× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
Petit crochet par la cité-état de Singapour. De quoi s'imprégner de la culture très riche de la ville et de son histoire. C'est aussi un paradis pour les food lovers ! Je suis donc au bon endroit 😉
Du 16 au 19 avril 2019
4 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Bienvenue à Singapour ! Je fais mes premiers pas dans cette ville moderne, propre, ordonnée et... super VERTE. Ici il y a des buildings partout mais aussi de la verdure DESSUS !


J'entame ma visite de la ville par le fameux hôtel Marina Bay Sands, connu pour avoir la piscine à débordement la plus haute du monde - mais qui dispose aussi d'une belle plateforme d'observation sur la ville et sur les immenses super trees du Garden by the bay.

Vue depuis le Marina Bay Sands hôtel 

L'hôtel MBS est vraiment impressionnant avec son allure de bateau perché à plus de 200m du sol.

Marina Bay Sands hôtel  


Je continue ensuite ma visite avec le Garden by the bay, ce parc de 101ha, vrai poumon de Singapour. Le parc est magnifique et luxuriant, comprenant des structures modernes, beaucoup de végétation tropicale et 2 immenses serres.

Garden by the bay 

La serre "Cloud Forest" est particulièrement impressionnante avec toutes ses fleurs mais aussi sa cascade intérieure. On pourrait se croire au milieu de la jungle 😀

Cloud Forest 


Je termine cette première journée à Singapour en compagnie de Vanessa et de deux malaysiennes habitant Singapour. Elles nous ferons découvrir les "hawker centers", ces food courts typiques où les locaux se retrouvent pour manger. Cuisine locale au menu 😉 Ashley nous choisit un hot pot - une sorte de grand bol qu'on compose soi-même avec les ingrédients qu'on aime et qu'on partage ensuite !

On s'imprègne de la culture locale ! 


NB. Petit retour sur le titre de ce blog - Singapour : la ville du lion. Littéralement "Singapura", le premier nom de la ville, signifie "la ville au lion". Et pourquoi donc ? Très bonne question puisqu'il n'y a jamais eu de lion sur l'île de Singapour ! On retrouve des traces de plusieurs espèces de tigres mais pas de lion. Pourtant l'emblème de la ville est le "Merlion" un lion à queue de poisson. Etrange tout ça !

Merlion de Singapour 
2

Aujourd'hui je pars à la découverte de la ville et de son histoire avec Ronnie, un singapourien d'origine qui est né et qui habite toujours dans le quartier historique de Chinatown.

Temple de "la dent de Bouddha" à Chinatown 


Petit cours d'histoire et de culture donc !

Singapour compte 75% d'habitants d'origine chinoise, des malais - population autochtone - à seulement 13%, des indiens à hauteur de 9% et le reste provenant de divers pays, notamment d’Occident (3,3 %).

Les langues officielles sont l'anglais, le malais, le mandarin et le tamoul. Le malais est aussi symboliquement la langue nationale, utilisée pour l'hymne national (un bon moyen à l'époque pour rester copain avec les deux puissants voisins que sont la Malaisie et l'Indonésie 😉).


Berceau de la culture Peranakan. Mais qui sont-ils ?

Parmi les nombreuses communautés qui ont contribué à façonner la ville de Singapour, les Chinois Peranakan occupent une part spéciale dans l’histoire de la région. Les Peranakan, appelés aussi Baba-Nyonya, sont issues des populations migrantes de Chine du XVe au XVIIe siècles. Arrivés dans la péninsule malaise et ses détroits, ces immigrés chinois ont souvent choisit de prendre pour épouse une locale. Et ce faisant, ils adoptèrent une partie des coutumes de la région, afin de faciliter leur assimilation. Mais ils gardèrent également une grande partie des traditions chinoises. De ce mélange est née une culture haute en couleur et très riche. La cuisine Peranakan est particulièrement réputée. A savoir que la majorité de cette population ne parle pas chinois, et constitue une élite à Singapour (coucou le Premier ministre 😉) car ils ont su mieux s'intégrer et prospérer grâce au commerce.


Lors de la première vague d'immigration chinoise vers le XVe siècle, les immigrés venant des provinces chinoises de hokkien, hakka et canton ne parlaient que chinois (et souvent que leur dialecte !) et avaient du mal à communiquer avec le reste de la population. C'est pourquoi on leur assignat entre autres les travaux de construction de la ville, mais aussi les travaux agricoles. Dur labeur, conditions de travail horribles pour ces "coolies" - le nom donné à ces immigrés chinois - et hébergements insalubres dans le quartier de Ngiù-Chhâ-Súi (littéralement boeuf tireur de chariot à eau) , appelé à tord Chinatown.

Ce quartier, anciennement théâtre de rixe de gangs, prostitution et bars à opium, et aujourd'hui un must-see à Singapour pour sa richesse culturelle et gastronomique. D'ailleurs en parlant de gastronomie...

La deuxième vague d'immigration chinoise - provenant surtout de la province du Hainan - de 1920 quant à elle apporta de la main d'oeuvre bon marché aux britanniques sur place, surtout en tant de personnel de maison. Résultat aujourd'hui ? Une incroyable cuisine fusion entre les goûts occidentaux et la richesse de la cuisine chinoise ! Vous aurez surement reconnu l'origine du fameux "Hainanese Chicken Rice" 😉

D'ailleurs c'est un hainanais d'origine, Ngiam Tong Boon, bartender au grand Raffles Hotel qui inventa le fameux cocktail "Singapore Sling" en 1915.


La population indienne est quant à elle arrivée à Singapour avec la colonisation anglaise (à partir de 1819). Les Britanniques firent venir dans la région des travailleurs indiens pour développer le commerce et travailler dans les plantations d'hévéas. On trouve donc un quartier "Little India", de nombreux temples hindous et de la cuisine du Sud de l'Inde à Singapour 😀


Ronnie m'a raconté l'histoire de Singapour et de ses habitants, mais m'a aussi fait goûter toutes les spécialités locales : Le Hainanese Chicken Rice, des oyster cakes tout chauds, des Hokkien fried noodles, des Prata avec un curry indien, de la viande séchée consommée pour le nouvel an chinois, des toasts à la confiture de coco avec un Yuan Yang (moitié thé/moitié café) et en dessert une Cendol.

Food tour avec Ronnie 


Le quartier comporte aussi plusieurs fresques assez sympa retraçant les coutumes et l'histoire de Chinatown.

On s'amuse comme on peut 😉


Avec Vanessa, nous avons aussi fait un petit tour dans le ("nouveau") restaurant étoilé le moins cher du monde. Il s'agit d'un stand de hawker center qui a reçu il y a quelques années une étoile Michelin pour son chicken rice ! 5$ le plat, j'avoue qu'on peut pas faire mieux 😉

Chicken rice étoilé ! 
3

Lorsque le soleil se couche sur la ville et que la nuit tombe, la ville se pare de milliers de lumières. Il y a également en ville plusieurs spectacles son et lumières très impressionnants.


Mon endroit préféré de nuit reste le Garden by the bay, où ses immenses arbres artificiels s'illuminent de toutes les couleurs.

Garden by the bay de nuit 


La vue est aussi très belle aux alentours du MBS !

Singapour de nuit 


NB. Il faut dire que même de jour, la vue sur la ville est à couper le souffle... surtout depuis le bord d'une piscine en rooftop 😉

Jen Hotel avec vue sur le MBS