11 étapes
18 commentaires
23
Deuxième étape du voyage, pays au plus de 140 ethnies, au milliers de pagodes, à l'acceuil si chaleureux, à l'alphabet tout en rondeur, où voyager responsable prends tout son sens.
20 décembre 2016 au 18 janvier 2017
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Arrivés à Yangon à 17h, on négocie un taxi avec un couple d’américains qu’on a rencontrés en fin de vol.

Première impression de la banlieue de Yangon qui nous surprend: de nombreux bâtiments neufs ou en construction que ce soient hôtels de luxe ou centres commerciaux (Samsung et même Rolex sonts déjà là 😕). Des placards de pub pour dove, téléphones portables, alcool ou autres crèmes miracles...

Le tout agrémenté d’une circulation dense et de klaxons incessants. À bangkok ils étaient inexistants et on ne s’en rend compte que maintenant ! Notre chauffeur de taxi à une conduite très nerveuse, de nombreux tics et utilise le klaxon quasiment en continu ! Il manque emplafonner d’autres véhicules et scooters plusieurs fois pendant l’heure et demie qu’il nous faut pour rejoindre notre guesthouse !

La circulation ici c’est un peu le Far west, et les pauvres Birmans ne sont pas aidés par le gouvernement. Il y a quelques années on conduisait à gauche, donc les volants étaient à droite, puis il a été décidé qu’il fallait maintenant rouler à droite !!! Donc on se retrouve avec un très grand nombre de voiture avec le volant du mauvais côté...😲!

On a tout de même le temps d’apercevoir la Pagode Schwedagong (plus grande de Birmanie) magnifiquement illuminée au détour d’un carrefour. On arrive finalement entiers, déposons les sacs puis direction la rue pour trouver à manger. Le réceptionniste, très sympa nous a donné un plan de Yangoon downtown et indiqué les coins où trouver de la street food.

Deux pâtés de maison plus loin on voit des espèces de buffets sur le trottoir et des minis tables et tabourets en plastique au bord de la route. On passe devant plusieurs fois pour essayer de comprendre le fonctionnement, puis on se lance. Pas trop d’anglais ici, il faudra essayer de deviner à l’aveugle ce qu’il y a dans les plats (la rue est en plus très mal éclairée...) On nous fait asseoir puis on nous apporte, en plus des plats que l’on vient de se confectionner, une soupe, une petite assiette de légumes et une thermos de thé. Bon on était prévenu, c’est pas forcément fameux comme première (et très épicé vive la pleine cuillère de piment dans la bouche 😅), mais niveau prix, pour 3000kyats à deux (2€) on ne peut pas se plaindre. Ce sera la seule exploration de la soirée, on file se coucher il y a de quoi faire demain.

Yangon ou Rangoon de son ancien nom anglais, fut renommée par la dictature en 1989. Elle était la capitale du pays jusqu'en 2005 date à laquelle la junte militaire décida de la remplacer par une autre ville Naypidaw, plus centrale et défendable (et surtout à cause de prédictions astrologiques)... Même le nom du pays a été modifié nous l'appelons Birmanie en France mais le nom officiel est Myanmar...

Le premier jour à Yangon commence à pied comme souvent. On explore les environs de notre hôtel, l’Est du Downtown, avant de faire un tour au marché Bokogkye, où Maelle s’achetera un Longyi (tenue traditionnelle des Birmans).

La visite continue en direction de la gare des trains, en face de laquelle on se renseigne pour les tickets de bus pour Kalaw le lendemain soir.

On repart vers l’est et on se paume dans un bidonville caché au milieu de la végétation. Au départ un peu mal à l’aise l’acceuil est si chaleureux au milieu des sourires et des “hello” qu’on en ressort extrêmement touchés…

Cherchez le temple ... 

Après un passage par des temples cachés, on arrive sur un grand axe, avertissement aux voyageurs: ici les piétons ne sont absolument pas prioritaires donc si tu veux traverser tu cours ! La meilleure technique: traverser une voie, rester planté sur la ligne blanche au milieu du traffic, serrer les fesses et recommencer 😨.

Plus loin on se fait accoster par un taxi, juste heureux de pouvoir nous dire quelques mots en français: on se fait appeler “pien-té” (français) en birman. A force de tours et détours et avec l’aide de locaux nos pas nous amènent vers la Sule Pagoda qui marque le centre-ville et fait office de gigantesque rond-point.

On flane le long du parc Mahabandoola, bordant la pagode, à travers des étals de street food et on se réconcilie avec la nourriture birmane plus diversifiée et appétissante ici ! Une vendeuse partage même son thé sucré (Myanmar tea) avec nous en essayant de nous apprendre quelques mots. Puis, calés dans l’herbe du parc, un gamin nous fait du charme et est heureux de se faire photographier par Aymeric.

S’ensuit une période de perdition afin de trouver le bon bus pour la schwedagon pagoda. A savoir qu’ils n’utilisent pas les mêmes chiffres que nous, on sait qu’on doit monter dans le 43 mais impossible de le trouver ! Un passant finira par nous aider et on jump dans le bon ! On se retrouve les seuls étrangers comme souvent dans Yangon. En regardant passer des dizaines de bus et voitures on se fait la réflexion qu’il n’y a pas de motobikes, on apprendra par la suite qu’elles sont interdites en ville.

La roue de secours voyage avec nous ! 

On entre dans "la" pagode par la porte Est, délestés de 8000 kyats chacun. Mais quel spectacle, l’ensemble est immense et impressionnant dans la lumière du coucher de soleil.

Lieu saint et premier centre religieux du pays, il faut savoir que les birmans sont très pratiquants, à 90% bouddhistes et donnent jusqu'à 30% de leur revenu pour contribuer à l'entretien et à la vie quotidienne des différents monastères, pagodes,...ils se réveillent très tôt pour faire des offrandes aux moines bouddhistes, et, vont méditer ou faire des offrandes que ce soit à 4h du matin ou très tard le soir...

Bref, revenons à la pagode schwedagon, située 50m au dessus du niveau de la ville, elle veillerait sur Yangon depuis 2500 ans (bon en vrai elle daterait d'entre le 6e et 10e siecle). Selon la légende elle abriterait des cheveux du bouddha historique Gautama...

Le stupa principal fait 98m de haut tout de même ! À sa dernière remise en beauté en 2015, il a fallu 16000 plaques d'or vendues 600 $ pièce récoltées en dons ! il y a autour 64 autres petites pagodes et 4 temples situés aux points cardinaux (rien que ça 😲) .

Aymeric court côté Ouest pour essayer de capter les reflets du soleil sur l’or de la pagode, mais le plus beau reste à venir, c’est une fois la nuit tombée et éclairée de toute part qu’on la trouve la plus impressionnante. Même avec les bouddhas qui clignotent comme des arbres de Noël 😄

L’ambiance est calme et joyeuse entre les pèlerins, les moines, les touristes avec appareil photo et les enfants qui jouent alentour. Forcément le temps de contemplation s’allonge et on repartira de la pagode après une belle pause. Maintenant c’est simple après avoir passé l’imposante porte Sud encadrée par deux lions monumentaux, c’est tout droit pour revenir dans le centre ville.

Porte Sud  

On marche un long moment dans l’espoir d’aller voir le bord de l’eau, mais on arrivera au niveau du port de marchandise, le long duquel s’egrènent les étals de nourriture. On picore les spécialités par-ci par-là en prenant la direction du lit.

Sule pagoda Alias l'énorme rond-point 

Finalement le centre de Yangon est beaucoup plus typique que ce que la banlieue laissait présager...

Ouf 20km depuis le matin, on n'est pas mécontents d’être revenu à notre lit !

Le lendemain, après un bon petit déjeuner compris (comme c’est souvent le cas en birmanie), on retourne acheter nos billets pour kalaw en prenant de nouveaux chemins notamment le quartier des mosquées.

Une fois nos sacs récupérés, un taxi nous dépose devant le stand des tickets de bus et s’ensuit un trajet comique d'1h30 jusqu'à la station de bus située loin au Nord de la ville. On se retrouve serrés contre divers colis et cahotants dans la circulation dans une mini camionette couverte: vive la pollution qui nous brûle gorge et yeux 😤 ça plaît aux birmans de nous voir dans cette posture, ils nous font des coucous et nous prennent en photo en conduisant.

Vient le moment de récupérer notre bus VIP alors qu'il fait déjà nuit, direction les montagnes qu'on ne verra qu'après 11h de trajet...

Bilan de Yangon: après un premier aspect peu séduisant entre embouteillages sans fin et sa pollution, les égouts à ciel ouvert, la quantité de plastique infernale dans les cours d'eau et ses vieux immeubles coloniaux délabrés, elle se révèle finalement plutôt attachante. Grâce à la gentillesse de ses habitants, les marchés plein de vie et évidemment la pagode schwedagon !

Espérons l'embellissement de cette ville en pleins travaux et mutation, et l'amélioration de la qualité de vie de ses habitants. Mais sans perdre de son identité avec l'arrivée de capitaux étrangers tels que de Chine, Singapour, Thaïlande...


- Prix de la course aéroport yangoon downtown 11000 kyats ( 7,60€) à 4 pour nous déposer dans deux hôtels. Pour un seul hôtel c’est normalement 8000 kyats.

- Bus 43 depuis le nord de la Sule Pagoda en direction de la Swedagon Pagoda = 200 kyats (0,13€) à payer directement dans le bus.

- Taxi dans Yangon downtown 2000k (1,4€) vous emènerons à peu près n’importe où, c’est un espèce de tarif fixe, pas de Compteur ici !

- Nuitée: 18€ au Shannkalay Hostel, super accueil et conseil dans un Anglais compréhensible, SDB partagée, PDJ compris.

Et le détail marrant, à chaque bloc d'habitations du centre ville il y a un générateur électrique, les coupures d'électricité sont donc courantes mais ne durent généralement pas.

2

Kalaw

5h45 du matin, nous voilà à Kalaw. La nuit a été longue et froide, la température dans le bus est descendue jusqu'à 11°, vive la clim 😠.

On se fait alpaguer par un guide nommé Dance (très loufoque et déjà bourré... ) qui nous indique le seul café ouvert à cette heure. En sirotant des thés brûlants, on admire le soleil se lever sur le village, puis, on tente notre chance dans la guesthouse réservée pour ce soir. Après un peu d’attente on a notre chambre de bon matin et on s'écroule.

Au réveil dans l'après midi, on cherche un hôtel pour une nuit supplémentaire et on part à la recherche d’une compagnie de trek pour le surlendemain. On se décide finalement pour la compagnie Jungle King et un trek de 3j/2nuits jusqu’au lac Inle. Comme souvent on va déambuler dans le marché pour grignoter un petit bout.

Le coucher de soleil approchant on se dépêche de monter les centaines de marches vers un monastère en hauteur de la route principale. On profite du spectacle puis retour au bercail.

L'hôtel étant excentré on se dit peu avant d’y être qu’on n'a pas du tout envie de revenir au centre ville manger un bout… heureusement il y a toujours des micro-boutiques même au milieu de nulle part et on trouve des échoppes vendant des noodles, merci à Mylène pour le bol pliant !

Le lendemain on visite les environs de Kalaw notamment les pagodes et grottes Shwe Oo Min abritant des milliers de bouddhas. On cherche notre chemin à travers les cavités à la lueur des lampes de poche panne d’électricité oblige… comme souvent Maëlle fera son intéressante en se fracassant le crâne à la paroi: ouf pas de bouddhas endommagés 😅

On continue notre boucle à pied au hasard des chemins surplombant la ville jusqu'à un café bio produit localement qu’on déguste en admirant la vue.

Un Noël pas comme les autres

24 décembre oblige on décide de faire une entorse à notre régime street food en s’offrant un resto népalais, miam ça change !

En sirotant notre bière dehors, on fait la rencontre d’un super couple de français (Audrey et Remy) et après une bonne discussion genre “Et toi les voyages ? et tu fais quoi dans la vie ? Le sud (de la France) c’est top…" ils nous invitent à boire un verre de vodka à leur hôtel, cool !!

🎆🍻🍾

À force de rencontres, on se retrouve une quinzaine de Français, Belges, suisses et même un Galois sur l’immense toit d’un autre hôtel à boire des coups et tchatcher joyeusement, bref un réveillon de Noël super original !

2h du matin on se sépare avec le projet de se recroiser a la fin du trek, car on part tous demain matin.

Trek J1

Départ à 9h dans la bonne humeur et découverte des autres personnes de notre groupe: que des couples ! Deux couples d’espagnols, une néerlandaise avec un colombien et même notre guide est accompagné de sa femme “Mimi” (guide elle aussi).

Nos guides en action ! 

On gagne progressivement les hauteurs à travers des forêts de pins, pour un peu on se croirait dans le sud de la France !

Eh oui ce sont les Anglais qui avaient planté ces pinèdes afin de revendre les plus beaux spécimens au Japon ou en Chine…

Ça grimpe pas mal, mais entre les nombreuses pauses, l’arrêt déjeuner gargantuesque et les cours de botanique tout au long du chemin on arrive tranquille à la ligne de crête où les pins se raréfient. La vue est splendide sur les champs environnants: entre le rouge profond du chili sur pieds ou à sécher, le vert tendre de l’ail et les taches de couleur des coiffes des femmes de l’ethnie Pa O.

On apprend que l’ail remplace le riz en saison hivernale, et oui pour les rizières inondées ce n'est pas la bonne saison !

De nombreux travailleurs nous saluent le long du chemin ainsi que des jeunes garçons gardant les troupeaux de buffles.

Beaucoup d'enfants travaillent avec leurs parents car l'école n’est obligatoire qu’en primaire, après c’est selon la volonté et les moyens financiers de la famille (les écoles secondaires sont souvent plus loin en ville)...

Après avoir traversé de nombreux villages, nous voilà en vue de celui où nous allons passer la nuit chez l’habitant. Excepté les Birmans qui possèdent un permis gouvernemental pour recevoir des étrangers pour tous les autres c’est strictement interdit...

Après un dîner copieux (on n'aura jamais aussi bien mangé que pendant le trek😄), on se retrouve au coin du feu sous les étoiles à baragouiner avec les enfants du village de musique et surtout de football ! Ils sont fous de foot ici aussi ! Un des Espagnols nous jouera même quelques chansons à la guitare pendant qu’on teste le cigare local en feuille de bananier.

Après un rincage sommaire sous les étoiles, au lit en mode colonie de vacances !

Trek J2

Réveil à 6h30 pour admirer le lever de soleil, il ne fait pas chaud, comme cette nuit... La tête enfarinée on admire la vallée sous nos pieds recouverte de brume, spectacle magnifique qu’on traversera une bonne partie de la matinée en descendant de notre nid d’aigle.

On observe les paysans récolter de la canne à sucre ou encore du sésame et labourer les champs. Notre guide en profite pour nous faire goûter des baies et fruits directement sur l’arbre ou même déterrer gingembre ou pommes de terre !

La brume se dissipant le soleil tape sur des étendues de chili mis à sécher devant les maisons ou en bordure des champs. L’odeur est tellement forte qu’elle vient chatouiller nos narines.

Chili et sésame noir à sécher  

Non loin, une musique forte se fait entendre, c’est encore un mariage ! Ils utilisent des hauts parleurs qui ressemblent à des cornes de brume pour que tout le voisinage soit au courant, on en entendra à plusieurs reprises pendant le trek. On se fait même inviter à aller féliciter les jeunes mariés ! Puis on nous offre des échantillons de shampoing…. 😂

La mariée porte la serviette verte sur sa tête 😁

La chaleur se fait plus intense alors qu’on traverse des étendues de rizières bien dessinées. C’est avec joie qu’on accepte la proposition de nos guides d’aller se baigner dans une rivière bien fraîche 😆 des jeunes gens des champs avoisinants viennent nous regarder en rigolant. Aymeric en profite pour donner son échantillon de shampoing à des jeunes femmes en train de laver du linge à côté de nous, il faut dire qu’il en a peu besoin ...

Après une rude montée sableuse sous le soleil brûlant on fait une pause bière et guitare au bord de piste en regardant les attelages de buffles peiner dans l’ascension… comme souvent un jeune chiot vient nous tenir compagnie. Les animaux domestiques sont légions en Birmanie, on croise des groupes de chiens placides étendus sur la route, les bancs et même dans les monastère ou pagodes.

Avant de gagner le monastère où nous allons passer la nuit, on passe un beau moment à admirer le soleil se dissiper sur les champs.

Arrivés au monastère on est accueillis par des jeunes moines en train de jouer au foot et ils prennent ça au sérieux !

Au Myanmar, la plupart des personnes sont obligées d’être moine ou nonne à deux reprises dans leur vie pour un minimum d’une semaine (ou pour beaucoup plus longtemps…) et donc suivre les 272 règles régissant la vie de moine boudhiste, apprendre la langue sacrée, ne plus manger à partir de 12h…. Cela permet aussi aux jeunes enfants de bénéficier d'un toit, d'une instruction et de repas réguliers...

Après avoir écouté la litanie des mantras, un bon repas à la bougie et un brossage de dents sous les étoiles à la lampe de poche, c’est parti pour une petite nuit dans la grande salle du monastère. Comme souvent on dort sur une paillasse sur le sol en compagnie de tous les autres étrangers mais c’est marrant !

Trek J3

Réveil matinal au son des pas des moines s’affairant juste à côté de nous pour leur prières. On engloutit un petit déjeuner et c’est reparti pour une journée de marche plus courte. Ça commence fort par une montée pour passer un col et changer une dernière fois de vallée. La brume est toujours de la partie et dévoile par petites touches de magnifiques paysages vallonnés s'étendant à nos pieds.

Arrivés au col on s’acquitte du droit d’entrée dans la région du lac Inle et c’est le début de la descente. Le paysage est très sec par endroits et peu arboré à l’exceptions d’immenses banyans jalonnant le parcours et permettant une bonne pause fraîcheur. La majeure partie de la matinée sera en descente.

Puis enfin voilà le lac Inle ! Étendue scintillante bordée d’arbres luxuriants et de champs verdoyants. On longe les canaux en suivant les bananiers et papayiers.

Avant de déjeuner on croise une embarcation qui arrive à toute vitesse et avec musique hurlante… à son bord un futur jeune moine qui, à la veille de son entrée au monastère est célébré en prince et ne doit pas fouler le sol. On les reverra à plusieurs reprises !

Après avoir fait nos adieux à notre super cuisinier qui nous aura suivi tout le long du trek, tout le monde à bord de la pirogue au raz de l’eau !

On avait négocié de ne pas traverser directement le lac inle mais de faire quelques arrêts touristiques qui nous auront un peu déçus finalement… entre le stop dans une boutique de bijoux en argent où on est pressés d’acheter et la visite des femmes girafes où on se sent mal à l’aise comme des voyeurs….

On décide d’arrêter là pour les pauses touristiques et on profite tout simplement de la traversée entre slalom au milieu des villages sur pilotis, proximité des mouettes fleurtant avec l’écume du bateau et pêcheurs en action.

On arrive finalement à nyaung shwe bourgade de l’autre côté du lac, c’est l’heure des adieux et de retrouver un bon lit 😉

On profitera peu des abords d’Inle, Aymeric un peu patraque a besoin de repos puis son côté trop touristique nous a moins séduit…. Le lendemain, on se perdra tout de même en vélo dans la campagne environnante et on aura le plaisir de tomber sur notre couple de français sudistes pour partager un dernier verre en leur compagnie.

Puis ce sera un coup de suzuki ouvert et bus de jour pour continuer vers le nord à Hsipaw où un autre trek nous attend !


- Trek par agence jungle king 3J/2N: 37 000 kyats/p (25€) tout compris sauf boissons.

- Nature land hotel à Kalaw: bungalow privatif dans la nature et bon PDJ compris: 20€

- Palace Nyaung shwe au lac inle (Nyaung shwe): super accueil et PDJ, belle chambre où se reposer après le trek: 20€

- Bus normal du Lac inle à Hsipaw: 16 000 kyats/p (11€)

3

Hsipaw et alentours

Après 15h30 de bus dont une bonne partie de jour ce qui nous a permis de profiter de l'ascension dans les montagnes et d'un beau coucher de soleil, nous voilà arrivés à Hsipaw à 6h30 du matin.

Cool notre hôtel nous a envoyé un pick-up gratuit et comme souvent à l'arrivée on va se coucher ! 😄

C'est en pleine forme qu'on part visiter les environs et chercher à manger notamment les fameuses nouilles Shan ! Le bord de la rivière est très agréable et on flâne un moment à la recherche d'échoppes servant encore... finalement c'est en revenant vers le centre qu'un homme voyant notre air affamé, nous accoste et nous emmène dans une miniscule boutique, réveille une vieille femme (on est un peu gênés...) nous fait asseoir sur la seule petite table en plastique et là on déguste les meilleures nouilles shan du voyage !

Rassasiés et un myanmar tea plus tard on marche le long de la grande route (à la circulation rocambolesque comme toujours 😅) en direction de little bagan. C'est à dire, une concentration de quelques anciennes pagodes, stupas et monastères au milieu de la nature. L'endroit est d'ailleurs très apaisant et on n'oublie pas de faire nos respects au bambou bouddha, tellement recouvert de feuilles d'or qu'on ne voit plus le bambou !

On finira cette journée en sirotant d'excellents cocktails de fruits (les premiers d'une longue lignée...) chez Mr shake !!

Le lendemain on décide d'aller découvrir les chutes d'eau Namtok. Mais Aymeric cherche un autre itinéraire que celui donné par les cartes et qui longe la route, donc à l'aide de l'application Maps.me nous voilà en perdition relative à slalomer au milieu des champs cultivés et à sauter au dessus des canaux d'irrigation. Les paysans ont l'air bien étonnés de nous trouver là... mais récompense l'endroit est très beau et on aperçoit au loin la chute d'eau !

Un petit passage le long d'un monastère puis une montée à travers un cimetière chinois plus tard, nous voilà traversant une décharge à ciel ouvert et en combustion (youpee..., paye ta toux 😣).

N'importe le paysage en redescendant de la colline est magnifique et plein de douceur ! Le petit chemin de terre serpente le long de la rivière et des champs de coriandre, tomates, ail,... quelques buffles d'eau se prélassent dans la rivière tandis que des enfants se courent après.

Après un bon raidillon nous voilà aux pieds de la chute et seuls ! et avec un superbe panorama sur les alentours... et on retourne tranquilles vers la ville dans la lumière dorée de fin de journée.

On réserve notre trek du lendemain dans un resto de la rue principale, car on avait entendu que la seule autre compagnie proposant des treks via Mr charles guesthouse est régie par une sorte de mafia locale possédant la plupart des hôtels de Hsipaw (bon on aura un autre point de vue intéressant par la suite...).

Suite aux conflits entre ethnies sévissant dans la région de nombreuses zones sont interdites et on ne peut effectuer qu'un trajet de 2j/1n...

Soir du 31 oblige, on se paye un resto romantique au bord de la rivière en regardant des minis feux d'artifice et des lanternes chinoises s'envoler dans les airs. Sur le retour de nombreux jeunes Birmans dansent au son de la musique house saturée en nous souhaitant happy new year !

Trek village pallaung

C'est donc parti au petit matin avec notre guide Pwe Pwe (à prononcer piou piou) et Anka venant de République tchèque ! C'est agréable d'être en petit comité et notre jeune guide d'origine Shan se retrouve bombardé de questions 😄 il a tout juste 17 ans ! et ce travail de guide lui permet d'épargner afin d'aller à l'université et de pratiquer son anglais.

Il nous explique très bien les coutumes Shan notamment leurs croyances en l'existence et au pouvoir des fantômes. On voit d'ailleurs des temples et statues représentant des fantômes à l'apparence d'animaux.

Peu après avoir croisé un militaire assis à l'ombre et sa kalachnikov bien en évidence sur la clôture, Pew Pew nous explique que les ethnies Palaung et Shan ont chacune leurs propres armées et que le conflit porterai sur la propriété des terres (on a bien entendu qu'il y avait de l'or dans la région, pas étonnant donc que ça se canarde). Ici, selon notre guide, le problème ne serait qu'entre ethnies, d'autres se cherchent des poux à coups de mitrailles, mais l'armée régulière ne serait pas de la partie. Difficile de tirer ça au clair, en tout cas ça explique pourquoi on ne peut pas aller où on veut dans la région.

Fait plus rigolo: les sous vêtements et longyi des femmes ne sont jamais étendus au dessus de la tête des hommes car ils diminueraient leurs forces physique et spirituelle ! Un général de l'armée mettait d'ailleurs des sous vêtements féminins au dessus de ses adversaires...

C'est quasiment en montée constante sur une piste en terre élargie, pour laisser passer les motos bike, que se fait l'accès au village où l'on va passer la nuit. Il y a tout juste 4 ou 5 ans les gens ne se déplaçaient qu'à cheval et en vélo ici, la révolution véhiculée est en plein boom !

Vers 14h on arrive dans la maison du chef des villages environnants, guide lui aussi, qui arrive peu après nous avec un autre groupe. Sa femme nous sert un succulent déjeuner puis c'est sieste et thé vert sur des chaises longues en bambou trop confortables...

En fin d'après midi on fait un tour du village de Topankam, ses plantations de thé dominant les maisons, l'atelier de préparation du thé, ses jolies maisons colorées ou en tek avant de finir par un magnifique coucher de soleil à côté de l'école locale.

Pwe pwe, notre guide perché

Puis de retour sur nos chaises en bambou, la jeune fille du chef nous ayant pris d'affection nous amène des billets, cartes postales et autres fleurs piquées dans la maison et même des boulettes de riz qu'elle partage avec Maëlle.

Ce village dégage lui aussi une sérénité incroyable et on s'y sent si bien...

Après le repas on en profite pour discuter avec le chef des villages alentour (5 en tout) il a aussi été instit à ses heures. Au mur un poster du père d'Ang san suki nous laisse penser qu'on peut discuter un peu plus librement ici...

Toutes les pleines et mortes lunes des réunions ont lieu tour à tour dans les villages et il doit s'y rendre. Il est faiblement dédommagé pour ces déplacements et ne perçoit pas de salaire, c'est pourquoi le reste du temps il est guide.

Après avoir recueilli les doléances des assemblées des villages c'est lui qui est en charge de faire une demande auprès des autorités pour l'amélioration d'une route (celle qu'on a empruntée par exemple) ou encore pour plus d'enseignants dans l'école... C'est donc lui qui aura un impact direct sur le développement de ces villages, pour une fois qu'on tombe sur un Birman avec un excellent anglais, évidement les questions fusent. Comment est-ce qu'il envisage le futur de ces communautés avec l'arrivée extrêmement rapide des engins agricoles, culture OGM, scooters, internet ? Comme souvent ici, pas de stress, il admet tout de même que les choses devront être faites intelligement. Il est optimiste, mais comme le nouveau gouvernement n'est en place que depuis 9 mois, il faudra attendre avant de voir un éventuel changement...

On apprend par ailleurs qu'il a fait avec le fils du fameux Mr Charles une association qui aide les villages où passent les touristes comme nous. Pour un ce sont des sanitaires qui ont été construits, pour d'autres une extension de l'école ou encore un monument sur le parvis du monastère du village, et oui ici le spirituel est aussi important que le matériel !

Puis on rigole avec notre jeune guide pwe pwe qui lui nous parle plutôt de ses conquêtes amoureuses et de facebook (qu'il utilise assidûment), les teenagers sont décidément partout les mêmes ! 😂

La maison de notre hôte étant juste à côté du monastère, au petit matin on assiste au ballet des villageois amenant des offrandes à Bouddha et aux moines.

Cette journée de retour ne se fait quasiment qu'en descente jusqu'à une espèce de "jungle" bordant la rivière. Après une rude côte on fait escale sous un appentis de fortune pour déguster des fruits de la passion et des graines de tournesol au gingembre. Puis Pwe pwe nous perd un peu à travers des champs de maïs et des espèces d'arbustes aux épines piquantes et on se sort de là avec une allure de porc-epic ! Après avoir tenté de se débarrasser de ces piquants, on finit notre marche à travers les bananiers puis au bord d'une autre chute d'eau.

De retour au village en pick up on fait découvrir à notre compagne tchèque, en goûter d'aurevoir, les délices de Mr shake avec des fried dumpling succulents accompagnés d'une sauce au gimgembre !

Au dodo car demain on change de mode de transport, 7h de train vers Pyin oo lwin !


- Excellent shake de fruits chez Mr shake = 1000 kyats soit 0,70€ (+200 avec rhum)

Même enseigne les fried dumpling au top = 1000 kyat

- Trek 2j / 1N par personne (à 3 px) = 30 000 kyats (20€)

- Red Dragon hôtel, super vue du toit et copieux PDJ compris, SDB partagée: 12,5€

- Nouilles Shan traditionelles = 500 / 700 kyats (0,40€)

4

The train !

Pour changer des bus on décide de quitter Hsipaw en train ! Et quel train...

Déjà il ne vaut pas mieux le manquer, ici c'est un train qui descend vers Mandalay le matin, et un qui revient le soir. On prend donc des tickets normaux et pas first class comme tous les touristes croisés à la gare: même pas peur ! Puis on s'assied sur nos bancs en plastique assez confortables en regardant le ballet de marchands ambulants qui montent et descendent du train pour vendre à boire et à manger. Le wagon 1ère classe devant le nôtre avec ses sièges inclinables est digne d'un bus de nuit... tout le monde est chargé et hop c'est parti !!

A G et D: à la gare de Hsipaw 

Dire que ca bouge c'est loin de la réalité !!! par moment les wagons s'inclinent tellement d'un côté et l'autre dans le sens inverse qu'on ne voit plus le passage entre les deux wagons 😲. On est partagés entre l'impression de faire du bateau ou du cheval... mais qu'est ce que c'est marrant de se faire trimbaler comme ça !

Non, c'est un effet, pas de vitesse lumière... 

Les paysages sont magnifiques mais bien brumeux et la pluie est de la partie, on est pas mécontents d'avoir choisi ce jour pour changer de crémerie à l'abri 😆. On profite du paysage protégés mais toutes fenêtres ouvertes !! Bon pour Maëlle ce sera tout de même avec une polaire et petit plaid sur les jambes, et oui on s'habitue vite à la chaleur !

Attention tout de même on reçoit fréquemment des bouts de feuilles ou branchages que le train tond sur sa course !

Le passage du train est une attraction, lorsqu'on passe au milieu des villages les enfants crient, saluent ou se mettent à courir le long des voies, encore davantage en voyant des touristes on a l'impression...

On fera des arrêts dans la campagne où pour seule gare il y a un banc et un panneau. D'autres sont bien plus importantes et le wagon se remplit peu à peu.

On avait peur de se retrouver serrés comme des sardines, mais au final ça va. Dans le sens de la descente il faut bien faire attention à se mettre à droite du train pour profiter de la vue du fameux viaduc.

La future Scarlet johanson asiatique  

100 km au NE de Mandalay, nous voilà en vue de l'attraction majeure de cette portion de trajet: le viaduc de Goteik ! Plus haut pont du Myanmar, culminant à plus de 100 m, il fut construit en 1900 par les Anglais afin d'étendre leur contrôle sur le Nord du pays...

Mais quel pont, tout de feraille vêtu... ! Le train ralentit à son approche et c'est à environ 20km/h qu'il parcourt les 689m du pont, uniquement de la largeur des rails et sans parapet ! Tout le monde se penche aux fenêtres et on a presque l'impression de voler avec la brume qui remonte des profondeurs de la rivière. On peut profiter de la vue sans encombre car, on avait oublier de mentionner cette particularité, on a des portes sur notre wagon... mais elles sont ouvertes en permanence 🤔.

Puis nous voilà en vue de Pwin Oo lwin, après 7h de trajet, bordée de verdure et de champs colorés, en effet la ville est très réputée pour son horticulture (fleurs, fruits, légumes).

Pwin Oo lwin

Située à 1070m, et très prisée en raison de son climat, elle était l'ancienne capitale estivale de la bourgeoisie britannique coloniale qui venait échapper à la moiteur de Mandalay ou de Yangon. Il reste donc pas mal d'anciennes maisons coloniales en plus ou moins bon état de conservation et de nombreuses universités d'où une population légèrement plus huppée et stylée... on est étonné du nombre de boutiques de fringues !

Descendus du train, on recherche notre hôtel en repoussant l'essaim de taxi venu a notre rencontre, en effet de nombreux touristes s'arrêtent ici pour prendre un taxi direction Mandalay et ainsi réduire le temps de trajet...


Ouf nous voilà posés et on repart en direction du marché pour grignoter, mais vu l'heure tardive il ne nous reste plus que des espèces de beignets gras et très épicés qu'on apprécie moyennement et le resto chinois qu'on essayera par la suite ne sera pas mieux: heureusement qu'on a des gâteaux secs ! En rentrant on tombe sur une église complètement recouverte de guirlandes lumineuses, donc ici il n'y a pas que les bouddhas et pagodes à la sauce kitch !

La ville étant réputée pour son jardin botanique de Kandawgyi, on décide d'y aller faire un tour le lendemain, on suit la route principale bordée de quelques maisons coloniales pendant un bon 45mn, on s'acquitte des droits d'entrée et quel monde !

On apprendra plus tard que c'est la fête de l'indépendance aujourd'hui... toutes les générations sont présentes et de nombreux jeunes jouent au balon prisonnier, chantent ensembles en grattant la guitare ou se baladent dans les allées...

Bon le parc est sympa, immense et très coloré avec ces centaines d'espèces de fleurs différentes, sa collection d'orchidée, de glaieuls, de plantes médicinales... la ville est LE centre floricole national tout de même ! On fait un ptit tour par la collection de bois pétrifié et évidemment on tombe sur des animaux en cage: 2 spécimens de Takins (en voie de disparition ) qui seraient bien plus heureux dans leur forêt naturelle... 👹 enfin après une pause auprès du lac on gagne la sortie et rebelotte on marche jusqu'à l'hôtel.

En chemin on cherche à faire changer des sous mais toutes les banques sont fermées... et à trouver un moyen de transport pour Mandalay, mais ils sont tous blindés ou trop chers... c'est comme ça qu'on apprend que c'est fête nationale... oui oui il nous a fallu le temps, pas fins sur ce coup là 😂

Bon comme la ville n'aura pas été un coup de coeur (on a préféré le train !) on a vraiment envie de rallier Mandalay... c'est finalement auprès de l'hôtel qu'on réussit à obtenir un share taxi (taxi partagé avec des locaux donc moins cher...).

Le trajet sera comme souvent cocasse: bon vous avez compris comme d'habitude le volant à droite dans une voiture qui roule à droite (yeah...🤔).

Le chauffeur mâchonne son bethel assidûment ( ah oui on a oublié de vous en parler... mais en Birmanie vous verrez souvent les hommes au sourire vampire et des belles traces de "sang" au sol. Bon ils ne sont pas des descendants de Dracula mais ils aiment particulièrement mâchonner les graines de bethel qui donnent cet aspect rougeâtre, leur pourrit les dents et est un excitant (youpee...😨) et du coup ben en prime t'as le droit au raclement de gorge et nez intempestif et crachat au sol ou dans un sac plastique prévu à cet effet dans tous les transports, la rue,.... (youpee 😆).

Bon et avec le flot de véhicules qui repartent vers Mandalay (fête oblige vous avez compris...) notre chauffeur trouvant que ça ne va pas assez vite décide de descendre la montagne par la voie en contresens, ben oui c'est plus fun.... et finalement comme ça bouchonne aussi (sans blague on emmerde tous ceux qui remontent sur leur voie unique...), fait demi-tour en pestant, remonte jusqu'au carrefour où se séparaient les deux voies et reprend à fond la caisse sa "bonne voie" et se fait de la place à coup de klaxon... Et puis c'est fou comme en fonction des types de véhicules dépassés comme 1 voie unique peut se transformer en double ou triple voie 😲.

Bon je vous rassure on arrivera entiers à Mandalay (merci bouddha...😷) que l'on choisira de visiter à scooter (comme ça c'est nous qui choisissons comment on roule.. na 😋).


- Entrée parc Kandawgyi: 6500 kyats/p (4,5€)

- Taxi partagé vers Mandalay (à 4): 6000 kyats/p (4,2€)

- Hotel Tha ha zar ta, simple mais correct, sdb partagée, PDJ compris et servi ds la chambre: 16€

5

Après un excellent dîner chiapatis (vive la nourriture indienne !) Et un bon repos nous voilà fin prêt pour affronter la jungle urbaine sur notre fidèle destrier: notre scooter automatique ! (Eh oui tu peux louer soit des scooters automatiques soit manuels 4 vitesse les "Motobikes"...).

Aymeric en mode pilote dans la circulation, transpire sous son casque mais s'en sors comme un chef malgré les (nombreuses) embûches...

Deuxième plus grosse ville de Birmanie avec 2,5 millions d'habitants (pour l'agglomération), Mandalay fut la dernière capitale royale fondée en 1857 sous le nom de "cité des joyaux" pour son jade réputé. L'emplacement fut choisit afin d'accomplir une prophétie !

On quitte le centre ville le long des rives de l'irrawady vers la campagne et on commence par le point d'intérêt le plus éloigné qu'on a sélectionné...

Bon il faut savoir que certains des édifices à visiter notamment le palais royal (qu'on excluera car peu intéressant...) sont payants à Mandalay. Taxe de 10$ qui va dans la poche du gouvernement... en bons français on a essayé de ne pas payer et on à reussi ! (Après à chacun de voir...)

Ancienne cité impériale d'Inwa (ou Ava)

Ancienne cité impériale qui ne manque pas de charme avec ses vieux temples, stuppas et tour d'observation perdus dans la végétation ou intégrés au milieu des habitations. On passe des vestiges de remparts puis tout droit jusqu'au fleuve afin d'admirer le pont reliant Sagaing notre prochaine destination !

En haut à Gauche: notre scooter avec au loin la colline de Sagaing  

Puis, partis à l'aventure sur un petit chemin caillouteux on gare finalement notre scooter en contrebas de l'accès aux temples et monastères principaux. On profite du frais à l'intérieur, on fait un tour et on se rend compte qu'à l'opposé il y avait un office de paiement de la taxe qu'on a évité sans le vouloir 😆.

Le site est étendu, on visitera plusieurs autres monuments, tout d'abord une tour d'observation penchée puis quantité de vieux temples erodés et même une pagode sur laquelle on pourra grimper.

Colline de Sagaing

En fait c'est une ville sur une colline, elle aussi (!) ancienne capitale royale... lieu de pèlerinage très prisé comme Bagan car elle remplie de Pagodes et monastères ! On a pas essayé de les compter mais c'est ahurissant... on accède jusqu'à son sommet et donc la pagode Soon u panya pour profiter d'un magnifique panorama sur les environs et visiter son bouddha !

Ici comme partout en Birmanie, les chiens squattent souvent les meilleurs spot pour faire la sieste !

On galère à trouver la voie pour redescendre, à cause de travaux les déviations ne sont pas évidentes à trouver ! Ouf on slalomme entre des veilles femmes faisant la quête pour bouddha et les nonnes rentrant au monastère vers la suite de notre périple !

Pont U bein

On arrive comme souvent par un chemin detourné (merci maps.me) en ne croisant pas grand monde sur un chemin de terre bordé d'arbres. Et ca y est on aperçoit enfin le fameux pont, et les centaines de personnes dessus ou entrain de sortir des bus garés juste à côté 😒... bon on tente de poser quelques pas sur LE plus long pont en teck du Mooonde !! Il y a foule, et le fait qu'il n'y ait pas de rembarde, et qu'on se trouve rapidement à 4-5 mètres de haut, nous fait renoncer après quelques minutes...

A D des jeunes birmans demandent à aymeric de les prendre en photo  

De toute façon le plus beau est de le voir de loin au coucher du soleil, ça tombe bien il ne nous reste que quelques minutes. On se dirige rapidement vers le côté ouest pour être dos au soleil couchant. Et là c'est parti, Aymeric mitraille le pont pour essayer de saisir un moine traversant seul. Pas simple, mais c'est dans la boite.

On profite des derniers rayon pour admirer le paysage avec nos yeux et voir les jeunes birmans se prendre en selfie devant le pont, même des moines s'y mettent 😁.

Le soleil complètement disparu derrière l'horizon, on se dépêche de remonter en selle pour devancer les bus et autres cagettes à touristes, on vous passe le retour dans la circulation cahotique, qui ne fait qu'empirer à la nuit tombée. Et 80 km de fait aujourd'hui !

Alors qu'on rentre à notre hôtel, un homme vient à notre rencontre pour nous demander la prononciation de certains termes en anglais et il finira par nous offrir une bière pour qu'on puisse lui donner des cours pendant une heure ! (Ben écoute pour une bière gratuite on est prêt à tout 😉...).

🍻🍺🍻

Très intéressant Mr Hong Thant vient de l'état Chin, où il sont majoritairement chrétien. Il est etonné qu'on soient si peu pratiquants en Europe et touve que aymeric ressemble à... Jésus 🕇(fou rire de 20mn de Maëlle..., ben y a pas beaucoup de barbus par ici). Il partage son temps entre donner des cours d'anglais et vendre des vessies de cerfs séchées aux chinois... (fin définitive du fou rire) on convient mutuellement que les chinois ont des coutumes curieuses et on donne notre point de vue sur ce commerce... très ouvert il est conscient de l'impact écologique mais dit que si ils sont assez fous pour donner des sommes folles pour ça il faut en profiter, mouais bof...

Bon au lit, la suite de Mandalay au prochain post !

6

Mandalay hill et des pagodes, des bouddhas, des pagodes, des bouddhas,..

Aujourd'hui on se concentre davantage sur la ville en elle même notamment la Mandalay Hill et son panorama incroyable sur la ville du haut de la Sutaung pye pagoda. On fait plusieurs fois le tour de cet édifice très criard, étincelant et avec certaines parties en rénovation (comme souvent vous avez compris...), les mantras résonnent fort alors qu'on profite de la vue et qu'on témoigne de notre respect à bouddha (faut pas croire on a un quota à respecter par jour... ). Des courageux on gravit la colline à pied par des escaliers !

Bon ça se mérite quand même : 200 k de taxe pour y monter, puis 200 k pour garer le scooter et 2000 k pour entrer dans la pagode, bon on a esquivé le paiement des droits photos réservé aux touristes...

En bas de la colline, on va visiter la Sandarmuni pagoda, très particulière avec son stupa central doré (et son magnifique bouddha ) entouré de 1774 stèles blanches scintillants dans le soleil.

Chaque stèles renferme un morceau du canon bouddhique protégé dans un petit stuppa.

Là, on esquive le parking scooter, (on fait gaffe au budget à force...) non mais, on peut aller se garer quelques mètres plus loin sans qu'il soit "gardé" ! Une des choses merveilleuse dans ce pays c'est que tu ne crains pas grand chose niveau vol ! (Vive le boudhisme...)

A côté de la précédente se trouve la Kuthodaw pagoda, d'ailleurs où Maëlle oublie son appareil photo et se fait courser par un moine pour le récupérer. Ressemblant à la Sandarmuni, son stuppa central est entouré de 729 stèles de marbre. Chacune renferme également un morceau gravé du canon bouddhique, soit du plus grand livre du monde par la taille.

Non loin de là, on découvre l'extérieur du Shenandaw kyaung magnifique temple en tek sculpté (qui est soumis aux droits d'entrée sic).

C'est parti pour une ballade le long des massives fortifications du palais royal entourée d'eau et aux hasards des rues pour déboucher finalement dans le quartier du marché.

Zegyo ou zay cho market

On aura rarement vu un marché où c'est autant le bordel ! Enfin plutôt d'un côté les centaines de scooters rangés à la perfection, presque géométrique... et de l'autre, les voies où tu circules pour regarder les stands: la folie !

Eh oui comme ce sont des voies circulantes, en plus des piétons, des livreurs, des vendeurs se côtoient aussi des motobikes, camions,... donc t'as pas trop le temps de rêver sur les stands. Et évidemment il est immense et grouille de monde.

Après avoir manqué s'être faite écraser deux fois et s'être prise une corde de chargement en plein visage, Maëlle crise ! donc on va se réfugier dans l'intérieur couvert du marché mais vu le monde on s'esquive dans le flot de circulation à la recherche d’un coin tranquille...

Pause détente et un moine pour ami facebook !

Bon à la base on se dirigeais vers le temple Kyaung shwe in bin mais on loupe l'entrée et on se trouve un ptit coin paradisiaque: du sable fin, des cocotiers, un banc à l'ombre le long d'un canal et pas de circulation (bon quand tu fais abstraction des déchets plastiques qu'il y a absolument partout...).

On se cale là pour un casse croûte banane petits gâteaux eau (wahou 😩) et à peine fini, on entends un timide hello venant de dernière nous...

Un beau jeune moine s'avance vers nous et nous fait la conversation, on s'entends tellement bien qu'on papotera pendant 1h30 ! Il s'appelle Inkura (qui signifie "qui fait pousser ou grandir"), il a 20 ans est déjà moine depuis 8 ans ! Il étudie en 1ère année à l'université boudhiste de Mandalay et souhaite devenir professeur et voyager.

Inkura la star des moines !  Mais si sérieux sur les photos...

Il nous avoue qu'un de ses amis l'a encouragé à venir vers nous pour parler anglais. Car il ont un sacré programme ces moines, ils apprennent 5 langues y compris l'anglais sans compter des quantités d'autres matières. Des gens vont et viennent, échangent quelques mots avec nous et on fini par une séance photo. Puis Aymeric l'accepte en ami facebook (j'te jure ce facebook...). Avant de partir on se promet de se donner des nouvelles et de le loger si il passe en France. (Il nous a déjà envoyé une photo 😄)

Après ce super beau moment, retour à la civilisation bruyante, à la recherche du bus qu'on doit prendre le lendemain... on se gare à la station de bus Thiri Mandalar mais on avait pas compris qu'on était plutôt du côté marchandises !

S'ensuit de longues minutes cocasses où on se tape toutes les échoppes pour essayer de trouver celle où il nous vendront nos tickets... on passe déjà 1mn par personne à faire comprendre notre destination: Monywa qui se prononce très différemment en Birman ! Pour finalement comprendre qu'on doit faire tout le tour du pâté de maison pour entrer dans la station de bus à proprement parler... yepaa mission acomplie on se renseigne du prix et de l'heure de départ pour le lendemain.


- Location scooter à la journée: 15 000 kyats (10,4€)

- Essence: entre 800 et 1000 kyats les bouteilles au bord de route en Litre et moins cher dans les stations essences (0,50/0,70€)

- Chiapatis excellents 400 kyats l'un soit 0,30€ (2 à 3 pour être calés) : croisement 27e/82e en face du Unity hotel

- Mini bus vers Monywa: 2000 kyats/p (1,40€)

7

Le trajet de Mandalay a Moniwa aura été rapide avec le Fangio au volant de notre minibus. En bonus on aura profité tout le trajet des vocalises d'une passagère pseudo popstar: vive Justin Bieber !

On arrive vers 12h et après un tour de trois-roues négocié a 2000k on arrive à l'hôtel. Ils sont immédiatement aux petits soins avec nous et on se retrouve avec une escorte jusqu'à notre chambre. L'hôtel est tout neuf et à ouvert la semaine dernière, donc ils sont en recherche d'idées pour s'améliorer, et ça explique aussi l'accueil.

On pose les affaires, loue un scooter pour l'après-midi et direction le sud de la ville car ce qui est le plus sympa à voir à Monywa, ce sont ses environs. Premier stop au Thanboddhay paya: magnifique ensemble de temples et stuppas colorés encadrés par la végétation dont l'entrée est gardée par deux grands éléphants...

On s'octroie une (petite) frayeur en gravissant les marches métalliques branlantes d'une petite tour d'observation donnant une belle vue sur l'ensemble. Toutes les sculptures et statues donne un mix de culture asiatique carnavalesque assez incroyable ! On profite juste de déambuler aux alentours sans entrer dans le temple principal car le temps nous ait compté.

On continue la route vers Bodhi tataung soit une colline aux bouddhas (ca rappelerai pas quelque chose...😄) mais bon là c'est vraiment démentiel, titanesque, démesuré (bon j'arrête là mon dictionnaire des synonymes !). Un immense bouddha de 130m de haut domine le paysage et le moins que l'on puisse dire c'est qu'on le voit des kilomètres à la ronde (plus haut du monde tatadam !). On se perd même au milieu des champs de bananier pour le prendre en photo.

Et comme si ca suffisait pas, à ses pieds est étendu couché sur le côté un bouddha de 95m (petit joueur !). Bon ils ont dû être sacrément généreux les birmans dans le coin et surtout énormément se saigner... et oui suite à une envie d'un éminent moine local allez hop tous aux donations pour le karma ! On est quand même estomaqué par la démesure de leur foi...

On gravit la colline oh et tiens à gauche un grand bouddha sur le dos et à droite un bouddha assis en construction, ah d'accord ils font toutes les postures... 😂

À Gauche la tête du bouddha couché en fond  

On arrive finalement aux pieds de THE bouddha oh et puis il fera certainement plus frais à l'intérieur, donc aller on y va ! fringuants et plein d'espoir on commence à escalader les étages en comptant c'est plus rigolo: "et 1, et 2, et 3,.....🤔.........😣.........😓..........😤.........😲.......😭 .....26 étages !

On se retrouve au final à la base de sa tête et même pas une vue panoramique 😨 bon à chaque étage il y avait une sorte de coursive avec des peintures disons très gaies représentant l'enfer (et des bouddhas accessoirement..) et ca devenait plus joyeux les derniers étages enfin arrivés au nirvana. Yes we did it !!!

Au centre maigre vue par une fenêtre poussiéreuse  

Après notre séance de step intensive on réenfourche le scooter en direction de grottes aux.... bouddhas ! Qui ont l'air très belles, anciennes et peuplées de singe (Hpo win duang cave).

Mais....on ira pas finalement... (snif) Après avoir re traverser le centre de Monywa on s'arrête plusieurs fois au bord de la rivière admirer des temples construits ou en rénovation sur de petits îlots et se poser un peu. Ah oui car notre engin n'a quasiment plus d'amortisseur et à deux avec le sac à dos d'aymeric et son cher matériel photo qui pèse... on a l'impression de faire du cheval à bascule !

On poursuit jusqu'à un charmant pont avec une vue magnifique sous le soleil déclinant notamment d'anciens volcans se découpants à l'horizon et le balais des bateaux en contrebas.

En bas à Gauche on voit encore le bouddha debout ! 

Les alentours de Monywa sont vraiment magnifiques ! Puis, on essaye de photographier de vieux camions ou transport en commun hyper chargés passer sur le pont.

C'est rigolo des birmans s'arrêtent sur la route pour nous parler (alors qu'ils sont garés sur un pont quand même ) et les enfants des villages en contrebas nous crient comme d'habitude des tonitruants Mingalaba !!! (Bonjour en birman). On est vraiment touché et amoureux de ce peuple si spontané et souriant.

Bon il est temps de faire demi tour on doit ramener notre destrier pour 18h... mais bien évidemment on fait des détours par ci par là à la recherche de route moins fréquentées. Et aymeric choisit une super piste sableuse avec des nids de poule tout les 3m ! Maëlle crise et youpee avec le cheval à bascule on se retrouve avec les fessiers en compote de pomme !

Bon victoire on s'offre les dernières lueurs du jour seuls au monde au milieu d'un champ et de quelques cocotiers. On rentre à la nuit noire et bien que la région offrait d'autres belles choses à découvrir (on regrette pas du tout cet arrêt d'ailleurs et on est étonnés que ça ne soit pas davantage fréquenté...) on est pressés de découvrir Bagan le lendemain !


- tuk tuk station de bus à l'hotel: 2000 kyats (1,4€)

- Scooter pour l'après midi : 7000 kyats à l'hôtel (4,8€) avec essence gratuite.

- Hotel ba thaung, tout neuf (donc encore des finitions à faire...), personnel au petit soins, belle terrasse sur le toit et mega PDJ compris: 16€. Ah et on l'a su après mais pick-up gratuit de et vers la gare de bus !

8

On est tout excités à l'idée d'arriver à Bagan c'est quand même le symbole de la Birmanie et l'occasion de voir des levers et couchers de soleil hors norme...

Comme on avait pas vu suffisamment de pagodes ces derniers jours, on a choisi cette destination pour changer un peu... Pour ceux qui n'ont jamais entendu ce nom, c'est ici dans l'ancien Royaume de Bagan qu'on retrouve la plus grande concentration de temples au monde !! Et oui décidément les birmans y tiennent à ce livre des records 😉

Nous voilà donc dans un bus local mais sans savoir où l'on va dormir... au lieu de se faire déposer à la station de bus de Nyang U où la majorité des touristes descendent, on demande au chauffeur de continuer avec eux en direction de New bagan.

Petite pause explicative: le royaume de Pagan (ou Bagan) s'étend sur 50 km2 et se divise en plusieures zones. Au Nord Ouest Old bagan, plus prêt des temples principaux mais où se situent les hôtels les plus cher (dans cette zone il est interdit d'en construire des nouveaux), au Sud Ouest New bagan, bourgade datant de 20 ans où se situe les hôtels de moyenne catégorie et pour finir Nyang U au Nord Est plébiscité par les backpackers ou petites bourses... et donc au centre la majorité des temples (2835 en totalité ).

Donc me diriez vous, pourquoi allez vous vers New bagan ? L'entrée à Bagan est soumise, elle aussi à une taxe pour le gouvernement dont maximum 10% est investie dans les temples et s'élève à 20$/personne ! Et vu que c'est un peu plus que notre budget journalier, ça nous fait un peu grincer des dents (oui on est pénibles...). Du coup on espère qu'en évitant l'entrée principale, on va "oublier" de payer... bon on avait pas vraiment planifié tout ça je vous l'accorde, mais c'est un coup de chance car on se fait déposer en plein milieu de New bagan (et pas à la station de bus) sans avoir passé aucun contrôle 😄😉.

En même temps on se retrouve bien malins, on va où ? Un homme vivant dans une maison à côté nous prends sous son aile et ni une ni deux emmène Aymeric sur sa bécane faire le tour des guesthouses aux alentours pendant que Maëlle papotte avec sa soeur. Bon décidément c'est trop cher par ici... un livreur accepte de nous prendre à l'arrière de sa camionnette pour 2000 kyats et enfin direction le marché de Nyang U !

On remonte l'allée principale pendant une quinzaine de minutes à la recherche d'une guesthouse, la première est complète, la deuxième sera la bonne ! Ouf nous voilà posés.

Bon, on ne se repose pas longtemps car on ne veux pas manquer le premier coucher de soleil sur Bagan !! On file à pied pour 40mn de marche très sportive en grignotant des biscuits achetés en route avec le soleil comme boussole. Évidemment on se perds à travers champs à la recherche d'un petit temple dont on à entendu parler: Oak Kyaung Gyi. On évite les serpents 😨 dans les herbes hautes, des birmans nous font des grands gestes "be carefull snakes", en plus ils sont virulants par ici...

Yeppa on lance nos chaussures, gravit l'escalier intérieur du temple dans le noir et nous voilà sur un toit plat face au soleil.... qui vient de se coucher 😭. La vue est magnifique et on est quand même si heureux d'être là ! On restera jusqu'à la nuit noire pour profiter d'un ciel étoilé comme on n'en voit plus, sans pollution lumineuse (on en aura vu même en pleine ville dans ce pays, l'avantage de l'électricité limitée).

Bon demain on loue un e-bike plus pratique pour arpenter les lieux !

Première journée

On se lève à 5h pour aller voir le lever de soleil depuis la pagode Lowka Ou Shaung, pas mal de monde mais on est bluffés par cette vue. La brume qui se lève léchée par les rayons du soleil, les montgolfières qui s'élancent dans un deuxième temps... magique !

Lowka pagoda 

On a beau avoir vu des quantité de photos ça n'a rien à voir en direct ! Aymeric se trouve une petite place pour son trepieds a côté d'un vietnamien qui parle très bien le français, il s'apelle Vu (prononcer vous) avec qui on passera un petit moment à discuter voyage, et à apprendre de son pays.

Puis comme on a le petit déjeuner compris dans le tarif de la chambre, un coup de e-bike à 25-30 km/h de moyenne et nous voilà rentrés. Ca vaut le coup le petit déjeuner est phénoménal 😋 et on se repose quelques heures en prévision de la chaude journée qui nous attends.

Aujourd'hui on explorera surtout le Nord, l'Ouest et le Sud de Bagan... Alors au menu du jour on vous propose:

Des templessss, des pagodesssss, des bouddhasss, un monastère en bois et une vingtaine d'ensablages de scooter et de perdition !

Les temples sont très différents, un de style hindou et d'autres de différentes époques du royaume. Certains sont en brique brute ou recouverts de stuc et d'or, aux extrémités rouges alors que d'autres sont envahis par la végétation ou bordés de massif de fleurs.

On longe les berges de l'Irrawady jusqu'à Bu phaya (espèce d'oeuf doré) et on contemple les bateaux en contrebas puis les enfants et femmes descendant au fleuve pendant un petit moment...

Puis après avoir traversé Old bagan, on déjeune à Ananda. Magnifique temple en rénovation aux couloirs titanesques rempli de bouddhas de toutes tailles.

Il est encerclé par un énorme marché et des étals de nourriture. On trouve notre bonheur gustatif avec des espèces de grosses nouilles aux tomates délicieuses (en phoétique Norécélesse) avant de filer vers le Sud.

Ananda 

Et pour finir en beauté, un beau coucher de soleil ! Qu'on a failli louper encore une fois... On nous avait conseillé un temple perdu dans la nature près de la magnifique Dhammayazaka Pagoda . Du coup on rentre dans l'enceinte de celle ci pensant que l'on peut y grimper mais non ! on aperçoit de l'autre côté du mur d'enceinte le petit temple en question et le soleil décline donc: cours, remet tes chaussures, grimpe sur l'e-bike, roule 300m, renlève tes chaussures, trouve l'accès du toit: youpee on y est à temps ! Comme d'habitude on restera les derniers à profiter de la nuit tombée.

Et puis on se dit "si on prenais des petits chemins au lieu de la grande route ", quelle riche idée !! On longe un grand hôtel, un golf et les pistes deviennent de plus en plus sableuses, Maëlle est souvent obligée de descendre de l'e-bike pour qu'Aymeric puisse manoeuvrer et finalement... plus possible on passe pas, on dirait qu'on fait le Dakar avec des pneus lisse ! On rebrousse chemin penaud sur 4km et c'est reparti très lentement en fin de batterie, on serre les fesses jusqu'à l'hôtel...

Deuxième journée

Rebelotte "réveil matin 5h j'me réveille comme une fleur... " et direction, cette fois ci, une pagode pyramidale très pentue à côté de Bulethi Pagoda. On grimpe à 4 pattes et nous voici assis sur un parapet avec une vue de déglinguos ! Face à nous les montgolfières prennent leur envol donc on les voit de beaucoup plus prêt... c'est encore plus beau que la veille et toujours un moment d'émotion et de mitraillage photographique !

Retour à la case petit déjeuner, repos et même joueurs jouent encore ! Cette fois ci on découvre davantage la partie Est et centrale de Bagan.

Alors c'est parti, aujourd'hui au programme:

Des templessss, des pagodessss, des bouddhassss, des calèches, des chèvres, un petit étang frais haaa et toujours des ensablages !

Certaines des pagodes sont complètement de travers ou entourées d'échafaudages en bambous... En effet la plupart des temples ont été construit au 10e siècle et outre l'effet du temps, Bagan a subit un violent tremblement de terre en 1975 et en 2016 ! La plupart des réparations n'ayant pas été faites dans les règles de l'art, c'est ce qui empêche son classement au patrimoine mondial de l'Unesco...

En se perdant sur un petit chemin on se retrouve face à une habitation entourée de temples. Une vieille femme sort de l'ombre et se dirige vers les temples en nous disant "helooooo come". Elle nous fera faire le tour de tout les édifices en répétant cette litanie (en machonnant son cigare !) et quelques "look" en tendant les doigts vers des détails. Grace à elle on découvre de magnifiques temples avec des encadrements sculptés encore bien conservés, des bouddhas rouges magnifiques, des restes de fresque et un escalier dérobé menant sur le toit...

On s'accorde une petite pause sur la terrasse de Pyathada pagoda pour regarder la vie aux alentours, travailleur rentrant des champs et vieille femme menant son troupeau de chèvres avant de reprendre la route...

Pyathada pagoda 

Passant près du temple Shwe san daw, le plus connu pour le lever et coucher de soleil, on évite de justesse le contrôle des tickets avant de filer vers le même temple que le soir de notre arrivée, mais cette fois ci on est à l'heure !

Troisième journée

Ce matin on se la joue relax, grasse matinée, tris de photos, mails, discussion avec un des employés de l'auberge, déjeuner tardif avant d'aller faire nos aurevoirs à Bagan...

Puis on s'active ! On se plante encore de chemin, donc youpee c'est repartit à travers champs en faisant le plus de bruit possible pour faire peur aux serpents !

Ouf on se trouve un petit temple sympathique conseillé par notre guesthouse et on SA-VOU-RE ce dernier coucher de soleil sur Bagan (snif...) avec les rayons du soleil caressants des bottes de foin en premier plan et dessinant la silhouette des temples et collines en arrière.

Après un arrêt par notre cantine, on prends un bus de nuit vers Yangon...


- Bus Moniwa/Bagan: 2500 kyats/pers (€)

- Location e-bike: 7000 kyats (5€) pour un vétuste qu'on changera le 2ème jour pour un tout neuf à 7500 kyats/j (pensez à bien les tester)

- May kha lar guesthouse: super PDJ compris, belle terrasse, SDB privée avec douche froide, staff très sympa (demandez koko, il est jeune mais a bien voyagé dans son propre pays ): 21€/nuit

- notre cantine à côté de la guesthouse: Cherryland, bière à la pression 750 kyats (0,5€), bonne cuisine variée plat vers 1500 kyats (1€).

- bus Bagan/Yangon: 18000 kyats/pers (12,5€)

9

Mawlamyine ou moulmein

9 petites heures de bus de nuit pour arriver à l'énorme station de Bus de Yangon, on se pose 1h pour petit déjeuner. Puis un second bus et 6h de plus à travers des paysages de plus en plus luxuriant, on verra même nos premières rizières en eau, ouf on arrive à Mawlamyine un peu crevés ! Il fait beau, chaud et humide...

A Mawlamyine il ne faut pas manquer la vue du haut de la colline. Et qui dit colline (si vous ne vous êtes pas endormi pendant les cours...) dit pagodes et monastères ! Ce qui est sympa c'est qu'ils sont différents par ici, beaucoup plus colorés et avec des sculptures différentes.

On se pose à une première pagode sur les hauteurs mais on sait qu'il y en a une autre bien plus haute, quelques kilomètres plus loin...

Bon ça grimpe, ça grimpe mais la vue est magnifique avec l'estuaire en contrebas. On tombe sur un temple façonné avec des centaines de statues de minis bouddhas vitrifiés, et plus loin un temple Hindou titanesque en construction.

Puis un coup d'ascenceur plus tard nous voilà en haut d'une pagode pour admirer le coucher de soleil. On discerne ça et là d'anciennes maisons coloniales aux toits rouges et les méandres de la rivière.

De nombreuses jeunes birmanes viennent prier habillées sur leur 31, en tenue traditionnelle assortie et rouge à lèvre, elles sont magnifiques. On finira la balade en passant par le centre-ville et en longeant l'eau puis au lit.

Le lendemain on se décide à aller voir la curiosité du coin: un bouddha géant couché ! On prends le pick up collectif avec les locaux et 25km plus tard, il nous dépose au bord de route.

L'allée qui s'étend devant nous est bordée de centaines de statues de moines, ah ça change ! Après une vision hilarante de statues d'un moine en costume de hercule et d'un autre accompagné d'un tigre autour desquelles paissent tranquillement quelques vaches, nous voilà en vue du monument !

Plus grand bouddha couché au monde (qu'il dise...) il fait quand même 170 m de long. Partiellement inachevé alors que commencé il y a pas mal d'années... Il fait face ou plutôt il fait pied/tête à un autre bouddha en construction (mais qui à l'air d'être oublié depuis un moment). Bon c'est un peu le summum du kitch mais c'est drôle.... on ne s'aventure pas à l'intérieur de celui ci car on commence à être un poil lassés...

On reprends donc la longue allée sous le soleil brûlant, goodbye les moines, on hêle un pick-up et c'est reparti dans l'autre sens pour attraper notre bus pour Hpa an.


- Bus Yangon/Mawlamyine: 13 ooo kyats (9€)

- Bus Mawlamyine/Hpa-an: 2000 kyats (1,4€)

- Hotel parami à Mawlamyine: patron et personnel très sympa (nous on offert le gouter quand on attendais notre bus pour Hpa-An), wifi extra rapide, PDJ en supplément: 20€

- Transport collectif de Mawlamyine au bouddha couché: 2000 kyats/p/aller retour (1,4€)

10

Hpa an

On s'attendait à en prendre plein les yeux mais rien que le trajet en bus est au dessus de nos espérances. Le paysage est totalement différent de tout ce que l'on a pu rencontrer en Birmanie ou vu pour l'instant dans le monde...

Des rizières verdoyantes traversées de canaux avec des pics karstiques en toile de fond: un ptit air de Vietnam en somme. Et en plus on tombe dans la guesthouse où les proprios obtiennent la palme de la gentillesse (ce qui était un challenge vu le high level de sympathie en Birmanie ), bon on a hâte de découvrir le coin ! On commence par le toit terrasse de la guesthouse, parfaite pour les couchers de soleil.

Le lendemain on loue un scooter afin d'être plus tranquilles qu'avec les formules tuk tuk organisées par les guesthouses. On nous a remis une carte détaillée avec les spécificités locales notamment quantité de grottes !

On commence tout d'abord par le Kyaut kalap, monastère perché sur un rocher au milieu d'un lac artificiel. Malheureusement on ne peux grimper jusqu'en haut... l'ensemble fait assez hollywoodien mais est sympa.

Vers l'ouest on traverse la rivière en direction de la Kawgun cave. Payante à 3000 kyats, ce que l'on trouve un peu cher... on se contentera de la regarder de loin notamment des centaines de petites sculptures en argile datant du VIIe s.

Mais sur la gauche de la grotte, et gratuit, se trouve un raide escalier menant à un point de vue sublime sur la région. Au cours de l'ascension quantité de singes viennent s'approcher de nous attirés par des biscuits lancés par des Birmans...

En faisant des petits détours et de nombreux arrêts photos, on en revient pas de voir autant de rizières en eau ! On reste un moment à observer les Birmans récolter le riz.

Puis nous voilà ensuite à la Yathaypyan cave. Jolie grotte bordée par un petit étang, peuplée de nombreuses statues de bouddha, de gravures aux murs et forcément sa pagode intérieure.

Petit bonus, on peut la traverser de part en part et elle offre un point de vue magnifique sur les montagnes alentours...

A 17h on a rdv avec des chauves-souris donc pour être à l'heure on se fait juste un aller retour sur un des rares ponts qui traverse la rivière, pour profiter du panorama et prendre quelques photos.

Nous voilà enfin à la Bat cave, attraction du coin, vers 17h30 quantité de chauves-souris sont sensées sortir d'une caverne ! Avant cela on se fait un parcours à la fort boyard avec une suite d'escaliers en fer branlants et de plus en plus raide pour accéder à un point de vue surplombant la grotte et la rivière.

La lumière commençant à décliner on redescend face à l'entrée de la grotte (qui heureusement n'est pas accessible pour les laisser en paix...). Les piaillements se font de plus en plus fort ainsi qu'une sensation de chaleur et une odeur caractéristique...

Les rapaces commencent à tourner au dessus de nos têtes, on sent que c'est bientôt le moment... et d'un coup des milliers de chauves-souris se mettent à sortir en même temps ! C'est incroyable 😲😲 elles sortiront en flot ininterrompu pendant les 30mn où l'on restera sur place, on a du mal à imaginer le nombre dans la grotte !

Les 2 jours suivants seront consacrés à la visite de notre salle de bain en alternance, ah vive la danse de la tourista ! Bon on sera brièvement sorti faire un tour au marché local quand même...

Presque remis de nos tracas, on a très envie de profiter de notre dernier jour à Hpa-an. On reprend donc un scooter pour aller visiter le Sud Est de la ville.

Premier arrêt à la Kaw Ka Taung cave, oui de ce côté aussi il y a des cavernes, et dans des pics karstiques bien entendu... grotte entièrement carrelée avec allée de bouddhas stromboscopique, ce qui est un peu curieux mais avec un joli jardinet adjacent.

Au bout de la route se trouve une piscine d'eau chaude entourée de petits resto mais on se sent pas trop de nager...

Avant la prochaine caverne, on se perd un peu au hasard des chemins (pour pas changer...) et on profite pour faire une pause en observant des travailleurs aux champs.

Puis, entourés de rizière sur une piste en terre la balade est plus qu'agréable vers la plus grande des grottes que l'on aura vu: la Sadar cave. Après avoir payé les 1000 kyats de droit d’entrée et s'être déchaussés, (comme d'habitude dans toutes les grottes, monastères, stuppas,...) on se fraye un chemin en prenant garde à ne pas glisser sur les fientes de pigeons et chauve-souris.

Après un immense bouddha couché on s'enfonce dans l'antre de la grotte qui est magnifique ! Malheureusement on ne pourra aller jusqu'à l'extrémité car ils sont en train de construire un pont. Normalement il y avait l'option de prendre une barque à la sortie de la grotte pour traverser un lac et revenir par la rivière mais là on est obligé de rebrousser chemin.

En longeant les champs on arrive tout de même à la rivière et à l'embarcadère mais le prix pour aller vers le lac est trop élevé pour nous, tant pis on profite de cette petite marche pour observer la faune alentour.

C'est reparti sur de belles pistes vers le Waterfall village, 2 beaux bassins d'eau: 1 pour les hommes, 1 pour les femmes ! Entouré d'herbe verte et de quelques échoppes.

Puis, on se rend en contrebas du mont Zwe ga bin qu'on aurait bien aimé escalader si on avait été plus en forme (2000 marches quand même) pour admirer la vue en se posant au monastère à son sommet.

À ses pieds se situe le jardin Lumbini, milliers de bouddhas alignés dans la nature, vision assez originale...


Au retour aux abords de la ville, on passe à travers des forêts entières d'hevea et donc de latex séchant sur des cordes à linge.


On aperçoit un petit lac sur notre gauche avec un joli pont, allez on va se dérouiller les jambes sur la promenade où quelques couples d'amoureux se cachent dans les fourrés pendant que des vieilles femmes pêchent.

Le soleil commence à décliner donc on se fait une course contre la montre pour photographier des tas de foin graphiques qu'on avait vu du bus et profiter du coucher de soleil sur les rizières.

Chanceux de retour à Hpa-an, les bords de rivière se teinte encore de rose et orangé...

Hpa-an aura vraiment été un de nos coup de coeur en Birmanie entre les paysages, les rencontres avec Jacques et Jacqueline couple à la retraite ayant vécu en Birmanie pendant deux ans et des bretons musiciens avec lesquels on aura partagé plusieurs repas et pauses musicales et bien sûr la tenancière de notre guesthouse Kim un amour qui aura même offert des boucles d'oreille à Maëlle sur le départ.

Mais voilà le moment de poursuivre notre épopée, quitter la Birmanie pour passer au Nord Thaïlande à Myawaddy/Mae sot.


- L'excellent Galaxy motel à Hpa-an: famille aux petits soins, Kim parle très bien anglais (et apprends le français), PDJ compris et qui change et terrasse sur le toit avec une vue sublime idéale pour les couchers de soleils: 20€

- Location scooter au Galaxy motel: 7000 kyats par jour (4,80€)

Pour le passage frontière:

- Taxi Hpa-an à Myawaddy (réservé via guesthouse): 10 000 kyats/p (7€) bon on aurait pu négocier ou prendre un partagé pour 7500/9000 kyats.

- frais jour visa supplémentaire: 3$/j + 200 kyats photocopie passeport

Pour la suite des frais côté thailandais: voir le carnet de voyage Nord Thaïlande.

11


Nos coups de coeur:

1- La gentilesse des Birmans ! Notamment au cours de nos rencontres, leurs sourires, sens de l'humour, intérêt pour l'autre et grande ouverture d'esprit. Leur côté très authentique en somme !

2- Les paysages grandioses du Sud et surtout la région de Hpa-an.

3- Les levers et couchers de soleil sur Bagan, on s'en lasserai pas...

Un poil de négatif :

1- La pollution atmosphérique dans les villes et pollution plastique à peu près partout... (il n'ont pas encore de système de collecte et de traitement des déchets, bien dommage...).

2- Le prix des logements superieurs à ce qu'il se fait dans le reste de l'Asie pour confort comparable. (Mais on a quand même réussi à ne pas se ruiner).


On ouvre la bourse:

En comptant nourriture (majoritairement street food), logement (loin du 5 étoiles!), transports, activités, extras:

- Nos 30 jours en Birmanie nous seront revenus à 15€ par personne et par jour (contre 21€ prévu).

- En additionnant le billet d'avion de Bangkok à Yangon: 69€ par personne.

- Ainsi que le e-visa à 45€ (attention le tarif à augmenté juste après notre passage).

On arrive à un GRAND TOTAL de 1138,50 à deux (soit 569,25€ par personne pour 30 jours !).

Bon budget de routard faisant attention....😆.


Pour lire la suite de nos aventures voici le lien vers le carnet tour du monde.