La Carélie, entre Finlande et Russie

10 jours en voiture, à pied, en bateau et en kayak ... entre nature et architecture religieuse. On vous emmène à la découverte des lacs, fôrêts, villages, monastères et églises en bois de la Carélie.
Août 2018
10 jours

Ce récit est la 2ème étape de notre voyage en Russie, effectué en famille en août 2018. Si vous souhaitez découvrir les 2 autres parties, je vous invite à cliquer sur les liens ci-dessous :

* 1ere partie (en cours de rédaction) : 5 jours à la découverte de St-Pétersbourg

* 3eme partie (en cours de rédaction) : 7 jours pour découvrir Moscou & l'Anneau d'Or

• • •
J1àJ2

8h pile, notre guide Dimitri est en bas de l'immeuble où nous louons un appartement. Le temps d'embarquer nos valises, et on quitte Saint-Pétersbourg, direction le nord et le lac Ladoga, le 2e plus grand lac de Russie.

1er arrêt à un supermarché pour faire les courses pour les repas de la journée et du lendemain. On avait déjà été dans des supermarchés à St-Pétersbourg mais ici, on a été frappé par la longueur du rayon vodka, la diversité des marques et le prix cassé.

Il nous faudra près de 4 heures depuis Saint-Pétersbourg pour rejoindre la base de kayak. Après le pic-nic, il est temps de mettre les kayaks à l'eau, de les charger et de s'équiper. Ce soir, nos camperons sur une des plages du lac.

préparation des kayaks avant de se lancer sur le lac 

Le temps n'est pas au beau fixe, il fait gris. Mais qu'est-ce que ça fait du bien de se trouver au milieu de la nature, loin de la foule et de l'effervescence de St-Pétersbourg. Pour nous qui n'avons jamais fait de kayak, c'est une vraie découverte : apprendre à pagayer en rythme, tenir correctement sa rame pour ne pas jeter plein d'eau sur soi et sur celui derrière...

notre petit coin de plage pour la soirée et la nuit 

Au réveil, le soleil n'est pas encore là, mais il devrait faire son apparition plus tard dans la journée. Soleil ou pas, l'endroit est toujours aussi beau. Et malgré le temps couvert, il ne fait pas froid. Programme de ce matin : on continue le tour de la péninsule, avec un arrêt au point "culminant", une toute petite île en forme de chapeau du haut de laquelle on a une magnifique vue sur le lac.

vue sur le lac en prenant un peu de hauteur 

De retour à notre point de départ de la veille, la base des kayak, il faut décharger les kayaks et les ranger avant de pouvoir prendre son picnic devant un paysage dont on ne se lasse pas (enfin, pour celui qui comme moi adore l'eau et la verdure ).

Vers 16h, on prend la route de Sortavala où nous logerons pour la nuit. L'endroit est comme on les aime, toujours le long du lac. C'est une guesthouse, avec 4 chambres. Et comme nous occupons les 4 chambres, on a la maison rien que pour nous.

vue depuis notre guesthouse - il y a un sauna et on peut aller se baigner dans le lac 

Le soir, direction le centre-ville pour le dîner. Le resto se trouve juste à côté de l'église. Et c'est beaucoup plus simple de passer commande avec Dimitri qui fait la traduction. Cette fois-ci pas de surprise quand on recevra les plats.

Sortavala, un des ses églises et ses maisons en bois 
• • •
J3

160km nous attendent aujourd'hui. On quitte les rives du lac Onega. Notre 1er arrêt de la journée est un petit parc le long de la route. Il y a pas mal de famille russes qui s'y promènent. Il fait plein soleil. Une bonne opportunité de se dégourdir les jambes en faisant le tour du lac. 2 personnages des contes russes y ont élus domicile. Je me souviens du nom de la sorcière, Baba Yaga. Mais pas de celui du personnage masculin.

Après cette petite halte bien sympathique, direction de canyon de marbre de Rouskéala.

le canyon avec son eau transparente où on peut faire un tour de 30 45 min en barque avant d'en faire le tour à pied 

Il s’agit d'une ancienne carrière de marbre, d'où a notamment été extrait le marbre pour le palais d’Hiver, les cathédrales Saint-Isaac et Notre-Dame-de-Kazan ou encore plusieurs stations de métro de St-Pétersbourg. Aujourd'hui la carrière n'est plus exploitée et le lieu a été transformé en lieu touristique où, en plus de se promener le long du lac, on peut y faire de la tyrolienne au-dessus du canyon, une balade en barque, …

Il est également possible d'aller visiter les anciennes galeries. La visite est obligatoirement guidée et ne se fait que en russe. Nous ne l'avons pas faite.

la carrière de marbre 

Après un repas rapide vers 16h, on reprend la route. La Carélie est vraiment belle, on s'arrêterait bien tous les km pour faire une photo.

le long de la route 

Et on arrive finalement à notre hébergement pour la nuit : un chalet isolé rien que pour nous le long d'un petit lac, qui abrite aussi une pisciculture (saumon). D'autres chalets sont en construction, un peu en retrait du lac, dans la forêt.

Pendant que le jeune couple qui s'occupe de la propriété prépare le souper (saumon frais de la pisciculture cuit au BBQ), nous pouvons profiter du banya. Le banya est le sauna russe : on alterne sauna et baignade dans le lac.

le chalet avec sa grande terrasse et son ponton privé qui permet de se mettre à l'eau 

Le soir, le coucher du soleil nous assurera le spectacle. Le ciel, les nuages et le lac se confondent. L'occasion de faire une très longue série de photo

• • •
J4

Réveil sous un beau grand soleil. L'endroit est encore plus magique. On serait bien resté la journée à se prélasser au bord du lac, mais la suite de notre programme nous attend.

Notre trajet aujourd'hui, un peu plus de 300km.

Hier, en discutant avec Dimitri, on s'est découvert un intérêt commun pour les ruines industrielles. Apparemment, il y en a dans le coin et nous commençons donc par la visite des ruines de Tulomozersky. Il s'agit d'une ancienne usine de fonte de fer. Pour y avoir accès, il faut téléphoner au gardien qui vient ouvrir la barrière.

L'endroit est bien aménagé. On peut se promener partout, le site est au milieu de la forêt et il n'y a personne. C'est vraiment très sympa

Notre découverte suivante est le village de Manga, situé le long d'un lac. Le village abrite des maisons de bois et une petite église en bois, perchée sur le sommet de colline et qui domine le village.

La porte est ouverte, on peut donc monter dans le clocher. Ce ne sera pas la cas pour toutes celles qui nous verront. La plupart du temps, elles sont fermées et l'intérieur n'est pas accessible.

village de Manga 

Avant notre étape de la nuit, on va se promener dans le parc qui abrite la chute d'eau de Kivatch. Malheureusement pour les photos, elle se trouve à l'ombre en cette fin d'aprem. Dans le parc, il y a aussi un petit musée de la faune et de la flore locale. On croise pas mal de familles russes venues se promener.

la chute de Kivatch

On fera encore un dernier arrêt à une autre église en bois, mais construite très récemment avant d'atteindre notre hébergement du soir. On loge dans un village de vacances, le long d'un lac pour ne pas changer. Le menu pour le dîner est écrit sur une ardoise, pas de traduction en anglais... il n'y a que du tourisme local dans ce coin. Heureusement que nous avons Dimitri pour traduire et nous aiguiller sur le choix.

le menu du soir 
• • •
J5àJ7

L'archipel Solovki est composé de plusieurs îles. Les îles sont situées à cent soixante kilomètres du cercle polaire et sont surtout célèbres pour leur monastère du 15e siècle. C'est un des premiers sites russes inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

le monastère éclairé par les rayons du soleil en d'après-mlidi

Pour se rendre sur les îles : en saison, un ferry fait le trajet entre les îles et la ville de Kem. Il y un grand parking au port où on peut laisser sa voiture pour la durée de son séjour. En hiver, on peut seulement y accéder en avion.

Je conseille un minimum de 3 nuits sur place pour pouvoir profiter de l'endroit et faire face aux aléas de la météo

Départ très tôt ce matin, on a 260km à parcourir et on doit être à Kem à midi pour prendre le ferry et rejoindre les îles. L'intérieur du ferry est plutôt spartiate, il ne faut pas s'attendre à beaucoup de place et des sièges confortables. On est serré les uns contre les autres sur des banquettes. "Serrés comme des sardines" est l'image appropriée.

On passera les 2h que durent le trajet à l'extérieur avec les mouettes qui suivent le bateau. Elles attendent de recevoir du pain. On s'amuse à les voir attraper en plein vol les bouts de pain qu'on leur lance.

Arrivé au port, on récupère nos valises et petite promenade pour aller vers notre guesthouse. On en profite pour faire nos 1eres photos de l'île.

Visite guidée du monastère

Nous avons prévu une visite guidée privée et en français du Kremlin et son monastère. La visité est très intéressante mais je dois avouer que 3h, j'ai trouvé ça un peu long.

Tout n'est pas accessible à l'intérieur. Une partie est occupée par des moines. On peut faire toutes les photos qu'on souhaite mais on nous demande de ne pas photographier les moines.

Clôturer la visite par le tour du Kremlin par l'extérieur en fin de journée quand le soleil commence à se coucher.

Un tour sur la grande île aux lièvres

Le temps n'est pas au beau grand soleil ce matin et le vent souffle assez fort. A la place d'aller sur une île où on peut découvrir les oiseaux et les phoques (inaccessible en zodiac à cause du temps), nous allons sur sur la grande île aux Lièvres.

tenues de rigueur et notre embarcation pour aller à l'île aux lièvre 

L'île est située en face du Kremlin de Solovki. Le paysage est typique toundra, recouvert essentiellement de mousses et de baies. On a eu l'occasion de déguster quelques myrtilles. Un sentier en bois a été aménagé afin que les touristes ne se baladent pas n'importe où et n'endommagent la flore. Notre capitaine est aussi notre guide. Il ne parle que russe mais Dimitri nous fait la traduction

Jadis occupée par des ermites, l’île est aujourd’hui inhabitée. Elle abrite notamment des fameux labyrinthes de pierres dont l’interprétation demeure toujours une énigme. Il y a aussi l'église Saint-André, une église en bois avec son architecture caractéristique de la Carélie.

l'église St-André de l'île aux lièvres 


Le musée de la Marine de la Mer Blanche

C'est un petit usée très intéressant. On peut y apprendre tout sur la vie rude dans cette région du monde. Notre guide nous avait organisé la visite avec un guide francophone ce qui nous a permis de pleinement profiter de la découverte du musée.


Balade sur l'île

Initialement, nous devions faire une petite randonnée dans la foret, suivie par un tour en bateau à rames sur les lacs et les canaux de l'île principale.

Début de la journée sous un beau grand soleil. Donc on peut faire la petite balade dans la forêt. Mais arrivé à la base nautique, le temps se couvre et la pluie s'invite. Et en plus, on apprend que tout est fermé. Pas de balade possible sur les canaux, le Patriarche étant attendu. Heureusement qu'on trouve de quoi s'abriter en attendant que notre guide trouve une solution. Les barques sagement amarrées et qui ne bougeront pas de la journée.

Même si tout est à l'arrêt sur l'île, on trouve une camionnette qui nous emmènera à la maison qui abrite le Patriarche lorsqu'il est sur l'île et puis nous amènera à notre hébergement où nous faisons une petite pause en attendant le départ du ferry en fin d'après-midi.


Tous les soirs, un spectacle de la nature


Quelques infos pratiques

Prendre ses repas de midi à la cantine du monastère

Nous avons pris, chaque jour, notre lunch à la cantine du monastère qui est ouverte aux visiteurs. Elle est ouverte tous les jours et on peut y manger jusqu'assez tard - le 1er jour nous avons pris notre lunch à 15h. On est loin du resto gastronomique, surtout que durant la période où nous y sommes, on n'est pas sensé manger de la viande. Le choix est donc plus que succinct et se restreindra au fur et à mesure du séjour. Si le 1er jour nous avions du poisson au menu, le dernier jour se résumera à du riz et des légumes. Malgré cela, nous avons bien aimé cette ambiance et le fait de se restaurer dans le monastère.

Notre guesthouse est idéalement située juste en face du Kremlin. On a opté pour la formule demi-pension. Les chambres sont très propres ainsi que les sanitaires, et les petits-déjeuners et soupers sont excellents. De notre chambre, on a vue directe sur le Kremlin, que rêver de mieux.

http://prijut.com/

Le plan des îles

• • •
J8

150km nous sépare de Velikaya Guba au nord du lac Onega où nous attend un petit bateau qui nous permettra de rejoindre notre dernier hébergement du séjour. Il se trouve dans le village de Garnitsa, sur une île au milieu du lac Onega, à une 10aine de km en bateau de Kizhi?

Arrivé à Velikaya Guba, on embarque toutes les valises dans le petit bateau de notre hôte.

un vrai coup de cœur pour notre hébergement : un petit cottage en bois avec banya le long du lac


notre petite cabane avec son ponton privé 

Après un repas rapide servi dans la maison de notre hôte, ce dernier nous amène faire un grand tour en bateau de ce qu'on appelle le "collier de Kizhi", les îles de celle de Kizhi. C'est l'occasion de découvrir principalement des églises en charpente et des chapelles cachées dans les bosquets de sapins.

Découvrir ces églises en bois en petit bateau, juste nous et notre guide, est un de nos top de notre découverte de la Carélie.

Le départ se fait depuis le ponton en bois à côté de la maison de notre hôte qui se trouve à 200m de notre cottage.

Durant le tour, on a l'occasion de découvrir plusieurs églises en bois, cachée dans les arbres, sur le sommet d'une colline, au bord de l'eau.

Dans une des églises, nous avons droit à une jolie musique de carillon. Un groupe de carillonneurs venus des États-Unis fait les tours de églises de Carélie pour y jouer du carillon. Ça met dans l'ambiance et surtout ça nous permet de monter dans le clocher et de tester aussi le carillon. Toutes les autres églises sont fermées et nous pouvons seulement les admirer de l'extérieur

On a aussi profité de ce tour pour aller se promener dans les bois aux alentours et aller à la cueillette aux champignons. Dimitri nous aide à reconnaître ceux qui sont comestibles. La cueillette s’avérera fructueuse. Notre hôtesse nous les cuisinera et nous les dégusterons le lendemain soir.

a la chasse aux champignons dans les bois 

On rentrera au coucher du soleil, avec encore un joli spectacle pour nous faire patienter jusqu'au souper.

• • •
J9

Le temps ce matin est radicalement différent d'hier. Il suffit de jeter un regard par la fenêtre pour s'en rendre compte. Une tempête s'est levée sur le lac, le vent souffle à un tel point que des vagues se forment et que, fait rarissime selon notre hôte, les hydrofoils qui font a navette entre Petrozavodsk et Kizhi sont annulés.

moins de 24 heures séparent ces 2 photos 

On ne va pas se laisser arrêter par quelques goûtes de pluie et une légère brise. Notre hôte accepte de sortir son bateau et de nous amener au village de l'autre côté de la baie.

Débarqué sur l'autre côté, on se met d'abord bien à l'abri dans la nouvelle église, histoire de prendre quelques photos au sec avant d'aller affronter les éléments. Il n'y a que nous, on ne croisera pas âme qui vive à l'exception de la personne qui tient la supérette du village. Après 2h de balade, on arrive au quai du village suivant d'où on appelle notre hôte pour qu'il vienne nous récupérer.

une balade sous une pluie diluvienne 

Quand on arrive à notre hébergement, on est tous frigorifié et trempé jusqu'aux os. Pour nous réchauffer, on nous amène dans la datcha de nos hôtes. Cette datcha a plus de 100 ans. Notre hôtesse y est née. Ils n'y habitent plus, mais leur fils y dort quand il est sur l'île. L'occasion pour Dimitri de nous expliquer l'agencement d'une datcha et de nous préparer un samovar.

boire un thé préparé dans un samovar qui a bien vécu et être bien au chaud dans une datcha qui a encore toute son âme

la datcha de nos hôtes, une bâtisse de 100 ans

Après s'être bien réchauffé, on retourne à notre cottage. Avant le souper, certains d'entre nous décident de se prêter à la coutume du banya et, comme le vent s'est un peu calmé, de faire trempette dans le lac entre 2 saunas.

• • •
J10

Ce matin, le vent s'est calmé et on se réveille sous le soleil. Il ne nous quittera plus jusqu'à la fin de notre voyage. Un peu de tristesse ce matin car c'est déjà notre dernier jour en Carélie.

Avant de quitter cette région, il nous reste à découvrir Kizhi, une petite île de 6km de long sur 1km de large du lac Onéga, longtemps considérée comme un lieu sacré, et depuis 1991, classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Notre hôte nous y emmène dans son petit bateau. Après avoir déposé nos bagages au centre d'information, on part découvrir la partie sud de l'île avec un guide pour tour d'environ 3h.

le plan de l'île-musée de Kizhi 

On commence avec le Pogost qui est composé de 2 églises, l’église de la Transfiguration et l’église de l’Intercession et d'une tour en bois.

La plus connue des 2, l'église de la Transfiguration du Seigneur est en rénovation, les travaux devraient être achevés pour 2021. Le bulbe de la partie la plus haute est exposé au sol. Cela permet d'admirer le détail de ces bulbes entièrement fait en bois.

l'église de la Transfiguration du Seigneur et détail du bulbe de la partie supérieure 

L'Eglise de l'Intercession de la Mère du Seigneur est ouverte et on peut découvrir l'intérieur. L'intérieur est sympa mais rien en comparaison des églises que nous verrons à Moscou et dans les villes de l'Anneau d'or.

l'eglise de l'Intercession de la Mère du Seigneur

Le reste du tour guidé nous amène voir les chapelles en bois et les datchas, pour certaines qui étaient déjà sur l'île pour d'autres ont été transférées ici depuis divers endroits de Carélie. On peut aussi se familiariser avec la façon dont les gens vivaient à l'époque : travail du fer, filage de la laine, travail de la ferme,...

Après avoir pu découvrir les chapelles, datchas, maisons en bois dans les villages que nous avons traversés, on s'est vraiment senti dans un musée en plein air avec des bâtiments qui ont perdu beaucoup de leur âme. Alors même si ça reste très beau, cette partie de l'île ne nous a pas plus emballé que ça. A choisir entre visiter Kizhi et faire un tour dans les petites îles environnantes, j'opte pour les petites îles environnantes (où en plus il n'y a personne et certainement pas de groupes de chinois ).

A ne pas manquer sur l'île : la partie nord de l'île. Une très jolie balade au milieu de la verdure. On y trouve un cimetière, des villages encore en partie habités, une église sur une colline qui offre une vue imprenable sur l'île et ses environs.

à la découverte de la partie nord de l'île 

Après avoir fait toute la boucle, il est temps de dire au-revoir à Dimitri et de prendre l'hydrofoil pour se rendre à Petrozavodsk, la capitale de la Carélie. Notre train de nuit pour Moscou nous y attend. Demain, on va se réveiller dans un environnement radicalement différent.

en attendant le départ de l'hydrofoil 
• • •

Si vous souhaitez lire la suite de nos aventures en Russie :

* 3eme partie (en cours de rédaction) : 7 jours pour découvrir Moscou & l'Anneau d'Or

• • •

Au départ, comme à mon habitude pour nos autres voyages, je souhaitais tout organiser par moi-même et découvrir la région en itinérance avec voiture de location.

Sauf pour les 2 grands sites touristiques que sont les îles Solovki et Kizhi, les choses se sont compliquées quand j'ai voulu trouver des logements. Dans cette région de la Russie, les gens ne pratiquent pas l'anglais, le tourisme étant du tourisme local, càd des russes .

Cela c'est encore un peu plus compliqué lorsque j'ai cherché pour réserver des activités comme le kayak, les tours en bateau... Quasi toutes les communications doivent se faire par e-mail ou par téléphone et donc en russe exclusivement.

Il est possible que dans le futur, avec le développement du tourisme, ce soit plus simple. Mais pour l'heure, je pense que le mieux pour s'assurer un voyage relax est de faire appel à une agence locale pour tout organiser. L'agence nous a mis en contact avec notre guide, Dimitri, avec qui nous avons défini notre itinéraire et les activités. Les hébergements sélectionnés étaient vraiment super et plein de charme comme on les aime, les activités étaient à chaque fois privatisées pour nous avec accompagnateur/guide francophone. Cela a permis de gérer les imprévus (les îles Solovki à l'arrêt total pour la visite du Patriarche) et de faire des choses qui ne me semblent pas (encore) vraiment possible en organisant soi-même et sans piper un mot de russe (ex: le tour en bateau des petites îles autour de Kizhi avec le proprio des cottages où nous logions, le samovar dans une datcha encore habitée,...).

* Un site très complet sur la Carélie (en russe et en anglais) : www.ticrk.ru/en/karelia/


* L'agence locale avec laquelle nous avons organisé notre séjour en Carélie : Russie Autrement. Elle a de très bons retours sur les forums de voyage et tous les changes se font en français. Le petit plus en passant par une agence pour une partie du voyage : elle fournit tous les documents nécessaires à l'obtention des visas pour la totalité du séjour, même si on ne réserve qu'une partie du séjour via l'agence.

• • •

Vous cherchez plus d'infos ? n'hésitez pas à me laisser un commentaire ou m'envoyer un email. Je vous répondrai avec plaisir.


ou envie de découvrir d'autres voyages? https://www.myatlas.com/Lofwyra

• • •