Une escapade au pays des Aigles

11 jours en voiture de location à la découverte de l'Albanie, ses eaux cristallines, ses petites villes pittoresques où il fait bon déambuler et ses sites classés au patrimoine mondial.
Mai 2023
11 jours

2 nuits à Berat +++

1 nuit à Lushnjë

1 nuit à Dhermi

2 nuits à Ksamil +++

2 nuits à Gjirokastra +++

1 nuit à Permet +

2 nuits à Korçe ++



des questions sur Lek ou €? carte de crédit ? voiture de location ? internet ? c'est par ici

• • •
J1
après-midi

A cause d'un retard dans nos vols, on arrivera en Albanie avec un jour de retard. Comme ce n'était pas une étape indispensable pour nous, on zappe la visite de la capitale Tirana et on récupère notre voiture de location dès la sortie de l'avion ... l'aventure peut commencer!

On prend la route pour Berat, via Elbasan. Ca nous fait un petit détour (3h à la place de 2h) qui nous permet d'aller découvrir la petite église de St-Nicolas de Shelcan (Kisha e Shën Kollit). C'est une petite église orthodoxe qui date du 14e siècle et qui abrite des fresques peintes. Elle n'a rien d'extraordinaire et les fresques sont abimées, mais elle est toute mignonne et ça nous fait un arrêt sympa pour se dégourdir les jambes.

L'église n'est pas ouverte mais il ne faut pas se décourager. La gardienne (qui est arrivée d'on ne sait pas où) est venue nous ouvrir la porte et est restée avec nous le temps de la visite et des photos.

Il n'y a pas d'entrée à payer mais j'avais lu qu'il était de bon ton de donner 200LEK par personne au gardien (ce qu'on a appliqué dans les divers lieux qu'on a visités)

Eglise orthodoxe de Saint-Nicolas de Shelcan 

On arrive à Berat, la ville aux milles fenêtres, en fin de journée et sous la pluie, mais qui cessera très rapidement et nous offrira un joli arc-en-ciel au-dessus de la ville.

Après le check-in à l'hôtel, on part se balader dans le quartier pour trouver de quoi boire et manger.

La plus haute terrasse du restaurant Antigoni offre une vue imprenable sur le quartier de Mangalem, l'Osum et la nouvelle ville et reste ensoleillée assez dans la journée (il faut juste monter "quelques" marches)

"apéro avec vue" sur une des terrasses du restaurant Antigoni 
• • •
J2

Berat est un de nos coups de coeur en Albanie et on comprend vite pourquoi c'est un incontournable de toute visite du pays.

La journée est consacrée à la découverte pédestre de la ville. On a défini une boucle de 7,5km au départ de notre hôtel qui va nous emmener faire le tour des différents quartiers de la ville : Mangalem, Kala, le nouveau centre et Gorica. Ca va faire un peu chauffer les mollets parce que ça monte et ça descend et ça remonte et ça redescend, mais l'effort est largement récompensé.

La balade va nous prendre la journée, entre le petit-déjeuner tardif, les visites, les pauses photo et les arrêts pour boire un verre, manger un bout ou tout simplement profiter de la vue.

1- la montée jusque l'église Saint-Michel (Kisha e Shën Mehillit)

Hier, pendant l'apéro, on a repéré une petite église bien sympathique à flanc de colline. Ce sera notre 1ere étape étape de la journée. Il y a un sentier qui monte depuis la route principale vers l'église St-Michel. Coup de bol, l'église est ouverte et un gardien nous y accueille (200LEK par personne). note: même si l'église n'est pas ouverte, on peut prendre ce chemin pour monter au château, cela évite de faire en aller retour par la route classique et on n'y rencontre quasi personne.

l'église St-Michel et le petit sentier qui y mène 

2- la citadelle de Berat

La ville est surplombée par un chateau dont il reste quelques vestiges dont les remparts. Tout un quartier d'habitation s'est construit dans l'enceinte du chateau, avec quelques restaurants et hôtels. On ne visite donc pas un chateau en ruine mais dans un endroit où les gens vivent.

Après une petite grimpette, on arrive en vue des remparts et on peut pénétrer dans le château.

Une fois arrivé en haut, après une petite marche de 300/400m, on trouve l'église de la Trinité (ainsi que d'autres églises qu'on n'aura pas visité), les ruines du château proprement dit et surtout un bar bien sympathique, très judicieusement placé au milieu des ruines, où on fera une pause bien méritée.

On déambule dans les petites ruelles du quartier de Kala avant de se diriger vers une platforme qui offre un point de vue plongeante sur le centre de la nouvelle ville et le quartier de Gorica.

les ruelles du quartier de Kala 
la platforme et le quartier de Gorica en contre-bas 

3- le quartier de Mangalem

On redescend ensuite vers le quartier de Mangalem pour déambuler dans ses ruelles et sur ses places.

4- le nouveau centre

La partie plus moderne de la ville est peut-être moins typique, mais c'est très chouette de déambuler le soir le long du Bulevardi Republika, une longue et large avenue piétonne bordée d’arbres et de terrasses de cafés. Il y a beaucoup d'animations en soirée, toutes les générations s'y retrouvent pour y trouver un peu de fraicheur autour d'une verre, d'une glace ou simplement une petite balade. Ça permet de se rendre compte que Berat est une vraie ville animée et pas seulement 3 quartiers historiques classés au patrimoine mondiale de l'UNESCO.

le nouveau quartier vu de la citadelle 

5- le quartier de Gorica

En fin d'après-midi, on traverse le nouveau pont qui enjambe l'Osum pour rejoindre le quartier de Gorica sur son autre rive. On en profite pour retourner boire un verre à la terrasse de restaurant Antigona. On ne se lasse pas de la vue sur ses maisons blanches avec plein de fenêtres accrochées à la colline sous la citadelle.

6- le pont de Gorica

En fin de journée, on reprend le chemin jusqu'au pont de Gorica (Ura e Goricës), avant de retourner vers notre hôtel. Cet ancien pont ottoman date du 18e siècle mais sa version en pierre que l'on connait aujourd'hui a été construite au début du 20e siècle.

le pont de Gorica 

7- Berat de nuit

Parce que la nuit, avec tous les éclairages, c'est vraiment joli, on ne résiste pas à une dernière photo avant de rentrer à notre hôtel.

• • •
J3

L'idée est de découvrir la lagune de Karavasta, un sanctuaire pour les oiseaux au milieu d'un parc national. Je ne sais pas si c'est le temps maussade ou l'impact du COVID ou parce qu'on est encore en basse saison en cette période de fin mai, mais la découverte nous a déçu.

Le visitor center était fermé à notre arrivée (il a ouvert bien plus tard), la tour d'observation c'est sympa mais sans plus et les infrastructures étaient à l'abandon et en piteux état.

On a tout de même fait le tour de la lagune en voiture et eu la chance de voir les flamands roses.

l'envol des flamands roses sur la lagune 
• • •
J3
soirée

En fin d'après-midi, on arrive à Ardenica. On fait notre check-in à l'hôtel avant de se rendre à pied au monastère qui se trouve à 15 minutes à pied.

Ce monastère orthodoxe d'Ardenica est toujours en activité. Il se situe dans un très joli cadre, au sommet d'un colline. Et il abrite surtout des très jolies fresques. En principe les photos sont interdites, mais on en a pris une sans flash pour ne pas abimer les peintures.

On ne va pas se mentir, le site et la petite balade pour y arriver sont sympas mais ce n'est clairement pas un incontournable.

Par contre, on a profité de la vue offerte par la terrasse de l'hôtel, un paysage à perte de vue sur la région. Et ça faisait une halte tout proche de notre destination du lendemain : le site archéologique d'Apollonie d'Illyrie.

le vue depuis la terrasse du restaurant de l'Ardenica Boutique Hotel 
• • •
J4
matin

En plus des vestiges de la ville greco-romaine d'Apologie d'Illyrie, le site archéologique abrite aussi le monastère de la Dormition-de-la-Mère-de-Dieu et plusieurs centaines de bunkers encore visibles et accessibles.

Bien qu'immense (750ha), le parc archéologique n'offre plus que très peu de grands édifices greco-romains. Pour s'y retrouver, il y a un parcours fléché ou alors comme nous, on peut utiliser l'application mapsme pour s'y retrouver.

On paie les entrées à la guérite sur le parking (en cash), mais quelques jours par an, dont aujourd'hui, l'accès au site est totalement gratuit.


1- le monastère de la Dormition-de-la-Mère-de-Dieu (manastiri i Shën Mërisë)

C'est un ancien monastère orthodoxe, qui abrite également le musée archéologique. Dans la nef de l'église se trouve une très belle iconostase (photo interdite). On peut aussi entrer dans l'ancien réfectoire des moines où l'on trouve encore de très belles fresques médiévales.

l'église et l'ancien réfectoire des moines

2- le site archéologique

On s'est baladé pendant 2 heures sur le site, pour aller voir tous les édifices répertoriés sur la carte visible à l'entrée. La balade est très agréable et il y a avait très peu de monde.

le portique du Bouleuterion (qui abritait le conseil de la ville) 
• • •
J4
après-midi

On reprend la route vers Dhermi, notre étape pour la nuit, mais pas sans faire quelques haltes en chemin. La route vers la côte est très elle.

le monastère de Ste Marie (Manastiri i Shën Mërisë) à Zvernec

Notre 2e coup de coeur du voyage, un petit monastère sur une île accessible par un ponton en bois

En chemin vers Vlore, ce serait dommage de ne pas faire le petit détour pour aller à Zvernec. Le village en soi n'a rien d'exceptionnel mais sur la petite île couverte de conifères se trouve le monastère orthodoxe de Ste Marie. Le lieu est tout simplement magique.

le monastère de Ste Marie à Zvernec 

L'église se visite, mais il n'y a plus de fresques et il n'est pas possible de se promener sur la petite île en-dehors de l'enceinte du monastère.

le château de Kanine (Kalaja e Kaninës)

On change de registre en passant des monastères aux châteaux. On arrivant à Vlorë, on fait un petit crochet par le château de Kanine. Il se trouve sur les hauteurs de Vlorë et offre une vue à 360° sur la ville et la campagne environnante.

On monte en voiture jusqu'au parking au pied du château accroché à la colline. Il y a une entrée à payer mais aujourd'hui l'accès est gratuit. Malgré cela on sera seul sur le site avec 2 bergers et leurs troupeaux.

le château de Kanine et sa vue à 360° 


la route côtière vers Dhermi (la SH8)

Dernière étape de la journée. Et ici l'étape c'est tout simplement la route SH8 en elle-même avec ses points de vue incroyables sur la côte et la mer Ionnienne. On aurait aimé un peu de soleil mais même sans c'est vraiment très joli.

point de vue aménagé sur la SH8 
• • •
J5
matin

Ce matin, le soleil est revenu, au moins pour quelques heures. Et aujourd'hui on va à la plage, vers une plage préservée, selon les infos que j'avais trouvées. Quand on arrive en bas, il y a tout de même 2 bars, des parasols, un camping, des frigo,... on s'attendait à moins fréquenté que ça.

Cette plage est celle de Gjipe et se trouve au bout d'un canyon du même nom.

vue sur le canyon de Gjipe et au bout sa plage 

Pour y arriver, on peut opter la méthode "facile", càd descendre depuis la SH8 avec sa voiture, se mettre au parking prévu à cet effet et faire le dernier km à pied sur un sentier assez large et sans trop de dénivelé.

Nous on préfère la méthode plus hard (mais pas trop quand même). Alors on décide d'y aller en faisant la 1ere partie en voiture et les 2km restant restant à pied. On peut aussi démarrer le sentier sur la SH8 (aux environs de la petite ville d'Ilias), ça fait lors 4km aller.Les 2km et les 200m de dénivelé nous suffisent.

Le sentier de randonnée longe le canyon. La balade est très belle car on a constamment vue sur le bleu de la mer Ionienne et sur la plage. Il y a aussi quelques points de vue aménagés où on peut s'assoeir pour pique-niquer ou simplement profiter de la vue.

le petit chemin de rando pour rejoindre la plage de Gjipe 

Plus que la plage, le canyon de Gjipe est vraiment à voir. C'est un canyon assez étroit avec des parois abruptes assez hautes et une petite rivière qui coule au milieu. On y accède depuis la plage et puis on peut s'y enfoncer un peu/beaucoup selon son envie et la hauteur de l'eau de la rivière.

le canyon de Gjipe qui donne directement sur la plage
• • •
J5
après-midi

Après la remontée depuis la plage, on reprend la route pour Ksamil où on logera les 2 prochaines nuits nos sans faire 2 "petites" haltes qui se trouvent littéralement le long de la route SH8 et qui ne prennent vraiment pas très longtemps. On prenant son temps, on y est resté 1h à chacune.

1- le château d'Himarë

Le château de Himarë ressemble plutôt à un petit village entouré des murailles sur une colline qui surplombe la ville de Himarë qu'à un vrai château.

Le parking se trouve un peu en contre-bas du château. Après avoir payé les 2 entrées, on monte vers le sommet en explorant les petites ruelles du village encore habité.

les ruelles du village 

Il y a aussi quelques églises, dont une toute petite dans laquelle on peut accéder au sanctuaire (la partie qui se trouve derrière l'iconostase) et qui en général est interdite d'accès. Ici rien n'indiquait que c'était interdit, donc on y est allé.

2- Castello di Porto Palermo (chateau d'Ali Pasha)

Le dernier château de la journée est une forteresse de construction vénitienne qui date du 16e siècle, le Castello di Porto Palermo. Il a été construit sur une petite presqu'île.

vue sur la petite presqu'île et le château depuis la SH8

Le bâtiment en forme de triangle est en très bon état.

la forteresse de Porto Palermo 

La visite (payante) n'est pas très longue mais elle en vaut la peine, on peut y partir en exploration aussi bien à l'intérieur que sur les parties extérieures et c'est sympa de se balader sur la platforme supérieure de la forteresse.

• • •
J6

Burtrint est une zone préservée tout au sud de l'Albanie, en face de l'ile de Corfou. La zone comprend le ville de Ksamil, un site archéologique classé au patrimoine mondial de l'UNESCO et un parc national créé en 2000.

1- le site archéologique

L'exploration de la zone commence ce matin par le site archéologique qui se trouve à 10 minutes en voiture de notre hôtel. A coté de la billetterie d'entrée, il y a un grand plan qui propose un itinéraire à travers le site. Nous on y a plutôt été au gré de nos envies, avec l'aide de Mapsme. On aura mis un peu plus de 3h pour parcourir tout le site.

La visite est très agréable car le site se trouve au milieu de la nature et les chemins sont ombragés. Je ne vais pas mettre ici tout ce qu'il est possible de voir, jusque quelques photos pour donner envie d'aller y déambuler.

2- le Parc National

On a repéré un petit chemin qui nous fait bien envie et qui longe le canal de Vivari. On décide d'y aller après notre visite au site archéologique.

Le chemin nous mène en face du château d'Ali Pasha Tepelenes. Ce château n'est accessible qu'en bateau. On peut les trouver devant l'entrée du site archéologique. Il faut compter une petite heure pour la visite.

le château d'Ali Pasha Tepelenes, accessible uniquement en bateau 

Le long du chemin, on trouve aussi 2 des six cents mille bunkers qui subsistent dans le pays.

3- Ksamil

En fin de journée, on profite de la plage de notre hôtel. Je serais bien encore restée un jour de plus dans le coin mails demain il faut partir.

vue depuis la terrasse du Poda Boutique Hotel de Ksamil 
• • •
J7

1- Le Parc National de Butrint, suite et fin

Plutôt que de retourner sur nos pas pour rejoindre Sarandë avant de prendre la direction de Gjirokastra, on décide de repartir vers le site archéologique pour y prendre le transbordeur qui traverse le canal de Vivari. et puis de remonter vers Sarandë via la SH98.

Il faut compter 700LEK pour la traversée. Avant de prendre la route, on fait le tour à pied du château, mais on n'a pas trouvé comment y entrer. ceci dit, il ne semble pas y avoir grand'chose à voir.

le transbordeur qui traverse le canal de Vivari et mène au château 

La route SH98 permet d'avoir une vue (presque) d'ensemble du Parc National de Butrint.

2- le Chateau de Lëkurës (Kalaja e Lëkurësit)

Le château de Lekures est un ancien fort ottoman qui est occupé aujourd'hui par un restaurant avec une immense terrasse qui offre un vaste panorama sur la baie de Sarandë. On ne vient pas ici pour visiter le château mais plutôt pour y boire un verre ou manger un bout. L'endroit semble plutôt prisé au coucher du soleil parce qu'en journée on n'y a pas vu un chat.

Sarandë, vu du château de Lukërës 

3- Blue Eye (Syri i Kaltër)

Le Blue Eye, c'est la grosse déception du voyage. J'avais imaginé un endroit nature, avec une balade le long de l'eau pour arriver au Blue Eye. Et c'est pas ça du tout.

Une nouvelle route a été aménagée pour accéder au site à pied. De la route, il n'y pas de vue sur l'eau, donc la balade n'est même sympa. Quand on arrive à la source, il y a des barrières tout autour, donc plus moyen d'aller près de l'eau. On regarde la source depuis une platforme.

Le seul truc que j'ai trouvé qui rattrape un peu la déception, ce sont les nuées de libellules bleues qui virevoltent un peu partout.

les libellules bleues et la vue sur l'eau avant d'arriver à la source Blue Eye 

4- la route vers Gjirokaster

On va là-bas où il fait tout noir, l'occasion d'avoir une luminosité particulière pour faire des photos. Au final, on aura eu des orages quasi tous les jours en fin de journée, avant que le soleil ne refasse son apparition.

5- Gjirokaster

Arrivée à Gjirokaster sous la pluie mais le soleil reviendra très vite, juste le temps d'arriver à l'hôtel et de faire le check-in. On a choisi un hébergement sur le hauteur, près du centre historique avec une vue imprenable sur le ville, le château et ses environs.

vue depuis notre chambre au Argyropolis Boutique Hotel 
• • •
J8
matin

Aujourd'hui direction le Parc archéologique d'Antigonie, notre 3e coup de coeur du voyage

Le parc se situe à une 20aine de km de Gjorokaster. Il est idéalement situé sur une colline au pied du mont Çajupi avec une vue magnifique sur la vallée du Drino et Gjorokatser au loin.

vue sur la vallée et Gjirokaster au loin, depuis le parc archéolgique 

En chemin, on croise les inévitables troupeaux de moutons et les bunkers.

Un petit parking se trouve au bout de la route au pied de la colline. c'est là qu'il y a la guérite pour payer son entrée (en cash exclusivement). Avec le ticket, on reçoit un petit plan pour s'orienter, mais nous avons préférez mapsme.

Il s'agit plutôt d'une balade agrémentée de vestiges (église médiévale, colonnes, des anciennes habitations, mur d'enceinte, mosaïque ... le site est encore en fouilles). Il y a des panneaux explicatifs en anglais à chaque vestige. En cette fin de printemps, le site est aussi recouvert de fleurs ce qui rend la balade vraiment très agréable. Il faut tout de même compter 3h minimum pour le trajet et la visite (on a fait un tour d'environ 8km).

on déambule de vestiges en vestiges

Et puis les habituels orages se déclenchent, ce qui précipite notre retour à la voiture.

l'orage qui va bientôt nous tomber dessus 
• • •
J8
après-midi

la carte proposée par l'office du tourisme donne tous les lieux de la ville à découvrir, une bon plan pour déterminer sa balade

vue depuis le château  

Promenade dans les ruelles de ville

On s'est laissé porter au gré de nos envies dans les ruelles du centre historique, en passant par la maison Kenduli dont le propriétaire nous fera la visite guidée.

Le château de Gjirokaster

L'immanquable de la ville est son château qui la domine. La forteresse est en assez bon état et abrite pèle-mêle un avion, un musée militaire, une citerne, l'église de la cloche, .... On l'a visité sous une pluie diluvienne et donc on a plus profité de l'intérieur que des extérieurs qui offrent un beau panorama sur la ville, le vieux bazar et la vallée.

le château de Gjirokaster vu de l'intérieur 

Le vieux bazar la nuit

La pluie s'est calmée en fin de journée, ce qui nous permet d'aller se promener dans le vieux bazar le soir pour y manger un bout.

• • •
J9

200km nous sépare de Permet, notre prochain halte. Plutôt que de tracer en direct, on décide de quitter la route principale à Humelicë et de passer par une petit route de montagne avant de rejoindre Tepelene et son château, qu'on ne visitera pas.

en chemin....

un village qui est longé par un petit canyon assez profond 
les paysages traversés 

L'aqueduc de Ali Pasha (Ujesjellesi i Ali Pashait) est visible depuis la route. Il y a un petit parking et un chemin aménagé qui permet de descendre au pied des colonnes de l'aqueduc.

Arrivé à Permet, on fait un petit tour dans la ville. Il y a un rocher sur lequel on peut monter pour faire des photos de la ville. On peut aussi monter vers l'église Saint-Nicolas.

Permet 
• • •
J10

Ce matin, direction les sources d'eau chaude à Benje. Le site est composé de plusieurs bassins d'eau turquoise qui se trouvent le long de la berge de la rivière. Il parait que ses eaux à base de souffre peuvent traiter les troubles rhumatismaux, l’estomac et la peau.

vue sur le mont Nemerçka depuis le bassin principal

Le cadre est idyllique, on y accède depuis le parking par un vieux pont en pierre et on se retrouve au milieu de la nature.

Pour bénéficier des 3 bassins principaux en toute quiétude, arriver tôt le matin et télécharger l'application Mapsme pour trouver les autres bassins qui se trouvent dans la gorge

les 3 bassins près du pont 

Dès que le monde a commencé à arriver, on a quitté les bassins qui se trouvent près du pont et on est parti découvrir les bassins plus éloignés ainsi que la gorge dans laquelle coule la rivière. Il suffit de longer la rivière et les bassins suivants se découvrent au fur et à mesure. Ces bassins sont plus petits et pour certains l'odeur de souffre est vraiment très présentes, donc pas toujours envie de s'y baigner. Pour le dernier bassin, il faut traverser la rivière, ce qui n'a pas été possible pour nous car le courant était très fort.

Je conseille vraiment de faire la promenade dans la gorge pour aller découvrir les autres bassins. Ce serait dommage de s'arrêter aux 3 bassins et de ne pas profiter de ce cadre naturel protégé.

la gorge et les autres bassins 

En début d'après-midi, on prend la route pour notre dernière destination du séjour, la ville de Korçe. Un pneu crevé et plusieurs heures d'attente pour le dépannage ne nous on pas permis de profiter de notre après-midi, mais il y aurait de quoi faire.

la route de Permet à Korçe 
• • •
J11
matin

4e coup de coeur du voyage, la petite ville de Moscopole et ses églises orthodoxes à 1/2 heure de route de Korçe (prévoir 3h de visite)

Moscopole ou Voskopojë en albanais, est une petite ville de 3000 habitants et qui au 18e siècle comptait pas mois de 30 000 habitants. On y va surtout pour découvrir les quelques églises orthodoxes qui subsistent et leur magnifiques fresques, pas toujours en bon état malheureusement.

Les édifices ne sont pas toujours ouverts mais un no de téléphone est accessible pour demander pour les ouvrir.

Les visites sont gratuites, mais il y a toujours une petite boite pour faire une offrande. Un bon moyen d'aider un peu à la concertation des ces édifices.

le plan des monuments à visiter 

On commence par l'église de St-Nicolas (Kisha e Shen Kollit). On a de la chance, elle est ouverte. Une grande sérénité y règne, il faut dire qu'il n'y a que nous.

On déambule dans la petite ville paisible pour découvrir les autres églises. Certaines sont en ruines, d'autres fermées. Elles sont toutes différentes avec chacune son charme, difficile de dire lesquelles il faudrait zapper.

Mêmes si les fresques extérieures et intérieures sont parfois très abîmées, elles n'en restent pas moins très belles.

On termine notre tour par le monastère de St-Jean Baptiste. Il est un peu à l'écart de ville, aux abords d'une forêt de pins. On a pris la voiture pour s'y rendre (il y a un petit parking à l'entrée). Il y a plusieurs bâtiments mais seul l'église se visite. Par contre on peut se promener aux alentours et descendre jusqu'à la petite fontaine en. contre-bas du monastère.

• • •
J11
après-midi

Il nous reste 1/2 journée pour découvrir la ville de Korçe. Ca nous a semblé suffisant pour découvrir le centre ville et déambuler dans les petites rues autour.

Le vieux bazar est assez petit, comparé à celui de Gjirokastre. Tout a été restauré et boucoup de locaux sont inutilisés, vides. La petite place est par contre plus animée et c'est très sympa d'y boire un verre et de se poser à une terasses de la pléthore de bars.

le vieux bazar et les petites rues aux alentours 

La ville abrite aussi une cathédrale, la Cathédrale de la Résurrection du Chris. Elle est très imposante avec ses pierres claires et ses tuiles rouges.

La ville compte aussi quelques musées que nous n'avons pas eu le temps de découvrir. Le soir, on se restaure dans le quitter du notre hôtel sur les hauteurs de la ville.

Demain, ce sera la longue route pour rejoindre l'aéroport et rentrer chez nous.

comment payer ? € ou LEK ? cash ou carte de crédit ?

* En cash en LEK, sauf les hôtels qu'on a payé par carte de crédit ou en € et les pleins d'essence qu'on a payé en carte

* Payer en euros, c'est possible. Le solde est rendu en LEK à un taux de 1€ pour 100LEK.

où changer mes euros ? où obtenir des LEK ?

Emporter quelques centaines d'euros en cash avec soi et les changer en LEK dans les Western Union ou autres agents de change. Le taux de change proposé était quasi celui du taux de change interbancaire (à 1 ou 2 LEK près) et sans autre frais. On en a trouvé dans toutes les villes où on est passé. Ne pas trop changer à la fois afin de ne pas se retrouver avec une liasse de LEK à la fin du voyage dont on ne sait que faire.

où loger ?

On a trouvé de petits hôtels plein de charme qui offraient souvent de très belles vues sur la région, et pour des prix très démocratiques. La plupart des réservations se font sur Booking.com.

location de voiture

On a loué notre voiture chez Enterprise-rent-a-car parce qu'ils ont des bureaux un peu partout, qu'ils parlent anglais et qu'on peut rendre sa voiture à l'aéroport sans supplément, ce qui est pratique pour le jour du retour.

Aucun souci, très satisfait du service et de la voiture. Juste vérifier à la prise en charge du véhicule que vous avez bien le nécessaire en cas de crevaison... on n'a pas vérifié, on a crevé un pneu au milieu de nulle part et on a dû attendre le dépanneur qui était à 1h30 de route. Enterprise était joignable et ils ont fait de leur mieux pour nous dépanner le plus rapidement possible.

accès à internet ?

L'accès à internet dans les hébergements est assez aléatoire, même dans de plus grandes structures. On a pris une carte SIM à l'aéroport chez One (20€ pour 30GB). Il y a 2 boutiques à la sortie de l'aéroport, ils aident à configurer la carte si besoin.

Ça permet d'avoir du réseau quasi partout et de joindre (via WhatsApp principalement) les hôtels ou contacter la société de dépannage quand on a crevé un pneu...

comment s'orienter ? GPS ?

Comme on avait acheté une carte SIM locale, on a majoritairement utilisé Waze et parfois Google Maps pour trouver notre chemin.

On a aussi utilisé Mapsme (dont on avait téléchargé la carte d'Albanie pour y avoir accès en off-line) pour trouver des view points qui ne sont pas toujours indiqués dans les guides ou sur la route et s'orienter sur les sites archéologiques, comme à Apollonia et Butrint.

• • •