La diversité du Vietnam

10 étapes
11 commentaires
11
Pays incroyablement dynamique qui a su renaître après 30 ans de conflit. Le Vietnam fut un coup de coeur entre ses paysages si différents et inattendus et l'hospitalité chaleureuse de ses habitants.
Du 31 mars au 30 avril 2017
31 jours
Partager ce carnet de voyage
1

D'une capitale à l'autre

Pour passer la frontière entre le Cambodge et le Vietnam, ce sera (presque) facile. Sauf que la compagnie de bus, à Phnom Penh, oublie de venir nous chercher... Après les avoir appelé, ils déboulent mais notre bus a sois disant eu un problème de roue donc on doit prendre le suivant, bon on est les seuls à attendre,bizzare... On ne va pas se plaindre, cela nous permet d'aller s'offrir un petit déjeuner avant d'embarquer.

Premier stop avant le poste frontière Cambodgien où un homme récupère les passeports de tout les passagers dans un sac plastiqe pour aller les faire tamponner... "ne tombe pas de ta motobike Garry ! " On remonte dans le bus pour descendre 5mn plus tard, et avec nos sacs, au poste frontière Vietnamien. Chaque personne est appelée et récupère son passeport qui a suivi toutes les formalités tout seul comme un grand !

Du cambodge au vietnam
Du cambodge au vietnam

Arrivés sur Ho chi minh (7h plus tard), on cherche comment rallier directement le delta du Mekong et la ville de My tho. La guichetière trop sympa, nous note toutes les indications: il faut se rendre a 20mn à pieds de là, au guichet de la compagnie Futa. Nos tickets en poche, on attends en tentant de suivre les indications au micro pour monter dans le bon minibus qui doit nous emmener à la gare routière. Le gars qui s'en occupe est un nerveux et on a du mal à comprendre ses gestes et donc ce qu'il veut... "viens là, non assis toi, non viens là...." grrr ça agace, au final il lance quasiment Maëlle à l'avant du van et tente de compresser Aymeric à l'arrière en lui hurlant dessus car ses grandes jambes ne passent pas à cause des colis... tout les autres passagers ont l'air gênés par son attitude et nous on essaye de rester zen même si c'est pas facile ! Mais bon on va pas commencer le périple vietnamien en assommant un local le premier jour 😅

Une fois à la gigantesque station de bus de l'ouest, il faut à nouveau tenter de comprendre leur système... Un Vietnamien assis à côté de nous essaye de nous expliquer par gestes en voyant notre air désespéré. Au final ce n'est pas si compliqué, l'immatriculation du bus est notée sur notre ticket. Y a plus qu'à attendre et sauter rapidement dedans, parce qu'ici les bus défilent et ne s'arrêtent pas, c'est la course, mais au moins ça avance !

Après avoir sauté dans le bon, quelle n'est pas notre surprise quand on nous demande d'enlever nos chaussures et que l'on se retrouve installés sur des couchettes inclinables hyper confortables avec eau gratuite et wifi ! Le luxe pour 1h30 de trajet !


My tho et l'île de la licorne

Descendus à My tho à 20h30, la journée commence à se faire longue (au compteur on a déjà 1 Tuk-tuk, 2 minibus, 2 bus, et 2 Capitales... ), on appelle notre hôte qui nous conseille de prendre des moto taxi c'est à dire qu'on se retrouve chacun assis à l'arrière d'un chauffeur de scooter, nos gros sacs entre le guidon et le pilote. Maëlle qui a eu la brillante idée d'être en sari (sorte de jupe longue) teste la position en amazone derrière un papy bien portant, bon y a plus rassurant ! Après une session scooter cross sur une dernière portion de terre nous voilà enfin arrivés à notre homestay sur l'île de la licorne !! 🤗

C'est une française rencontrée au Cambodge qui nous avait conseillé l'endroit et on ne regrette pas. Tan et sa famille sont adorables et nous préparent un repas digne d'un restaurant. Pour nous deux la table est remplie de mets différents, tous délicieux, on ne sais plus où donner de la baguette !

Au matin on fait la connaissance de Stéphanie qui nous accompagne pour une virée à vélo à travers l'île de la licorne puis l'île du phoenix (oui ils font fort niveau mythologie par ici...). On espère trouver un bateau pour nous mener au milieu des arroyos. Ce sont de petits canaux permettant de circuler dans le delta entre les différents bras du Mékong. Pour cela il faut aller tout au bout de la petite île, bon ce n'est pas compliqué il n'y a qu'une piste ! A l'extrémité se trouve un hôtel qui propose des prix exorbitants donc on se rabat sur une boutique d'objet en bois faisant aussi des excursions. Une négociation au téléphone et 20mn d'attente plus tard, le bateau vient nous chercher.

Après 10mn de navigation on change d'embarcation pour une petite barque qui va nous permettre de circuler au milieu des canaux, le bonheur on se voit même affublés de magnifiques chapeaux chinois ! 🤣.

On croise pas mal de monde pendant les 15mn que va durer le passage entre les cocotiers d'eau. Puis déposés à un restaurant, on nous sert des fruits et du thé pendant un "concert". Des couples se succèdent au micro accompagnés d'instruments traditionels, et on serre les lèvres pour ne pas rire tellement ça nous parait mièvre et faux, question de culture musicale différente sans doute !

C'est reparti dans l'autre sens et notre guide nous dit que c'est déjà terminé, comment ?? on nous avait dit qu'il y en avait pour 3h, surtout vu le prix, vive l'arnaque ! Elle nous arrête du coup à une fabrique de bonbons à la coco, un ptit tour sans explications et puis s'en vont !

Bon c'était sympa mais si c'était à refaire on n'y réfléchirait à deux fois ou on se rendrait directement aux abords des arroyos pour trouver un local en barque qui nous fasse faire un petit tour...

Stephanie retourne vers l'homestay tandis que l'on poursuit la balade vers la province de Ben tree située de l'autre côté du pont emprunté ce matin. Et c'est magnifique ! De petits chemins serpentent entre les allées de cocotiers, on croise des demeures de toutes les couleurs et d'anciennes tombes chinoises disséminées un peu partout dans la végétation.

Et au milieu de tout ça et des canaux d'irrigation, on peut aussi voir de gros lézards qui se dorent au soleil ou de la propagande communiste 🤔 Il y en a vraiment pour tous les goûts !

On fait des circonvolutions sans fin, parfois on passe un pont qui surplombe un arroyo, d'autre fois on s'enfonce dans la végétation, quel plaisir de pédaler par ici ! C'est plat et assez souvent à l'ombre donc les kilomètres s'enchaînent sans peine malgré la chaleur et l'humidité ambiante. Tous les gens que l'on croise on l'air bien étonnés de nous trouver là, mais sont tout sourire et nous saluent chaleureusement. On a l'impression d'être à la découverte d'un monde caché et tout à fait paisible...

Seul hic, on tombe à de nombreuses reprises sur des chiens qui défendent hargneusement leur territoire (et qui ne doivent pas aimer notre odeur de petits blanc), un tente de mordre le pied de Maelle et plus tard, on fuit mort de peur face à un énorme rottweiler qui nous courre après en grognant... (bon c'est surtout quand on fait les idiots sur de minuscules chemins entre les maisons... 😁)

Le temps vire à l'orage en fin d'après-midi, ça pédale sec pour échapper aux gouttes mais on se prends quand même une bonne saucée juste avant d'arriver à la guesthouse. Le patron trop mignon nous sert bières sur bières et on passe la fin de journée et la soirée à discuter avec lui du Vietnam et de sa vie. Il nous apprends même de nombreux mots et leur prononciation, extrêmement difficile au vietnam (comme d'habitude on se fait des notes pour pouvoir baragouiner quelques mots et négocier). Un amour on vous dit !

A droite Tan notre super hôte ! 

Cai be et son marché flottant

Le jour suivant, c'est le départ pour Cai be bourgade au Sud ouest où on espère admirer un des marchés flottants qui font la renommée du delta du Mékong. Un coup de moto taxi et de bus local plus tard, nous voilà au bord d'une grande route, mais ni Maps, ni Maps.me ne localisent avec précision notre hôtel... On s'octroit donc un café sua (spécialite vietnamienne de café fort avec du lait concentré sucré) le temps de réfléchir... au final ce sont les patrons du café qui nous montreront la direction. Et l'hôtel est un vrai palace pour le prix ! Décidément le Vietnam commence vraiment bien !

Comme la pluie nous a rejoint on passe la fin de journée à paresser avant d'aller diner dans un boui boui de bord de route une des meilleure soupe qu'on n'ai jamais gouté. Spécialité du sud, on vous conseille le pho outiou chay ,(prononcer "feuh outïou tchaï") noodles, légumes et diverses sortes de tofu avec des espèces de chips croquant... un délice !

Le lendemain c'est à nouveau à vélo qu'on circule dans Cai be et sur les bords du fleuve. On savait que le marché flottant serait petit, le plus grand est plus au Sud à Can tho, mais de la berge on ne voit pas grande agitation... On hésite à payer un tour en bateau pour ne pas se faire avoir une deuxième fois...

Après avoir traversé le pont situé au sud de la ville (tout neuf donc pas sur les cartes) on remonte la berge sur la gauche qui fait face au centre ville, et là on tombe sur un veil homme qui nous propose d'aller faire un tour avec lui. On préfère lui donner des sous plutôt qu'à une grosse compagnie, donc ni une ni deux on charge nos deux vélos sur la petite embarcation et c'est parti moussaillons !

En effet le marché flottant n'est pas très étendu, ils sont d'ailleurs en voie de disparition sur le Mékong, mais on a vraiment aimé la ballade entre quelques bateaux rempli de denrées. On verra du commerce de gros, mais aussi quelques échoppes flottantes. Au milieu de tout ça il semble aussi y avoir des familles qui habitent sur des bateaux.

En remontant le long de la ville, on passe auprès de veilles maisons les pieds dans l'eau. Les facades sont pour le moins atypiques et décrépies ! Sur le retour, Vlan c'est reparti pour la pluie, même pas grave on avait pensé aux K ways ! Heureusement parce que ça tombe sacrément fort même si on est en saison sèche, des trombes d'eau. On imagine ce que ça doit donner en saison de pluies quant ça dure des heures... Alors qu'on se dirige vers notre point de départ, on croise les premiers gros bateaux de touristes, ils nous mitraillent hilares en nous regardant dégoulinant avec nos vélos dans ce tout petit bateau 🤣.

Une fois descendu, on abandonne l'idée d'aller se promener sur l'île de Tan Long, même si l'île regorge de plantation de fruits, vu le temps on préfére jouer la sureté et on fini dans un café au sec après un tour à la boulangerie ! D'autant plus qu'au café il y a des hamacs ! ils ont vraiment tout bon ici...

Un coup de bicyclette plus tard nous voilà de retour à l'hôtel, les sacs sur le dos on se rend au croisement avec la nationale pour tenter d'arrêter un bus pour Ho chi minh. L'éclaircie est de courte durée on file s'abriter dans un bar alors que le ciel nous tombe sur la tête (encore) et c'est un autre client qui nous arrêtera le bon bus ! On fait nos adieux, tristes, au Mékong, qu'on suit depuis de nombreux pays...

- Bus Ho Chi min à My tho: 100 000 dongs (3,90€).

- Moto taxi centre ville My tho à homestay: 50 000 dongs / pers (1,95€).

- Nuit My tho sur l'île de la licorne à Han dien homestay: 10$/pers/nuit avec petit déjeuner. Repas du soir 10$/pers: si vous passez par là allez-y !!

- Bus My tho à Cai be: 17 000 dongs (0,70€).

- Nuit à Cai be au Aurora Mékong Hotel: 8,70€ via Agoda


2

Nous voilà donc à Saigon ! Rien que le nom de la ville faisait travailler notre imaginaire, on ne peut pas vraiment expliquer pourquoi, la faute au Tintin de notre enfance sans doute !

On a été extrêmement chanceux pour la visite de cette ville, le lendemain de notre arrivée on retrouve Vu, un Vietnamien rencontré sur le toit d'un temple en Birmanie et avec lequel on avait gardé contact. Après s'être donné rendez vous près de l'énorme marché central de Ben than, on part déjeuner ensemble dans un restaurant non loin.

En haut à D: le marché Ben than / En bas: Vu notre fabuleux guide 

Vu commande de nombreuses spécialités locales à nous faire découvrir, et on est très gêné, il insiste pour nous inviter... Rassasiés nous voilà prêts à arpenter la ville.

Tout d'abord le centre, magnifique, avec son mélange de bâtiments coloniaux bien conservés et de buildings modernes. On passe devant de nombreux édifices iconiques comme l'hôtel de ville devant lequel trône la statue de Ho Chi Minh, ou encore l'opéra.

C'est d'autant plus passionnant avec un Vietnamien qui connaît aussi bien l'histoire de sa ville et de son pays ! Donc pour information le nom de la ville Ho Chi Minh a été changé en 1975 en l'honneur du Mr du même nom, héro libérateur du pays.

Puis vient la cathédrale Notre dame de Saïgon, toute de rose vêtue et la poste centrale, superbe avec sa façade jaune, et son hall immense.

En bas à gauche les anciens box pour téléphoner !!  Et oui ça fait longtemps qu'on a oublié cette époque pré téléphones mobiles.

Non loin, se trouve l'allée des bouquinistes, qui fait penser à une rue parisienne ! On se fait une pause dans un café réputé, il paraît que Français Hollande y est venu lors d'un passage au Vietnam... Situé dans un vieux bâtiments haut de plafond et avec un ascenseur en bois de style Art déco, on a vraiment l'impression d'être en France ! La vue sur la tour Bitexco est pas mal d'ici non plus.

Vu nous emmène enfin changer nos kips laotien, bon on aurait mieux fait de les échanger au Laos car on perd 20$ dans l'histoire ! Mais impossible de trouver un meilleur taux de change, les kips ne sont pas assez bankables !

Malgré un trafic incroyable, majoritairement de scooters, la ville garde un aspect aéré et verdoyant avec ses nombreuses allées arborées et ses parcs.

Après un passage par la bibliothèque nationale, à l'architecture originale (qu'on qualifierai de chinoise mais en fait c'est vietnamien...), on déambule dans les rues animées jusqu'au bord de la rivière Saigon.

De nombreux sportifs sont présents sur les rives ainsi que des vendeurs ambulants, tandis que la vie sur l'eau est beaucoup plus tranquille, voici quelques papis glandouille ! 😉

On quitte Vu à regret, il doit préparer son départ pour une université Allemande le lendemain. De notre coté on regagne notre logement, situé au sein d'un dédale de ruelles non loin du quartier backpacker. Pour ceux qui aiment être au calme tout en profitant de tout les avantages c'est idéal.

Le lendemain, on souhaite visiter le musée de mémoire de la guerre après un délicieux ban mi hop la (sandwich à l'omelette et légumes) non loin de là. En calculant mal notre coup, on arrive peu de temps avant la fermeture du déjeuner... Grâce à une appli hyper pratique (à voir en bas d'article) on se trouve un bus local direction le quartier chinois. Le marché chinois de Cho binh tay étant en rénovation, ce sont d'immenses allées couvertes qui abritent un bric à brac sans fin où on cherche désepérémment un bouche évier pour faire notre lessive !

Aux alentours, chaque boutique est thématique: une pour les ventilateurs, une pour les cuisine, une pour des jouets en plastique, .... 😂

Après s'être bien perdus dans le quartier, on visite deux temples Chinois en bois. L'architecture change (avec délice !) par rapport à ce que l'on a déjà rencontré. D'énorme spirales d'encens y diffusent leur saveur et fumée en continu.

Un coup de bus dans l'autre sens et nous revoilà au musée des vestiges de la Guerre (War Remnants Museum). Le Vietnam qui était une colonie Française depuis la fin du 19ème siecle, tombe après la seconde guerre mondiale, aux mains du mouvement Việt Minh, indépendantiste et communiste. C'est le début de la Guerre d'Indochine, qui se solde en 1954 par la défaite des Français malgré l'aide financière des Américains. Le pays est coupé en deux, au Nord une République communiste soutenue par la chine et l'URSS, au Sud une "dictature" soutenue par les Américains pour contrer le communisme, et oui on est en pleine guerre froide. Voici donc où commence la Guerre du Vietnam.

Le musée aborde sous differents thèmes cette guerre. On y apprend avec effarement les effets de l'agent orange, vaporisé à tour de bras par les américains pour détruire la forêt où se cachaient les Viêt-Cong. Cet herbicide a entrainé d'innombrables malformations chez les nouveaux nés, handicaps mentaux,... Et continue jusque aux génerations actuelles à laisser des traces de son action. Au passage, un grand merci à Monsanto, il y a plus de 50 ans déja, ils étaient au top pour nous pourrir la santé !

Une autre salle est réservée à des images fortes de reporter de guerre qui dénoncaient avec leur objectifs les éxecutions arbitraires et autres crimes de guerre perpetués par les Américains et sud Vietnamiens.

En sortant, un peu chamboulés on passe un moment à errer sans but et à observer toujours aussi surpris l'océan de scooter circulant à Ho Chi Minh. C'est vraiment plus impressionnant que dans tout les pays que l'on a traversé !

Pour célébrer la vie et le fait de n'avoir pas connu d'événements aussi tragiques, on se fait une folie en s'octroyant un cocktail et une bière du haut de l'Elios Hotel. La vue est incroyable sur la forêt de buildings qui nous fait face.


- Bus Cai be à Ho chi minh: 100 000 dongs (4€).

- Taxi station de bus au centre ville: 140 000 dongs (5,50€).

- Nuit à Ho chi minh au Thuan duc hôtel: 365 000 dongs (14,30€): on ne vous le conseille pas vraiment alerte bed bugs !!

- Bus de ville: 6000 dongs (0,40€) le trajet

Télécharger l'appli bus.me qui permet d'avoir le plan des lignes, l'heure de passage... possibilité de charger pour Saigon ou Hanoi. Appli trouvée grâce au drôle et excellent blog Les gros sacsoù on vous encourage à faire un tour !

3

Changement de décor, après 6h30 de bus nous voilà en vue de la mer de Chine. La station balnéaire de Mui Ne (prononcer "Muiné") étant plébiscitée par les Russes, de nombreux complexes hôteliers se succèdent le long de la côte et la plupart des menus de restaurants et noms de boutiques sont affichés en Russe ! Elle est également très connue pour ses sports nautiques et ses baies propices au kite surf. On avait hésité à s'y rendre craignant de retrouver une ambiance bien trop "riviera" sans compter la réputation très corrompue de la police locale. Finalement la région fut pleine de surprises.

Déjà la guesthouse où l'on tombe est tenue par un amour de femme qui ne cessera de nous couvrir d'attentions et nous offrira des fruits coupés directement livrés dans la chambre ou des shakes de fruits du dragon violet, spécialité de la région. Ensuite, les paysages rencontrés sont à mille lieues de ce que l'on imaginait trouver au Vietnam !

Le fairy stream

A 10 mn à pied de notre hôtel, se situe le petit canyon de fairy stream, une fois les chaussures enlevées, tu le remonte à contre courant ! C'est bien agréable comme type de randonnée les pieds au frais et sur le sable doux... il y a même quelques bars directement dans l'eau !

Ces dégradés de sable rouge, gris et ocre formant des cheminées de fées encerclés de végétations sont magnifiques, et on pousse jusqu'au bout du canyon où se situe une petite chute d'eau.

En remontant le flanc ouest, par une piste remplie de bouses de vaches (bon choix 😂), on se retrouve alors surplombant le canyon pour une vue encore plus incroyable !

Avant de redescendre, petit détour à travers les dunes rouges et une végétation rapeuse avec en toile de fond l'océan d'un bleu profond, splendide...

C'est bientôt le coucher du soleil, on file à travers les cocotiers vers la plage la plus proche pour l'admirer. Posés sur le sable, de nombreuses embarcations en forme de coque de noix donne un premier plan bien sympa pour les photos. Et pour finir cette journée se sera une bière bien fraîche d'un bar au bord de plage qui deviendra notre QG nocturne !

White sand dune et red canyon 

Le lendemain c'est en scooter qu'on se rend aux dunes de sable blanc situées à 30 km de Mui Ne. Bon on nous a prévenu, mieux vaut ne pas être arrêté par la police qui a tendance à extorquer des sommes folles aux touristes sans raison valable... Même notre hôte nous a conseillé d'essayer de les éviter !

On part donc, l'oeil aux aguets et justement quelques kilomètres plus loin, au milieu d'une longue ligne droite on les aperçoit. Ils ont l'air déjà occupés à contrôler quelqu'un et ne regardent pas dans notre direction. Aymeric accélère, se planque à moitié derrière un 4x4 et on passe ! Les policiers nous sifflent en s'apercevant qu'on est passés entre les mailles du filet, ouf, trop tard les gars !

La route de bord de mer que l'on emprunte par la suite est pas mal du tout, plages vierges (ouf ils n'ont pas construit partout), terre blanche et ocre, et peu de circulation.

En arrivant aux dunes, il faut payer un petit droit d'entrée puis c'est parti pour la découverte soit en jeep, soit en quad, soit à pieds, solution que l'on choisi.

Ça grimpe, le soleil est brûlant mais qu'est ce que c'est beau. Arrivés en haut des dunes, la récompense est un panorama contrasté entre la blancheur éclatante du sable, un lac bleuté et la mer, les roches rouges et la végétation, on est vraiment au Vietnam là ?

Sur le retour, on s'arrête au Red canyon, bon ce n'est pas le grand canyon mais la balade est quand même bien sympa et en plus on est tout seuls. On dérange des dizaines de lézards qui se dorent au soleil tout au long du chemin. Après avoir exploré plusieurs infractuosités, on prends de la hauteur et des femmes qui entretiennent le jardin nous offre des fruits bizarres... on les déguste en profitant de la vue.

Avant de rentrer on fait un petit tour par la bourgade de Mui ne qui est restée un port de pêcheur, les gros complexes hôteliers se situent davantage aux alentours... un promontoire nous permet d'apprécier la quantité hallucinantes de bateaux et coques de noix ! A la nuit tombée chaque bateaux dispose d'une balise rouge clignotante, on vous dit pas l'aspect guirlande de Noël à perte de vue. Après une pause à l'hôtel, on se refera péniblement une bière au coucher du soleil 😁 Malheureusement le lendemain on quitte déjà ce petit coin qu'on se sera surpris à aimer pour aller vers les hauteurs de Dalat.

- Bus Ho chi minh à Mui ne: 110 000 dongs (4,50€)

- Nuit à Mui ne à Quoc dinh guesthouse: 11,19 €, excellente adresse avec patronne au top !

- Location scooter à la guesthouse: 80 000 dongs (3,50€)

4

La route qui mène à Dalat, ville située à 1500m sur les hauts plateaux Vietnamiens, nous permet de peaufiner notre technique de saut au dessus des sièges de bus !

On tombe comme souvent sur un chauffeur bien pressé qui ne se soucie pas des nombreux creux et bosses !

Déposés en plein centre, on rejoint notre guesthouse sur les hauteurs, avec en tête: Daaa-laaaaaat, ton univers impitoyaaa-able, Daaaa-laaaaat 🎶😂 et bien non c'est plutôt une petite bourgade charmante qui nous séduit de suite...

Un déjeuner tardif avalé à un buffet végétarien non loin ( oh joie des patates ! Oui, mangez 5 mois de riz non stop et on en reparlera !) et nous voilà requinqués et prêt pour une balade.

On commence direct par les bords du lac autour duquel s'articule la cité. On se croirait dans une ville des Alpes entre le style des habitations, l'air frais et les pelouses bien taillées.

En effet Dalat fut développée par les Francais qui y ont trouvé l'endroit idéal pour se reposer et se soigner loin de la torpeur de Saigon. Elle est d'ailleurs surnommée le petit Paris et possède même une petite réplique de la tour Eiffel !

Quittant les bords du lac, ça grimpe tranquille jusqu'à la gare des trains, bâtiment original datant de la colonisation Francaise. Des trains à crémaillère y sont de nouveaux en action et on passe un moment à attendre le départ de la locomotive d'époque !

On flâne ensuite dans la cossue rue Yersin et ses nombreuses demeures coloniales avant de retrouver le lac pour déguster un café Sua da (spécialité vietnamienne de café infusé sur lit de lait concentré sucré, se déguste froid ou chaud) au soleil couchant... oui oui y a pire !

Après cette pause bienvenue, on regagne le centre ville et son marché nocturne. Là, c'est la folie ! Des étals à n'en plus en finir, du monde et du bruit... quel contraste ! Dalat est une destination touristique très prisée des locaux ce qui explique le nombre impressionnant d'hôtels qui nous surplombent.

Aymeric déambule entre les stands de fruits et légumes éclatants de couleur et de diversité et se fait rabrouer à deux reprises par des vendeuses craignant qu'il ne les prenne en photo, les mégères ! Bon on vous rassure le reste de la populace est fort sympathique...

Pour terminer la journée en beauté, et à la mode de chez nous, on se fait une razzia salée et sucrée à la boulangerie Hoa bakery qu'on se mangera peinard sur la terrasse de notre guesthouse, na !


Après une bonne nuit de sommeil à la fraîche (ça change !) et un petit déjeuner au son de Jo Dassin et Christophe (nos hôtes sont fans de "musique" Française 😂) on est prêt pour de nouvelles aventures ! Les environs de la ville ont l'air prometteurs, comme d'habitude montés sur notre fidèle scooter dit Maurice, on file au travers de paysages de serres et de pinèdes.

Premier arrêt à la pagode Linh An, joli temple entouré de végétation hyper ordonnée et sutout son incroyable Bouddha hilare, ventru, joufflu et bleu !

En contrebas se situe les éléphant waterfall et même si, à force, on a notre diplôme d'experts en chute d'eau, elle nous plaisent beaucoup. On se fait une petite séquence aventure entre les escaliers glissants et un passage périlleux qui nous conduit en dessous de la cascade. Brumisés, boueux mais heureux, on profite avec joie du beau point de vue arrivés à ses pieds.

De retour vers la ville, on se fait une halte à la pagode Truc lam zen, qui comme son nom l'indique est bien zen ! (Blague du soir espoir 😄). Mais surtout entourée par un jardin fleuri magnifique surplombant le lac Tuyen lam et de nombreux bonzaïs qui font la joie d'Aymeric légèrement obnubilé par ça, surtout en en voyant autant et de si beaux...

On suit brièvement les rives de ce lac avant de gagner les hauteurs de Dalat et le départ du téléphérique qui mène au temple que l'on vient de visiter. On est perpétuellement en train de s'extasier et de s'arrêter au bord de la route tellement le panorama est beau.

Vient ensuite la visite d'un des temples boudhistes les plus loufoques et originaux que l'on ait fait jusqu'à présent ! Chaque centimètres carrés de la pagode Linh phuoc est entièrement recouvert de morceaux de terre cuite, de porcelaine et de débris de verre notamment de bouteilles de bières !

On peut grimper à différents niveaux des temples et se perdre entre les statues et mosaïques. Au rez de chaussé d'un des bâtiments se tient une exposition de sculptures en bois impressionnantes par leurs tailles et leurs détails.

Après avoir bien profité du lieu, on rentre en ville par les chemins de traverse notamment au milieu des étendues faramineuses de serres qui s'étendent à perte de vue. Oui, de part son climat, Dalat est un haut lieu de production de légumes, fruits, fleurs et même du vin ! On a pas osé essayer le vin local, on est pas encore assez désepérés😉.

Pour notre derniere matinée en ville, on visite notre voisine de guesthouse: la fameuse Crazy house !

Un mélange de Gaudi et Dali à la sauce Tolkien entre tunnels, ponts suspendus et chambres sculptées et vous aurez une idée du lieu ! Cette maison incroyable "connectée à la nature" est sortie de l'imagination de l'architecte Hang Nga qui vit encore sur place. D'autres ailes de la maison sont reconverties en chambre d'hôtes et on regrette de n'y avoir pas pris une nuit ! (mais en regardant le prix on se dit qu'on a bien fait au final).

NB: Pour cause de vol de l'appareil photo de Maëlle en indonésie, et sans avoir pensé à copier toutes les photos 😭, on a plus celles du lieu, on vous mets donc celles d'autres sources.

Bon vous l'aurez compris, on est triste de quitter Dalat tellement son athmosphère détendue nous a plu. Pour gagner Hoi an, notre prochaine destination on se paye une belle section à virages jusqu'à (l'horrible) ville balnéaire de Nha trang puis un bus de nuit vers Hoi an. Heureusement le panorama en quittant Dalat entre montagnes, forêts touffues et rizières aura égayé notre trajet.

Et voici quelques échantillons des incroyables Vietnamiens à scooter croisés sur la route !


- Bus Mui ne à Dalat: 89 000 dongs (3,50€)

- Nuit à Dalat à Sunny smile guesthouse: 8,76€ la nuit avec sdb partagée et petit déjeuner compris. Très propre et bien situé au calme.

- Scooter loué à la guesthouse: 80 000 dongs (3,10€)

5

Hoi an, la ville des lanternes

Après cette épopée de bus en série nous voilà enfin arrivés à Hoi an et il est 6h30 du matin ! Comme d'habitude on est déposés, hagards et puants (vive les nuits blanches 😉) au milieu de nulle part... Cette fois-ci en bord de route bien à l'Est du centre ville alors que notre hébergement se situe complètement à l'Ouest ...).

On décide de se dérouiller les jambes tout en s'imprégnant de cette charmante bourgade dont le centre historique est classé au patrimoine mondial de l'Unesco et interdit aux voitures !

À cette heure matinale, on est presque seuls (touristes) dans les rues et on tombe complètement sous le charme de ces façades jaunes et nombreux bâtiments anciens. On s'octroit finalement un petit déjeuner plus coûteux que d'habitude mais le panorama sur le canal et les facades colorées en vaut le prix !

Harrassés, c'est en se traînant qu'on parcourt les 3 derniers kilomètres nous séparant de notre auberge avant de s'affaler jusqu'à 15h.

Comme il fait très chaud et que nos charmants hôtes prêtent des vélos, on pédale avec délice à la recherche d'une gargotte pour un déjeuner tardif... C'est chose faite sur l'île d'An hoi située face à la vieille ville, où une dizaine d'échoppes à petit prix sont alignées dans une ruelle tout à l'Est de l'île. On vous conseille la dernière sur la gauche, une tuerie notamment le typique Cao lau (spécialité de Hoi an) !

Pour digérer, on file vers l'île de Cam kim, située quelques ponts plus au Sud. Et là quel bonheur: on se retrouve à slalommer entre les rizières au soleil couchant et de petits hameaux parsemés de temples. Si près de la ville on se retrouve dans une campagne encore plus paisible, seulement troublée par les "hellos" et sourires des habitants sur notre passage.

De retour au centre, c'est changement d'ambiance ! Une fois la nuit tombée, la foule a maintenant envahi les rues, en même temps on comprends pourquoi...

La cité se pare de milliers de lanternes illuminées et de bougies voguant sur l'eau dans des pliages de papier (vive l'écologie). Bon ok c'est touristico-romantique mais c'est beauuuu ! Voilà pourquoi Hoi an s'appelle la ville aux lanternes (ou ville jaune) et est le lieu le plus touristique du Vietnam. Mais bon tout ça sans perdre de son authenticité et sans buildings 😉.

On finira la soirée au marché central à tester quelques douceurs du lieu préparées fraîches devant toi... quel régal. C'est un des bonheurs du Vietnam, chaques régions à ses spécialitées et ici on est servi !

Le lendemain, on quitte le lit pas tard afin d'éviter la chaleur et l'afflux touristique pour visiter quelques temples, maisons anciennes et musées. Grâce à un pass tu as le droit de visiter 5 des sites listés, donc autant choisir un peu de chaque...

Hoi an est l'exemple parfait d'un port marchand prospère d'Asie du Sud Est (du XVe au XIXe siècle), situé sur la route de la soie. Extrêmement bien préservé on y retrouve des styles architecturaux aussi bien Japonais, Chinois que Français. Pas moins de 844 bâtiments y sont classés ! On a vraiment l'impression de faire un saut dans le temps.

Bon on vous évite tout les détails mais les visites valent le coup pour s'imprégner de l'époque, découvrir des joyaux d'architecture et un artisanat toujours bien présent.

Certains bâtiments gratuits valent aussi le détour comme l'ancien pont couvert Japonais et notre chouchou le musée-gallerie precious heritage présentant photographies et tenues traditionnelles. Créé à l'initiative de l'excellent photographe Français Réhahn qui a passé 10 ans à aller à la rencontre des ethnies Vietnamiennes et a aidé en retour les personnes grâce auxquelles il a eu le plus de succès comme cette fameuse vieille dame (que vous devez reconnaître...).

Après cette bouffée d'histoire et un nouvel arrêt au marché, on se fera un petit 25km en vélo à travers la campagne. Oui comme ça easy !

Comme d'habitude on cherche à éviter les grands axes, on découvre de magnifiques sentiers au bord de l'eau et entre les rizières (encore ! Oui mais on est toujours pas lassés et on en pas fini... 😊).

Et on se rallonge le trajet prévu en suivant une demoiselle à scooter (légèrement insistante) vers l'île de Cam thanh ou Coconut island. Et oui ici tu peux te balader entre les cocotiers d'eau dans une coque de noix ! Bon ça à l'air rigolo et la jeune femme essaye de nous vendre son tour, mais le temps se couvre alors on préfère filer...

Next stop à la grande plage d'An bang, sable blanc et normalement eau turquoise... mouais bon là il fait tout gris et la pluie arrive au loin, donc c'est pas trop le cas... Aymeric pique rapidement une tête et on reprends la route vers la ville.

L'orage tonne au loin mais on se fait un ultime arrêt au Tra que village. On a de la chance d'y être en fin de journée (sinon c'est tôt le matin) pour voir les agriculteurs travailler à l'ancienne sur un ensemble de petits jardins potagers bio incroyablement ordonnés ! On échange même quelques mots (oui ça y est on est presque bilingues 😉) et éclats de rires avec une travailleuse (trop mignonne) qui nous offre de la citronnelle.

Puis tel le vent, on file entre les minis gouttes et les éclairs à travers de superbes chemins fleuris, ouf on sera posés avec la bière de la victoire quand il se met à dracher ! Une magnifique Pho (soupe vietnamienne vous n'en trouvez pas deux pareilles) et au lit !

Pour cette fin d'après midi, il faudra nous croire sur parole, car point de photos. La faute à la disparition de l'appareil de Maëlle plus tard en indonésie...

Pour notre dernière journée à Hoi an (snif), c'est cours de cuisine avec la famille tenant notre guest house ! Ça tombe bien il continue à pleuvoir... On commence par aller faire le marché avec la fille aînée qui parle un excellent Anglais.

Une fois les emplettes effectuées c'est avec elle et sa mère qu'on apprend à préparer un Cau lao végétarien (on vous en parlait plus haut spécialité de Hoi an depuis le 17ème siècle avec nouilles, salade, crackers herbes aromatiques, soupe... rien que d'en parler j'en salive...), des rouleaux de printemps au maïs blanc (délicieux !) Et pour Aymeric un Mi quang (spécialité avec nouilles et du boeuf aux oignons). Et après on a plus qu'à déguster ! Bon on en a fait tellement, qu'on en aura pour le repas du soir !

L'après midi on devait aller visiter les Marble mountains et la ville de Da nang voisine mais il pleut encore... donc ce sera travail sur le blog !


Hué, la cité impériale 

Rebelotte c'est en bus qu'on se rend à Hué, située à 3h30 de là. Comme on arrive pile poil pour déjeuner, on file au marché local avaler une soupe bien piquante, Aymeric en aspirant ses nouilles s'asperge de piment, et pleurera de l'oeil droit pendant un moment 😂... La vue retrouvée, on enfile les baskets et c'est parti pour 4h de visite de la citée impériale qui donne sa renommée à la ville.

Hué est donc l'ancienne capitale impériale du Vietnam (de 1802 à 1945). Mais détruite en grande partie par les Français en 1885 puis bombardée en 1968 par les Américains, la cité impériale a été très endommagée surtout la cité pourpre interdite (où vivait l'empereur). Elle est tout de même classée au patrimoine mondial de l'Unesco (décidément !).

Située au sein de la citadelle royale, elle est entourée par de hauts murs d'enceintes et des douves assez impressionnantes.

N'ayant pas visité la cité interdite en Chine et bien on est pas déçu de la visite ! On alterne entres temples, jardins, pagodes, plans d'eau, successions de magnifiques portes, couloirs, bâtiments, kiosques... Et on aura même droit à la relève de la garde !

Notre visite de Hué sera rapide, le lendemain on fait un petit tour du centre ville et des rives de la rivière des parfums et puis s'en vont ! On décide de faire l'impasse des tombes impériales et temples alentours car on a déjà perdu trop de temps dans le Sud, avec 1 mois de visa il faut faire des choix !

- Bus Dalat à Hoi an en passant par Nha trang: 280 000 dongs (10,40€)

- Nuit à Hoi an à l'excellente Green house homestay: 11€ (vélo prêté gratuitement, famille adorable, possibilité excursions et cours de cuisine ).

- Bus Hoi an à Hué: 110 000 dongs (4,10€)

- Nuit à Hué à Ngoc binh hotel: 8,79€

6

Après 3 petites heures de bus on arrive à Phong nha juste à temps pour le coucher du soleil depuis la terrasse de l'hôtel ! Porte d'entrée du parc du même nom, qui est classé au patrimoine mondial de l'Unesco, cette petite bourgade comprend une seule route droite entourée de pics karstiques.

Le lendemain on file donc découvrir le parc national de Phong Nha Ke Bang en scooter. Une boucle (50 km), facilement réalisable permet de faire le tour de nombreux points d'intérêts et notamment de grottes incroyables !

A cheval entre le Vietnam et le Laos, ce parc est connu pour abriter les plus grandes grotte du monde (Son doong découverte en 2009 est la number one, il faut réserver à l'avance pour la visiter et préparer les $$$) ainsi que le plus grand fleuve souterrain.

Dès la sortie du village, en se dirigeant vers le Nord, on se retrouve entourés de rizières d'un vert éclatant à perte de vue. A l'assaut d'un champ, appareil photo à la main, deux jeunes garcons promenant leur veau nous apperçoivent et se dirige vers nous en rigolant et en prenant la pose.

Le panorama change rapidement et on s'enfonce ensuite au sein de la forêt primaire extrêmement dense et entrecoupée de rivières.

Premier arrêt à la grotte du paradis. Après une vingtaine de minutes de marche et une bonne ascension, quel délice de s'enfoncer loin de la chaleur et de l'humidité étouffante ! Dès l'entrée, la cavité est immense. Sous nos pieds serpentent des escaliers sur plusieurs dizaines de mètres, on va devoir redescendre une partie de ce que l'on vient de monter !

On se sent comme de minuscules fourmis sur la passerelle en bois... n'ayant jamais eu l'occasion d'évoluer dans une grotte de cette taille ! Les stalactites et stalagmites qui se sont formées au cours du temps rivalisent de couleurs et de finesse. On est aussi séduits par l'ambiance mystique créé par le brouillard quand on regarde au loin !

De retour à l'air libre, on profite de quelques kilomètres de détour vers l'est pour s'enfoncer plus profondément au creux de vallées surplombées de montagnes impressionnantes.

Mais il faut retourner sur la boucle car la journée file ! Après un déjeuner tardif au petit resto du jardin botanique (on vous le conseille vu la taille des portions), on regagne l'entrée du village.

Du bord de l'eau on voit revenir les bateaux touristiques venant d'une caverne, puis c'est l'heure du bain pour de nombreux buffles qui nous frôlent, pressés de s'enfoncer bien heureux dans l'eau...

Après avoir traversé le village, on se poste au bord de la route avec une vue plongeante et incroyable de la vallée d'entrée à Phong nha. Et c'est parti pour le mitraillage !

Aymeric situé le long de la voie, effraye alors des buffles qui arrivent derrière lui... Ils n'accepteront de repartir qu'une fois qu'il aura changé de côté pour rejoindre Maëlle ! La scène est cocasse et leur proprietaire complètement hilare vient nous saluer et veux être pris en photo avec nous. Il repartira clopin clopant derrière ses bêtes en nous faisant de grands gestes et en nous indiquant un chemin prometteur.

On s'en retourne donc par les chemins de traverse passant dans de petits hameaux où tout le monde nous salue sur notre passage. C'est vraiment un paradis par ici !

Le matin suivant direction l'embarcadère afin d'essayer de partager un bateau pour la visite de la grotte de Phong nha (oui ils n'ont pas fait compliqué niveau nom dans le coin 😄) uniquement accessible par la rivière.

On se trouve 8 comparses et vogue la barque ! Le trajet est bien sympa et nous permet de contempler les alentours sous un autre angle.

Arrivés à l'entrée de la caverne, le moteur est coupé et on peut profiter tranquillement de la découverte de ce monde caché au bruit du clapotis des rames.

Au retour, le capitaine nous dépose sur la terre ferme afin d'explorer une partie de la grotte à pieds.

Puis, après une envolée de marches et quelques points de vue, on clotûre le programme par la grotte de Tien Son située sur les hauteurs. Oui, jamais deux sans trois ! On ne regrette pas ces visites car elles sont assez différentes, on aura tout de même effectué notre quota de grottes pour un moment ! 😂

De retour à l'hôtel, on doit patienter jusqu'à 21h pour attraper notre bus de nuit, heureusement la gérante avec laquelle on a sympathisé nous laisse squatter et prendre une douche... décidement on a eu beaucoup de chance avec nos hébergements jusqu'à présent !

Pour l'anectode, elle nous confie que son salaire est variable en fonction des commentaires et notes mis sur booking et trip advisor... le bonheur quoi 😲

- Bus Hué à Phong Nha: 180 000 dongs (7€)

- Nuit à Phong Nha à Hoa phuong hotel: 12€/nuit, bien situé et gérante hyper sympa, possibilité de louer scooter sur place (on a oublié le prix).

7

Quand on parle du Vietnam, on pense directement à la baie d'Halong mais saviez-vous qu'il existait une baie d'Halong terrestre ? Alors grosso modo au lieu que ce soit des pics karstiques au milieu de l'eau, ces sortes d'ilôts sont ici posés entre rizières et rivières.

Notre bus allant de Phong Nha à Hanoi, doit nous déposer à Ninh bin (la plus grande ville du coin). Mais il s'arrête à 4h du matin au village de Tam coc en nous demandant de descendre... après une bonne séance d'engueulade le chauffeur accepte finalement de nous laisser remonter et nous dépose à l'endroit prévu (qui est en plus sur son trajet et à 10mn... grrr). Et oui c'est une combine avec les taxis et propriétaires de guesthouses du coin qui récupèrent les touristes ensommeillés et leur font payer un max pour trouver un lit ou rejoindre leur destination...

Bon on est un peu contrariés car à la base on aurait préféré rester sur Tam coc mais on nous avait dit que le bus ne s'y arrêtait pas, et maintenant avec l'hôtel réservé (vu l'heure d'arrivée on avait assuré nos arrières) on est marrons et chocolat...

Bref, la baie d'Halong terrestre est étendue et vous pouvez y accéder de différents endroits plus ou moins touristiques ou amménagés. Comme on a peu de temps, un bon compromis est de rayonner autour du village de Tam coc, que tu peux explorer en vélo également.

Après quelques petites heures de sommeil, on enfourche un scooter sous la bruine et le brouillard. Direction le Nord et l'Ouest de Tam coc pour effectuer une sorte de boucle entre rizières, temples et montagnes.

Malgré le temps c'est superbe et rouler pour observer la vie de la campagne vaut à lui seul le détour. On prends bien évidemment le temps de s'arrêter de nombreuses fois et d'aller à la rencontre des travailleurs aux champs. On en verra justement les pieds dans l'eau en plein semage de riz.

De retour à l'entrée du village, une route sur la droite, permet d'accéder aux mua cave et surtout à un point de vue incroyable sur la vallée. Une bonne série de marches mène à un dragon perché sur l'arête. En contrebas, un balet de barques sillonnent les différents cours d'eau entre pics et falaises.

Ce qui fait la renommée du coin c'est de pouvoir naviguer (à partir de différents embarcadères) au milieu des ilôts karstiques et de passer au travers de quelques grottes sur le trajet.

On hésite, le temps est toujours très couvert, que faire... En patientant au village sur les bords de rivière, les embarcations passent menées par des femmes ramant avec leurs pieds ! Finalement déçus, et vu l'heure tardive, on se réserve ça pour une prochaine fois quand le temps sera plus clément...

La journée se termine devant la magnifique Bich dong pagoda, mystique avec son pont de pierre, un diner sur le retour et au lit... Demain direction LA baie d'Halong !

- Bus Phong Nha à Ninh binh: 200 000 dongs (7,50€)

- Nuit à Ninh binh à l'hotel Viet nhat: 12,60 €/nuit

8

Arrivée à l'île de Cat Ba

Aujourd'hui on est excités, la baie d'Halong est le rêve de tout voyageur qui passe pour la première fois par le Vietnam, et oui il y a des must touristique que tu n'as pas envie d'éviter !

Il y a plusieures facon de l'explorer, la plus classique et onéreuse est de réserver un tour au départ de Hanoi (à la journée, luxe sur plusieurs jours,...) ou la solution alternative et la moins chère:

Faire une excursion au départ de la plus grande île de la baie d'Halong: Cat ba island (située au Sud de la baie).

Un premier bus nous dépose à l'embarcadère d'Haiphong, c'est en bateau qu'on rallie l'Ouest de l'île et 30mn de bus plus tard, nous voilà dans la bourgade de Cat ba (oui toujours pas de prise de tête pour trouver des noms 😂). On vous conseille de prendre un billet combiné plutôt que d'essayer de tout prendre séparément, davantage de risque d'arnaque...

Le premier coup est le bon et on se trouve un hôtel tout en hauteur avec une vue incroyable sur la baie. En allant se balader sur le front de mer à la nuit tombée, les clignotements de tout les bateaux de pêche donne l'impression de voir une guirlande de noël géante au milieu de la mer !

Excursion à la baie d'Halong

Le lendemain on a réservé une excursion à la journée comprenant bateau, kayak et baignade. Il y a le choix niveau alternatives ! Au départ de l'île on traverse tout d'abord un village flottant puis la baie de Lan ha. Située au Sud de celle d'Halong elle est sa petite jumelle mais préservée du tourisme de masse. Donc autant vous dire qu'on en prends déjà plein les rétines en dépit du temps (encore) bien couvert.

Après avoir accosté, les kayaks sont jetés à l'eau, on grimpe à la queue leu leu et à toute vitesse les uns derrière les autres. Bien que ce soit en mode colonie de vacance, ça en jette de pagayer au milieu des ilôts karstiques ! On passe même sous des arches naturelles et au milieu d'une grotte qui débouche sur une baie secrète. C'est magnifique mais juste un peu dommage que se forment des bouchons de kayaks au milieu des passages difficiles !

Après le sport, on déjeune sur le bateau et c'est très copieux ! (on ne pensais pas manger aussi bien vu le prix...). On en profite pour tchatcher avec d'autres voyageurs et glanner des bonnes idées sur le Nord Vietnam avant de continuer un petit tour dans la baie d'Halong et s'en retourner par un autre trajet.

Et joie le soleil est de la partie !!

Malgré qu'on ai vu quantité de photos, on reste pantois devant ces centaines de falaises perdues au milieu de la mer et couronnées de verdure. Certains pics karstiques esseulés sont tellement érodés à leur base qu'on se demande comment ils tiennent encore debout. Au milieu de ce labyrinthe certains abritent des baies cachées ou encore des plages désertes.

On jette l'encre pour gagner à la nage une de ces plages "cachées'', faite non pas de sable mais de débrits de coquillages et de coraux. On passe un moment à chercher de beaux spécimens... Et malheureusement on est un peu déçus par la quantité de déchets flottants à la surface de l'eau, rien de bien étonnant quand on voit le nombre de personnes vivant aux alentours sans aucune gestion des déchets...

Prochaine étape à Monkey island, une belle plage et des macquaques à foison mais attention sacréments chapardeurs et un peu aggressifs ! Vive leur contact trop répété avec l'homme, ils préfèrent les ben&nuts aux bananes données par d'autres touristes...

On regagne tranquillement l'île de Cat ba en re-passant par des villages de pêcheurs flottants, la luminosité est incroyable en cette fin de journée...

A la découverte de l'île

Autre point positif de cette île est qu'elle abrite un parc national sur plus d'1/3 de sa surface ! Pour notre dernière journée on a le droit à un soleil radieux. On commence d'abord par gagner tranquillement le Nord de l'île en scooter. Le coin est très paisible entre un petit embarcadère et des mangroves.

Au retour, c'est parti pour la découverte du parc national, la végétation est luxuriante et on s'enfonce dans la forêt au milieu de dizaines de papillons voletants autour de nous. Ensuite, ça grimpe pas mal afin de gagner une série de points de vues et tour de guet en bois vraiment sympas perdues au milieu de la verdure ! Il y a possibilité de traverser le parc puis de revenir en bateau également...

En retournant vers la côte, 3 plages se situent à moins d'un kilomètre de la ville de Cat ba. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elles sont paradisiaques... On part explorer la plage de Co I puis la plage de Co III,(encore des noms fabuleux !) accessible de cette dernière, par un magnifique chemin au dessus des falaises. Alors qu'on pique une tête rapide, le temps se couvre et le vent se lève...

On sort rapidement de l'eau pour regagner notre scooter, et foncer au point de vue de Canon fort situé au dessus de la ville, avant qu'il ne fasse trop sombre. Il y a différents promontoires accessibles sur cette colline qui a servi de lieu de défense pendant la guerre du Vietnam. Un vers les villages de pêcheurs et l'autre du côté surplombant la ville de Cat ba au coucher du soleil...

Et une fois de plus (on se répète rhooo) mais qu'est ce que c'est beau, jugez plutôt...

Bon vous avez compris, on a adoré cette île et les possibilités qu'elle offre, mais la fin de notre visa approchant, on doit gagner le Nord du pays fissa-fissa !

Epopée vers le Nord

Le fait de rallier le Nord du pays depuis l'île de Cat ba en 1 jour est une épopée en soit ! Partis à 6h du matin, il nous faudra pas moins de 5 bus et 1 bateau pour arriver au Nord du pays 12h30 plus tard... Pour ceux qui voudrait le tenter voici le détail !

  • bus de la ville de cat ba à l'embarcadère puis bateau jusqu'à Haiphong.
  • bus jusqu'au centre de Haiphong mais le chauffeur nous laisse à distance de la station de bus, on suit donc à pieds et à toute vitesse un scooter qui nous indique la route !
  • On trouve le bon bus pour Hanoi qui nous dépose à la station Giap bat, de là il nous faut changer de gare routière pour celle de My dinh d'où partent les bus pour le Nord.
  • Grâce à l'appli Bus.me, on trouve le bon bus local (le 16) pour y aller, vu les bouchons à Hanoi, on est en panique de louper le suivant..
  • Arrivés à l'immense gare routière juste 5mn avant l'heure de départ du bus, on le cherche en courant et oufff, c'est parti pour Ha giang !

- Combiné Bus/Bateau/Bus de Ninh binh à Cat ba: 350 000 dongs, possibilité de trouver moins cher... (13€)

- Nuit à Cat ba à l'hôtel Nam phuong: 200 000 dongs la nuit (7,50€), magnifique vue !

- Excursion baie d'Halong: 380 000 dongs (14,50€), réservée à l'hôtel.

- Location scooter à Cat ba: 90 000 dongs (3,40€), loué à l'hôtel.

- Trajet de Cat ba à Hanoi: 440 000 dongs pour deux (16,50€)

- Bus de ville à Hanoi: 7000 dongs par trajet (0,30€).

- Bus Hanoi à Ha giang: 200 000 dongs (7,50€).

9

On arrive donc rinçés à la gare routière de Ha giang mais il nous reste à trouver où dormir. Ce sera chose faite après quelques portes à portes, non loin de là...

Notre venue dans le coin est motivée par la possibilité d'effectuer un road trip en scooter sous forme de boucle de 4 jours voir plus (oui ENCORE une loop...) jusqu'à la frontière avec la Chine. Réputé comme un des plus beau circuit du Vietnam et même d'Asie si, si...😊 Il permet notamment de passer au sein du Parc géologique karstique de Dong van, protégé par l'Unesco et d'aller à la rencontre des ethnies Hmongs vivant majoritairement par ici. C'est une destination encore peu connue et donc bien loin des circuits touristiques de masse, on se retrouve perdu au milieu de la nature avec un goût d'aventure contrairement à Sappa donc foncez-y !

L'hôtel qu'on a trouvé loue des scooters en super état et à petit prix, fourni carte, gants,... le paradis !


Ha giang à Yen minh (j1)

Remis des aventures de la veille, on attaque la route en fin de matinée, direction le Nord depuis Ha giang.

La route n'est pas toujours en bon état, et parfois c'est plus de la piste. 

Comme souvent ces derniers temps on se paye une pluie intermittente, donc Aymeric y va tranquille dans les courbes successives...

Le panorama en vaut largement la peine malgré cette bruine et le temps qui devient frais ! Les cultures en terrasses prennent de l'ampleur alors que l'on arrête pas de monter. Enfin, on traversera bien un plateau, avant d'entamer une redescente vers le village de Tam son (Quan ba).

En profitant d'un beau point de vue, Maëlle se fait prendre en photo pour un énième selfie (en rigolant quand même) devant les fameuses montagnes tétons (ferry blossom ou sein de fées) ! Ce n'est pas nous qui les avons baptisées comme ça, on précise, mais on aurait pas trouvé mieux !

Chic encore un selfie, j'adore... 

Vu le temps, on fait l'impasse de quelques villages ethniques qu'on avait prévu sur le chemin... on croise tout de même des locaux travaillant dans les "champs".

Les pentes des montagnes deviennent plus rocailleuses en se rapprochant de la ville de Yen minh et il commence à faire glacial, on s'y arrête avec joie pour la nuit !

On sera passés de 100m d'altitude ce matin à plus de 1100m dans certains cols. Sur les petites routes d'ici ce n'est pas rien tellement c'est à pic, d'autant plus que les vallées et cols s'enchaîneront tout les jours. On ne regrette pas le 125cm3 récent !

Il ne faut surtout pas lésiner sur l'état des scooter dans le coin, un bon moteur et surtout des bons freins c'est vital 😉 .

Yen Minh à Dong van (j2)

Au fur et à mesure que l'on gagne de l'altitude, les montagnes deviennent plus impressionnantes, acérées, et les rizières alternent avec les champs de maïs en terrasse.

Des tribus Hmongs vivent ici dans des conditions très difficiles, on est estomaqués de les voir réussir à cultiver avec tant de pente.

Sur la route, des femmes et des enfants reviennent régulièrement des champs en tenue traditionnelle, portant fagots de bois immenses ou des végétaux sur le dos, on dirait des buissons géants !

Petite pause au village de Lung Cam Tren, perdu dans une vallée profonde... Ici, des champs de sarrasin sont en fleur et apportent un peu de couleur dans ce paysage minéral. Il y a même des roses dont les bourgeons sont emballés de papier journal, certainement pour protéger du froid. On en profite pour photographier les quelques locaux présents, il n'y a pas foule !

Prochain stop (prévu cette fois) au palais fortifié de Vuong. Construit au début du siècle dernier par Vuong chin duc, proclamé roi des Hmong à 30 ans, et ayant fait fortune grâce à la culture de l'opium. Ce palais est un mélange d'architecture traditionnelle Hmong et Chinoise.

En sortant, on passe devant un stand où des sortes de pancake moelleux et encore chaud nous font de l'oeil. Ce sont des galettes typiques de cette ethnie et c'est dé-li-cieux, on arrivera à comprendre qu'elles sont faites à partir de sarrasin qui pousse dans la région.

En quittant la route principale, plein Nord, on se dirige droit vers la Chine avec l'espoir de grimper la tour Flagtower de Lung cu dominant la frontière. Le brouillard s'épaissit de plus en plus et on fini par ne plus y voir au delà de 2 mètres devant nous, alors que la route se fait de plus en plus sinueuse ! Heureusement de temps en temps les montagnes se laissent aperçevoir et ça donne le vertige !

A droite la tour qui donne sur la Chine, si si, là dans les nuages 😉

On est glacés mais têtus donc on continue jusqu'au village et aux pieds de la tour, pour finalement se résigner à ne pas payer le droit d'entrée vu l'abscence totale de visibilité ! On fait demi tour direction la ville de Dong van notre étape pour cette nuit.


Dong van à Meo vac (j3)

Bon, jusqu'à présent on a pas fait grand cas des bourgades traversées car elles n'ont rien d'exceptionnel contrairement aux paysages... Pour faire simple, c'est généralement une grande ligne droite autour de laquelle se concentre la quasi totalité des habitations, boutiques, guesthouses et voilà !

À Dong van, le tour du marché central possède un peu de charme et quelques guinguettes sympas pour dîner ou petit déjeuner. Mais la ville possède surtout un superbe point de vue sur les hauteurs ! On fait le début à scooter, puis, la pente s'aggrave et on fini à pied la suite de l'ascension.

Un ancien fort domine la citée. On reste là un moment, rapidement rejoint par 3 jeunes femmes Hmongs. Très souriantes, comme d'habitude, on échange mimiques et gestes mais difficile de se comprendre...

La suite de la route vers Meo vac passe par le Ma pi leng pass, portion de route la plus dangeureuse de la région, mais réputée comme étant la plus belle.

Et c'est vraiment incroyable (en dépit de la grisaille) ! Des montagnes en cônes intimidantes sur lesquelles serpente notre petite route, des vallées profondes où l'on apercoit la rivière s'engouffrant dans un immense canyon, et des cultures en terrasses de tout les cotés. Bon vous avez compris on s'arrête tout les 10 mètres !

Malheureusement on redescend de manière brutale de notre nuage. Au détour d'un virage, on tombe sur un jeune fracassé contre la paroi après une chute en scooter et sans casque... On vous passe les détails mais Maëlle, infirmière, tente de lui donner les premiers secours, puis on cherche de l'aide. Pas grand monde aux alentours (comme souvent sur ces routes) excepté un homme qui vient vers nous en gesticulant et hurlant les yeux exorbités puis qui passe son chemin (on ne sait pas sous quelle drogue il était...). Finalement on réussi à arrêter quelques scooter, qui appelle les secours puis des villageois viennent s'assoir autour de nous, en discutant, et on attends... alors que le jeune se vide de son sang. Au bout de 30 mn les secours n'arrivent pas et on se sent tellement démunis ! Le blessé finira, toujours inconscient par être mis en sandwich entre deux hommes sur un scooter afin d'être transporté à la ville la plus proche (20mn de virages...), on ne donne pas cher de sa peau... Et là, on se dit une fois de plus, quelle chance on a d'être né en Europe, on l'oublie bien trop souvent !

Bien tourneboulés, on fini la route tranquille en suivant deux jeunes qui nous avaient aidé sur les lieux de l'accident. Arrivant sur Meo vac et pas séduit par l'endroit, un café pour se remettre et on décide de pousser plus au Sud vers Du Gia.

(Par contre si vous y passez un dimanche le marché vaut le coup avec toutes les ethnies qui viennent vendre leurs produits, parait-il...).

Normalement la suite de la boucle nous fait prendre la route DT182 vers l'ouest, puis pour arriver à Du Gia, une route qu'il faudra reprendre en sens inverse le lendemain, la suite étant trop mauvaise...

Comme on préfère voir le plus de paysages différents et donc ne pas passer 2 fois au même endroit, on choisi un itinéraire différent. Maelle un peu bouleversée et avec de mauvaises indications sur maps.me, choisit donc une route différente (la QL4C vers le sud puis la 193D vers l'ouest)...

Au départ tout va bien, le bitume circule au milieu de plaines à nouveau verdoyantes, puis on bifurque sur une piste en terre. En suivant le cours de la rivière, les gens que l'on croise on l'air très étonnés de nous trouver là et nous font des grands bonjours en rigolant. On comprends pourquoi quand, en plus de devenir très boueuse, la piste devient de plus en plus fine, pour finir en mini-chemin à flanc de terrasse alors qu'on commence à déraper... Pour certains passages, Maelle est même obligée de descendre pousser le scooter pour arriver à monter la pente dans la boue😅.

Bien qu'un paysan nous fasse signe de continuer, on préfère faire demi tour et retourner sur Meo Vac soit 70km de détour pour prendre au final la route normale le lendemain... quelle journée !

Et tant pis pour Du Gia. On aura tout de même le droit à un beau coucher de soleil un peu avant de retourner à la ville.


Fin de la boucle et route vers Hoang sur phi (j4 et j5)

Aujourd'hui on retourne "tranquillement" vers Ha giang, plusieurs routes sont possibles...

Minute itinéraire pour ceux qui voudraient entreprendre l'aventure:

Tout d'abord on passe par le village de Mau due puis au lieu de retourner vers Yen Minh, on poursuit au Sud afin de prendre la prochaine bifurcation en direction de Tam son (traversé le 1er jour) par la DT18, en passant par Duong thuong (et donc ne pas continuer vers Du gia). Bon celle dont on vous parle n'est pas toujours en bon état, se transforme parfois en piste caillouteuse pour 4x4, et fait 150km jusqu'à Ha giang ce qui prend une bonne partie de la journée.

Mais on vous conseille vraiment ce choix d'itinéraire, les paysages changent encore ! Le seul élément familier ce sont ces montagnes ressemblant à des terrasses de pierres vu de loin. Où, chaques interstices entre les rochers est occupé par une jeune pousse. Pas un coin de terre n'est oublié, et ce quel que soit le degré de pente ! (Quel boulot...). D'ailleurs à part sur les sommets, ça manque pas mal de forêt dans toute la région🤔...

Au milieu des petits villages, les enfants nous courrent après, pour nous dire bonjour alors que le soleil est brièvement de la partie. On a l'impression d'être les premiers occidentaux passés par ici (oui on rêve...). Les seuls qu'on croisera aux abord de Tam son, seront deux américains qui vont dans l'autre sens et avec lesquels on fait la causette au milieu de nulle part.

On passe par au moins 4 vallées différentes entre Duong thuong et Tam son ! 

De retour à Ha giang, on a pas envie de rendre le scooter !

Alors après avoir réservé nos billets de bus pour Hanoi dans deux jours on pousse en direction du Sud jusqu'à Tan quang (encore une de ces villes en ligne droite et sans intérêt ). Avec l'espoir de visiter les incroyables rizières en terrasse de Hoang san su phi, situées à 100km au Sud Ouest de Ha giang. Moins touristiques que celle de Sappa mais aussi (voire plus) belles et Berceau de 11 ethnies différentes qui cultivent chacunes selon leurs coutumes ancestrales.

Pour vous la faire courte, le lendemain, il pleut (comme de bien entendu...), arnachés et habillés en mode sac poubelle, on ne fera que la moitié de ce qui était pŕévu avant de faire une pause. (Ce sont des sceaux qui tombent du ciel 😂).

En s'arrêtant, donc, pour prendre de l'essence, le patron et deux amis nous invitent à boire du thé et à se mettre à l'abri.

Avec le peu de Vietnamien que l'on connaît, on réussira à baraguiner ensemble pendant plus d'une heure, devenant l'attraction de tout les voisins qui viendront autour de la table pour regarder nos photos de voyage et forcément prendre quelques selfies avec nous. Un super moment d'échange, à les voir s'exclaffer en découvrant sur l'appareil de Maëlle des photos de leur voisins Birmans ou Thaïlandais ...

Finalement on décide de faire demi tour, conseillés par les locaux, le temps n'est pas prêt de s'améliorer et la suite de la route serait aussi cahotique. Dommage les premières rizières semblaient prometteuses...

Pour en savoir plus sur Hoang su phi c'est par ici.

Bon Nord Vietnam, on reviendra ! Cette boucle reste un de nos meilleurs souvenirs en Asie et ce sera mieux sous le soleil...

- Nuit à Ha giang au Bay Anh Anh motel: 200 000 dongs (7,50€).

- Location de scooter à l'hôtel Bay Anh Anh: 200 000 dongs par jour puis 150 000 à partir du 3ème jour, rapport qualité/prix imbattable !

- Nuit à Yen minh à l'hôtel Na ma: 200 000 dongs

- Nuit à dong van au Khach san Dong van: négocié 200 000 dongs (près du marché)

- Nuit à Meo vac au Khach son Meo vac: 200 000 dongs, chambre de luxe au 6e étage avec terrasse et vue sur la ville !

- Nuit à Tan quang (bifurcation vers Hoang su phi) au Nha nghi huyen tuan: 200 000 dongs, restaurant faisant de délicieuses soupes au pas de la porte.

10

Nos coups de coeur:

- La nourriture Vietnamienne, sa diversité selon les régions aussi bien les soupes, sandwichs que les plats typiques, la meilleure d'Asie pour nous pour le moment...

- My tho et Ben tree, notamment nos superbes ballades à vélos et la rencontre avec Tan.

- Le Nord du Vietnam, sont côté authentique et rude avec ses vallées profondes et impressionnantes.

- Mui né avec ses incroyables dunes, canyon et palettes de couleur, l'impression de ne pas être au Vietnam !

- Les villes de Dalat, pour son ambiance alpine, et de Hoi an véritable fenêtre sur le passé.

- Des belles rencontres qui ont illuminé notre trajet (et les retrouvailles avec Vu rencontré en Birmanie). Malgré une réputation de froideur des Vietnamiens, on a su trouver des gens chaleureux tout au long de notre route... il faut faire l'effort d'apprendre quelques mots et les sourires sont au rendez vous !

Un poil de négatif:

- Les oiseaux en cage, partout et tout le temps, on en voit plus que dans la nature... c'est un crève coeur de voir ces si beaux spécimens enfermés dans de minuscules prisons. Pour les Vietnamiens c'est un signe de richesse et de prospérité. Pour en savoir plus on vous encourage à lire ce très bon article.

- Les seules personnes que l'on a trouvé (de manière générale...) extrèmement désagréables, autoritaires, sont les chauffeurs de bus. On aussi mis un point d'honneur à éviter la police dans les endroits où elle est le plus corrompue (Mui ne par exemple) sinon préparer les billets !

On ouvre la bourse:

En comptant nourriture, logement, transports, activités, extras,...

Nos 31 jours au Vietnam nous seront revenus à 18,30€ / pers et par jour. (Contre 24€ prévus grâce à l'excellent site planificateur à contresens).

Le visa étant payant à hauteur de 40$ pour une durée de 1 mois, on arrive à un GRAND TOTAL de 1207,60€ à deux (soit 603€ par personne pour 31 jours).

A ce jour, le Vietnam reste un de nos coups de coeur !

Bon on ne vous a pas parlé d'Hanoi, la visite fut express et les photos réalisées uniquement avec l'appareil de Maëlle (disparu). Elle mérite cependant qu'on lui accorde quelques jours !

Un bon plan: Pour séjourner à côté de l'aéroport d'Hanoi avant de reprendre votre vol allez au: Friendly hôtel airport: patron extra, repas du soir inclus et avec bière et saké illimité pris avec lui et les autres clients (ce qui nous a permi de passer une soirée géniale), transfert aéoroport gratuit, propre... !

Pour lire la suite de nos aventures voici le lien vers le carnet tour du monde.