Indonesia & Malaysia
Juillet 2019
31 jours
Partager ce carnet de voyage
1
juil

Je pars prendre le bateau depuis Nusa Lembongan en direction de Sanur. Depuis Sanur, je me fais transférer directement à Kuta, tout proche de l'aéroport afin de retrouver maman venant me rejoindre pour 3 semaines.

Après quelques heures d'attente à l'aéroport, je la retrouve finalement puis nous prenons un GoJek (l'équivalent de Uber ici en Indonésie) pour nous rendre à l'hôtel.

Nous posons nos affaires puis nous partons nous balader en direction de l'Art Theater Center où se déroule tous les jours des spectacles d'arts balinais.

Avant de le rejoindre, nous passons par le marché très authentique et très peu touristique de Kereneng.

Nous arrivons finalement dans le théâtre à ciel ouvert dans lequel se tient une sorte de comédie musicale avec de nombreux acteurs habillés dans de très beaux habits traditionnels.

Nous partons ensuite manger dans un autre marché se trouvant juste à côté du théâtre avant de rentrer à l'hôtel nous reposer.

2
juil

C'est parti pour notre première matinée sur Denpasar, la capitale de l'île de Bali.

La majorité des Balinais vivent dans cette ville tentaculaire, trépidante et en constant développement. Largement délaissée par les touristes, la ville paraît d’abord intimidante et chaotique. Pourtant, en apprenant en la connaître, je l'apprécie de plus en plus... Entre sa street food et ses marchés qui sont restés authentiques, Denpasar est une ville passionnante.

Nous commençons la journée par la visite du marché aux oiseaux de Satria. L'oiseau est l'animal de compagnie le plus courant dans ce pays.

La visite de marché, où se trouve des milliers d'oiseaux (mais pas que) de plus de 200 espèces différentes, est l'occasion de se rendre compte de la différence de traitement envers les animaux entre les Indonésiens essayant de gagner leur vie par tous les moyens et nous, touristes occidentaux.

En effet, la plupart des cages sont inadéquates ou trop petites pour la quantité d'oiseaux qui s'y trouve... Il faut s'avoir qu'il n'existe pas de loi contre la maltraitance envers les animaux en Indonésie.

Après avoir fini le tour de la cinquantaine de marchands, nous partons vers les marchés de Badung et de Kumbasari, séparés par la rivière de Badung.

Le marché de Badung est le plus grand et ancien de Bali avec son offre de produits locaux tels que les fruits et légumes, la viande, le poisson, l’épicerie, les épices, les vêtements, des feuilles pour les offrandes et bien plus.

Le marché de Kumbasari est lui spécialisé dans l’artisanat d’art : artisanat en bois, peintures et autres objets d’art indonésien.

Nous marchons ensuite vers le centre commercial Bali afin de remplacer (enfin!) mes chaussures qui sont complètement mortes puis nous rentrons à l'hôtel.

Le soir venu, nous partons vers le très sympathique marché Kereneng pour manger et nous balader dans ses ruelles étroites.

3
juil

Le matin, nous partons nous balader sur la belle promenade du front de mer de Sanur.

Cette balade, suivant la mer sur 4 kilomètres en direction du sud, est la première aménagée à Bali. Le long de la balade, je fais du parachute ascensionnel pour ma première pour l'équivalent de 12 euros tandis que maman se fait masser.

Après une excellent repas pendant lequel nous goûtons plein de spécialités locales, nous louons un chauffeur pour la demi-journée qu'il nous reste.

Nous partons visiter Pura Taman Ayun, un magnifique temple d'État doublé d'un palais aquatique puis Pura Tanah Lot, un autre temple qui lui a été reconstruit.

Nous demandons ensuite à notre chauffeur de nous déposer dans notre marché préféré, celui de Kereneng, pour y manger une nouvelle fois (cette fois ci un délicieux babi guling).

4
juil

Un GoJek passe nous chercher à notre hôtel à Denpasar pour nous déposer à notre nouvel hôtel se trouvant à Ubud. Il s'agit d'une chambre chez l'habitant située dans un temple : un cadre très sympa.

Nous posons nos affaires puis nous partons à la découverte d'Ubud.

Bordée de belles rizières verdoyantes, de denses forêts, de ravins et de rivières, Ubud est une destination touristique majeure en Asie.

Berceau de la culture balinaise, c’est un bon endroit pour observer les traditions, entre offrandes quotidiennes et rites hindous. La ville est aussi un haut lieu de la spiritualité.

Nous partons dans un premier temps en direction de la forêt des singes se trouvant au sud de la ville. Sur le chemin, nous visitons le magnifique Palais Royal.

La fameuse forêt des singes d’Ubud est une bande de forêt épaisse et fraîche, qui englobe trois temples sacrés et où reside un groupe de macaques à longue queue et au pelage gris. L'un d'entre eux s'amusera à faire un tour sur mes épaules et mon dos.

Nous mangeons dans un petit warung local puis nous partons vers le Nord où se trouve le Pura Desa, et, encore un peu plus loin, la marche de Campuhan Ridge longeant les rizières.

5
juil

Étant malade, c'est toute seule que maman part visiter le musée d'art d'Agung Rai, réunissant une collection d’œuvres d’artistes balinais indonésiens et européens mondialement réputés.

En début d'après-midi, nous louons un scooter afin de nous rendre sur les attractions touristiques des alentours.

Premier arrêt au temple de Goa Gajah (signifiant "cave de l'éléphant"), inscrit au patrimoine mondiale de l'UNESCO depuis 1995.

Bien que cet endroit soit appelé "temple", il n'y a aucun bâtiment destiné au culte sur place. L’attraction principale des lieux est une grotte dont l'entrée est gardée par une tête de démon (Boma) sculptée à même la roche.

Selon un mythe local, celle-ci serait l’œuvre d’un géant nommé Kebo Iwo. Ce dernier aurait creusé la caverne avec ses ongles en une nuit. La tête de démon serait présente pour dissuader les esprits malveillants de pénétrer dans le site.

Avant de pénétrer dans la grotte, nous nous baladons sur les bords du bassin de Patirtaan, où se trouvent des statues de femmes tenant chacune des vasques d’où jaillit un filet d’eau. Ces eaux sacrées auraient la particularité de conserver la jeunesse d’un individu. Nous nous lavons le visage avec cette dernière comme le veut la coutume.

Le site est d'autant plus agréable à visiter qu'il est entouré d'une magnifique végétation tropicale (banians, palmiers, fromagers, etc.) ainsi qu'une cascade venant probablement alimenter les bassins du temple.

Nous reprenons le scooter et partons en direction du Nord, vers le temple de Tirta Empul (temple de l'eau sainte).

Ce temple est considéré comme l'une des plus belles visites spirituelles de Bali tellement on ressent l'importance des lieux du fait du grand nombre de balinais présents sur place pour prier et se purifier. La légende raconte que les sources sacrées aux propriétés curatives ont été créées par le Dieu Indra suite à une bataille épique avec un roi puissant et magique nommé Mayadenawa.

Mayadenawa possédait le pouvoir spirituel de se transformer en toute forme qu'il souhaitait. Il devint négligent avec ses pouvoirs et utilisait ces derniers pour utiliser la magie noire.

Un prêtre nommé Sang Kulputih a prié le Dieu Indra de mettre un terme au dérives de ce roi méchant. Indra et ses soldats ont réussi à vaincre les forces de Mayadenawa, et ont laissé le roi méchant et ce le reste de ses troupes fuir pour leur vie.

Plus tard, Mayadenawa s'est introduit dans le camp d'Indra pendant la nuit. Il construit un bassin magnifique, mais toxique, auquel l'armée irait s’abreuver au réveil. Dans la matinée, Indra se réveille et trouve beaucoup de ses hommes morts ou mourant. C'est alors, par son pouvoir puissant, qu'il a percé le sol avec son bâton, créant la source sacrée d'eau bénite et curative nommée Tirta Empul.

Sachant que son plan avait échoué, Mayadenawa essaya frénétiquement de se transformer en toutes sortes d'êtres différents, mais sans succès avant de se faire tuer par Indra. Les Balinais commémorent la mort de Mayadenawa tous les 210 jours dans le calendrier traditionnel balinais comme le jour où la vertu triomphe sur le Mal lors d'une cérémonie appelée Galungan.

Hormis ces sources d'eaux sacrées, on trouve également des grands espaces de prières remplis de balinais en vêtements blancs qui constratent avec les dorures du palais. Magique.

Nous partons maintenant en direction des terrasses de riz de Tegalalang connues pour son système d'irrigation innovant. Malheureusement le soleil vient de se coucher et on dispose de très peu de temps pour admirer le paysage.

6
juil

Un petit bus passe nous chercher devant notre auberge à 11h. Une heure de route plus tard, nous arrivons à Padangbai puis nous prenons le bateau en direction de Gili Air.

Les îles de Trawongan, Meno et Air forment un archipel très touristique mais toujours assez serein : pas de motos ni de chiens.

Chaque île a son atmosphère propre. Trawangan est de loin la plus cosmopolite et la plus festive, avec des restaurants et des hôtels misant sur un style chic et tropical. Gili Air a une ambiance plus locale, entre animation et langueur. Gili Meno, qui évoque une île déserte où fuir le monde, n’en est pas moins de plus en plus animée.

Le reste de la journée sera plutôt calme : baignade en mer en face de notre hôtel puis dans la piscine de ce dernier avant de partir dîner.

7
juil

Nous faisons tranquillement le tour de l'île à pied avec de nombreux arrêts.

L'eau est vraiment magnifique, malheureusement les nombreux hôtels viennent dénaturer le bord de mer et on trouve très peu (voir quasiment pas) de plage de sable, tous les espaces étant occupés par des terrasses aménagées.

8
juil

Sortie snorkeling en bateau avec une vingtaine d'autres touristes. Au programme : statues sous-marines, de nombreuses tortues et du magnifique corail.

Retour à l'hôtel pour une après-midi assez tranquille : baignade et bronzage.

9
juil

Départ en bateau à 8h30 pour effectuer 15 minutes de trajet entre Gili Air et Gili Meno, sa voisine.

Nous faisons le tour de Gili Meno à pied et nous découvrons une île ayant gardé une certaine authenticité avec moins d'hôtels, un bord de mer assez bien conservé et une ambiance vraiment très décontractée. Notre île favorite !

Nous faisons également du snorkeling et nous voyons de magnifiques poissons de toutes les couleurs. Je vois de nouveau une tortue.

10
juil

Nous prenons le même bateau que la veille, toujours à 8h30, sauf que cette fois-ci nous allons jusqu'à Gili Trawangan, la plus grande des trois iles.

Nous louons des vélos pour en faire le tour et découvrir des hôtels / des restaurants les uns à côtés des autres et très peu de plages encore intactes.

Je monte en haut du Bukit Trawangan en espérant avoir une vue panoramique sur l'île... Malheureusement, des arbres viennent obstruer la vue.

Je redescends puis nous poursuivrons notre tour. Je pars faire du snorkeling et rencontre une nouvelle tortue pendant que maman se fait masser au bord de l'eau.

Nous partons manger un morceau avant de trouver une jolie plage où nous baigner puis nous reposer avant de retourner sur l'île de Gili Air.

De retour à l'hôtel, direction la piscine !

11
juil

Notre bateau devant partir à 12h30 depuis Gili Air en direction de Padangbai arrive avec quasiment 2h de retard. Après 1h30 de bateau puis 2h de bus, nous arrivons à notre hotel la nuit tombée puis nous sortons nous balader dans les environs.

12
juil

Nous quittons aujourd'hui Bali depuis l'aéroport de Denpasar pour rejoindre l'île de Java.

Cœur de l’Indonésie, Java rassemble des villes tentaculaires, une nature envoûtante, des sites archéologiques magiques et des traditions bien enracinées dans les domaines des arts, de la musique et de la danse. Les paysages – rizières, volcans, forêt équatoriale, hauts plateaux lunaires, plages vierges – étourdissent par leurs couleurs et leur diversité. Les villes sont bondées, polluées, labyrinthiques, bétonnées, bruyantes… Avec plus de 140 millions d’habitants, Java est l’île la plus peuplée du monde. Les déplacements par la route peuvent y être lents, surtout dans l’Ouest, mais il existe un réseau ferroviaire fiable et efficace et des liaisons aériennes peu coûteuses.

Notre visite de l'île commence par la ville de Yogyakarta. Si Jakarta est le centre financier et industriel de Java, Yogyakarta en est l’âme.

Cœur artistique et intellectuel de l’île, Yogyakarta est la ville où la langue javanaise est la plus pure, les arts sont les plus brillants et les traditions les plus vivantes. Indépendante et gardienne de ses coutumes, toujours dirigée par un sultan, dont le kraton (palais fortifié) demeure le garant des traditions, Yogya est aujourd’hui une mégalopole de 3,5 millions d’habitants.

Bastion du batik, du gamelan et des rituels de cour, elle compte aussi de nombreux cybercafés et centres commerciaux et n’est pas épargnée par les embouteillages.

Ce mélange improbable forme une cité très appréciable et agréable.

Le conducteur de GoJek nous conduisant de l'aéroport vers notre hôtel nous informe qu'un festival a lieu à seulement quelques petits kilomètres de ce dernier.

Après nous être installés tranquillement, nous prenons donc un nouveau GoJek pour nous rendre dans ce fameux festival et découvrir de très nombreux (et délicieux) stands de nourriture et d'artisanat. Divers événement tels que des concerts ont également lieux.

Nous découvrons également que les habitants de Java sont tout aussi souriants, accueillants et chaleureux que ceux de Bali... Bref, ce fût une sortie très authentique et très agréable.

13
juil

Après une petite sieste, nous nous réveillons à 23h30 afin de partir en direction du temple de Borobudur.

Notre périple commence par la montée du Barede Hill afin de profiter d'une vue panoramique du lever du soleil sur le temple de Borobudur et ses collines avoisinantes.

Nous redescendons ensuite afin de visiter le temple lui-même.

Borobudur compte parmi les sites majeurs d’Asie du Sud-Est, au même titre qu’Angkor Vat au Cambodge et que Bagan au Myanmar. Dominant un patchwork verdoyant de rizières et de palmiers, ce monumental temple bouddhique a survécu aux éruptions du Gunung Merapi, aux bombes des terroristes, au séisme de 2006…

Il est aujourd’hui encore aussi beau et énigmatique qu’il y a 1 200 ans.

En effet, deux millions de blocs de pierre, assemblés en forme de stupa symétrique, composent Borobudur, monument bouddhique emblématique de l’Indonésie, littéralement enroulé autour d’une petite colline. Le temple se dresse sur une base de 118 m de côté. Six terrasses carrées sont surmontées de trois terrasses circulaires et quatre escaliers grimpent jusqu’au sommet à travers des portes délicatement sculptées.

Vue du ciel, la construction ressemble à un gigantesque mandala tantrique en trois dimensions. Selon certaines hypothèses, les fidèles qui fréquentaient Borobudur pratiquaient le vajrayana, ou bouddhisme tantrique, et déambulaient dans le temple comme dans un mandala. Même si les peintures ont disparu depuis longtemps, on pense que la pierre grise était jadis recouverte de couleur et captait les rayons du soleil.

Le monument était conçu pour représenter la vision bouddhique du cosmos, commençant par le monde terrestre et montant en spirale jusqu’au nirvana – état d’Illumination, d’“être éveillé”. Sur la base, une série de reliefs figure un monde dominé par la passion et le désir, où les bons sont récompensés par la réincarnation dans une forme de vie supérieure, tandis que les mauvais renaissent dans une espèce inférieure. Dissimulées par des pierres, ces sculptures de scènes charnelles sont partiellement visibles du côté sud. La délicatesse des sculptures impressionne tout autant que le gigantisme de l’édifice. Long d’environ 5 km, le chemin de pèlerinage suit d’étroits corridors et passe devant près de 1 460 panneaux narratifs richement ornés et 1 212 panneaux décoratifs sur lesquels ont été gravés des doctrines bouddhistes et de nombreux aspects de la vie javanaise il y a un millénaire – une procession ininterrompue de navires, d’éléphants, de musiciens, de danseuses, de guerriers et de rois. Au troisième niveau, un long panneau décrit un rêve de la reine Maya, une vision d’éléphants blancs à six défenses. Les moines et les courtisans y voient la prémonition que son fils sera le Bouddha ; la description continue jusqu’à la naissance du prince Siddhartha et son chemin pour atteindre l’Éveil. De nombreux autres panneaux sont consacrés à des concepts bouddhistes, comme la loi des causes et des effets.

Au-dessus des galeries, 432 bouddhas au visage serein sont installés dans des pièces ouvertes ; 72 autres effigies du Bouddha (beaucoup désormais sans tête) sont partiellement visibles dans des stupas en pierre treillissée sur les trois terrasses supérieures ; l’un d’eux est considéré comme le Bouddha de la Chance. La dernière plateforme, circulaire, symbolise le nirvana éternel.

Avant de partir, nous passons devant l'Elephant House, où des éléphants souffrent, les pattes avant enchaînées...

Après cette visite extraordinaire (malgré le nombre incroyable de touristes présents), nous rejoignons un autre temple : celui de Prambanan.

Dans les plaines, les spectaculaires temples de Prambanan sont sans doute les plus beaux vestiges de la longue période hindoue de Java. Tous les temples de la région de Prambanan furent édifiés entre le VIIIe et le Xe siècle, lorsque Java était gouvernée par les bouddhistes Sailendra au sud et par les hindous Sanjaya de l’ancien Mataram au nord. Après une période créatrice d’environ deux siècles, la plaine de Prambanan fut abandonnée quand les rois hindous javanais se déplacèrent à Java Est. Au milieu du XVIe siècle, un fort tremblement de terre aurait endommagé de nombreux temples. Au cours des siècles suivants, leur destruction fut aggravée par les chercheurs de trésors et les habitants en quête de matériaux de construction. La plupart des temples sont aujourd’hui plus ou moins restaurés. À l’instar de Borobudur, Prambanan figure au Patrimoine mondial depuis 1991.

La flèche du temple principal dédié à Shiva s’élève à 47 m au-dessus de centaines de temples plus modestes, dont la restauration est plus ou moins avancée. Il renferme une remarquable statue de Shiva le Destructeur à quatre bras.

Nous retournons ensuite à l'hôtel nous reposer avant de ressortir faire un tour de la ville dans une sorte de tuk tuk.

Nous allons ensuite manger dans un marché proche du centre avant de rejoindre le musée Sonobuyo pour assister à notre premier spectacle de Wayang Kulit (théâtre d'ombres de marionnettes), un chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité (UNESCO).

14
juil

Journée consacrée à la visite de la ville de Yogyakarta et ses principaux lieux touristiques (et moins touristiques..) et nous continuons notre découverte de sa délicieuse street food.

- Le Kraton : centre spirituel et royal de Yogyakarta. Protégés derrière une enceinte carrée d’un kilomètre de coté, de 3 mètres de haut et de 4 mètres d’épaisseur se cachent de vastes places, cours, quartiers d’habitation des serviteurs de la cour et de la famille royale. On y trouve le palais du sultan et ses cours successives aux élégants pavillons.

- Le Taman Sari : Juste au sud-ouest du kraton, ce splendide parc d’agrément autrefois réservé au sultan et à sa cour englobe un ensemble de palais, de jardins, de canaux, de bassins et de promenades. L’architecte portugais de Batavia qui construisit cette villégiature pour le sultan aurait été, si l’on en croit la légende, exécuté aussitôt son œuvre achevée afin que les lieux de plaisir secrets du souverain ne fussent pas dévoilés. Construit entre 1758 et 1765, cet ensemble fut d’abord endommagé lors de la guerre de Diponegoro, puis par un tremblement de terre en 1865. La majeure partie du site est aujourd’hui en ruine.

- La rue Malioboro (une succession de boutiques / échoppes les unes à cotées des autres) et le marché Beringharjo : marché principal de la ville, à 800 m au nord du kraton, est un lieu très animé. La section à l’entrée est dédiée aux batiks – surtout des batik cap (batiks tamponnés) bon marché tandis que la partie ancienne à l’arrière est un marché traditionnel, avec d’innombrables warung et stands de fruits et légumes.

- Le Fort Vredeburg : ancienne forteresse coloniale, ne complexe militaire a été transformé en un musée de la lutte de l'indépendance, ouvert en 1992.

Une fois la visite terminée, nous partons en direction du stade Sultan Agong, d'une capacité de 35 000 places, pour assister au match du PSIM Yogyakarta face au PSBS (match de deuxième division indonésienne).

Nous sommes vraiment super bien accueillis par les locaux, un grand nombre d'entre eux étant très surpris de voir des touristes nous montrent du doigt et prennent (plus ou moins discrètement) des photos de nous.

Nous passons la plus grande partie du match avec le groupe de fan BITS. Le PSIM l'emporte 1 à 0 sous une chaleur étouffante.

À la fin du match, les joueurs ainsi que le staff se sont réunis au centre du terrain et tout le stade s'est mis à chanter une chanson en tendant ses écharpes. Frissons garantis...

15
juil

Nous prenons le train de bon matin depuis Yogyakarta pour rejoindre la ville de Surakarta (Solo). Deux villes assez comparables à mon goût puisqu'elles sont le foyer de la tradition et de l’identité javanaise.

Éternelle rivale de Yogyakarta, cette cité conservatrice de Surakarta tend cependant à rester dans l’ombre de sa voisine plus flamboyante.

Nous visitons l'Istana Mangkunegara sur le chemin entre la station de train et notre hôtel ainsi que le marché Triwingu.

Datant de 1757, l’Istana Mangkunegaran, en meilleur état que le kraton, est la résidence de la deuxième famille de Solo. Le grand pendopo, un pavillon mêlant les styles architecturaux javanais et européens, marque le centre du palais. Son haut plafond circulaire a été décoré en 1937 d’une flamme centrale entourée des signes du zodiaque javanais ; tous sont peints dans leur couleur symbolique.

Arrivés à l'hôtel, nous appelons un chauffeur afin qu'il nous conduise dans les environs de Surakarta, et notamment dans les temples de Suku et de Cetho, à deux heures de route du centre ville.

Magnifiquement situé sur les pentes du Gunung Lawu (3 265 m), à 36 km à l’est de Solo, le Candi Sukuh est l’un des temples les plus énigmatiques et les plus intéressants de Java. Édifié au XVe siècle, ce fut l’un des derniers temples construits à Java par les hindous qui, fuyant la présence musulmane, trouvèrent alors refuge dans les montagnes et à Bali. De taille modeste, il comporte une grande pyramide tronquée en pierres grossièrement taillées, ainsi que de splendides bas-reliefs et statues de Barong (créature mythologique, mi-lion mi-chien). Plusieurs sculptures très explicites ont valu au Candi Sukuh le surnom de “temple érotique” et il est évident qu’on y pratiquait un culte de la fertilité. Calme et isolé, le site possède une atmosphère singulière.

Le Candi Cetho, un temple du XIVe siècle évoquant les temples balinais, est situé sur le versant sud du Gunung Lawi et est le plus récent des temples javanais de la période hindou bouddhique trouvés à ce jour.

Situé en un lieu isolé, Cetho baigne dans une atmosphère atypique. Il est constitué d'une dizaine de terrasses qui se succèdent.

Nous retournons ensuite en ville et le chauffeur nous emmène voir le Kraton, jadis au centre du royaume. Ce n’est plus aujourd’hui que le mémorial d’une époque révolue. Il fut détruit en grande partie par un incendie en 1985 ; nombre de ses bâtiments ont été reconstruits mais le palais, désormais négligé, a largement perdu de sa splendeur.

Il nous conduira ensuite vers quelques autres attractions de la ville puis nous partons manger tous les trois dans le Nasi Liwet Wongso Lemu. Tenu par une ibu (“vieille femme” ou “petite mère”, terme affectueux) vêtue de batik, ce stand de rue, ouvert le soir uniquement, est spécialisé dans le nasi liwet que l’on déguste sur une feuille de bananier : le riz au lait de coco est servi avec du poulet, des œufs, du tofu au curcuma et des assaisonnements spéciaux. Délicieux.

16
juil

Nous partons en direction de la gare de Surakarta afin de prendre le même train que celui qui nous avait déposé la veille. C'est parti pour plusieurs heures de train en direction de Malang.

Avec sa brise agréable, ses boulevards arborés et ses édifices de l’époque coloniale, Malang vit à un rythme paisible. Cité de culture, elle compte plusieurs grandes universités, d’où une importante population estudiantine. Fondée par les Néerlandais à la fin du XVIIIe siècle, Malang commença à prospérer grâce au café qui poussait sur les collines voisines.

Nous arrivons aux alentours de 16h, juste le temps de manger un morceau puis de regarder depuis le pont le magnifique village coloré (maman le visite entièrement) puis je pars en scooter vers le stade Kanjuruhan, de plus de 40 000 places.

J'achète le billet puis un maillot du club de Malang (AREMA) en compagnie de mon très sympathique conducteur puis je pénètre dans le stade.

Bien qu'il s'agisse cette fois d'un match de première division, les gens sont tout autant surpris de voir un européen dans le coin... je me fais photographier un nombre incalculable de fois puis je me fais inviter à chanter dans le groupe de supporter principal se trouvant en tribune latéral.

On me présente le capo ("tête", en italien, meneur représentatif du groupe de supporters chez les ultras) qui est ici considéré comme un Roi (et je n'exagère même pas...).

Ce capo descend de mon estrade et m'accueille tel un invité de prestige, n'arrêtant pas de me faire des accolades.

Alors que l'alcool coule à flots, le capo m'invite finalement sur l'estrade. Je me retrouve face à plus de 10.000 Indonésiens face à moi.

Alors que j'enfile le maillot du club, ces derniers applaudissent puis chantent en mon honneur.

J'aurais même l'occasion de lancer un chant, des frissons dans le dos et des larmes pleins les yeux. Je profite pleinement de cet instant qui restera sans aucun doute l'un des plus beaux de mon voyage (si ce n'est le plus beau).

Alors que AREMA gagne 4 à 1 face au Badak Lampung, je reste sur l'estrade jusqu'à la fin du match.

Apres coup de sifflet final, le capo me demande de rester avec lui et ses adjoints pour éviter tout problème. Nous nous faisons prendre en photo et salués des dizaines de fois puis il demande à son bras droit de me raccompagner en scooter jusqu'à mon hôtel.

Je prends place à l'arrière du scooter du bras droit et remarque que nous sommes suivis par 5 autres scooters. Il s'avère que ces derniers font office d'escorte / assistance.

Nous faisons un premier arrêt dans un supermarché : le bras droit m'offre une bouteille d'eau tandis que le reste du groupe attends dehors puis un second arrêt car il souhaite désormais m'offrir un roti bakar.

L'ensemble du groupe me dépose finalement juste devant mon hotel...

Une leçon de vie.

17
juil

Après une nuit qui a durée exactement 30 minutes, le réveil sonne déjà.

Il est 23h15 et il est temps de se préparer pour la magnifique journée qui nous attends : nous allons découvrir le Bromo.

Paysage lunaire aux proportions gigantesques et d’une beauté surréaliste, le secteur volcanique autour du Bromo forme l’un des sites les plus impressionnants du pays. Bromo est le nom javanais de Brahma, le dieu hindou de la Création – et, de fait, chaque éruption semble redessiner le paysage environnant. S’élevant des profondeurs de l’ancienne caldeira du Tengger, le Gunung Bromo (2 392 m) est l’un des trois volcans qui ont émergé d’un vaste cratère de 10 km de diamètre. Son cône fumant se dresse dans une mer de cendres et de sable volcaniques. De ce paysage désolé naît une sensation de fin du monde, surtout au lever du soleil, que nous observons depuis le belvédère de Kingkong Hill, quel spectacle...

Une fois le soleil levé, nous retournons dans le minibus pour nous rendre au pied du volcan avant de monter les nombreuses marches nous menant au sommet de ce dernier.

De nombreux touristes mais également locaux sont présents et cela rend compliqué la montée et la circulation au sommet du cratère.

Certaines personnes jettent des offrandes dans le cratère. Certains y jettent des chèvres et des vaches... Dieu merci, je ne vois pas ça de mes propres yeux mais j'ai tout de même vu quelques chèvres tenues en laisse...

Des locaux attendent patiemment la prochaine offrande afin de la ramasser (argent, nourriture, etc).

Nous redescendons puis retournons dans le bus car une longue route nous attend : direction le village de Kalisat, où nous passerons la nuit dans une chambre se trouvant en plein milieu d'une culture de café.

18
juil

Après une nouvelle nuit assez courte (4h de sommeil), nous partons pour de nouvelles aventures...

Et pas n'importe laquelle puisque aujourd'hui.... Direction le plateau d'Ijen !

Le plateau d’Ijen forme une vaste zone volcanique dominée par les trois cônes de l’Ijen (2 368 m), du Merapi (2 800 m) et du Raung (3 332 m). Il est couvert d’une forêt somptueuse, faiblement peuplé, et parsemé de plantations de café et de quelques villages isolés, tels que celui où nous avons dormis la veille.

Le minibus nous dépose au pied de l'Ijen. De là, une magnifique randonnée nocturne nous attend jusqu'au sommet du cratère. La grimpée abrupte dure 3 km puis quelques centaines de mètres plus plats nous emmènent jusqu'au bord du cratère, balayé par le vent.

Nous arrivons en haut alors qu'il fait encore nuit noire puis nous descendons, équipés de masques à gaz et de lampes frontales au bord du lac d'où des émanations sulfureuses s'échappent. Le chemin sur les roches est très abrupt et glissant, mais il vaut le détour !

Une fois en bas, nous nous retrouvons en plein milieu des émanations sulfureuses s'échappant de la cheminée du volcan et à quelques mètres des fameuses flammes bleues électrique d'une très forte intensité visibles seulement la nuit.

Cette incandescence tout à fait inhabituelle pour un volcan est due à la combustion des gaz sulfuriques au contact de l'air à des températures dépassant 220 °C.

Malheureusement, la lune est si lumineuse qu'on ne peut apercevoir qu'une partie des flammes bleues qui peuvent atteindre jusqu'à 5 mètres de haut.

Je remonte ensuite en haut du cratère par le même chemin que celui emprunté pour descendre afin d'admirer le lever du soleil.

J'aperçois pour la première fois le merveilleux lac de soufre turquoise du Kawah Ijen, à 2 148 m d’altitude, enserré par les parois abruptes du cratère. Au bord de ce derniere, la couleur jaune du souffre et les parois grises et fissurées du volcan surmontées des nuages et d'un magnifique lever du soleil forment un panorama extraordinaire.

Nous redescendons ensuite du cratère pour retourner dans le minibus qui va nous déposer au terminal ferroviaire de Banyuwangi.

Sur la route, nous manquons de peu d'écraser 2 tout petits chatons se trouvant sur la route et parraissants perdus et affamés. Un troisième se trouve sur le bord de la route allongé sur un sac plastique (peut-être celui avec lequel ils avaient étés transportés jusqu'ici...).

Nous nous décidons de les prendre avec nous jusqu'en ville dans une boite en carton.

Une fois en ville, nous achetons du lait ainsi que de la nourriture pour chat qu'ils mangent volontiers.

Nous partons ensuite faire le tour de la ville avec les chats à la recherche de gens prêts à les adopter. En 15 minutes chacun des trois petits chatons a trouvé sa nouvelle maison.

C'est donc soulagés que nous prenons finalement le ferry pour quitter l'île de Java et retourner à Bali. Depuis Gilimanik, un nouveau bus nous attends pour nous conduire sur la péninsule de Bukit, au sud de Denpasar.