil il tombe une bonne pluie tropicale... Dès que l'averse se calme, on enfourche le scooter loué dans notre guesthouse et direction le Penang national park (à 18km à l'Ouest du centre).

La moitié occidentale de l'île de Penang est restée très verte, comprenant un jardin botanique en plus du parc national.

Après quelques kilomètres au bord de mer la circulation devient moins dense et c'est agréable de sortir de la moiteur de la ville.

Malheureusement le ciel redevient menaçant et à peine arrivés devant l'entrée du parc, il se met de nouveau à dracher. Initialement on devait faire quelque petites heures de marche pour rejoindre la plus belle plage de l'île et la seule baignable de Monkey beach.

On fait donc demi tour en s'arrêtant au bord de plage entre les averses. On croise une mosquée sur pilotis entourée de petits bateaux de pêcheurs en bois. Tout ça avec comme toile de fond les premiers immeubles de la banlieue de Penang... encore une fois ici la tradition et la modernité ne sont jamais éloignées.

Après avoir hésité à se réfugier au cinéma d'un grand centre commercial, le soleil est de retour !

On file donc au temple bouddhiste de Kek lok si à 10 km à l’ouest de George Town. C'est une pagode impressionnante de 7 étages, à 10 000 Bouddhas et une statue de 30m ! (Tiens ça faisait longtemps depuis la Birmanie !). On l'admire de loin car il commence à se faire tard...

On souhaite clôturer la journée en accédant au sommet de Penang Hill. C'est une station climatique située à 735 m et qui permet, il paraît, un panorama incroyable sur la ville, la péninsule et la mer... On y va !

Notre erreur: au lieu de prendre le funiculaire situé à 5mn, on voit sur notre carte, un chemin d'accès sur l'autre versant où on espère pouvoir monter en scooter... Il y a des bouchons et après une petite demi heure de route on arrive devant une belle barrière... ils refusent de nous laisser passer, c'est uniquement pour les 4X4 et en payant un tour organisé bien entendu !

Un peu énervés on fait donc demi-tour et c'est retour au point de départ pour prendre le funiculaire.

L' après midi est bien entamé, alors on est soulagés de voir qu'il n'y a pas foule pour prendre nos billets (pas donnés d'ailleurs). Mais là, on se fait avoir comme des bleus, une queue interminable nous attend... Elle était bien cachée à l'intérieur du bâtiment. Comme dans les parcs d'attractions, on croit en arriver au bout, pour s'apercevoir qu'il y a encore foule dans une autre pièce...

On commence sérieusement a stresser car on doit prendre un bus de nuit dans la foulée... Finalement arrivés en haut on se dit qu'on aura le temps de voir le coucher du soleil. Mais c'était sans compter sur la queue pour redescendre !!!! Maëlle profite à peine de la vue pour prendre une place dans la file pendant qu'Aymeric reste pour prendre des photos grrr les boulets 😲

The view méritée ! 

Une fois redescendu, le timing est serré, en panique on fonce en scooter vers notre guesthouse à travers la circulation dense. Arrivés sur place, on est enfermés dehors et personne ne répond @#!/^&'¤%¡!!!!

Coup de chance, un couple à l'intérieur qui attendait aussi après les proprio nous ouvre.

On refait nos sacs (laissés a l'auberge ) en quatrième vitesse tout en commandant un Uber pour la station de bus. Chance, il arrive en moins de 5 minutes et nous dépose en trombe. Une fois les billets récupérés on file acheter notre repas du soir: des noodles instantanées et quelques biscuits. On fonce dans le bus avec nos noodles bouillantes. Une fois en route on les déguste au premier étage (et premières places) avec vue panoramique sur les lumières de la ville qui se reflètent dans l'eau, c'est du grand luxe 😁.

Direction l'autre côté de la péninsule vers les îles perenthians !

- Bus Cameron higland à Penang: 32 Ringgit (6,60€).

- Location scooter à l'hôtel: 35 Ringgit (7,20€).

- Excellente cantine à Little India et choix de déssert incroyables ! : Sri Ananda Bahwan


- Nuit à Penang à Thirty three Stewart house: 156 Ringgit (33€) pour 2 nuits (réservé via booking) avec pdj, très sympa et bien placé. Location de scooter sur place.

4

Notre bus de nuit nous dépose à la gare routière de Kuala besut à 4h30 du matin. Un rabateur vient directement nous proposer un bateau pour 6h du matin mais on n'y croit pas, d'après nos renseignements le premier part à 7h... bon on ne saura jamais si les touristes partis avec lui seront chanceux !

On attend donc que le soleil se lève avant de marcher tranquillement jusqu'au port, situé à un petit kilomètre. Nos tickets en poche, on poireaute 40mn en plein soleil, avant de filer avec délice sur les flots en direction des îles perhentians, situées à 19km des côtes (et à 30mn).

Notre petit esquif fonce à toute vitesse et c'est en vrai tape cul sur les vagues qu'on effectue la traversée. On dépose d'abord d'autres touristes à plusieurs plages de la plus petite île, celle de Kecil (plus routarde et festive) avant de débarquer à celle que l'on a choisi, l'île de Besar (plus belle et calme mais plus chère 😄).

L'archipel des Perhentians comprend en réalité 5 îles mais deux seules sont habitées.

On investi notre charmant bungalow chez Mama's chalet avant de prendre un petit déjeuner gargantuesque avec notamment un thé tarik et des rotee chanaï délicieux. La cuisine de cette "Mama" Indonésienne est tellement délicieuse (et peu chère) qu'on prendra tout nos repas ici ! Tout en mangeant, on aperçoit face à nous un village de pêcheurs sur l'île de Kecil avec sa mosquée blanche.

Après une petite sieste pour rattraper notre courte nuit, on part à la découverte de la plage de Coral view voisine de notre hôtel. On a de la chance elle est peu fréquentée...

Puis, de la magnifique baie située au Nord-Ouest de l'île, face au Perenthian island resort (à 5mn à pied de notre logement !). Ici c'est plage de sable blanc, nombreux cocotiers et ponton coloré, un vrai paradis. Mais le plus beau est sous l'eau !

On passe toute l'après midi à explorer les fonds marins et on n'est pas déçus ! Malgré une fréquentation touristique assez importante, et des coraux quelques peu abîmés par endroit, l'océan regorge de vie sous marine par ici. On tombe directement nez à nez avec des bébés requins pointe noire qui viendront régulièrement à notre rencontre, des poissons perroquets, des mérous juvéniles, des raies, des poissons clowns...

Cette plage est également connue pour sa population de tortues qui viennent s'alimenter en algues, on a la joie d'en croiser quelques unes 😄 On effectue une grande boucle jusqu'à revenir à la plage de notre hôtel et, passant près de rochers, on se fait attaquer par des sortes de sternes qui étaient en train de couver ! Gare à la tête, elles foncent directement en piqué vers notre crâne.... on se croirait dans un remake des Oiseaux d'Hitchcock 😨

Pour les plus beaux coraux du coin, quand vous êtes dos au resort partez vers la gauche jusqu'à la pointe. Et pour les tortues c'est tout droit ! Il y a souvent des bateaux de tourismes qui tournent a leur recherche, s'il y a plusieurs bateaux au même endroit, les tortues sont là 😉

Le lendemain on part pour un tour organisé par notre hôtel en direction de l'îlot inhabité de Rawa. Toutes les îles dépendent du Pulau Redang National Marine Park, il est donc interdit d'y pêcher, y prélever des coraux ou jeter des détritus. Il faut donc payer un droit d'entrée mais on voit le bel impact de ce parc !

Chance, on ne se retrouve que tous les deux ! Au total, on fera 4 arrêts snorkelling. Tout d'abord au large de l'île de Kecil puis à Rawa avec sa plage paradisiaque et enfin ses alentours avec de beaux tombants. Ici les coraux sont mieux préservés mais pas de photos des fonds, on avait pas loué l'appareil...

L'après midi on traverse un bout de jungle tropicale pour gagner la baie de Tuna beach située 20mn plus au Sud. Arrivés à la plage du resort Abdul's chalet, il se met à pleuvoir, on fonce donc à l'eau ! Ici encore la population sous marine est diversifiée et incroyable. Les coraux sonts moins présents, mais il y a par endroit des assemblages de grillage-pouponières de corail pour repeupler les fonds ! Par contre on ne regrette pas notre choix de lieu de villégiature, ici c'est beaucoup plus construit.

De retour aux alentours de notre hôtel... 

C'est déjà le dernier jour dans notre petit paradis... On se fait une matinée snorkelling à nouveau face à la plage du Perenthian island resort pour dire au revoir aux nombreuses tortues, barracudas et poissons multicolores.

Après un déjeuner tardif, on regagne la côte ,tristes de ne pouvoir rester plus longtemps... mais il nous faut attraper un bus pour Kuala lumpur suivit d'un de nuit pour Malacca notre dernière étape en Malaisie. Les îles Perhentians furent une belle surprise, on ne pensait pas trouver (retrouver pour aymeric qui avait déjà adoré ces îles il y a plus d'une décennie) autant de plages et de fonds magnifiques et préservés...

On a pas eu le temps mais sachez que de nombreuses autres excursions sont organisées vers Turtle Point, Fish, Corral Point et Shark Point notamment et que vous pouvez vous rendre à d'autres plages en bateau taxi par vous même sans difficulté.

- Bus Penang à Kuala besut: 55 Ringgit (11,30€).

- Bateau A/R de Kuala besut à île Besar: 70 Ringgit (14,40€).

- Location matériel de snorkelling à notre hôtel: 20 Ringgit/jour (4,10€).

- Nuit à Besar chez Mama's chalet: 100 Ringgit (20,60€) la nuit dans un petit bungalow trop sympa, restaurant sur place avec nourriture copieuse et de qualité, location matériel et excursions possible.

Réservé à l'avance en les appelant: voici leur site

5

Après à nouveau un long trajet en bus, passant au milieu des tristes plantations d'huile de palme, nous voici arrivés à la gare routière de Malacca en provenance de Kuala besut (Du nord Est au Sud Ouest ). Comme d'habitude elle est à distance du centre... On prends donc un petit déjeuner tout à côté en profitant de leur wifi afin de commander un Uber pour rallier notre hôtel. Pour une fois pas de galère à chercher le transport public local... il fait vraiment trop chaud pour ce genre de folies !!

Après ce trajet de nuit, on est comme souvent crevés, car on ne ferme quasiment pas l'oeil. Arrivés à la guesthouse on s'écroule donc une petite heure au frais de la climatisation avant d'aller découvrir la ville dans la fournaise du début d'après midi.

On commence par la place rouge iconique de Malacca, le Dutch square, reflet de 130 ans de colonisation Hollandaise. On y trouve la vieille Christ church, une tour d'horloge et une fontaine en l'honneur de la magnifique reine victoria 🤣. En effet l'histoire de Malacca (ou Melaka) est longue et mouvementée.

En 1400, le sultanat établi sur place contrôle et tire ses richesses du commerce maritime empruntant le détroit de Malacca, route principale des échanges vers l'extrême orient ! Forcément ça attire certains pays étrangers... Les premiers à coloniser la ville sont les Portugais en 1511, puis les Hollandais en 1641, et finalement les Britanniques qui la récupère en même temps que l'ensemble de la péninsule en 1824. Elle redevient finalement Malaise en 1957 lors de l'indépendance. Tout ça pour dire qu'il y a ici une diversité culturelle et architecturale extrêmement importante. Melaka elle est aussi un des berceaux de la culture Baba-nyonya issue des mariages chinois/malais. (on en parle plus en détail dans l'article sur Penang.

Forte de tout ce passé, le centre ville est classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

On a donc pas visité le musée baba nyonya héritage museum mais Aymeric qui l'a déjà visité le conseille.

Fatigués par le poids de toute cette histoire (et pas par les 40° ambiants, non, non 😬) il est temps de se remplir l'estomac. Non loin du Dutch Square on vous conseille le délicieux restaurant Indien Selvam, où comme de bien entendu on mange sur des feuilles de bananier ! Et forcément on commande Thé tarik et Roti chanaï, le classique Malais qui fait plaisir aux papilles.

Maintenant plus en forme, on peut partir à l'assaut des quais de la rivière Melaka. Ses méandres aménagés sont bordés de restos et de facades colorées ou tagguées, on fait le plein de street art. Voici un parfait exemple de la diversité des peuples façonnant la Malaisie actuelle:

Il est possible de s'y balader à moindre effort, à bord d'un des petits bateaux effectuant la navette sur quelques kilomètres. On regretterai presque la relative fraicheur que doivent ressentir les touristes qui passent en dessous de nous ! Mais on peut ainsi se permettre de nombreux détours notamment vers des ruelles plus authentiques.

En passant d'une rive a l'autre on arrive ensuite sur un secteur plus moderne avec quelques tours vitrées, avant de gagner le quartier de Kampung Morten et ses vieilles maisons en bois d'architecture Malaise. Le contraste de ce petit quartier niché au milieu d'un méandre encerclé de batiments imposants et bien plus neufs est saisissant.

On a la chance d'effectuer la visite de la villa Sentosa avec un de ses habitants, l'actuel chef de famille. Des parties de la maison sont converties en musée (avec collection de vieux objets, de tenues,...) alors que d'autres servent toujours d'habitation. Notre hôte, un amour, nous parle de l'histoire de sa famille ainsi que de la construction de cette maison typique Malaise datant de 1920. Le salon ouvert est très ingénieux notamment, véritable puit de lumière où le sol est penché pour qu'en cas de pluie, l'eau s'écoule vers deux trous d'évacuation creusés à chaque coin.

Après quelques ponts et circonvolutions, on retourne vers le centre ville pour se perdre avec bonheur dans le dédale de ses vieilles ruelles. Comme à Georgetown, on retrouve de nombreuses shophouses (maison et boutique) et un mix entre mosquées, temples chinois et Hindous. Bel exemple de mixité et tolérance religieuse comme toujours !

Pour la lumière de fin de journée, on gagne de la hauteur vers le point de vue de St paul's church, sorte de colline verdoyante dominant la ville et la baie où se situe les ruines sans toit de cette église Portugaise. En redescendant de l'autre côté on tombe sur les reliques du bastion fortifié de Santiago, autre relique Portuguaise.

Slalommant entre les nombreux tuk-tuk à la décoration criarde et musique de boite de nuit (qui sont une autre spécialité de Malacca de nos jours...) on file à proximité de notre hôtel diner à un marché ouvert nocturne.


On ne sait plus où donner de la tête ! De nombreux stands sont répartis sous une halle, et ton choix fait, tu t'installes sur une des tables située à l'extérieur pour déguster tes emplettes. Puis vient avec délice, le moment de regagner notre lit au frais !


Le lendemain on fait un tour rapide du centre ville et de Chinatown. Notamment le temple Chinois de Chang hoon tang, plus ancien de Malaisie et celui situé en face qu'on avait pas eu le temps de visiter la veille.

On se ballade ensuite dans Jonker street, coeur du Chinatown de Melacca et ses ruelles adjacentes. Situé en face du quartier colonial, cet endroit fourmille d'échoppes typiques et de maisons plus opulantes.

Après un dernier succulent cendol (voir photo), on file récupérer nos sacs pour attraper au vol notre prochain bus pour Singapour, situé à 240 km au sud de la même péninsule.

Après un passage frontière rapide on est heureux de retrouver cette ville état pour quelques heures (ici voici notre article sur Singapour)... déposés dans le quartier arabe, notre vol n'est qu'à 23h55, on se fait donc un bon resto typique avant de gagner l'aéroport en train. Ce vol signe la fin de nos aventures en Asie après 7 mois et 8 pays visités. Prochaine étape l'Océanie avec la ville de Sydney !

- Bus kuala besut à Melacca avec changement de bus à Kuala lumpur (station TBS): les deux tickets payés environ 60 Ringgits (12,50€) par personne.

- Bus Melacca à Singapour: 10$ (8€).

- Nuit à Melacca à Three little birds home: 80 Ringgits (16,50€). Bien situé, bon petit déjeuner compris.

6

Nos coups de coeur:

- La nourriture ! Diversifiée, pleine de couleurs et de saveurs: un délice pour pas cher.

- La tranquilité et la beauté des plages et fonds marins aux Perenthians islands

- L'île de Penang et la ville de Georgetown plus particulièrement pour son street art et ses shophouses.

Un poil de négatif:

- Le côté plus construit et hyper développé que ses voisins, ça fait bizarre au départ...

- Le disneyland pour vacanciers Chinois de certaines bourgades des Camerons highlands.

On ouvre la bourse:

En comptant nourriture, logement, transports, activités, extras,...

Nos 12 jours en Malaisie nous seront revenus à 26€ / pers et par jour. (Contre 24€ prévus grâce à l'excellent site planificateur à contresens).

En comptant le vol d'Indonésie, on arrive à un GRAND TOTAL de 949€ à deux (soit 474€ par personne pour 12 jours).

Pour lire la suite de nos aventures voici le lien vers le carnet tour du monde.