Carnet de voyage

Mars 2019

18 étapes
5 commentaires
5 abonnés
Dernière étape postée il y a 1 jour
Mars 2019
31 jours
Partager ce carnet de voyage
1
mars
1
mars
Publié le 11 mars 2019

Balade puis baignade à Copacabana.

Nous partons ensuite retirer nos billets pour assister au carnaval puis direction le sambodrome.

2
mars
2
mars
Publié le 11 mars 2019

Balade dans les très jolis quartiers de Leblon et d'Ipanema puis très joli coucher de soleil sur la Ponta do Arpoador.

3
mars
3
mars
Publié le 11 mars 2019

Après une visite du très joli Parque Henrique Lage, nous faisons le trail du Corcovado.

Il s'agit d'une marche de 3,5 kilomètres avec un dénivelé de plus de 600 mètres reliant le Parque Henrique Lage au Corcovado.

Après une petite sieste bien méritée, nous repartons assister au plus grand carnaval du monde.

4
mars
4
mars
Publié le 11 mars 2019

Nous prenons le bus de Rio de Janeiro jusqu'à Mangaratiba. Sur place, le seul bateau rejoignant Ilha Grande est à 8h du matin.

La seule option est de prendre un très onéreux taxi boat.

Nous prenons finalement un minibus local pour rejoindre Jacareí. À partir de là, un bateau pars chaque heure pour Ilha Grande.

Nous arrivons à Vila do Abraão, le plus grand village de l'île, aux alentours de 15h.

Après une petite balade dans cette dernière, nous prenons un autre bateau pour rejoindre Japariz, lieu de notre séjour.

5
mars
5
mars
Publié le 12 mars 2019

Journée assez tranquille : baignade dans la petite plage juste à côté de Japariz au milieu de poissons multicolores et découverte des environs de l'auberge.

Repas le soir devant le match devant le match de Flamengo (que tout le monde supporte dans ce village).

6
mars
6
mars
Publié le 12 mars 2019

Trek à travers la jungle depuis Paraty vers le village de Saco do Céu puis baignade avant le chemin du retour.

7
mars
7
mars
Publié le 12 mars 2019

Tour de l'île en bateau. Au programme : des paysages magnifiques, un déjeuner au bord de l'eau et baignade avec des tortues sauvages et des poissons multicolores.

8
mars
8
mars
Publié le 13 mars 2019

Nouveau petit trek sur l'île au milieu de la jungle, de ses énormes bambous et de ses araignées géantes.

Cette fois-ci, nous nous dirigeons vers l'ouest et le village de Freguesia de Santana où se trouve notamment le plus grand bâtiment religieux de l'île : l'Iglesia de Freguesia de Santana.

Ce petit village est entouré de plages : la Praia de Freguesia de Santana à l'est, la Praia de la Lagoa Azul au nord et la Praia de Grumichama à l'ouest.

C'est sur cette dernière que nous passerons la plupart de notre temps puisque nous nagerons de nouveau avec des milliers de poissons tous plus beaux les uns que les autres ainsi qu'avec des tortues sauvages.

Nous avons même la chance de pouvoir en observer une (très peu peureuse) en train de manger. Quel joli spectacle...

9
mars
9
mars
Publié le 13 mars 2019

Pour notre dernière journée sur l'île, nous décidons de nous reposer un peu.

Au programme : bronzage, baignade sur la toute petite plage proche de notre village et dégustation (piur changer) de sorbets à l'açai (on en trouve partout au Brésil).

Le soir, un excellent dernier dîner (pas régime du tout...) accompagné d'une Brahma. Santé !

10
mars
10
mars
Publié le 13 mars 2019

C'est déjà le dernier jour... Coline doit prendre l'avion à 16h30 de Rio à destination du Luxembourg.

Nous prenons donc le bateau à 9h15 de Japariz pour nous rendre sur le continent et la ville d'Angra dos Reis.

Nous arrivons à la gare routière d'Angra à 10h15 afin d'acheter des billets pour le bus de 11h en direction de Rio. Il s'avère que tous les bus sont pleins et que les premières places disponibles sont à 13h, ce qui nous ferait arriver à Rio à 16h, et à l'aéroport à 16h30... Une peu tard, donc.

Expliquant la situation au vendeur, ce dernier m'indique gentiment un autre moyen de nous rendre à Rio : prendre un taxi sur 2 kilomètres puis prendre place dans une voiture d'un particulier se rendant à Rio.

Par chance, 3 autres personnes sont également en train d'attendre et nous partons immédiatement pour Rio.

Une fois en ville, nous prenons un Uber et nous arrivons à l'aéroport vers 13h30.

11
mars
11
mars
Publié le 14 mars 2019

Je commence la journée par une petite balade au milieu de la place de Paris dans le quartier de Gloria, près du centre de Rio de Janeiro.

Cette place possède des jardins à la française, similaires à ceux du château de Versailles, avec de grandes pelouses, un lac et une fontaine, de composition symétrique.

La place de Paris est considérée comme un chef-d’œuvre de la fin de la Belle Époque à Rio de Janeiro, alors que dans les premières années du XXe siècle, les plans de réforme urbaine et les préceptes architecturaux de la ville s’étaient transformés en modèle parisien. 

Elle a été inaugurée en 1929 a été conçue par un architecte et urbaniste français, Alfredo Agache, pendant le mandat du maire Prado Junior.

À l'arrière-plan se trouvent les bâtiments du centre de Rio.

Place de Paris

De cette place, j'entame une longue et agréable (elle aurait encore été plus agréable si il avait fait un peu moins chaud..) balade jusqu'au Pão de Açúcar, dans l'énorme parc de Flamengo.

Le long de cette balade je passe notamment par :

- Le port de plaisance de la Gloria, baigné par les eaux de la baie de Guanabara et utilisé pour les épreuves de voile lors des jeux panaméricains de 2007, les jeux olympiques d'été de 2016 et les jeux paralympiques d'été de 2016

Marina da Gloria

- L'anfiteatro do attero do Flamengo

- La plage de Flamengo

- Le Munumento a Estácio de Sá : il s'agit du mémorial au premier gouverneur de Rio de Janeiro : Estácio de Sá. Construit par l'architecte Lucio Costa, il se compose d'une pyramide en forme d'obélisque avec un sommet indiquant le lieu exact de fondation de la ville.

- La plage de Botafogo, une petite plage avec une vue magnifique !

- Le quartier de Botafogo

- La très jolie Praça General Tibúrcio donnant directement sur la magnifique Praia Vermelha : un air de tropiques au coeur de Rio.

- Le Pão de Açúcar, un pic granitique culminant à 396 mètres d'altitude. J'y accède via le téléphérique qui n'est vraiment pas donné mais qui offre une jolie vue.

Le soir venu, je me dirige vers le Stade Olympique Nilton-Santos, d'une capacité d'environ 46 800 personnes construit en 2007 pour acceuillir les jeux panaméricains.

S'agissant d'un match du championnat d'été ici au Brésil (quasi match amical), seulement 6000 personnes étaient présentes mais l'ambiance était tout de même agréable.

Score final : Botafogo 2 - 1 Madureira.

12
mars
12
mars
Publié le 15 mars 2019

Balade dans le quartier de la Cidade Nova puis dans le centre.

Je prends ensuite un Uber pour me rendre jusqu'au jardin botanique. Les 137 hectares de ce jardin, créé en 1808 sur ordre du prince régent Dom João (le futur Dom João VI), renferment plus de 8 000 variétés botaniques.

On y trouve notamment un orchidário (une serre abritant 600 espèces d'orchidées), un bromelário et un énorme alignement de palmiers plantés lors de l'inauguration du jardin.

Alors que j'étais en route vers le jardin botanique, j'ai lu sur internet qu'il ne restait plus beaucoup de places pour assiter au match du lendemain dans le stade du Maracanã.

A peine sorti du jardin, je me rends donc au stade afin d'acheter mon billet. Manque de chance, les seuls billets restants sont à plus de 80 euros.

Un groupe de personne vend des places bien plus accessibles juste devant la billeterie. La tête du vendeur ne m'inspire pas confiance, mais je prends le risque de lui prendre un billet (voulant vraiment voir le match).

Est-ce un faux, est-ce un vrai ? La réponse demain.

13
mars
13
mars
Publié le 15 mars 2019

Petite marche matinale vers le terminal de bus afin d'acheter mon billet du lendemain en direction de São Paulo.

Chose faîte, je me dirige vers la Cathédrale afin de voir l'intérieur de cette dernière (elle était fermée lors de mon précédent passage).

La Catedral São Sebastião a été conçue par l’architecte moderniste Edgar Oliveira da Fonceca et inaugurée en 1979. Elle possède un style moderne et est en forme de cône mesurant 75 mètres à l’extérieur et 64 mètres à l’intérieur avec une capacité d’accueil de 20 000 personnes debout ou 5 000 assises.

A l'intérieur, les vitraux s’élèvent des murs jusqu’à la coupole. Ils donnent à l’église une sublime lumière naturelle différente en fonction de l’heure du jour.

Catedral São Sebastião

Juste après être sorti de la cathédrale, je me dirige vers le tramway Bondes se trouvant juste à côté. Il s'agit du dernier des tramways historiques qui jadis sillonnaient tout Rio. Il part de la station Carioca du centre de la ville et monte sur les hauteurs de Santa-Teresa, en passant notamment par Largo do Guimarães, son centre historique.

Tramway Bondes

Je descends du tramway puis je pars me balader dans l'agréable quartier résidentiel de Santa Teresa, sur les hauteurs de la ville.

Santa Teresa

L'heure du match a sonné. Je me dirige vers le stade la boule au ventre, ne sachant pas si je pourrais rentrer dans le Maracanã ou pas...

Pour info, le Maracanã est l'un des plus célèbres (si ce n'est LE plus célèbre) stades au monde. Inauguré en 1950, il est le plus grand stade du pays et a pendant longtemps été le plus grand stade du monde. Il a été le théâtre de nombreux triomphes du football brésilien et des évènements majeurs comme par exemple le millième but de Pelé.

Aujourd'hui va s'y dérouler un match de Copa Libertadores (l'équivalent sud-américain de la ligue des champions). Ce match opposera l'équipe locale de Flamengo contre l'équipe équatorienne du LDU de Quito.

J'arrive sur place bien plus tard que prévu : des arbres sont tombés sur la route suite aux orages de cet après-midi.

J'achète mon maillot (sorte de rituel maintenant) puis je franchis le premier contrôle sans problème. C'est maintenant que les choses se gâtent.

Au niveau du 2ème contrôle, un agent vérifie que le nom présent sur mon billet correspond bien à celui présent sur ma pièce d'identité. Bien entendu, ce n'est pas le cas. Il invalide mon billet puis me dit de sortir et d'acheter un nouveau billet. Je lui demande gentiment et avec insistance de me laisser rentrer en lui expliquant que je viens de France...

Un autre agent arrive. Je les supplie.

Le deuxième agent me demande de me mettre sur le côté et d'attendre.

J'attends une quinzaine de minutes et j'observe un certain nombre d'autres personnes se faire refuser l'entrée pour la même raison que moi.

Finalement, le deuxième agent revient vers moi et me dit de passer. Il m'accompagne et me fait passer le troisième (avec, je crois, le billet d'une autre personne s'étant faîte refuser l'entrée). Je n'ai même pas le temps de le remercier...

Ça y est, je suis dans le plus célèbre stade au monde afin d'assister à un match à guichet fermé. J'ai quasiment les larmes aux yeux alors que je rentre dans son enceinte et que j'entends les 58 000 personnes, toutes vêtues de rouge et noir (les couleurs de l'équipe de Flamengo), chanter à l'unisson. Il s'agit de la plus grosse affluence de 2019.

Le match commence, les joueurs sont poussés par leurs supporters et donnent tout ce qu'ils ont. Ils inscrivent rapidement le premier but (9ème minute), c'est la folie dans le stade. Quelques minutes après, un penalty est sifflé pour l'équipe adverse. Le gardien l'arrête. C'est encore plus la folie. En deuxième mi-temps, Flamengo marquera un deuxième puis un troisième but.

Le but de Quito dans les arrêts de jeux ne viendra pas gâcher la fête. Victoire 3-1 de Flamengo dans une magnifique ambiance et un stade extraordinaire.

14
mars
14
mars
Publié le 15 mars 2019

Je prends le bus à 6h du matin de Rio afin de pouvoir profiter de l'après-midi à São Paulo (il y a 6h de route entre les deux villes).

São Paulo est un monstre. Capitale latino-américaine de la finance, de la culture, de la mode et de la gastronomie, c’est une mégalopole dans tous les sens du terme, une sorte de New York sud-américaine. Forte d’une aire urbaine de plus de 21 millions d’habitants et de plus de gratte-ciel qu'onne peut en compter, il s'agit de la plus grande ville de l’hémisphère Sud.

J'arrive donc aux alentours de midi. Je passe poser mes affaires à l'auberge puis je prends le métro jusqu'au quartier de Vila Clementino tout au sud de la ville.

À partir de là, je remonte vers le nord en passant par le quartier de Moema, un quartier résidentiel loin des tours du centre-ville, puis par le très grand parc d'Ibirapuera.

Je continue ma marche vers le nord en passant par les quartiers d'Ibirapuera, Paraiso et Jardim Paulista. Je me rapproche du centre et je commence à apercevoir quelques gratte-ciel, surtout résidentiels.

J'arrive finalement au São Paulo Museum of Art, la raison de cette balade dans le sud de la ville pensant qu'il fermait à 20h avec une entrée gratuite à partir de 17h. Il s'avère que ce n'est plus le cas et que ce dernier est déjà fermé.

La pizza de São Paulo fait, paraît-il, pâlir d’envie jusqu’aux Italiens de la Péninsule. L’immigration italienne à la fin du XIXe siècle a fait de São Paulo l’une des premières cités italiennes à l’étranger. Aujourd’hui, la mégapole compte plus de 6 000 pizzerias, et chaque jour, plus d’un million de pizzas y sont englouties.

Je décide de me faire plaisir et je me dirige vers une pizzeria assez réputée (Speranza) afin de goûter leur pizza margherita. C'est très cher et pas si bon que ça pour une pizza à 18 euros...

15
mars
15
mars
Publié le 16 mars 2019

Cette fois-ci, je commence ma balade au nord de la ville puis je me dirige vers le sud.

Ma visite commence par une balade dans le Parque da Luz. Dans ce parc se trouve notamment l'énorme Pinacoteca do Estado de São Paulo, un des plus grands musées d'art du Brésil.

Parque da Luz et Pinacoteca do Estado

Je me dirige ensuite vers le Mercado Municipal de São Paulo. Ce marché se tient dans un joli bâtiment de style Belle Époque avec des vitraux et d’imposantes coupoles. On y trouve tout ce qui est comestible, ou presque. Habitué à des prix très abordables dans les marchés des pays voisins, je ne m'y arrêterai finalement pas pour déjeuner : c'est vraiment pas donné...

Mercado Municipal

Autour du Mercado Municipal se trouve un quartier ultra commerçant et les vendeurs à la sauvette sont partout. Énormément de monde s'y balade. A éviter si on aime pas trop la foule..

Prochaine destination : l'Eglise de São Bento. Datant de 1598, elle est l’une des églises les plus anciennes et les plus importantes de la ville, bien que la façade néogothique remonte au début du XXe siècle.

Malheureusement impossible de faire des photos à l'intérieur, cette Eglise est vraiment magnifique (notamment les vitraux et le plafond). Peut-être la plus belle depuis le début de mon voyage (et pourtant j'en ai visité un certain nombre...).

Eglise de São Bento

Je poursuis ma visite dans le centre de la ville, rempli de gratte-ciel.

J'arrive au Teatro Municipal, faisant face à un joli parc. Ce théâtre, la plus belle réalisation architecturale de São Paulo (dont la construction débuta en 1903), s’inspire du palais Garnier à Paris. Sa façade aux décors opulents semble réunir tous les styles imaginables, du baroque à l’Art nouveau, et l’intérieur est tout d’or et de marbre.

Teatro Municipal

Prochaine étape : la Praça da Republica. Hormis des gens bizarres, il n'y a pas grand chose à voir sur cette place.

Praça da Republica

Sans m'attarder, je poursuis ma boucle et remonte vers le nord en passant par la banlieue de Santa Ifigênia pour me rendre à l'Estaçao Pinacoteca à côté duquel se trouve le Teatro Sala São Paulo.

L'Estaçao Pinacoteca est un musée dans lequel je ne m'attarderai pas puisque il y a énormément d'écritures et tout est exclusivement en portugais (ça va qu'il est gratuit...)

Je retourne à l'auberge afin de me poser un petit peu avant de sortie de nouveau pour assister à un match de foot (Santos FC - Novorizontino). Une fille venant de l'île de Jersey se joint à moi pour voir le match. À la fin du match, nous rencontrons une brésilienne très sympa avec laquelle nous nous promenons rapidement sur la plus grande avenue de la ville avant de rentrer.

Malheureusement, le match fini sur le score illogique de 0-1. L'ambiance était bonne malgré tout.