Carnet de voyage

De Strasbourg à Bratislava

38 étapes
15 commentaires
6 abonnés
Dernière étape postée il y a 8 jours
Un an à Bratislava, en Slovaquie pour un Erasmus : je t'embarque dans cette aventure ! N'hésite pas à t'abonner pour recevoir les dernières nouvelles ! ;)
Septembre 2019
300 jours
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.
1
1
Publié le 26 septembre 2019


Ça y est après une semaine de préparation c'est enfin le grand départ !! Je n'en peux plus de préparer mes affaires, de chercher des apparts, gérer les papiers, je n'ai qu'une envie: partir à l'aventure !


Notre rentrée est plus tardive que la plupart de mes amis qui sont partis en Erasmus ! C'est pourquoi alors que tout le monde est déjà installé depuis 2 à 3 semaines, j'ai hâte de partir à mon tour !

Les jours avancent et je sens monter en moi un mélange d'excitation et d'appréhension ! Il faut faire les valises et se rendre à l'évidence que l'on ne pourra pas tout emmener. Le matériel pour les cours prend énormément de place. Té, règles, planche à découper, crayons et cutter prennent place dans un grand sac de course. À cela s'ajoutent un énorme sac à dos de 20 L et une valise. Heureusement que l'on part en voiture !

Samedi 14/09/2019


C'est ainsi que samedi matin mes parents m'emmène en direction de Besançon, où je rejoins Yann, qui était dans ma promo à Strasbourg et qui part aussi à Bratislava. Il prend sa voiture et a proposé de m'emmener ! Après des aurevoirs rapides (et sans larmes !), nous voilà partis ! Je pense que je ne réalise pas totalement ! On roule bien, il fait super beau ! L'Allemagne est connue pour ses autoroutes sans limitation de vitesse mais il y a beaucoup de travaux ce qui fait qu'on roule souvent à 80 km/h ! Après 7h30 de route et une pause pour pique niquer les paysages changent, l'herbe devient plus verte, les toits des églises se boursouflent en un style baroque et les montagnes et lacs se succèdent. On arrive à la frontière Autrichienne. Notre premier jour de voyage s'arrête peu après car on fait une pause à Salzbourg!

Dimanche 15/09/2019

Après une nuit plutôt fraiche et un bon petit déjeuner, on remballe la tente et nous voilà repartis ! Comme on a seulement 4h30 de route, on visite Salzbourg le matin. C'est une très jolie ville avec de nombreux beaux parcs, églises et château.


Puis vers 14h nous repartons: Bratislava nous attend ! L'arrivée à Bratislava est un moment qui restera gravé: on discutait avec Yann, le paysage était sans relief et on traversait des champs d'éoliennes à l'infini, quand tout d'un coup devant nous se dresse celui que l'on voit sur toutes les photos sur internet, l'emblème de la ville : le château de Bratislava !! À ce moment là j'ai vraiment réalisé que ça y est on arrivait ! J'allais enfin pouvoir voir de mes yeux cette ville dont on parlait depuis tant de temps !! Notre entrée à Bratislava sous les couleurs rosées du couché de soleil fût magnifique ! Après avoir un peu galéré avec la signalisation slovaque (" euh... c'est normal là qu'on roule sur les voies du tram ???"), on a trouvé une place pour se garer et on a rejoins notre hôtel, bien content d'arriver à destination !



2

Lorsque j’écris ce post, je suis bien installée sur mon lit dans ma nouvelle chambre… et oui grande nouvelle…… (roulement de tambour)……….. nous avons trouvé un appart ! Tellement de choses se sont passées depuis mon arrivée à Bratislava, je n'en reviens pas : je suis là depuis seulement une semaine ! Mais reprenons où nous en étions !

Lundi 16 septembre

Après une bonne nuit dans notre auberge de jeunesse, nous voilà partis pour visiter des appartements. J’avais en effet, avant de partir, pris pas mal de temps pour rechercher et organiser des visites. Trouver un appartement se révèlera assez compliqué, j’avais bien fait d’anticiper. Nous retrouvons donc l’agent immobilier que j’avais contacté et un autre étudiant Erasmus italien, Christian. Le premier appart que nous visitons est très grand, il a 5 chambres de taille égale et deux salles de bains. Le problème est la cuisine/salon qui n’a pas de fenêtre, c’est un peu dommage car sinon il est plutôt pas mal mais une pièce à vivre sans lumière doit être un peu déprimant au quotidien. Je pense que c’était auparavant des bureaux qu’ils ont réaménagés en appartement.

Nous partons visiter un deuxième appartement qui dès la cour d’entrée nous plaît : cette dernière est très arborée ce qui rend le lieu très agréable ! L’intérieur est aussi bien que l’extérieur : parquet au sol, mur blanc, mobilier sobre et moderne, cuisine très lumineuse, on adore ! En plus le propriétaire s’adresse à nous en anglais, avec un grand sourire, il est super sympa ! (Contrairement à celui du premier appart qui ne parlait en slovaque qu’avec l’agent immobilier, et qui nous passait devant comme si on n’existait pas). Mais il y a un énorme problème : la troisième chambre est à peine plus grande qu’un placard à balais et à ce moment nous cherchons une coloc avec 4 chambres séparées. Nous repartons donc fort déçu sans trop poser de questions : cet appartement est vraiment parfait mais la troisième chambre est vraiment petite. En sortant nous discutons avec Christian qui est super sympa et on tombe d’accord pour réfléchir et se redire si on se décide pour le premier appartement!

On rentre ensuite à l’hôtel où on se met à rechercher d’autres appartements et envoyer des mails. Pris dans nos recherches on ne voit pas le temps passer et lorsque l’on mange il est 15-16 h ! On décide ensuite de bouger et d’aller visiter la ville ! On part donc se balader. On passe dans un premier temps voir notre faculté à quelques minutes de notre hôtel … et je ne suis pas déçue ! La fac est un vieux bâtiment avec une belle hauteur sous plafond dans le hall d’entrée. Sur la façade des bas-reliefs qui rappellent le style communiste et devant un grand parc avec une fontaine datant de l’époque communiste : Namestie Slobody

Le hall de la faculté 

On passe ensuite dans des rues où de magnifiques immeubles, marqués par le temps, sont laissés à l’abandon. Cela fait une drôle d’impression, on sent le faste d’époque passée mais le manque d’argent aujourd’hui pour entretenir ce patrimoine…



On se dirige ensuite vers l’emblème de la ville : le château de Bratislava, il offre une vue magnifique sur toute la ville, de la vieille ville d’un côté du Danube et des quartiers résidentiels composés de barres de l’autre côté. Bratislava semble être une ville au milieu de nulle part. Aux barres succèdent des champs d’éoliennes à perte de vue et la ville est encerclé par une forêt dense.




On redescend ensuite vers la vieille ville où l’on retrouve Clément, un autre étudiant de ma promo à Strasbourg. On a plein de choses à se raconter, c’est trop chouette de se retrouver! On va donc boire notre première bière slovaque dans un magnifique bar/restaurant, The Urban House http://urbanhouse.sk/?lang=en

La soirée passe vite lorsque l’on rentre manger à l’auberge il est déjà 23h !

Mardi 17 septembre


La matinée commence mal : on a appris dans la soirée hier que la 4ème fille avec qui nous devions faire la colocation a été prise dans un dormitory (une sorte de chambre de Crous) et que du coup elle ne fera pas la coloc avec nous, on avait donc calé un rendez-vous avec un appart avec 3 chambres (pour Yann, Christian et moi) dans lequel on plaçait beaucoup d’espoir à 16h30 l’après-midi. Mais l’agent immobilier m’informe le matin même que le propriétaire de l’agence ne sera pas sur Bratislava et nous propose de reporter le rendez-vous au week-end ! Cela fait trop long pour nous, on aimera ne pas avoir à trop payer de nuit à l’hôtel. On commence alors à réfléchir pour prendre le deuxième appart que l’on avait vu et à faire payer moins cher Christian qui aurait la plus petite chambre vu qu’il reste seulement 6 mois, ensuite il faudra trouver un autre colocataire pour le remplacer. On appelle donc l’agence pour confirmer que l’on prend l’appart. A ce moment on est tellement content à l’idée d’avoir ce bel appartement que l’on en oublie toutes les questions importantes que l’on a à poser ! S’ensuivent de nombreux accords de mails pour se mettre d’accord sur le contrat. Ce n’est pas facile de discuter de tout ça en anglais !


Enfin on décide de bouger de l’hôtel pour aller se promener dans le centre-ville et continuer la visite de la belle ville qu’est Bratislava !

Le vieux centre est vraiment magnifique ! Coloré, avec de nombreux bâtiments, sculptures et fontaines et parcs. C’est agréable de n’avoir rien de mieux à faire que de se balader, sans but ni destination avec seul objectif de découvrir et de façonner notre chemin au fil de nos envies et de ce qui ne nous semble beau. Plus je visite, plus je me dis que je vais me plaire un an ici, la ville à une taille parfaite, pas trop grande mais quand même assez pour avoir toujours quelque chose à découvrir.


On s’arrête manger le midi dans un restaurant asiatique, Foodstock https://www.foodstock.sk/ qui ne propose que 2 plats. Je prends des sortes de ravioles japonaise: des Gyoza.

On passe ensuite faire des courses au Billa, le supermarché slovaque. J’ai l’impression qu’il y a très peu de supermarché dans la ville (ou alors je ne les reconnais pas) Les courses sont une aventure en soi, il faut déchiffrer les étiquettes, essayer de trouver les produits qui ressemblent à ce que l’on mange habituellement ou alors tester de nouvelles choses !

On retrouve ensuite Clément à son appartement (qui est immense !) et ensuite on repart manger en ville dans un super restaurant, Mondieu https://mondieu.sk/home-en/ qui proposait des salades délicieuses pour moins de 6€ ! Spécialistes des cheesecakes et autres gâteaux appétissants, on n’a pas résisté à en goûter un ! Pour 10€ le repas était délicieux et le cadre magnifique ! On aurait eu tort de s’en priver 😉


Les délicieux cakes de Mondieu 

Mercredi 18 septembre

Aujourd’hui c’est le grand jour ! On a rendez-vous avec l’agence pour signer le contrat de réservation de notre appartement. L’agence se situe dans un autre quartier de Bratislava, de l’autre côté du Danube, on décide d’y aller à pied, cela nous permettra de découvrir des nouveaux endroits. Christian nous rejoint à l’agence. Celle-ci est très bien agencée, une petite musique d’ambiance, des beaux fauteuils nous attendent. On lit en détail tout le contrat (ce qui nous prend une heure), on pose des questions pour ce qui nous semble étrange après avoir tous éclaircis et eux quelques problèmes sur la façon de payer (dû aux plafonds pour retirer de l’argent ou payer par carte) ! Je n’ai jamais eu à faire de transaction de si grosse somme d’argent ! C’est un peu stressant de prendre un appartement surtout lorsque l’on n’est pas chez soi ! Au moment de nous quitter, l’agent nous offre une bouteille de Prosecco ! Je ressors ravie et soulagée, j’ai hâte d’emménager vendredi matin ! Le soir on se rend chez Clément où on se cuisine une bonne ratatouille, et où on passe encore une bonne soirée !


Jeudi 19 septembre

Aujourd’hui comme nous n’avons plus rien de prévu (plus d’appartements à visiter ou à chercher) on décide de partir visiter les alentours de Bratislava et notamment la « Kamzik TV tower ». Clément et Christian se joignent à nous. Après 20 minutes de marche on se retrouve en pleine forêt sans plus aucunes habitations aux alentours ! Le chemin grimpe : la tour se situe en effet à 600 m d’altitude. Arrivé en haut on reprend des forces avec un bon pique-nique puis on va prendre un café dans la brasserie de la tour d’où une magnifique vue sur Bratislava et ses alentours s’offre à nous. C’est impressionnant il n’y a aucune montagne si bien que l’on voit l’horizon jusqu’à très loin en direction de l’Autriche. La ville semble avoir poussé au milieu de nulle part et est entourée par la forêt.


Le soir on mange chez Clément (encore une fois) mais cette fois ci Christian se joins à nous On passe une bonne soirée mais la conversation en anglais est plus difficile à mener et se fait moins naturellement que la soirée précédente.




Vendredi 20 septembre




Aujourd’hui est le grand jour ! On emménage dans l’appartement ! Cela nous fait bizarre de quitter l’auberge, on avait commencé à prendre nos petites habitudes. Mais on ne s'attarde pas trop car on est un peu en retard ! Lorsque l’on arrive le propriétaire, aidé de ses parents et son frère sont en train de monter tous les meubles ! Ils sont vraiment très gentils, le propriétaire nous propose de lui faire une liste de tous ce qu’il manque dans l’appartement et de nous l’apporter le plus rapidement possible. Ensuite je pars avec Yann à la faculté d’architecture car nous avons une réunion avec notre coordinatrice Erasmus, on vérifie les cours et on apprend que l’on à pas cours la semaine prochaine ! Les vacances se prolongent d’une semaine. Cette réunion est aussi l’occasion de faire connaissance avec les autres Erasmus, nous sommes une vingtaine, avec une majorité de Français et d’Italien. En sortant de la réunion on décide de tous partir manger ensemble. On s’arrête dans un restaurant typique où je teste un plat traditionnel : Bryndzové halušky, une sorte de gnocchi avec beaucoup de crème et fromage (un peu comme les spaëtzle du marché de Noël de Strasbourg !) Je n’ai pu finir, c’était super lourd ! Nous avons ensuite marché dans la ville puis pris un café dans un bar. Nous sommes ensuite allés récupérer la voiture de Yann pour ramener nos bagages à l’appartement. J’appelle Emma par vidéo (et un coucou à Hippo aussi) et ça me fait tellement du bien de leur parler ! Mes amis de Strasbourg me manquent : en effet, ce n’est pas facile de sortir de sa zone de confort et de devoir mener une conversation, apprendre à connaître les autres et ce en anglais !! Réconfortée par ce petit appel, j’appelle Clément pour lui proposer de venir manger. Nous faisons connaissance par la même occasion de son colocataire, Anton un espagnol et de sa copine, hongroise. On ouvre la bouteille de Prosecco pour fêter notre installation et on passe la soirée à parler (in English of course !). Lorsqu’ils partent vers 1H30 du matin, je m’écroule dans mon lit, assommée de fatigue !!

3
3
Publié le 29 septembre 2019

Que le temps passe vite ! Mon dernier post s'arrête juste avant mon premier week-end à Bratislava, j'ai donc deux week-end et une semaine d'intégration à vous raconter !

A vrai dire je ne me rappelle plus trop en détails ce que nous avons fait samedi, sûrement installation, rangement et nettoyage dans l'appartement. Le soir, nous décidons de partir visiter Vienne le lendemain. La ville est à seulement une heure de route de Bratislava ! Tout se décide très vite: on se met d'accord pour une heure de départ et on prend notre billet aller: nous prendrons le billet retour en fonction de notre fatigue. J'ai vraiment apprécié la spontanéité et la facilité avec laquelle nous avons organisé ce petit voyage en Autriche ! Nous sommes ensuite allé boire une bière (si peu chère- 1€ la pinte !) au bar-on, qg de la plupart des Erasmus. L'expérience est vraiment atypique ! Premièrement, pour entrer dans le bar, il faut s'engager dans une petite cour sombre en retrait. Le bâtiment est complètement tagué et l'intérieur semble ne jamais avoir été terminé et est en travaux: on voit par exemple tous les réseaux passer au plafond ! Une fois à l'intérieur, on est accueilli par un énorme nuage de fumée: en effet tout le monde fume et les fenêtres sont bloquées donc impossible d'aérer !

L'intérieur du Bar-on

Contrairement à ce que peut laisser entendre cette description, j'ai adoré cette première soirée ! En effet j'avais trainé toute la journée en sentiment de mélancolie dû à l'éloignement de ma famille et de mes amis et cette soirée m'a fait vraiment du bien ! Le bar-on à un effet magique sur les gens ! C'est un lieu où on parle avec tout le monde et même si ton anglais n'est pas génial tu vas réussir à tenir la conversation jusqu'à tard ! (crois-moi je parle d'expérience vécue !). Je suis vraiment contente d'être sortie de l'appartement ce soir-là au lieu de rester toute seule avec mes doutes !

En effet j'ai appris cela lors de ces deux premières semaines: parfois vous pouvez vous sentir triste, avoir une baisse de moral et se demander pourquoi vous avez décidé de quitter ce que vous aimiez. Mais l'instant d'après, vous rencontrez des gens, vous discutez et là votre moral remonte en flèche ! Vraiment je pense que ce qui me fait le plus me sentir bien ce sont les interactions avec les gens.

Le lendemain nous nous sommes donc levés tôt pour aller prendre notre bus en direction de la capitale autrichienne. Les bus sont peu chers (5 €) et le trajet est rapide (1h20) donc ça vaut le coup ! Nous partons donc à 6 : Yann, Christian (mes 2 colocs) et moi, Clément et son coloc Anton et Antonia une allemande qui est avec nous à la faculté d'archi. A Vienne nous retrouvons Marine, une amie à Yann qui était à Strasbourg aussi et qui fait un Erasmus en Autriche. Durant le trajet aller, je suis à côté d'un slovaque avec qui je parle durant tout le trajet (encore une interaction bienfaitrice !!). Il m'explique qu'il habite dans l'est de la Slovaquie, non loin des montagnes des High Tatras (allez voir sur internet c'est magnifique). Il me donne le nom de sa ville et me propose de le contacter lorsque que nous viendrons visiter cette partie du pays ! Je suis super contente d'avoir une interaction avec quelqu'un du pays ! Je garde son contact pour pouvoir planifier un futur voyage !

Vienne est vraiment magnifique et c'est impressionnant la différence qu'il y a avec Bratislava. Cette dernière semble être un petit village comparé à la fourmillante et foisonnante Vienne. Mais je ne vous en dis pas plus car j'ai réalisé une petite vidéo de notre première petite excursion: https://www.youtube.com/watch?v=PEE8kH7Aitk

Je vous quitte là-dessus et dans le prochain article je vous parlerais de la super welcome Week que nous venons de vivre !

4
4
Publié le 30 septembre 2019

Cette semaine fut étrange. En effet, nous avions déjà bien visité la ville et nous n'avions pas cours, donc pas d'objectif et un peu rien à faire de la journée. Toute la semaine était ponctuée d'évènements organisés par la team ESN de la STU (Slovak University of Technology).

Le lundi il y avait un ice-breaking que nous n'avons pas fait car nous étions chez Ikea pour acheter des plantes et petites décorations. Notre appartement est tellement grand et vide, s'en est déprimant !

Notre salon si grand mais si vide ! 

Le mardi à 10h on a eut une réunion de bienvenue avec tous les Erasmus de la STU. Nous sommes une promo de 150 environ. On nous accueille avec des tot bags à l'effigie de la STU, remplis de plein de petits cadeaux !! La réunion commence par une présentation du pays et de ses sites remarquables: ça donne envie ! La Slovaquie regorge de châteaux, de grottes et de parcs naturels à aller visiter. On poursuit avec une immersion dans la tradition locale: des danses traditionnelles ! La réunion se clôture avec un petit pot qui va finalement se transformer en notre repas du midi ! On rejoint ensuite à 15h un city tour qui nous présente des petites anecdotes sur la ville.

Le tot bag et les petits cadeaux à l'effigie de la STU

Le mercredi nous avons une réunion le matin à la fac avec une visite de la bibliothèque. C'est tellement différent de Strasbourg ! Là où on avait une bibliothèque toute moderne et neuve, ici on trouve un espace qui est resté dans son jus avec des meubles classés dessinés par l'architecte du bâtiment. Nous allons ensuite faire les magasins avec Antonia. En effet dans le centre de Bratislava, il y a très peu de magasins comme ceux que l'on connaît dans les grandes capitales. Il n'y a par exemple pas de supermarché où l'on trouve un peu de tout. Ici alimentaire, cosmétique, droguerie ne se trouvent pas dans les mêmes enseignes ! Nous sommes donc allés à un centre commercial immense qui se trouve un peu en dehors de la vieille ville, près du Danube: Eurovea. Le centre commercial est couvert d'une verrière aux formes ondulantes et est décoré de nombreuses statues. Même si je n'avais rien à acheter, on a passé une après midi sympa à faire les boutiques et à se balader dans ce beau complexe architectural !

Le centre commercial Eurovea

J'ai ensuite laissé Antonia qui était fatiguée et j'ai rejoins Clément et Anton pour aller à un monument qui surplombe Bratislava. Finalement Yann et Christian se sont joint à nous. Le mémorial Slavin a été érigé pour commémorer la libération de la Slovaquie du nazisme par les soldats soviétiques en 1945. Ici sont enterrés les 6845 soldats russes tués lors de la libération de Bratislava. Le bâtiment est imposant et impressionne. Depuis celui-ci une vue à 360 ° sur Bratislava s'offre à nous.

Le soir la team ESN avait organisé un Barathon où l'entrée était à 10€. N'aimant pas trop boire et sachant que l'alcool ici est très peu cher, je m'étais dit que je me joindrais aux autres sans prendre le ticket car je ne consommerais jamais 10 € d'alcool ! Mais en arrivant je me suis rendu compte que c'était vraiment une soirée organisée avec des équipes et des défis à faire (notamment avec de l'alcool). N'aimant pas trop ce genre de soirée j'ai décidé de ne pas y aller. Je m'apprêtais à faire demi-tour et à rentrer à l'appart lorsque Antonia m'a proposé d'aller manger quelque part en ville ! C'était vraiment ce dont j'avais besoin ! (je trouvais ça un peu triste de rentrer toute seule à l'appart !). Au début j'avais un peu peur sur le fait de devoir tenir la conversation en anglais toute la soirée mais au final on a passé un super bon moment ! (et on a tellement bien mangé !).

Le jeudi à 15h il y avait un "city game" organisé dans la ville. Mon équipe est arrivée avant dernière mais c'était sympa (on avait des défis à faire dans la ville et on devait répondre à des questions et donc pour cela interroger les habitants de Bratislava). Le jeu se terminait dans un bar, le KC Dunaj, encore une fois atypique ! Les escaliers pour monter semblaient complètement abandonnés, mais lorsque l'on arrivait tout au dessus, on trouvait un bar coloré avec une super vue sur Bratislava. Je me suis installée à une table mais la conversation n'était pas trop intéressante et je n'avais pas grand chose à dire donc je suis rentrée à l'appartement. Là j'ai fait un facetime avec Alice, qui fait un Erasmus à Valence et ça m'a fait tellemeeent du bien. Ensuite on est ressorti avec Clément, Christian et Anton au Bar-on où l'on a rencontré des turcs avec qui on a passé une super soirée ! Ils ont essayé de nous apprendre à compter en turc, ce qui n'était pas un grand succès !

Notre équipe pour les city games 
Le KC Dunaj, un endroit surprenant !

Ensuite je suis ne suis pas rentrée trop tard car le lendemain on partait pour un Week end entier d'intégration !

5
5
Publié le 1er octobre 2019

Il est maintenant temps de vous raconter le super Week end d'intégration que je viens de vivre !

Tout d'abord vendredi matin, nous sommes allés à la fac pour une nouvelle réunion, où on a reçu nos nos emplois du temps…. Je n'ai jamais eu aussi peu cours !! Je suis en week-end le jeudi après midi et la seule journée complète de cours est le lundi !!!

Mon emploi du temps, si vide !!  

Après cette bonne nouvelle, nous partons à la gare pour faire nos cartes d'étudiants et ainsi voyager gratuitement dans toute la Slovaquie (avec tout le temps libre que l'on a autant en profiter !).

En rentrant, je prépare mon sac car je me suis inscrite à un Week-end d'intégration organisé par la team ESN de la STU, le R-camp. Je ne sais pas du tout à quoi m'attendre, je sais juste que nous allons loger dans des petites cabanes en bois en plein milieu de la forêt et que je dois prendre des habits chauds et des chaussures de marche. Je ne sais pas encore que je vais passer un super week-end !

Nous avons rendez-vous à 17h15 de l'autre côté du Danube pour partir. Dans le bus, l'ambiance est un peu celle d'une colo, on fait des jeux et le trajet passe vite. On arrive à la nuit tombée au resort où l'on reçoit dès notre arrivée un petit tot bag estampé "R-camp" avec des cadeaux (encore !). On est ensuite répartis dans les chambres, je me retrouve avec une autre française qui est aussi en archi, Marie, Antonia, deux espagnoles et deux italiennes (ces deux dernières sont aussi en archi). Le cottage est mignon, on installe nos affaires et on se rend dans le bâtiment principal pour dîner. Après des pâtes au goût douteux, la team ESN lance des jeux qui me rappellent un peu les veillées de colo, on fait des petits jeux qui nous permettent de parler les uns avec les autres, ils mettent en place un killer sur tout le séjour, puis on constitue des équipes pour un grand blind test. Lorsque les jeux s'achèvent, la soirée commence. Je pense que pour l'instant cette soirée est la meilleure que j'ai faite depuis le début de mon Erasmus. On a dansé toute la nuit, j'ai parlé à plein de monde, c'était génial !

Nos petits cottages 

Le lendemain le réveil piquait un peu mais c'est enthousiastes que l'on a enfilé nos chaussures de randonnée pour aller gravir la petite montagne qui nous surplombait. La pente était raide mais l'arrivée au dessus valait l'effort ! Le soleil n'était pas au rendez-vous si bien qu'une petite brume nous a accueilli, donnant une atmosphère particulière à la forêt qui nous entourait et puis tout d'un coup tout s'est dégagé et le paysage s'est dévoilé devant nos yeux !

L'après-midi a continué sur des jeux en équipes et s'est terminé par un feu de camp et un barbecue ! J'ai passé une bonne partie de ma soirée autour du feu, à parler avec des gens dans toutes les langues en écoutant Alberto (un italien) jouer de la guitare. Ensuite je suis allée danser et vers 3h du matin je suis allée me coucher.

Une bière + un feu de camp + une guitare + des gens cools = le bonheur 

Le lendemain après un bon petit déjeuner, nous avons plié bagages et sommes allés visiter une grotte à 10 min de marche du resort. Là je commençais à être vraiment fatiguée. Sur le chemin du retour nous nous sommes arrêté pour voir un château.

Je ne saurais donner un style ou une époque à ce château. En effet, toutes sortes de pierres étaient mélangées, des dallages comme ceux qui mènent du portail au garage dans des maisons de lotissements au bossage des pierres dans un style Renaissance. On peut également ajouter une tour de style médiéval en béton armé, des voûtes de facture moderne en béton armé, des créneaux défensifs en béton également, bref ce château était complètement hétéroclite ! Un peu comme beaucoup de monuments en Slovaquie qui donnent l'impression d'avoir été rénovés sans aucun respect de leur aspect orignal ou des techniques et matériaux traditionnels. Nous avons parlé avec une des membres de la team ESN, qui est aussi à la fac d'archi, et elle nous a expliqué que la Slovaquie était un jeune pays (il me semble que cela fait moins de 30 ans que ce pays est indépendant - il faut que je réétudie l'histoire du pays en détail ) et qu'il n'avait parfois pas la notion de patrimoine à préserver. Par exemple, le château de Bratislava a été rénové il y a une dizaine d'années mais a été reconstruit dans un style nouveau, complètement différents de ce à quoi il ressemblait à l'époque ! De même lorsque qu'ils débutent un chantier, ils ne font pas de fouilles préliminaires du sol pour savoir si celui-ci contient ou non du patrimoine à préserver. C'était très intéressant de discuter de toutes ces notions de préservation du patrimoine avec quelqu'un du pays !

( C'était la minute architecture !)

Nous sommes arrivées à Bratislava vers 15h, j'étais enchantée de mon Week end mais crevée (et je commençais à tomber malade) donc je suis allée directement dans mon lit en rentrant !

6
6
Publié le 10 octobre 2019

[Post écrit samedi dernier]

"Première semaine de cours"..... oui avec des guillemets ! Pour l'instant il fait bon d'être étudiant Erasmus, la semaine a été très peu chargée ! Je commence à prendre l'habitude de ne pas travailler, ça va être dur de s'y remettre ! Et comme on a peu de choses à faire, je repousse tout au dernier moment en me disant "c'est bon j'ai le temps", il faudrait plutôt que je prenne de l'avance au lieu de procrastiner !

Lundi je part donc en direction de la fac, toute contente d'assister à mon premier cours, un de ceux que j'attendais le plus, la photographie. Arrivée à la fac, on est un peu perdus et on mets longtemps pour trouver la salle. Celle-ci se trouve en fait au sous sol du bâtiment et on passe par des sortes de longs couloirs abandonnés pour y accéder. On est accueilli par une dame qui nous explique que c'est ici son atelier. C'est très étrange nous sommes 7, uniquement des Erasmus, mais je vais vite me rendre compte que se sera pareil pour tous les autres cours ! On s'installe dans les canapés de son bureau pendant qu'elle nous explique ce que nous allons faire durant le semestre. Le programme s'annonce bien: il y a un labo photo, un studio et nous allons utiliser plein de techniques différentes (dont l'argentique !), j'ai hâte de commencer. On finit le cours plus tôt que prévu, on va donc manger en ville avec Antonia, Marie, Arnauld et Yann. L'après midi on a le cours le plus important du semestre, le projet. Ce début de cours est plein de péripéties ! Tout d'abord une dame nous indique de nous rendre dans une salle pour assister à une présentation, qui s'avère être en slovaque. Après une heure à assister à une présentation dont nous ne comprenons un mot, elle viens nous rechercher pour nous emmener dans la salle de projet, où se trouvent nos professeurs. Là ils nous expliquent qu'ils sont déjà entrain d'expliquer à leurs élèves slovaques le projet et que l'on doit encore attendre une heure pour qu'ils soient disponibles. Enfin, ils nous expliquent ce sur quoi nous allons travailler: une compétition internationale à propos de l'aménagement de la frontière entre l'Autriche, la Slovaquie et la Hongrie ! Nous serons en équipe de 5 et avec le mélange des nationalités, des niveaux d'études et des spécialité de chacun, cela va être super intéressant ! Ensuite nous avons un cours sur les "Current trends in architecture". Il s'annonce très intéressant aussi ! Nous allons assister à des conférences d'architectes à propos d'architecture contemporaine (cette année le thème est sur l'Allemagne). Nous devrons ensuite écrire à propos de ce que nous avons écouté. Chaque année à l'issue de ce cours, l'école publie un livre sur les ouvrages actuels où les textes sont rédigés par les étudiants. Si ce que l'on écrit est bien nous pourrons donc paraître dans ce livre ! Ici aussi le cours se finit beaucoup plus tôt que prévu ! En redescendant dans la hall de la fac, on s'aperçoit qu'il y a un buffet pour le vernissage d'une expo d'un architecte ! Ni une ni deux, de la nourriture et du (très bon- selon Yann et Clément) vin gratuits, ça ne nous échappe pas ! On reste donc de 17h30 à 19h30 à "visiter l'exposition" (le tout bien sûr arrosé de quelques verres de vin et accompagné de petit fours !). J'ai adoré ce moment, j'ai tellement ris ! Ensuite on a rejoint Christian pour faire des courses à Tesco (le nouveau grand supermarché que l'on a trouvé).

En attendant les cours... 
Premier jour de cours plutôt agréable !

Mardi on a également un cours de structure qui se termine assez vite. Je ne me rappelle plus exactement ce que l'on a fait mais sûrement se balader dans la ville. Et j'ai testé un chocolat chaud chez Mondieu, une tuerie ! Ici ce ne sont pas des chocolats comme en France avec du lait, il n'y a quasiment que du chocolat fondu auquel ils ajoutent de la crème !

Mercredi matin on a eu un autre cours que j'attendais avec impatience, le cours de sculpture/modeling. Mais quand on arrive le prof nous explique que l'on a pas de salle parce que celle-ci est déjà prise par des étudiants slovaques! Ce prof n'est pas du tout comme les autres ! Tout d'abord, il nous donne son numéro de téléphone, car c'est "plus facile que par mail" ensuite il nous explique que la séance prochaine nous irons visiter un musée et que nous y rendrons en voiture (avec la sienne et une qu'il va louer- une jaguar selon ses dires- je ne sais pas si c'est une blague ou pas- je vous tiens au courant!). Il nous propose aussi d'organiser une petite "party" dans son bureau à la fin du semestre ! Cette présentation dure 10 minutes et ensuite nous sommes libérés ! On décide donc d'aller se balader un coup avec Clément, Antonia et Yann et on fait découvrir la ville à deux italiennes, très sympas, Elisa et Rossella.


Derrière les portes sans prétention de la poste de Bratislava se cachent des merveilles architecturales  

Jeudi matin, on avait de nouveau projet et ils ont continué à nous expliquer le site et le programme. Nous avons ensuite décidé de tester une cantine de l'université….Très mauvaise idée ! Les dames de cantines ne parlaient pas un mot d'anglais et ne voulais pas du tout faire d'effort ! Déjà le menu était entièrement en Slovaque, donc impossible de comprendre quoi que ce soit. Nous devions payer avec noter ISIC card (carte étudiante internationale) donc pour cela mettre de l'argent dessus, je mets 5€. Ensuite arrivée devant le comptoir je demande la même assiette qu'Antonia (frites, légumes, dinde) mais sans viande. La dame me dit que ce n'est pas possible (depuis quand c'est impossible d'enlever un plat d'un menu ????). Bref je demande donc si il y a un plat végétarien, elle me montre quelque chose qui ressemble à un clafoutis, je lui dis oui et quand elle y ajoute des fruits, je comprends que c'est un dessert. Je redemande donc la même assiette qu'Antonia (viande comprise) parce que je n'ai pas envie de me nourrir que d'un clafoutis ! Elle me redemande donc 5€ (car je pense que les 2 assiettes doivent dépasser le budget). Je lui donne et ensuite…..elle ne me sert pas !!! Heureusement une étudiante slovaque viens à mon secours et fait la traduction ! Bref après 20 bonne minutes de négociation, je parviens à avoir mes deux assiettes (dont ce clafoutis dont je me serais bien passé), le tout pour 7€ ! (Le site de la fac mentionnait des menus aux alentours de 3€... Bref !). Mes amis quand à eux on eut des plats sans qu'il puissent donner leur avis et tout le monde n'a pas payé le même prix pour le même plat ! A ne rien y comprendre ! C'est la première fois depuis mon arrivée que je bloque vraiment avec la langue ! Un peu soûlée par cette expérience, on repart et on va chez Clément (Yann doit installer sur son ordinateur Photoshop et In design et récupérer son alto). Finalement on passe toute l'aprèm chez lui et on décide vers 17h30 d'organiser une soirée crêpes ! On propose à Christian, Antonia, Anton, Rossella et Elisa de se joindre à nous. C'était vraiment une super soirée ! J'adore quand on organise des petits trucs comme ça qui ne sont pas prémédités ! On a bien rît lorsque tout le monde essayait de faire sauter les crêpes ! (on a aussi énormément mangé !). On est rentré vers 2h du matin.

Le lendemain, le réveil piquait un peu, on devait se lever tôt parce qu'on avait envie de faire un "flea market", la traduction doit être une brocante. On a donc pris le bus avec Yann et Antonia nous a rejoins. Arrivée sur le flea market, on a vraiment été plongé dans la réalité Slovaque. Je pense que nous étions les seuls étrangers. L'ambiance état vraiment étrange, déjà on a dû payer l'entrée (1€ chacun) alors que vraiment ça ne payait pas de mine ! Il y avait des grandes bâches avec des objets sur le sols ou des cartons avec pleins d'objets posés pêle-mêle à l'intérieur, sales et vieux (et parfois même cassés !). On se demandait où les gens avait trouvés tout ça ! J'ai trouvé plein de jolis pots pour décorer le salon et mettre des plantes à l'intérieur . Ensuite nous nous sommes rendus au Fresh market, dont j'avais pas mal entendu parler. Et là la différence était frappante ! En à peine 500 mètres on est passé de la couche inférieure de la population de Bratislava aux magasins bobo avec des prix similaires à ceux en France. Au centre du marché couvert, des étalages de légumes qui donnaient envie et tout autour, des épiceries fines, des magasins bios, des magasins de vrac, on avait envie de tout acheter ! Mais comme me l'a expliqué la vendeuse, il y a seulement 4 magasins de vrac dans Bratislava (qui est quand même la capitale !), comme ce n'est pas très répandu, tout était hyper cher ! (encore plus qu'en France !).

Chiner au flea market 
Fresh Market , un endroit à visiter 

L'après midi fût tranquille j'ai passé mon temps à rêver la décoration du salon, en me perdant sur Pinterest.

Nos magnifiques canapés... 
Un aperçu des achats du matin 


Ma galerie quand j'essaye de voir comment rattraper un canapé orange dans un salon  !

Le soir était organisé une soirée de bienvenue par la team ESN dans une boîte de nuit. Nous y sommes allées avant 23h (pour ne pas payer l'entrée !!). A l'intérieur j'ai pris un cocktail avec du litchi, un délice ! Il y avait trois étages dont deux en sous sol. Nous sommes donc ensuite descendus danser. La soirée était bien mais il y avait vraiment beaucoup de monde donc c'était un peu galère pour trouver une place pour danser (et encore plus pour parler !). J'avais un peu la voix cassée ces derniers jours mais cette soirée a été le coup de grâce ! Je devais énormément forcer sur ma voix pour me faire entendre, additionné à la fumée de cigarette que j'ai respiré toute la soirée et l'alcool, je me suis réveillée complément aphone ce matin !

C'est la première fois que ça m'arrive de ne plus avoir de voix du tout !! Et bah c'est bien contraignant ! Je n'ai pas fait grand chose aujourd'hui (il pleuvait dehors et j'étais un peu crevée de la soirée de la veille). Mais je suis sortie faire les courses et quelle galère ! Je voulais acheter de la soupe, mais ne la trouvant pas j'ai voulu demander à un vendeur, seulement un son ridicule est sorti de ma bouche ! Impossible également de dire bonjour, merci et aurevoir à la caissière, ni à l'Erasmus croisé dans la rue ou à mon voisin dans la cour de l'immeuble !

Demain nous partons pour Brno, en Tchéquie, hâte de vous raconter tous ça !

Le cocktail de vendredi soir
7
7
Publié le 17 octobre 2019

Avec un peu plus d'une semaine de retard, je vais vous raconter notre excursion en terre tchèque !

Nous avions donc rendez-vous à 8h30 à la gare centrale pour prendre le train. Arrivé à Brno, première étape: changer la monnaie, en effet ici, c'est la couronne tchèque et non l'euro ! On part ensuite à la découverte de cette jolie ville. Brno est la deuxième plus grande ville de république tchèque, mais reste néanmoins à taille humaine et je pense qu'une journée est suffisante pour en voir le plus important. Ici aussi la ville est différente de Bratislava, les bâtiments sont plus hauts, il y a de grandes avenues et des places centrales, ce que l'on ne retrouve pas dans la capitale slovaque. La ville semble plus riche, on ne voit par exemple aucun monument en état de dégradation ! On visite les ossuaires de la ville, situés en sous-sol, deuxième plus grand après les catacombes à Paris !

Le château est également à voir ! Il n'est pas extraordinaire en lui-même mais les chemins pour y mener le sont ! Un dédale de petits sentiers à travers la forêt vous y conduit et vous êtes guidés par de beaux murs en briques. J'ai beaucoup aimé notre voyage à Brno. Malgré des températures fraiches, le soleil était au rendez-vous et il était agréable de se balader dans les ruelles colorées de la ville. Et on n'est pas parti sans bien sûr goûter la fameuse spécialité, le Trdelník (dont j'ai dû redemander 15 fois la prononciation à Antonia !). C'est une pâte que l'on fait cuire autour d'un rouleau et que l'on déguste chaud avec du chocolat, de la poudre d'amandes, de la canelle ou du sucre… Une tuerie !


Les jolies façades de Brno


Des briques partout, le château (et nous !)


L'église Saint-Jacques de Brno


Le fameux Trdelník

Antonia a également fait un petit film de cette journée que je vous mets ici !

8
8
Publié le 23 octobre 2019

Ahoj, ako sa máš?

[Salut, comment ça va ? en Slovaque !]

Ici, tout va bien, on ne s'ennuie pas: le temps passe super vite ! Ca y est déjà 3 semaines que je suis arrivée à Bratislava ! J'ai dépassé les 21 jours nécessaire à la prise d'une nouvelle habitude: en effet je commence à prendre mes repères. La ville me semble plus familière, je ne me perds plus et n'ai (presque) plus besoin de google maps ! Les trajets quotidiens deviennent familiers, de même que les rues, les enseignes et même les produits du supermarché ! Je m'habitue au fait de parler anglais tous les jours, c'est loin d'être parfait mais c'est de plus en plus naturel. Je commence à m'habituer à cette vie d'Erasmus et les petits coup de blues se font de plus en plus rares !

Cette petite introduction passée, place au récit de la semaine ! (Dont je ne me rappelle plus en détail car j'ai pas mal de retard au niveau du blog !)

Lundi je suis allée à mon premier cours de slovaque ! Ce n'était pas facile de faire les traductions entre toutes les langues mais c'était super intéressant ! Notre journée de cours s'est ensuite déroulée (le lundi est pas mal chargé ).

Mardi matin je suis allée me balader car il faisait beau et on n'avait pas cours. Je n'ai pas l'habitude de me balader seule dans Bratislava, mais c'est aussi très agréable, j'ai l'impression que ça me permet de prendre du recul et de mieux réaliser ce que je suis entrain de vivre ! J'ai donc fait les magasins: il y a plein de supeeeerbes friperies dans la ville, j'avais envie de tout acheter ! J'ai finalement pris un petit manteau d'hiver vert foncé, super chaud (en effet en ce début de semaine, les températures ont chuté, il commence à faire froid !). L'après midi nous avons eu un cours qui a duré 1h au lieu de 3, et Clément est ensuite venu travailler à l'appartement car nous devions effectuer des recherches pour notre projet.


Mercredi matin nous avions une sortie organisée avec le cours de structure à un musée, Danubiana, situé à 30 minutes en voiture du centre de Bratislava. Nous nous somme rendus sur les lieux dans la voiture du prof et dans celle qu'il avait louée ! J'ai adoré cette visite ! Le musée en lui même est très agréable: grandes baies vitrées qui donnent sur le Danube, lumineux, contemporain, il met en valeur les œuvres qu'il abrite. Ces dernières étaient aussi très intéressantes et mélangeaient sculpture, peinture et photographie d'artistes slovaques mais aussi européens et américains. Le midi nous sommes tous allé manger à la cantine du dormitory Jura Hronca. Cette deuxième expérience s'est mieux passée que la première: j'ai payé un peu plus cher que les autres, (je n'ai pas compris pourquoi- je crois que je n'ai décidément pas de chance avec les cantines) mais les prix restaient imbattables (de 1 à 2€50 pour un repas entier - dessert compris !). Ensuite nous avons fait le ménage dans l'appartement (qui en avait besoin) et Antonia et Clément sont venus pour travailler et ont finalement fini par rester manger ! Yann avait fait une recette test: des galettes végétariennes tofu, patates douces et feta, un délice ! (Même si selon lui "il manquait une pointe d'acidité" ^^). Quand ils sont partis vers 23h00, j'étais crevée et je n'ai pas tardé à aller me coucher.

Danubiana, un musée à visiter ! 

Jeudi matin on a eu cours et l'après midi on était déjà en Week end ! Je suis allée me balader en ville avec un Erasmus turc, Mehmet, que j'avais rencontré à une soirée. C'était sympa, il a essayé de m'apprendre des mots en turc [Merhaba nasılsın- Salut, comment ça va ? ]. Ensuite il pleuvait donc on est aller prendre un café chez Mondieu (enfin plutôt un chocolat chaud pour moi !). Le soir, il y avait une soirée d'organisé avec ESN, "flagship party" sur un bateau. On est allé boire un coup dans un bar avant de s'y rendre avec Clément et Christian, le Buchowski. Un bar où la déco est plutôt sympa et où une petite cour intérieure voutée permet de boire son verre à l'extérieur! On s'est assis à la même table que deux slovaques (qui ne devait pas en être à leurs premiers verres) et qui ont essayé de nous parler en langue des signes (ce à quoi on n'a rien compris du tout !). On s'est ensuite rendu au Tanker boat, où avait lieu la soirée. Quand on est arrivé, pas mal d'étudiants se trouvaient sur les quais (la plupart bien éméchés), il n'y avait pas l'air d'avoir une grosse ambiance sur le bateau en lui-même et comme l'entrée était payante, on n'avait pas envie de payer pour une soirée si ça ne valait pas le coup. A un moment donné j'ai bien cru que nous allions rentrer bredouilles mais on a finalement décider d'aller voir ce qui se passait dans le bateau.. et là surprise ! Au sous-sol, une boîte de nuit avec une piste bondée ! C’était sympa mais je crois que je n'adore pas les boîtes de nuit (tu te fais pousser dans tous les sens, tu as à peine la place pour pouvoir danser et tu ne peut pas parler au gens à cause de la musique). Mais bon on est quand même resté jusqu'à 4h ! Je crois que le moment que j'ai préféré à été le retour à pied avec les italiens et Ali (un turc), où on a pu un peu discuter.

Le Bukowski

Vendredi je ne me suis pas levée trop tard (10h30) et à 14h30, je suis partie avec Christian pour un "dog wlaking". On a rejoint Guillaume (un français) et Mehmet. On s'est rendu à un refuge qui recueille les animaux abandonnés (d'après ce que j'ai compris) et où l'on peut promener les animaux (une sorte de SPA). On a donc passé un après midi tranquille dans la forêt avec les chiens, le temps était bon, c'était très agréable. C'est ce que j'aime à Bratislava, le fait de pouvoir se retrouver en pleine nature très facilement ! Une fois rentrés nous sommes allés faire des grosses courses (marre de nos placards vides et d'aller faire des petites courses tous les jours, cette fois on fait des provisions !). Ensuite Elisa, qui recevait son copain ce Week end là, nous à proposer d'aller manger dans un restaurant typique, le Flagship restaurant. Ancien théâtre, le restaurant est complètement resté dans son jus, et j'ai adoré l'ambiance à l'intérieur. Je me suis retrouvée à passer une soirée uniquement avec des italiens ! (Heureusement, Elisa me faisait la traduction et Alberto et Sarah qui étaient à côté de moi me parlaient en anglais !). J'ai beaucoup aimé cette soirée, les italiens sont vraiment adorables et j'étais un peu déçue de ne pas être italienne moi aussi ce soir là ! Ensuite nous sommes allées dans un Pub, le goblin, un véritable labyrinthe caché dans les sous-sol (comme la plupart à Bratislava). Là bas on a retrouvé d'autres Erasmus. L'ambiance et l'atmosphère du pub étaient vraiment sympa mais la musique était un peu trop forte, ce n'était pas facile de s'entendre ! J'ai passé une superbe bonne soirée et quand je me suis finalement couchée il était 2h du matin !


Le Dog Walking 


Kofola et Pirohy, spécialités slovaques 

Samedi matin, premièrement j'ai cru toute la journée qu'on était dimanche (je ne suis pas habituée à avoir des Week end aussi long !). Nous nous sommes ensuite rendus au vieux marché couver de la ville pour acheter des légumes et des fruits frais. Mais on a été un peu déçu, c'est un très beau marché mais il y avait très peu de légumes et les prix étaient élevés ! Il y avait beaucoup de produits cuisinés, de bonne qualité, un peu un marché bobo. On a donc fini nos courses à Lidl ! En rentrant je me suis dépêchée de cuisiner des cookies car Clément nous avait invité pour se faire un "petit repas" chez lui (petit n'était pas vraiment le mot puisqu'on a beaucoup trop mangé !). On a passé un super moment à discuter, manger rigoler (mes cookies on fait l’unanimité !). J'adore ces petits moments de partage simples où chacun à la place d'être entendu et d'être lui même (beaucoup plus que dans les boîtes de nuit par exemple !). Vers 17h30, j'ai décidé de partir parce que je voulais ramasser des fleurs pour faire des impressions en cours de photos. Yann est venu avec moi et finalement on a bien marché 2 bonne heures en se perdant dans des quartiers de la ville qu'on avait pas encore visité. L'air était bon, l'atmosphère était teinté de nuances rosées du soleil couchant. C'était très agréable cette petite balade ! (Et on s'est un peu emballé sur les fleurs puisqu'on en a ramassé beaucoup beaucoup trop ! De quoi redécoré l'appart en plus de faire des impressions). Samedi soir, j’étais un peu crevée et on a rien fait, d'autant plus que le lendemain, on partait visiter une ville en Slovaquie, Trenčín.

9
9
Publié le 23 octobre 2019

Dimanche nous avons organisé une excursion dans un village à 1h30 de train de Bratislava (les trains sont gratuits pour les étudiants ou très peu chers, aussi il est très facile de se déplacer en Slovaquie !). Trenčín est une ville d'une taille plus petite que celle de Bratislava où une atmosphère de dimanche en famille régnait. Située au Nord-Ouest de Bratislava, les paysages se vallonnent et il agréable d'apercevoir quelques montagnes du massif des Carpates (j'ai été habituée à vivre dans des endroits vallonnés, je pense que ça me manque un peu !). De plus les premières couleurs d'automne commencent à apparaître et les arbres arborent des tons flamboyants. Le vieux centre est plutôt petit, mais néanmoins très beau, et la ville est surtout remarquable pour son château médiéval, duquel une superbe vue à 360° s'offre à nous. La journée fut très agréable ! Nous sommes partis avec Christian, Rossella, Ali, Clément, Antonia et moi. Le temps était aussi à nos côtés, il a fait super beau, on a mangé notre pique-nique juste à côté de la rivière, c'était très agréable ! Ensuite on était un peu fatiguées avec Antonia et Rossella donc on a décidé de rentrer plus tôt que les garçons...Avec les trains gratuits c'est simple de toute manière ! Enfin c'est ce qu'on pensait...Au moment d'acheter nos billets en ligne, impossible ! Ils sont sould-out ! On a donc payé le retour (bon 3€ pour une heure et demie ça reste largeeeement en dessous des prix français !) et on a fait la plus grande partie du trajet debout car le train était bondé ! En effet je pense que comme on était dimanche soir tous les étudiants et travailleurs se rendait à Bratislava pour la semaine ! (Mais bon ça comme on a un peu l'impression d'être toujours en vacances on n'y a pas trop pris en compte ! ^^).

Antonia a encore une fois réalisé une petite vidéo de notre journée que je vous partage ici !

Les petites photos du jour ! 
10
10
Publié le 24 octobre 2019

Cette expérience Erasmus est vraiment pleine de rebondissement ! Moi qui d'habitude aime tout planifier à l'avance (presque heure par heure parfois !) je n'arrive même plus à appeler mes proches tellement je ne sais pas de ce quoi sera composé l'instant suivant !! Erasmus vous apprend à lâcher prise et à vous laisser complètement aller à la spontanéité du moment. Vous pouvez n'avoir rien de prévu pour le Week-end et en deux trois mouvements vous faire embarquer dans un voyage ou une sortie organisée au dernier moment… C'est ce que j'ai pu expérimenter cette semaine...

Lundi matin réveil matinal (7h30), ce qui n'est pas super tôt mais je crois que j'ai perdu l'habitude de me lever tôt ! (Il faut que je fasse attention, je suis en train d'intégrer le rythme Erasmus (se lever et se coucher tard ! ^^). J'avais en effet rendez-vous à l'école avec Clément pour travailler (juste ce qu'il faut pour se rappeler qu'on n'est pas en vacances hein !). Nous avons ensuite eu notre cours de photo, que j'ai adoré, on a fait des photogrammes: des impressions d'objets sur des feuilles grâce à la lumière. On a pris des falafels (3€) en ville pour notre repas du midi et on est retourné travailler sur notre projet. A 17h on avait une conférence, que j'ai eu énormément de mal à suivre: on était tout derrière, l'architecte lisait sa feuille et avait un fort accent allemand, j'ai même eu du mal à comprendre le sujet de la conférence ! Heureusement celle-ci ne s'est pas éternisée ! Mais ça fait quand même un drôle d'effet !

Le soir on est rentré tranquillement à l'appart, j'ai un peu travaillé sur mes cours de structure et ensuite on a cuisiné des croques-monsieur revisités: épinards, chèvre et oignons caramélisés et moutarde (mais je crois que Christian n'est pas fan de cette dernière car il n'a pas fini son assiette…)

Mardi je ne me rappelle plus trop comment s'est passée ma journée mais il me semble que j'ai un peu travaillé (quand même !).

Mercredi nous avons eu notre premier cours de sculpture ! Une première expérience plutôt sympa même si on a fait vraiment des formes basiques ! (on devait sculpter à partir de formes élémentaires, sphère, cubes,...)

Jeudi matin nous avions une conférence internationale qui se passait dans la mairie de Bratislava ! Quand je suis arrivée, j'ai vraiment été surprise ! La mairie était en fait le palais primatial et à l'intérieur se trouvaient bon nombre d'architectes, urbanistes, économistes, politiques, en tailleur costume ! J'avais un peu l'impression de faire tâche ! (Il y avait même un tapis rouge pour aller aux toilettes, s'il vous plaît !). La conférence alternait entre Slovaque et Allemand mais était traduite en direct en anglais. J'ai adoré cette discussion entre des experts de tous pays confondus et avec mes oreillettes pour la traduction et mes petites notes, j'avais un peu l'impression d'être une reporter en mission ! Vers 11h, on a eu une pause avec croissant, petits gâteaux et autres douceurs et boissons. Puis la conférence a repris et à 13h on nous a invité à manger dans les salons du palais tout frais offerts. En tant que bon étudiant, on a bien sûr sauté sur l'occasion ! Encore une fois grand luxe, on a été accueilli avec un petit verre de champagne, puis on a pû déguster notre repas assis dans des chaises Mies Van der Rohe (un must pour les architectes que nous sommes !). Décidément, on a bien fait de choisir ce groupe de projet ! Ensuite on est rentré à l'appartement avec Yann pour finaliser notre rapport de stage que nous devions rendre le jour même ! Puis Clément est venu à l'appartement pour que l'on organise notre week-end ! (On n'a rien de prévu pour le moment ça ne va pas du tout !). On a passé la fin d'après-midi à rêvasser devant les destinations qui nous donnaient plus envie les unes que les autres. On a décidé de partir visiter Banská Štiavnica, un des plus beaux villages de Slovaquie. J'avais réellement envie de partir faire de la randonnée dans les montagnes ce week-end là...Ducoup je pense que je n'étais pas 100% convaincue par ce projet au fond de moi...Je ne sais pas si cela a influencé la suite de l'histoire…

Nous sommes ensuite sorti avec Clément dans un bar où était organisé une soirée beer pong pour les Erasmus. Je n'y allais pas pour participer mais surtout pour voir les gens ! Je ne sais plus par quel moyen et pourquoi mais je me suis mise à discuter avec Damien, un français qui est dans mon université. Je lui ai demandé ce qu'il faisiat ce week-end (peut-être qu'au fond cette question n'étais pas si anodine ^^), et il m'a dit qu'il partait avec un autre français Nicolas se faire un week-end dans les montagnes et que justement il cherchait une troisième personne pour venir avec eux ! L'idée me tentait bien surtout que c'était l'occasion de découvrir des nouvelles personnes… mais d'un autre côté je n'avais pas envie d'abandonner mes amis. Et partir en Week-end avec deux inconnus rencontrés dans un bar ce n'est pas commun !!

Mais au fil de la soirée l'idée a frayé son chemin dans mon esprit et lorsque je suis partie, je leur avais donné mon numéro pour que l'on puisse organiser ça !

Conférence au palais primatial 

Vendredi était organisé une visite du site de notre projet: la frontière entre l'Autriche, la Slovaquie et la Hongrie. Au début j'ai pensé que cette journée allait être très longue ! En effet les visites de sites c'est souvent beaucoup d'informations à prendre (notes, photos, dessins,...) et depuis 8h30 nous devions faire des visites jusqu'à la tombée de la nuit. De plus le matin, le temps était maussade et humide, ce qui n'arrangeait rien ! Néanmoins le guide, un professeur de l'école d'agriculture de Nitra d'après ce que j'ai compris, était plein de ressources et avait plein d'informations intéressantes à nous donner. Le midi nous avons eu la chance de pique-niquer dans 3 pays en même temps ! En effet le "Three countries point" est le lieu où les 3 frontières se rencontrent ! A partir de ce moment j'ai commencé à apprécier la visite. Tout d'abord j'aime beaucoup notre petit groupe de projet ! J'ai eu l'impression que cette petite sortie à permis de resserrer les liens entre nous ! Ensuite le soleil a commencé à faire son apparition au moment où nous sommes allés au Devin's Castle (que j'avais envie de voir depuis super longtemps ça tombait bien !). Le soleil perçant la brume sur le Danube, c'était sublime ! On a fini le voyage au "Pont de la liberté", un pont pour piéton et cycliste qui traverse également la frontière entre Autriche et Slovaquie.

La frontière et ses nombreux témoignages du passé 
Le château Devin  
Le pont de la liberté (et les couleurs d'automne !!) 

Je suis rentrée bien fatiguée de cette intense journée de visite. Une fois arrivée je devais m'occuper de prendre mes billets de train pour le week-end. Yann, Clément et Christian devait se joindre avec nous mais toutes les locations étaient remplies, et celles qui restaient étaient beaucoup trop chères. Cela s'annonçait trop compliqué pour eux, je partais donc bien avec deux inconnus le lendemain !!

11
11
Publié le 24 octobre 2019

Parfois il est bon de suivre son instinct… Ceci aurait aussi pu être le titre de ce post !

Lorsque je suis partie samedi matin, je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre, je n'avais pas l'impression de faire quelque chose d'exceptionnel mais quand je me répétais "tu vas partir en week-end avec deux gars que tu as rencontrés dans un bar l'avant-veille", l'expérience me paraissait folle ! J'avais un peu parlé avec les garçons pour l'organisation de notre excursion et ils avaient l'air sympas donc j'étais plutôt rassurée… Et l'idée de se plonger dans l'inconnu me plaisait bien ! (Je suis venue en Erasmus pour vivre des choses nouvelles non ? ). A cela s'ajoutait l'envie d'être en pleine nature et de faire de la randonnée, ce qui effaçait toute sorte d'appréhension.

J'ai donc retrouvé Damien et Nicolas à la gare et nous avons pris le train en direction de Žilina, une ville de taille moyenne située à 2h30 de Bratislava. Le voyage s'est bien passé, nous avons commencé à faire connaissance. Arrivée à Žilina, première étape: prendre le bus. Bien sûr tout était écrit en Slovaque et personne ne parlait anglais mais grâce aux languages des signes, à l'aide de google traduction, (peut être à nos quelques mots de slovaques) et à la gentillesse de deux conducteurs, on a facilement pu trouver notre arrêt. Nous avons encore fait une heure de bus pour arriver à Terchová, un village qui se trouve dans le parc national des Malà Fatra. Arrivée sur place nous nous sommes directement dirigés vers l'office du tourisme pour récupérer des cartes pour les randos. Malheureusement celui-ci venait de fermer (un office de tourisme fermé le samedi après-midi et le dimanche en dit long sur la taille de la ville ^^). On s'est donc dirigés bredouilles vers le logement que Nicolas avait réservé. Là encore une autre épreuve nous attendais ! On est arrivé devant le cottage mais il n'y avait qu'une porte de garage qui lorsqu'on l'ouvrait donnait sur un jardin, et personne pour nous accueillir. Un peu perdus, on a appelé la propriétaire qui nous a indiqué que les clés se trouvaient dans un des placards lorsque l'on passait la porte d'entrée. Finalement on a bien pu tout récupérer et le cottage s'est révélé charmant ! Il y avait des pièces communes avec salle à manger, véranda et cuisine. Notre chambre était petite mais propre et confortable. On a posé nos affaires, pris nos piques-niques et on est ensuite parti faire une randonnée (il était déjà 14h30 !). La rando était juste sublime, nous sommes montés sur un rocher qui surplombait Terchová. Plus on montait, plus c'était beau et on ne se lassait pas du paysage flamboyant qui s'offrait à nos yeux ! Le temps était vraiment parfait et les couleurs d'automne dont je rêvais depuis un petit bout de temps étaient au rendez-vous ! Le chemin n'était pas si facile et était ponctué de cordes et d'échelles mais ça rendait le tout encore mieux ! On a un peu trainé et on a fini la randonnée dans la nuit ! (J'avoue qu'à ce moment je n'étais pas super rassurée car on se trouvait dans une région à ours donc lorsque l'on a aperçu les lumières du village j'étais plutôt rassurée !). On a ensuite fait des courses au Lidl pour le petit déjeuner et le pique nique du lendemain, puis ensuite on a cherché un restaurant pour manger. Malheureusement il n'y avait pas grand-chose et le seul encore ouvert à cette heure-ci (20h !) proposait seulement "a chicken soup"! On s'est donc rabattu sur un bon plat de pâtes maison et on est retourné au Lidl acheter ce dont on avait besoin. On a également pris une bouteille de vin local (pour quand même consommer au moins un produit slovaque, parce que des pâtes au pesto et des muffins au chocolat, ça n'est pas très typique ^^ !). On a finalement opté pour un petit vin de Nitra… Qui restera en mémoire ! Il s'avérera pas bon du tout (je ne suis pas une experte en vin mais celui-là ressemblait plus à du vinaigre !) mais il a eu l'avantage de bien nous faire rire !!


Les paysages sublimes de Terchová


Notre petite chambre 

Le lendemain matin nous voulions partir à la journée pour faire une bonne randonnée mais nous avions un problème avec les sacs… Nous n'avions pas envie de les porter toute la journée et d'un autre côté il n'y avait pas de réception à qui les confier...Après avoir essayé de contacter la propriétaire par tous les moyens, nous avons décidé de prendre avec nous tous les objets de valeur et de déposer nos sacs dans l'espèce de placard où se trouvais les clés (qui n'était pas fermé), on a également laissé une fenêtre ouverte au cas où la porte du garage serait fermée. Après ces petits stratagèmes, nous avons quitté le cottage pour débuter la randonnée. Nous ne savions pas trop où aller car on ne savait pas si ce qu'on voulait faire était atteignable à pied ou non (et on ne devait pas louper notre bus pour repartir à 18h le soir). Mais heureusement Nicolas gérait bien la carte et finalement tout s'est bien ficelé. On a donc commencé par Jánošíkove Diery, un canyon où courent cascades et rivières. Le chemin était aménagé avec des échelles et des passerelles (parfois quelque peu vertigineuses !). Mais au milieu des couleurs d'automne s'était superbe ! On a ensuite décidé de pousser la randonnée en direction d'un des plus hauts sommets du parc des Mal Fatra, le Malý Rozsutec (1343m), avec l'objectif de manger au sommet (Terchovà se trouve aux environs de 550 m d'altitude). La montée se fait dans des forêts d'épineux quand tout d'un coup on débarque sur un plateau avec pas mal de vent et devant nous se dresse le sommet. Les panneaux indiquent 15min de montée, mais le sommet est encore très haut par rapport à nous: cela signifie que la montée va être raide ! En effet c'est à l'aide d'agrafes, de cordes et d'échelle qu'on arrive au sommet ! Arrivée en haut une bouffée de bonheur m'envahit: un paysage à 360° s'étend sous mes yeux et l'horizon est si clair que l'on voit à des centaines de kilomètres à la ronde. Je suis heureuse d'être là, heureuse d'être aller à ce beerpong, heureuse d'avoir fait confiance en mon instinct qui me disait que ça allait être bien ! On pique-nique donc devant cette vue d'exception et déjà, il est temps de redescendre: on doit prendre un bus à 16h50 à Štefanová, un village dans la vallée pour rejoindre Terchovà. La redescente se passe bien, je commence quand même à sentir que cela fait deux jours que l'on randonne ! Finalement tout se passe bien: on arrive à temps pour prendre le bus à Štefanová et on récupère nos affaires sans problème au cottage ! Lorsque j'arrive à Bratislava le soir, je suis vraiment heureuse de mon week-end. Le fait d'avoir coupé pendant deux jours de la ville fait énormément de bien ! Je suis aussi contente de retrouver mes colocs avec qui on se raconte mutuellement nos week-ends respectifs !

Un deuxième jour de randonnée tout aussi sublime
12

Eh bien ! Ca faisait longtemps que je n'avais pas eu une semaine chargée comme celle que je viens de vivre ! J'ai vraiment eu l'impression de courir partout ! Comme je veux profiter de mes week-ends à fond pour découvrir de nouveaux endroits, je prends un peu de retard sur mon travail, que je compense la semaine.

Lundi je me suis donc levée tôt pour travailler, la journée s'est ensuite déroulée avec les cours, et le soir j'ai travaillé jusqu'à assez tard. Les professeurs de projet nous ont donné tout d'un coup beaucoup de travail pour le projet ! J'appelle rapidement ma mère au téléphone car mes parents viennent me rendre visite ce week-end et nous devons organiser leur venue.

Mardi matin, je vais à mon cours de Slovaque, puis je fais une sieste en rentrant et un peu de blog (j'ai tellement de retard !!), avec le week-end intense que j'ai vécu et le travail tard la veille, je suis un peu fatiguée. L'après-midi nous avons cours de structure jusqu'à 16h30. On va ensuite faire les courses (notre frigo est archi vide, ça ne va pas du tout !). Puis on retourne à 18h aux ateliers pour continuer à travailler le projet. J'ai beaucoup aimé travailler avec les autres, j'aime cette ambiance de travail où chacun réfléchit et travaille sur un projet commun. On s'est interrompu quelques instants pour aller au super super, un événement organisé par ESN, où est présenté à chaque fois un pays et ses coutumes. On a donc pu déguster quelques spécialités slovaques et ensuite on est retourné travailler.

Mercredi matin, en cours de sculpture, on travaille avec des pommes, on doit ensuite reproduire la sculpture dans de l'argile- l'exercice n'est pas facile et après plusieurs tentatives infructueuses, je commence sérieusement à perdre patience ! ^^ Ce matin là , la sœur de Yann arrive également de Roumanie avec une amie. Le midi c'est l'effervescence à l'appartement ! Plein de choses à raconter et pas assez de temps avant la reprise des cours, c'est un peu la course !! L'après-midi on doit présenter le projet, c'est stressant car j'ai l'impression que ce que nous avons fait n'est pas du tout abouti par rapport aux autres étudiants. En effet depuis la conférence de jeudi dernier, se tient un workshop avec des étudiants de l'IMLA (International Master of Landscape Architecture). Ceux-ci travaillent non stop depuis la visite de vendredi dernier (samedi et dimanche inclus) alors c'est sûr que la différence se ressent… Je suis un peu déçue que l'école ne nous ais pas vraiment aménagé l'emploi du temps pour nous faire prendre part au workshop car je pense que cela aurait pu être très intéressant et aurait pu nous aider pour notre projet. Le soir les professeurs ont réservé un restaurant pour tous les étudiants du workshop - le Flagship restaurant (et oui encore !). La soirée était sympa mais j'étais surtout contente de ne pas rentrer tard pour pouvoir bosser un peu (en réalité surtout avancer sur le blog !).

Ma superbe sculpture de pomme ^^

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bon je reprend l'écriture de cette article environ 2 semaines plus tard ce qui fait que je ne me rappelle plus trop dans le détails mes journées .

On attendait plein de monde pour les jours suivants: mes parents et ma sœur arrivaient le vendredi et Margot, la copine de Yann arrivait le samedi. On a donc passé la matinée du vendredi à nettoyer l'appartement (qui en avait fortement besoin !) et j'ai aussi fait des courses pour préparer le repas du soir (j'avais invité tout le monde à venir manger à la coloc).

S'en est suivi un week-end où j'ai jonglé entre visites de la ville avec mes parents et travail. En effet, cette semaine à un peu sonné comme la reprise du travail. Le rythme s'est un peu intensifié (bon cela reste quand même léger par rapport à ce que j'ai connu à Strasbourg !).

Un super bon restaurant que l'on a testé à Bratislava avec mes parents ! 
Un petit paradis caché découvert près du vieux marché 
Family <3  
13
13
Publié le 10 novembre 2019

Cette semaine a été pas mal intense également ! J'avais envie de profiter de ma famille mais d'un autre côté, j'avais aussi pas mal de travail ! La troisième année en architecture (en tout cas dans mon école) est celle où on apprend tout ce qui est informatique. Pour l'instant on dessinait tout à la main, le problème est que les profs ici nous demandent des rendus informatiques mais que nous on n'y connait rien ! Et tous les autres sont super calés ducoup je panique un peu parfois ! Je prends énormément de temps pour tout faire alors que j'aimerais être efficace pour pouvoir voyager au maximum le week-end.

Mardi après le cours de slovaque, qui se terminait à 10h30, j'ai rejoint mes parents dans un café. Comme je n'avais pas cours avant 14h l'après-midi, on a décidé d'aller faire un tour des friperies avec ma sœur ! J'ai beaucoup apprécié ce moment partagé avec elle et je me suis dégotée des petites pièces sympas pour moins de 2 € la pièce ! Nous devions y retourner après mon cours de structure mais la prof m'a stressée en nous montrant tout ce que nous avions à faire et je ne me sentais pas d'aller faire les magasins alors que j'avais du travail. J'ai donc annulé et je me suis concentrée sur mon travail. Il me semble que le soir je ne suis pas allée manger avec mes parents mais je suis restée à la coloc. J'ai mangé avec Yann, Christian et Margot, la copine de Yann. Etant donné que je mange souvent avec mes parents et que quand je suis à l'appartement je travaille dans ma chambre, j'ai l'impression de pas les voir cette semaine ! C'est vraiment étrange: on vit dans le même appartement mais on ne se croise pas ! Ducoup ce petit repas était l'occasion de faire la connaissance de Margot, ce qui était super sympa !

Le mercredi matin en sculpture nous avons modelé des crânes ! Je pensais que l'exercice allait se relever difficile mais au final le résultat n'était pas si horrible que ça ! Mais je n'ai pas pu le finir entièrement car, avec mon groupe de projet, nous avions décider d'aller visiter le site de notre projet à vélo (soit la frontière entre l'Autriche et la Slovaquie sur une vingtaine de kilomètres). L'excursion fut pleine de péripéties ! Tout d'abord nous sommes partis sur la pluie, ce qui ne donnait vraiment pas envie. Nous avons loué les petits vélos jaunes de Bratislava pour 6€ la journée et nous sommes partis de Petržalka, un quartier qui se trouve au sud de Bratislava, de l'autre côté du Danube. Notre objectif était de suivre le tracé exact de la frontière, ce qui ne s'est pas avéré toujours évident ! Parfois la frontière se trouve en plein milieu d'un champ et traverser dans la terre et l'herbe avec des vélos de ville super lourds n'est pas une tâche aisée ! Le soleil a fini par arriver et nous avons fait une petite pause en haut d'une butte pour déguster un peu de comté que mes parents avait ramené puis nous avons pique-niqué sous un vieux pont en pierre dans la faisanderie, un petit bois assez sympa. C'est à ce moment à que les choses se sont compliqués: Damien a roulé sur une branche (bon c'est vrai que faire du VTT avec des vélos de ville n'est peut-être pas le plus adapté…) qui l'a fait dérailler. Un petit problème mécanique simple à régler en temps normal mais sur ces vélos de ville tout est camouflé par des énormes caches en plastique, ce qui fait que nous n'avions pas accès à la chaine. Après quelques tentatives pour démonter le cache à l'aide d'une clé, nous avons fini par abandonner. Il fallait qu'on se sépare. On était au milieu des champs et il n'y avait pas d'autres moyens que de rentrer à pied ou à vélo. Antonia a décidé de raccompagner Damien jusqu'à Bratislava (tant bien que mal en poussant l'autre sur le vélo ou en utilisant celui-ci comme une trottinette). Arnauld, Ayelen et moi avons continué jusqu'à notre objectif: le 3 countries point: lieu où la frontière entre la Slovaquie, la Hongrie et l'Autriche se rejoignent. Mais nous avions déjà perdu pas mal de temps à essayer de réparer le vélo de Damien, à faire pas mal d'arrêts lorsque l'on voyait des petites tours d'observations( ou plutôt pour les chasseurs je pense) et à galérer dans les champs pour pouvoir suivre strictement la frontière ! Il n'était pas tard mais avec le changement d'heure, le soleil se couche de plus en plus tôt ! Il fait nuit aux environs de 16h45 maintenant ! On a donc décidé de changer de stratégie car le chemin devenait compliqué et d'emprunter l'eurovélo 13 qui ne passait pas loin. Cette partie de l'excursion était magnifique: on a perçu des dizaines et des dizaines de biches qui couraient dans les champs mais aussi des lièvres qui détalaient à notre arrivée et plein d'oiseaux différents dont le Great Bustard (je ne connais que le nom en anglais), une espèce protégée. Le tout sur un fond de soleil couchant au milieu des champs, c'était sublime ! Mais le chemin commençait à se faire long et le jour à décliner et il fallait encore que l'on rentre ! On a donc décidé de ne pas aller jusqu'au bout (on avait déjà vu le three countries point lors de la visite organisée par l'école) et de rentrer en passant par la route. Le retour de nuit sur une route assez fréquentée ne fût pas des plus agréables et lorsque j'ai vu les premiers blocs de Petržalka j'étais soulagée !! On a posé nos vélos et on a pris un bus pour rentrer. Une fois arrivée à l'appart, crevée et gelée, j'ai pris une bonne douche chaude et je me suis préparée car nous avions réservé au Flagship. Je voulais faire découvrir à ma famille les Pirohy et Haluski, spécialités locales ! C'était déjà leur dernière soirée à Bratislava et je n'en revenais pas comme le temps était passé vite ! J'ai l'impression que leur arrivée était hier !

Jeudi matin, je suis passée dire aurevoir à mes parents et ma sœur et après mes cours, je me suis mis en mode "travail intense". J'ai l'impression que le travail s'accumule un peu et que j n'arrive pas à avancer dessus. J'ai donc travaillé assez intensément jeudi après midi. Je voulais continuer le soir mais Damien m'a invité à une pasta party chez lui à laquelle je n'ai pas pu résister !

(Oui on est flou)

Le vendredi je me suis levée tôt (7h30) et j'ai bossé toute la journée. Vers 17h, Antonia est venue pour faire du projet et elle a mangé à l'appartement. Nous avons ensuite préparé nos affaites car nous prenions un bus à minuit au départ de Bratislava direction Wroclaw en Pologne ! J'étais super excitée à l'idée de ce départ dans la nuit et quand nous sommes parties dans les rues de nuit avec nos sacs à dos pour aller à la gare routière, je me suis dit que vraiment cette Erasmus était une expérience de folie !

14
14
Publié le 10 novembre 2019

Après une nuit plutôt courte (et inconfortable) dans le flixbus, nous sommes arrivés à 7h à Wroclaw (l'arrivée était normalement prévue à 8h mais le conducteur avait… une conduite rapide disons !). Cette arrivée matinale nous a donc permis de voir la ville au réveil. On a rejoint le centre à pied et comme il commençait à pleuvoir, on a cherché un endroit où petit-déjeuner. Bien sûr il n'y avait encore rien d'ouvert (comment ça les cafés ouvrent à 10h sur la place centrale d'une ville touristique ?!!) excepté le "Café de France". Un café qui restera dans nos mémoires! Il n'avait de français que le nom (et les prix !). Au petit déjeuner, j'avais le choix entre des œufs et des saucisses ! J'ai quand même réussi à dégoter un peu de pain et de confiture ! Le serveur (et je pense patron du café) nous a proposés ensuite des shots "typiques" (je me demande si ce n'est pas parce qu'on était des touristes !), ils sont servis chaud avec de la vodka, du miel et du citron. Je commence par dire non et comme tout le monde essaye, je cède également ! Boire un shot de vodka au petit déjeuner à 8h du matin, c'est une première ! Na zdrovie ! Bienvenue en Pologne !

Après ce petit déjeuner atypique, on va visiter le musée de l'architecture car il ne fait pas très beau. Le musée ne s'avère pas des mieux que j'ai fait mais lorsque l'on ressort le soleil est enfin là ! On continue la visite de la ville. Le centre est très mignon avec des maisons de style nordiques de toutes les couleurs. Wroclaw et une ville qui a été très touchée par la seconde guerre mondial et qui à été beaucoup détruite, c'est pourquoi se mêlent des architectures très diverse. Le midi on mange typique dans un petit restaurant local, qui nous coûte 3 fois moins cher que notre petit déjeuner du matin ! On va ensuite récupérer les clés de notre chambre à l'auberge de jeunesse (ici aussi encore très peu chère: 7€ la nuit !). L'après-midi, on continue notre visite: une rivière, l'Oder coule dans la ville, ce qui crée des petites îles qui sont bien aménagées. Il y a aussi beaucoup de bâtiments (modernes ou non) et d'églises en briques, ce qui n'est pas pour me déplaire ! Le soir on mange dans un restaurant super bon ! (encore une fois pour très peu) et ensuite on va rejoindre Emma, une fille qui était à l'ENSAS dans ma promo et qui fait un Erasmus à Varsovie . J'avais posté une story sur Instagram montrant que j'étais à Wroclaw et elle m'a dit qu'elle y était aussi ce Week-end ! On l'a donc retrouvé dans un bar avec d'autres Erasmus espagnols. C'était drôle de se retrouver comme ça super loin de Strasbourg !

Je suis rentrée vers 1h du matin, en effet on était debout depuis 7h du matin et la nuit dans le bus (ni celle d'avant) n'avaient été des plus reposantes !

Le lendemain après avoir parcouru la ville pour trouver du pain et de la confiture pour petit déjeuner, on a quitté la chambre et déposé nos sacs dans un casier, on est reparti pour une deuxième journée de visite. On est retourné dans les coins que l'on avait vu de nuit la veille. On a fini la journée à la halle du centenaire, un monument des années 10, point marquant de l'architecture en béton armé. Nous avons visité le musée qu'il abritait, que j'ai beaucoup apprécié. Puis nous sommes retournés au centre ville, on a bu un coup dans un bar, on est retourné chercher nos affaires à l'auberge de jeunesse, on a acheté de quoi se faire un petit sandwich et il était déjà l'heure de repartir ! J'ai mieux dormi au retour mais j'étais quand même contente de retrouver mon lit lorsque je suis arrivée à 6h30 à l'appartement. Je me suis recouchée 3 petites heures avant de retourner en cours !

Encore une fois j'ai vraiment passé un super week-end ! Je trouve que lorsque l'on passe une nuit quelque part, cela rend le week-end plus intense et on a vraiment l'impression d'être parti loin !

Les petites maisons de couleurs sur la place principale 
Les nombreuses églises de la ville 
Vue du dessus 
Architectures ...
...et amis <3 
La halle du Centenaire 
15
15
Publié le 25 décembre 2019

Quelqu'un peut me dire ce qu’il se passe avec le temps depuis que je suis partie en Erasmus ??? Il s'est accéléré ?... Ah je me disais aussi !

J'ai l'impression que le temps me file entre les doigts: on est en Novembre, ce qui signifie que je suis déjà à la moitié de mon premier semestre. Même au quotidien, le temps passe beaucoup trop vite: on fait la cuisine, on se met à manger, on parle un peu et hop il est déjà minuit et je n'ai pas travaillé de la soirée ! Je rentre de voyage, on a deux jours de cours et ça y est il est déjà temps de planifier notre prochain week-end ! Le rythme est intense mais je me dis que cet Erasmus est unique et que c'est une expérience qu'on ne vit qu'une fois, alors autant en profiter !

Le lundi matin, après la nuit en bus et l'arrivée à 5h30 à Bratislava, était dur. Avec Antonia, on dormait à moitié pendant le cours de photo ! (En plus on était dans la chambre noire pour développer, ce qui n'arrangeait rien à notre forte envie de dormir ! ^^). J'ai cru que je n'allais pas tenir la journée car j’avais encore deux cours plutôt importants: projet et une conférence le soir. Finalement en projet, on a pas mal avancé (on était un peu perdus à la suite de notre dernière séance mais on s'est bien reconcentrés sur notre concept de base, on a commencé à dessiner sur le tableau et pas mal de choses se sont clarifiées, j'étais assez satisfaite !). Le soir la conférence était vraiment super intéressante ! (Je pense une des meilleures que j'ai faite !). En rentrant chez moi, je n'ai pas trop eu le courage de bosser, je suis allée me couchée tôt.

Le lendemain matin j'ai eu un peu de mal en cours de slovaque, je me sentais encore super fatiguée ! Mais en rentrant à l'appart j'ai travailler assez efficacement ducoup j’étais plutôt contente de moi. Le soir on était invité au restaurant par le propriétaire de notre appartement (oui nous aussi on a trouvé ça un peu étrange). Il voulait nous faire déguster des spécialités slovaques. J'ai repris des Pirohy, un des deux seuls plats que je peux manger en tant que végétarienne, et j'ai découvert un dessert trooop bon (mais aussi super faaat): une crêpe bien épaisse à la pomme de terre (qu'on ne sentait pas du tout) avec un nappage à la noix, un délice ! Le propriétaire nous a offert deux bouteilles de vin (un rouge pour les gars et un blanc pour lui et moi) et a insisté pour nous en prendre une troisième ! Personnellement, je ne bois pas 50cL de vin en une soirée donc c'était largement assez pour moi mais Yann et Christian ont repris un verre chacun et le proprio a insisté pour leur offrir un digestif local ! Comme la conversation tournait beaucoup autour du vin et autres alcools, ça ne me passionnait pas trop (et je devais être aussi un peu fatiguée) mais mes deux colocs ont eu l'air de bien apprécier leur soirée !

Le mercredi, le cours de sculpture était très décevant: le prof nous a demandé le même exercice que la fois précédente mais en modifiant quelques règles: nous devions à partir de la forme d'un crâne, imaginer une composition. Un sujet très vague qui ne nous a pas du tout inspiré ! J'ai un peu l’impression que le prof ne nous prend pas trop au sérieux: il nous donne un sujet qu'il a l'air d'avoir inventé quelques minutes avant d'arriver (en retard) et ensuite après nous avoir donné le sujet il part sans dispenser aucun conseil pour ne revenir qu'à la fin...

Le soir j'ai enfin découvert les fameux "dormitories", des immenses dortoirs, là où la plupart des étudiants slovaques et Erasmus logent. Je dois rejoindre Antonia pour travailler dans la salle commune, qui a un aspect disons ... très rustique ! La soirée se prolonge et elle me propose de manger avec elle. On mange donc assises par terre dans le couloir (il n'y a pas de salle avec des tables, ni de chaises pour manger) en compagnie de Marie, Violette , Silkee et Karolina: un petit moment partagé plutôt sympa !

Après-midi travail dans la salle commune du dorm

Le jeudi, journée normale de travail. Le matin nous avons travaillé le projet et l'après-midi je me suis penchée sur mon building structure. Le soir je suis retournée chez Damien pour une "Burritos party" cette fois-ci, organisée par Allan, un mexicain. Damien et Nicolas étaient en train de planifier leur week-end et voulaient absolument que je parte avec eux mais cette fois, je sentais que ce n'était pas raisonnable. J'étais encore fatiguée de notre week-end à Wroclaw (et de tout ce qui était arrivé avant), j'ai donc décidé de rester un week-end à Bratislava. J'avais aussi un peu de travail qui s'accumulait et je voulais prendre un peu d'avance.

Je me souviens que le samedi Antonia est venue travailler à l'appart et que nous sommes ensuite allée manger un cheesecake chez Mondieu en guise de pause. Le samedi nous sommes allées boire un chocolat chaud avec Emma, qui passait la journée à Bratislava. Je l'ai vue en coup de vent puisque après je suis allée rejoindre Antonia au Kunsthalle, un musée d'art contemporain que l'on voulait faire depuis longtemps. Et là on n'a pas été déçue ! Déjà l'entrée était payante (5€ en tarif normal ! Heureusement l'entrée était demi-tarif pour les étudiants !). L'exposition commençait par un film assez étrange, "The feast of Trimalchio " que nous avons commencé à regarder. Comme c'était vraiment très étrange et que ça s'éternisait un peu, on a continué la visite qui se prolongeait en expo d'une dizaine de photos. Et c'est tout ! Un peu déçues et voulant rentabiliser nos 2€50, on est retournées s'installer devant le film, qui au final a duré 45 min ! (Je vous mets un lien ici pour que vous vous rendiez compte de l'étrangeté de ce film ! ^^ Oui oui on a bien regardé ça durant 45 minutes !)

Les petits détails de la semaine 
Un cheesecake chez Mondieu 
Nos ombres sur l'exposition photo 

C'était tout pour cette semaine, pas de Week-end super loin mais des petites sorties à Bratislava même, ça fait aussi du bien de se reposer.

16
16

Après ce petit week-end plus tranquille, il était agréable d'attaquer la semaine avec le sentiment d'être reposée et de ne pas être surchargée de choses à faire.

Lundi, en photo, nous avons imprimé les photos de notre shooting à l'argentique, que je vous mets ici:

En sculpture, le cours n’était encore une fois pas des plus intéressants, on a donc décidé de faire des compositions communes avec Antonia et Clément.

Jeudi soir, nous avions décidé d'organiser une Lasagne party dans notre appart. Quand j'y repense, on s'était beaucoup trop pris la tête avec Yann et on avait beaucoup trop acheté à manger ! Mais bon c'était sympa d'avoir des gens à l'appartement ! Après Christian a allumé la télé dans le salon pour mettre des clips musicaux et je trouve que ça coupe un peu l'ambiance parce que tout le monde se met à regarder ce qu'il se passe sur l'écran...mais bref ! Après s'est ensuivi un bon petit ménage aux alentours des deux heures du matin !

Tout ça pour repartir tôt le lendemain matin à la découverte de la Slovaquie centrale !

Nous avons donc pris le train à Bratislava le matin à 8h en direction de Ružomberok. Le voyage en train se passait bien jusqu'à ce qu'un groupe du troisième âge débarque et envahisse tout le wagon ! On a dû tous bouger parce qu'ils avaient réservé tous les wagons. Comme les couloirs ne sont pas larges, je vous laisse imaginer avec les sacs de tout le monde, les papis/mamies qui veulent à tout prix trouver leur place attitrée et nous qui essayions de sortir, c'était un joyeux bazar ! On a même cru qu'on n'allait pas pouvoir descendre à notre arrêt tellement on était bloqué dans les couloirs !

Yann, coincé dans le train ^^

Arrivés à bon port, nous avons entamé une petite randonnée en direction de Vlkolinec, un "Skansen", c'est à dire un petit village traditionnel slovaque. La petite ville de Ružomberok en soi n'avait rien d'exceptionnel et nous avons peu à peu quitté barres d'immeubles et civilisation pour nous retrouver sur un joli petit chemin de petite montagne. Et... c'est là que nous avons vu...au sol, dans la boue, deux empreintes assez fraiches... celles d'un ours ! Nous savions qu'il y avait des ours en Slovaquie et nous avions pas mal blagué là-dessus lorsque l'on était dans les Malà Fatra, mais là c'était la première fois que nous avions une preuve concrète sous nos yeux ! Nous avons ensuite continué le chemin, quand même aux aguets au cas où un ours surgirait et nous avons rejoint le petit village de Vlkolinec. Dans ce Skansen, les maisons traditionnelles en bois sont peintes et se succèdent dans une harmonie colorée, constituant un décor charmant, très vernaculaire. A cela s'ajoutait le fait que nous étions quasiment seuls, c'était très agréable ! Après un petit pique-nique au bord de la rivière qui traversait le village, nous sommes repartis car nous avions un bus à 16h30 pour rejoindre Zuberec, où nous allions loger. Nous sommes arrivés vers 19h, dans la nuit, à Zuberec et après avoir un peu galéré à trouver le logement (oui on est peut-être un peu rentré chez le voisin...), on a fini par trouver les propriétaires, très sympas qui nous ont ouvert la porte de notre maison pour deux nuits. Après quelques courses, nous sommes allés manger dans un restaurant traditionnel (et non je n'ai pris ni haluski, ni pirohy cette fois-ci mais une sorte de fromage chaud avec de la confiture de grenade...Etrange ! ^^).

Les pattes d'ours !!

Le lendemain, réveil très matinal (6h) car nous devions prendre un autre bus qui nous permettait de commencer la randonnée un peu plus haut et ainsi éviter de marcher la portion de route qui était peu intéressante. Ce lever tôt valait le coup puisqu'après avoir vu le village vide et silencieux, nous sommes arrivés dans une vallée où les nuages du matin se teignaient d'un joli rose cotonneux. L'objectif de la randonnée était d'atteindre Roháčsky vodopád, la plus grande cascade des Tatras occidentales, qui tombe de 20 m de haut, puis ensuite d'aller vers Roháčske plesá, une multitude de lacs de montagnes pour finir par gravir un sommet. Après avoir atteint la cascade, la randonnée devenait de plus en plus intéressante. Tout d'abord, il y avait très peu de soleil et beaucoup de brume, ce qui donnait à l'environnement une atmosphère mystique. La végétation aussi se transformait : partout une sorte de pin dont les branches s'agitaient sous le vent. Le paysage était teinté de tons jaunes, oranges, marrons et vert. Nous avons fini par atteindre un premier lac dont le bleu turquoise et la transparence de l'eau reflétaient à merveille les sapins qui l'entouraient. L'ascension s'est continuée. Nous avons commencé à marcher sur les premières fines couches de neige. Nous avons atteint un deuxième lac, sûrement un des paysages les plus beaux que j'ai vus jusqu’ici. Le lac était couvert d'une fine couche de glace/neige qui se craquelait tandis qu'une brume accrochée à sa surface lui conférait une atmosphère presque surréelle. A ce moment-là, une légère bruine a commencé à tomber. Nous avons poursuivi notre chemin, on avait vu qu'il y avait un refuge indiqué sur la carte et nous avions prévu de nous y arrêter pour manger à l'abri. Plus on avançait, plus j'avais froid et hâte d'arriver à l'abri du refuge : le vent ajouté à la pluie qui tombait sur nous me glaçait. Malheureusement une fois au refuge, la déception fut grande : c'était juste une petite cabane en bois, fermée et sans aucun auvent pour s'abriter ! On s'est donc serré contre la façade du côté protégé du vent et on a installé une planche en bois pour créer un espace plus abrité. Yann avait son réchaud dans son sac, ce qui nous as permis de faire des pâtes et du thé pour essayer de nous réchauffer. Quand nous avons redémarré après notre petit pique-nique, j'avais vraiment froid et j'ai essayé de marcher vite pour me réchauffer. On a décidé de ne pas faire le sommet : il y avait trop de brume et on avait trop froid pour ça. Plus on redescendait, plus il faisait chaud et comme on avait le temps, on a fini la randonnée sur la route que l'on avait faite le matin en bus mais de nuit !

On est arrivé bien fatigués au logement, mais très content de notre journée. Personnellement c'est la première fois que je vois des paysages aussi époustouflants ! Je n'en revenais pas de la randonnée que l'on avait faite ! On est allé fêter ça autour d'une bonne pizza puis on est rentré à l'appart où on s'est fait un bon petit vin chaud pour se remettre de notre journée au grand air !

Le lendemain, réveil plus tardif (aux alentours de 8h30) par la propriétaire qui venait chercher le règlement. On a pu laisser nos sacs dans le logement, ce qui nous a permis de partir en rando légers. Nous avons emprunté un petit "chemin" à travers champs pour rejoindre le musée de Vlkolínec par un autre moyen que la route que nous avions prise la veille. Quand nous sommes arrivés au Skansen de Vlkolínec, nous avons eu la surprise de découvrir que l'entrée était gratuite car on était le jour d'une fête nationale ! On s'est donc baladé dans la village-musée de maisons en bois en maisons en bois. Lorsqu'aux alentours de midi, une bonne odeur a commencé à chatouiller nos narines, on s'est de nouveau dirigé vers le centre du village, intrigués. Et là on s'est retrouvé en plein milieu d'une fête où goulash, fromages et biscuits slovaques étaient servis à volonté, gratuitement ! On ne s'attendait pas du tout à ça et on était très content de se retrouver soudainement immergé en plein milieu de la culture slovaque, seuls étrangers à cette fête. Quelques chanteurs et musiciens ont commencé à entonner des musiques traditionnelles et il flottait dans l'air une atmosphère de fête. Nous sommes ensuite rentrés par la route sous un joli coucher de soleil car nous devions récupérer nos affaires au logement et reprendre bus et train pour rentrer à Bratislava.

Je suis encore une fois rentrée ressourcée par toute cette nature à Bratislava et très contente de mon Week-end ! Je me rends compte que j'apprécie de plus en plus partir randonner en pleine nature !

17
17
Publié le 26 décembre 2019


Bon je dois avouer, comme j'écris ces derniers de post quasiment un mois après, je ne me rappelle plus en détail ce qu'il s'est passé durant cette semaine… Comme d'habitude, ce sont souvent les fins de semaine qui sont les plus animées (donc à partir du jeudi soir !), c'est donc cette partie que je vais vous relater.

Je me souviens que jeudi soir, nous avons organisé une "Pierogi party" dans notre appartement. Les Pierogi sont la version polonaise des Pirohy slovaques. Ce sont des sortes de raviolis fourrés au fromage ou à la viande. Karolina, une polonaise nous avais proposé de nous faire un petit cours de cuisine et c'était super sympa ! (Bon par contre bonjour la galère pour nettoyer la table après ^^).

Le vendredi matin nous avons pris un train en direction de la Hongrie à la découverte de Budapest ! C'est vraiment une très belle ville, dynamique que l'on a eu le temps de découvrir durant 3 jours, sous le soleil ! Nous sommes partis à 6 : Antonia, Damien, Nicolas, Clément, Yann et moi !

Dans le train...

Nous avons commencé la visite de la ville, par le quartier juif, un de mes quartiers préférés je pense ! Entre ruins bar, petits restaurants hypsters, jolis street arts et magasins branchés, j'ai vraiment aimé cet endroit ! Mais je pense que les photos parlent mieux d'elle même que de longues descriptions !

Les jolis street art 
Rácskert, un lieux sympa avec pleins de foodtruck pour manger !
Simpla Kert, un ruin bar, un lieu à découvrir absolument !!

Nous avons fini la visite de la ville de nuit (et oui on est en hiver le soleil se couche tôt !), avec un vin chaud pris sur le marché de Noël.

Le parlement de nuit

Le lendemain, nous nous sommes réveillés tôt car nous voulions voir le lever de soleil depuis le bastillon des pécheurs (Situé sur la rive ouest du Danube, c'est un édifice construit à la place d’anciens murs d’enceinte, qui remplit une fonction décorative uniquement. Il offre, entre autres, un superbe panorama sur la ville). C'était assez magique de marcher dans le calme des rues encore endormies de la capitale. Après avoir gravi les marches qui mènent jusqu'au bastillon, une superbe vue sur Pest s'offrait à nous. Et surtout nous avons vu l'endroit vide de touristes (ce qui était loin d'être le cas quand nous sommes revenus dans l'après-midi !).

Le bastillon des pêcheurs au lever du jour

Nous sommes ensuite allés prendre un petit déjeuner dans une boulangerie française (un pain au chocolaaaaaat !!). Puis nous nous sommes rendus au marché central (le plus grand des cinq marchés qui aient été ouverts dans la ville à la fin du XIXe siècle) : un lieu qui foisonne de produits, de couleurs et d'odeurs (surtout le premier étage qui était saturé de souvenirs et d'attrapes-touristes). Même si l'endroit perdait un peu de son charme avec tous ce qui était destiné aux touristes, l'architecture et la structure des halles en elles-mêmes méritent le détour.

Le marché central

Nous avons ensuite pris la direction du Mont Gellert, qui surplombe la ville de Budapest de ses 235 mètres de hauteur. Il offre un excellent point de vue sur la capitale hongroise. Sur ce mont se trouvent aussi la Citadelle et la Statue de la liberté. Nous avons continué la balade sur la colline de Buda avec le château et ses jardins.

La faim commençait à se faire sentir, nous sommes allés sur le marché de Noël pour manger. Nous avons testé des Lagos: un pain frit sur lequel est ajouté de la crème et du fromage râpé. Personnellement, je n'ai pas trop apprécié cette spécialité, un peu trop lourde à digérer à mon goût.

Puis comme la nuit et le froid tombaient, on a décidé de faire une attraction des plus connues à Budapest : les bains thermaux ! C'est une expérience vraiment unique que je vous recommande. Au début, j'avais un peu peur que ce soit surfait, trop touristique (nous avons testé les thermes Széchenyi, les plus connus), mais je n'ai pas été déçue ! Il y a vraiment un large choix de bains, saunas, hammams ce qui fait que l'on peut y passer beaucoup de temps, et les bains en extérieur sous les fumées de condensations à 40°C lorsqu'il fait froid dehors sont vraiment une expérience unique ! Nous sommes restés de 17h jusqu'à la fermeture (22h), ce qui fait qu'à la fin nous étions pratiquement seuls ! On est rentrés bien fatigués mais très contents de notre journée à l'auberge de jeunesse !

Le dimanche nous avions réservé une visite du parlement à 9h. La visite, bien que trop courte, était très intéressante et nous as permis de découvrir les joyaux que renferme ce monument emblématique de Budapest ! A la fin de la visite, Ambre nous a rejoint. Elle était avec nous à Strasbourg et fait un Erasmus à Budapest. C'était vraiment sympa de la retrouver !

Nous sommes ensuite retournés près des thermes Széchenyi, dans le parc Városliget, où se trouvait une patinoire géaaante (vraiment quelque chose à faire je pense !) juste devant le château de Vajdahunyad, non loin de la place des Héros.

Le château de Vajdahunyad dans le parc Városliget

Après une balade agréable sous le soleil, nous sommes allés manger dans un Houmous bar (pour mon plus grand bonheur !! - j'adore le houmous). Et on a continué à flâner dans la ville avant de reprendre notre train….

… Ce qui s'est révélé plus compliqué que prévu puisque celui-ci est parti avec 20 minutes… d'avance ! (oui moi non plus, je n'avais jamais vu ça !). En gros, au moment où on est arrivé on a vu notre train qui s'éloignait sur le quai. Finalement tout s'est réglé, on a pu prendre un train qui partait plus tard et on est bien rentré à Bratislava, content de notre week-end découverte de la capitale hongroise.

18
18


En ce début de semaine, nous sommes sortis tous les soirs pour aller manger quelque part, si bien que j'ai eu très peu l'impression d'être à l'appartement !

La semaine a bien commencé avec un petit restaurant lundi soir. Après la conférence, nous sommes allés manger à l'Urban house, un de mes restaurants préférés à Bratislava je pense. J'en avait déjà parlé au tout début de l'aventure car nous étions allés boire notre première bière sur le sol slovaque dans cet établissement ! La déco est vraiment superbe : briques au mur, palettes, objets chinés, plantes et bibliothèque en font un endroit chaleureux où il est agréable de manger ! J'ai pris un curry de légumes, qui quoiqu’un peu épicé, était délicieux !

Mardi soir nous avons décidé de tester le marché de Noël de la vieille ville qui avait ouvert le week-end précédent. Habituée au marché de Noël de Strasbourg, un des plus beaux et grands d'Europe, celui de Bratislava semblait bien petit, mais c'était quand même agréable de s'y promener. Il y a très peu de choses à acheter (beaucoup de souvenirs mais pas du tout de petits artisans). Par contre il y a du choix niveau nourriture ! Il y avait notamment des crêpes partout ! Ce sont des Lokše, des crêpes à base de pomme de terre qui peuvent être aussi bien salée que sucrée. Notre choix s'est finalement porté sur des délicieuses (mais bien grasses !) galettes de pomme de terre avec du chou et du fromage par-dessus ! Ensuite nous voulions prendre une petite crêpe en dessert mais le marché de Noël ferme à 22h, nous étions dans la queue pour en acheter et quand notre tour est arrivé (on était les derniers de la file), la vendeuse nous as dit que c'était fini, il était 22h pile, elle devait fermer ! Ils ne rigolent pas avec les horaires ici ! Tant pis la crêpe sera pour une autre fois !

Jeudi soir (pour continuer sur le thème culinaire) était organisé une soirée allemande chez Damien : il y a de plus en plus de monde à nos petites soirées, si bien que l'on s'est retrouvé à une quinzaine dans son petit 25 m² ! Au menu, tartinade, bretzel et salade de pomme de terre, simple mais bon !

Vendredi matin, nous avons fait une réunion chez Clément car nous avons décidé de partir en voyage durant notre inter-semestre. On s'est décidé pour les pays du Nord mais on devait affiner les destinations et les dates et réserver les avions et autres moyens de transports.

Après une bonne matinée de recherche, je suis rentrée chez moi en m’activant car je partais à 15h pour un week-end de rando dans les Hautes Tatras !

Après quelques courses au Tesco, on a rejoint la gare et sauté dans le train direction la montagne !! Nous avions 2 changements. Le premier se fait à Štrba (pas facile à prononcer je vous l'avoue). On arrive dans une gare déserte, de nuit ou le contrôleur nous indique un escalier pour accéder à un quai situé en hauteur où se trouve un petit train. Celui-ci est quasiment vide, on s'installe. L'endroit est plutôt insolite : des sièges en bois, deux wagons sans aucun voyageur à bord, juste nous, perdus en pleine campagne slovaque, dans la nuit. Le plus étrange est lorsque ce petit train a démarré, soudain des éclairs illuminent le paysage autour de nous ! Pas d'orage à l'horizon, ceux-ci proviennent du train ! Les wagons s'inclinent, on monte en altitude et on aperçoit les premières neiges. On arrive finalement à Štrbské Pleso, (encore un nom difficile à prononcer !) où l'on doit faire un deuxième changement. Là on va prendre le petit train rouge des Tatras, un train qui parcourt la montagne et dessert toutes les stations. Moins rustique que le premier mais vide néanmoins, on s'y installe pour atteindre notre destination finale, Stary Smokovec où nous attend notre logement. L'arrivée de nuit, dans une station de montagne déserte est aussi une image que je n'oublierai pas !

Le lendemain, au réveil un spectacle magnifique s'offrait à nous : le sol avait gelé et le ciel était teinté de belles couleurs rosées. Nous avons enfilé chaussures de rando, pantalon de ski et anorak d'hiver et nous sommes sortis pour pouvoir enfin toucher la neige et se retrouver au grand air.


Nous avons commencé la randonnée sous le soleil, presque en tee-shirt tellement il faisait bon. On commençait à regretter d'avoir pris tant de couches ! Plus on montait, plus le paysage devenait magnifique et plus la couche de neige à nos pieds s'épaississait (ce qui restait léger quand même, environ 5cm). Par contre les gens que l'on croisait dans le sens inverse étaient vraiment beaucoup plus habillés que nous : les slovaques sont-ils frileux ou alors il fait vraiment froid là-haut ? On a vite compris lorsque l'on est arrivé aux alentours des 1600 mètres d'altitude, près d'un lac que l'on voulait atteindre. Un vent glacial s'était levé ce qui nous a obligé à remettre des couches en plus. Je portais maintenant tous ce que j'avais emporté, il ne fallait pas que la température descende plus ! Heureusement se trouvait à cet endroit un hôtel/refuge où nous avons pu nous abriter pour manger. Nous avons été contents de trouver les pâtes chaudes que l'on avait mises dans un thermos le matin.

Notre bouillie de pâtes/pesto 

Après s'être bien réchauffé, nous avons décidé de repartir pour aller voir le lac et la cascade. Quand on est sorti le thermomètre de l'hôtel indiquait -7°C. Mais le vent était devenu si fort que certaines bourrasques nous empêchaient d'avancer. Après avoir fait le tour du lac, nous avons gravi le chemin à côté de la cascade gelée. Le sol était un peu glissant, il fallait donc faire attention de ne pas déraper et ne pas rester trop longtemps sous les stalactites de glaces qui se balançait au-dessus de nos têtes… Puis soudain à quelques mètres de nous des chamois ! Il y en avait de tous les côtés ! C'était la première fois que j'en voyais de si près !

Nous sommes finalement arrivés au-dessus de la cascade et là s'est offert à nous une des plus belles visions que je n'ai jamais vu. Le soleil était en train de se coucher, ce qui donnait au ciel des teintes rose-orangées. Dû au vent, la neige volait et brouillait le paysage, et au-dessus de nous se dressait le sommet enneigé. J'avais l'impression d'être au beau milieu de l'antarctique ! Mais ce paysage ne s’est pas obtenu sans effort. Les bourrasques de vent qui soulevaient la neige nous fouettaient le visage. Je me souviens que j'avais tellement froid aux jambes, que celles-ci me brûlaient. Je ne sais pas quel était le ressenti là-haut mais on était bien en dessous des -7°C ! A cela s'est ajouté la neige qui commençait à tomber. Etrangement, la partie la plus difficile, celle où j'ai le plus souffert du froid, restera la plus belle. Un moment de dépassement de soi, récompensé par une nature sublime !

Nous avons ensuite décidé de redescendre au refuge pour se réchauffer. Puis nous avons entamé la redescente, au début entre chien et loup pour finir complétement dans la nuit, à la frontale. Plus on descendait, plus je me réchauffais et un sentiment d'apaisement me gagnait. Mon corps contracté par le froid se détendait peu à peu, nous étions maintenant sur le chemin du retour et une bonne douche chaude m'attendait au logement.

La descente de nuit 

Le soir, après des bons traditionnels halusky et pirohy slovaques nous avons fait une soirée tranquille au coin du feu dans la pièce commune du logement où nous étions.

Le lendemain, nous avons repris le petit train des Tatras, de jour cette fois-ci, pour rejoindre une autre station, la plus connue des Hautes Tatras, Štrbské Pleso. Arrivée là-bas nous sommes allés faire un tour du lac puis nous avons pris un télésiège, car nous n'avions pas assez de temps pour faire l'ascension. Le sommet était situé à 1840m et la météo était beaucoup plus clémente que la veille, le soleil était au rendez-vous. Nous sommes redescendus par un petit chemin bien enneigé avec un cours d'eau au milieu. Nous avons pique-niqué sur une pierre au soleil avec un thé bien chaud ! La randonnée était beaucoup plus facile mais néanmoins très belle.

Puis vers 15h, c'était déjà l'heure de reprendre le petit train des Tatras pour rejoindre Stary Smokovec afin de récupérer nos affaires au logement et de prendre notre train retour pour Bratislava. Le train retour avec le coucher de soleil sur les montagnes était aussi sublime.

Encore une fois je suis rentrée à Bratislava, ressourcée, des étoiles pleins les yeux de ce week-end. Si vous aimez la montagne, la Slovaquie est vraiment un pays à découvrir. Tout est facilement accessible en train et en bus (les villages sont beaucoup mieux desservis qu'en France !). Plus cet Erasmus avance, plus je me dis que j'ai vraiment bien fait de choisir cette destination !

19
19
Publié le 27 décembre 2019

Ça y est nous sommes en décembre ! Le dernier mois de 2019 ! Et pour certains le dernier mois de leur Erasmus ! Comme à chaque fois je n'arrive pas à croire qu'une année s'est déjà écoulée ! A l'école, on sent que le rythme de travail s'intensifie un peu et que les rendus approchent. D'un autre côté, il ne reste plus beaucoup de temps avec certains, alors on essaye d'en profiter un maximum.

Comme si la météo avait été mise au courant de ce jour spécial, lundi, les 1ères neiges sont tombées à Bratislava ! Antonia, Arnauld et Marie s'étaient donnés comme défi d'aller se baigner dans le Danube aux premiers flocons et c'est ce qu'ils ont fait ! En cours de photographie on a imprimé des photos de nos proches sur des matériaux que l'on avait sélectionnés.

Mardi soir était organisé un super super, ce sont des soirées lancées par la team ESN où chaque nationalité peut à tour de rôle présenter son pays et ses spécialités (oui on a un peu repris le concept avec nos soirées culinaires à thème). Ce soir-là, c'était le super super français. Clément avait fait des spätzle et Marie des galettes de sarrasin. Il se passait à la FEI ( Faculty of Electrical engineering and Information technology). Je ne peux parler de cette soirée sans mentionner l'architecture quelque peu déroutante de cette faculté. Tout d'abord, si toutes les facs de la STU (Slovak University of Technology) sont situées au même endroit, au centre de la capitale, celle-ci se trouve complétement dans un autre quartier à l'autre bout de la ville. De l'extérieur, elle ressemble à un paquebot qui aurait échoué. Une architecture massive qui se divise en terrasse. A l'intérieur, les plafonds affaissés, les murs dégarnis, les trous un peu partout et l'absence d'éclairage donne au tout une ambiance quelque peu lugubre. Je suis bien contente d'être à la faculté d'architecture !

Les magnifiques détails de la FEI

Le mercredi nous avons eu un cours de sculpture que j'ai bien aimé ! Le prof n’était toujours pas là pour nous conseiller mais le sujet qu'il nous a donné était inspirant ! Nous devions faire des corps dans une position assise sur un socle ! Je pense que c'est le meilleur cours que l'on ait eu !

Jeudi, nous avons fait une soirée chez Clément, de loin la meilleure de toutes celles que j'ai faite ! Cette fois-ci c'était les turcs qui étaient aux fourneaux. Ali avait demandé du renfort à Mehmet et Furkan, 2 autres Erasmus turcs. Je ne me rappelle plus des noms des plats qu'ils ont cuisinés mais c'était un délice ! Ali avait invité plein de monde, ce qui fait qu'on était bien 25 dans l'appartement de Clément ! On a mis la musique et on a dansé (ils nous ont montré des danses traditionnelles turcs) et bu du Tatra Tea ! (un alcool fort typique slovaque - délicieux !) Une soirée vraiment sympa !

Vendredi, après une bonne journée de boulot, nous sommes allés à la patinoire du marché de Noël. Elle n'est pas très grande mais à notre grand étonnement, il n'y a pas beaucoup de monde ! L'entrée n'est pas payante, ce qu'il fait qu'on peut y rester tant que l'on veut et que l'on peut y aller n'importe quand, si on a nos patins. Comme je n'en avais pas, j'ai décidé d'en louer. C'est vraiment simple : une petite cabane pour la location, les bancs publics pour changer de chaussures, on est bien loin des grosses infrastructures françaises ! Certains ont même décidé d’acheter des patins chez Decathlon car au bout de 5 sorties à la patinoire, c’est plus rentable que la location !

Samedi et dimanche, j'ai décidé de ne rien faire du tout. Je sentais que j'avais vraiment besoin de me retrouver seule. Yann n’était pas là et Christian a travaillé tout le week-end, donc j’étais plutôt tranquille. J'ai beaucoup travaillé, étrangement, cela m’a fait du bien de prendre du temps pour travailler intensément et à mon sens de moins bâcler le travail. Le dimanche, un rayon de soleil à travers mes vitres m’a donné envie de mettre le nez dehors. Je suis donc allée explorer Petržalka, un quartier de Bratislava situé sur l’autre rive du Danube. Datant des années 60, c’est un des plus gros ensembles neufs jamais construits en Europe. Il est caractéristique de l'architecture socialiste avec ses immeubles uniformes de 4 à 8 étages, d’ailleurs il est facile de se perdre, car le quartier est vraiment immense (100 400 habitants) et tout se ressemble ! Ce qui m’a étonnée c’est que contrairement aux quartiers de barres que l’on peut trouver en France, le quartier semble très paisible et familial. On trouve des écoles et des commerces pour chaque lot d’immeubles et surtout beaucoup de verdure ! J’ai longé le canal qui traverse le quartier pour arriver à un petit lac dans un parc. La nature est vraiment facilement accessible ici !

Il me semble en avoir déjà parler mais je trouve que parfois cela fait du bien de se retrouver un peu face à soit même. Tout ce que l'on vit en Erasmus est tellement intense, que se retrouver seule permet de prendre un peu de recul et d'assimiler tout ce qu'il est en train de nous arriver !

20
20
Publié le 29 décembre 2019

Ça y est ça sent la fin ! Les cours que l'on a cette semaine sont déjà les derniers du semestre !

Lundi, on photographie ce que l'on a réalisé la fois précédente. Le soir, on va manger à l'Urban bistro, également une adresse que je voulais tester depuis longtemps à Bratislava. Je pense que cela doit être affilié avec l’Urban house car l'esprit y est le même dans une version un peu plus simple, moins restaurant. J'ai pris des fallafels et du houmous et un cheesecake au chocolat/cerise en dessert (ils sont vraiment fort en Slovaquie pour ça !).

Des élèves concentrés...

Mardi, c'est aussi notre dernier cours de structure. Comme on est que 3 à s'y rendre, la prof nous invite dans son bureau. Dans le couloir, sont affichés au mur des travaux de première et deuxième année … c'est là que je me dis qu'à Strasbourg on est vraiment nul en structure et en dessin informatique...

Les posters de structure des étudiants slovaques...

Mercredi matin, pour le dernier cours de sculpture, le prof nous invite chez lui dans son atelier. Il a une maison immense. Construite sur un terrain en pente, l'atelier se trouve au niveau -1 et s'ouvre sur une terrasse ensoleillée. De grandes baies vitrées permettent aux rayons de soleil d’entrer dans la pièce. On arrive sur une mezzanine avec un canapé et une petite cuisine, puis on descend dans cet espace avec une belle hauteur sous plafond où se trouvent toutes les machines et les matériaux. Bref un atelier de rêve ! Le prof nous a acheté des pâtisseries et nous sert du champagne (oui à 10h du matin !!) pour fêter la fin du semestre !


Le soir nous sommes retournés à la patinoire et ensuite on a mangé au marché de Noël.

Jeudi, comme le rendu de notre projet approche, on décide de travailler toute la journée à l'école pour bien avancer. L'après-midi j'ai un peu de mal à me concentrer et je sens que je perds en efficacité. C'est à ce moment que mon téléphone portable décide de me lâcher ! J'avais mis de la musique pour travailler et comme aucun son ne sort de mes écouteurs, je vérifie mon portable et là...impossible de rallumer l'écran ! J'essaie par tous les moyens, rien n'y fait… C'est un mystère. C'est dans ces moments-là que l'on se rend compte que l'on dépend énormément de notre téléphone et que sans on se retrouve un peu perdu. C'est donc parti pour une semaine et demi de détox pour moi le temps de l'emmener chez le réparateur en France !

Vendredi, journée de travail intense : on a décidé de partir en week-end samedi soir et dimanche, je dois donc tout finir pour la présentation de lundi avant ! Le soir on fait une dernière réunion au dormitory. Le projet se finalise, il ne reste plus grand chose à faire, cela devrait être bon pour samedi.

Samedi matin, je rentabilise ma matinée, puis je prépare mes affaires vite-fait et hop me voilà partie !

Nous prenons cette fois la direction des basses Tatras, et plus précisément Demänovská Dolina, une station de ski. Après 6 bonne heures de trajet, on arrive enfin à destination. Il fait nuit donc on ne voit pas les paysages, mais vu la neige qu'il y a au sol, on devine que c'est bien enneigé ! Lorsque que l’on arrive dans le logement que l'on avait réservé, la première impression n'est pas très bonne: il n'y a personne pour nous accueillir (alors que sur le site il y avait marqué que la réception était ouverte jusqu'à 22h) et personne ne répond au téléphone… Que faire ? Après quelques hésitations et voyant que personne ne répond à nos appels téléphoniques, on décide d'aller regarder de l'autre côté du comptoir, la liste de réservation. On repère notre nom et on prend les clés de la chambre qui correspondent. Mais là encore nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! Lorsque l'on ouvre la porte, une odeur insipide de chaussettes mouillées se dégage ! A cela s’ajoute une chaleur insupportable et lorsque l'on marche par terre on remarque que la moquette est imbibée d'eau, due à une fuite du radiateur ! Là on est perplexe : Que faire ? Il n'y a personne à qui s'adresser et la perspective de dormir ici ne donne vraiment pas envie… On décide donc d'aller voir quelles sont les autres chambres de libre, de prendre les clés et de choisir celle qui nous convient ! Et c'est ce que l'on a fait ! (Le lendemain lorsqu'on a prévenu la réception, ils n'y ont pas vu d'inconvénients !).

Le dimanche matin, nous avons mis nos chaussures de rando, enfilé nos vêtements chauds et nous sommes partis à l'aventure. La randonnée s'annonçait un peu compliquée du fait de la neige : la couche était très épaisse et on s'enfonçait un peu. Avec mes chaussures qui s'arrêtent en dessous de la cheville et qui ne sont pas étanches, j’avais les pieds trempés au bout d'une demi-heure ! (Dans un moment de découragement, je me suis demandée si c'était bien conscient de marcher les pieds mouillés avec une température inférieur à zéro degré !). Les paysages étaient beaux et a météo pas trop mauvaise (la neige s'est mise à tomber à un moment donné et le vent s'est levé mais ça n'a pas duré), donc nous avons continué. Nous avions pris une vallée à l'écart des pistes de ski mais on entendait au loin les annonces de la station en slovaque qui résonnait tout autour de nous d'écho en écho, ce qui donnait l’étrange impression de se retrouver au milieu d’un film de science-fiction !

Après un petit pique-nique, nous avons entamé la redescente en direction de la station (on avait un bus pour rentre à 16h). On en a profité pour faire quelques glissages sur les pistes enneigés puis on est rentré se réchauffer et se changer. Finalement, il y avait une dame à l'accueil très sympathique qui, je pense, avait envie de parler et qui nous a fait la discussion et nous as permis d'utiliser les douches chaudes pour se réchauffer pieds et jambes. On a pris des boissons chaudes en attendant notre bus. Puis s'était déjà l'heure de rentrer !


Ce week-end dans les basses Tatras fut court mais le fait de se retrouver en pleine nature permet de vraiment couper et m'a fait beaucoup de bien !

Les années précédentes je n'aurais jamais cru pouvoir partir en week-end avant un rendu mais apparemment en Erasmus le champ des possibilités est beaucoup plus large !

21
21
Publié le 29 décembre 2019


Dernière (petite) semaine ! Vendredi je rentre en France après 3 mois en Slovaquie ! Je n'en reviens pas ! Je suis quand même contente de rentrer chez moi et de retrouver mes proches et amis ! Je n'ai pas trop ressenti de manque ou de mal du pays (surtout ces deux derniers mois où nous n'avons pas arrêter de voyager) mais je un retour dans un univers connu va me permettre de me reposer un peu et de prendre du recul par rapport à tout ce que j'ai vécu ces trois derniers mois.


Lundi nous présentons donc notre projet final. La présentation se passe bien, il faut dire que les profs sont très (trop ?) conciliants et gentils avec nous. On obtient un A (ce qui est la meilleure note que l'on puisse avoir - ça ne m'étais jamais arrivé en France !). Ça y est le projet dont on parle depuis fin septembre est fini ! Je n'ai pas eu l'impression d'avoir eu une énorme charge de travail à effectuer, comme celle à laquelle on est habitué en cours de projet à l'école d'architecture !


Le soir, on décide de faire une soirée "alsacienne" chez Clément. On se lance dans la fabrication de bredele (biscuits de Noël) et de tartes flambées et Clément cuisine des spätzles. Au final on fait beaucoouuup trop à manger pour la dizaine que nous sommes, mais c'était très sympa de cuisiner tous ensemble. On finit la soirée avec des jeux ! Une soirée simple comme j'aime.


Mardi vers 11h, on se décide d'aller passer l'après-midi à Vienne ! On book nos tickets de bus et hop à midi nous voilà partis en direction de la capitale Viennoise ! La facilité avec laquelle les choses s'organisent m'impressionnera toujours ! On avait déjà fait Vienne au début du semestre mais je voulais aller voir les Hunderwasserhaus, que l'on avait manqué et Clément voulait faire le marché de Noël. Après un petit pique- nique, constitué des restes de la veille, dans le parc du château du belvédère, nous prenons la route des Hundertwasserhaus. C'est un immeuble qui…n'est pas des plus sobres disons ! Hunderwasser un architecte et artiste du 20ème siècle, se dressait contre tous ce qui était strictement planifié et quadrillé et souhaitait retrouver un lien fort en homme et nature. L'immeuble est donc formé de lignes ondulantes, organiques. Des arbres plantés en façades et toiture poussent un peu partout. La façade est peinte de diverses couleurs et des mosaïques et colonnes viennent orner le tout.

Hundertwasserhaus


Après cette vision insolite, nous sommes allés nous promener sur le marché de Noël, plus grand et animé que celui de Bratislava. On a retrouvé Yann, qui nous avait quitté pour faire un musée et Marine qui fait un Erasmus à Vienne et nous avons terminé cette journée tous ensemble autour d’un bon chocolat chaud !


Le soir à l'apartement nous avons fait une nouvelle réunion pour finir de planifier notre voyage dans le Nord.


Mercredi après-midi, je suis allée faire le tour des concepts store avec Antonia pour trouver des cadeaux de Noël (et oui il faudrait peut-être que je commence à y songer !). Le soir, Antonia prenait un bus à 22h pour rentrer chez elle, on est donc allé manger un dernier coup tous ensemble (des sushis !). Puis lorsqu’elle est partie, j'avais encore faim donc je me suis dit qu'il était temps d'aller enfin tester ces fameuses crêpes du marché de Noël ! Je vous le conseille, c'était vraiment bon ! Puis on s'est laissé tenter par un Tatra Tea chaud. Du 72% mélangé avec de la poire pour clément et moi ! C'était très bon !


Puis on est rentré à l'appartement où une mauvaise surprise nous attendait ! Notre coloc Christian nous avait demandé s'il pouvait organiser une petite soirée avec ses amis italiens, histoire de fêter la fin de l'Erasmus. On avait dit oui parce qu'on les connaissait tous et qu'ils étaient environ une dizaine. Mais lorsque l'on a poussé la porte de l'appartement, on est tombé sur une trentaine de personnes qui faisaient la fête dans notre salon, dont je ne connaissais pas la moitié ! (Un gars nous a même dit en nous voyant rentrer et poser nos chaussures : "oh pas la peine de poser vos chaussures !", quand j'y repense ça me mets hors de moi !). Christian m'a dit qu'il y avait du monde mais qu'ils ne devraient pas rester longtemps car la plupart devaient rentrer chez eux le lendemain. Fatiguée et moyennement motivée pour faire la conversation à tous ces gens, je suis allée dans ma chambre. Sauf que le volume n'est pas descendu et qu’ils ont continué à faire la fête jusqu'à 4 heures du matin !! J'étais vraiment super mal parce qu'ils faisaient beaucoup de bruits, notre parquet grince, ce qui n'arrange rien, et je ne parle même pas des allers-retours dans la montée d'escalier ! Le voisinage est en plus super calme, constitué de familles et les voisins sont venus sonner deux fois ! Quand j'y repense j'aurais dû mettre tout le monde dehors en voyant que ça dégénérait ! C'est ce que je ferais si s'est amené à se reproduire (ce que je n'espère pas) et tant pis si je passe pour la relou de service ! C'est vraiment bizarre comme sensation de ne plus rien contrôler, comme si l’on n’était plus vraiment chez soi… C'est un des aspects de la colocation que je redoutais le plus...


Le pire était l'état de l'appartement quand on s'est levé le jeudi matin, mais je vous passe les détails...


Après avoir nettoyé la cuisine (ce n'étais pas à nous de le faire mais j'avais moyennement envie de manger dans un endroit sale), on s'est fait un brunch avec des pancakes. Je n’ai ensuite pas fait grand-chose de ma journée (déjà bien entamée, on a fini de bruncher à 15h30 !). J’ai préparé mon sac pour mon retour en France.


Le soir on est allé manger chez Arnaud qui avait plein de restes à finir ! Une soirée sympa mais je suis parti tôt car je devais me lever à 3h du matin pour partir en direction de la France le lendemain !


Et voilà c'est la fin de cette première partie d'Erasmus. En janvier, j'ai un examen le 13 puis nous partons en voyage dans les pays nordiques, je pense que je reprendrais le fil des aventures à ce moment là !

A janvier !

22

16.01.2020

Ça y est c’est le jour J ! Après avoir planifié, épluché sites internet et guides verts, en avoir parlé autour de soi avec l’impression de ne pas vraiment réaliser, le grand départ est aujourd’hui !

Ou plutôt ce matin très tôt… Je me lève à 5h45, enfile mes affaires bien préparées la veille, hisse mon sac à dos, vérifie une dernière fois si j’ai tous mes papiers importants. Passeport, Visa et appareil photo sont bien là, je peux partir. Un mélange de stress et d’excitation euphorique m’accompagne à travers la nuit.

6h30. Arrivée à la gare routière. Premier petit stress du voyage : le bus n’arrive pas ! C’est un comble on prend tout le temps des bus pour aller à Vienne et il n’y a jamais aucun problème ! Mais pour prendre un vol qui débute un voyage de 3 semaines, il est en retard ! Il arrive finalement au bout de 30 minutes d'attente.

9h35. On décolle. Copenhague, on arrive !

11h30. Nos pieds foulent le sol danois. Ça y est le voyage commence vraiment !

On prend le tramway pour rejoindre la ville car l’aéroport est assez loin. Les premières images de Copenhague nous apparaissent : briques partout et style à la danoise. On se perd un peu dans les rues afin de trouver notre auberge de jeunesse, le Generator hostel. Chaque coin de rue semble photogénique et de bon goût. Après avoir déposé nos affaires, on pique-nique dans un parc juste à côté de l’hôtel, « Kongen Have », un ancien jardin royal. Le soleil joue un peu à cache-cache mais il fait plutôt bon.

On part se balader dans le centre-ville où on rejoint Damien et Nicolas (qui étaient allés manger à un autre endroit car ils n’avaient pas prévu de pique-nique) à Nyhavn. C’est un peu l’endroit emblématique de Copenhague, que l’on voit sur toutes les photos Instagram. Les canaux bordés de maisons colorées et les mâts des voiliers éclairés par des guirlandes lumineuses donnent un côté charmant à l’endroit !

Nyhavn 

On continue notre balade au cœur des quartiers plus modernes de Copenhague (il y a beaucoup de briques, j’adore !) et de jolies maisons colorées. On traverse également de belles infrastructures contemporaines pour les vélos (Circle bridge, Inderhavnsbroen). Je commence à être un peu fatiguée et à avoir un peu froid alors avec Alice et Antonia on décide de rentrer à l’hôtel. On n’a pas fait attention lorsque l’on a réservé mais dans cet hôtel, il n’y a pas de cuisine partagée, on va donc devoir faire sans, sachant que c’est un peu compliqué de manger dehors car Copenhague est réputée pour avoir un coût de la vie élevé ! On mange une bonne pizza pour fêter cette première journée de voyage.

Architecture contemporaine, briques et vélos 

A 22h, je suis exténuée et je décide d’aller me coucher. Mais au moment de me glisser dans mon lit on remarque que tout le monde est dehors sur le trottoir en face de notre hôtel… C’est étrange… Nicolas sort de la chambre et reviens en disant « il faut évacuer ! ». En effet une alarme retentit dans l’hôtel mais on ne l’entend pas depuis notre chambre ! On ne comprend pas ce qu’il se passe mais on se retrouve en pyjama, tongues/chaussettes sur le trottoir dans le froid. Heureusement c’est une fausse alerte et on remonte assez vite dans nos chambres ! Cette première soirée de voyage incongrue nous aura bien fait rire !

17.01. 2020

Après un bon petit déjeuné, acheté chez Aldi à côté de l’hôtel, on part de nouveau en direction de Nyhavn que l’on apprécie sous une lumière matinale.

Les bateaux du port sous la lumière dorée du matin  

On se rend ensuite à Christiana, un quartier hippie/alternatif. Les photos sont interdites dans cet endroit où des odeurs de cannabis flottent et où des vendeurs de drogue étalent leurs marchandises à chaque recoin. Des hommes, le visage marqué par les ravages de l’addiction, croisent nos regards. Friches industrielles taguées et œuvres d’art récup forment un bric à brac hippie à l’ambiance Woodstock. On continue la balade au bord de l’eau où se trouvent de (plus ou moins) jolies maisons en bois.

Christiana 

Après s’être bien baladé -il fait beau et bon, le temps s’y prête bien, on retourne au centre-ville pour manger. Et oui on a trouvé la solution à nos problèmes de repas ! Damien le pro du Too good to go, nous a trouvé des paniers repas pas cher. Too good to go est une application qui permet de collecter les invendus pour des prix très faibles ! Cela permet d’éviter aux commerçants de gaspiller et nous de se régaler pour pas cher ! On prend 5 paniers repas et on dévalise le restaurant/traiteur. On rentre manger (beaucoup trop !) à l’hôtel. L’après-midi, balade dans la ville (des immeubles en briques, des vélos et des jolies portes !). On visite l’église «Frederiks kirke » depuis laquelle s’ouvre une jolie vue sur l’opéra, bâtiment contemporain au bord de l’eau. Puis on marche jusqu’à l’emblématique petite sirène de Copenhague devant laquelle on fait une magnifique photo de groupe ! Comme il fait nuit assez tôt, on va visiter le Design Museum, gratuit pour les étudiants. Très intéressant, il retrace l’histoire du design à travers les siècles jusqu’à aujourd’hui. On se rend ensuite dans un bar à la décoration très Pinterest (comme un peu tout ici j’ai l’impression !). Meubles récup, briques, fleurs séchées et tuyaux apparents lui confèrent une ambiance indus/récup mais aussi conviviale et chaleureuse que j’aime beaucoup. Le soir, toujours énormément calé par notre repas du midi, on mange un petit bout de pain et du fromage et on va se coucher !

Le centre historique
Frederiks kirke  
Design Museum 

18.01.2020

Aujourd’hui, on décide de visiter Copenhague à la locale et de louer des vélos. « Hayley » sera mon fidèle destrier pour la journée ! Copenhague est une ville très agréable à vélo : les pistes cyclables sont très fréquentées et la plupart des aménagements sont pensés en fonction du déplacement cycliste. Il y a des parkings à vélo partout, ici utiliser la bicyclette est une norme ! On part visiter les quartiers nord : Østerbro, Nørrebro et Nordhavnen.

Sur le chemin, on passe près de Nyboder, des maisons jaunes construites en bandes le long des rues. Ces petites maisons ont été construites au 17ème siècle pour loger les matelots de la marine royale et leur famille. On passe aussi dans des rues très colorées, où chaque maisons est peinte avec goût dans une couleur différente de sa voisine, très photogénique !

Une rue colorée  
Nyboder (photo de droite)  

Nordhavnen est un quartier moderne situé sur une zone portuaire. Foyer d’une architecture contemporaine, les nombreux logements résidentiels sont vraiment intéressants à voir ! On pique-nique juste à côté de jolis saunas en bois (et on assiste aux courageux plongeons des adeptes de sauna dans l’eau gelée de la baltique). On rencontre des locaux qui naturellement se mettent à nous parler et à nous demander d’où on vient, ils nous dressent même une petite liste avec leurs meilleures adresses ! C’est impressionnant comme ici la plupart des gens sont ouverts et se mettent à parler naturellement anglais avec nous !

Les saunas 

A Nørrebro, on s’arrête à Superkilen, une place haute en couleur ! C’est assez émouvant d’être ici car c’est sur cet aménagement urbain que j’ai passé mes entretiens d’entrée à l’école d’architecture de Strasbourg ! C’est un peu un retour là où tout a commencé ! Un espace multiculturel a été aménagé dans des anciennes friches industrielles, c’est assez sympa, on passe pas mal de temps dans la bibliothèque (il faut dire que ça nous réchauffe, il ne fait pas chaud du tout dehors et il s’est mis à pleuvoir).

Petite photo de groupe à Superkilen 

Ensuite il est déjà le temps de rendre nos chers vélos ! On passe acheter des cookies pour se remettre de nos efforts. Comme on vient de visiter les quartiers Nord de la ville, on est un peu loin de l’hôtel. Une petite bruine s’abat sur nous. On s’arrête boire un coup dans un bar à mi-chemin. Puis pendant qu’un groupe rentre à l’auberge, l’autre va récupérer un too good to go à l‘autre bout de la ville. Lorsque l’on ouvre les boîtes…SURPRIISE… de délicieux Smørrebrød! Les Smørrebrød sont des spécialités danoises, ce sont des sortes des grosses tartines avec du pain noir bien garnies. Pas très convaincue par la qualité de ceux-ci (et aussi parce qu’ils étaient principalement composés de viandes), je me rabats sur les salades qui elles sont plutôt bonnes (nos restes de la veille, que l’on avait déposés sur la fenêtre pour les garder au frais, on finit mangé par les mouettes et goélands…)

19.01.2020

Déjà notre dernier jour à Copenhague ! Le temps passe vite et le voyage avance !

Pour cette dernière journée, après avoir déposé nos bagages dans les casiers de l’hôtel, on part finir de visiter le centre-ville, dont nous avons loupé quelques parties ! La luminosité du matin est vraiment belle ! Les rayons du soleil jouent à cache-cache avec les toits et illuminent les rues d’une douce lumière dorée. On s’achemine jusqu’à Christian Borg palace, où nous montons au sommet de la tour principale. Une vue sur toute la ville s’étend sous nos yeux.

Puis comme on avait beaucoup aimé se promener en vélo la veille, que c’est beaucoup plus rapide et qu’on a encore beaucoup à voir, on décide de relouer des vélos. Le temps est magnifique aujourd’hui. Aucun nuage ne vient troubler le bleu du ciel. On se dirige jusqu’à « The Waves », des pontons en bois où les danois viennent se baigner en été. L’endroit est juste parfait pour un pique-nique : au bord de l’eau, calme, confortable et chauffé par les rayons du soleil.

The Waves 

Ensuite on se rend plus au Sud de la ville, au niveau de Orestad. C’est un nouveau quartier à l’écart de la ville (on traverse un énorme parc/champ pour y accéder). On voit les projets de BIG. La qualité des espaces crée et des bâtiments m’impressionne. Ce sont des projets que l’on voit comme référence à l’école d’archi et là ils sont juste sous nos yeux. C’est très inspirant ! Je suis marquée par le projet « 8 house » qui se compose d’une rampe en pente douce desservant tous les logements. Le bâtiment a une forme de 8, ce qui permet de créer deux cours intérieures conférant une ambiance familiale à l’ensemble, et ce malgré le nombre important de logements. Ces derniers sont tous énormément vitrés et les intérieurs d’une grande qualité et tous aménagés avec goût ! De plus chaque logement possède son propre petit espace vert, juste suffisant pour planter des fleurs ou quelques herbes aromatiques, le tout formant une petite terrasse, où chacun y installe chaise, hamac ou vélo…Le coucher de soleil depuis le haut de la rampe est sublime !

Architecture contemporaine  
Coucher de soleil  

Après cette promenade architecturale, on prend le chemin du retour (9km nous attendent, on s’est bien éloignés du centre-ville !). On dépose les vélos et on chercher en urgence des cartes postales ! Puis on prend un wok à côté de l’hôtel et on va s’installer encore une fois dans celui-ci. On mange et on attend notre bus pour notre prochaine destination, que l’on droit prendre à minuit à la gare.

23
23
Publié le 17 février 2020

20.01.2020

Après une nuit plutôt inconfortable dans le bus, on arrive à Oslo. Nous avons réservé un petit appartement qui s’intitule « Escapade rétro au cœur d’Oslove » sur Abritel. Celui-ci va se révéler…déroutant ! Mais il nous aura bien fait rire ! La propriétaire est un peu étrange : elle nous répète 15 fois « please welcome » et nous demande de nous asseoir tous face à elle puis de nous relever pour nous faire visiter l’appartement. Celui-ci était annoncé pour 8 personnes, il contient en fait deux chambres ce qui fait 3 lits (2 simples et un double), mais « heureusement », il y a deux places sur le canapé et deux sur un matelas gonflable ! La situation est assez malaisante, et accumulé avec la fatigue de la nuit en bus, on commence à partir en fou rire avec Alice. Après cet épisode assez comique, on part visiter la ville : personnellement j’aime un peu moins que Copenhague. La ville semble beaucoup plus petite et fait beaucoup moins capitale. L’architecture est assez hétéroclite et il n’y a pas vraiment de vieux centre-ville. On fait un peu le centre, en continuant sur le port et la forteresse. On finit notre tour par un coucher de soleil depuis le toit de l’opéra. Je commence à fatiguer un peu ducoup je décide de rentrer avec Cément et Antonia. Arrivée à l’appartement je ne me sens pas très bien. Je passe finalement la soirée au lit sans manger. Mon estomac se tord.

Coucher de soleil depuis le toit de l'opéra  

21.01.2020

Je suis toujours malade, je reste la journée me reposer à l’appartement.

22.01.2020

Ce matin, on part visiter les îles du fjord d’Oslo. On a pris un ticket pour la journée de transports publics et comme les bateaux sont inclus dedans, cela va nous permettre de pouvoir naviguer d’île en île. Nos silhouettes se découpent dans la lumière verte des phares du bac qui illuminent la nuit noire en cette heure matinale. Direction Gressholmen, premier stop de notre excursion. Les premières lueurs de l’aube illuminent le ciel lorsque nous commençons à marcher. La lune, croissant fin et orangé pointe son nez derrière la montagne. Nos ombres dessinent un reflet dansant dans les eaux du fjord. Un phoque sort sa tête de l’eau. L’instant revêt une atmosphère magique, presque irréelle. Je ne regrette pas ce reveil matinal ! On poursuit notre route, accompagné par le lever du soleil. Les tons sont dorés et le paysage d’ardoise. On aperçoit les premières maisons norvégiennes telles que l’on se les étaient imaginées : en bois rouges, verte ou jaunes.

Puis nous reprenons le bac pour rejoindre Lindøya. L’île est parsemée d’une centaine de petites maisons. Nous prenons de multiples photos de ce qui est la « conception du paradis à la norvégienne » nous un explique un local, jumelles autour du cou. Les petites cabanes ne sont pas reliées à l’eau courante et des rangées de toilettes sèches sont installées partout ! Les gens ici sont vraiment chaleureux et souriants et le plus étonnant : toutes générations confondues, ils savent parler anglais ! Ce n’est pas la première fois depuis notre (récente) arrivée en Norvège que des gens viennent nous parler naturellement !

Pour le pique-nique, on déguste notre délicieuse salade de riz préparée la veille, bien installé sur un ponton doré par les rayons du soleil. Puis nous reprenons le bateau. A chaque fois le même monsieur, un sourire constant aux lèvres nous accueille. Antonia nous quitte à ce moment, elle ne se sent pas très bien (oups j’espère que je n’ai pas contaminé tout le monde !).

Dans la bac on décide de faire un arrêt non prévu à Nokkholmen, une autre île avec plein de petites cabanes. C’est encore une fois très beau mais je dois avouer que je commence un peu à saturer. Mais on grimpe sur les petites falaises en bord de mer et le bruit des vagues et du soleil ont un effet apaisant. Avec Alice, on hésite à rentrer ou à faire le tour des îles en restant dans le bateau (c’est un moyen de transport tellement agréable !). Mais finalement on suit les garçons jusqu’à la dernière île Movedoya, d’où ils veulent observer le coucher de soleil. L’accumulation de la fatigue de la journée nous fera finalement bien rire et on passera un bon moment sur cette île, qui pourtant ne sera pas la plus belle de notre excursion. Il n’y a pas de petites maisons mais plutôt des plages, qui pour la plupart sont en travaux à cette période de l’année. On verra néanmoins un beau coucher de soleil aux tons rosés/ violacés.

Puis on reprend le bac une dernière fois, toujours accueilli par notre cher mousse à la chevelure de sirène. On retrouve Antonia a l’appartement qui à l’air d’aller mieux (ouf !) et on se cuisine des petites pommes de terre avec du saumon (ou comment infester l’appart d’une odeur de poisson!). Puis on range et on nettoie tout car demain on repart déjà !

24
24
Publié le 18 février 2020


23.01.2020

Le réveil sonne tôt ce matin, nous devons nous être à la gare à 5h56 pour prendre un train direction Stockholm, 3ème étape de notre périple. Antonia nous quitte et s’envole pour Tallinn, on la retrouvera dans quelques jours à St Pétersbourg. On continue un peu notre nuit dans le train. On petit-déjeune au lever du soleil (hum les bons croissants fourrés chocolat/noisette !), les paysages suédois défilent devant nos yeux: lacs, forêts et petites maisons en bois rouges. Un peu avant midi, nous atteignons enfin Stockholm. On se rend directement au Generator hostel (la même chaine qu’à Copenhague) où on récupère notre chambre et sans trop tarder on part à la découverte de cette nouvelle ville ! On commence par Gamla Stan, le vieux centre. On mange une petite soupe dans un restaurant un peu cher mais mignon. Je teste aussi un « Kanelbullar », un roulé à la cannelle typique, chauffé, c’est un délice ! Puis comme il fait un peu froid, on monte sur les côtés sud (Södermalm) d’où on admire un magnifique coucher de soleil (il est 15h30 !). Ensuite on se rend au « Moderna Museet », le musée d’art contemporain et d’architecture. Le musée est plutôt étrange mais permet de voir des œuvres de quelques références en matière d’art contemporain comme Niki de St Phalle, Jean Tinguely et Marina Abramovitch (que l’on apprécie ou pas leur travail!).

Après cette visite culturelle, on rentre à l’hôtel. On est bien fatigués, personne ne parle sur le trajet retour, on ajuste envie d’arriver ! (On sent le réveil de ce matin !). Après avoir tergiversé longtemps sur ce qu'on allait manger (il n’y a toujours pas de cuisine et Too good to go n’existe pas en Suède - et de toute manière les tartines de Copenhague nous ont refroidies ^^), on finit par opter pour des pizzas.


Le vieux centre 
Coucher de soleil à Stockholm  

24.01.2020

Aujourd’hui on part se perdre dans les autres parties de la ville : on veut finir le centre-ville et faire les quartiers Sud. Stockholm est beaucoup plus vivante et fait beaucoup plus capitale qu’Oslo. On visite le City-hall, une visite payante mais qui vaut le coup ! L’intérieur est magnifique et très travaillé et les explications de la guide sont intéressantes, elles nous permettent notamment d'en savoir plus sur l'histoire de la ville et du pays. Lorsque l'on ressort, on décide d’aller chercher à manger au supermarché le plus proche, un ICA. Ce dernier va se révéler être une belle découverte: il y a une partie bar à salade et des plats chauds à emporter ! Enchantés, on se dit qu’on a trouvé la solution pour manger à prix corrects à Stockholm. On repart donc, content de notre découverte et on pique nique en plein soleil à l’abri du City-hall, face à la mer (il fait tellement bon que je fais tomber la veste !).

Lorsque la nuit tombe, on décide de visiter une partie cachée de la capitale : le métro. Il en effet réputé pour ses stations qui ont toutes été décorées par des artistes. C’est une façon différente de visiter la ville et c'est sympa à voir !

Les stations du métro de Stockholm, très artistiques 

Le soir on est de nouveau assez fatigué par notre journée, on a encore du mal à se décider sur ce que l'on va manger: le premier restaurant est plein et le deuxième hors de prix ! On finit par retourner chez notre cher ICA chercher des salades.

25.01.2020

Dernier jour à Stockholm ! On se balade le long du parc Djurgården, un parc immense à l'est de la ville. C'est une ville sur laquelle se trouvent de nombreux musées. Après une petite balade( fraiche !) dans le parc, on décide d'aller visiter le musée VASA. Le VASA est un bateau qui a coulé juste après sa construction dans le port de Stockholm (il aura en tout navigué 1,5km avant de sombrer !). Son épave a donc été très bien conservée et c’est pourquoi nous pouvons aujourd’hui l’admirer à 95% comme il était à l’époque ! C’est assez impressionnant d’avoir un bateau aussi vieux et intact devant soi et de s’imaginer la vie des marins à bord. J’ai trouvé le musée très intéressant et nous avons passé pas mal de temps à l’intérieur. En ressortant, il était déjà 14h30 ! Nous retournons (jamais 2 sans 3 !) chez ICA chercher quelque chose de chaud à manger. Nous nous baladons dans le quartier d’Östermalm, où je tombe sur une de mes références architecturales ! (Un marché couvert). Puis nous retournons au centre-ville à la recherche de cartes postales. On prend un fou rire dans un magasin à cause de casquettes complétement kitsch.

On prend un petit chocolat chaud dans un café sur le chemin, puis on rentre à l’hôtel préparer nos affaires. Demain nous attend une grosse journée et la partie stressante du voyage : le passage de la frontière Russe ! On mange les restes : des soupes Knorr que Yann et Alice ont récupérées dans la rue, distribuées en tant que publicité par la marque. Comme on n’a aucun moyen de les faire chauffer, on les met dans l’eau chaude… Ce qui donnera une soupe tiédasse, ressemblant étrangement à de la pâté pour chiens ! Le goût et la texture quand à eux sont… surprenants ! Un repas de fortune qui nous aura bien fait rire ! On finit la soirée en beauté par un petit Times up !

Détails  
25

26.01.2020

Ce matin grand départ pour tout le monde : Yann, Nicolas et moi prenons un avion pour Helsinki. Clément prend un avion direct pour St Pétersbourg, où il rejoint Antonia et Alice repart à Valencia, c’est déjà la fin du voyage pour elle ! C’est avec un peu d’émotion que l’on se dit au revoir à la gare routière, son avion étant plus tard dans la journée.

Nous embarquons et décollons avec 30 minutes d’avance ! Le vol Stockholm-Helsinki est passé très rapidement ! La vue du ciel est sublime, des centaines de petites îles parsèment la mer et de petites maisons rouges apparaissent ça et là. On arrive donc avec pas mal d’avance à Helsinki . On prend un train pour rejoindre le centre de la capitale. En arrivant, je passe à la poste pour envoyer toutes mes cartes postales de Copenhague et Stockholm. Je redoutais un peu cette journée car on devait la passer entièrement dehors pour prendre un bus de nuit à 23h50 ! Finalement il faisait beau et bon donc s’est super bien passé ! J’ai de plus été agréablement surprise par Helsinki : une jolie ville de bord de mer ! Avec des boutiques et cafés qui donnaient envie de s’y arrêter (et plein de friperies !), j’aurais aimé y passer plus de temps !

Nous mangeons assis au soleil sous une église et devant une place qui aurait très bien pu se trouver à Rome, de part sa grandeur, sa composition et le style des bâtiments qui l’entourent. On goûte des "karjalanpiirakka", des petites galettes oblongues avec une pâte avec de la farine de seigle avec un fourrage un peu style riz au lait avec du fromage... c'est assez étrange ! On retrouve Damien qui est arrivé par bateau. On continue sur le port, puis on se balade dans la ville. Il fait maintenant nuit. Ici, le soleil se couche un peu plus tard qu'à Stockholm, on a un décalage d’une heure en plus. On va voir un bâtiment d’Alvar Aalto et on se balade un peu de nuit plus au Nord de la ville.

L'église sous laquelle on déguste les fameux "karjalanpiirakka"
Le port d'Helsinki 
Eglises en briques  
Un bâtiment d'Alvar Aalto  

On se rend ensuite dans un centre commercial. Il est 20h30. On achète de quoi déjeuner le lendemain. Puis on se décide d’aller manger dans un restaurant pour pouvoir être au chaud jusqu’à l’heure de prendre notre bus. Pas facile de trouver quelque chose d’ouvert jusqu’à minuit un dimanche soir…On finit chez « Stones » où on mange le burger qui fera un trou dans notre budget (15,50 € sans les frites ! Vive les prix des villes nordiques !). Puis on squatte le restau jusqu’à 23h15. On part ensuite à la gare routière pour prendre notre bus. Là c’est un peu la panique : la gare est immense, sur plusieurs étages et il n’y a que des bus de ville ! J’ai cru un instant qu’on n’allait jamais réussir à trouver le notre ! Finalement, on y arrive ! On a un Lux express, ce qui se révèle être une compagnie plutôt luxueuse (comme son nom l'indique !): siège confort, écran intégré avec films et jeux, café, thé et chocolat chaud en libre-service. La journée dans le froid est passée, maintenant vient une deuxième étape redoutée : passer la frontière russe en pleine nuit ! Vers 2h30 du matin, le grand moment arrive. On passe un premier contrôle, celui de la sortie de l’Europe puis un deuxième, celui de l’entrée en Russie. C’est un peu stressant, la moindre faute sur notre e-visa peut nous empêcher d'entrer sur le territoire. Finalement tout se passe bien et nous voilà en Russie ! Passé cette étape, je m’endors, épuisée par cette longue journée !

26


27.01.2020

"On arrive à Saint-Pétersbourg". Je regarde l'heure. Il est 6h50. Nous somme censés arriver dans 2h. Le bus a de l'avance ! Ça ne m'arrange pas, j'aurais préféré dormir plus !

On se retrouve donc dans la nuit et le froid à 7h du matin après une nuit plutôt courte et pas très reposante. Antonia et Clément sont déjà à l’appartement mais ils nous attendent pour 9h30 et sont en train de dormir à cette heure-ci. Nous n'avons pas d’autres choix que d’attendre 2 interminables heures dans la gare routière. Impossible de dormir, les sièges en métal ne sont pas confortables et les annonces de départ de bus sont répétées toutes les 5 minutes ! ( bon heureusement on est au chaud). Finalement, Antonia et Cément se réveillent, voient nos messages désespérés et on les rejoint à l’appartement. Sur le chemin on assiste à un beau lever de soleil (on a maintenant 2 heures de décalage avec la France). Mais j’avoue que je n’y prête pas trop attention, à ce moment-là je suis juste crevée : la longue journée à Helsinki, la nuit dans le bus et le stress du passage de frontière accumulées ne me donnent qu’une envie : m’allonger et dormir ! Heureusement l’appartement est propre et agréable et se prête bien à une petite sieste. Antonia et Clément sont en forme et décident de partir se balader. On reste se reposer un peu avec Yann et Nicolas.

Après une petite sieste d’une heure et une bonne douche, nous voilà repartis ! Saint-Pétersbourg change complètement de tout ce que l’on a vu auparavant : c’est la seule ville de notre voyage qui n’est pas une capitale mais c’est la plus peuplée : 5 millions d’habitants ! La voiture est omniprésente et les grandes allées bordées de prestigieux bâtiments sont noires de monde. Des hommes sandwich, distributeurs de flyers et personnes costumées abordent les passants. Le tout dans un environnement bruyant et pressé. Il y a aussi une sorte de poussière qui se dépose partout : façades, sol et voitures me semblent gris. Pourtant de la ville se dégage une certaine majestuosité. Les bâtiments sont tous travaillés et ornés. De chaque côté de la rue, quelque chose à découvrir et à prendre en photo. Pas de fausse note, ni de barre moderne qui viendrait casser le tout, le centre ville est unifié.

On rejoint clément et Antonia qui ont trouvé un petit restaurant où manger au chaud. On teste des Pelmeni, ce qui ressemble un peu au Pirohy slovaque: fourré au fromage et la citrouille c’est un délice ! On continue notre découverte de la ville : palais de l’Ermitage et cathédrale St Isaac (l’intérieur est somptueux !). J’ai un peu froid et commence à moyennement apprécier d’être dehors. Heureusement, on s'installe dans un endroit un peu caché mais super sympa : l’anti-café ! Comme son nom l'indique, c'est un café (mais aussi un bar à chicha) où l’on paye 2RUB à la minute (soit 1€ la demi-heure) et les petits biscuits et boisson chaudes sont à volonté (et on leur fait honneur !). On se sent bien dans ce café, où il n’y a pas grand monde, à l’atmosphère simple et décontractée. On joue au UNO, on ne voit pas le temps passer et lorsque l’on ressort il est déjà 20h ! On décide de prendre le métro pour rentrer: celui de Saint-Pétersbourg est assez particulier: à plus de 100 mètres sous terre, c’est le 2ème métro le plus profond du monde ! Les escalators pour atteindre les quais sont interminables et semblent s’enfoncer dans des profondeurs sans fin. Les stations quant à elles sont décorées, mais dans un style complètement différent de Stockholm, plus classique.

Lorsque l'on sort de la station de métro, de fin flocons blancs se déposent sur nos habits, il neige ! La lumière des lampadaires soulignent la danse volatile de ceux-ci. Un feu d'artifice rouge éclate au loin. Le moment est magique.

On s'achemine vers l'appartement en espérant qu'une couche blanche nous attendra au réveil demain matin...

28.01.2020

Le soleil se levant aux alentours de 9h30, on décide de repousser un peu le réveil. Celui-ci sonne vers 9 h, cela fait du bien de se reposer un peu !

Pour notre plus grand bonheur, il a continué à neiger cette nuit et une fine couche blanche recouvre sols et toitures ce matin. La ville est embellie, comme saupoudrée de sucre glace.

Aujourd'hui, on part visiter la partie Nord de Saint-Pétersbourg. On commence par la forteresse Pierre et Paul. 0n paye 8€ pour une église où sont enterrés les tsars, qui ne se révèle finalement pas si impressionnante, mais qui a le mérite de nous réchauffer ! On fait une pause le midi dans un restaurant où on reprend des dumplings (que je n’apprécie pas trop cette fois). On continue sur la rive Nord de la Neva : palais, académies impériales et églises orthodoxes se succèdent. Puis on finit par une des églises les plus connues de la ville: l’église St Sauveur sur le sang versé. Malheureusement on arrive 2 minutes après la fermeture des caisses, il est trop tard pour visiter l’intérieur !

On se décide à prendre le chemin du retour, en s’arrêtant par les magasins de souvenirs où Antonia trouve une matriochka. J'essaye de trouver des cartes postales mais sans grand succès.

Le soir, on cuisine du sarrasin et de la butternut, ça fait du bien de manger des plats maison !

La mosquée de St Pétersbourg  
La Neva gelée  
Big brother is watching you  

29.01.2020

Déjà le dernier jour à Saint-Pétersbourg ! C’est frustrant, il y a tellement de choses à voir ! On se dirige vers Port Sevkable, d’anciennes friches industrielles réhabilitées. L’endroit est très arty et hipster comme j’aime ! Tags et fresques ornent les murs de briques ou de béton armé. Le tout est orné de petites guirlandes de lumière.

On mange dans un des restaurants branchés qui composent l'ensemble : Grün, un restaurant végétarien, on se régale !

Architecture brutaliste  
La déco très pinterest de notre charmant petit restaurant 

On se dirige ensuite de nouveau vers le centre. On s'arrête en route à New holland island, c'est aussi une réhabilitation, les bâtiments en briques ont été aménagé de manière à se croire aux Pays-bas : petites barrières gris anthracite délimitent des jardinets recouverts de neige qui font ressortir la brique rouge des bâtiments. L’île est entourée de canaux gelés. Le bâtiment principal de forme circulaire abrite au rez-de-chaussée des petits restaurants des quatre coins du monde, qui donnent tous envie de s’y attabler ! Aux étages supérieurs, des concepts stores. Je suis ravie, je ne pensais pas trouver des endroits comme ça à Saint-Pétersbourg !

Puis on se dirige vers une église avec un dôme bleu parsemé d’étoiles : l’église de la trinité. On prend ensuite le chemin de la plus vieille gare de la ville : des banquettes à l’intérieur aux quais, tout resté dans son jus et cette gare à une ambiance rétro avec quelques détails art nouveau que j’aime beaucoup ! On continue jusqu’à la plus vieille librairie de la ville. Ici aussi, un bâtiment art nouveau aux lignes ondulantes et organiques. Je trouve (enfin !) des cartes postales.

New holland island  
Eglise de la trinité (à gauche) 
La plus ancienne gare de la ville 

On prend ensuite la direction de l’objectif final de cette journée encore bien remplie : le palais de l’Ermitage. En plus d’être un palais magnifique, c’est un des plus grands musées du monde ! L’entrée est gratuite pour les étudiants, ce qui vaut énormément le coup ! De plus, on est mercredi et le musée ferme plus tard (21h !), ce qui nous permet d’en profiter plus longtemps. Je ne regarde pas trop les pièces exposées (les tableaux des ducs et comtes importants de Russie me lassent vite) pour me concentrer sur les salles qui se succèdent sans perdre de leur magnificence : en bois, dorée, peintes, tout est sublime et richement orné !

Nous faisons la fermeture du musée et je suis vraiment morte, épuisée par cette journée de visite et de découverte intense. On prend un bus pour rentrer à l’appartement et on se cuisine un plat rapide et bon : pâtes/pesto. On prépare ensuite nos affaires car demain, on repart déjà !

Les salles impressionantes du musée de l'Ermitage  
27

30.01.2020

Encore une fois on se lève tôt (6h) pour prendre le bus. Aujourd’hui seulement Nicolas, Antonia et moi continuons l’aventure : on part rejoindre Damien à Tallinn : on arrive déjà dans la dernière partie du voyage ! Petit coup de stress au moment du départ : on se retrouve bloqué au portail d’entrée où il faut un badge pour sortir. On essaye de contacter Yann et Clément, toujours dans l'appartement, par tous les moyens : appels, interphone, messages, mais sans succès ! Ils sont tous juste levés, surement en train de prendre leur petit déjeuner. L’heure tourne… Ce serait trop bête de louper le bus à cause de ce foutu portail ! On essaye d’appeler la concierge. Après quelques sonneries, elle répond, mais elle ne parle pas un mot d’anglais. Je commence à désespérer ! Finalement elle sort et nous ouvre ! Ouf ! Nous voilà libérés ! On court jusqu’à la station de bus et on grimpe dans notre Lux express qui nous attend tranquillement.

Le trajet est assez long : on repasse la frontière, on doit à nouveau descendre du bus, sortir les bagages, se faire contrôler,... On perd aussi une heure dans le décalage horaire, ce qui rajoute une heure de trajet et donne l’impression de ne pas avancer ! On arrive à Tallinn sous la pluie et on rejoint Damien à l’hôtel. On va manger au marché « Turg », où je teste des spécialités locales, une sorte de feuilleté fourré à la feta/épinards et un tomate/oignons/citrouille. L’endroit est vraiment sympa, il y a une partie marché en extérieur et à l'intérieur plein de petits corners de restauration rapide avec des tables et des canapés pour s'installer au chaud.

Je pars ensuite me balader dans une friche industrielle réhabilitée avec plein de tags, j’adore ! Ensuite je visite un peu le centre de nuit et on se rejoint tous à l’hôtel ! Les jours de voyage commencent à s'accumuler et la fatigue à peser, j’ai un peu des idées noires ce soir. Cette petite visite en solitaire m'a fait du bien. Le soir on va manger des Flammekueche avec Lara, une amie d'Antonia qui passe son second semestre à Tallinn. Elle est super sympa ! Je prends une Flam' gorgonzola, noix et épinards, un délice ! Puis on se rend dans le tout 1er café de la ville, Kehrwieder Saiakan, pour manger un dessert. L’endroit est sympa et cosy. Vouté avec plein de petites bougies et lampes qui diffusent une lumière douce. On retire nos chaussures et on prend place sur une grande tablette de fenêtre recouverte de plaids et de coussins, j’adore ! Je déguste une délicieuse tarte au citron meringuée ! Puis je rentre à l’hôtel, j’ai vraiment besoin de dormir.

31.01.2020

Ce matin on se lève vers 8h, on a jusqu’à 17h pour visiter la ville ! Après un bon petit déjeuner pain/chocolat/confiture dans la cuisine partagée de l’hôtel, on se rend près du port où se trouve le Linahall. C'est une salle de concert et de sports construite en 1980 pour les épreuves de voile des Jeux olympiques d'été de la même année. Construit à l’époque où l’Estonie était sous occupation soviétique, le bâtiment est l'illustration même de l'architecture à la communiste : grandeur et massivité. Le bâtiment est aujourd’hui sans qualification propre et laissé à l’abandon. On laisse aller notre imagination à ce que pourrait devenir ce bâtiment... Jardins partagés, aire de jeux, accueil d’éventements...

Linahall 

On continue notre route au bord de l’eau. Le front de mer est composé de plein d’anciennes friches. On arrive près du musée maritime où se trouvent de nombreux bateaux militaires, bateaux brise-glace,... Dans le cadre du musée, on peut visiter les bateaux. Comme il n’y a personne, on se fait une petite visite gratuite d’un des bateaux amarrés. L’intérieur à été entièrement réaménagés comme à l’époque, c’est très intéressant !

Le musée maritime  

Puis on continue dans un quartier où il y a plein de maisons en bois. C'est assez atypique et charmant. Il y aussi beaucoup de belles portes, que l'on prend toutes en photos !

Jolies portes et maisons en bois 

On se rend ensuite de nouveau dans la zone industrielle avec les tags et au marché pour manger. Je prends un burger végétarien à la patate douce, un délice ! Bien installés dans des canapés du marché couvert, on rencontre des françaises avec qui on discute un peu. Dans le marché se trouve une superbe brocante/magasin d’antiquité mais aussi plein de belles friperies vintages, j’adore !

Le marché de Tallinn, Turg et mon burger aux patates douces (<3)

Puis on retourne au centre-ville : on doit être efficace car on a un bus dans 2 heures ! Le vieux centre est très joli avec des remparts bien conservés. J’ai beaucoup aimé Tallinn où le mélange entre vieux centre bien conservé et espaces plus modernes et branchés se marrie bien, le tout en restant une ville de taille moyenne ! On achète des biscuits sur la route, on récupère nos bagages à l’hôtel et nous voilà dans le bus ! On arrive à Riga vers 21h30. On fait 3 supérettes pour trouver du pain et on rejoint Antonia et Damien qui sont déjà sur place depuis le matin et nous ont préparé à manger !

Le centre ville de Tallinn  
28
28
Publié le 20 février 2020

01.02.2020

On débute notre visite de Riga par le marché central, un des plus grands et anciens marchés couverts d’Europe. Il est composé de 5 halles avec chacune leur propre utilisation : halle aux poissons, viandes, fromages, fruits et légumes…

Le marché central 

On fait ensuite un tour dans le quartier créatif de Spikori. Ce sont des anciens entrepôts en briques réhabilités. Le quartier est censé abriter des « industries créatives » mais se révèle finalement vide et peu dynamique comparé à ce que l’on a vu à Tallinn et à Saint-Pétersbourg. On passe ensuite devant l’académie des sciences, une tour de style très communiste qui ressemble un peu à celle que l’on peut trouver à Varsovie par exemple.

Le quartier créatif de Spikori (à gauche) et l'académie des sciences (à droite) 

On passe devant 2 églises en bois puis on se dirige vers le centre-ville. Il se met à pleuvoir. La pluie s’intensifiant, je commence à apprécier de moins en moins la visite. On s’abrite dans une belle église orthodoxe quelques instants et on décide de retourner au marché pour manger. Les prix ne sont vraiment pas chers ! Je prends une sorte de pizza/fougasse pour 1€ ! Puis on fait 3 fois le tour de tous les stands pour trouver un dessert, tout est tentant ! Et à 50 centimes la pâtisserie, c’est dur de faire un choix ! Ensuite on décide d’acheter des spécialités pour le repas du soir. On prend du pain, du fromage, des petites boulettes frites fourrées et du halva. C’est assez drôle d’essayer de communiquer avec les commerçants qui, pour la plupart, ne parlent pas trop anglais. Ils nous font donc goûter leurs produits afin que nous puissions choisir (ce qui n’est pas pour nous déplaire !). Au final on aura passé 2 bonnes heures dans les halles (et donc une majeure partie de notre journée si on compte le temps passé ce matin !). On rentre ensuite à l’auberge de jeunesse pour se reposer : de toute manière il pleut et on est un peu fatigués. On ressort lorsque la pluie se calme, vers 19h, la capitale lettone nous montre son visage nocturne. Le soir on cuisine poireaux/pâtes/crème accompagnés des petites spécialités locales achetées au marché et d’un alcool local, le black balsam. C’est une boisson à base de plantes et de fruits rouges, c’est très sucré et c’est un délice ! Je ne sais pas si c’est à cause de cet alcool letton mais on a bien rigolé ce soir-là !

Quelques photos de Riga sous la pluie

02.02.2020

Ce matin on prend le train pour se rendre plus à l'Ouest de la capitale, afin de visiter le parc national de Kemeri. A peine sorti de la ville, le paysage change. On se retrouve dans des territoires ruraux, qui paraissent plus pauvres. On passe devant Jurmala, la station balnéaire de Riga. Des centaines de maisons secondaires, plus ou moins en bon état s'étendent sur des kilomètres.

Une fois descendu du train, on se dirige vers le parc national. Il faut marcher quelques kilomètres avant d'arriver à l'entrée d'un sentier en bois qui serpente au milieu d'un paysage assez plat, entre petits arbres et étendues d'eau. C'est vraiment sublime. Le temps est toujours assez humide et il bruine un peu. On s'arrête manger à l'abri de la tour d'observation (on déguste un peu de black balsam pour se réchauffer). Puis on repart en direction de Kemeri.

On the train... 
Le parc national de Kemeri, sublime ! 

On décide de rejoindre la plage à pied qui se trouve à une dizaine de kilomètres. Pour cela il faut traverser la ville. Nous avions lu une description peu avantageuse la veille, qui nous avait bien fait rire. Une ville apparemment peu vivante principalement habitée par une population âgée (si on veut expliquer les choses gentiment).

Je n'ai jamais vu une ville où régnait une atmosphère aussi étrange...Personnes dans les rues à part des personnes en fauteuil roulant çà et là qui semblaient venues de nulle part. De nombreuses maisons abandonnées et des bâtiments en piteux état. Un peu plus loin un parc dans un état lamentable... Comparable à un champ de tranchée, la terre était complètement retournée et le sol saccagé par des travaux récents. C'était à se demander par quelle catastrophe avait été frappée Kemeri...

On sort assez rapidement de cette ville à l'ambiance malaisante pour se diriger vers la mer... Et là il se met à pleuvoir... Damien et Antonia, qui ne sont pas convaincus à l'idée de marcher 10km sous la pluie, décident de faire du stop. Nous sommes sur une grande ligne droite où le trafic est régulier mais pas trop intense. Ils sont quasiment immédiatement pris dans une voiture qui les dépose à la plage en une quinzaine de minutes. Je continue la route à pied avec Nicolas. Nos k-ways sur la tête, on est bien protégé et la route est plutôt sympa ! Au bout d'une heure et demie de marche, on arrive enfin à la plage. Quel bonheur de se retrouver face à l'immensité de l'océan ! Les embruns de la mer ont un effet reposant. Et si Antonia et Damien décident de prendre le bus pour retourner directement à la gare, on choisit de continuer à pied le long de la plage. On marche une demi-heure environ le long de l'eau puis on quitte le chemin côtier pour s'enfoncer à travers les bois. On tombe sur des barres non terminées et on arrive dans des quartiers où les logements sont dans un état de dégradation plus ou moins avancé...

Il pleut  
La plage  

On est bien content d'arriver le soir, Damien et Antonia sont allés faire des courses, on va pouvoir se cuisiner quelque chose de bon, pour (déjà !) le dernier repas du voyage.

03.02.2020

Ca y est nous y sommes... C'est le dernier jour de ce beau voyage. Après 17 jours de visites et de découvertes, notre aventure à travers les pays du Nord touche à sa fin.

Notre avion retour décolle à 16h, ce qui nous laisse encore un peu de temps pour visiter la ville. Nous retournons dans le centre, afin de pouvoir apprécier celui-ci sans la pluie, puis on visite la bibliothèque nationale. Si le bâtiment de l'extérieur n'est pas très beau, je trouve qu'il ressemble à un gros paquebot, les espaces intérieurs sont agréables et les grandes surfaces vitrées à tous les étages offrent une belle vue sur la ville.

Pour le repas du midi, on retourne acheter des petites spécialités au marché, que l'on mange à l'hôtel avant de hisser nos sacs sur notre dos pour la dernière fois du voyage.

Dernière visite de la ville, entre pluie et soleil

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce voyage aura duré 17 jours. Du 16 janvier au 3 février 2020. À travers 7 pays. Accompagnée de 6 merveilleuses personnes. 3 avions. 2 bus de nuit. 2 bus de jour. Un train. 10 kilos de bagages et un sac à dos de 10 litres. C'est déjà la fin et je ne réalise pas encore la beauté de ce que nous avons vécu. J'ai traversé en 17 jours plus de pays que je n'en avais jamais vu auparavant. J'ai passé la première grosse frontière de ma vie et ai quitté l'Union européenne pour la première fois.

Ce fut intense. Chaque jour de nouvelles choses à voir, se repérer et se perdre, avoir froid, arpenter les rues et parcourir des dizaines et des dizaines de kilomètres, fatiguer mais s’émerveiller. Ce voyage fut aussi une ouverture d'esprit, une source d'inspiration et un apprentissage du monde marquant, que je n'oublierais pas.

Il m'a donné une soif de voyage et une envie de retourner en Norvège, en Suède, en Finlande. Plus longtemps. De ne pas s'arrêter aux capitales. De monter plus haut, d'aller encore plus loin dans les terres, à la découverte des paysages nordiques et de cette nature qui fait tant rêver...

29

A l'heure où j'écris ces lignes, le semestre a repris depuis 2 semaines et nous sommes le 1er mars (Quoiii !!? Déjà deux mois de 2020 se sont écoulés !). Entre mon retour du voyage dans le Nord et la rentrée, j'ai eu l'occasion de repartir me balader, notamment en Slovaquie, et j'ai envie vous partager ces quelques découvertes dans les posts qui vont venir.

Nous commençons avec le Paradis slovaque, un parc naturel au centre de la Slovaquie, où je suis allée randonner pendant deux jours du 7 au 8 février. J'avais depuis longtemps envie de visiter cet endroit et l'occasion s'est enfin présentée ! Ce parc naturel est donc composé de plateaux et de pics karstiques qui sont traversés par des rivières ce qui dessine gorges, grottes et cascades. Le parc est surtout connu pour ses chemins de randonnée qui passent au cœur des gorges, composés d'échelles et de chaines !

Après 5h de train et un changement à Spišská Nová Ves (où le centre du village est charmant !), nous sommes enfin arrivés à Hrabušice, où nous avions réservé une chambre dans une petite guest house. Le village est un des plus perdus que nous avons faits ! Il y a une grande rue autour de laquelle s'alignent les maisons, une mairie, un tout petit "potraviny" (épicerie en slovaque) et c'est tout ! Arrivée à la guest house, on se heurte à quelques difficultés de communication avec notre hôte qui ne parle pas un mot d'anglais ! Elle nous parle en slovaque et répète plus fort et lentement lorsqu'elle s'aperçoit que l'on ne comprend pas ! Mes quelques cours de slovaque se limitant à savoir se présenter, ils ne suffisent pas à mener une conversation autour d'une chambre à louer ! Elle finit par nous emmener voir sa fille qui nous fait la traduction. On s'installe, la déco de la chambre est un peu kitsch mais confortable et accueillante ! On mange rapidement dans la cuisine commune, puis on part se balader, il est déjà 15h ! Il faut marcher 20 min avant d'atteindre le départ de la randonnée et sur la route s'offre à nous une magnifique vue sur les Hautes Tatras enneigées. La balade se continue ensuite le long de la rivière Hornád. On passe les premiers ponts, la randonnée ne comporte pas trop de difficultés ! On continue à marcher à la nuit tombante, puis dans la nuit noire, guidés par nos frontales et la pleine lune. Je commençe à fatiguer et à ne pas trop être rassurée de randonner dans le noir, sachant que la région est peuplée d'ours et de loup. Autant la journée, je n'y pense pas du tout, mais la nuit a un aspect effrayant ! Je suis donc bien contente lorsque l'on atteint le village (après quand même 2 bonnes heures de marche à la frontale !). On finit cette journée avec des bonnes pâtes/pesto (cuites dans une bouilloire parce que l'on se rend compte que la superbe cuisine de la guest house ne comprend pas de plaques de cuisson, que j'ai par la suite trouvée au fond d'un placard !).

Le lendemain nous partons faire la "Sucha Bela", la randonnée la plus connue du paradis slovaque ! Avant de partir, une première épreuve nous attend: trouver de quoi manger pour le midi. Nous nous rendons à l'épicerie que nous avions vue la veille, qui s'avère vraiment petite ! Pas de produits frais, ni de légumes, seulement des boîtes de conserves et des produits secs comme des chips et des gâteaux. Comprenant rapidement que personne ne parlerait anglais ici et que nous devons pourtant nous adresser à l'épicière pour avoir ce qui se trouve sur les étagères derrière son comptoir, on utilise les quelques mots basiques de slovaques que l'on connaît: "Chlieb" (pain), "Syr" (Fromage), "Dakujem" (Merci) : on ne fait pas les difficiles et on prend ce qu'elle nous donne !

Après cette immersion slovaque, nous rejoignons le départ de la randonnée qui se trouve à une demi-heure du village. D'après le nombre de restaurants, la taille des parkings et les magasins de souvenirs qui se trouvent au départ, cette randonnée doit être très touristique en été ! Nous commençons la randonnée, le chemin s'engage juste à côté, voir sur le lit même de la rivière ! Le soleil est au rendez-vous et la rivière est gelée à certains endroits. De grosses congères recouvrent les roches, que des escaladeurs, pioches à la main et crampons aux pieds, s'amusent à grimper ! A part ces quelques sportifs, nous sommes seuls sur le chemin, ce qui n'est apparemment pas le cas l'été ! "Au pied des plus fameuses cascades, on peut attendre jusqu'à 20 minutes en bas de l'échelle tellement il y a de monde !" nous explique un groupe de randonneurs slovaques, avec qui on échange quelques mots. Le chemin est en effet ponctué d'échelles suspendues à plusieurs mètres de hauteur ! Avec le gel, les escaliers en bois sont un peu glissants, un bon équilibre est requis ! La randonnée est très belle et on arrive en haut au bout de 2h3O de montée. On s'assoit sur des troncs en bois pour pique-niquer au soleil, face à la neige, quel bonheur ! Puis on redescend à travers bois, sur une petite route forestière enneigée, beaucoup plus praticable ! En effet, on a un peu trainé lors de la montée, on doit maintenant prendre le chemin le plus rapide afin de ne pas louper notre bus qui repart de Hrabušice à 16h ! On arrive au logement avec un peu d'avance, ce qui nous laisse le temps de récupérer nos affaires tranquillement !

Je rentre à Bratislava bien contente d'avoir enfin vu ce paradis slovaque qui me donnait envie depuis un petit bout de temps (et qui plus est, sous la neige et le soleil !).

Quelques photos de cette randonnée "Sucha Bela"
Un petit aperçu vidéo du Paradis Slovaque
Sur le chemin du retour  
30

Continuons notre voyage à travers la Slovaquie centrale, cette fois-ci dans la ville de Banská Štiavnica, que j'ai eu l'occasion de visiter lors de la venue de mes amis de l'école d'architecture de Strasbourg, du mardi 11 février au mercredi 12 février.

Banská Štiavnica est une ville de 10 000 habitants inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, c'est aussi un des endroits que je voulais absolument voir en Slovaquie.

Nous nous sommes donc réveillés de bon matin mardi pour se rendre à la gare ferroviaire: je me devais de faire expérimenter les trains slovaques à mes amis! Nous avions donc un train à prendre, puis un changement de 20 minutes à faire pour prendre un bus et arriver vers 11h30 à Banská Štiavnica... Sauf que cela ne s'est pas exactement passé comme prévu ! Sachant que les trains ne sont pas très rapides et arrivent souvent avec quelques minutes de retard, je me disais qu'il ne fallait pas traîner à la sortie de la gare ! J'étais loin de penser que le train aurait finalement plus d'une heure de retard ! Je n'ai pas compris ce qu'il s'est passé, on a roulé à une vitesse de croisière de, je pense, 30 km/h pendant une demi-heure, puis on a fait des arrêts super longs à certaines gares ! Bref impossible de prendre le premier bus, ni celui d'après, on a dû finalement attendre 1h30 dans un petit village perdu le prochain bus qui ne passait qu'à 13h15 !!

Pour passer un peu le temps on s'est baladé dans le village, qui ne présentait pour être franche, pas un grand intérêt (mais bon au moins mes amis voyaient le "vrai visage" des campagnes slovaques et pas seulement la capitale ou des villes classées !). On en a aussi profité pour pique-niquer et il s'est mis à neiger ! Mes amis étaient super contents parce qu'il n'a pas neigé cette année à Strasbourg (comme dans beaucoup d'endroits malheureusement) et qu'ils espéraient vraiment voir de la neige en venant en Slovaquie !

Le petit village dans lequel on s'est arrêté  

Après ces péripéties on est enfin arrivé à Banská Štiavnica...enfin plutôt à la gare routière de Banská Štiavnica ! Celle-ci se trouve tout en bas, dans la partie "quartier de barre". Sachant que le village est construit sur les flancs d'une cuvette nous avons dû tout remonter pour atteindre notre logement ! Mais celui-ci en valait l'effort ! Nous avons été merveilleusement bien accueilli par notre hôte qui nous à tout d'abord fait un petit point historique sur la ville.

Banská Štiavnica a pris son essor au 13ème siècle, grâce à l'exploitation minière. Elle se développe tellement que pendant 3 siècles, ses mines d'or et d'argent feront partie des plus importantes d'Europe ! Au 18ème siècle, c'est même la 3ème plus grande ville du royaume de Hongrie et elle se dote de la première université technique d'Europe ! Aujourd'hui, c'est une ville de taille moyenne en Slovaquie et elle est principalement active de par son tourisme.

Fort de ce petit rappel historique, notre hôte nous emmène ensuite dans notre logement, "une ancienne maison de minier", nous explique-t-il, et là, nous sommes conquis : le logement est vraiment chaleureux et accueillant. Tout boisé, il comprend un poêle en faïence et une table en bois autour desquels il fera bon de se réunir ! Nous avons de plus la vue sur le Calvaire, un chemin de croix perché sur une colline, monument emblématique de Banská Štiavnica !

La vue sur le Calvaire  

On enfile nos chaussures et nos habits chauds et on part se promener dans les ruelles pittoresques de la ville. Celle-ci est construite toute en hauteur et est composée de nombreux clochers aux formes boursouflées typiques du baroque d'Europe centrale. Elle est aussi entourée par des fortifications qui protégeaient la ville: le vieux et le nouveau châteaux.

Entre vieux et nouveau châteaux et clochers baroques... 
De jolies fenêtres  

La chance continue à nous suivre puisqu'il se met à neiger de nouveau ! Plus on se balade, et plus cela s'intensifie ! Bientôt une fine couche blanche recouvre toits et sols, c'est sublime ! On se dit que l'on est vraiment chanceux de pouvoir voir la ville sous cette atmosphère presque féérique.

Il neige !!! 

La nuit est maintenant tombée et on commence à fatiguer, on se dirige donc au Billa, pour faire des courses pour le soir et le lendemain, puis on remonte dans notre petit logis si confortable !

On mange une petite semoule/pesto accompagnée de quelques bières locales (oui je me rends compte aussi que les dîners en voyage se composent souvent de féculents/pesto !). On teste une viennoiserie traditionnelle en Slovaquie, une sort de brioche roulée et fourrée au graines de pavot (et pas saupoudrée", il y a tellement de graines, que l'on peut confondre avec du chocolat !). A la surprise générale, tout le monde aime !

Ensuite je pense qu'a 22h tout le monde était au lit, on étais épuisés ! ^^ D'autant plus que le lendemain une grosse journée nous attendait....

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le réveil sonne. Il est 6h15. Hier soir, on a décidé d'aller voir le lever de soleil depuis le haut du Calvaire ! Quelle idée ! Le réveil pique un peu ce matin. Mais on est motivés et on enfile pantalons chauds, doudounes et chaussures de rando et on sort. Et là, quelle belle surprise ! Tout est recouvert d'un manteau blanc ! Il a continué de neiger pendant la nuit et une couche épaisse recouvre le paysage ! C'est génial !!

La montée au Clavaire ne se fait pas sans efforts, mais elle en vaut la peine ! Arrivés en haut, un magnifique panorama à 360° s'étend sous nos yeux et le ciel est teinté d'une jolie lumière rosée de lever de soleil. Devant cette vue sublime, on en oublie le réveil matinal !

Vue sur le vieux château 

Puis on redescend petit-déjeuner, nos estomacs commencent à crier famine après ce petit sport matinal ! On se repose un petit peu au logement avant de faire nos sacs et de repartir pour une belle randonnée.

Due à son activité minière, la ville est entourée de lacs artificiels. J'ai préparé un petit itinéraire qui nous fait passer de lacs en lacs, pour ensuite atteindre un sommet qui domine la ville, à 980 m d'altitude. La randonnée se fait dans un paradis blanc, les arbres et arbustes qui nous entourent sont recouverts d'une couche de neige que le soleil fait scintiller. Je suis si contente que mes amis puissent voir la Slovaquie sous de si belles conditions !! Les lacs sont tellement gelés et recouvert de neige que l'on doute un peu de leur présence ! On continue la marche de point de vue en point de vue, puis on atteint le sommet par un chemin de crête...plutôt escarpé ! On pique-nique en haut (plutôt rapidement car il ne fait pas chaud !!), puis on entame la redescente dans les bois. On s'arrête à un dernier lac où on boit un petit thé accompagné de quelques Manner (of course !), tout en observant deux courageux (ou fous je ne sais pas !) qui vont se baigner dans le lac gelé !! On arrive au logement où on récupère nos affaires (snif, on n'a pas du tout envie de quitter ce petit cocon !!) et on rentre à Bratislava, très heureux de notre excursion !!

(A gauche, oui c'est un lac !) 
31
31
Publié le 7 mars 2020


Ça y est nous sommes le 17 février, date officielle du début du second semestre. Comme nous sommes très peu à rester d'un semestre à l'autre, c'est un peu comme si on recommençait un nouvel Erasmus, avec l'avantage de connaître les lieux !

Lundi après le départ de tout le monde, j'étais moyennement motivée à participer aux activités proposées par ESN. La journée n'est donc pas si intéressante, je suis restée tranquillement à l'appartement où j'ai quand même fait un énorme tri/ménage de la cuisine, de quoi recommencer sur de bonnes bases pour le second semestre !

Mardi j'étais de nouveau opérationnelle et prête à sociabiliser ! On s'est donc rendu à la présentation officielle Erasmus qui avait lieu dans un amphithéâtre de la STU. Comme au premier semestre, on a reçu tot bag avec chaussettes, tasse en métal et bloc notes (très utiles!). On a eu aussi le droit à la même présentation sur la faculté, Bratislava et la Slovaquie en général. C'est assez drôle de revoir tout ça avec un regard habitué et non pas les yeux de la personne qui découvre un univers inconnu ! Sur la vidéo "12 choses immanquables à faire en Slovaquie", j'en avais déjà vu 6 ! Preuve que nous avons bien bougé au premier semestre ! L'objectif de ce second semestre est donc de découvrir la moitié restante (et plus !). Ensuite on a eu le droit au traditionnel petit pot avec les roulés aux graines de pavot (cette fois-ci on était prévenu et on ne s'est pas fait avoir par leur goût quelque peu... déroutant !! - Quoique je commence à apprécier ces petites pâtisseries slovaques !). C'était assez drôle d'être "ceux qui connaissent" au milieu de ces nouveaux ! Je trouve que c'est plus facile d'aller parler aux gens quand tu sais que tu as déjà une base d'amis solide sur laquelle compter ! Comme tu es en confiance, tu as moins peur d'être toi-même et d'aller parler aux gens ! Comme au semestre précédent il y a beaucoup de français. Néanmoins la promotion est beaucoup plus petite (je pense que l'on doit être moitié moins - on est une dizaine en archi dont les 3/4 sont français !) mais l'ambiance est différente, plus familiale. Le fait de parler à plein de nouvelles personnes et de revoir celles que je connaissais m'a fait beaucoup de bien !

Mercredi matin nous avons eu une réunion avec la coordinatrice Erasmus de la STU, afin de valider les cours que nous avions choisis pour ce second semestre. Cela a été un peu plus compliqué qu'au premier semestre à cause d'une histoire de quotas par projet qu'elle a imposé et de cours annoncé qui finalement ne pourrait pas être mis en place....Cette réunion a aussi été l'occasion de voir les nouvelles têtes qui sont avec nous en architecture. Il y a 5 nouvelles personnes: 3 portugais, une polonaise et un allemand (de la même université qu'Antonia !). En sortant de cours, on décide de sociabiliser et de proposer au nouveau d'aller manger une pizza chez Basilico, un italien renommé à Bratislava. Mais lorsque l'on arrive dans le restaurant, finalement les 3 portugais et l'allemand nous font faux bons et décide d'aller manger ailleurs. On est un peu déçu, on voulait sociabiliser ! Mais tant pis on se régale quand même des délicieuses pizzas moelleuses de chez Basilico.

L'après-midi, on part en ville chercher le cadeau pour l'anniversaire d'Antonia, que l'on fête le soir-même, un massage thaï: cela fait super longtemps qu’elle nous parle de ça et il y en a un nombre assez impressionnant à Bratislava ! Ensuite on décide d'aller faire les courses pour cuisiner des cakes salés (butternut, feta, tomate séchées, petits feuilles d'épinards, noix et graine de courges) et un gâteau d'anniversaire (chocolat/crème de marrons) à ramener !

Session cuisine

Le jeudi après-midi pour continuer sur notre lancée de sociabilisation, nous nous sommes rendus au city-game. Il faisait beau et même si on connaissait la ville déjà par cœur c'était agréable de rencontrer de nouvelles personnes ! Je me suis retrouvée dans le groupe de Damien et nous avons gagné (Bon ok ce n'était peut-être pas très juste par rapport aux autres groupes vu qu'on connaissait déjà la ville ^^).

Vendredi nous avons eu une nouvelle réunion à la faculté pour avoir nos emplois, qui s'annonce encore moins rempli qu'au premier semestre !!

Le soir, pas de sortie ESN, j'ai préparé mes affaires, le lendemain je partais à 5h45 en direction de Prague retrouver mon amie d'enfance, Claire !!

32
32
Publié le 7 mars 2020

Prague est décidément une ville coup de coeur ! Nous avons passé 3 jours là-bas et il y a tellement à raconter. C'est une ville qui regorge d'événements culturels, de lieux alternatifs, et d'art un peu partout tout en ayant un patrimoine et un passé historique fort ! J'aimerais y retourner durant ce semestre, pour faire quelques musées d'art modernes et contemporains mais aussi pour en apprendre plus sur l'histoire de la ville durant le 20 ème siècle !

Jour 1: Samedi 22 février

Je suis donc arrivée vers 10h à la gare de Prague, qui change de celle de Bratislava, elle est beaucoup plus grande, et c'est sous le soleil que j'ai retrouvé Claire ! Tout en parlant à bâtons rompus (des mois de vie à rattraper !), nous nous sommes dirigées vers le centre.

On est passé devant la synagogue du Jubilé, magnifique bâtiment, malheureusement recouverte d'un voile ce jour-là !

La Synagogue du Jubilé 
Street art  

Nous sommes arrivées au niveau de portes qui semblaient marquer l'entrée de la vieille ville - la Tour poudrière et l'hôtel de ville de la vieille ville. Le centre regorge de bâtiments sublimes dont la maison municipale, magnifiquement décorée dans un style art nouveau ! L'intérieur vaut vraiment le détour ! Elle abrite des cafés au style chic (qui ne semblent pas trop dans nos moyens, on ne s’arrêtera pas là pour manger ce midi !)

La maison municipale, chef d’œuvre d'art nouveau 

On continue à se balader et on se dirige vers le quartier Nord de la ville, de l'autre côté de la Vlata (le fleuve qui traverse la ville) pour aller manger au Vnitroblock, un lieu alternatif situé dans les locaux d'une friche industrielle. Sur le papier l’endroit avait l'air sympa, et il l’était, la décoration était vraiment sublime, mais je m'attendais à plus de petits food trucks et d'animations ! Il y avait finalement beaucoup de tables mais peu d'endroits où manger vraiment !

Vnitroblock 
Quelques prises de vue de ce quartier nord (Prague 7), un peu hors des zones touristiques 

Nous sommes ensuite repartie en direction de l'auberge de jeunesse, que nous avions réservé "Republic garden", qui se trouvait en fait juste à côté de la maison municipale ! Nous étions donc extrêmement bien situées !

Nous avons posé nos affaires et nous avons visité le quartier de Staré Mesto (vieille ville): le fameux pont Charles, plus vieux pont de Prague bondé de touristes. La place centrale de la vieille ville bondée de vendeurs de Trdlenik (sorte de brioche enroulée autour d'un pic et chauffée au feu de bois). La renommée horloge astronomique, dans laquelle à toutes les heures exactes, les apôtres apparaissent (et aussi où une foule de touriste se presse devant !), la bibliothèque municipale où se trouve "un puits de livre", ...

Nous nous sommes aussi baladées dans la ville juive, composées d'un bon nombre de synagogues et d'anciens cimetières. Nous avons pu observer, le corps suspendu de Sigmund Freud, œuvre de l'artiste David Černý. Cette œuvre est assez déroutante on a un peu l’impression d'être face à un homme qui s'est pendu ! David Černý fait partie des artistes tchèques contemporains les plus médiatisés et bon nombre de ses installations sont visibles un peu partout dans les rues de Prague ! Son style ironique voire provocateur est assez reconnaissable !

Je me rends compte que je n'ai pas pris beaucoup de photo de ces lieux touristiques (mais je vous laisse taper sur internet "que voir à Prague" et des sites mieux renseignés que moi vous montreront tous ces lieux^^)

Une photo (floue) de nous dans le "puits de livre" de la bibliothèque  

Après cette longue journée (je vous rappelle le réveil à 5h !), on est crevées ! On passe donc au Tesco acheter de quoi remplir nos estomacs. L’organisation de notre chambre est très étrange: on est dans un dortoir féminin et la "cuisine" se trouve dans la chambre à côté face aux lits et il n'y rien pour s'installer et manger ! On mange donc des pâtes/pesto assise sur le sol de notre chambre !

Après ce repas de fortune, je pense que vers 22h30, on est dans nos lits, prêtes à rejoindre les bras de Morphée !

Notre repas du soir, très élaboré 

Jour 2: Dimanche 23 février

Après un petit déjeuner sur la place de la maison municipale (pas la meilleure idée, être entourée de pigeons en dégustant ses tartines pain/confiture n'est pas la chose la plus fancy au monde !), on se dirige vers les quartiers se situant sur la rive ouest de la ville: Hradčany , le quartier du château et Malá Strana, un quartier qui a conservé son caractère authentique formé de petites maisons médiévales et baroques.

On commence la journée sous une légère bruine  
Les petites rues de  Malá Strana

Notre visite commence avec l'église St Nicolas de Malá Strana, une église baroque surmontée d'une énorme coupole. L'intérieur ,dans le même style, est remarquable ! On se balade ainsi en parcourant les petites rues bordées d'églises, de palais et de jardins, en direction du château.

Eglise St Nicolas de Malá Strana (et une goutte de pluie sur mon objectif !)
L'intérieur baroque (excusez la qualité horrible de mon portable !) 

Le château de Prague est l'un des plus grands châteaux du monde puisqu'il comprend un vaste complexe d'anciens palais, églises et de bâtiments aux diverses fonctions, le tout venant de diverses époques ! Une fois l'enceinte du "château" passé on se retrouve en fait plus dans un regroupement d'édifices importants que dans un château à proprement parler. La visite étant payante, nous ne l'avons pas faite car cela allait prendre trop de temps sur notre petit programme. Mais je pense que ça vaut le coup de passer une demi-journée là-bas ! Il y a notamment la cathédrale et la ruelle d'or qui doivent être intéressantes à visiter ! Depuis la terrasse avant de passer la porte du château, une belle vue sur Prague s'offre à nous !

Nous avons aussi assisté à la relève de la garde à midi, qui se fait en fanfare à cette heure-ci ! Je suis tombée par hasard sur cette info en lisant le petit guide touristique que l'on avait, il était 11h48 et par chance on se trouvait juste à 10 minutes !

La rue pour monter au château  
Le quartier du château 

Nous sommes ensuite redescendu un peu pour manger dans un restaurant végétarien que nous avions repéré, Good eats. Indécises que nous sommes, nous avons partagé un sandwich chaud, portobello, épinard, noix et fromage et un "beyond meat" burger, qui était très troublant car la "viande végétarienne" avait vraiment un goût de steak ! (Et au final je crois que je n'aime pas tant que ça !).

Après avoir repris des forces au chaud, nous sommes reparties, il nous restait encore plein d'endroits à voir !

Nous nous sommes rendus au couvent de Strahov, qui abrite une magnifique bibliothèque baroque ! Les salles étaient magnifiques mais malheureusement, les photos étaient payantes, je n'ai donc que cette photo floue, prise à la volette, à vous montrer... (mais comme vous êtes curieux, je vous laisse aller chercher sur Internet afin d'en voir plus 😉 )

Une belle photo floue !  

Nous avons ensuite continué notre route vers la colline de Petřín, un des espaces verts les plus étendus de Prague. Nous nous sommes rendus à l'église Saint-Michel-Archange, une superbe petite église en bois, bien dissimulée à l'abri des masses de touristes qui se pressent tous les jours au château !

On est ensuite redescendu dans le quartier de Malá Strana, pour se rendre vers le fameux mur de John Lennon. Si aujourd'hui, nombre de touristes font des photos arty devant, ce mur a une histoire assez importante puisque c'est ici que les étudiants de Prague ont commencé à exprimer leur volonté de paix, leur révolte contre la guerre et la dictature… Il devient un lieu de protestation contre le régime communisme, jusqu’à la chute du mur de Berlin en 1989. La plupart des inscriptions avaient un rapport avec John Lennon, symbole de liberté et de paix, c'est ainsi qu'il a été baptisé.

Nous nous sommes ensuite rendue à la plus petite rue, de la ville, sujet beaucoup plus léger. La rue est si étroite que la municipalité y a fait installer un feu rouge pour piéton: en effet il est impossible de croiser quelqu'un !

Nous avons ensuite pris la route du musée Kampa, où sont exposés les bébés de David Černý. Ces bébés sont les silhouettes que l'on voit se découper le long des piliers de la tour de télé au loin. De taille énorme, ils sont assez déroutants, leur visage étant remplacé par des sortes de codes barres !

Les bébés de David Černý 

Nous avons continué le long des quais pour se rendre à la Dancing house, œuvre contemporaine de l'architecte Frank Ghery. Au sommet se trouve un bar qui offre une vue sur toute la ville. Bien contente de se poser un peu au chaud, nous nous sommes donc installées pour déguster un chocolat chaud pour moi et un cheesecake pour Claire.

Puis nous avons repris le chemin de l'auberge de jeunesse pour prendre nos douches et manger (encore nos pâtes/pesto sur le sol ^^) afin d'être prêtes pour ressortir ! En effet, depuis que l'on est arrivé, nous avions envie de tester un des multiples Jazz club de Prague ! Nous nous sommes donc rendus au plus près de notre hôtel, le Ungelt Jazz and Blues club. L'endroit était sympa, une petite cave voutée à la lumière orangée. Des tables en bois, étaient regroupées dans un espace petit mais chaleureux. Sur la scène un groupe jouait des airs de jazz qui tendait sur le rock. Accompagné d'un bon petit spritz, on a passé une super soirée ! On est même allée danser devant tout le monde sur la scène ( Ok, le chanteur est venu nous chercher, on y serait pas allée comme ça par nous même !). J'ai vraiment aimé cette première expérience des clubs de Jazz, ça m'a donné envie d'en refaire avec cette fois-ci peut -être des groupes encore plus dans la tradition du jazz (du moins comme je me l'imagine - avec trompettes, pianos et saxophones).

Jour 3: Lundi 24 février

Nous avons commencé par le quartier de Zizkov, à l'Ouest de la vieille ville. On sent dans ce quartier que l'on s'éloigne du centre. Les bâtiments sont moins luxueux et reflètent l’ancien quartier rouge, ouvrier et communiste qu'était cette partie de Prague.

Des architectures...intéressantes !! 

On se rend tout d'abord au mémorial national de Vitkov, qui fut édifié entre 1929 et 1933 en hommage aux légionnaires tchécoslovaques et aux résistants de la Première Guerre mondiale. Pendant l'occupation soviétique, le mémorial fût récupéré pour un faire un mausolée communiste, accueillant jusqu’en 1962, les dépouilles de dirigeants du Parti communiste tchécoslovaque. Devant se dresse la statue du chef de guerre Jan Žižka, les proportions de cette statue sont immenses ! Troisième plus grande statue équestre au monde, la queue du cheval pèse à elle seule, 400 kilos !

Mémorial national de Vitkov 

On se rend ensuite à la tour de télévision de Žižkov , sorte d'ovni qui se dresse parmi la skyline des bâtiments classiques !

La tour de télévision de Žižkov , dont les piliers sont gravis par les bébés de David Černý

En bas de cette tour, se trouve le cimetière juif de Žižkov où la densité de tombes est impressionnante !

Cimetière juif de Žižkov  

On se balade ensuite à travers Vinohrady, un quartier au sud, qui semble plus hipster: de nombreux petits cafés sympas et restaurants végétariens attirent notre œil !

On se dirige finalement plus au Nord de la ville à Vyšehrad, sorte de bourg fortifié, installé sur une colline, qui offre un beau panorama sur la ville.


Comme on commence à avoir bien faim et qu'il n'y a rien à manger dans cette partie historique de la ville on redescend et on trouve un super petit restaurant végétarien : Herbivore ! Gros coup de cœur pour ce petit restaurant, où le concept est un self-service où on paye au poids. La nourriture est d'une grande qualité, elle rappelle la cuisine maison, simple, saine et délicieuse !

En ressortant nous nous sommes dirigés vers le cloître d'Emmaüs, dernière étape de notre liste "à faire". Le bâtiment a été reconstruit suite à un feu ce qui donne un mélange assez étrange entre béton moderne et pierre ancienne...

Le cloître d'Emmaüs 

Puis nous nous sommes baladés en remontant dans la vieille ville, se laissant aller au gré de nos envies pour nos derniers moments à Prague. Nous sommes retournés vers le musée national de Prague, qui domine une grande allée que l'on pourrait appeler "les champs Élysées tchèques", bordées de nombreux magasins de luxe.

Les lampadaires de Prague  sont tous énormément travaillés, ceux-ci avec leur couronne de princesses Disney m'ont bien fait rire !

Nous avons fait un détour par le passage Lucerna, un magnifique passage resté dans son jus qui abrite un vieux cinéma, un café et quelques boutiques, mais surtout une autre statue plutôt loufoque de David Černý!! Elle représente le roi Wenceslas chevauchant un cheval mort ! Cette statue, très ironique, fait vraiment un drôle d'effet.

Nous sommes ensuite arrivés à Havelské trziste, un marché qui semblait permanent, lieu idéal pour tout touriste qui cherche un souvenir à ramener ! ¨Puis nos pas nous ont menés de nouveau à l'horloge astronomique.

Après un dernier Trdlenik nous avons entamé le chemin du retour à l'hôtel, afin de récupérer nos bagages et prendre un train direction Bratislava !

33
33
Publié le 7 mars 2020

Ça y est les cours on reprit ! Enfin "cours", comme le semestre dernier, le début n'est pas très intense !

Mardi matin nous avons notre premier cours "Landscape architecture", qui s'annonce très décevant ! La professeur commence le cours en nous demandant de noter quand elle serait présente ou non... Ça annonce la couleur ! Donc on aura 5 fois cours avec elle durant le semestre...d'accord très bien... Ensuite le contenu du cours en lui-même est...nul ! En effet nous devons chercher des projets en rapport avec l'eau... (contournement, création d'un canal, récupération d'eau de pluie,...) et en faire un diaporama ! Je suis très déçue, je m'attendais à ce qu'on nous explique comment façonner des paysages, organiser des espaces extérieurs, avec le type de plantes, de revêtements au sol,... Mais nous allons faire sans appartement !

Une fois ce cours passé, la journée est finie pour nous, je rejoins Claire qui visite Bratislava ! C'est assez sympa de visiter la ville ensemble, car elle me fait voir la ville en touriste. Et même en ayant l'impression de la connaître par cœur, je découvre de nouveaux endroits ! (Bratislava regorge d'endroits cachés, je me fais la promesse de passer plus de temps à essayer de dégoter des petits endroits sympas et typiques au second semestre !). On tombe comme ça sur une galerie dans laquelle je n'étais jamais entrée. L'exposition s'intitule "čierne diery", ce qui signifie "trou noir" en slovaque. C'est un collectif d'architectes, illustrateurs et graphistes qui se sont réunis afin de créer des affiches sur des bâtiments, souvent industriels ou qui datent de l'ère communiste, qui sont laissés à l'abandon par l'état. Le but est de faire prendre conscience aux gens de tout le potentiel architectural qui est en train de se perdre ! Je trouve le concept très intéressant, d'autant plus que nous avons bien remarqué que Bratislava regorge de bâtiments complétement délabrés et je suis convaincue que la ville à un fort potentiel à jouer là dedans ! En plus du concept, que je trouve très intéressant, le graphisme des illustrations est juste sublime ! Le collectif a également un site internet qui recense tous les bâtiments ! Encore de quoi découvrir des endroits cachés dans la ville !

Le soir on va manger des spécialités slovaques au Slovak Pub (Claire doit absolument tester les haluski et les pirogy !). Je n'étais jamais allé dans ce restaurant, qui est pourtant The place to be quand tu veux manger slovaque et j'ai beaucoup aimé l'endroit ! C'est la même chaine que le Flagship et on est un peu dans les mêmes intérieurs très traditionnels, même si le Slovak Pub fait plus "taverne" dans un style plus décontracté et simple.

Puis on va boire un coup au Bohéma bar, un bar où se tiennent parfois des concerts à l'ambiance un peu arty et bohème, j'aime beaucoup !

Mercredi nous avons un cours de couleurs qui s'annonce très intéressant ! La prof commence par faire un tour de table en nous demandant pourquoi on a décider de suivre ce cours et quelles sont nos attentes. La question paraît un peu déroutante au début, je ne m'y étais pas préparée, mais finalement, les réponses viennent facilement. Elle nous explique donc en quoi consiste ce cours. Nous allons tout d'abord "apprendre" les couleurs. Entrainer nos yeux à différencier et appréhender les différentes couleurs, apprendre les effets psychologiques des combinaisons de couleurs et enfin apprendre à communiquer autour des couleurs, c'est à dire à partager une couleur avec une haute précision. Dans une second temps nous passerons à l'analyse, c'est à dire comment utiliser les couleurs dans la vie pratique. Enfin, nous appliquerons cela à un design que l'on imaginera.

J'avais entendu par des Erasmus du premier semestre, que cette prof était stricte et qu'il ne valait mieux pas l'avoir. En effet par rapport à certains de nos profs qui sont très (trop) laxistes, elle semblent être plus rigoureuse, ce que je ne trouve pas mal en soit. J'ai l'impression qu'elle nous prend pour des étudiants normaux, qui sont là pour apprendre et non pas pour des Erasmus en vacances !

On a déjà du travail pour la prochaine fois, il faut durant la semaine, quand on ressentira une émotion très forte, la jeter sur le papier sans réfléchir. Peindre de manière automatique sans aucune volonté esthétique. Juste mettre sur la feuille tout ce que l'on ressent. L'idée fait très artiste, je vous l'accorde, mais j'aime beaucoup !

Émotion jetée sur feuille blanche 

L'après-midi, on a un autre cours, celui de Building structure. Même professeur que le semestre dernier, très gentille, mais dont l'organisation est un peu floue et les cours peu (pas) intéressants. Bref je ne vous fais pas un dessin, je ne suis pas enchantée de retourner à ce cours !

Les salles de notre fac, que j'adore parce qu'elles semblent d'une autre époque 

Le soir, on a un "super super" présenté par l'équipe ESN sur la Slovaquie. Je connais déjà bien le pays, mais j'aime bien l'ambiance de ces petites présentations ! (Et qui sait, il y aura peut-être des pierogy ou des halušky à déguster !) et en plus ce sera l'occasion pour Claire d'avoir une petite présentation sur ce pays plus complète que ce que je ne serais le faire ! C'est aussi l'occasion de sociabiliser !

Justement en sortant de la présentation, on décide d'aller boire un coup dans un bar enterré, les Goblins. J'y étais déjà allé au 1er semestre et j'ai le souvenir d'un endroit bondé, où on avait eu du mal à trouver de la place mais ce soir il est quasi vide !!

En sortant, il est 21h30, on a faim ! On décide soudainement d'aller faire de Pirogy chez Damien ! J'adore ce genre de soirée spontanée ! On en profite aussi pour réserver notre logement et la voiture pour ce week-end ! (Et oui, on s'est concocté un super programme !)

Jeudi matin, dernier cours, celui de projet. J'ai pris un peu au dernier moment un cours que je ne voulais absolument pas de premier abord, une rénovation/réhabilitation dans un bâtiment classé à l'Unesco à Banskà Stiavnica. La prof est la même que celui de couleur et nous explique brièvement, ce que nous allons faire. Elle nous donne ensuite quelques notions clés quant à la notion de sauvegarde du patrimoine. Le cours est très intéressant et pour le moment, je ne regrette pas de l'avoir pris !

Le midi je rejoins Claire pour manger au Street food market qui se tient dans le vieux marché central. Yann se joint à nous. Plein de petits food trucks sont installés à l'intérieur des halles et de grandes tables en bois ont été installée au milieu. L'endroit est plein et l'ambiance est sympa !

street food market 

L'après-midi, on rejoint Damien pour aller visiter un des bâtiments enregistrés par le site čierne diery, une ancienne base de missile soviétique située vers le château de Devin. Après une randonnée plutôt escarpée, on arrive dans une espèce de bunker désaffecté. L'endroit est pas mal tagué et il ne reste pas grand-chose, mais c'est quand même impressionnant d'être dans ces lieux chargés d'histoire !

Quelques aperçus du bunker 

On redescend dans la nuit tombante pour atteindre le village de Devin, d'où on prend un bus pour rejoindre Bratislava. Il faut qu'on se dépêche, on doit préparer nos sacs pour demain et ensuite se rendre chez Clément où est organisée une soirée crêpe ! La soirée est sympa même si majoritairement composée de français, à part Antonia et deux Polonaises, Olga et Karolina: il faut vraiment que l'on sociabilise avec les nouveaux arrivants !! On ne rentre pas trop tard parce qu'on doit encore finir deux trois trucs pour être prêt pour demain matin !

On doit se lever tôt demain pour récupérer la voiture de location à la gare afin de partir en petit road-trip à travers la Slovaquie ! Mais ce post est déjà assez long et je garde le récit de nos aventures pour la prochaine fois !

Petits basilics, trouvés dans la rue en allant chez Clément ! 
34
34
Publié le 7 mars 2020

Le réveil sonne à 6h45....Dur dur... On ne traîne pourtant pas trop au lit car notre bus passe dans une demi-heure. Heureusement tout est prêt: petit dej' dans les tups, on mangera dans la voiture, sac à dos chargé et vêtement posé près du sac. On arrive à l'aéroport vers 8h, comme prévu, afin de récupérer notre voiture. Damien et Clément nous préviennent qu'ils seront "un peu" en retard. Ce n'est pas grave cela nous laisse de temps de remplir les papiers pour la location, etc... Mais lorsque l'on arrive devant le bureau, celui-ci est fermé et ouvre à 8h30 ! C'est une blague ??!! On vient de se lever à 6h45 pour devoir poireauter une demi-heure à l'aéroport ! On prend notre mal en patience en mangeant nos petit-déjeuner préparés la veille. Damien et Clément arrivent comme des fleurs vers 8h30, le bureau n'est toujours pas ouvert. Lorsque l'on récupère enfin la voiture, il est déjà 9h !! Mais bon, on est content de partir, l'aventure s'ouvre à nous !! On fourgue tout dans le coffre notre petite Clio rouge, notre bolide pour deux jours et nous voilà partis, Yann au volant, Damien en copilote, Claire, Clément et moi serrés à l'arrière !

Notre premier arrêt est le château de Bojnice. Un des plus beaux châteaux de Slovaquie, avec ses toits pointus verts, il rappelle un peu les châteaux de conte de fées. Selon le guide du petit futé, c'est "un des plus bel exemple de rénovation d'un château slovaque dans le style romantique du XIXème siècle". Une fine couche de neige recouvre sol et toitures, ce qui rend l'endroit encore plus magique. Damien, Clément et Yann ne peuvent s'empêcher de lancer une bataille de boule de neige... On monte ensuite à travers les bois jusqu'en haut d'une colline où se trouve une plateforme d'où l'on peut observer un panorama sur toute la ville. La plateforme est entourée de barrières aux pics pointus, que l'on doit enjamber car le petit portail est fermé. Damien se plante un des pics dans la main qui s'ouvre et se met à saigner rapidement. On redescend assez vite pour rejoindre une pharmacie (et aussi parce que Damien panique un peu !). Après ce petit incident (et un petit tour au rayon gaufrette du supermarché où on a trouvé une pharmacie), on repart en direction de notre deuxième arrêt: Čičmany.

Le château de Bojnice, sous la neige  

Ce village, bien que peu mentionné sur le guide du petit futé (oui toujours lui) vaut vraiment le détour ! Il est composé de maisons en bois traditionnelles, recouvertes de motifs peints blancs inspirés des broderies et des dentelles locales. Les fresques des maisons datent pour certaines d'il y a 200 ans et ont été peintes par les femmes du village. La route pour y mener est superbe, plus nous avançons (et montons en altitude), plus les paysages deviennent blanc ! Lorsque l'on arrive, nous sommes accueillis par le soleil et une épaisse couche de neige qui recouvre tout ! Il est midi bien passé, on a faim, un petit banc nous attend justement en plein soleil, un endroit parfait pour pique-niquer ! On se balade ensuite dans le village, les maisons et fenêtres étant plus photogéniques les unes que les autres. Il se met à neiger. Entre glissades sur le sol gelé, photos et batailles de boules de neige, on ne voit pas le temps passer ! Lorsque l'on repart, il est déjà plus de 16h !

La route enneigée  
... 
... 
... 
... 

Nous avons encore un stop avant d'atteindre la ville dans laquelle nous dormons ce soir : le château de Lietava. C'est le deuxième plus grand château en ruine de Slovaquie, qui servait lors de sa construction au 13ème siècle, à défendre la vallée des invasions des Tartares. Après quelques manœuvres quelque peu périlleuses en voiture (Damien qui indique des chemins non goudronnés et enneigés à Yann, qui les emprunte !). On finit par comprendre (toujours en relisant le guide du petit futé !) que ce n'est pas accessible en voiture et qu'il va falloir grimper ! Et c'est le mot ! La montée est super pentue !! Lorsque l'on arrive au château, il fait nuit. Je suis un peu déçue parce qu'au coucher de soleil cela aurait été magnifique, mais nous avons trop traîné à Čičmany (et aussi peut-être trop de fois emprunté la mauvaise direction- mais chuuut ne critiquons pas notre cher copilote !). Ce que nous voyons de nuit étant déjà impressionnant, je pense que ça vaut le coup de revenir le jour !

Lorsque l'on redescend à la frontale, il se met à neiger à gros flocons, c'est magnifique !! On retrouve notre petite Clio rouge (maintenant blanche) et on prend la direction de l'étape finale du jour Žilina où nous avons réservé une auberge de jeunesse.

Lorsque l'on se gare sur le parking de celle-ci, on est un peu refroidi par l'entrée peu accueillante ("un squat" selon Damien): située dans une zone, juste à côté de la gare ferroviaire, dans un bâtiment assez moche, onn comprend pourquoi il était peu cher ! Mais ce n'est pas très important, on ne reste qu'une nuit ! L'avantage c'est que l'on est juste à côté du Tesco! On se rend donc faire quelques courses pour le repas du soir et le pique nique du lendemain. Après quelques difficultés de compréhension avec la concierge, qui ne parle pas un mot d'anglais, on finit enfin par s'installer dans notre chambre: je suis exténuée ! Et là impossible de trouver la cuisine commune, qui était pourtant bien indiquée sur booking quand j'ai réservé ! On finit par comprendre qu'elle se trouve dans le bâtiment en face et qu'il faut sortir dans le froid pour aller cuisiner...dans une cuisine qui ne comporte quasiment aucun équipement ! Tant bien que mal, on réussit à se concocter un bon petit plat de pâtes, champignons, crème, épinards (et non pas de pesto cette fois !). On déguste ensuite un peu de Tatra tea que l'on a acheté au Tesco (ça vaaa, il y avait des réductions ^^). Nous essayons, le 57% à la rose musquée et à l'argousier, très sucré et le 67% à la poire et à la pomme, avec une note de gingembre, plus fort mais plus goûtu (on sent moins juste le sucre). Bon on abuse quand même pas trop sur la dégustation car demain, une journée bien remplie nous attend (et aussi une voiture à conduire accessoirement !).

Le lendemain, lorsque l'on quitte l'hôtel vers 9h30, un grand soleil nous accompagne. On part visiter Žilina, 4ème ville de Slovaquie (avec 80 000 habitants !). La place centrale, desservie par de petites ruelles médiévales, est agréable, avec de petites arcades surmontées de maisons colorées.

Les maisons colorées de la place centrale 

On se dirige ensuite en direction des villages d'Istebné et de Leštiny où se trouvent des églises articulaires en bois. Malheureusement celles-ci sont fermées, il faut apparemment prendre rendez-vous pour visiter: note pour la prochaine fois, penser à se renseigner ! Néanmoins l'extérieur reste beau à voir et la neige embelli encore le tout.

Petits villages enneigés...
...Églises en bois...  
...et attaque de boule de neige ! (à droite) 

Nous reprenons la route en direction d'Oravský Podzámok, où se trouve le fameux château d'Orava. Après quelques aventures en route (départ dans la mauvaise direction, emprunt d'une route non goudronnée et dérapage dans la neige- notre petite clio rouge aura tout vu !), on le distingue enfin, qui se dresse majestueusement du haut se son piton rocheux surplombant la rivière d'Orava.

Lorsque l'on arrive en bas, on se rend compte que la visite est guidée et que nous ne pouvons pas rentrer dans l'enceinte sans payer ! On décide donc de faire la visite (3€50 pour une heure et demie, cela reste raisonnable !). En attendant le départ de celle-ci, on mange bien au chaud dans salle d'attente: le beau soleil de ce matin nous a quitté et il fait un peu froid et venteux dans la vallée.

La visite du château vaut vraiment le coup ! La manière dont il a été construit, s'accrochant à la roche est vraiment impressionnant. Décor de nombreux films, il y avait encore des installations et des accessoires dans les cours, en vue du tournage qui allait avoir lieu dans quelques jours, ce qui nous plongeait encore plus dans l'ambiance moyenâgeuse ! La visite n'étant qu'en Slovaque, nous nous sommes retrouvés les seuls étrangers dans un groupe de slovaques, c'était assez drôle !

Le château d'Orava 

Puis nous avons continué notre route en direction d'un autre village, Podbiel, lui aussi composé de maisons traditionnelles en bois. Dans leur forme celles-ci m'ont rappelé celles que nous avions vues à Vlkolínec (voir épisode...) mais sans les peintures colorées. Le village est un peu moins connu que Čičmany, Vlkolínec ou encore Zuberec (il y a moins d'infrastructure mise en place et les maisons donnent sur une route très passante), mais c'est toujours intéressant de voir des fragments d'architecture typique et locale !

Les maisons traditionnelles de Podbiel  

Nous avons ensuite continué la route un peu plus loin, jusqu'à Tvrdošín, où se trouvait une dernière église en bois, classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Nous n'avons une fois de plus, malheureusement pas pu voir l'intérieur.

Eglise en bois de Tvrdošín

Bien fatiguée par tous ces arrêts, nous avons décidé de prendre le chemin du retour: depuis notre départ, nous n'avons fait que monter dans le nord, en direction de la Pologne, si bien que 3h bonne heure de route nous attendais (ainsi qu'un plein et un nettoyage de la voiture en arrivant- l'emprunt de chemins non goudronnés cumulés à la neige- ne laisse pas une voiture rouge immaculée)

35
35
Publié le 22 mars 2020


Bon cette semaine et ce week-end ne sont pas vraiment palpitants, je n'ai pas fait grand -chose de très intéressant, mais je vais essayer de quand même vous raconter tout ça de la manière la moins ennuyante possible ^^.

Lundi, j'ai réalisé que je n'avais cours que 2 jours ! J'étais assez contente de pouvoir rester tranquillement à l'appartement et me concentrer un peu sur ce deuxième semestre à venir. En effet, je n'ai pas encore eu l'impression de vraiment rencontrer des gens et sortir régulièrement comme c'était le cas au début du premier semestre ! J'écris aussi mes envies, ce qu'il me reste à visiter en Slovaquie et ce que j'ai envie de voir aux alentours. Je me penche un peu sur mon avenir, je dois chercher quel master je veux et dans quelle école... Bref pas grand-chose d'intéressant ses deux premiers jours mais juste un bien fou de rester à la maison tranquillement, de préparer de bons petits plats avec Yann et de discuter de tout et de rien.

Mardi j'ai rejoint Antonia dans un café/galerie d'art que j’avais repéré depuis longtemps. Comme nous n'avons plus les mêmes cours, je la vois beaucoup moins et j'ai l'impression de m'être un peu éloignée. C'était donc l'occasion de se retrouver, de discuter un peu (de parler anglais !). L'endroit était vraiment très chouette, mais malheureusement, la galerie était en train d'être installée quand nous y étions.

Quelques aperçus de cet endroit qui vaut le détour !  

Mercredi matin, nous avons eu notre cours de couleur que j'ai vraiment aimée ! Ce n'était pas très compliqué nous devions réaliser des cercles de couleurs en allant de couleurs primaires en couleurs primaires avec des aplats de couleurs propres et lisses. C'était assez relaxant de travailler comme cela et le cours est passé très vite !

Le soir, je suis allée au super-super grec. Le gars qui présentait son pays était super et l'aise et assez drôle, on est donc allez manger grec tous ensemble ensuite au Sluvaki, seul restaurant grec de la ville, juste en bas de chez Damien. Ça m'a fait beaucoup de bien de parler anglais et de rencontrer de nouvelles personnes ! Nous étions autour de la table: 2 Grecs, une Polonaise, 2 Espagnols et ...5 Français ! (Toujours en surnombre...) !

Jeudi, dernier jour de cours de la "semaine", celui de projet. J'en suis ressortie très déçue ! En effet, le cours précédent, la prof nous avait vendu une réhabilitation, mais entre-temps, elle a changé et a décidé de nous faire travailler sur une construction neuve dans un contexte historique. Le sujet reste intéressant, mais n'a plus rien à voir avec une rénovation ou une réhabilitation ! Ce qui était à la base la raison pour laquelle j’avais choisi ce cours...

Vendredi nous avons décidé d'aller à Vienne avec Yann afin de visiter des musées. Nous avons commencé par le Mumok, un musée d'art moderne et contemporain. Personnellement, j'ai été un peu déçue par le musée. Présenté comme le plus grand musée d' art moderne d'Europe centrale, avec des œuvres allant d'Andy Warhol à Picasso, je l'ai trouvé en fait immense avec des grandes pièces mais finalement peu d’œuvres à l'intérieur !

L'après-midi, je suis allée faire un musée que je voulais faire depuis longtemps, un musée à propos d'une histoire qui a bercé mon enfance: celle de l'impératrice Sissi ! L'entrée au musée n'est pas donnée mais vaut vraiment le coup ! Je n'ai malheureusement pas de photos car celles-ci étaient interdites. La visite commence avec toute une exposition sur l'argenterie utilisée par la dynastie des Habsbourg, argenterie encore utilisée au début des années 2000 pour les repas officiels ! Je pensais que cette partie de l'exposition serait moins intéressante mais j'ai été finalement agréablement surprise ! Les descriptions de l'audioguide étaient vraiment bien faites (et pas ennuyeux comme elles peuvent l'être parfois), et nous faisait vraiment revenir en arrière à l'époque des fastes des Habsbourg !

Ensuite venait la partie que j'attendais le plus : celle sur la vie de l'impératrice. Encore une fois le musée était très pédagogique avec une scénographie travaillée et moderne). Le musée a pour but d'expliquer qui était vraiment cette impératrice, de démêler le vrai de l'image de fiction qui a pu être donnée parfois par certains films et de savoir comment est née ce mythe autour de l'impératrice Sissi. On découvre en fait que c'était une femme triste et mélancolique, voire dépressive sur la fin de sa vie. Mariée très jeune, vers 15 ans, elle a eu l'impression d'une liberté volée et a toujours eu du mal à se plier au devoir protocolaire imposé par la cour. Sa vie entière n'a finalement été qu'une fuite, de voyage en voyage. Bref, vous l'aurez compris ce musée m'a vraiment passionnée ! On pouvait en plus y voir des reproductions des robes de Sissi, les originaux ne pouvant plus être exposés à la lumière, ainsi que les tableaux très connus représentant l'impératrice.

La dernière partie est celle des appartements royaux, dans le palais de la Hofburg, et là on avait l'impression de se retrouver plongé dans les films, s’attendant à croiser Romy Schneider au détour de chaques enfilades !

Samedi je suis allée boire un café avec Quentin, un français très sympa qui m'avait contacté pour l'appartement ! On a vraiment bien discuté et s'était cool de rencontrer de nouvelles personnes ! En plus on est voisin, donc on va se revoir ! On est allé dans une adresse que j'avais aussi envie de tester depuis longtemps : le Matsu premium tea & coffee. Je n'ai pas pris de photos mais l'adresse était vraiment chouette donc je vous mets le lien du site internet ici, si vous voulez aller voir à quoi cela ressemble : https://www.matsu-matcha.com/

Je suis contente, je travaille mon objectif du second semestre qui est " visiter plus en profondeur Bratislava" avec deux adresses testée en une semaine !

Dimanche, comme il faisait beau, je suis allée me balader dans Bratislava et j'en ai profité pour faire quelques photos avec mon argentique.

36
36


Bon ça y est, on s'est fait rattraper par le coronavirus... Ces derniers jours (et semaines) notre Erasmus a pris une tournure que je n'aurais jamais imaginée...Si jusqu’ici, on n’entendait pas trop parler du virus par rapport au reste du monde, le pays s’est mis à prendre en très peu de temps des mesures strictes.

Lundi 9 mars, la Slovaquie compte 16 contaminés. Le gouvernement décide de fermer ses frontières ainsi que tous ces établissements scolaires. Cela faisait à peine une semaine que nous avions vraiment recommencé les cours... La faculté est fermée jusqu’au 23 mars, on n’a donc pas cours pendant deux semaines ! Etant le deuxième pays européen à prendre ses mesures après l’Italie, cela nous semble très long ! On est un peu étonné par ces mesures alors qu'il y a très peu de personnes contaminées.

Mardi 10 mars au matin, nous nous sommes levés tôt. Ce soir c'est l'anniversaire de Clément et on a une petite idée de cadeau : une immense carte repérée par Antonia et Yann lors d'une sortie urbex dans une école abandonnée. C'est l’aventure : l'école se trouve juste en face du poste de police, on doit donc y aller avant l'ouverture de celui-ci pour ne pas se faire repérer ! L'école est bien dégradée, mais beaucoup de choses sont restées : des patins au sol dans le gymnase, des cartes postales aux murs, des flacons de chimie, des dessins, des assiettes et les frigos de la cantine... C'est dommage que le bâtiment ne soit pas réhabilité car l'intérieur présente vraiment de beaux espaces. On réussit à sortir indemne la carte que l'on offrira à Clément le soir même. Il organise une petite soirée dans son appart, c'est super sympa ! On parle quand même beaucoup de l'actualité, qui nous inquiète un peu, on entend que les frontières vont fermer... On ne le sait pas encore mais ce sera la dernière fois qu'on verra Karolina et Olga, deux amies polonaises.

Traces d'une vie passée.... 

Jeudi 12 mars, la Slovaquie ferme ses aéroports internationaux et tous les trains, bus et taxis internationaux sont annulés. On se demande pourquoi la Slovaquie prend des mesures si radicales alors qu'elle ne compte que très peu de contaminés, contrairement à la France par exemple, où la vie suit son train comme si de rien n'était et ce malgré les centaines de personnes malades et les morts qui commencent à s'accumuler... On nous explique la raison : la Slovaquie n'a pas les moyens et matériels médicaux suffisant en cas de grave épidémie. C'est pourquoi ils préfèrent prendre des précautions assez strictes rapidement et prévenir le virus. Les gens semblent assez paniqués, la plupart portent des masques dans la rue et les rayons pâtes, surgelés, papier toilette et nettoyant pour les mains se vident dans les supermarchés.

Malgré ces mesures de plus en plus inquiétantes, on continue notre petite vie. On va manger in cheesecake chez Pollito, une adresse que l'on voulait tester depuis longtemps (le cheesecake à la cacahuète est un délice !). C’est sûrement le dernier avant longtemps, des rumeurs courent à propos d'une possible fermeture des cafés, bars et restaurants et magasins non indispensables.

Le soir, on décide d’organiser une petite soirée film dans notre appartement. On va regarder le seigneur des anneaux, un classique que je n'ai jamais vu ! La soirée est vraiment sympa ! On commence à regarder le film un peu tard et sachant qu'il est assez long, on ne finit pas très tôt !

Clément et ses pop-corns au chocolat ! 


Vendredi 13 mars, ce matin nous partons en direction des Tatras, pour se faire un week-end de deux jours au grand air des montagnes. On apprend en partant que la Slovaquie ferme ses frontières à tous les résidents non slovaques. Il devient de plus en plus difficile pour nous de partir si nous le souhaitons. Même aller à Vienne, qui est pourtant d’habitude si facilement accessible, est impossible ! C’est assez étrange, nous qui avons toujours connu les frontières des pays européens grandes ouvertes, de devoir élaborer des stratégies pour sortir de la Slovaquie. (Ce que pour le moment nous n’envisageons pas). De même, comme nous nous y attendions, tous les magasins non indispensables vont fermer et sur le chemin de la gare, toutes les portes sont fermées avec un petit écriteau dont nous ne comprenons pas la langue mais devinons le sens. Je n’ai jamais vu de trains aussi vides. ! Les gens se tiennent à une distance de sécurité les uns des autres et une dame refuse même que l'on s'installe dans son compartiment. A ce moment-là ça me paraît fou ! Une semaine plus tard ça ne l'est plus du tout.

L'équipe est composée d'Antonia, Arnaud, Damien, Clément, Yann et une amie d'Antonia, Muriel. Lorsque l'on arrive à Tatranska Lomnica, on a l'impression d'arriver dans une station fantôme. Nous sommes en pleine saison de ski, mais les remontées mécaniques ont été complétement stoppées, de même que tous les magasins de location et les billetteries. Nous ne croisons même pas la réceptionniste de l'auberge de jeunesse durant tout le séjour ! Lorsque l'on arrive, elle nous indique que la porte est déjà ouverte et que nous n'avons qu'à nous installer. Après un petit pique-nique en plein soleil, on part se balader (il est déjà presque 15h !). On s'engage dans une randonnée très escarpée pour atteindre un lac, que finalement nous n'atteindrons pas : le chemin était trop impraticable à cause de la neige et on s’enfonçait énormément, on ne voyait pas si on mettait les pieds dans un trou ou non et la pente était vraiment abrupte ! Finalement on s'est arrêté sur une plateforme, sur laquelle arrivaient en temps normal les télésièges, et on a observé le ciel se teinter de lueurs rosées et violacées tout en dégustant un petit snack bien mérité. On est ensuite redescendu rapidement pour aller faire des courses en vitesse (les magasins ferment à 18h45 !!) et on a dû faire preuve d'imagination pour le pique-nique du lendemain parce qu'il n'y avait plus grand-chose dans les rayons !

Le soir on est allé manger dans un restaurant à côté de notre auberge de jeunesse (heureusement les restaurants étaient encore ouverts à ce moment-là !). Puis on s'est couché, bien crevé, afin de se reposer pour la belle rando qui nous attendait le lendemain !

Le lendemain après un petit-déjeuner sur la terrasse au soleil (enfinnn le printemps pointe le bout de son nez !). Nous avons rangé toutes nos affaires dans nos sacs : on reprend le train ce soir dans une autre station donc on il faut tout emporter, on ne repassera pas par ici ! La randonnée du jour fait environ 11km et nous emmène à travers des cascades. La balade est vraiment belle, le soleil est avec nous et sous nos pas craquent les derniers restes de neige. Au niveau d'un refuge, on fait une belle rencontre : celle d'un renard apparemment habitué aux passants. Pas craintif, il s'approche de nous, nous demandant clairement à manger ! Je n'avais jamais vu un renard se si près c'est beaucoup trop mignon ! Son pelage roux brille au soleil et appelle aux caresses (ce que l’on n’a bien sûr pas fait, ni nourrit d'ailleurs, cela reste un animal sauvage !). Nous avons continué la route jusqu'à la cascade la plus haute où nous avons pique-niqué (toujours au soleil !). Puis nous avons pris le chemin du retour en direction de Stary Smokovec où, après quelques glissades, nous sommes montés dans le train (vide encore une fois) pour regagner la capitale.

Cette escapade à la nature nous a vraiment fait du bien : s'éloigner un peu du caractère anxiogène de la ville et des nouvelles qui vont avec pour retrouver l’air et les magnifiques paysages de cet endroit que j’aime tant en Slovaquie.

Lorsque l'on rentre, Lucas, notre 3ème coloc, nous annonce qu'il va sûrement repartir en France. Son université a prévenu les étudiants Erasmus qu'ils n’auraient plus cours du tout d'ici à la fin du semestre et comme il est arrivé il y a à peine un mois, il n’a pas encore trop pris ses marques et préfère rentrer chez lui.

Dimanche 15 mars, le port de masques est obligatoire pour prendre les transports en commun et se rendre dans les lieux publics. Dans la rue, les gens portent tous des masques, ce qui est assez impressionnant ! Le soir on est invité chez à la coloc d'Arnaud et Antonia, cette dernière et Muriel nous ont concocté un délicieux plat typique de leur région. Muriel n'a pas pu prendre un bus comme ça l'était prévu au départ, elle se retrouve donc bloquée ici. Le repas est délicieux et on passe la fin de notre soirée à jouer aux cartes !

La qualité de la photo n'est pas folle mais le repas était vraiment délicieux ! 
37
37
Publié le 23 mars 2020


On commence notre deuxième semaine sans cours. La situation se tend chaque jour un peu plus… J’ai décidé de me tenir à un planning et à une liste de choses à faire chaque jour parce que je sais que sinon je ne vais pas tenir…

Et finalement entre le télétravail, les lettres de motivation à préparer pour mon futur master, mon book, le blog… Il y a pas mal de choses à faire. Au vu de la situation qui empire un peu partout, on a décidé de sortir le moins possible.

Je travaille donc comme si j'allais en cours. Si le mardi de 9h à 12h j'ai cours d'architecture de paysage, je vais travailler cette matière et ainsi de suite. Ça permet de me poser des limites dans mon travail, d'être plus efficace et de ne pas passer toute ma journée devant mon ordinateur. Je me suis aussi promis d'appeler une personne par jour ! Finalement ce confinement permet de prendre des nouvelles de nos proches, ce qu'on a pas toujours le temps de faire !

Lundi 16 mars, discours de Mr Macron à propos de la situation de crise que vit la France dû au coronavirus. Après avoir annoncé quelques jours auparavant la fermeture de tous les établissements scolaires, puis de tous les bars, restaurants, cafés et magasins non essentiels, les frontières ferment à leur tour. Le président annonce aussi un confinement de quinze jours minimum. En effet ce week-end des centaines de français sont allés profiter du soleil dans les parcs et autres espaces publics, se mettant en danger les uns les autres en ne respectant aucune consigne de sécurité !

En Slovaquie, l’état d’esprit est très différent : nous ne sommes pas en confinement mais les gens sont très respectueux et ne sortent pas : ça fait d’ailleurs une drôle d’impression, les rues sont vides et tout est très calme…

Mardi 17 mars, nous recevons un mail de l’ambassade à propos d’un possible rapatriement en avion. Yann hésite à rentrer….

Mercredi 18 mars, Lucas est parti. C'était très bizarre, j'avais l'impression qu'il venait d'arriver ! J'ai eu un peu de regret de n’avoir pas assez essayer de plus lui parler, de mieux le connaître et de partager plus de moments ensemble.

Sinon mercredi fût une journée pleine de créativité : ça fait tellement du bien ! Le matin j'ai fait des photos avec la lumière du salon sur les rideaux et j'ai aussi fait ce que la prof nous avait demandé pour le cours de couleurs. J'étais au rebord de ma fenêtre, au soleil avec les oiseaux qui chantaient, en train de peindre des nuances, c'était très agréable ! Le soir on a organisé une soirée jeux de société à l'appart, c'était vraiment sympa ! Lucas avait laissé des pizzas congelées et des frites dans le congélateur alors on a invité tout le monde à manger !

Dégradés 
Douce heure  

Jeudi 19 mars Aujourd'hui est une vraie journée de printemps ! On sort faire de grosses courses avec Yann pour ne plus avoir à ressortir avant un bon petit bout de temps. Puis on se rend chez Clément, qui a une terrasse pour profiter du soleil. C'est tellement agréable de pouvoir manger dehors. Il sort une bouteille de vin et des verres à pied, on se croirait en vacances. Vers 15h, on rentre, je dois travailler un peu. Sur le chemin du retour, un petit plaisir simple: un fleuriste qui n'a pas sûrement pas eu le temps de décommander ses stocks avant la fermeture des commerces, a disposé des petits bouquets de jonquilles en libre service. J'en prends un et ramène cette petite note de printemps dans ma chambre, d'où une douce odeur se diffuse.

Le bonheur de la terrasse (oui oui Yann est bien entrain de monter sur le toit !) 
Les Jonquilles 

Vendredi 20 mars Ce matin nous avons reçu un mail de l'ambassade de France : un bus gratuit part de Bratislava aujourd'hui à 17h pour rapatrier tous les Français qu'ils veulent rentrer. Lorsque je vois ça, je me doute fortement que je serais seule ce soir. Yann va sûrement rentrer. En effet, il me le confirme quelques heures après. J'ai une baisse de moral. L'idée de me retrouver toute seule dans cet immense appartement de 120m² me fait peur. Je ne comprends pas, j'ai pourtant vécu seule pendant 2 ans à Strasbourg et j'adorait ma solitude. Depuis que je suis arrivée en Slovaquie, j'ai quasiment tout fait avec Yann et je ne suis jamais restée seule dans cet appartement, j'ai perdu l'habitude, voilà ce qui m'effraie.

Pour me remonter le moral, je me rends chez Clément à nouveau pour manger sur sa terrasse. Il fait si bon dehors. On prépare un bon repas puis on lézarde sur sa terrasse au soleil, ça fait du bien ! Puis vers 16h, on accompagne tous Yann au point de départ du bus. Là-bas, on rencontre la consul et l'ambassadeur qui sont vraiment gentils et compréhensifs. Ils insistent pour que nous les contactions en cas de problèmes, ils nous rassurent en nous disant que d'autres rapatriements devraient être organisés au cas où on changerait d'avis. Pour l'instant, j'ai décidé de rester. Parce que mes amis sont encore là pour la plupart, parce que j'ai envie de quitter la Slovaquie sur une note positive et parce que je me dis que ça fait partie de l'aventure. Mais j'ai un eu peur, peur de ne pas arriver à tenir, peur de regretter et de vouloir rentrer en France et peur que ce ne soit plus possible, peur de me retrouver seule avec moi-même...

Heureusement le soir mes amis viennent à l'appartement et on regarde le volet trois du seigneur des anneaux, le tout avec des bonnes pâtes/sauce tomate (entre Lucas qui avait plein de stock et nous qui avions fait de grosses courses avec Yann, j'ai de quoi manger pour des semaines, je ne vous raconte pas !)

Samedi 21 mars : Pour ma première journée seule à l'appartement, il pleut. Mais j'ai pas mal de travail alors le temps passe bien et je ne m'aperçois pas trop que je suis seule. Le midi je cuisine une petite tarte courge/chèvre/noix et miel (on ne se laisse pas abattre !). Le plus dur est lorsque le soir arrive... Je fais un peu de ménage et regarde un film ("Médecin de campagne", un très bon film je recommande) pour me changer les idées.

Avec le coronavirus, je ne me sens pas de voyager. Nous ne sommes pas confinés ici mais les gens sont très respectueux et ne sortent pas. Je trouve ça un peu égoïste de sortir alors que la meilleure chose à faire est de rester chez nous. Je ne sais pas trop à quoi vont ressembler les prochains posts, parce que je doute que ma petite vie soit très intéressante en ce moment. J'ai pourtant envie de garder une trace de ce qu'il se passe. Je pense quand même que je vais continuer à écrire parce que finalement j'en ai pris l’habitude et que ça me fait du bien de poser tout ce que je vis sur papier (ou plutôt sur l'écran ^^).

Alors à la semaine prochaine pour de nouvelles aventures…casanières !

38
38
Publié le 16 mai 2020

Me revoilà, un peu moins de 2 mois après mon dernier post. Avec l'environnement angoissant de la crise du coronavirus, je n'ai finalement pas eu le cœur à écrire. J'ai surtout concentré mon énergie à ne pas me laisser abattre par la situation, quelque peu démoralisante, à prendre du temps avec mes amis (ceux qui restaient - soit Damien et Clément) et à part faire des gâteaux, du pain, du sport, et appeler mes proches, je n'ai pas vécu grand-chose d'intéressant à raconter !

Mais depuis quelques semaines, la situation s'améliore en Slovaquie et la vie normale reprend peu à peu : les bars et restaurants ont rouvert ainsi que les hébergements et locations touristiques, les parcs et les musées. Des mesures de prévention sont toujours appliquées : le port du masque est encore obligatoire et respecté partout et par tous, le nombre de personnes dans les magasins est limité et une désinfection obligatoire se fait à l’entrée de tout supermarché, magasin, musée ou église ! Malgré ces mesures un vent d'espoir, de pouvoir à nouveau profiter de notre Erasmus, nous réchauffe le cœur.

Je me souviens d'une balade un soir avec Clément, où nous avions découvert que la vie reprenait : les gens sortaient dans les rues pour manger une glace ou boire une bière, les bars proposaient des boissons à emporter, et de la musique résonnait le long du Danube : un sentiment d'allégresse euphorique nous a envahis ! Nous venions de passer deux mois à répéter la même routine et à rester chez nous, maintenant assez perdu de temps, on allait de nouveau profiter ! (En faisant bien sûr très attention et en respectant les gestes barrières !).

C'est ainsi que la semaine dernière nous sommes partis découvrir le Nord-Est de la Slovaquie !

Nous avons donc loué une voiture et roulé en direction des Tatras ! C'était agréable de voir des paysages verdoyants s’étaler sous nos yeux, nous qui connaissions plutôt la Slovaquie gelée et parfois grise de l'hiver. La musique était entrainante, les paysages défilaient, le soleil chauffait l'habitacle : un sentiment de liberté retrouvée nous gagnait peu à peu.

Les Tatras enneigés qui se dressent soudainement sous nos yeux  

Notre premier arrêt se trouvait dans l'agglomération de Poprad, ville la plus importante située au pied des Tatras, à Spišská Sobota. C'est un petit village qui a gardé tout son charme, constitué d'une immense place centrale, au milieu de laquelle se dresse une église, bordée de jolies maisons colorées. La place est très propre et bien aménagée et on apprécie le pique-nique au soleil !

Puis il est temps de repartir pour Kežmarok, où nous devions récupérer notre logement. Ce qui ne s'est pas trop passé comme prévu... !

En effet en arrivant devant la porte et en cherchant dans mes mails de confirmation de réservation le numéro des propriétaires, je me rend compte que nous nous sommes trompés sur les dates ! On a réservé pour le week-end prochain ! Je n'en reviens pas !! Avec tous les voyages que l'on a faits au premier semestre, cela ne nous est jamais arrivé ! Aurait-on perdu l'habitude de voyager ? La panique monte un peu en moi et je me sens tellement stupide ! Heureusement à tout problème, on finit par trouver une solution ! Les propriétaires sortent de chez eux et on leur explique la situation. Adorables, ils nous disent qu'ils ne peuvent pas nous accueillir pour ce week-end car ils sont déjà pleins ! Mais ils annulent notre réservation pour le week-end prochain et appellent des amis à eux qui proposent aussi des locations pour savoir s'ils ont de la place ! Ils nous affirment qu'ils pourront nous accueillir sans problème à partir de 19h ! Je suis soulagée et reconnaissante d'être tombée sur des gens si compréhensifs et aidants !!

On fait ensuite un petit tour de Kežmarok, qui présente une place centrale typique slovaque (grande et bordée de petites maisons colorées - cette description risque de beaucoup revenir ^^ ), au bout de laquelle se trouve un joli château avec vue sur les Tatras ! On trouve aussi une église articulaire en bois dont l'intérieur semble magnifique, mais que nous ne pouvons malheureusement pas visiter.

Kežmarok 

On part ensuite en direction de Ždiar , un petit village présenté comme ayant beaucoup de charme sur le guide du petit futé car composé de maisons traditionnelles en bois peintes en bleu et rouge. Le village est en fait étendu sur plusieurs kilomètres le long de la route, ce qui fait que ces petites maisons traditionnelles sont assez parsemées. Nous avons dû repartir assez vite pour récupérer notre logement et je pense qu'il nous aurait peut-être fallu un peu plus de temps pour bien découvrir le village. Néanmoins la vue sur les Tatras enneigés, avec une petite rivière qui coule en contrebas conférait au tout une atmosphère agréable !

Ždiar 

Nous avons ensuite pris la direction du petit village où était situé notre logement. Sur la route, nous sommes passé devant une "Osada", c'est à dire une communauté Rom située installée à l'écart d'un village. Cela fait un drôle d'effet. Tout d'abord, on sent que l'on arrive dans un lieu particulier car des tapis sèchent dispersés un peu partout dans l'herbe et de nombreuses personnes marchent le long de la route : jeunes sur leur vélo, regroupement d'enfants, parents et poussettes. Un "village" apparaît, sorte de bidonville avec des maisons dans divers états de salubrité et dans différents avancements de construction. Sur la "place centrale" tous les habitants sont regroupés autour d'un camion de pompiers qui vient faire des tests de dépistage du coronavirus. En effet c'est autour des ces communautés roms, que le pays concentre sa plus grande inquiétude quant à la propagation du virus, car il semble difficile de faire adopter à ces populations habituées à la vie en communauté et au grand air, des mesures de confinement et de distanciation sociale.

Nous arrivons ensuite dans le petit village où se trouve notre logement. Celui-ci a pour toile de fond les Tatras, qui se dressent majestueusement, cimes enneigées, dorées par la lumière du soleil couchant. La propriétaire des lieux nous attend et à l'aide d'un mélange des mots basiques de Slovaque que nous connaissons et de beaucoup de gestes, nous réussissons à nous comprendre. A la place de deux chambres séparées dans une auberge, nous avions finalement un appartement complet pour nous avec jardin (et trampoline !) ! Tout s'arrange ! Le soir nous fêtons cette liberté retrouvée avec un petit Tatra Tea !

Le lendemain, la journée commence par un stop chez Tesco car nous étions samedi et les magasins étant fermés le dimanche, nous devions faire quelques réserves. Nous avons été un peu découragés en voyant l'énorme queue devant le magasin, dû aux mesures de sécurité mises en place pour le Coronavirus ! Mais on a fini par rentrer dans le supermarché et on a ensuite repris la route sous le soleil pour cette deuxième journée de découvertes ! Nous nous sommes rendus à Červený Kláštor, une ville qui est le point de départ du parc national des Piénines, qui présente de belles formations rocheuses, traversé par la rivière Dunajec. Arrivée, quelle ne fut pas ma surprise de voir que la rivière était descendue par des radeaux en bois conduits par des slovaques vêtus de costumes traditionnels ! C'était quelque chose que je voulais faire depuis tellement de temps !! Nous n'allions pas rater une telle occasion ! Mais tout d'abord, direction un joli monastère de chartreux en briques rouges qui a donné son nom au village (Červený Kláštor signifie monastère rouge). Le lieu est paisible, ensoleillé avec une belle vue sur les massifs rocheux du parc national des Piénines, une belle visite ! On s'installe ensuite sur une petite plage au bord de la rivière pour un petit pique-nique au soleil et une trempette (rapide) dans les eaux (plutôt fraiches !) de la rivière Dunajec ! Puis on se dirige vers la location de rafting où nous avons réservé une descente pour 15h ! Finalement pas de guide en costume traditionnel, on préfère descendre les gorges par nous-mêmes !

Le monastère de Červený Kláštor 

On a vraiment passé un bon moment à essayer tant bien que mal de diriger notre grosse bouée jaune sur l'eau ! Le parcours s'est arrêté juste à la frontière avec la Pologne (et oui on avançait un peu plus et on ne pouvait plus retourner en Slovaquie, étant donné que toutes les frontières sont fermées : ça fait d'ailleurs un drôle d'effet de se dire que ce qui semble n'être qu'une simple rivière est en fait une frontière, impossible à traverser !). Puis le loueur de rafting nous a ramené en voiture jusqu'au point de départ. Après un petit gouter pour se remettre de nos efforts, nous sommes partis voir le château de Stará Ľubovňa, dans une jolie lumière dorée du soir.

La rivière Dunajec, avec au fond les premières formations rocheuses du parc des Piénines 
 Stará Ľubovňa

Dimanche nous avons quitté notre petit logement bien agréable pour prendre (déjà !) la route du retour en direction de Bratislava. Nous ne rentrons pas aujourd’hui pour autant car nous avons décidé de couper la route du retour en deux et de passer une nuit à Banská Bystrica. Mais avant d'arriver à cette étape, d'autres découvertes nous attendent ! On commence par le joli village de Bardejov, toujours avec une énorme place centrale bordée de maisons de couleurs. La ville est assez calme (et un peu vide aussi) mais est remarquable pour ses remparts défensifs très bien conservés.


Bardejov 

Nous empruntons ensuite la route en direction de la ville de Prešov, par laquelle on sera agréablement surpris ! J'avais un peu des préjugés sur les villes slovaques, en ayant conclu qu'il fallait plus venir en Slovaquie pour les paysages et parcs nationaux que pour ses petits villages ou cœur de villes pittoresques. Néanmoins, la visite de Prešov, m'a prouvé qu'il y a quelques villes au centre charmant en Slovaquie. La grande place est très agréable, bien aménagée, elle présente des variations de hauteur, ce qui permet de créer des espaces différents. Au milieu, un grand parc et une église et sur les côtés, en hauteur, des terrasses, le tout dans un cadre très vert, bordé de maisons aux façades variées et colorées (ça ne change pas sur ce point ! ^^).

Prešov 

On continue ensuite la route vers le château de Spiš, présenté comme l'un des plus grands châteaux forts d'Europe centrale par le guide du petit futé. Et en effet, je ne suis pas déçue ! Je pense que c'est le château que j'ai préféré parmi tous ceux visités pour l'instant. Construit sur un rocher, une petite grimpette est nécessaire pour y accéder. Le château est en ruine et présente une partie basse, qui s'apparente plus à une large cour avec des remparts et une partie haute, le palais résidentiel. Nous n'avons malheureusement pas pu visiter cette partie qui était fermée pour cause de rénovation.

Montée en direction du château de  Spiš

Nous sommes ensuite remontés dans notre petite Skoda et avons pris la route de Banská Bystrica.Nous sommes arrivés vers 20 h, et personnellement je venais de conduire 2h30 de petites routes de montagne donc j'étais plutôt contente de pouvoir me reposer !

Tout comme Prešov , j'ai été surprise par la ville dynamique qu'est Banská Bystrica ! La ville s'est développée grâce à l'industrie minière de l’argent et du cuivre, à la fin du XVIème siècle. Le long de la place centrale, de belles maisons bourgeoises témoignent de cette époque riche. Celle-ci est très agréable, entièrement piétonne et bordée de terrasses. Sur la place du château se tient un petit marché. Le soleil nous chauffe la peau et il flotte un air de vacances dans le Sud. Je suis encore une fois impressionnée par l'urbanisme de la place centrale, qui est bien aménagée !

Banská Bystrica fût aussi le centre de la résistance face aux nazis et à leurs collaborateurs durant la seconde guerre mondiale. En août 1944, fût lancé un appel radio sollicitant un mouvement de soulèvement slovaque. La révolte fut écrasée dans le sang par les Allemands et 900 slovaques furent massacrés ainsi que des résistants français et des soldats de l'armée britanniques venus soutenir le soulèvement. A la mémoire de cet événement, le musée du soulèvement national (SNP Museeum) fut construit en 1969, celui-ci interpelle de par son architecture imposante ! Un petit bijou pour les amoureux d'architecture béton !

La place centrale de Banská Bystrica
Détails slovaques  
SNP Museeum 

Après cette agréable promenade urbaine, nous avons de nouveau pris la route, en direction de Špania Dolina, un joli petit village caché dans les hauteurs. Ancien lieu d'extraction du cuivre, on trouve une jolie église en bois, accessible par un impressionnant escalier en bois, couvert et très raide ! Dans le village, l'importance de la mine, dans l'organisation et le fonctionnement de celui-ci, est racontée sur de nombreux panneaux explicatifs.

Immersion minière à Špania Dolina 

Enfin, nous avons fait un dernier stop au château de Hrušov, qui présente de jolies ruines perchées sur une colline. La Slovaquie semble parsemée de châteaux, car tout au long de notre trajet nous avons vu de nombreuses ruines, se dresser au loin sur des rochers.

Château de Hrušov 

C'est la fin de ce petit road-trip qui m'a permis de découvrir de nombreux endroits que j'avais listés comme "à voir en Slovaquie". La fin de mon Erasmus approche, je dois rendre mon appartement dans une semaine, je suis contente d'avoir pu repartir une fois avant de rentrer en France ! (Même si théoriquement, pour l'instant, je n'ai aucune date de retour prévue, les frontières sont toujours fermées, donc il est possible qu'on reparte de nouveau à la (re)découverte d'autres endroits dans ce beau pays !)