Par Ludic
"Avril au Portugal, à deux c'est idéal" (Yvette Giraud)
Avril 2017
5 jours
Partager ce carnet de voyage
J1

Cette fois c'est à Lisbonne que nous posons nos valises pour quelques jours. Arrivés hier soir dans le quartier de Sao Bento à l' "Artistic Studio" Sweet Inn (super rapport qualité prix), nous sommes prêts ce matin à arpenter les rues de la capitale portugaise.

Quartiers situés au Sud de Lisbonne et caressant les rives du Tage, Baixa et Chiado (Praça do Comercio comprise) sont assez indivisibles.

Ils ont un point commun : tous les deux ont été reconstruits après le fameux tremblement de terre de 1755.

L’un est très linéaire, selon la volonté du Marquis de Pombal : Baixa

L’autre a une architecture plus typique : Chiado

Tous deux conservent une volonté de maintenir un côté traditionnel, même si l’énorme accroissement des touristes a facilité l’installation de boutiques et restaurants plus branchés que traditionnels.

Le Chiado est anciennement le quartier où se réunissaient artistes et autres jeunes espoirs de la riche Lisbonne. Il est aujourd’hui un mélange entre grâce et adaptation à la vague touristique. Il y a des autant de rues commerçantes très fréquentées que de petites boutiques, cafés et vieilles enseignes qui se maintiennent dans un quartier en évolution.

Nous arrivons dans le quartier d'Alfama.

Ce quartier est le plus ancien, et le plus traditionnel du folklore lisboète. Il est situé près du Tage, à droite de la Praça do Comercio.

La Place du Commerce 

C’est un véritable plaisir de se promener dans ses rues, de voir passer les tramways qui font la renommée de Lisbonne (28 E), de se perdre entre les immeubles vieux d’avant séisme…

Tramway 28 

Il est strictement déconseillé d’y venir en voiture puisqu’il est très difficile d’y circuler, quasi impossible d’y stationner et complètement inutile pour la visite d’un quartier qui se fait obligatoirement à pied.

Rua Da Madaleina, il y à l'ascenceur du Pingo Doce, tout en haut une terrasse surplombe les toits de la ville.

Outre ses rues sinueuses et pleines de charme, on peut également y visiter certains monuments des plus beaux que compte Lisbonne : la Catedral Sé Patriarcal, petit bijou de l’architecture romane du XIIème siècle ; la Igreja de Santo António et le Museu Antoniano ; la Casa dos Bicos et Fundação José Saramago ; la Igreja Nossa Senhora da Conceição Velha…

On découvre des terrasses perdues au milieu du quartier, prêtes à nous accueillir lorsqu’il fait un peu trop chaud et que la soif nous prend, les points de vues sur le Tage, la montée vers le château, les portes aux différentes couleurs, les murs d’azulejos, les restaurants de fado …

Aux abords du château Saint Georges
Portas Do Sol 

Un peu plus au Nord l'église de Sao Vicente de Fora

De nombreux points de vue sont disséminés dans la ville aux 7 collines. Ici le Miradouro Da Graça et sa vue sur le château Saint Georges.

 Jardim Augusto Gil
Ne me demandez pas pourquoi, mais tout se linge qui flotte au vent dans les rues me fascine... 

Un dernier petit tour dans les rues de Sao Bento histoire de se trouver un resto...

Le parlement
J2
J2

Après s'être fait fouillé les poches par une pickpocket dans le tramway (heureusement elle n'a pas eu le temps de trouver quoi que ce soit) nous voici à Belém. Connu pour avoir été un port maritime de premier plan (Vasco de Gama est notamment parti à la conquête des Indes depuis Belém), cet endroit est aujourd’hui devenu l’un des lieux incontournables de tourisme à Lisbonne, tant par la richesse de ses monuments, que par l’accueil de ses habitants.

En tout cas il va falloir s'armer de patience pour pouvoir accéder au monastère des Hiéronymites : 1h d'attente, çà laisse le temps d'admirer l'imposante façade...

Une fois entrés, et pour 10€ par personne, on peut visiter le magnifique cloître, quelques salles adjacentes et l'église Santa Maria où repose, entre autres, Vasco de Gama.

Après le monastère, la Tour :

La Torre de Belém (tour de Belém), monument emblématique de ce quartier dédié à la gloire des conquêtes maritimes, représente l’architecture manuéline à son paroxysme.

Achevée en 1519, cette tour servant à la défense du port de Lisbonne a été restaurée en 1859, faible des nombreuses dégradations subie par le temps (notamment le fameux séisme de 1755).

3è monument incontournable de Belèm :

Le Padrão dos Descobrimentos (monument des découvertes) est un monument haut de plus de 50 mètres édifié en 1960 à la gloire des navigateurs portugais.

Imposant par sa taille, son architecture est à la fois géométrique et en mouvement :

Il est composé d’une proue de bateau tournée en direction de la mer, et de personnages sculptés sur ses flancs. Pour information, ces personnages représentent les plus grandes figures de la flotte maritime portugaise.

A notre plus grand regret, nous ne dégusterons pas de Pastéis De Nata, gourmandise dérivée du flan classée parmi les meilleures pâtisseries du monde, car la file d'attente devant la boulangerie Pastéis de Belém est plus impressionnante que devant le monastère !

Nous flânons encore un peu dans les jardins de Belém avant de trouver un bus qui nous ramène vers le centre de Lisbonne.

Nous retrouvons les petites rues qui montent, qui descendent et qui amènent toujours à quelques terrasses accueillantes.

J3

Au Jardim do Príncipe Real, un cèdre du Liban de 25m d'envergure est soutenu par un système de tonnelles. On peut se reposer à l'ombre de ses tentacules végétaux.

Le Jardim da Estrela est visiblement le lieu de détente du dimanche des lisboètes.

Situé à l’ouest de l’Avenida de la Liberdade, le Bairro Alto est l’un des coins les plus anciens de Lisbonne.

Il dispose encore aujourd’hui d’une véritable vie de quartier.

Lorsqu’on se balade dans ses rues, on découvre les pavés qui font le charme de la ville, on entend les cris venant des écoles établies au coeur du quartier, on aperçoit les « velhas » au bord de leur fenêtre qui discutent entre elles ou qui observent les alentours…

Le jour, on peut s’y promener pour faire quelques magasins, manger sur les terrasses de rues, observer l’architecture des immeubles, découvrir des petits commerces, des salons de tatouages, des boutiques de décoration…

La nuit, la couleur est différente : lieu incontestable de la fête lisboète, les rues sont remplies de jeunes portugais et étrangers (en majorité européens). On y dine bruyamment, on écoute du fado à n’en plus pouvoir, on écume les bars, on fait la fête.

La population est à majorité jeune mais avant une certaine heure, il y a encore beaucoup de familles qui viennent y passer un bon moment.

C’est un quartier en constante évolution, investi par de plus en plus de jeunes qui alimentent cet endroit de leur énergie et leur bonne humeur.

Mais ce quartier garde aussi ses traditions, tant au niveau de l’architecture que de la proximité des habitants entre eux.

Parfaite combinaison pour maintenir cet endroit aussi intéressant qu’agréable.

Ce quartier est placé dans les hauteurs de Lisbonne ce qui lui confère l’avantage de pouvoir offrir des vues magnifiques sur la ville : à son extrémité nord-est, le miradouro de Sao Pedro de Alcântara

et à son extrémité sud-ouest, le miradouro de Santa Catarina.

J4
J4

Grosse journée aujourd'hui à Sintra! A 40 minutes de Lisbonne par le train pris gare de Rossio, Sintra ressemble à un grand parc d'attraction végétal. Originale par son architecture, et très attractive par son emplacement et ses monuments, Sintra est classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 20 ans.

Sintra 
 Tivoli Palácio de Seteais

Nous empruntons la Rampa Da Pena, chemin de randonnée qui va nous amener jusqu'au Palais de Pena en traversant la forêt.

Rampa Da Pena 

Évidemment çà grimpe un peu ! Mais le jeu en vaut la chandelle et le parc du Palais de Pena est magnifique, très bien aménagé et entretenu.

Parc du Palais de Pena 

Construit pour être vu de tous, que l’on soit en bas de la colline, ou aux alentours, le Pálacio da Pena est l’œuvre de la folie architecturale de Dom Fernando II, époux de la reine Maria II du Portugal au XIXè s.

Sa construction trahit les influences manuélines et mauresques à une époque où le style romantique était à son apogée au Portugal.

Dès le pont-levis, lorsque l’on pénètre dans l’enceinte du palais, nos yeux s’emparent de la féérie du lieu. Ils passent des petites tours gothiques, aux murs en coquillages, aux minarets, au donjon manuélin…

Palais de Pena 

Nous retournons vers Sintra par un chemin qui passe au pied du château des Maures (la visite sera pour une prochaine fois... pas le courage d'y grimper !)

Le château des Maures 

Le Castelo dos Mouros ou château des maures, se dresse en haut de l’un des plus hautes cimes rocheuses que l’on aperçoit dès sa sortie du train, de laquelle se dégage une vue imprenable sur Sintra et ses alentours, notamment l’immense plateau qui donne sur la mer.

Forteresse dressée par les maures entre le VIIè et le VIIIè s, lesquels dominaient la région à l’époque, et fruit de plusieurs modifications ultérieures réalisées par les rois portugais, il ne reste aujourd’hui que quelques ruines et des murailles.

Après ces quelques heures de marche à travers cette magnifique forêt et ces palais, nous ne pouvions pas partir sans être passés par la Quinta Da Regaleira.

Edifiée sous les ordres de Luigi Manini, architecte à l’origine d’autres très belles demeures au Portugal notamment à Buçaco, cette quinta est un délirant circuit initiatique.

Nous y allons pour visiter son jardin, imaginé par son propriétaire, un riche brésilien, dans lequel se mélangent chimères et enchantement.

Jardins de Quinta Da Reigaleira 

Mais surtout nous voulons parcourir l’escalier en forme de spirale qui pourrait parfaitement servir de décor de film fantastique.

Ce puits initiatique a l'aspect d'une tour inversée de 27 mètres de haut qui s'enfonce dans la terre. En effet, la terre est le symbole de l'utérus maternel, en même temps que le lieu de la sépulture, où chacun retournera.

Le puits comporte un escalier en spirale, soutenu par des colonnes aux chapiteaux sculptés. Ses neuf paliers pourraient être une évocation des neuf cercles, de l'Enfer, du Paradis et du Purgatoire, de la Divine Comédie de Dante. Au fond du puits se trouve encastrée une rose des vents de marbre à huit pointes, disposée sur une croix des Templiers.

Ce puits « conduit » symboliquement l'initié des ténèbres vers la lumière.

En bas du puits, il faut cheminer à travers un labyrinthe de grottes humides où l'on est contraint de progresser en se penchant.

Bref, une bonne journée passée à crapahuter !

J5

C'est déjà l'heure du retour....

Nous avons encore le temps de nous balader un peu avant de prendre notre avion cette après-midi. Nous avions prévu de visiter le jardin botanique mais celui ci est en travaux... Alors on flâne, on reviens sous notre cèdre du Liban, on remonte l'avenue de la Liberdade, on s'extasie encore un peu de ces quelques jours à arpenter les pavés portugais.

Comme Ludic, rejoignez la communauté de voyageurs MyAtlas !
Inspiration, partage et découverte.