Une semaine sur l'île d'Hainan

Du 30 mars au 6 avril 2019
7 jours
1
J0

Hainan, littéralement au sud de la mer, est une ile tropicale située au sud de la Chine. Elle se trouve sur la même latitude qu’Hawaii. La température annuelle moyenne est proche des 25°C. Il s'agit de la plus petite province de la Chine (290 kilomètres de long, 180 de large).

La première semaine d'avril est une semaine de vacances pour les étudiants chinois (festival Qingming), j'ai donc décidé moi aussi de prendre quelques jours pour aller visiter le pays ! 😀 Mes premières idées étaient Sichuan, Guilin, ou Hunan, mais j'ai changé d'avis en regardant les prévisions météo. Ce sera donc Hainan !

Mon plan ? Prendre l'avion de Shanghai pour Sanya, au sud de l'ile (voir la carte), traverser l'ile (étapes à définir), puis reprendre l'avion de Haikou pour Shanghai, au nord de l'ile (voir la carte).

Carte de Hainan 

Je vous raconterai mon périple en temps et en heure dans les prochaines étapes de ce carnet ! 😀

J1
soirée

J'ai bien atterri à Sanya à 20 heures ! J'ai vite changé mon pantalon pour un short, et enlevé mon pull.

L'aéroport international de Sanya Phénix est situé à 15 kilomètres au nord-ouest de la ville. Il y a plusieurs possibilités pour rejoindre la ville : le bus 8, pour 5 RMB (moins d'un euro), la navette, pour 10 ou 15 RMB (2 euros), ou encore le taxi, pour 40 RMB (5 euros). Dans tous les cas, il faut compter entre 20 et 45 minutes, en fonction de la destination et du trafic.

J'ai pris le bus 8 et suis descendue en cours de route pour prendre quelques photos et... tremper mes pieds dans l'eau, bien sûr ! 😀 Bon, j'avais mon sac de rando avec moi, donc je ne me suis pas baignée entièrement, mais ce n'est pas l'envie qui m'en manquait. Deux petites infos aléatoires en passant... La première : c'est à Sanya que se sont déroulés les concours de Miss Monde en 2017 et 2018 ! 😉 Et la deuxième : Sanya est jumelée avec la ville française de Cannes depuis 1997.

L'île de Phénix 

J'ai réservé deux nuits dans une auberge de jeunesse, Sanya BlueSky International Youth Hostel. J'ai payé 135 RMB (17 euros) pour deux nuits dans une chambre de quatre lits. Apparemment, le petit déjeuner est servi pour la modique somme de 20 RMB.

Un petit coup d'oeil aux prévisions météo pour demain... Ça devrait aller ! 😉

A demain pour de nouvelles aventures ! 😀

J2

Il est 22 heures, c'est déjà la fin de ma première journée sur Hainan. Ce matin, j'ai vite découvert que la baie de Sanya était située tout près de mon auberge (5 minutes à pieds) ! 😀 Je suis donc allée me baigner et faire une petite bronzette (eh oui, j'ai déjà la marque du maillot). J'ai remarqué une chose. Il y a deux catégories de personnes à Sanya : les Chinois, et les Russes. Les Chinois restent sur le sable, avec des vêtements longs, des chapeaux, ET des parapluies. Les Russes exposent leur peau pâle toute la journée et deviennent rouges. Pardon, il y a trois catégories de personnes à Sanya : les Chinois, les Russes, et moi.

La baie de Sanya 

En début d’après-midi, j’ai pris le bus pour aller voir le temple de Nanshan, un lieu très prisé des touristes chinois. La seule chose qu’on voit en photo quand on cherche Nanshan sur Google, c’est la grande statue blanche, et c’est bondé. J’étais plutôt sceptique au début. En fait, c’était génial ! Car j’ai évité la statue ! 😀

Il y a plusieurs bus en partance de Sanya pour Nanshan, ce fut d’ailleurs un peu compliqué pour moi de trouver lesquels (welcome to China...). Pour mes lecteurs, il s’agit donc des bus 25, 30, et 55. Le prix n’est pas le même selon le bus, ça varie entre 13 RMB pour le bus 55 (celui que j’ai pris) et 22 RMB. Il faut compter environ 1h30 depuis la baie de Sanya.

L’entrée au site de Nanshan coûte 108 RMB (référence aux 108 mètres de hauteur de la statue ?), ce qui me semblait assez cher pour voir une statue… Heureusement, j’ai toujours ma carte étudiante (merci Cardiff !), donc j’ai payé 65 RMB ! 😉 En fait, il ne s’agit pas que d’une statue ! J’ai trouvé un plan du site, qui est assez énorme, et j’ai découvert qu’il y avait beaucoup de temples, de jardins, de petits ponts, etc. Et la statue. Je décide donc… de ne pas suivre les Chinois ! Leçon numéro 1 : les Chinois se suivent (et se ressemblent). Si vous sortez un peu des sentiers battus, il n’y a pas un Chinois en vue (pardon, pas un chat en vue), et vous êtes tranquilles ! C’est ce que j’ai fait ! Et j’ai kiffé sa race ! 😀 La suite en images…

Le temple Nanshan a été construit en 1988 pour commémorer 2000 ans de bouddhisme.

Entrée au site 
En quittant les sentiers battus... 
Toujours en dehors des sentiers battus... Ça me va ! 😀
Le pavillon de Bouddha 
Un des temples dont j'ai oublié le nom 
Et un autre temple ! 
La statue Guanyin 
Différents couples de Chinois qui prennent les mêmes photos de mariage... 
Au revoir Nanshan ! 

Bon, je viens de demander à mon ami Wiki, Guanyin est la déesse marine de la miséricorde, et sa statue de 108 mètres est la 14ème plus grande du monde. Pas mal, quand même.

De retour à mon auberge, ma colocataire russe, Julia, me propose de la joindre pour un massage... Bien sûr, je réponds ! 😀 Elle a trouvé une bonne aubaine : 45 minutes pour 50 RMB (6 euros). Dodo !

J3

J’ai plutôt mal dormi, entre le karaoké (eh oui, les Chinois sont fous du karaoké) jusqu’à pas d’heure dans l’auberge, et ma "coloc" chinoise qui s’est levée à 6h pour prendre une douche interminable, qui s’est séchée les cheveux pendant environ 1h, et qui a enfin fini de se préparer à 9h. Avec tellement de crème blanche sur son visage qu’on aurait dit un lavabo. En sortant (avec son parapluie bien sûr), elle m’a dit : "I love you Lucie". Euh, ok. Je suis retournée me baigner et faire une petite bronzette, avant de rentrer prendre une douche et faire mon (tout petit) sac. Ma "coloc" russe a une valise plus grosse que celle que j’ai emmené pour déménager en Chine. Elle est là une semaine. WTF ? Oui, quand je dors mal, je suis frustrée.

J’ai oublié de vous donner des nouvelles de mon auberge… Donc, samedi soir, je suis visiblement tombée sur le seul membre du personnel qui parle Anglais. Hier matin, j’ai voulu prendre le fameux petit déjeuner à 20 RMB, mais la femme à l’accueil ne comprenait rien. Après avoir sorti son smartphone pour traduire "breakfast", elle me dit "mei you, mei you" (ce qui veut dire : nous n’avons pas de petit déj). Grrr. Bon, je suis allée me chercher un café et une viennoiserie ailleurs. Plus tard dans la journée, je re-croise celui qui parle Anglais, et il me dit "sorry for this morning, we do have breakfast, but she didn’t know". Grrrr bis. Autrement, l’auberge propose plein d’activités, comme des leçons de surf, de la plongée, des repas, etc. J’aurais bien voulu en essayer quelques-unes, mais j’ai abandonné à cause de la barrière de la langue. J’étais beaucoup plus aventurière l’année dernière mais, de le vivre tous les jours, j’en ai marre… Je suis en vacances, bordel !

Vous avez dit frustrée ? Bref. L’unique English speaker de l’auberge me demande où je vais, je réponds Wuzhishan. Et là, il m’apprend que je ne peux pas y aller. Euh, comment ça ? Il me dit que c’est une zone militaire, et que c’est interdit aux étrangers. Mais, j’ai lu des blogs en français et en anglais de touristes qui y sont allés… C’est quoi ce bordel… Et j’ai réservé un hôtel… Ils me l’auraient dit… Non ? Je décide d’appeler l’hôtel. "Ni hao, ni shuo ying yu ma ?" "Bonjour, parlez-vous Anglais ?" "Bu shi, blablablablabla" (monologue en chinois incompréhensible). Bon, Lake, tu peux appeler mon hôtel ? Lake appelle. Apparemment, les étrangers ne peuvent pas escalader la montagne, mais peuvent quand même dormir à l’hôtel et se promener sur le "sentier sécurisé, avec un panneau". J’imagine que le panneau sera écrit en Chinois.

Je prends le bus depuis mon auberge pour la gare routière (j’avais regardé auparavant sur Google maps). Arrivée devant la gare, je ne vois… pas de bus, ni de gare, mais un supermarché. Hmm, c’est un poisson d’avril ? En marchant un peu plus loin, et en regardant à l’intérieur, je trouve quelque chose qui pourrait ressembler à une gare. La vendeuse m’annonce (en Chinois, bien sûr) que le prochain car pour Wuzhishan est à 13h05 (je regarde l’heure, 12h50, bien) et que le billet coûte 23 RMB. C'est parti mon kiki.

De beaux paysages sur la route ! Désolée pour la qualité, photos prises avec mon Sony... Je vais acheter un Huawei ! 😉

Au bout de 2h30, nous arrivons dans une ville. J'imagine donc que c'est Wuzhishan. Ou plutôt, je l'espère, car ma carte sim ne marche plus. Oui, quand je me lève du pied gauche, je continue dans la mauvaise direction... Je trouve une sorte de supermarché avec du Wi-Fi, je contacte Lake, mon sauveur ! Il m'annonce que je n'ai plus de crédit, et fait une recharge à distance. Ouf. Bon, il reste... 40 kilomètres pour mon hôtel. Pas de bus selon Google maps, pas de bus selon Baidu maps. Pas de problème, je vais prendre un taxi ! Ah... Pas de Didi sur Hainan apparemment... Ça se complique... Et aucun taxi à l'horizon... J'attends, quelques minutes, quelques dizaines de minutes, et je me décide à marcher, quelques mètres, quelques centaines de mètres... Dans toutes les autres villes, j'aurais déjà croisé pleins de taxis !

Pas de taxis, il faut croire. Je commence à désespérer sérieusement. Que des Chinois dans cette ville, personne ne parlant un mot d'Anglais. Je regarde sur ma carte, et je vois un village à côté de mon hôtel. Village qui s'appelle Shuimanxiang. Je vois un minibus à l'arrêt. Je décide de tenter ma chance : "Shuimanxiang ?". Le chauffeur me regarde bizarrement. Je prends mon courage à deux mains et, avec mon plus bel accent (lol), répète : "Shuei mane chiangue". Il me fait signe de monter. Victoire ! 😀 10 RMB, pas de souci mon gars. Après une heure de route dans la jungle et dans la montagne, nous arrivons au terminus. Shuimanxiang, donc. Tout le monde descend. Il me reste 5 kilomètres, bon, je vais finir à pieds.

Le mont Wuzhi 

Et là, mon chauffeur vient me parler (en Chinois bien sûr) puis, devant mon incompréhension et mon "wo bu shuo zhong wen" ("je ne parle pas Chinois"), il me fait signe "dodo". Je lui montre le nom et l'adresse de mon hôtel (en caractères chinois, sinon, je sais que c'est inutile). Il me parle encore, en vain, et me fait signe de ne pas bouger. D'accord, je ne bouge pas. Il cherche quelque chose, ou quelqu'un peut-être. Je me dis qu'il cherche quelqu'un pour m'emmener là-haut. Après quelques conversations et un coup de fil, il me dit que c'est bon, et il attend avec moi. Il me dit 20 RMB, je dis OK. On attend, et une voiture arrive. Je remercie mon sauveur, et monte. Mes aventures (mésaventures ?) de la journée ne sont pas encore finies, mais j'ai la flemme de continuer à raconter... En gros, encore des Chinois qui ne parlent pas Anglais.

J'ai réservé deux nuits au Wuzhishan Yatai Rainforest Resort Hotel, situé dans la forêt tropicale de Wuzhishan. Oui, cela ne me ressemble pas. Disons que je n'ai pas trouvé d'auberge dans le coin, que j'ai eu envie de mieux dormir, que je suis riche maintenant que je ne suis plus une étudiante, toussa toussa. La nuit coûte 522 RMB, petit déjeuner compris. Ainsi que piscine, et salle de sport apparemment, et entrée au parc naturel. Bon, ça va en fait.

Demain sera un autre jour ! 😉 PS : un orage dans la jungle, c'est impressionnant.

J4

Dans la jungle tropicale, habite un étrange animal... Houba houba c'est lui ! Pardon, je délire. 😉

Bon, on dirait que les moustiques chinois aiment la nourriture française, dommage pour moi.

Très bon petit déjeuner ce matin, un mélange de trucs chinois et de trucs occidentaux, le tout à volonté. Je n'ai même pas pu tout essayer - loin de là - tellement il y a avait de choix ! :O Et pourtant, on m'appelle "estomac sur pattes" ! 😀 J'aurais dû emmener un Tupperware... J'y penserai demain matin, tiens.

C'est juste le début de mon petit dej ! 😀

Il pleut des cordes ce matin, et c'est censé durer toute la journée... Dommage pour moi. Avant d'explorer la jungle, je décide de tenter la piscine extérieure (vide, bien sûr). Je me dis que ça peut être sympa de me baigner sous la pluie, j'imagine une piscine et une pluie chaudes. La pluie est froide et la piscine aussi ! 😥

Bon, plan B. Visiter la jungle. Je ne suis pas en sucre, ce n'est pas une petite pluie qui va m'arrêter. Je chausse ma casquette du Crédit Agricole 72 (la classe), et c'est parti. Je passe par la réception et utilise Google traduction pour leur dire : "quand j'ai réservé ma chambre, ça m'a dit que j'avais une entrée gratuite pour le parc national". Le gars ne répond pas, il sort son portable, passe un coup de fil, fouine dans son ordi, fouine dans ses papiers... Je m'assois et attends. La patience est une qualité in-dis-pen-sa-ble en Chine. Dur pour moi. Le gars me donne un papier, écrit en Chinois et en Anglais ! Victoire ! Cela dit : "En temps qu'étranger, je comprends que je n'ai pas le droit de faire de randonnée sur la montagne" etc. Ok, je signe. Un autre gars arrive, ils discutent, passent un autre coup de fil. J'attends. Un troisième arrive, et me dit "il pleut", oui, merci, j'avais vu. Je dis "mei guan xi" (pas de problème. Il sort son téléphone, et me dit que c'est dangereux. Je dis, pas de problème, je vais faire attention. Il me demande si je suis toute seule, je dis oui. Il me dit : "très dangereux". Ok, ok. J'ai pas peur. Il me dit "please, wait". Oui monsieur, j'attends. Il faut visiblement que le gouvernement approuve ma déclaration (comme quoi je n'irai pas dans les endroits interdits). Enfin, il me fait comprendre que c'est bon. Je me retrouve assise dans une petite voiturette, et c'est parti pour la jungle, yeah ! 😀 Fausse joie. Arrivés à l'entrée du parc, le gars dit (en Chinois, bien sûr), que c'est fermé à cause de la pluie... Retour à la case départ, c'est-à-dire à l'entrée de l'hôtel... 😥

Plan C ? Une petite promenade autour de l'hôtel (peu de sentiers) et dans l'hôtel. Visite des lieux, quoi. C'est agréable car très calme (pas un Chinois en vue), seuls les bruits de la pluie, des oiseaux, et des insectes.

Découverte des alentours 

L'hôtel est franchement pas mal aussi. Je découvre une grande salle de conférence, et songe à organiser le futur MIPS ou QoMEX (des conférences de mon domaine de recherche) ici... 😉

Mon hôtel 

J'ai découvert la salle de gym, la salle de ping pong, la salle de billard, et le spa. Ce que les Chinois appellent "spa" n'est pas du tout ce que l'on appelle spa (moi, je pense à un sauna et à un hammam...). Il s'agit seulement d'une salle de massage. Je demande à voir les prix, par curiosité, mais c'est tout écrit en Chinois. Le moins cher est à 68 RMB, donc mon côté "étudiant" demande celui-là. Ils me disent non, et me montrent celui à 198 RMB. Je suis bornée, je demande "pourquoi pas celui à 68", en utilisant une application pour traduire. Ils me disent : "ça fait mal". En moi-même, je me dis "au moins, je ne sentirai plus les piqûres de moustiques" ! C'est parti ! 😉 C'était plutôt agréable en fait, ma masseuse a utilisé une sorte de caillou pointu pour me racler le dos. À la fin, tout le personnel du massage a voulu une photo avec moi (je suis la seule étrangère de l'hôtel) et ils m'ont ajoutée sur WeChat... La plus âgée m'a même dit "wo ai ni" (je t'aime).

Post-massage 

Il est 14h30, je commence à m'ennuyer, cela ne me convient pas trop de tourner en rond ! Je vais peut-être retenter la piscine, ou faire du sport, ou regarder une série, ou préparer la prochaine étape de mon séjour...

• • •

15h, des nouvelles ! 😉 Un des Chinois m'ayant ajoutée sur WeChat m'a demandée si je voulais joindre une sorte de spectacle à 17h30. Heureusement, WeChat propose la traduction Chinois - Anglais (et vice-versa), donc nous pouvons communiquer. D'après le programme ci-dessous (quoi, je vous parle en Chinois ?), il s'agit de différents spectacles de danse. Je crois que c'est à Shuimanxiang (le village où je suis passée hier) et que c'est gratuit. A suivre... Priez pour moi (lol) pour que tout se passe bien... 😉

Le programme ! 
J5

Que d'aventures hier soir ! Il faut que je vous raconte ça... Déjà, j'ai découvert que le monsieur des photos post-massage n'est pas n'importe quel membre du personnel, c'est le manager de l'hôtel. Et celui qui m'a proposée d'aller au festival de danse est son bras droit. Hmm. Je fais donc un peu tache avec mon leggings troué, mes vieilles chaussures Quechua sale, et mon t-shirt de 3 jours. 😀 En arrivant à Shuimanxiang, je découvre... la fête du village ! Avec un stand de tir à l'arc, et une sorte de chamboule-tout... où l'on lance des noix de coco. Narmol. Et là, je me demande si la traduction a bien marché : ce n'est peut-être pas un spectacle de danse en fait. Inutile de noter que je suis, de loin (campagne), la seule étrangère. Et donc, pas la moins regardée/photographiée... Il y a un type qui fait joujou avec un drone. J'en veux un aussi !!! 😀

La fête au village 

Vers 19h, tout le monde se disperse. Je demande à mes "hôtes" si c'est fini, ils me disent que non, ça reprend vers 19h30. Bon, j'ai le temps de manger alors ! 😉 Ils me demandent pourquoi je n'ai pas mangé avant (les Chinois dînent à 17h, sont fous ces Chinois...). À 19h30, des chaises sont installées devant l'estrade, et le show commence ! Il s'agit bien d'une sorte de spectacle de danse, avec différents groupes. Vous avez peut-être remarqué dans mes autres articles sur la Chine que c'est très chinois d'avoir deux présentateurs, un homme et une femme, qui parlent pour ne rien dire avec une voix stridente (la femme). Le manager de l'hôtel est aussi monté sur scène (je ne sais pas ce qu'il a raconté), avec sa chemise bleue. Le meilleur groupe était, sans aucun doute, celui constitué de fillettes âgées d'une dizaine d'années. Impressionnantes !

Festival du 3 mars (calendrier lunaire) dans le village de Shuimanxiang ! 

Ce qui est intéressant vient après... Nous rentrons à l'hôtel vers 22h, dans la voiture du manager, avec son chauffeur privé (j'imagine). Ils me proposent de les joindre pour boire un coup, et nous discutons jusqu'à minuit. Quoique, "discuter" est un bien grand mot, car ils doivent regarder leur smartphone toutes les 30 secondes pour parler Anglais. Toujours est-il que... le manager veut faire du business avec moi. Il veut que je fasse connaître son hôtel aux Français et aux internationaux. Ils ont pris une vidéo de moi en train de dire "Wuzhishan Yatai yulin jiudian hen hao!" (Wuzhishan Yatain Rainforest Resort Hotel very good). J'ai découvert plus tard qu'ils l'ont tous les trois (le manager, son bras droit, et le chauffeur) postée sur WeChat. Flippant. Le plus flippant, c'est que le manager a dit : "non non, tu ne pars pas demain, tu restes, gratuitement". Euh, c'est gentil monsieur, mais j'ai une vie moi, et c'est chiant les hôtels... Il a dit : "tu m'aides à faire de la publicité, de la propagande (???), et tu restes gratuitement, et je te paye à manger, et du vin blanc". Sont fous ces Chinois (bis). Donc, si vous, lecteurs, souhaitez séjourner à l'hôtel Wuzhishan Yatai Rainforest, vous pouvez dire que vous me connaissez et obtenir un tarif préférentiel... 😉

Je deviens célèbre... 

J'ai eu du mal à m'endormir, trop de thé vert sûrement. Ce matin, petit déjeuner de gros (pas de Tupperware), puis baignade dans la piscine (froide) en profitant d'une éclaircie entre deux averses. Il faut maintenant que j'arrive à quitter les lieux sans que le manager ne me retienne de force... 😉

Bon matin ! 

Hier après-midi, j'ai pensé aller à Bo'ao, un petit village sur la côte est de l'île. J'y ai même trouvé une auberge avec des très bons avis pour 45 RMB (6 euros). Mais j'ai changé de plans après avoir cherché sur le net pendant quelques heures pour un bus de Wuzhishan à Qionghai (la grande ville à côté de Bo'ao)... Visiblement, il n'y a que deux bus depuis Wuzhishan : pour Sanya, ou pour Haikou. Je choisis donc Haikou !

Au revoir la jungle 

Le manager a essayé de me retenir mais j'ai tenu bon ! 😉 J'ai pu avoir une navette gratuite pour la ville de Wuzhishan (1h de route), où j'ai acheté un billet pour Haikou (+ 4h de route) à 58 RMB.

J'ai réservé 3 nuits au Haikou Banana Hostel (retour en auberge, je ne suis pas faite pour les hôtels ! 😉). J'ai payé 50 RMB (6,50 euros) par nuit, dans un dortoir pour femmes avec 6 lits.

La suite au prochain épisode !

J6

Haikou est la capital de la province de Hainan. C'est le port le plus important de l'île. Haikou bénéficie d'un climat intermédiaire entre un climat subtropical humide et un climat tropical de mousson. Ces conditions climatiques rendent possible la récolte de riz trois fois par an.

Ce matin, j'ai vu que le parc et la plage de Baishamen étaient situés à 1,5 kilomètres au nord de mon auberge. C'est parti ! Je marche, je marche. Toujours tout droit. Toujours pas de parc, ni de plage... Je les ai enfin trouvés, après ce qui m'a semblé un temps interminable. Oh, c'était 4 kilomètres en fait... 😉

Parc de Baishamen 

Je crois que les Chinois n'ont rien compris au principe de la plage. Bon, je suis la seule dans l'eau, mais seulement ne me choque plus. Par contre, je suis aussi la seule en maillot de bain, allongée sur une serviette ! Les Chinois sont tous habillés (il fait entre 25 et 30 degrés), debout, et se prennent en photos.

Bref... En début d'après-midi, je suis partie me promener, avec pour but de découvrir la vieille ville. Mais je me suis pris un gros orage sur la tête, c'était un peu le déluge, et j'étais en mini short et débardeur. Du coup, j'ai fait du shopping (deux paires de chaussettes à 5 RMB, et un t-shirt à 20 RMB, ça va) ! 😉

Dans la vieille ville 

Pas beaucoup de Didi dans cette ville, mais énormément de bus. Le ticket coûte 1 RMB, donc je ne me prive pas. Pas beaucoup (pas du tout ?) d'étrangers non plus... Je n'ai pas vu un seul visage pâle de la journée. Et les Chinois ne se gênent pas pour me dévisager. Je déteste ça. Parfois, je m'énerve et leur balance : "quoi, tu veux ma photo ?", ou encore "qu'est-ce que tu mates ?", avec un ton pas agréable.

Je suis ensuite allée visiter le temple Wugong Ci = le temple des Cinq Officiers. L'entrée est payante, mais je ne suis pas passée par le bon endroit (j'ai pas fait exprès !), du coup je n'ai pas payé... 😉 C'est pas un super endroit, mais ça se regarde, et c'était très calme (quelques groupes de Chinois par-ci par-là).

Quelques photos pour toi mamie ! 😀
Temple Wugong Ci

Je suis revenue à mon auberge vers 17h, avec le moral dans les chaussettes. Peut-être les regards des Chinois, peut-être la pluie, peut-être la ville peu attrayante, peut-être quelques doutes sur l'adoption de mon mini-tigre, peut-être d'autres choses, peut-être un mélange de tout ça. J'ai décidé de manger (boulimique ? moi ? naaan...) et de regarder une série. Heureusement, lorsque je suis redescendue à la réception, un gars demandait des infos sur le Parc des Volcans. Je me suis arrêtée pour écouter, car je compte y aller demain. Nous décidons d'y aller ensemble... puis découvrons que nous sommes tous les deux Français ! 😉 Didier et moi passons donc une heure à causer pendant que je mange ma pizza (miam).

J7

À 9h, j'ai retrouvé Didier et ses deux amis chinois. Nous avons pris un Didi en direction du Parc national des volcans Lei Qiong. Le parc est situé à 15 kilomètres au sud-ouest de la ville de Haikou.

Il est possible de monter tout en haut d'un des volcans, Huashankou, ainsi que de descendre dans son cratère. L'entrée au site coûte 60 RMB (ou 30 RMB pour les étudiants).

Le volcan 

Le midi, nous avons mangé la spécialité d'Hainan (un truc horrible à base de mouton) dans le parc. Puis nous avons marché au hasard de la campagne et des villages, pendant plusieurs heures, juste pour le fun. Nous avons croisé des petits écureuils... et des gros serpents. Flippant ! 😉 Puis nous sommes rentrés.

Pas de gros serpent 

Le soir, nous sommes allés diner dans un restaurant avec un petit groupe de Couchsurfeurs. C'était très sympa. Malheureusement pour moi, c'était un restaurant avec des spécialités de Sichuan... C'est-à-dire, super épicé. J'ai transpiré (beaucoup) et pleuré (un peu). Je me suis rattrapée sur les desserts ! 😀

Diner Couchsurfing 
J8

Finies, les vacances... Une dernière baignade, et une photo des Chinois qui ne comprennent rien à la plage.

Les Chinois à la plage... 

Le bus 41 va à l'aéroport depuis le centre-ville de Haikou pour 5 RMB (la grosse blague, quand on pense au cout des navettes à Paris !). Il met environ une heure. J'ai atterri à Shanghai Pudong vers 16h45. A 17h30, je prenais le car (90 RMB) pour Suzhou. J'ai alors été très étonnée d'entendre mon voisin chinois parler Français au téléphone ! Nous avons donc passé le reste du trajet (deux heures) à discuter ! 😉 Il est originaire de Suzhou mais habite à Lyon depuis quelques années avec sa femme.

• • •

Conclusion / discussion sur ma semaine... J'avais prévu d'aller / de voir / de faire énormément de choses sur Hainan. Au final, je ne suis allée que dans trois endroits, et j'ai l'impression de ne pas avoir fait grand chose (barrière de la langue, météo, complications). Un peu déçue / sceptique à ce niveau-là. D'un autre coté, je me dis que j'aurais du faire comme les Russes, et rester une semaine à Sanya pour profiter de la plage et du soleil. Je ne sais pas. Avis mitigé, donc. Des bonnes choses, et des moins bonnes. C'est la vie !