Carnet de voyage

11 mois sans toit, De Bali à Lombok !

8 étapes
1 commentaire
Dernière étape postée il y a 843 jours
12
mai
Un mois passé entre les iles de Bali et Lombok. Entre choc culturelle, surpopulation, et scooters fou. Bienvenue en Asie du Sud Est !
Du 27 avril au 26 mai 2017
30 jours
Partager ce carnet de voyage
30
avr
30
avr
Publié le 5 juin 2017

Après plus de 12h d'avion (vive les escales !) nous arrivons enfin à Bali à 22h. Sortie d'aéroport accablante ! Impossible de faire 2 pas sans se faire harceler par un taxi-man, bienvenue à Bali !! Nous finissons tout de même par craquer et acceptons de prendre un taxi sans compteur après d'âpres négociations. Petit arrêt rapide dans un warung (restaurant pour les locaux ) avant d'enfin arriver à l'hôtel !

Aussitôt levés, nous partons découvrir notre nouvel environnement dont nous n'avons eu qu'un bref aperçu hier. Notre hôtel se situe dans un quartier très populaire, pas de route goudronnée, c'est que de la terre battue, des enfants jouent par terre dans la rue, et des scooters, partout des scooters.

Passage rapide à l'office du tourisme et tentatives d'établir un "plan de route" pour ce prochain mois à venir.

Nous nous rendons vite compte que nous sommes dans LA cité balnéaire de l'île, avec d'énormes hôtels et gros centres commerciaux pour les touristes. Nous avons tout de même essayer de nous baigner, au final, l'eau est sale, pleine de déchets, et de micro-organismes irritants ... Décision vite prise de fuir le plus vite possible ! Nous restons tout de même une journée supplémentaire pour aller voir l'Uluwatu temple pour le couché du soleil, tant vanté sur internet ... première déception, ce temple n'a rien d'extraordinaire... mais les singes sont mignons !!

Première rencontre avec les singes ... 
4
juin
4
juin
Publié le 5 juin 2017

Nous quittons la folie de Kuta pour arriver à Ubud. Ubud est une ville également très touristique mais qui a l'avantage d'être entourée de rizières et il est possible de s'évader en moins de 5 minutes à pieds.

Dans ce pays, à moins de louer un scooter, difficile de se déplacer sans prendre un chauffeur, et comme on tiens à la vie ... nous partons pour une journée, à la découverte des rizières de Tagallallong puis le temple hindou Pura Tirta Empul.

Les rizières sont magnifiques et nous passons un moments vraiment agréable. Les couleurs, magnifiques. Nous avons juste l'impression de plus en plus tenace d'être des dollars sur pattes ! Mis à part l'entrée du site à payer, on se retrouve régulièrement face à des péages pour pouvoir poursuivre notre route, qu'il faudra également payer au retour bien-sûr !! Les sommes sont certes dérisoires mais on aurait préféré payer plus dès le début et être tranquille.

Les offrandes que l'on trouve absolument partout, que ce soit en ville, ou dans les temples.

Temple sympathique réputé pour sa source d'eau sacrée où les balinais viennent se purifier.

• • •

Aujourd'hui, Sylvain part plonger pour voir les raies manta. Il se retrouve donc au milieu d'une dizaine de ces petites bêtes, qui font tout de même entre 3 et 3,5 mètres d'envergure !

Cela restera parmis ses meilleurs souvenirs de plongée!

• • •

Une journée à flâner dans les rues d'Ubud et découvrir les rizières environnantes. Les rues décorées de guirlandes, les offrandes devant chaque maison, c'est touchant de découvrir une nouvelle culture, le mode de vie des locaux, leurs croyances. Seul bémol, impossible de faire 2 pas sans entendre : "taxi, taxi ? Taxi mister? Where are you going? Massage? Sarong? " couplé à la circulation et aux klaxon des motos incessant (ici, pas de code de la route, c'est la loi du plus gros!). La légendaire patience de Ludivine, mise à l'épreuve ! C'est le temps de s'acclimater !!

3
mai
3
mai
Publié le 5 juin 2017

Pour se simplifier les déplacements, nous décidons à Ubud de louer une voiture pour 6 jours. Après environ une centaines de frayeurs sur la route, entre les scooters, voitures et singes à éviter, nous arrivons enfin à Munduk, petit village perché dans les montagnes couvertes de jungle. Nous y restons une nuit pour faire une randonnée.

Une superbe soirée avec notre hôte qui se met à jouer de ses instruments traditionnels et chanter pendant que nous dinons. Sa petite fille de 4ans, Yuna, se joint même à lui, puis tentatives de discussions. Moment touchant.

Sur la route. Une autre façon de voir le bus scolaire  ...
5
mai
5
mai
Publié le 9 juin 2017

Aujourd'hui, nous partons faire l'ascension du Mont Batur, un volcan de 1717 mètres d'altitude et dont la dernière éruption date de 2000. Nous partons à 3h du matin à la lampe frontale pour voir le lever du soleil au sommet. Réveil difficile, mais nos efforts sont vraiment bien récompensés !!

Superbe lever de soleil  !! 

Puis, on redescend tranquillement avec notre super guide qui prend le temps de nous expliquer que le volcan est considéré comme sacré pour les balinais. Il nous explique les rituels de sacrifices d'animaux dans le cratère qui ont toujours lieu une fois par an. Passionnant !

Photo de groupe avec Marine et Maxime, un couple de français rencontrés la veille. Sur la 5ème photo, on voit dans la vallée l'endroit où l'ancien village a été envahi par la lave. 3ème photo, non, ce n'est pas une apparition divine, juste Ludivine qui s'amuse avec un arc-en-ciel! (D'ailleurs, on a pas non plus vu de licorne dedans ...)

Cette journée compte parmi nos plus beaux souvenirs de Bali !! C'était grandiose !!

6
mai
6
mai

Aujourd'hui nous visitons le plus grand temple de Bali, le Besakih temple situé aux pied du Mont Agung. Ce qui devait être un moment sympa, a commencé assez difficilement. En effet, il existe une espèce de mafia aux pieds de ce temple, dont l'unique but est bien-sûr de pomper le maximum de sous aux touristes que nous sommes. Mais nous ne sommes pas si crédules et commençons à connaitre les trucs ! On commencera par tenter de nous faire payer une entrée au parking (un gars a juste posé sa table au milieu de la route et tente de faire payer le maximum de personne→ nous on esquive par la gauche, pilote Sylvain !) . Puis on se fait alpaguer par une jeune femme qui nous raconte qu'il y a une grande cérémonie ce jour là, et qu'en plus de nos sarong Sylvain doit porter une coiffe, qu'elle souhaite bien-sûr nous vendre → on est pas dupe, on refuse en lui montrant d'autres touristes sans coiffe ! Elle essais ensuite de nous vendre des offrandes pour participer à la fameuse grande cérémonie → faudrait quand même arrêter de nous prendre pour des pigeons ... On réussit à s'échapper, mais c'est ensuite le tour des guides de tenter leurs chance ! Avec toujours l'argument de la fameuse cérémonie comme quoi le guide serait obligatoire aujourd'hui ... → technique du " traçage + baissage de tête" !

Bref, nous parvenons enfin à rentrer dans ce fameux temple !! Il a intérêt d'être beau, on est fatigué de la rando nocturne d'hier et pas super patients !! Première constatation, il n'y a bien évidemment pas de grosse cérémonie aujourd'hui, c'est purement leur technique de vente qu'ils doivent servir tous les jours de l'année! Bon, on était naïf, c'est maintenant le tour des vendeurs ambulants et surtout des gamins de 4-5 ans de tenter de nous vendre des carte postales et autre. Ça fait de la peine de voir ces gosses quémander, et réciter par coeur les 3 phrases d'anglais ou de français qu'on leur a fait apprendre... Mais on ne cède pas, de toute façon, l'argent ne leur reviendra probablement pas ... Bref !!

Nous finissons par réussir à visiter ce temple qui est plutôt impressionnant...

En conclusion, malgré des débuts difficiles qui pourraient presque gâcher la visite, on a bien apprécié ! On est pas sans coeur, on sait qu'ils essaient avant tout de subvenir à leurs besoins mais il y a une nuance entre tenter de vendre quelque chose et mentir et prendre les gens pour des pigeons !! ("Grouuu grouuu")

7
mai

Nous faisons cap sur Amed, une ville côtière réputée pour le snorkeling et surtout pour la possibilité de plonger aux abords de l'épave de l' USS liberty, un cargo américain touché par 2 torpilles japonaises en 1942. L'épave est restée sur la plage jusqu'en 1963, avant qu'une éruption du Mont Agung la pousse dans la mer à 40 mètres du rivage. Cette épave est l'une des plus célèbres au monde pour la plongée, impossible pour Sylvain de passer à côté !!

Du coup, nous partons d'abord la découvrir en snorkeling, puisqu'elle est accessible depuis la plage. La visibilité n'est pas très bonne mais nous découvrons déjà de belles choses ! Le lendemain, Sylvain part en plongée avec Maxime ( que nous avions rencontré 2 jours plus tôt sur le Mont Batur), et l'épave se révéla être bien au delà de ses espérances. Un moment inoubliable!! (Pas de photos, car pas de go pro ! )

Sur la route ...  

Seul petit regret, les plages de Amed ne sont vraiment pas belles et pleines de déchets ...

• • •

Nous prenons ensuite le speed boat direction Gili Meno, une petite ile d'une superficie de 1,5km² au large de Lombok (où nous irons plus tard). Autant dire que nous en faisons vite le tour ! Cette ile est une vrai bouffée d'oxygène, ici aucun engin motorisé n'est autorisé, ce qui veut dire plus de scooters qui puent, de bruits de klaxons et autres !! Seul moyen de locomotion : ses pieds, le vélo, ou la calèche! Nous passons donc 2 jours sur cette ile à faire du snorkeling dans les coraux ( nous croisons à nouveau une tortue ! On ne s'en lasse pas ! ) et profiter de la plage .. ( trop dure ...)

Seul petit désagrément, ici, il n'y a pas d'eau douce, du coup, c'est de l'eau salée qui sort de la douche !! Pour se rincer après la baignade, c'est marrant ...

À peine arrivés nous croisons par hasard un mariage hindouistes, c'est fou comme ils sont beaux et l'ambiance qu'il y a. Moment magique.

12
mai
12
mai
Publié le 30 juin 2017

Nous partons sur Lombok, une ile voisine de Bali, dans une espèce de grande pirogue pleine à craquer, mais ça semble encore flotter ...

En sortant du bateau, on recommence à nous prendre pour des pigeons! Un homme aide Ludivine à sortir sont gros sac à dos du bateau, pensant à de la galanterie, elle accepte ... il faudra juste donner un billet pour récupérer le sac ...

Nous prenons ensuite un taxi pour se rendre à Tetebatu, un village perdu aux pieds du Mont Rinjani , après s'être mis d'accord sur le prix : 60 000 roupis (= env 4€), on se dit, parfait, c'est pas cher ! Mais arrivés sur place, le chauffeur nous demande 600 000 roupis avec un petit sourire du " vous vous êtes fait avoir!" . Sylvain ne lache rien, après 15 minutes de pourparlers, de menaces du chauffeur de faire venir le police, et l'aide précieuse d'un amis de notre aubergiste, nous finissons par ne payer que 400 000 roupis. Ça commence à être fatiguant de se faire prendre pour des pigeons !!

Bref, nous entrons enfin dans notre "guest house" qui est un endroit magnifique! On a l'impression de rentrer dans un havre de paix en plein milieu des rizières. Nous somme hébergés dans une petite hutte, c'est vraiment mignon ! Ici, pas de wifi, aucun bruit, le lieu invite à la flânerie. On se pose sur les coussins du restaurant, on boit des jus de fruits, on se fait des parties endiablées de "Risk".

Un colocataire clandestin !!  

Nous nous balladons dans les environs, au milieu des rizières,suivi de près par les 2 chiens de notre aubergiste. Nous renonçons finalement à aller voir une cascade dont le prix d'entrée est exorbitant, nous saluons les locaux, clairement pas habitués à croiser des blancs, des enfants presque choqués de nous voir "hello, hello, hello ! "

Puis il est temps de repartir, nous négocions avec notre aubergiste le transport et un arrêt dans un village réputé pour la fabrication de sarong (longue pièce de tissu servant d'habillage, de linge de maison, de décoration l'ameublement etc). Un homme nous fait visiter le village et nous explique les techniques de coloration du coton avec des écorces ou feuilles, puis le tissage (réalisé exclusivement par le femmes). Il faut compter 3 semaines pour fabriquer un sarong "standard". Dans ce village, une femme est prête à être mariée lorsqu'elle sait tisser, elle doit alors confectionner un string et l'offrir à son futur mari. C'est passionnant.

• • •

Nous arrivons donc à Koeta Lombok, une cité balnéaire où nous passerons 9 jours. Nous de devions pas y rester autant à la base, mais nous sommes franchement fatigués et nous ressentons le besoin de se poser et reprendre des habitudes... C'est vrai que traîner son sac tous les 2 jours, chercher des transports, hébergements, activités, négocier les prix etc, c'est pas de tout repos, et même si on lézarde au soleil par moment, il y a sans cesse des choses à prévoir et organiser... Du coup, PAUSE !

Il n'y a pas grand chose à faire dans le coin à part se baigner (il n'y a pas de coraux ici..), faire du surf (mais c'est pas notre truc), et 1 ou 2 randos. Mais ça nous convient bien, et on se repose, à coup de grâce mat', baignade, ballades, et super bon resto pour 3 fois rien !

En se baladant on voit bien la différence, entre le coin "à touristes": peu de déchets, d'innombrables restaurants et boutiques en tout genre, locations de scooter, surf etc. Et le coin "village local" avec les enfants qui jouent dans la rue, et se baignent au milieu des bateaux de pêcheurs, des déchets partout, des maisons pauvres faite de bric et brac. Contraste saisissant!

Autre contraste, entre le week end et la semaine. Nous sommes arrivés dans cette ville un dimanche, jour de repos des locaux (comme en France), tout le monde est à la plage, les enfants jouent dans l'eau, des barbecue improvisés de partout. Le lendemain, plage désertique, juste quelques vendeurs de sarong et autre viennent traquer les touristes.

Un soir, nous nous retrouvons entourés d'enfants et leurs mères à se faire prendre en photo avec eux, leur serrer la main, tenter de discuter ... L'impression fugace d'être des stars ... Moment à part.

Nous avons vraiment apprécié cette petite parenthèse, à reprendre des habitudes (même resto, même serveur chaque jour), petit pincement au coeur concernant les enfants dans les rues jusqu'à plus de minuit à essayer de vendre des bracelets. Nous ne nous y faisons toujours pas ...

23
mai
23
mai
Publié le 30 juin 2017

Nous prenons l'avion jusqu'à Jakarta (sur l'ile de Java) car nous avons un autre avion dans 2 jours vers Kuala Lumpur. Nous ne nous attardons pas dans cette capitale bondée et prenons directement le train vers Bogor à 2h de Jakarta.

Bogor est une grande ville en marge de Jakarta où les locaux viennent paraît-il respirer... Vu la pollution et la circulation de Bogor, on ose imaginer ce qu'est Jakarta ... Nous passons tout de même 2 jours sympathiques ici à visiter le parc botanique, se faire prendre en photo de dizaines de fois par les locaux, ça nous coûte rien, et ils sont tellement heureux à chaque fois que ça fait chaud au coeur (il en faut peu ....). Nous visitons également une fabrique de gong, c'est impressionnant, les hommes chauffent des galettes de métal et tapent dessus à l'aide d'énormes marteaux et cela, durant des heures... (bien-sûr, on fait l'impasse sur un quelconque équipement de sécurité, ici, on travaille en tong ! )

Puis on déambule dans la ville, entre circulation ultra dense (on joue nos vies à chaque traversée de route), rue de marché bondées, et quartier hollandais signe d'une ancienne colonisation.

• • •

Et maintenant, petit bilan de notre séjour sur Bali et Lombok !

Ce qu'on retient de Bali, une capitale surpeuplée, sale et décevante, tournée vers le tourisme de masse (plages et rues pleines de déchets). Le reste de l'ile et ses scooters omniprésents, leurs klaxons incessants rendent toute ballade en ville désagréable voir dangereuse. Une sensation générale que 90% des gens qui te parlent souhaitent te vendre quelque chose biaise un peu les rapports avec les locaux, c'est dommage ...

Nous avons tout de même fait de belles rencontres, vu de beaux paysages, plongée sur épave et découverte des raies manta. La culture balinaise est également très intéressante avec l'hindouisme omniprésent, des offrandes partout dans les rues, magasins et restaurants.

Nous avons préféré Gili meno et Lombok, par la rencontre plus facile avec les locaux et leur gentillesse.

En résumé, bien que Bali soit une destination ultra prisée des touristes ("l'ile des dieux"), nous en repartons plutôt mitigés et sommes convaincus qu'il y a des îles bien plus belles et intéressantes en Indonésie.