Découverte de l'Asie du Sud Est

Suivez nos aventures ici !
Dernière étape postée il y a 632 jours
Mai 2017
365 jours
1
1
Publié le 19 juin 2017

L'heure du départ a sonné, les derniers bisous à la famille, les derniers verres entre copains et les derniers instants de bonheur pour mes papilles !! Direction Paris pour Kuala Lumpur. Un seul vol annonce un retard, devinez lequel ?! Le notre ! Et parce qu'avec une escale c'est toujours plus drôle.

Heureusement ce n'était qu'une petite demi heure, nous avons eu notre escale à Oman et sommes bien arrivés en Malaisie le lendemain !

2
2
Publié le 19 juin 2017

L'euphorie est bien présente lorsque nous survolons Kuala Lumpur de nuit (juste magique avec toutes les lumières). Nous voilà donc dans l'aéroport de la capitale Malaise.

Petit coup de stress pour Quentin et son sac (fatigue + décalage horaire et malencontreux antécédents ne font pas bon ménage), son sac n'a même pas eu le temps d'arriver sur le tapis, qu'il se plaignait déjà de l'avoir perdu !! (la Croatie ça marque apparemment 😉)

Nos affaires récupérés, nous partons en direction de l'auberge "birdnest 2" dans le quartier de Chinatown pour 3 nuits. Aussitôt arrivés, aussitôt repartis à la découverte des rues de la capitale. Marchés de nuit, blattes "géantes" sont au rendez-vous (On extrapole que très peu). Une chose est certaine ça vous grimpe dessus et même sur les fesses dans votre lit (imaginez mon état juste avant d'aller se coucher)

Nous avons fait les tours Pétronas (tours jumelles les plus grandes du monde). À l'intérieur de nombreuses boutiques de luxe mais surtout la clim pour se rafraîchir (tenez-vous bien, on deviendrait presque accros aux centres commerciaux). C'est aussi à l'intérieur des ses tours que nous avons dégustés notre premier riz/poulet et riz/canard pour Quentin (et certainement pas le dernier, au secours !!!). De l'autre côté se trouve un agréable jardin avec plan d'eau, structures démentielles pour les enfants, une piste de course pour les plus sportifs (ou les dingues qui courent sous plus de 33 degrès c'est selon).

Ensuite nous nous sommes perdus dans les rues passant par le quartier little India, puis découvrant des mosquées à l'architecture incroyable et enfin dans le quartier de Kampung Bahru en périphérie où l'on trouve les maisons traditionnelles en bois. C'est ici que nous avons fait notre première rencontre avec les locaux. Rosli nous fait signe de son terrain alors qu'il nourrissait ses nombreux chats, il nous invite alors chez lui, à découvrir sa maison qui ne contient que trois pièces. Nous avons été reçus comme des rois, café, eau et petits gâteaux. Rosli était un ancien pilote de la Malaysia airline, il connaissait quelques mots en français et il en était très fier ! Nous avons également eu le droit à quelques chansons fredonnées. Un sacré personnage souriant et avec une joie de vivre époustouflante. Il hébergeait un ami à lui qui était policier à KL, nous avons passé la fin d'après-midi à échanger avec eux. L'occasion de demander les meilleurs endroits à visiter en Malaisie !


3
3
Publié le 19 juin 2017

C'est parti pour la ville de Malacca classée au patrimoine de l'UNESCO. Ce qui est génial avec les malais, c'est qu'ils offrent leur aide sans aucun souci, c'est assez naturel. Merci au cher monsieur qui nous a indiqué où descendre. À première vue, Malacca est touristique, très touristique. Nous nous sommes arrêté face à la petite place où se tenait un mini marché et de nombreux trishaws (espèce de tuk-tuk) totalement décorés à l'effigie de dessin animé comme Pokémon, Hello Kitty et j'en passe, ça vous donne un ordre d'idée mais sans le son (eh oui, chacun y va de sa propre musique avec les enceintes à fond...)

Notre hébergement sayang-sayang hostel est situé dans le quartier chinois surplombant la rivière. Idéalement placé et proche de jonker street, nous y sommes restés 3 nuits.

Nous avons clairement profité de cette ville pour se balader dans de nombreux lieux comme le quartier colonial de bukit Saint-Paul, une colline qui surplombe la ville et donnant vue sur le détroit. On y trouve également les ruines de l'église Saint-Paul. Au pied de la colline se trouve la porta de Santiago et le musée Istanbul kesultanan (édifice en bois reconstituant la demeure du sultan Mansur Shah). Les balades le long de la rivière remplit de couleurs où vous pourrez croiser quelques varans ou bien quelques moustiques ou encore vous faire alpaguer par un groupe de chinoises pour se prendre en photos avec vous (enfin qu'on se le dise c'était surtout pour Quentin, elles en ont bien profité les coquines !!). Jonker street dans le quartier chinois avec son marché de nuit, c'est ici que l'on mange à petit prix.

N'oublions pas la visite des centres commerciaux, et oui la nécessité de se sentir au frais peut changer une personne... :D

Entre les deux centres commerciaux se trouvait un terrain synthétique où s'organisait un grand tournoi de paint ball.

On notera de cette ville que les feux pour piétons ne passent jamais au vert, que les chinoises raffolent des français, de la première rencontre avec des varans dont un avec une taille importante qui menait sa vie dans la rivière tranquilou, un autre avec un animal en décomposition dans la gueule. Mais aussi du nombre de touristes durant le week-end et du calme qui y règne la semaine. Merci Malacca pour ta beauté et ton ambiance !

Ps: les photos viendront dès que l'on pourra les transférer !

4
4
Publié le 21 juin 2017

En partance pour Johor Bahru, ville transit pour Singapour. Nous avons décidé de faire un stop dans cette ville pour ne pas subir un long trajet mais aussi parce que l'on se posait la question de passer quelques nuits à Singapour. Arrivés à la gare routière, nous devons reprendre un bus local pour nous rapprocher du centre. Le chauffeur nous indique où descendre, nous voilà sur une grande route sans trop savoir vers quelle direction nous rendre. Nous passons devant une école de filles avec plein de petites voix nous saluant d'un "hello" suivi de petits ricanements. N'allant pas dans la bonne direction, nous repassons devant l'école et finissons par demander notre chemin. Je peux vous dire que nous avons fait des heureuses !!! La gardienne nous a demandé une photo et les petites filles étaient en joie. Même pas besoin d'utiliser nos jambes, le mec de la sécurité nous a déposé en voiture devant notre hébergement pendant son service dans la normalité ! Il n'y a pas à dire les malais sont adorables et ont la main sur le cœur. Toujours prêts à vous rendre service !

Johor Bahru n'a rien d'exceptionnelle même si c'est ici que nous avons vu notre premier temple hindou et connu notre premier orage et première pluie. Dommage car l'hébergement était au top ! On aurait bien fait quelques nuits de plus.

Alors jaloux de nos draps ? 

Finalement, nous avons pris la décision de ne pas faire Singapour, trop contraignant pour nous. Et puis niveau buildings nous passons notre tour !

5

Et pas pour rien car demain c'est direction l'île de Tioman ! Bon il faut l'avouer ce n'est qu'un village de pêcheur et surtout l'endroit pour prendre le bateau, mais nous nous sommes quand même baladés après avoir acheté nos billets pour partir le lendemain matin.

Petit passage au supermarché oblige, pour une fois que c'est un vrai et non pas un petit shop. Bon le soir, ça a été compliqué pour se restaurer et nous avons fini au marrybrown, l'équivalent du mcdo mais avec que du poulet. Autant vous dire qu'on vous le déconseille !! Ce n'est pas fou du tout.

Le plus intéressant arrive... Top départ pour Tioman island (on a hâte de découvrir les lieux et surtout de se baigner). Nous avons pris le ferry pour Tekek cela a mis environ 2h (un peu plus). Sur place nous avions le choix entre prendre un "taxi" ou se rendre à pied à notre logement soit deux heures de trek selon le routard (parce que nous ne faisons pas dans le compliqué, nous avions réservé de l'autre côté de l'île à Juara qui est bien plus calme). Le chauffeur nous demande 60 RM pour 15 minutes de voiture, on hésite après tout nous avons des jambes et puis on aime marcher... Quentin négocie le prix, après réflexion avec la fatigue et l'estomac vide on décide de débourser ! Bingo l'instant était avec nous, le chemin pour se rendre à Juara possède des pentes jusqu'à 45 degrès (j'étais heureuse de ne pas m'être lancée dans cette marche avec mon sac à dos en plein cagnard). Nous voilà arrivés au paradis dans notre petite cahute face à la mer !

Du repos, du repos !!! 4 jours de farniente et de baignade (et de sieste, bah oui quand en période de Ramadan l'imam te réveille tous les matins au alentour de 5h, une sieste oblige). Mais comme lézarder ce n'est pas notre fort, nous avons quand même bougé nos fesses pour découvrir l'île ! Sans compter le jour où j'ai eu la fameuse idée de dire à Quentin "on irait pas à Tekek prendre nos billets retour pour le bateau (quelle idée ?!). Finalement, je n'ai fait qu'un micro bout de chemin (trop radicale comme reprise...) en revanche Quentin l'a fait et a même fait le retour en alternant course et marche (il est revenu totalement trempé). Au final, il est revenu bredouille car nous devions acheter les billets que le lendemain jour du départ. Mais il s'est vu récompensé par une petite bière détaxée sur place ! Il est rentré tout fier de s'être fait encourager et filmer sur le chemin du retour.

C'est dur la vie ! 

Bref ! Tioman nous a convaincu par sa beauté, sa faune et sa flore. Rencontre avec les singes, les varans qui grimpent les cocotiers, petite surprise !!! et les chauves-souris omniprésentes avec leur cri strident la journée. Et un énorme merci au Juara mutiara café pour leur gentillesse, leur sourire et les bons petits plats.

Bienvenue au paradis 🌴

C'est ici que nous avons pu faire de belles vidéos pour nos mamans !

On vous envoie pleins de bisous !!! 😘

6
6
Publié le 6 juillet 2017

Après l'île de Tioman, nous nous sommes arrêtés à Kuantan. Une ville avec des centres commerciaux de partout. Ce qui a retenu notre attention c'est sa mosquée au camaïeu de bleu et le silence qui y régnait. Tous les musulmans étaient réunis sur l'espace vert en face de la mosquée afin de partager le repas en famille. Un moment spécial pour nous face à ce silence et le respect de chacun (on se sentait presque de trop..)

Puis direction Kuala terrenganu, sans trop savoir sur quelle île nous allons nous poser. Nous avons passé un incroyable moment dans le bus avec le deuxième chauffeur allongé juste à côté de nous et de la musique hindou pour accompagner notre trajet (dommage je n'ai toujours pas trouvé le moyen d'intégrer des vidéos). Ici, c'est aussi la mosquée qu'il faut retenir :

La mosquée de cristal 

En revanche, ça reste une ville étape.. mais qui nous a permis de regarder Roland Garros tranquillement à l'hôtel ! 😀

7

Finalement on décide de redescendre pour se rendre à Kapas. À la station de bus, on nous indique qu'il faut prendre un bus grande direction et demander l'arrêt Marang. Top départ à 11h... Sauf qu'après 11h toujours pas de bus en vue. Entre temps, il y a un monsieur qui est venu nous voir au moins cinq fois pour nous y emmener mais bien plus cher que le bus selon nous. Finalement, il accepte de nous y conduire pour le prix demandé et nous voilà dans la pronton de ce cher malais avec la chanteuse number one de Malaisie qui résonne dans nos oreilles. Kapas tiens-toi prête on débarque ! Arrivés au jetty, nous attendons d'embarquer lorsque Claire, une anglaise vient s'installer avec nous et commence à papoter. Elle nous raconte qu'elle est fan de l'île et qu'elle vient de prolonger pour deux nuits (ça nous rassure, hâte de découvrir)

Welcome to Kapas ! Nous voilà les pieds dans le sable fin, prêts à se relaxer dans ce coin de paradis !

Kapas, c'est cinq jours de bonheur, de tranquillité, de rencontres et de rigolade ! Merci aux anglaises Claire et Amanda pour leurs rires communicatifs et leurs humours bien à elles. Les frérots Camille et Hugo pour tous les renseignements et les échanges autour du voyage et Aurore sacrée meuf ! Nous avons partagé jeux de cartes, bières et bons repas avec vous (dont le fameux banana pancake du capitaine Mmmm j'en ai l'eau à la bouche en y repensant) avec le plus grand plaisir.

Nous avons pu profiter de balades le long de la plage, d'un mini trek dans la jungle pour arriver de l'autre côté de l'île, de nombreuses baignades dans l'eau limpide, du snorkeling pour Quentin... Vous l'aurez compris, on aurait bien prolongé le séjour indéfiniment ?!

Ps : c'est ici que Quentin s'est choppé le larva migrans et comme on partage tout PHOTOS !! Des petits vers qui vivent dans le pied c'est sympa, non ?

Et de mon côté, ce sont les énormes (géantes) chauves-souris qui m'ont vraiment impressionné !

8

On quitte une île pour en retrouver une autre ! Les fameuses îles perhentian, nous avons fait le choix de s'arrêter sur la petite nommée Kecil.

Rêve ta vie en couleurs, c'est le secret du bonheur ! 

Nous voilà donc sur Kecil, à première vue le changement est assez "brutal", la plage est remplie de barques amarrées, de resorts. Pas de jugement hâtif, nous déposons nos sacs et en route pour aller de l'autre côté de l'île découvrir l'autre plage. Bon apparemment ça a l'air peut-être même pire puisque c'est ici que l'on retrouve tous les bateaux taxis et ceux des excursions. Ce n'est pas grave, on décide de prendre le chemin vu en arrivant (mais là surprise des varans de part et d'autre autant dire que j'étais tétanisée) mais il n'a mené à rien ou peut être qu'il menait quelque part mais je n'étais pas vraiment confiante pour continuer...

Le lendemain nous nous sommes baignés parce qu'il faut bien profiter malgré une légère petite déception. Il faut dire que les Perhentian sont bien plus touristiques donc on prend du recul et on profite !

La plage côté de notre hébergement  

Bon, on avoue nous avons été un peu trop extrême, c'est vraiment pas mal on le concède !! (Mais le charme de Kapas nous fait dire des bétises...)

Et on termine en beauté avec une demi journée de snorkeling ! C'était grandiose... Des coraux aux formes et matières différentes, des poissons de toutes sortes et de toutes tailles de toutes les couleurs le tout en bateau privé (eh oui, nous étions en amoureux, le pied !) C'est presque indescriptible, il faut le vivre pour s'émerveiller devant Dame nature.

Finalement, on serait bien restés quelques jours de plus pour découvrir l'île de Besar...

Merci Kecil pour cette découverte de tes fonds marins 🐠

9
9
Publié le 7 juillet 2017

Après un bref stop à Kota Bahru qui ne nous a pas plus du tout car l'acceptation d'une culture différente était compliquée pour eux. (le choc des extrêmes entre les perhentian hyper occidentalisé et Kota Bahru la ville où il y a des mouvances extrémistes). Nous sommes de retour à Kuala pour trois jours. C'est devenu notre pied à terre ici !

Nous en avons profité pour aller dans une pharmacie trouver une solution pour le pied de Quentin (à ce moment là nous ne savions pas vraiment qu'il avait le larva migrans). La pharmacienne a regardé très brièvement son pied avant de lui prescrire une crème anti-démangeaison.

Le lendemain direction Batu Caves tôt le matin pour ne pas subir la chaleur, ni la masse de touristes. Ils nous a fallu monter les 272 marches pour accéder dans cette grotte qui est le plus grand sanctuaire hindou hors de l'Inde. Par chance nous avons évité les nombreux singes qui viennent profiter des touristes pour manger et s'amuser.

Et la fameuse statue de Murugan à l'entrée :

Ce stop à Kuala, nous a également permis d'entrer dans un temple hindouiste juste derrière chez nous.

10
10
Publié le 9 juillet 2017

On est un peu addict aux îles alors c'est parti pour faire celles de la côte ouest, direction Pulau Pangkor !

Arrivés à l'embarcadère, nous devons prendre un taxi pour 16 MYR afin de nous rendre à l'hébergement. Nous prenons deux nuits dans une petite cahute, nous sommes les seuls dans cette guesthouse house à l'esprit reggae. Au bout de la rue, un petit restau qui fait un jus d'orange pressé au top et une soupe chicken bien relevée (de quoi me mettre la goutte au nez !) et pour le matin un bon petit'déjeuner à deux pas pour 20 MYR (avec un proprio des plus adorables).

Nous avons pu profité du magnifique coucher de soleil :

Un cadre de toute beauté, un hébergement qui nous coûte pas grand chose et de la bonne bouffe à tout petit prix, de quoi nous convaincre pour rester un petit bout de temps. Nous avons donc rempilé pour 4 nuits supplémentaires mais sans compter sur le fait qu'en période de ramadan tout est fermé... Une île fantôme ! Cela nous a juste restreint à se nourrir de nouilles instantanées mais vous pensez bien que l'on a craqué au bout de quelques jours et c'est parti pour 6km à pied afin de rejoindre le centre et s'acheter des fruits !!

Je vous laisse découvrir en images la tranquillité de Pangkor :

Mais Pangkor n'a pas toujours connu le soleil... Nous avons eu un bel orage et reçu une belle pluie en rentrant de balade ! C'est à ce moment que les longues parties de cartes ont débutés...

Peut-être que 6 jours au final c'était trop ambitieux, mais nous avons rencontré Tom et Fanny avec qui nous avons partagé de supers moments ! Et nous essaierons probablement de se retrouver en Indonésie.

Petite anecdote : gourmande que je suis, je lance l'idée à Quentin d'aller acheter des glaces. En sortant de la supérette, on décide de s'installer face à la plage mais surprise l'arrivée des singes ne se fit pas attendre... Je n'ai même pas eu le temps de goûter ma glace que je la lançais par dessus pour l'offrir aux singes. Vraiment impressionnant. Au cours de notre séjour, on les a vu faire les poubelles, piquer des bananes dans la cuisine du restau où l'on prenait le petit dej ! Bref de vrais chapardeurs 🐒

11
11
Publié le 9 juillet 2017

Ipoh, ancienne capitale de la Malaisie, possède de charmantes petites ruelles et une jolie architecture. Ce fut un plaisir de s'y balader durant ses deux jours.

Et puis nous avons eu un coup de cœur pour un restaurant indien "Mr Salim" où nous avons très bien mangé et où le service est très agréable. D'ailleurs si jamais l'un de vous cherche un serveur ou cuisinier hindou j'ai un CV !

12
12
Publié le 11 juillet 2017

Tanah rata est la ville de départ pour les Cameron Highlands, la fraîcheur est au rendez-vous forcément à plus de 1440m d'altitude et on vous assure que ça nous fait un bien fou !

Programme de la journée découverte des champs de thé et une sensation de liberté face à cette immensité !!

Puis nous sommes allés jusque "Mossy Forest" comme son nom le porte c'est une forêt tropicale avec une forte présence de mousse vieille de plus 200 000 ans.

La journée s'est terminée par la visite de la manufacture BOH et une dégustation de thé avec vue s'il vous plaît !

Le soleil était au rendez-vous et nous totalement satisfaits de cette journée qui restera marquée.

13
13
Publié le 14 juillet 2017

Paraît-il que c'est ici que l'on fait festin ! Mes papilles s'exaltent d'avance... Mais avant petit tour en images de George Town :

Des idées déco ! 

Petit arrêt à la mosquée (pour l'instant vous aurez des photos de nuits, et oui on a toujours pas transférer nos photos) où nous avons eu le droit à une visite et des explications sur l'islam ce qui nous a pris une bonne partie de l'après midi pour ne pas dire entière.

Maintenant faisons un petit point culinaire sur Penang. Pour tout vous dire c'est un peu la déception, j'avais peut-être trop misé mais mes propos sont à nuancer. Nous avons pu faire une orgie de fruits 🍉 , goûter le white coffee et manger quelques mini "crêpes" fait avec amour par une charmante petite dame qui nous faisait en parallèle un concerto avec ses couvercles. Elle était d'une dextérité et d'une rapidité impressionnante. Et nous d'une patience qui nous a étonné, nous avons attendu plus d'une demi heure, et je peux vous dire que la file ne désemplissait pas !

Le soir, cette rue est remplie de marchands ambulants et il n'y a plus qu'à choisir chez qui vous voulait manger votre Fried rice haha.

En revanche, niveau atmosphère on valide et vous ?

Nous avons de belles grandes journées entrecoupé de petits moments du quotidien, et oui c'est aussi ça voyager 😉

Il faut savoir être astucieux 
Ça fatigue de marcher sous le cagnard 
14
14
Publié le 14 juillet 2017

Kuala, nous venons te dire au revoir ! C'est l'heure pour nous de changer de pays mais on profite de toi encore quelques jours...

15
15
Publié le 23 juillet 2017

C'est parti pour la folie de Bangkok ! On avoue, on appréhende légèrement le décalage que l'on va rencontrer. Nous arrivons à l'aéroport et petite pause planking pour Quentin.

Planking à l'aéroport de Bangkok 

Nous prenons ensuite une petite navette pour nous rendre dans le centre proche de khao san road puisque notre hébergement se trouve à rambuttri une rue parallèle. Évidemment comme à chaque fois que nous sommes fatigués et avec le ventre vide, nous partons du mauvais côté de rambuttri. Sans importance la rue est vraiment accueillante et sympathique ! Ça y est nous y sommes, on dépose nos sacs et on file manger notre premier Pad thaï chez une marchande ambulante repéré lors de notre arrivée, un délice pour les papilles (à lire avec l'accent de Maïté c'est mieux). Malgré notre fatigue et l'heure tardive, nous décidons tout de même de faire la fameuse rue de khao san road... Premier lady boy en vue dont l'intérêt pour Quentin se fait immédiat et n'hésite pas à essayer de lui caresser le torse (Bas les pattes !)

Il est à peine 1h du mat et tout le monde est déjà torché prêt à rentrer. Nous continuons notre avancée moins impressionnante que prévu mais cela s'explique sûrement par le fait que l'on soit en basse saison. Attention il y avait tout ce que l'on attendait de cette rue (bucket, insectes, musique à fond, filles de joie...) mais en moins conséquent. Notre curiosité satisfaite, nous allons nous coucher.

Le lendemain plein de volonté mais aussi très excités à l'idée de découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture, nous partons à la découverte de Bangkok (dans l'idée) parce que ce n'est sans compter sur l'aide des thaïlandais... On vous explique, premier arrêt, nous rencontrons un thaï dans la rue qui nous demande ce que l'on fait, nous heureux d'être en contact avec les locaux nous lui racontons notre programme mais son but ultime était de nous vendre le tuk tuk. Deuxième arrêt vers les lieux de culte, vous ne pouvez pas visiter Wat pho maintenant c'est le buddha day et c'est l'heure de la prière... Il faut revenir vers 15h nous dit-il avant de nous chanter ensuite son petit discours sur le marché flottant à 900 bahts et le tuk tuk pour nous y emmener (mais ne vous inquiétez, il nous fait un prix d'ami). Bien sûr, crédule et ayant foi en l'humanité, nous décidons de rentrer tranquillement à l'hébergement afin de casser la croûte et de repartir vers 15h. Et voilà, 15h tapante nous repartons direction big bouddha ! Mais attention troisième stop au bout de la rue avec une charmante petite dame qui semble intriguée par notre camelback. On lui explique rapidement notre programme, elle nous indique la route, les lieux gratuits et ce qu'il y a faire. Puis nous sort que Wat Pho ferme à 16h aujourd'hui c'est un jour spécial le bouddha day... On sent venir le coup à plein nez du "prenez un tuk tuk je vais dire que vous êtes mes amis et allez visiter le marché flottant". Ça n'a pas loupé mais cette fois, nous avons compris la leçon, nous avons bel et bien quitté la malaisie et ne jamais faire confiance à un thai (nos propos sont nuancés car nous savons que nous sommes dans la capitale et le nord doit être bien plus humain moins dans le business). Nous coupons donc court à la conversion et allons nous perdre dans les rues de Bangkok.

Cette fois c'est la bonne, personne ne nous arrêtera en chemin direction Wat pho ! Nous payons les 100 bahts demandé et à nous Big bouddha et les temples. C'est grandiose ! Voici les photos :

Petit bilan : finalement nous avons apprécié Bangkok pour sa richesse culturelle, pour le Pad thai rue rambuttri (succulent et vraiment donné pour le prix), le retour de la bière (bah ouais biloute on ne renie pas ses origines). Le gros point négatif restera le manque d'honnêteté de certains habitants de Bangkok... Dommage mais maintenant on sait que nous pouvons pas vraiment compter sur eux.

Le deuil du roi est toujours bien présent dans la capitale nous avons vu de nombreuses personnes habillées de noir avec le portrait du roi en médaillon ou en broche. Il y a aussi des regroupements comme des sortes camps dont nous n'avons pas la signification exacte (prière, recueillement...)

16
16
Publié le 23 juillet 2017

Après avoir pris l'avion pour nous rendre directement à Krabi (côte ouest), nous nous rendons à Ao nang afin de nous reposer dans un chalet bamboo. Le mot repos va de soi car nous étions totalement excentré et donc loin de la plage. Nous avons donc pu faire de nombreuses parties de carte, avancer le blog, profiter de notre vue sur les montagnes et surtout décider la suite de l'itinéraire !

Petite pensée pour ma vieille croûte d'amour !

Opalinou ❤️
17
17

Koh Lanta prépare-toi les aventuriers débarquent ! Bon l'accueil est un peu comme dans notre grand nord sous la pluie mais la meteo est tellement changeante que ça nous effraie pas. Nous voilà dans notre hébergement pour minimum deux nuits (on vous avoue c'est le grand luxe pour 5€ la chambre avec lit king size, frigo, télé et clim !!). Ce n'est pas tout mais avant de découvrir l'île, il faut bien se nourrir. Nous trouvons donc un petit restau sympa où l'on assiste à la réception d'ecrevisses venant d'Australie. Le propriétaire nous montre donc l'élevage qu'il fait en arrière boutique une fois leur taille atteinte, elles seront vendues entre 5 et 10€ selon leur espèce. Au passage petite visite surprise (tête de poisson et corps de lapin le mythe du chupacabra est bien réel d'après Quentin) :

Lapin domestique ? 

Allez c'est parti pour une balade le long de la plage en face de chez nous.

Encore un petit coin de tranquillité, nous sommes sur la meilleure partie de l'île selon nous (quasi personne sur la plage, un 7 eleven et quelques restaurants au alentour). Le lendemain nous décidons d'aller voir plus haut les autres plages. Nous remontons la notre, puis les marches d'un hotel standing pour retrouver la route. De là, nous découvrons de superbes vues.

Et des rencontres avec la faune qu'elle soit vivante ou morte :

Rencontre avec nos premiers serpent et scorpion  

Puis nous avons loué un scooter deux jours ce qui nous a permis de faire toute l'île et de découvrir de sacrés endroits. Nous sommes sous le charme !

Heureux d'avoir pu découvrir cette magnifique île, la old Town avec ses locaux et où les sourires vont bon train, la côte sauvage et la simplicité d'y vivre...

18
18
Publié le 26 juillet 2017

Et c'est parti pour traverser la Thaïlande d'ouest en est, direction Koh Samui ! Autant vous dire que le trajet nous a paru long (bateau, mini van, bateau et transfert jusqu'à l'hôtel). Bon le bateau pour nous rendre à Samui était assez sympa avec les transats. D'ailleurs, j'y ai fait une petite sieste au soleil (merci au paparazzi pour cette photo sublime)

Le lendemain nous avons fait la visite des alentours, nous avons débuté notre journée avec la visite de temples.

Nous avons été étonné par le traité des statues que l'on trouve un peu plus grossier et moins raffiné que ce que nous avons pu voir à Bangkok mais cela vaut tout de même la peine de s'y rendre.

Puis l'après-midi nous sommes allés découvrir les différentes plages :

Koh Samui est une île ou plutôt une ville où l'on peut observer la vie thalaidanse, le traffic incessant et le peu de touristes en basse saison. Nous avons apprécié nous y balader mais préférons changer d'île et découvrir.... Koh Phan gan !

19
19

Encore un bateau de plus à notre actif, cette fois direction koh phangan.

Et un transfert de plus en voiture mais cette fois hors de prix, 600 bath chacun pour 15-20 minutes de route.. Ça change radicalement avec Samui où l'on a fait plus de 40 minutes pour seulement 200 bath pour deux. Nous passerons deux nuits au nord à Thong Nai Pan Yai.

La plage doit être sublime sous un soleil de plomb malheureusement nous avons connu beaucoup de pluie durant les deux jours... Alors il a fallu s'occuper comme on pouvait !

Entre deux accalmies, nous sous sommes tout de même baladés.

C'est ici que Quentin a marché par inadvertance sur mon portable en voulant installer la moustiquaire... 😦

Bon ce n'est pas tout, allons découvrir Haad Rin, la fameuse plage de la full moon (d'ailleurs qui a eu lieu le 10 juillet). Nous sommes arrivés trois plus tard par chance nous avons échappé à la ribambelle de touristes fêtards et avons pu profité pleinement des paysages sans trop de monde sur les plages. Du coup changement d'hébergement direction le sud de l'île et pour ça il faut une fois de plus payer le taxi (on a eu une mini ristourne en payant 400 bath à deux) sachant que l'on se faisait déposer au coin d'un 7 eleven et que pour rejoindre Haad Rin il fallait prendre un deuxième taxi (200 bath pour deux pour 5km) qui nous attendait déjà. Avec Quentin, nous avons pris la sage décision de ne pas prendre ce deuxième taxi, on a des jambes et on aime s'en servir !! 5 kilomètres à pied ça use, ça use... Effectivement, on ne s'attendait pas à ce que ça grimpe autant !

Mais la vue est sublime ! 

En plus de ça, nous avons dégoté un hébergement pas trop cher à 300 bath avec piscine, vue sur mer et surtout le massage thai d'une heure à 150 bath si c'est pas le pied ! Le petit plus, première viande rouge depuis deux mois YIHAA !! Et de la pizza avec de la vraie mozzarella mmmh !

Bilan de Koh Phan Gan : pour rien ne vous cacher, nous avons eu quand même quelques pluies durant ces quatre jours. Dans l'ensemble nous sommes satisfaits mais avec du soleil on aurait encore plus apprécié !!

20
20
Publié le 30 juillet 2017

Réveil matinal ! Aujourd'hui on part de Koh Phangan pour un stop à Hat Yai mais ne vous inquiétez pas, ce n'est que de courte durée ! Nous prenons le bateau de 7h, ce qui est assez plaisant... On émerge au gré du vent et bruit des vagues !

Après avoir demandé trois fois confirmation sur l'organisation de ce voyage (un ferry direct jusque Donsak puis un grand bus jusque Hat Yai), rien ne s'est déroulé comme on nous l'avez dit... Ahh la Thaïlande tu es pleine de surprises. Nous avons donc changé de bateau à Koh Samui, puis nous avons débarqué et pris un mini bus jusqu'une station (d'ailleurs le chauffeur ne connaissait pas la route et a dû appeler pour avoir des indications, nous avons rebroussé chemin c'était assez drôle !). Et finalement nous avons eu un mini bus jusque Hat Yai.

Hat Yai est la ville la plus importante du sud et la quatrième du pays en population. Nous l'avons découverte en cherchant notre hébergement. Puis de nuit afin de se restaurer avec la street food. On s'y est surtout arrêtés pour couper notre trajet en deux... Les grosses journées voyage, ça nous chie dans les bottes !

Et par la même occasion faire de bonnes affaires en allant faire le plein en grande surface (ça nous change des 7 eleven et du prix excessif sur les îles).

21

La fin du visa approche et nous nous approchons de plus en plus de la frontière malaise. Nous quittons Hat Yai destination Koh Lipe qui sera notre dernière étape en Thailande. Après un mini bus, nous voilà à l'embarcadère complètement impatient de découvrir cette île. Normalement en 1h30 nous devions être les pieds dans le sable fin, mais surprise nous avons eu le droit à une mini excursion... Premier stop sur l'île de Tarutao :

Le deuxième stop nous n'avons pas pris de photo de la très belle plage de sable fin avec quelques détritus de la mer (malheureusement) qui ne gâchait en rien la beauté du site et de son eau turquoise. Nous avons laissé ce plaisir à nos amis chinois, un peu blazés de s'arrêter tous les quarts d'heure alors que la magnifique Koh Lipe nous attendait...

Après 2h30 de trajet ça y est, nous y sommes et wouahhh quelle beauté ! L'eau est d'une transparence, pas besoin de plus pour être sous le charme... Nous déposons nos affaires à la guesthouse et partons faire un mini tour de l'île. Il y a trois plages principales la sunset beach, la sunrise beach (celle de notre côté) et pattaya beach au sable fin. Et une walking street pour se restaurer et faire des emplettes si besoin.

Nous raterons notre premier coucher de soleil mais les photos sont quand même sympas !

Nous avions réservé 4 nuits autant vous dire que nous avons prolongé notre séjour jusque la fin de notre visa, gros coup de cœur pour cette île thaïlandaise. Durant ce séjour de 9 jours nous avons pu profiter du cadre exceptionnel qui nous entourait, des couchers de soleil, de la farniente, des baignades, des balades, des jeux de cartes... Sans oublier Madame Yoohoo "Yoohoo Yoohoo, thai food 80 baht, thai pancake, banane pancake, coconut pancake 30 baht" et 100 mètres plus loin nous avions droit au "coconut, donut, 10 baht, 10 baht, coco !"

On a tenté de trouver la view point 
Sunset beach 
Sunrise beach (c'est dur de se réveiller de la sieste) 
Une matinée basique à Pattaya beach  
À marée basse on peut rejoindre la sunrise beach de la sunset beach 
Nous l'avons eu ce magnifique coucher ! 
Allez, santé les gars ! 

L'heure est venue de quitter la belle Koh Lipe et c'est avec un petit pincement au cœur que nous quittons la Thaïlande... Merci Apo pour ton merveilleux tuyau ! Nous avons eu la chance de pouvoir profiter de l'île à bas prix et sans un amas de touristes.

22
22
Publié le 6 août 2017

Nous avons dû retourner jusque Hat Yai afin de pouvoir revenir en Malaisie, nous avions le choix entre Penang, Kuala Lumpur ou Langkawi. Notre choix s'est donc porté sur Penang (Kuala Lumpur trop loin et Langkawi ne nous tente pas vraiment) et c'est parti pour une journée de transports ! (Petite anecdote au passage de la frontière thaïlandaise, le chauffeur nous demande des ringgits tout le monde s'exécute sans chercher à comprendre, on lui demande alors pourquoi, un peu hésitant... il nous sort que c'est les vacances il barragouine un truc pas clair avant de nous sortir que c'est pour la taxe et la charge des bagages. Nous refusons catégoriquement et il comprend qu'il n'aura rien avec nous. Aujourd'hui c'est le bouddha day, non ?! 😉) Nous avons repris le même hébergement puisqu'il était plutôt bien placé. À peine arrivés, nous sommes allés nous acheter de quoi de manger notamment des légumes et des fruits. Le lendemain nous voulons profiter de notre retour pour visiter le musée de Penang mais après l'aïd, le voilà fermé pour restauration... Deuxième échec ! Nous nous sommes donc perdus à nouveau dans les rues de Penang profitant du street art, de la street food et de notre retour en Malaisie ! La deuxième journée a été pluvieuse décidément ce n'est pas une réussite...

23
23
Publié le 10 août 2017

On est de retour à la "maison". Kuala Lumpur, on va finir pas te connaître par cœur ! Au programme plusieurs petites choses, premièrement se rendre dans le centre commercial spécialisé dans l'informatique (à deux pas de notre hébergement) pour réparer l'écran de mon portable. Chose faite en une heure avec le verre trempé posé gratuitement. Pendant cette heure nous nous sommes baladés dans le Time square malais que nous n'avions pas fait durant nos différents séjours à KL, comme quoi cette ville a encore des choses à nous faire découvrir ! Le lendemain nous avons échangé nos baht en ringgit, nous avons également fait un tour au KLCC dans le but de nous concocter un repas français (je vous raconte pas l'euphorie de mon estomac et mon impatience). C'est donc un petit pique-nique dans le parc KLCC qui s'est improvisé avec au menu : en entrée sushis car on a pas pu résister face à cette envie, puis baguette avec CAMEMBERT (coulant et fort en bouche, je revis !!!) et pâté et en dessert croissant !! Bon rien de cohérent et d'équilibré là dedans mais qui rebooste le moral. On a fait péter le budget et ça fait du bien !!

Suivi de partie de cartes au soleil, de détente face à la fontaine et aux jeux de jets d'eau.

Nous avons pris également le temps de mettre tout à plat avant notre départ pour Bornéo. Kuala on ne se lasse pas de toi, à très vite !

24
24
Publié le 19 août 2017

Il est temps pour nous de découvrir Bornéo, en route pour Kuching !

Survoler la mer de Chine  
On découvre malheureusement les ravages de l'être humain.. 

Nous sommes arrivés sous une pluie battante ou je dirais même une drache hein ! C'est comme si nous étions de retour à la maison. Nous avons donc pris le temps de s'installer dans notre hostel au décor de super héros. Avant de faire un tour de la ville pour trouver de quoi nous restaurer.

Trouvaille du soir un paquet de céréales de 720g, il est content 

Le lendemain nous nous sommes baladés dans la vieille ville qui est remplie de couleurs, où il fait bon vivre et où les gens sont des plus agréables.

Waterfront 

C'est ici que nous avons goûté les gaufres avec du kaya c'est de la noix de coco, du sucre et des œufs qui forme une espèce de confiture. Vraiment pas mal !

Le street art est bien présent sur l'île également 
Les cultures se côtoient  

Nous avons passé quasi une semaine à Kuching, entre beau temps et pluie, longues balades et visites des musées du textile et celui de Sarawak avec ensuite un petit crochet par un parc très agréable où les habitants viennent y faire leur sport : de la marche rapide jusque la course à pied et à tout âge !

Sans oublier notre trek au parc national de Bako où l'on a pu rencontrer les singes nasiques et un sanglier à barbe (les photos viendront une fois le transfert fait). Nous avons eu la chance d'avoir qu'un petit crachin et échapper à la grosse pluie mais le terrain était tout de même détrempé de la veille ! Une journée fort sympathique avec un environnement de dingue 😀

Petit bilan : évidemment nous avons été conquis par Kuching et ses alentours, par ses habitants souriants, pour sa ville multiculturelle et son ambiance, pour avoir vécu des rencontres sympathiques comme un groupe d'enfants formant un cercle autour de nous pour nous regarder jouer aux cartes ou encore vouloir goûter une spécialité (espèce de génoise/crêpe je ne sais pas comment définir la base que l'on recouvre de cacahuètes concassées et on y ajoute du beurre avant de la replier en deux, oui du gras qui tient bien au corps mais qui régale les papilles !) est se la faire offrir par un habitué. De la spontanéité, et pour ça merci !

Ps: on a failli oublier de vous montrer le relooking de dernière minute fait sur un coup de tête. Voici l'avant/après :

Et l'arme du crime :

Le couteau suisse  
25

Après une demi heure de vol, au lieu de plus de 10 heures de bus, nous sommes arrivés à Bintulu.

Quentin avait regardé le nombre de kilomètres entre l'aéroport et le centre ville un peu plus de 2km, du coup nous nous sommes dit c'est bon on le fait à pied. On sort de l'aéroport et une voiture s'arrête en nous disant "taxi", on lui explique que l'on a pas d'argent. Il nous répond ce n'est pas grave, montez ! Nous embarquons donc avec notre ami Jeffrey qui nous a clairement sauvé la mise car le centre ville n'était absolument pas à plus de 2km (c'etait de l'ancien aéroport). On était en fait à 35 km ahaha... Nous avons réussi à échanger quelques mots avec lui malgré sa difficulté à communiquer en anglais. Nous avons été accompagnés jusque notre hébergement. L'après-midi nous nous sommes baladés au parc en front de mer et devinez qui nous avons croisé Jeffrey. Hyper content de nous revoir, il nous a fait signe et demandé ce que l'on faisait après. On lui explique alors que nous souhaitons prendre le bus pour Miri. Il nous a filé son numéro pour que l'on puisse l'appeler afin qu'il nous conduise jusque la gare routière (petit loupé de notre part, il nous manquait un chiffre).

26
26
Publié le 25 août 2017

Finalement nous nous sommes rendus à la station de bus de Bintulu à pied, étant donné que nous avons mal pris le numéro de notre camarade Jeffrey. Allez !! Que 4 heures de bus pour nous rendre à Miri. En attendant notre bus, on voit deux hommes discuter très fort entre eux, on se dit que c'est plutôt culturel. Au final pas du tout, ils étaient vraiment entrain de hausser le ton, puisque deux minutes plus tard une bagarre éclate entre le rabatteur et le chauffeur de bus, assez étonnant ! (En Malaisie, il ne fait pas bon genre de se disputer en public). Ce qui était assez fou c'est l'inconscience du rabatteur de foutre plusieurs droites au chauffeur alors qu'il reprenait le volant dans la minute suivante avec son bus rempli.

La route pour se rendre à Miri est un vrai sentier, ils sont entrain de la développer. La moitié du chemin est en travaux (un travail titanesque d'ailleurs !) et donc nous avons mis légèrement plus de temps vu que la route n était pas toujours hyper praticable. Une fois à la gare routière de Miri nous attendons le bus de ville qui nous mènera dans le centre. Petit panique lorsque l'on se rend compte qu'après avoir fait un crochet par l'arrêt de l'hôpital, le bus reprend le même chemin direction la gare routière (on se voyait déjà redescendre du bus en mode bon nous voilà au point de départ mais rien de tout ça !!)

En nous rendant au motel, on croise un groupe d'homme dont un qui voulait nous offrir un chat et les autres (des transporteurs privés) qui nous demandent ce que l'on prévoit. On explique alors que nous souhaitons nous rendre au parc national Gunung Mulu, et ils répondent il faut y aller en avion. On vous avoue on s'est dit ce n'est pas possible il y a bien une route... Confirmation du motel pas de route praticable, il faut s'y rendre en avion + prix de l'entrée + guide (car c'est l'un des plus longs réseaux de grottes au monde et ça ne se visite pas seul). Bon première déception ! Nous nous renseignons alors pour monter le mont Kinabalu mais là encore il s'agit de débourser un guide + un porteur + permis pour l'entrée au parc national + permis de l'ascension + surtout deux nuits obligatoires (selon les organisateurs) dans un refuge qui n'est pas donné... Deuxième déception ! (Vous nous direz mais pourquoi ne pas l'avoir fait ? Étant donné que nous voyageons pour plusieurs mois il faut parfois quand même faire attention au budget 😉) Vu la somme considérable demandée pour le Kinabalu, alors on ne sait pas si c'est pour gérer le flux de touristes et protéger par la même occasion la nature, mais nous avons trouvé cela exorbitant en pensant aussi aux malais qui souhaiteraient le faire. Et nous avions en tête de faire Sipadan THE spot de plongée. C'est une île où l'on ne peut pas loger et il n'y a que 120 permis de plongée par jour. (Donc il faut s'y prendre à l'avance, et vous nous connaissez l'organisation et nous !) Vous comprendrez alors mieux le titre de cette étape, nous décidons donc de faire demi-tour (frustration et déception sont notre ressenti du moment) et aller à la découverte d'un nouveau pays.

Bon mis à part ça tout va bien, nous avons profité pour faire le marché et on peut vous dire que l'on en voit des choses !

Serpents et très certainement varans ou peut être crocodiles 

Nous pensons que ce n'est pas très légal de vendre ça sur le marché, la réaction des vendeuses a été de nous dire "No No No" trop tard c'est dans la boîte et tellement exotique pour nous !

Il a fallu que l'on s'organise un peu pour partir et comme nous n'avions pas de wifi dans les chambres, nous avons squatté un centre commercial assis en tailleur à côté du Starbucks. Et comme ce n'est pas en France que ce serait arrivé, nous avons été invités à nous asseoir à l'intérieur et le manageur nous a offert deux cafés froids. Regardez comme il est IN ce mec :

27
27
Publié le 25 août 2017

Nous voilà de nouveau à Kuching dans notre hero hostel. Notre but se décider entre l'Indonésie ou les Philippines ? Verdict à la fin de l'étape ! De retour ici nous avons profité pour manger les petites choses que l'on a tant apprécié ici et se promener dans cette ville plaisante mais le temps n'était pas trop avec nous. D'ailleurs au programme nous devions faire Semenggoh un centre de réhabilitation pour les Orangs-outans, que nous n'avons finalement pas fait à cause de la pluie car peu de chance de les voir...

Ce n'est pas grave, nous avons trouvé de quoi nous occuper comme préparer notre arrivée en... Indonésie ! Réfléchir si on fait une extension de visa ou si l'on reste un mois. On opte pour deux mois car l'Indonésie est grande et on a pleins d'idées en tête donc en un mois ce n'était pas envisageable ! Nous atterrirons donc à Lombok pour la première étape en Indonésie. Tellement hâte !

Bilan de Bornéo : Contrairement à ce que l'on pourrait croire, nous n'avons pas une image négative de Bornéo. La preuve nous avons adoré Kuching, et l'île est d'une nature luxuriante. Le parc national de Bako est fortement recommandé, ça fait du bien de trekker dans la nature sauvage. Pour le reste, c'est vrai que nous sommes hyper déçus notamment par l'organisation du Kinabalu. Mais c'est plutôt de la frustration qu'autre chose c'est certain si nous avions mis l'argent on l'aurait fait. Le refus de monter le Kinabalu est aussi une question de principe et de juste valeur.

28
28
Publié le 24 septembre 2017

Et nous voici une fois de plus à l'aéroport à attendre notre avion pour Lombok !! Occupant notre après-midi à jouer au Gabo (jeu indonésien que nous avons appris à Kapas avec Camille) histoire de nous mettre dans l'ambiance. Bon ça devient tout de même long quand l'heure de décollage est reportée (mais je crois que nous sommes rodés à ce niveau cc aéroport de Beauvais). Nous arrivons le soir à Lombok (dommage que nous ayons eu un vol de nuit, car survoler l'Indonésie doit être assez magique), à la sortie de l'aéroport on se fait alpaguer par un taxi qui nous demande 50$ pour nous conduire à Senggigi. Et bien non, nous préférons prendre le bus à 35000 roupies (un peu plus de 2€) et en plus de ça on fait la rencontre d'Henry un londonien avec qui nous avons dîné le soir même. Merci Henry c'était un plaisir de te croiser, nous nous sommes bien marrés !

Nous sommes restés trois jours à Senggigi et on peut déjà commencer à dire que l'Indonésie est un coup de cœur que ce soit au niveau des paysages, de la population, de l'ambiance... Un vrai bonheur de côtoyer l'authenticité, de partager des moments de complicité, de voir les enfants souriants, te saluer d'un signe de la main, d'être aussi curieux que toi à la découverte de l'un et l'autre. On vous laisse découvrir en images !

Malgré un premier jour avec un temps pas top, ça nous a en rien démotivé à découvrir cette ville et ses alentours

Se perdre dans les villages, on valide ! 

Le lendemain nous avons eu un temps plus propice et nous avons fait quelques kilomètres à pied afin de découvrir différentes plages..

Senggigi merci pour ton accueil chaleureux !

29
29
Publié le 24 septembre 2017

C'est parti pour une journée de transport, on ne compte plus le nombre de shuttle bus, de bateaux... Pour tout vous dire nous sommes perdus dans le chiffre 😀. En route pour Lembar afin de prendre le ferry qui nous emmènera sur Bali en 5-6 heures environ. Surprise à bord, nous serons pépouze sur un transat le temps de la traversée ! (Bon on ne vous cache pas que nous sommes partis totalement en retard, c'est l'Indonésie)

Nous avons passés notre temps à capturer les paysages, jouer aux cartes, grignoter et faire la sieste (c'est dur...)

Nous atteignons Padang bai à la nuit tombée, et ce n'est pas fini... Nous devons encore prendre un shuttle qui nous conduira jusque Sanur. L'organisation à l'indonésienne il faut la vivre, nous attendons par groupe selon les destinations pour prendre le shuttle, nous avançons en "troupeau" ce qui a le don de faire sourire la population locale qui n'hésite pas d'ailleurs à photographier cette situation cocasse.

Je pense que nous sommes le dernier groupe à partir, et petite surprise des personnes s'ajoutent à nous (dès que l'argent peut entrer, les indonésiens ne refusent rien), on se retrouve alors entassés dans un petit bémo pour une petite heure de trajet joie bonheur ! Maintenant, nous devons trouver notre hébergement, pas une mince affaire avec les pièges des trottoirs (si tu perds une minute d'attention, tu peux finir dans un "trou-égout") car ici ils sont en très mauvais état.

Nous voilà bien installés pour quelques jours à Sanur, nous avons eau chaude ce qui est un luxe, piscine et un bon nasi goreng ayam (fried rice chicken) eux aussi on ne les compte plus.... (au secours ! Ceci est un SOS d'une française en détresse)

Vue du balcon 

Nous avons essentiellement profité de la piscine, du calme et de la sérénité que dégageait le jardin. Ce n'est pas pour autant que nous n'avons pas visité Sanur mais la promenade le long de la mer est noire de monde. Calme et repos avant la prochaine étape...

30
30

Après avoir négocié le fast boat la veille au même prix que les locaux (300 000 roupies aller-retour par personne), nous voici en route pour Nusa Penida.

Coucou les têtes d'imbéciles heureux 

Nous avons dû marcher 9 kilomètres avant de trouver notre hébergement, évidemment toujours à la bonne heure et en plein soleil... Inattendu, je dois l'avouer que la volonté de marcher n'y était pas ! Mais heureusement que nous avons eu de bonnes surprises sur la route. Déjà le décor est magnifique, les salutations de tout le monde, une partie de la route avec un puppy à croquer (que j'aurais bien adopté), il s'est d'ailleurs fait chasser pauvre petite bête.

Une fois installé, nous nous sommes baladés pour découvrir les environs.. Ce jour là nous découvrirons Gamat bay

Pour les deux jours suivants, nous louons un scoot afin de pouvoir découvrir ce petit paradis sauvage.

À savoir, il n'y a qu'une seule route asphaltée qui fait à peu près le tour de l'île ensuite il faut prendre les chemins qui sont dans un état déplorable, on pourrait même appeler ça des sentiers ! Et pour trouver sa destination et bien c'est au petit bonheur la chance 🍀

Au programme de la première journée ce sera Tembeling avec ses baignoires distinctes pour femmes et pour hommes.

Puis en remontant le chemin pour récupérer le scooter on voit deux panneaux indiquant Saren cliff point et Derek Hill view... c'est parti !

Derek Hill view 
Saren cliff point 

Et le dernier point de cette journée sera Crystal bay pour son coucher de soleil

Une journée éblouissante par la beauté des paysages, la tranquilité, le côté sauvage et préservé de l'île. Que de la bonne fatigue et on remet ça demain !

Deuxième journée direction Peguyangan waterfall pour longer le long de la falaise, vous allez voir c'est splendide.

Bonjour petit raie manta  
Le nouvel escalier vs l'ancien (même pas peur !) 

Les dessous des professionnels du selfie ou pas.. Moment de complicité capturé !

Plus bas, plus haut... mais où est le paysage magnifique ? 

Direction Manta point...

Manta point 
17 raies Manta, l'euphorie totale

Et le dernier stop de la journée est Broken beach (peut-être pas le choix le plus judicieux de s'y aventurer milieu/fin d'aprem vu l'état de la route...). Nous avons même décidé de garer le scoot et de continuer à pied mais c'était sans compter sur un camion transportant des noix de coco qui nous a pris sur son passage. Ça a secoué à l'arrière !!

Broken beach 

Sur le chemin du retour la lumière était magnifique, nous avions 5-6 kilomètres de marche pour récupérer notre scooter.

C'est ainsi que se termine le deuxième jour avec un petit coucher de soleil en face de la guesthouse avant de quitter cette merveilleuse île.

Nous avons également rencontré une famille indonésienne adorable chez qui nous avons mangé tous les soirs un Fried rice vraiment bon. Le frère aîné nous citait tous les noms de ville française qu'ils connaissait grâce au foot. C'est lui et son frère qui nous ont emmené au port afin de repartir sur Bali. Les habitants de l'île sont tous très souriants et c'est vraiment appréciable !

Nusa Penida tu nous as bluffé par ta nature, ton côté sauvage et préservé de la masse touristique. Nous espérons de tout cœur que l'être humain te respectera et sera te garder intacte.

31
31
Publié le 30 septembre 2017

Nous voici en partance pour Gili Air qui annonce une semaine de repos, de farniente et de "calme" car sur l'île il n'y a pas de véhicules motorisés et nous n'avons pas internet dans notre hébergement. En revanche, c'est assez touristique mais moins que Trawangan, l'impression d'être en Indonésie se fait bien moins ressentir.

Un programme intense nous attend ! Cette semaine sera ponctuée de baignades, de bronzettes, et de balades. Eh oui, on peut faire le tour de l'île à pied en une heure.

32
32
Publié le 30 septembre 2017

De retour sur Lombok pour l' extension du visa, nous nous rendons à Mataram... Je ne me réjouis pas à l'idée de passer mon anniversaire là-bas mais bon il faut bien régler les papiers administratifs ! L'hébergement que nous avons choisi se situe juste à côté d'une mosquée (coucou le réveil très tôt le matin, en plus il crie dans le micro...) et est un peu isolé du centre ville au alentour il y a très peu de warung. La semaine va être longue...

Le soir nous avons dîné dans un petit boui-boui de rue juste à côté de chez nous. La dame était adorable, nous avons eu un cours de sasa (le dialecte de Lombok) avec la fatigue nous n'avons pas retenu grand chose mais l'échange que nous avons eu été plaisant nous avons bien ri. Surtout quand je me suis mise à lui parler en français sans trop me rendre compte.

Lundi, nous déposons notre demande d'extension de visa. Pour cela, il faut la photocopie de ton passeport, la page avec le visa on arrival et ton billet retour. Ensuite, il faut remplir un formulaire et tu remets le tout avec ton passeport glissé à l'intérieur de la pochette. Une fois le dossier remis nous avons dû attendre pour obtenir un papier nous disant de revenir le jeudi pour faire la photo et prendre les empreintes digitales. Et payer l'extension 355 000 roupies.

Une bonne chose de faite, maintenant essayons de trouver un restaurant sympa histoire de fêter tout de même mon anniversaire. Ce ne fut pas concluant, le seul centre commercial est un peu défraîchi... Dommage, on fêtera ça plus tard !

En face de l'immigration, il y a cette impressionnante mosquée. C'est le centre islamique de Mataram.

Enfin jeudi, nous nous rendons à nouveau à l'immigration pour prendre les photos et les empreintes. Juste après nous devons payer l'extension. Ensuite, on se rend au guichet pour montrer que nous avons payé, et on nous annonce que nous pouvons récupérer notre passeport le jour même à 15h ! Libérés, délivrés !!!

Directement après avoir récupéré nos passeports, nous retournons à Sengiggi, heureux de quitter cette ville oppressante.

33
33
Publié le 1er octobre 2017

De retour sur les Gili et cette fois sur Meno qui paraît d'emblée bien plus calme et l'eau est d'une beauté incroyable. Nous avons fait la route avec Hakim rencontré la veille à Sengiggi lorsque l'on cherchait à trouver un transport pour Meno. Que l'on recroisera durant notre séjour pas mal de fois puisque nous avons partagé de sacrés moments avec également Issam notre voisin de chambre venant tout droit de la belgique une fois ! De nombreuses discussions lors des déjeuners ou dîners, des rires et des moments de partage ont animé cette semaine passée à Gili Meno. Sans oublier la farniente et prendre le temps de vivre tout simplement !

Coucher de soleil 

Après une semaine de douches à l'eau salée, il est tant de quitter l'île.. Mais une petite surprise nous attendait le lendemain jour du départ pour Amed. Nous avons pris deux billets en fast boat direction Amed avec la compagnie Sea express, nous devions nous rendre sur Gili Air afin de faire le transfert. Nous avons attendu une heure, deux heures, trois heures mais le bateau n'est jamais venu... On voyait tout le monde partir sauf nous... Tout ceux ayant pris cette compagnie se sont vu bloqués. Étant donné que nous avions acheté les tickets sur Meno, nous étions loin de leur préoccupation. En effet de masse (nous étions une dizaine et quasiment tous français), nous avons attendu une solution qui ne s'est jamais présentée, ils ne faisaient que se renvoyer la balle. Nous avons donc décidé de repartir sur Meno pour échanger nos billets et surtout changer de compagnie...

Conclusion : nous avons passé une nuit de plus à Meno et avons réussi à échanger notre billet sans coût supplémentaire. Tandis que les autres qui ont décidé de rester à Air, ont dû acheter un nouveau billet...

34
34

Cette fois c'est la bonne, nous sommes sur l'île de trawangan prêts à embarquer pour Amed ! Nous sommes aux aguets, et montons dans le bateau parmi les premiers. La traversée ne fut pas de tout repos, on peut même dire que nous n'étions pas très rassurés avec le courant qu'il y avait mais surtout quand le bateau s'est arrêté en pleine mer pour je ne sais quelle raison... Bref, nous sommes bien arrivés sur la terre ferme, yihaa ! Amed était très calme et pour cause l'activité du volcan agung qui bat son plein depuis quelques jours. Cela fait un mois qu'il s'est réveillé et selon son activité sismique l'éruption serait peut-être imminente. Nous avons ressenti les secousses lors de notre séjour mais les habitants nous ont confirmé que nous étions hors de la zone de danger.

Le mont agung de la plage 

Nous avons donc profité de la tranquillité durant quelques jours, tout en surveillent le site de l'ambassade et les médias.

Côté bouffe, nous n'avons pas eu de mal à nous restaurer ! Les touristes ne sont plus là mais les habitants le sont toujours. Nous avons pu mangé du thon, un délice. Une autre fois nous sommes allés dans un petit boui-boui d'une mamie indonésienne, nous avions commander deux Fried rice donc "dua nasi goreng" jusque là tout va bien. Elle ne parlait pas du tout anglais, on essaie avec les gestes pour commander des jus de fruits. Ananas elle n'a pas, juste mangue et banane. On choisit alors un de chaque en indiquant le nombre avec nos mains et devinez quoi on s'est retrouvé avec deux jus de bananes et une bonne pinte de jus de mangue. Cette petite dame nous a fait sourire et surtout attendri, en partant elle nous a offert des petites bananes.

Toute une histoire pour prévoir notre départ vers Ubud, on nous annonce à chaque fois que le shuttle bus ne passe plus à cause de l'activité volcanique. C'est vrai que depuis deux jours, je ne vois plus de vans, ni de bus perama passer. Nous trouvons une personne pour nous amener à Ubud à 2h30 en voiture à un prix correct par rapport aux taxis et aux transporteurs privés, et le tout en voiture tuning s'il vous plaît !

35
35
Publié le 16 octobre 2017

Nous voici arrivés au centre d’Ubud, lâchés en plein milieu de la foule pas très sympathiquement par notre chauffeur. Il nous faut alors trouver l’hôtel de luxe que Quentin avait réservé en promotion pour une modique somme. Après avoir payé un taxi pour nous y emmener, la réception nous annonce une somme dix fois plus cher. Une erreur probablement du site m’annonce-t-on au bout du fil, bon on va réservé une nuit là où l’on devait aller le lendemain et on commande un uber au passage. Il nous aura coûter ce transfert d’Amed à Ubud...

Allez relativisons et profitons de la vue de notre chambre !

Ces quelques jours à Ubud ont été rythmés par des visites, des balades et de la farniente entre deux pluies parfois. (Eh oui on ne peut pas toujours avoir du beau temps 😉)

Petite balade derrière l’hébergement  

Le lendemain nous avons fait Goa Gajah, un temple mi hindou mi bouddhiste, nous nous y sommes rendus à pied malgré le temps menaçant. Nous avons eu d’ailleurs de la pluie qu’à la fin de la visite pour revenir à l’hôtel.

Préparatifs pour les cérémonies 
Temps de prières  
Sur le chemin du retour 

Nous avons également fait une grande balade pour accéder aux rizières en partant du centre ville d’Ubud. La promenade est assez sympa puisque l’on quitte le centre bien animé pour retrouver calme et nature.

Et nous terminons Ubud avec les rizières de Tegalalang juste magnifique !

Juste avant d’y entrer, ils nous ont fait passer par le Luwak café, des petits luwak trop mignons qui digèrent les graines de café (en revanche, je ne suis pas certaine que ces pauvres petites bêtes soient très heureux dans les cages). Et ils vendent ça à des sommes incroyables. Nous n’avons pas goûté le café.

C’est parti pour le début d’une longue balade dans les rizières !!

Pour revenir à Ubud il fallait le vouloir, nous avons attendu plus d’une heure et demi qu’un Uber veuille bien venir nous chercher. Pendant une heure, nous avons eu des j’accepte puis finalement trop loin j’annule. Mais surtout un qui nous a fait croire qu il venait nous chercher et au bout de 10 minutes il empochait de l’argent si on voulait annuler. Du coup, on a attendu et il a fini par annuler lui-même non mais !! Et le miracle fût un adorable monsieur est venu depuis Ubud nous récupérer.

L’Indonésie tu es notre coup de cœur, un énorme merci pour tous tes sourires, tes bonjours, tes paysages à couper le souffle, toute cette bonne humeur qui se dégage. On s’y sent bien et on ne veut pas vraiment te quitter alors ce n’est qu’un au revoir...

Ps : Nous passerons quelques jours à Sanur en profitant de la piscine avant de reprendre un vol pour Kuala Lumpur où nous resterons deux jours avant de partir pour....

36
36
Publié le 6 novembre 2017

Comme la plupart du temps, nous décidons souvent à la dernière minute de notre prochaine destination et notre choix s’est porté sur le Cambodge !! Nous espérons que le temps sera clément car c’est la fin de la mousson et bientôt la période de la saison sèche mais qu’importe si nous avons de la pluie, nous sommes heureux de partir à la découverte d’un nouveau pays. Direction Phnom Penh la capitale pour quelques jours, nous prendrons un tuk-tuk pour nous rendre à l’auberge.

Une fois bien installé, nous parcourons la ville pour trouver de quoi se restaurer avant d’y faire un grand tour. Phnom Penh n’est pas comme toutes les capitales, ici il n’y a pas de grandes enseignes mais un marché central et des petits boui-boui un peu partout. Ça change et ça nous fait du bien !

Voici en images la capitale du Cambodge

La balade le long du Mékong est appréciable avec un rayon de soleil, on y trouve des bancs où les cambodgiens aiment se retrouver, des marchands ambulants et des bateaux sur le Fleuve qui servent souvent d’habitations précaires.

Le jardin royale est lui aussi très animé en fin d’après-midi et en soirée, des ballons, des barbes à papa, des pops corn y sont vendus. De nombreuses personnes vendent également des graines de maïs pour nourrir les pigeons (je vous laisse donc imaginer le nombre de pigeons sur la place pour mon plus grand plaisir haha)

Nous n’avons pas visité le Palais Royal, l’entrée était cher et nous avons lu sur de nombreux blogs que ça ne valait pas la peine. Nous ferons donc un musée à notre retour à Phnom Penh.

Pour ceux qui ont en tête de se rendre au Cambodge, nous vous conseillons le restaurant Aroma chef qui fût notre QG, on y mange très bien, la bière pression est à 0,50$, le mojito à 1,25$, la terrasse donne sur la rue ce qui nous a permis d’observer le quotidien des habitants et des occidentaux habitués. On peut vous dire que l’on en voit des choses. Il y a beaucoup de mendicité, et il est difficile de rester sans compassion face à des personnes âgées, des enfants qui se baladent parfois totalement nus sous la pluie pour se nourrir. Préférez donner de la nourriture plutôt que de l’argent qui serait susceptible d’aller dans des réseaux.

37
37
Publié le 17 novembre 2017

Après des heures de bus, nous voici à Siem Reap la ville aux portes d’Angkor et ses fameux temples. Nous avons hâte de découvrir ses vestiges. Pour le moment ce sera petit tour des environs, trouver de quoi manger et repos ! Le lendemain, nous irons découvrir le centre ville avec la fameuse pub street (rien de sensationnel mais nous avons pu flâner dans le grand marché couvert). Nous profiterons aussi pour négocier un tuk-tuk à la journée qui nous accompagnera à la découverte des temples.

Jour J : Levés à 4h45 pour un départ à 5h30, MR Thon (si ma mémoire ne me fait pas défaut) était là à la réception entrain de nous attendre. C’est parti pour se réveiller progressivement avec le vent du tuk-tuk, nous nous arrêtons pour acheter les tickets (chance à cette heure-ci il n’y a personne !). Et c’est parti pour la grande boucle, nous aurons droit au lever du soleil dans le tuk-tuk et depuis le lac sras srang (eh oui nous avons décidé de faire la boucle à l’envers et c’est bien mieux ainsi, nous pourrons donc profiter des premiers temples quasi sans touristes)

Une journée ensoleillée s’annonce et ce n’est pas pour nous déplaire. Nous nous sommes baladés autour du lac et pris le petit déjeuner calmement car les temples n’ouvraient qu’à 6h30. Doux réveil !

Lumière parfaite pour la découverte du première temple Pré rup. Parfois il n’y a pas de mots pour décrire, je crois que certaines choses se vivent plutôt que de les décrire. Alors on vous laisse profiter des photos :

Le suivant Mékong Oriental :

Ta Som :

Neak Pean :

Preah Khan :

Bayon :

Baphuon :

Palais Royal :

Et pour terminer cette grande boucle le fameux Angkor Wat :

C’est exténué que nous terminons notre sublime journée aux temples d’Angkor, émerveillés par la magie des lieux, on y ressent vraiment une atmosphère paisible !

38
38
Publié le 21 novembre 2017

Nous voici arrivés à Battambang, petite ville avec un marché central couvert, quelques restaurants qui proposent souvent des leçons de cuisine, le Mékong qui traverse et divise la ville en deux...

En allant au restaurant nous avons assité à une partie de pétanques (bon on a pas les mêmes règles, mauvais joueur veuillez-vous abstenir !!). Quentin a pris un plat avec du poivre cambodgien et il pourra vous dire que c’est effectivement l’un des meilleurs poivres au monde (et je confirme moi qui assaisonne très rarement)

Voici un petit tour de la ville :

En face du marché couvert et du Mékong vous pourrez trouver de quoi manger le soir, plein de boui boui street fond y sont installés (peu cher et bon) !

Nous n’avons pas pu profiter comme il se devait de la ville, Quentin allait mieux mais de mon côté j’avais encore quelques petits restes de Siem Reap...

Après cet arrêt, c’est déjà l’heure de revenir à Phnom Penh. Oui vous nous direz mais vous êtes restés peu de temps. C’est un choix que nous avons fait, nous avons quitté l’Indonésie mi-octobre et nous avions en tête de faire la fête des lumières en Thaïlande le premier week-end de novembre. Ce qui veut dire que nous avions 15 jours de battement et on ne voulait pas rester en Malaisie. Du coup, on s’est accordé un petit crochet par le Cambodge que nous reviendrons découvrir plus amplement avec un immense plaisir !

Petite explication faite, nous reprendrons un bus direction la capitale. Et quel bus !!! Nous devions mettre 6 heures rien de tout ça 8h.. Le bus était bondé en marchandise, nous avons fait plusieurs arrêts mais il faut souligner le dernier arrêt à 43 km de l’arrivee pour attention..... laver le bus !!

Pour terminer le périple cambodgien, nous visiterons le musée du genocide Tuol Sleng ou S-21, prison créée dans un établissement scolaire. Les images sont parfois assez prenantes, on imagine les atrocités qu’ils ont pu vivre et ce qui retient l’attention ce sont les photos des visages soulagés par la mort, certains ont même un sourire.

Pour conclure cet article de manière plus joyeuse, comme nous l’avons dit plus haut, nous reviendrons avec grand plaisir visiter le Cambodge, sa population est d’une gentillesse remarquable et souriante ! Et ça, ça nous plait !! Mais surtout pour visiter plus amplement ce joli pays.

39
39
Publié le 23 novembre 2017

Après un nouveau passage de quelques jours à Bangkok, nous voici prêt pour le Loy Kratong à Ayutthaya. Pour la petite histoire mais aussi pour comprendre leur culture voici une explication : Le Loy Kratong est la traditionnelle fête des lumières et des lanternes. L'une des plus belles et des plus populaires de Thaïlande. À la fin de la saison des pluies, au soir de la pleine lune du 12e mois lunaire, Loy Krathong est célébré à travers toute la Thaïlande, en particulier près des cours d'eau et en bord de mer. Les Thaïlandais honorent Mae Kongkha, sorte de déesse hindoue des eaux, et les esprits des eaux, qui jouent un rôle significatif dans la vie du pays. Ils implorent le pardon pour la pollution des rivières et des cours d’eau, et demandent la clémence en vue de belles récoltes. Les gens fabriquent des krathong ou flower boats, de minuscules bateaux confectionnés avec des de feuilles de bananier. Leur forme évoque la fleur de lotus. On y place une bougie allumée, de l’encens et des fleurs. Ils déposent ces petites bougies sur les rivières, ainsi que des khong pour exorciser leurs fautes.

A la découverte des temples à vélo...

Fin d’après-midi, nous rencontrons des locaux par hasard en cherchant un temple. Ils nous expliquent qu’aujourd’hui c’est une fête importante en Thailande et qu’il ne faut pas louper ça. Ils venaient de déposer un Kratong dans la rivière. (On voit encore l’importante montée des eaux qu’il y a eu et les inondations)

Et bien ce fut une déception totale, on s’attendait à une fête féerique avec lâcher de lanternes, des regroupements de personnes et des centaines de Kratong mis à l’eau... Mais ce n’etait pas à Ayutthaya qu’il fallait être, nous avons croisé personnes autour des temples, très peu de monde au alentour des points d’eau et quasiment aucun Kratong à l’eau... Quelle déception pour l’une des fêtes les plus célèbre ! Pour information, le lâcher de lanternes est spécifique à Chiang Mai si vous voulez y assister c’est ici qu’il faut être (bon à savoir la prochaine fois on y manquera pas !!)

Malgré cela, nous avons apprécié Ayutthaya, simple et facile d’accès depuis Bangkok vous pouvez aisément venir y passer une journée.

Ps : À éviter !! La balade à dos d’éléphant alors oui ça peut vous paraître exotique et sortir du commun mais pensez à eux, pitié !! Petit zoom sur la pioche qu’il tient au passage. Ne préférez-vous pas les admirer en pleine nature par le pur hasard dans leur environnement, ce serait plus magique et bien plus intense émotionnellement, non ?!

On n’a pas pu s’empêcher de leur lâcher un « Shame on you ! » à leur passage.

40
40
Publié le 23 novembre 2017

Surprise, nous avons eu la chance de fêter le Loy Kratong à Sukhothai pour le dernier jour. Quelle chance !

Nous louons un scooter et c’est parti pour le centre ville ! Nous ne profiterons pas des festivités jusqu’au bout de la nuit car la fatigue est tout de même présente. Pour la qualité des photos de nuits, on repassera haha ! Une chose est certaine on peut vous dire que la chaleur de la lumière donne un tout autre aspect au lieu qui est déjà magnifique.

Encore et toujours les éléphants en spectacle... Finalement,on s’est dit que l’on était pas mieux à prendre des photos de ces pauvres bêtes entrain de faire le spectacle... mais cet animal est d’une beauté et si majestueux !

Rendez-vous demain pour faire le centre historique et de jour cette fois !

Bon, le temps n’est pas vraiment avec nous mais ça ne gâche pas la beauté des lieux. Regardez !

Et on aperçoit aussi l’envers du décor et le lendemain de fête...

On doit vous avouer que nous avons été surpris d’observer que dès le lendemain tout disparaissait comme si rien ne s'était passé la veille. Je cherche encore à comprendre pourquoi avoir retiré si vite les Kratong de l’eau... Je trouve qu’il y a un certain manque de respect vis-à-vis de la population. Les personnes font des vœux ou alors font un écart dans leur budget pour pouvoir déposer un Kratong, ils pourraient au moins les laisser quelques jours.. D’un autre côté, on peut aussi se dire ce n’est pas si mal car ceux avec un socle en polystyrène ça évite la pollution.

Pour conclure cette étape, nous sommes heureux d’avoir pu fêter le Loy Kratong qui semblait à la base être plutôt un échec. Le site du centre historique en cette période est tout simplement sublimé par les lumières et ça vaut vraiment la peine de s’y rendre.

41
41
Publié le 12 décembre 2017

Nous voici donc à Chiang Mai, changement de décor, la ville est bien plus grande et très touristique. Dommage on ne s’attendait pas à ce que les temples soient à l’intérieur de la ville.

Après un tour à l’exterieur de la ville, nous entrons à nouveau dans les remparts et découvrons les temples à ne pas manquer. Avec Quentin nous avons décidé de les observer de l’exterieur, je pense que l’accumulation de fatigue joue un peu sur nos envies. On ne va pas vous cacher que notre engouement pour les temples est à la baisse.

Nous profitons simplement de la vie quotidienne et de l’ambiance de la ville. Petit groupe de musique le soir, le meilleur Pad thaï se trouve ici et c’est un régal !

42

Pour aller à Paï, il faut le souhaiter et ne pas avoir le mal des transports car avec ses 762 virages en un peu moins de 130 km il faut avoir l’estomac bien accroché... Paï est une ville paisible, de part son ambiance et son décor, que l’on peut définir un peu de hippie. On y trouve de nombreux bars healthy, d'innombrables tatoueurs et un marché de nuit que l'on valide largement (on y trouve de tout à prix correct de la bruschetta au Pad thaï vous trouverez de quoi satisfaire vos papilles).

De nombreuses balades sont à faire (avec ou sans scoot), nous sommes allés jusqu’au Bouddha blanc à pied et ça donne ça !

Pour résumer, un endroit chaleureux où se ressourcer !

43
43
Publié le 4 février 2018

Dernière étape au Nord de la Thaïlande mais avant ça il faut faire à nouveau la route de Paï vers Chiang Mai pour le plus grand bonheur de Quentin !

Arrivés à destination un nombre incalculable de chauffeurs de tuk-tuk attendait avec impatience l’arrivée du bus. Nous prendrons donc un tuk-tuk pour nous rendre à l’hébergement qui se trouve tout de même isolé mais qui nous assure une certaine tranquillité.

Nous voici donc seuls profitant de l’immense piscine et de la grande propriété, un vrai bonheur !

Il faut avouer que nous avons pas mal profité de ce privilège laissant un peu de côté les visites. Ce n’est pas faute d’avoir essayé mais étant loin des temples on nous a demandé des prix...

C’est ici que nous avons fait notre premier barbecue thaïlandais (vaut mieux tard que jamais) et on valide ! Nous avons été très bien reçus, la propriétaire était ravie d’accueillir des étrangers.

Durant ces quelques jours, nous avons parfait notre bronzage (et fait le plein de vitamines D), dégusté un barbecue local et profité du calme avant notre retour à Bangkok.

Nous repasserons sûrement par Chiang Rai afin d’y faire le triangle d’or comme il se doit ! En attendant nous avons une surprise à préparer 😉

44
44
Publié le 6 mars 2018

Nous voilà de retour à Bangkok ! Ces quelques jours nous permettront de faire nos cadeaux avant de .... Revenir en France pour faire la surprise à nos proches pour les fêtes de fin d'années.

Impatiente de voir la tête de nos proches, de mon côté le secret est total personne ne soupçonne un retour ! Mais nous ne sommes pas encore arrivés à Paris... Le retour avec Norwegian s'est fait désirer, nous avons mis trois jours et demi pour rentrer chez nous (ce n'est pas comme si nous avions prévu trois jours de marge avant de partir à Budapest). On vous explique notre périple !

Nous devions prendre l'avion le 23 novembre à 9h de Bangkok en arrivant à l'aéroport le vol était annulé. Nous sommes donc allés à l'hôtel avant de revenir le soir à l'aéroport pour un départ le vendredi matin à 2h30. Chaque heure, le vol était repoussé, c'est vers 9h que nous commençons à embarquer. Tous réjouit à l'idée d'enfin décoller, cela ne durera que le temps d'un tour de piste avant de nous annoncer que nous ne pourrons pas décoller. Joie, bonheur, réjouissance, nous devons donc sortir de l'aéroport pour récupérer nos bagages. Petite précision tout cela sans aucune réelle explication. Nous voilà de nouveau transportés dans un nouvel hôtel (on ne peut pas se plaindre du standing !). Décollage prévu pour ce soir 23h55, nous décollerons réellement à 1H30 le samedi matin pour Oslo.

Arrivés à Oslo vers 8h du matin (heure locale), nous pouvons enfin nous adresser à des membres de la compagnie aérienne. Nous tentons de leur expliquer notre périple et demandons de nous trouver un vol pour Paris avec une autre compagnie (et oui, aucun vol pour Paris prévu ce jour avec Norwegian ! Il n'y en qu'un le dimanche 26 à 17h25). Ils refusent notre demande malgré les trois jours de retard, nous passerons donc une journée en Norvège sans manteaux, en legging et polaires (Si ce n'est pas l'aventure !)

Dimanche 26 : Nous voici enfin au bercail, il est passé minuit, nous sommes chez Quentin et la mission est de me trouver des vêtements chauds pour partir à Budapest dans quelques heures (parce que oui, nous partons de Lille à 5h direction Charleroi pour notre vol).

Nous avons profité de notre séjour à Budapest (c'était un peu ma fashion week, j'étais tellement à l'aise en déambulant les rues de Hongrie) et la surprise pour nos proches fut au top !!

Maintenant nous allons profiter de notre retour pour quelques mois !

Rendez-vous en avril pour de nouvelles aventures !! Direction le Vietnam !

45
45
Publié le 15 avril 2018

Hello la compagnie, nous voici de retour sur le sol asiatique depuis le 5 avril ! Enfin on a bien failli ne pas quitter la France...

Lorsque nous sommes allés nous enregistrer, l’hotesse nous demande notre visa ou tout au moins la demande de e-visa... Bon ok, on s’est dit ça commence mal. Nous avons tenté de lui faire comprendre que l’on se rendait au Vietnam pour un mois et que nous ferions notre visa sur place (que l’on paiera plus cher mais ça c’est notre problème). Elle n’a rien voulu entendre car la procédure de la compagnie aérienne exigeait la preuve d’un retour (je ne vous fais pas un dessin de l’état de Quentin, petit indice il est black lister chez Finnair). Nous avons donc dû acheter un billet à la hâte pour Bangkok. Nous ferons donc le sud du Vietnam en 15 jours.

14h de vol plus tard dont une escale... Welcome to Saigon ! Il est 8h heure local et nous sommes frais pour arpenter la ville ou pas ! (Bon nous avions bien raison, il est possible de faire son visa à l’arrivée... En plus de ça la douane n’a même pas demandé de justificatifs affirmant un séjour de 15jours, ça commence fort !)

Nous avons pu déposer nos sacs à la guesthouse (la chambre n’était pas prête) afin de nous balader librement. La journée n’a pas été très constructive on doit bien l’avouer nous avons fait une sieste (jetlag oblige). De toute façon, on repasse par Hô Chi Minh avant d’aller à Bangkok.

46
46
Publié le 17 avril 2018

Après 4 heures de bus, nous voici à Can Tho. Et pas n’importe quel bus...

Sleeper seat ! 

Non, vous ne rêvez pas ! Au Vietnam sur certains trajets ce sont des sièges allongés. Une compagnie de bus agréable qui inclut un service de navette gratuite pour vous déposer à votre hôtel ou à la station de bus (parfois toutes les zones ne sont pas couvertes, par exemple à HCM ils ne desservent que le district 5)

Partons à la découverte de cette ville, premier aperçu la circulation est toujours aussi dense et il n’y a pas vraiment de code de la route. Ça passe tant mieux, et sinon bah... tant pis !! Nous petits marcheurs nous n’avons aucune considération donc à nous de nous faufiler entre les innombrables motos et quelques voitures..

La promenade le long du Mékong est appréciable, nous y avons d’ailleurs petit-déjeuner. Lorsque l’on prolonge cette balade, nous tombons sur un marché de produits frais avec fruits et légumes mais aussi poissons et viandes.

Et de l’autre côté, la promenade nous emmène sur un pont puis sur une partie de la ville totalement déserte et abandonnée.

Conseil : évitez de manger face au Mekong, les produits ne sont pas forcément frais et les prix plus élevés qu’ailleurs. Quentin en a fait les frais en voulant manger un poisson-chat

47

Après un voyage de 7h, nous allons pouvoir profiter du golfe de Thaïlande et entamer nos premières baignades ! Nous avons partagé un taxi avec deux allemandes afin de nous rendre à notre guesthouse à deux pas de la plage. Nous avons eu un chauffeur de taxi assez drôle qui ne comprenait pas trop l’anglais (comme la majorité des vietnamiens) heureusement que nous avions l’oeil sur les panneaux sinon nous aurions fait le tour de l’île !

Phu Quoc est connu pour ses poivriers (influence cambodgienne), son Nuoc mam (sauce de poisson fermenté dans des barils exposés au soleil pendant un an... bonjour l’odeur !!), pour ses perles de culture et ses chiens de race à crête dorsale.

Nous avons prévu au programme farniente à la plage, louer un scoot pour visiter l’île ! Jusque là tout va bien mais (il y a un mais oui), la nourriture proposée à la guesthouse house n’est pas fameuse et même avariée... bonjour le poulet goût fromage (Quentin nous a vomi ses tripes, il lui a suffit de goûter un bout de poulet, il a fait le tri dans son assiette mais le riz était « contaminé »). De mon côté, je suis devenue végétarienne, certains pourraient penser à une blague mais je vous assure j’en suis presque à ce stade (je deviens flexitarienne, Alex si tu passes par ici big dédicace !)

Vous l’aurez compris ça a été pénible pour nous de trouver de quoi se sustenter correctement. Nous n’avions que peu de choix au niveau des restaurants (si on voulait éviter ceux touristiques) et très peu de street food au alentour. Parenthèse faite, parlons un peu de notre ressenti sur l'île. Elle est assez grande, en travaux afin d’accueillir encore plus de touristes. La plus belle plage sao beach est au final très polluée, ce qui pour le coup gâche le décor. Les photos ne sont pas très représentatives car on cadre.

En revanche, la plage où l’on se situait ong lang beach était vraiment sympa (cf les premières photos), très peu de touristes et des locaux qui profitent du cadre pour se faire des grillades vue sur mer.

Pour ce qui est de la balade en scooter, il faut serrer les fesses quand on est en ville. La conduite vietnamienne est comment dire un vrai chaos, il faut regarder dans tous les sens. Merci Quentin d’être mon pilote !

Nous avons pu découvrir les champs de poivriers, le village de pêcheur et se perdre complètement dans l’île. Ce qui nous a permis de vivre le trafic dense dans le centre ville (bonjour le stress !)

Ps: on a oublié de vous raconter, Quentin a voulu acheter un bidon d’eau de 5 litres 100€, soit 3.000.000 Dong. La dame l’a regardé en mode mais que fait-il ? De mon côté, j’étais tout aussi stupéfaite (parce que oui c’est Quentin qui gère les conversions, ceux qui me connaissent, savent mon amour pour les maths !) Bref, ce fut une grosse rigolade... La dame ne parlait pas anglais mais elle était morte de rire je pense qu’on lui a fait son après-midi. Elle m’a donné une petite tape dans le dos en parlant vietnamien, on a supposé qu elle me souhaitait bon courage 😂

48
48

Pour des raisons administratives, nous pouvons faire que 15 jours au Vietnam nous sommes donc de retour à HCM. Nous profitons de ces quelques jours pour faire des visites et prendre des petits déj à la française (on ne va pas cracher sur un petit pain ou un croissant). Nous avons visité le musée des vestiges de guerre, un musée avec des photographies très prenantes et choquantes qui representent toutes les atrocités que les américains ont pu réaliser sur le peuple vietnamien, un désastre humain considérable et écologique avec des répercussions encore aujourd’hui et pour longtemps ( 80 millions de litres d’agents orange déversés entre 1961 et 1975). L’agent orange a été le premier poison confectionné par l’entreprise plus que sulfureuse Monsanto. La catastrophe est telle qu’elle ravagea une partie du Laos et du Cambodge polluant rizières, rivières, forêts et populations. D’ailleurs, nous avons croisé certaines personnes qui ont subi les conséquences de l’agent orange et du napalm. Et je peux vous dire que les américains ne doivent pas être fiers. Le plus étonnant c’est que le gouvernement américain n’a jamais été jugé pour crime contre l'humanité au tribunal pénale international de La Haye. Car il y a bien eu des armes de destructions massives...

L’unique photo que nous avons du musée est une sculpture de femme faite avec des débris de bombes.

Non loin se trouve un parc qui donne une bouffée d’oxygene loin de cette circulation infernale agrémentée de Klaxons intempestifs, ça fait du bien ! Il y a de la vie et nous on adore observer leur quotidien...

Certains s’adonnent au badminton, au foot, au basket, à un ptit run ou alors papotent sur un banc. Le sport national qui fait fureur au Vietnam et dans plusieurs pays d’asie est le da cau (plumfoot), ça ressemble un peu à un volant de badminton avec quatres plumes de mêmes longueurs et munis d’un petit ressort avec une base en plastique ou en cuir. Ils le pratiquent en loisir dans les parcs et dans la rue et/ou sur des terrains de badminton. La règle est simple, il faut faire le plus d’échanges avec ses pieds ou autres parties du corps mais les mains sont interdites. Il faut avoir une certaine dextérité !

Nous avons également vu Notre-Dame (mais pour cause de travaux nous n’avons pas pu la visiter), nous avons ensuite enchaîné avec le bureau de poste (qui ressemble plus à une gare) et visité quelques églises sur le chemin du retour.

Notre-Dame  

Bon maintenant, faisons un point sur la circulation ! C’est affolant, on ne peut même pas marcher sur le trottoir tranquillement qu’une dizaine de motos te fonce dessus pour éviter les bouchons. Sans compter sur le fait que c’est un combat pour traverser au vert sur le passage piéton, une voiture nous a foncé dessus et a manqué de d’écraser les pieds de Quentin, il lui a donc fait son rétro.

Notre séjour sur Saigon se termine par une sacrée rigolade dans le taxi qui nous amène à l’aeroport. Le chauffeur ne parlant pas un mot d’anglais, il a utilisé Google traduction. Ce qui donne : « you want to go to airport or on the water ? » euh nous pas comprendre. On lui dit juste international airport, mais dans le doute il nous a demandé au moins dix fois notre destination. Ce qui a donné ça : « domestic airport or airport chicken », on vous raconte pas le fou rire !! Nous lui avons donc expliqué que la traduction n’etait pas bonne, le pauvre semblait un peu perdu. En lui disant que nous partions en Thaïlande, il a compris qu’il fallait prendre le « airport chicken »

49

Après quelques jours de farniente à Bangkok, nous nous rendons à l’aeroport afin de revenir au Vietnam. J’ai mon visa en poche et celui de Lucie est toujours en attente (ce n’est pas le problème du moment). Plus on habite proche, plus on est en retard.... ça s’avère être vrai, puisque nous n’avons pas pris en compte les bouchons pour se rendre à l'aéroport étant seulement à quelques kilomètres (on s’était dit que l’on était large, rohh les bleus !). Enfermés dans le taxi, on voyait l’heure tourner en se disant c’est mort on ne pourra jamais enregistrer le bagage... ça relevait d’une mission impossible car l’heure pour l’enregistrement était dépassé. Le taxi nous dépose enfin et il est au alentour de 9h sachant que notre vol est à 9h50.

L’espoir fait vivre, on tente quand même le coup !! Mais le steward refuse l’acces à Lucie car elle n’a pas son e-visa (même en lui montrant la demande en cours de procédure). Dégoûté, je veux aller me poser plus loin pour chercher un hébergement. Je m’éclipse au petit coin 2 minutes et quand je ressors, je vois Lucie avec un étonnant sourire au lèvre en me faisant signe de rappliquer illico. Elle m’annonce qu’elle vient tout juste de recevoir son visa (reçu à 9h25)! Nous entamons alors un sprint pour un hypothétique enregistrement, le steward passe un coup de fil pour savoir si c’est jouable, MIRACLE c’est accepté !! Il me dit que mon sac arrivera certainement le lendemain au Vietnam, peu importe on a notre vol. On passe la douane rapidos et s’ensuit le sprint final jusque la porte d’embarquement (la chance est avec nous, elle n’est pas à l’autre bout). La navette étant déjà partie, nous prenons un mini van « VIP » qui nous dépose à l’appareil et hop on monte sans trop se poser la question si c’est l’avion pour la bonne destination... Nous avons décollé dans les 5 minutes suivantes à bout de souffle, la gorge sèche. On vient de prendre l’avion comme si on avait pris le métro. Nous qui avions l’habitude d’avoir quelques heures d’avance.

Ps: Nous sommes un peu déçus de ne pas avoir entendu nos noms pour le dernier appel (c’est un peu notre petit kiff caché)

50
50

Nous voilà de nouveau au Vietnam à Hoi An classée au patrimoine mondiale de l’Unesco. Nous visitons la vieille ville et nous somme ravis car nous trouvons ce lieu vraiment charmant. La ville est connue pour être le meilleur endroit du pays pour manger et nous avons hâte de tout tester, rappelez vous car dans le sud ce n’était pas la joie !

Le lendemain matin nous nous sommes réveillés à 5h45, afin de partir à la découverte de la vieille ville sans aucun touriste. Nous avons adoré découvrir leur quotidien, se perdre dans les rues avec la lueur du jour de plus en plus présente (sans oublier la chaleur). Nous sommes passé par l’incontournable marché et nous en avons profité pour nous prendre un jus de fruit frais !

Pont japonais 
Petit tour au marché 
Ça fatigue de marcher... 

Nous avons ponctué nos après-midi par des balades à vélo.. Se perdre au milieu des rizières, des villages = la garantie de superbes souvenirs !

Ce n’est pas tout, Hoi An se visite aussi à la nuit tombée...

Nous sommes tombés sous le charme d’Hoi An malgré ses nombreux touristes... Il suffit juste de faire abstraction et se laisser porter par l’architecture et l’ambiance qui y règne. Nous avons passé une grosse semaine dans cette ville aux lampions et nous ne sommes pas déçus. La semaine est passé à une vitesse entre les balades à vélo dans les rizières, jusque la plage, les moments détente à la piscine, les expositions, la bonne bouffe et les promenades dans la vieille ville, nous sommes comblés ! Puis à la fin du séjour, nous avons fait la rencontre de Laura et Philippe avec qui nous avons partagé nos derniers jours, nous les croiserons dans nos prochaines étapes 😉

Nous avons hâte de découvrir la suite !

51
51
Publié le 10 mai 2018

Nous voilà arrivés pour deux jours à Hué, au programme visite de la cité impériale et d’un parc aquatique abandonné.

Lévitation  
La plus belle des portes de la cité 

Le parc aquatique de Ho Thuy Tien est abandonné depuis quelques années, il a ouvert en 2004 mais a fait rapidement faillite. Retour en images sur une visite plutôt insolite !

Simulateur de vol 

Malgré l’interdiction du gardien à l’entrée, nous l’avons contourné pour passer sur le côté. Au final, pour nous rendre compte que certains vietnamiens emmènent des touristes à moto pour y faire le tour. Nous devions être moins d’une dizaine à venir découvrir ce parc ! Vous n’aurez pas de photos des toboggans car il y avait des militaires (nous n’avons pas poussé les bouchons aussi loin Maurice)

L’experience était à faire !

52

Nous avons décidé de rejoindre Ninh Binh en train, ce qui nous a valu un départ de Hué à 5h30.

C’est parti pour 12h de trajet avec les paysages qui défilent par la fenêtre et en accompagnement les petits pieds des vietnamiens qui viennent vous chatouiller le bras (c’est un concept dont nous n’avons pas trop l’habitude.) Je prenais mes cure-dents et je leur piquais les pieds pour qu’elles arrêtent mais ça ne durait qu’un moment. Après quelques heures de trajets le train freine brusquement. On voit par la fenêtre que les gens s’agitent et courent dans tous les sens et regardent sous le train. Au bout d’un moment, nous décidons d’aller voir ce qui ce passe à l’avant du train, un homme nous confirme qu’il y a eu un accident. L’une des portes est ouverte nous voyons au loin un passage à niveau avec un camion à proximité de la voie. Le train repart après environ une demi-heure d’arrêt forcé et on aperçoit la cabine du véhicule partiellement détruite côté passager. On espère qu’il n’y a que du dégât matériel ! Cinq minutes après le redémarrage du train, un employé avec une casquette remplie d’argent fait la quete à travers le wagon et une dame prie sur le sol. Nous n’en saurons pas plus ce qu’il s’est passé car personne ne parlait anglais et nous ne comprenons pas le vietnamien. Malgré tout nous sommes contents d’avoir pu voyager avec les locaux et ce fut une bonne expérience !

Le lendemain, nous nous sommes baladés à vélo (mono vitesse), j’avais un vélo d’enfant et pourtant nous avons pédalé quelques kilomètres au milieu de cette magnifique baie terrestre. Le soir nous étions cuit ! Mais nous avons fait la connaissance de Dima, un russe qui voyage en scooter, avec qui j’ai bu quelques bières. Nous avions planifié de faire la journée du lendemain ensemble (malheureusement, son scooter sera réquisitionné toute la journée pour réparation). Partie remise !

Cette fois, nous partons visiter en scooter, ça nous permettra de faire de plus longues distances ! Premier stop au Mua caves : c’est une ascension afin d’avoir un joli point de vue ! (Devinez qui nous avons-nous retrouvé là-haut ? Laura & Philippe)

On se voit là haut ! 
Début de l’effort.. 
Le récompense ! 
Petite pause avant de reprendre la route 

Puis direction un temple non loin d’ici :

Il ne faudrait pas oublier la fameuse rencontre avec les buffles d’eau sur la route (sinon j’en connais une qui serait déçue !)

C’est bon Dima a récupéré son scoot, nous allons pouvoir passer la journée ensemble ! Direction Bai Dinh temple.

Vous êtes prêts pour la vue de la pagode ?

À l’intérieur 

Après cet après-midi passé sous une chaleur extrême, il est temps de reprendre le scoot... Mais arrivés proche du parking, je cherche les clés en vain... Nous voilà face au scooter en espérant que les clés soient sur le contact, dommage. On vide le sac une dernière fois, avant de décider de rebrousser chemin mais les madames parking commencent à nous dire money money keys. Lucie leur demande de nous montrer les clés avant de donner quoique ce soit, aucune des clés n’est la notre... Et la dernière se présente avec notre clé à la main, je m’empresse de la lui prendre des mains et lui donne quelque chose. Elles nous ont bien fait poireauter avant de nous dire qu’elles récupéraient les trousseaux perdus !! On a quand même le cul bordé de nouilles !

(Nous avons d’ailleurs croisé à nouveau Laura et Philippe en sortant du parking, nous nous retrouverons à la prochaine étape !)

53

Nous sommes à nouveau sur la route direction Cat ba ! Après un bus, un bateau express et un autre bus, nous voici dans le centre ville de l’île dont à première vue cela ne semble pas être le top, qu’importe c’est un point de passage pour aller visiter la fameuse baie d’Ha Long ! Nous bouclons le soir même avec « cat ba ventures » notre sortie du lendemain avant de retrouver Laura et Philippe pour aller dîner... Nous sommes ravis de les avoir rencontrés et d’avoir pu partager sur nos voyages (des nombreux conseils fournis sur l’Australie, merci !). On vous souhaite le meilleur pour la suite et profitez bien de Nusa Penida !!

Au programme de la journée : farniente sur le bateau à découvrir la magie et la beauté de la nature, visite d’une fishfarm, baignades, déjeuner au cœur de la baie d’Ha Long, kayak.

Lan ha bay  
L’une des nombreuses fishfarm 

Pendant le kayak, nous avons pu découvrir des lieux non accessibles en bateau (nous n’avons pas de photos mais ça valait la peine de traverser des grottes dans le noir !), il y a eu quelques petits bouchons à l’entrée de la grotte (certains ont même fait demi-tour), puis la grotte aux chauve-souris pour mon plus grand bonheur 😱

Heureux de cette excursion à la journée (très bien ficelée), nous en garderons un merveilleux souvenir !! C’est incroyable comme la nature est belle ! Et oui, c’est le moment bisounours mais il faut bien l’admettre le monde est beau.

En partant de Cat ba, nous avons croisé peu de bateaux nous avons eu la chance de naviguer une bonne partie de la journée sans bateaux aux alentours et ça on adore !

54
54

Après un bref stop à Hanoï (nous y retournerons plus longuement à la fin du séjour), nous partons en direction de Sapa. Pas de doute vu la fraîcheur nous sommes bien à la montagne (ça change de la chaleur extrême dans le reste du pays). Nous sommes accueillis par la pluie, ce qui nous limite un peu..

Le beau temps refait apparition, on loue un scooter et en route pour la découverte !

Nous nous rendrons aux waterfalls (silver waterfall et love waterfall) et nous entamerons l’ascension vers le Fansipan qui est à 3143 mètres d'altitude. (Faute de temps et d’energie, nous n’irons pas jusqu au sommet, il nous restait pourtant plus grand chose pour l atteindre (293 mètres). Lors de notre descente, nous croisons à nouveau le groupe de vietnamiens, des hommes courageux qui sont entrain de monter à mains nues un groupe électrogène (ils passerons sûrement la nuit en pleine montagne). La pluie a commencé à faire son apparition (ce qui nous a aidé à ne pas regretter notre choix), super le retour en scoot sous la pluie...

Love waterfall 
Début du trek pour Fansipan 

Le lendemain nous avons pris une autre route vers les villages ethniques, nous ne sommes pas descendus vers les villages touristiques, nous avons continué notre chemine tout nous sommes tombés sur un autre petit village où tout le monde nous a accueilli avec de grands sourires.

Puis après un après-midi entier de scooter, nous rentrons vers l’hôtel enfin pas tout de suite parce que nous avons été bloqués par des travaux sur la route et un camion.

Heureusement ça n’a pas duré longtemps avant qu’il est la conscience de faire marche arrière pour laisser passer la panoplie de motos qui attendait.. Ce cher conducteur de camion a quand même proposé à Quentin de passer ce ridicule bout de terre entre sa roue et le trou en scooter (bah bien sûr et la marmotte met le chocolat dans le papier d´alu ?!)

Nous terminerons notre soirée avec un karakoe ! Le propriétaire voulait absolument qu’on lui chante « je t’aime » de Lara Fabian, il est venu chanté à coup de « ze t’aime » c’était vraiment mignon !

3ème jour de scoot, nous nous rendons vers Tram ton pass en français ça veut dire les portes du paradis

Petit bilan : la ville de Sapa n’a rien d’exceptionnel et elle est en travaux afin d’accueillir plus de touristes. Mais une fois que l’on quitte la ville, nous pouvons nous perdre sur les routes de montagnes, rencontrer les ethnies, et profiter de l’air frais qu’offre la montagne !

55

Nous descendons vers Bac ha, une ville proche de la frontière chinoise, c’est aussi ici que se tient le plus grand marché (le dimanche où l’on trouve la foire aux bêtes, les légumes et les fruits, la boucherie...). Il n’y a quasi aucun touristes nous devions être pas plus de 10 occidentaux..

Empreinte française  

Nous avons loué un scoot le deuxième jour et nous nous sommes perdus sur les routes encore de jolies moments. Nous sommes allés jusqu’un village d’une ethnie dans les hauteurs, nous avons eu la chance de tomber au moment de la sortie de l’ecole car tous les enfants rentraient chez eux à pieds. Ils nous regardaient avec de grands yeux ronds, c'était touchant et drôle à la fois (on avait l’impression d’être des ovnis)

Ce fut encore un agréable moment au milieu de la nature avant de retrouver les nuisances de la ville et surtout de la capitale.

56
56
Publié le 3 juin 2018

Notre séjour au Vietnam touche bientôt à sa fin (naaan !!), nous voici donc dans la capitale avant le départ pour un autre pays ! La circulation à Hanoï est un joyeux bordel bien organisé auquel on s’habitue et on s’adapte. Il ne faut pas avoir peur de traverser car les motos nous évitent (évidemment il faut tout même rester prudent). En revanche, la nuisance reste bien présente car ici le seul code de la route c’est le klaxonne qui avertit que tu es bien présent (c’est une méthode..). Mais la capitale possède plusieurs parcs et nous en avons donc bien profité

Puis nous nous sommes perdus dans les rues jusque la railstreet...

L’opéra :

L’église :

Eggs coffee  

Nous avons dégusté en face du lac un étonnant café aux œufs dans un café qui ne paye pas de mine. C’est une spécialité d’Hanoï, pour la petite histoire pendant la guerre du Vietnam il y avait une pénurie de lait et un commerçant a eu la bonne idée de le remplacer par des blancs d’oeufs battus afin de faire une substitution au cappuccino. Lucie voulait absolument tester alors que moi je n’etais vraiment pas emballer et ce fut une véritable surprise. On a vraiment adoré ! Avec sa petite touche de chocolat en guise de décoration au dessus de la mousse onctueuse, miam !

On avait reçu des échos d’Hanoï plutôt mitigés voir négatifs et ce fut pour nous une bonne surprise. La capitale représente bien le pays qui est plein de vie où tout le monde s’active aux abords des rues (commerces, commerçants ambulants, cafés en terrasses, et où les commérages vont bon train). La ville regorge de petits commerces en tout genre, je n’ai pas testé la viande de chien mais ce n’est que partie remise. Les vietnamiens sont tres spontanés, curieux et souriants. Ils ont le contact très facile et viennent discuter avec nous régulièrement. Nous avons vécu des situations cocaces et très drôles. Par exemple, les vietnamiens regardaient beaucoup les jambes charnues de Lucie, à un moment en chemin vers Bac Ha, nous avons fait une pause, une dame avait un air malicieux en lui regardant les jambes. Lorsque Lucie s’avança vers elle pour lui demander où sont les toilettes, elle lui claqua les cuisses de ses deux mains d’un air amusé qui voulait dire « tu en as des biens belles ma petite » je le voyais arriver gros comme une maison avec les gens à proximité qui rigolait bien et moi qui n’en pouvait plus.

57
57
Publié le 9 juin 2018

Nous voilà arrivés à Rangoon la capitale du pays avant que l’ancien général décide en pleine nuit de transférer toute l’administration au centre du pays car il craignait une invasion. Officiellement, la capitale est Naypyidaw qui se trouve au milieu de la jungle, d’une superficie de 4800 kms carrés (6 fois la taille de New York) elle est officiellement peuplée d’un million d’habitants mais d’après tous les observateurs étrangers ce chiffre est plus que mensongé.

La construction de Naypyidaw, qui signifie “Demeure du Roi”, aurait coûté 4 milliards de dollars dans un pays qui dépense à peine 0,4 % de son PIB pour la santé de ses citoyens, l’un des pourcentages les plus faibles au monde. Les raisons de cette délocalisation demeurent obscures. Crise mégalomaniaque du chef de la junte Than Shwe, signe de sa démence, comme le suggère un des câbles diplomatiques américains révélés par le site Wikileaks en 2006 ou souhait de la junte de se soustraire de la populeuse Rangoon où des mouvements de contestation sont toujours possibles.

Après cette parenthèse historique, nous voilà bien arrivés à l’aéroport. Sur la route pour rejoindre notre guesthouse, nous sommes vraiment surpris de ne voir aucune moto alors que dans le reste de l’Asie elles pullulent de tous les côtés. On demande à un birman et il nous affirme que cette interdiction est à cause d’une potentielle attaque terroriste. C’est vrai qu’une moto peut transporter bien plus d’explosifs qu’une voiture... A cause de cette restriction la ville est fortement embouteillée.

Comme le Myanmar n’est pas encore très touristique (ouverture du pays en 2011) les infrastructures pour accueillir les étrangers ayant un petit budget ne sont pas terrible par rapport aux autres pays que l’on a pu faire et surtout pour le prix demandé.

Nous sommes un peu dérouté car il y a une différence notable entre Hanoï et Rangoon. Peu de monde dans les rues, les immeubles sont bien plus hauts et à priori ce n’est pas l’ambiance à laquelle on s’attendait. Le lendemain on décide d’aller visiter un site bouddhiste avec une grande voire une gigantesque pagode en or ( shwedagon pagoda).

Nous sommes abasourdis. Vous ne rêvez pas il y a bien des distributeurs d’argent dans l’enceinte du site religieux.
Visite d’une église qu’on trouvait jolie 
L’interieur de l’église  

Puis nous sommes allés vers le quartier colonial proche du port, quand un birman vient à notre rencontre. On passera un bon moment posé dans un parc à discuter du Myanmar avec lui. Sa sœur s’est mariée avec un français où elle vit désormais sur Paris. Il était musulman et souhaitait absolument nous inviter dans sa famille sur une île pour rompre le jeûne du ramadan, mais on avait 12 heures de bus le lendemain et nous n’ avions pas envie de rentrer dans la nuit ainsi qu’un risque de tourista.

Après cette petite pause, nous avons testé le jus de canne à sucre mais on a pas adhéré avant de continuer vers la visite d’un marché. Puis, on voulait voir le port mais ayant passé un long moment avec notre ami, la nuit tombant nous nous sommes donc doucement dirigés en direction de notre hébergement.

Finalement on s’adapte très vite à cette capitale et aux birmans qui sont adorables, de plus on a trouvé notre cantine au healthy me (accueil chaleureux, personnel au top, nourriture saine et excellente pour un prix raisonnable.

58
58
Publié le 10 juin 2018

(Oui le titre on ne sait pas non plus pourquoi, mais ça sonne bien avec Kalaw et puis c’est so année 90 !)

Avant tout il faut vous raconter, le départ de Yangon. Ici on utilise toujours grab (=uber), nous commandons donc un grab pour nous rendre à la station de bus ou je devrais plutôt employer le terme de mini ville. Non mais on n’a jamais vu une station de bus aussi grande que l’on pourrait s’y perdre. D ailleurs heureusement que l’on avait pris de l’avance car le chauffeur nous a fait faire trois fois le tour avant de trouver notre compagnie (il a été très patient et sympa car il aurait pu nous laisser nous débrouiller seuls). On se retrouve à Kalaw dans douze heures ! Bon après avoir subi la route plus que sinueuse, nous voici à bon port, il est 3h30 du matin. Nous nous dirigeons vers l'établissement réservé avant de tomber sur une meute de chiens, Quentin n’est absolument pas rassuré ce qui me vaut un sacré fou rire ! Après avoir payé un petit surplus, nous voici au lit.

Kalaw c’est la ville de départ pour les treks’ au lac Inle, ayant peu de temps et vu la météo nous ne ferons pas le trek. Mais ça ne nous empêchera pas d’en faire des petits de notre côté pour découvrir les environs.

Avant d’arriver à l’endroit ci-dessus, nous avons traversé une zone militaire (nous sommes rentrés comme des fleurs), il y a un temple, un golf au sein du quartier.

Puis nous avons pris un peu plus de la hauteur..

Sans oublier le petit tour au marché

59
59

Avant de commencer l’article voici quelques photos du train que nous avons pris pour nous rendre au Lac Inle. Nous avons profité de ce trajet pour souhaiter une bonne fête à nos mamans !!

Je crois que le titre résume assez bien cette étape, la pluie nous a un peu gâché la découverte du lac. Malgré ce temps de chien, nous rencontrons des personnes adorables qui nous font oublier ce déluge. Nous avons trouvé un restaurant avec des propriétaires adorables et plus qu’attentionnés. Il y avait un petit bout trop marrant, un peu la mascotte ! Il nous faisait la discussion en birman en nous montrant ses petites mains. Entre deux averses nous avons tout de même profité pour enjamber nos bicyclettes et se rendre au lac où nous avons en vain tenté de trouver un rivage pour y faire le tour..

Le lendemain nous avons retenté notre chance, ce qui nous a plus ou moins réussi ! Nous ne nous baladerons pas en bateau mais le lac est là !!!

Toujours sous la pluie 
Salut, moi c’est Harry ! 

Bye bye Inle, la pluie et l’humidité, c’était tout de même sympa ! (Mais nous on préfère le soleil !)

60
60
Publié le 28 juillet 2018

Après 7h30 de bus (encore et toujours), nous voilà arrivés en fin d’après-midi à Bagan. Nous nous sommes fait plaisir avec l’hébergement, nous avons pris une chambre spacieuse avec balcon, piscine, petit dej inclus (il est loin le temps du camping sauvage...)

Vue du balcon 

C’est parti, on vous emmène avec nous à la découverte du site !

Bon pour le temps, on repassera.. On espère juste ne pas avoir de pluie ! À savoir, nous avons visité Bagan en scooter électrique (le fameux e-bike) puisqu’en birmanie il n’est pas possible pour les touristes de louer moto ou scooter.

La photo qui va suivre va sûrement moins vous parler qu’à nous, mais je peux vous assurer que derrière cette photo se cache une vraie partie de plaisir..

Petits curieux que nous sommes, nous avons voulu nous rendre dans cette direction mais vous voyez l’état du chemin avec la pluie de la veille. Comment vous dire qu’avec un e-bike et ses petites roues c’etait ambitieux ! Nous l’avons tenté et nous avons failli finir le cul dans la boue... De là par un fou rire, Quentin a le pied et la tongue remplis de boue, la mienne fait effet ventouse...

Grâce à cette péripétie, nous avons rencontré un jeune birman (ça n’a rien d’authentique puisque vous rencontrerez à chaque détour un birman qui veut vous faire découvrir le site surtout là où il est possible de grimper (il est désormais interdit de grimper sur les toits), puis à la fin il voudra vous vendre des peintures..), il nous montre les différents points pour le lever et le coucher du soleil. Nous avons bien échangé avec lui, il nous a fait mourir de rire quand il a cru que Quentin avait deux copines... Et puis il nous a créé de beaux souvenirs !!

Le ciel s’est’dégagé pour notre plus grand bonheur ! 

Et nous passerons le début de soirée à la piscine !

Les jours suivants seront toujours consacrés à la découverte du site de Bagan, nous essaierons de trouver des endroits pour le lever, le coucher du soleil, et chercher si les toits de certains temples sont toujours accessibles... Un vrai plaisir à chaque sortie !! Et des péripéties à raconter ! (Plus de batterie avec le e-bike, retour en mode papa mobile, rencontre avec un serpent qui était à moins d’un mètre de nous ...)

Le lever du soleil (le ciel est souvent chargé le matin..) 

Alors comme nous visitons le Myanmar pendant la période creuse nous n’aurons pas le droit au spectacle des montgolfières (seul petite déception mais qui est compensée par le fait que nous croisons que très peu de touristes et c’est ça, c’est un sacré privilège !!)

Coucher du soleil 

Et notre petit moment de bonheur... Nous avons trouvé un spot pour voir Bagan en hauteur et ça tout seul !

Nous avons passé un agréable séjour à Bagan, nous avons croisé le chemin de personnes souriantes, bien veillantes. C’est avec un pincement au cœur que l’on quitte Bagan... Cette sensation à ta découverte et ce sentiment de bien être resteront dans notre mémoire ! Nous avons eu la chance de voir ton authenticité sans un amas de touristes.

61
61
Publié le 23 novembre 2020

Nous voilà en partance pour Mandalay, dernière étape en Birmanie... Ça passe trop vite ! Et l’envie de découvrir ce pays un peu plus nous démange (mais nous avons été sérieux car il y a de nombreuses zones non recommandées).

Nous commencerons par visiter le pont d’U Bein avant de se perdre dans le village de l’autre côté (d’ailleurs nous devrons faire demi-tour car impossible de trouver un uber).