Carnet de voyage

Asie 2018-2019

15 étapes
81 commentaires
« Je voyage parce que la vie est courte et le monde est immense ».
Du 2 octobre 2018 au 7 avril 2019
188 jours
Partager ce carnet de voyage
1
 Après avoir effectué les dernières préparations, j’ai pris la route direction Zürich « Flughafen » ✈. Oui je stress 😬
2

Je pense que je n’oublierai pas mon arrivée à Katmandou. A peine mes bagages retrouvés (après 1:20 d’attente sur le tapis roulant de l’aéroport), on m’a accosté de tous les côtés pour savoir si j’avais besoin d’un taxi, d’un hôtel, dun scooter, d’un restaurant, d’un bancomat, de bijoux, de sacs, de fruits ou encore si je voulais directement aller sur l’Everest. J’ai fini par choisir un taxi, qui m’a fait un joli détour par un parc à singes.. Je voulais voir de nouvelles choses, et bien à Katmandou, après quelques secondes, c’est déjà fait 🌞

3

Après quelques visites de temples à Katmandou, je suis partie pour mon premier trek qui s’est déroulé sur 8 jours dans les montagnes de l’Himalaya. 8 jours de magnifiques paysages et de belles rencontres ! 8 jours de joie, de difficultés et de rigolade. Les marches n’étaient pas toujours faciles et mes jambes l’ont bien compris, mais apprendre à avancer toujours et encore à été une expérience incroyable ! Nous avons réussi Annapurna Base Camp (4130m) et nous avons vu les plus hautes montagnes du monde, notamment Annapurna I (8091m) et Dhaulagiri (8167m). Je ne l’oublierai pas, car nous sommes fiers de tout ça !

4

Je suis restée quelques jours à Pokhara. C’est une ville, mais beaucoup plus relaxante que Katmandou. Mes journées se sont composées de balades, de visites de temples, de pleins de belles rencontres, de petits achats (non je n’avais pas encore assez de bracelets 🙈) ou encore simplement m’asseoir pendant des heures dans de belles « cabanes » au bord du lac, pour admirer les paysages, lire, écrire et manger. J’aimerais pouvoir dire que j’adore les plats népalais, mais le chocolat est tout aussi bon (clin d’œil à mes collègues, je sais que vous allez sourire 😉). Certaines familles m’ont invitées pour partager le repas ensemble. En guise d’ « au revoir et bonne chance », j’ai toujours eu droit au Tika (point rouge sur le front), qui a toujours été un geste très précieux. Après ces quelques jours, je suis partie dans le parc national de Chitwan pour découvrir la jungle. J’ai dormi dans des cabanes en bamboo, juste incroyable ! 3 jours pour découvrir la jungle, l’histoire des villages et du pays, et surtout la famille de locaux qui m’a accueillie avec une gentillesse mémorable ! Éléphants, rhinocéros, crocodiles, singes, serpents, toutes sortes de sangliers, de cerfs, d’oiseaux, de poissons, de crabes, etc. Tous étaient au rendez-vous. J’ai aussi testé une balade à dos d’éléphant. Chouette expérience, mais que je ne vais pas renouveler. Les coups de bâtons ne sont pas ce que j’ai préfèrés. J’ai aussi eu la chance de pouvoir voir une clinique népalaise qui a été ouverte afin de donner des soins gratuitement aux pauvres. Chitwan a été une expérience incroyable tant pour la nature, l’histoire du pays mais surtout pour la grande famille que j’ai rencontrée. Je n’oublierai pas toute cette gentillesse, cette générosité mais surtout ces sourires. Tous ces gens m’ont beaucoup appris, et bien plus que ce qu’ils ne pensent...

5

Je n’ai pas pu manquer un passage à Lumbini; lieu de naissance de Bouddha. C’est aussi un parc rempli de magnifiques temples, chacun ayant une architecture d’un pays différent. Je ne comprenais pas pourquoi tout le monde me disait de louer un vélo. J’ai compris en fin de journée, après 7h de marche. Je suis retournée à Pokhara, et quelques jours après, à Katmandou. Plusieurs jours de bus (environ 8h chaque fois), tous comparables à un tour de manège 🤪. Une fois à Katmandou, j’ai découvert Bhaktapur et Patan, deux villes connues pour leurs rues d’innombrables temples, et malheureusement encore beaucoup marquées par le séisme de 2015. Avec l’aide de mes amis locaux, j’ai visité des musées, vu des cérémonies traditionnelles hindoues et bouddhistes, admiré une vue entière de Katmandou depuis le sommet d’une tour, traversé les rues en scooter.... les cheveux au vent, et fêté Halloween ! Le dernier jour étant arrivé, j’ai profité des dernières heures népalaises dans le « Jardin des rêves », avant de prendre la route pour l’aéroport. Merci pour vos accueils chaleureux et pour tous ces sourires. Merci pour ces expériences inoubliables. Merci de m’avoir appris certaines valeurs de la vie qui sont sous nos yeux, mais qu’on ne voit malheureusement pas toujours. Premier mois terminé ! Bye Népal, Namasté 🙏🏻

6

J'ai pris l'avion pour un nouveau pays, de nouvelles découvertes, une nouvelle aventure. Arrivée au Cambodge, j'ai passé une journée à Phnom Penh pour visiter le musée S-21 du génocide, ainsi que les "champs de la mort". J'ai appris dès le premier jour une histoire très choquante de ce pays, qui aujourd'hui encore, est bouleversé. L'histoire des khmers rouges. Une histoite touchante, qui m'a beaucoup fait réfléchir. Pour ceux qui ne connaissent pas, ou pas beaucoup cette histoire, je vous conseille de prendre quelques minutes pour vous intéresser à ce sujet, qui fait parti d'une des horreurs qui s'est produite dans ce monde..


Après ceci, j'ai eu la chance d'avoir été acceptée en tant que bénévole sur l'îles de Koh Rong, dans un Eco-Resort appelé "Lonely Beach". Un endroit juste paradisiaque. Dès le début, je me suis sentie comme dans une petite communauté, avec les propriétaires, les autres bénévoles, les locaux ainsi que les clients. J'ai travaillé 2 semaines et demi en tant que prof. Et oui, je suis devenue la maîtresse d'école d'une fille de 11 ans. "Back to school" sur la plage n'était pas trop mal. J'ai passé 2 semaines et demi à enseigner, à profiter de l'îles en faisant du snorkling, des marches dans la jungle, du kayak, des sessions hamacs, de la lecture, profité des levés et couchés du soleil, et surtout, passé de bons moments avec chacunes des personnes que j'ai rencontré. Dépourvu de réseau, nous avons appris à nous déconnecter (mon téléphone l'a d'ailleurs bien compris, il a décidé de rendre l'âme à ce moment là). Toutes ces personnes sont devenues mes amis, comme une deuxième petite famille. J'ai vécu 2 semaines et demi de pure paradis. Ça m'a permis de prendre le temps de me poser les bonnes questions, mais surtout, de me retrouver. J'ai quitté l'îles avec un pincement au coeur. Je me suis éloigée de cet endroit que j'ai tant aimé. J'ai regardé mes amis me faire un signe d'au revoir, je les ai regardés jusqu'à ne plus pouvoir les voir. J'ai eu les larmes aux yeux, mais un sourire aux lèvres. Encore une fois, oui, cette expérience m'a beaucoup appris. Je me sens parfaitement bien.

Mon téléphone ayant rendu l'âme un peu trop tôt, je ne peux malheureusement pas vous partager beaucoup de photos de cet endroit. De toute manière, toutes les plus belles images sont dans mon coeur.. !


De retour à Sihanoukville, j'ai pris un bus pour ma nouvelle destination ; Kampot. J'ai repris plaisir à me balader dans les rues d'une ville, j'ai mangé une énorme pizza (après 2 semaines et demi de riz, cela fait toujours du bien) et j'ai visité une plantation de poivres, poivres très connu ici pour sa qualité. J'ai également fait une session de grimpe, version cambodgienne (oui car les montagnes ne sont pas très hautes ici..) : via ferrata, grimpe "bloc", grimpe "voie", descente en rappel dans des cavernes et découvertes de celles-ci. Super aventure !


Pour conclure cette première étape du Cambodge, je tiens juste à dire que tous les khmers que j'ai rencontré sont simplement heureux. Le sourire aux lèvres, ils sont juste heureux d'être en vie. Je les remercie de me le rappeler tous les jours. Ces sourires sont maintenant mon quotidien, et je n'ai besoin de rien de plus.

7

Pour continuer mon périple, je suis montée dans un bus direction Battambang. Ce fut une bonne traversée du pays, qui après quelques imprévus (p. E. : devoir changer une roue après 10 minutes de route) a bien pris au total 11h de temps. J'y suis restée 2 jours et eu l'occasion de tester le "Bamboo Train" qui à la base était utilisé pour le transport des marchandises. Aujourd'hui ce n'est plus qu'un plateau en bamboo posé sur des roues, avançant à toute allure sur la seule ligne de rail au milieu de la nature ! J'ai aussi louée un vélo; la chaine a pétée après 15 minutes.. Une fois réparée, je me suis baladée dans la campagne, dans la vraie vie khmer. Je me suis perdue au milieu de la nature, j'ai vu des temples et de magnifiques paysages.

J'ai ensuite quittée la campagne pour partir pour ma dernière destination cambodgienne : Siem Reap. Ici j'ai visité la ville, les "fermes" de la soie et du Lotus, un village de pêcheur entièrement construit sur la rivière et le lac de Tonlé Sap (plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud-Est), où j'ai également fait la rencontre d'un grand groupe de crocodiles. J'avoue que j'ai fait un peu de "shopping" souvenirs et trinqués avec d'autres backpackers à la fameuse "Pub Street". Je ne pourrais même plus compter le nombre de milkshake mangue et coco que j'ai consommés, j'en suis tombée amoureuse. Pour finir, j'ai eu la chance de voir le levé du soleil sur Angkor Wat, ainsi que visiter quelques uns de ces temples. Ils sont si magnifiques qu'ils sont les symboles du Cambodge, classés à l'UNESCO et apparaissent même dans certains films; notamment Tomb Raider.

Mon voyage au Cambodge se termine. Je marche 2 bonnes heures sous une chaleur de 33°, direction l'aéroport, un peu nostalgique en repensant à tout ce que j'ai vécu. Je suis heureuse d'avoir eu la chance de faire un bout de mon chemin ici, et je pense que c'est un pays dont on aurait beaucoup plus à apprendre. Mon départ était inévitable, mais 2 mois après, je me sens plus que bien, heureuse et libre. J'ai appris à apprécier les choses que j'ai, être contente de tout ce que j'ai déjà accomplie et à reconnaître que mon pays me manque quand même :D. Merci encore une fois le Cambodge pour tous ces sourires et cette gentillesse. J'ai vraiment adoré ce pays.. Bye bye, mon avion m'attend pour ma prochaine destination !

8

Arrivée au Vietnam, j’ai pris quelques jours à Hanoï pour me reposer, me balader, retrouver des amis de voyage, visiter cette nouvelle ville, etc. J’ai aussi visité le musée des femmes vietnamiennes, qui m’a permis de mettre un bon premier pied dans la culture des ethnies vietnamiennes. Je me réjouis de pouvoir les découvrir prochainement durant la traversée du pays.

Quelques jours plus tard, je me suis rendue à l’arrivée de l’aéroport, totalement excitée, pour attendre mon papa et ma grand-maman, qui sont venus me rendre visite durant une semaine ! Les retrouvailles ont été très touchantes. Après plus de 2 mois de voyage seule, retrouver ma famille a été génial ! 👨‍👩‍👧 Nous sommes restés deux jours ici pour visiter des temples, l’artisanat de la peinture à la laque ainsi que les recoins de la ville avec un guide. Ce qui m’a fait drôle, c’est de voir ma famille émerveillée par toutes ces nouveautés et ces différences. Je me suis rendue compte que je ne regardais déjà plus les choses de la même manière, car c’est mon quotidien depuis plus de 2 mois. C’est fou comme on s’habitue vite à notre environnement...Nous sommes ensuite partis sur un bâteau pour faire le tour de la baie d’Ha Long. Villages de pêcheurs, cultures de perles, pêches aux calamars, cours de thaï chi, grottes et kayak ont été au rendez-vous. Nous avons aussi profité de notre beau bâteau (privatisé), des magnifiques paysages, de manger (beaucoup trop mangé), de lire, de jouer aux échecs, etc. Le dernier jour, nous avons fêté mes 20 ans, ensemble ! 🎉 L’équipage m’a même offert un gâteau et beau bouquet de fleurs, accompagnés d’une chanson typique d’anniversaire vietnamienne (chanson qui nous sera restée dans la tête durant les 2 jours suivants). Nous avons survolé la baie en hydravion, et sommes retournés à Hanoï. Nous avons fêté mon anniversaire avec un bon apéro et restaurant. Heureusement, il y avait un magnifique sapin de Noël. Ça aurait été difficile pour moi de passer le cap sans la magie de Noël !🎄 J’ai ouvert les cartes et les cadeaux que ma famille et mes amis m’ont offerts, depuis l’autre bout du monde. Ça été un énorme plaisir... Merci à toutes les personnes qui ont pensées à moi le jour J. J’ai passé une super journée avec ma famille, au milieu du voyage de mes rêves... Qu’aurais-je pu demander de mieux ? Le jour du retour à la maison pour mon papa et ma grand-maman est arrivé. Nouveau départ difficile... mais nous nous retrouverons. Une chose que nous retiendrons de cette semaine, est que nous aurons bien ris ! Je garde de beaux souvenirs de tous ces moments. Ils resteront gravés. Le partage de cette aventure m’a prouvé encore une fois la vision de ce qu’est mon bonheur.

Je passe encore quelques jours plus tranquilles à Hanoï, en attendant l’arrivée de mon copain, avec qui je vais partager le reste du voyage (et donc aussi évidemment le deuxième relais de chocolat !) 🍫

9

Nous nous sommes retrouvés après 2.5 mois de séparation. Nous avons profité de 2 journées à Hanoï pour se retrouver, et que je puisse faire la guide de cette ville pour Guillaume. 👫


Nous avons décidé de partir directement vers le nord, pour faire la boucle d’Ha Giang; soit, des paysages magnifiques, moins de touristes et de belles découvertes des ethnies typiques des montagnes. Les gens portaient les fameux habits traditionnels. Malgré la barrière de la langue, nous avons toujours réussi à échanger. Les gens nous ont souvent fait de simples sourires qui nous réchauffaient le cœur. Nous avons parcouru cette boucle en 4 jours. Nous avons fait une soirée karaoké et testé l’alcool de riz avec les locaux. On a passé un chouette Noël. Une fois avec des vietnamiens, et une fois en tête à tête, en s’improvisant des cours d’anglais, en attendant le bus pour Hanoï.


De retour à Hanoï, nous avons acheté cette fois de vraies bécanes (enfin pas tout à fait quand on sait qu’on a des copies, des copies, des vraies Honda). Quoi qu’il en soit, conduire une manuelle au milieu de cette ville n’a pas été de tout repos. Nous avons même atterri sur l’autoroute, je pense, la pire que nous n’ayons jamais fait. Circulation à contre sens, dépassements de tous les côtés, des gens traversant la route, rabattements de voitures de tout à gauche à tout à droite (en une fois), demi tour de camions sur la voie, bref, on s’en rappellera ! 🏍🚛 Crevés, nous avons passé une nuit à Haï Phong, où nous avons bu l’apéro avec des locaux.


Nous sommes repartis le lendemain pour prendre le ferry direction l’île de Cat Ba. Nous avons roulé sur cette belle île et sommes enfin arrivés à la « ville » de Cat Ba. Nous avons rencontré un groupe de français avec qui nous avons passé quelques jours. Le lendemain, nous avons fait une excursion sur la Baie d’Ha Long. Nous avons fait du kayak, mangé sur le bateau, vu des villages de pêcheurs, admiré la vue et visité l’île des singes, où nous nous sommes pris pour les rois du monde depuis le sommet de l’île ! Nous nous sommes même pris pour de vrais singes. Euphorie ? Liberté ? Peut-être que ça nous monte à la tête.... Une chouette soirée tous ensemble, et nos chemins se sont séparés... « Bonne continuation », ça fait bizarre de sans cesse dire ça...


Guillaume et moi sommes allés grimper à un joli spot. Après 2.5 mois sans grimpe pour ma part, j’ai dû m’y remettre... L’endroit était très beaux et nous avons rencontré de sympathiques personnes. Nous avons passé la soirée dans une maisonnette en brique d’un Woodstock, il a fait plus froid, mais cela ne nous a pas empêché de passer une bonne soirée, à manger et à rire.


Le froid est arrivé. Nous avons donc commencé à descendre vers le sud, vers Ninh Binh. Nous avons beaucoup roulé et, en étant glacés. Nous avons passé un nouvel an assez tranquil ici, pas grand chose et pas grand monde..


Nous sommes donc partis à Tam Coc pour quelques jours, le temps de se poser un peu. Cette petite « ville » est très chaleureuse et naturelle, nous sommes tombés sous le charme. Temples, vallée des oiseaux, grottes, lacs, rivières, arbres gigantesques, « montagnes », balades en motos et chouettes restaurants/bars.


Nous allons continuer de traverser le pays, en espérant retrouver un peu de chaleur.


Par cette étape, nous espérons que vous avez passé de belle fêtes et vous souhaitons une bonne année 2019. Nous avons bien pensé à vous, depuis l’autre bout du monde. 🌏🤙🏼

10

Nous avons continué notre périple vers le sud. Après avoir roulé 400km, et passé une soirée en compagnie des locaux (bien évidemment repas et karaoké), nous sommes arrivés à Phong Nha.


C’est une petite « ville » connu pour son parc national qui englobe tout le site. C'est également connu pour ses innombrables grottes, notamment la plus grande du monde. Nous en avons visité 3 : « Paradise Cave » à pied, « Phong Nha Cave » en bateau et « Dark Cave » en faisant des activités comme du kayak, un bain de boue, de la tyrolienne et des parcours du combattant sur l’eau. Nous avons retrouvé nos « potes de voyages » avec qui nous avons partagé nos journées.


Petite anecdote de la lessive faite à la main : Avec de l’humidité et du froid, avec une climatisation et des fenêtres ouvertes, elle peut quand même prendre 2 jours pour « sécher ». Nous avons tout de même dû ranger nos habits dans nos backpacks, encore mouillés. Conclusion : odeur sympathique à l’ouverture des sacs, et payer quelqu’un pour les relaver à la machine... 👗👕

Bref, nous sommes repartis sous une pluie battante pour Hué. Ma moto a décidé de me lâcher à ce moment là. Mais pas de panique, nous avons toujours trouvé des gens pour nous aider. Nous avons recroisé nos amis, par hasard, et avons donc continué le chemin ensemble. 200km sur une jolie route campagnarde et nous sommes enfin arrivés (en manquant de peu de nous perdre dans cette circulation de fou). A peine arrivés, nous avons été super bien accueilli ; bières à la main ! Temples, pagodes, tombeaux ont encore une fois été au rendez-vous. Mais cette fois, ce qui nous a le plus attiré, c’est le parc aquatique abandonné de « Thuy Tien Lake ». Ce parc de 3 millions de dollars a ouvert ses portes en 2004. Il n’était pas encore terminé, et a fait faillite quelques années plus tard. Tout y est donc laissé à l’abandon. Cela n’a pas été si facile de pouvoir le voir. Un garde (qui apparement n’en est pas un) passe ses journées à virer les touristes de cet endroit. Première tentative échouée, nous sommes répartis tout triste en cherchant un nouveau plan, car nous ne voulions pas abandonner ! Nous avons préparé un stratagème pour pouvoir entrer et y sommes retournés. Nous avons réussi à nous cacher et eu le temps de courir à l'intérieur. Au bout d’un moment, le « garde » nous a quand même repéré et a tout fait pour nous chasser, mais nous avons refusé. Le deal ? Basique : argent contre tranquillité.. s’être pris pour des aventuriers a été le plus drôle. Nous avons vu de vieux toboggans, places de jeux, ponts, fontaines et le symbole de ce parc : l'énorme dragon construit au milieu du lac, le tout en graffitis. L’ambiance mystique de cet endroit nous a beaucoup plu. Retour au backpack, nous avons raconté notre aventure à nos amis qui ont bien rigolé.Les 120km du lendemain direction Hoi An ont été très chouette ! La route était magnifique puisqu’elle longeait la côte. Nous avons dîné dans un petit village de pêcheur, et avons roulé dans le sable avec nos motos ! Nous avons ensuite passé le fameux « col des nuages », qui, comme son nom l’indique, passe au dessus des nuages. Un endroit plutôt joli ! Nous sommes redescendus en traversant de superbes routes. La chaleur étant revenue de plein fouet, nous n’avons pas résisté à la tentation de se baigner à la plage de « My Khe Beach », à Da Nang. Il y avait de grosses vagues, ce qui nous a permis de faire les gamins dans l’eau ! 🌊 Nous avons terminé notre route avec un magnifique couché de soleil, tout en longeant la côte, les cheveux au vent sur nos bécanes.

Nous avons visité Hoi An pendant quelques jours. Cet endroit est connu pour ses lampions et ses petites ruelles charmantes, calmes et apaisantes. Étant une fanatique des lumières, j’étais tout le temps émerveillée devant ce spectacle. Guillaume a dû faire face à mon addiction. 😝 Nous avons passé nos journées avec nos amis, à se balader, aller à la plage, tester la poterie, manger manger et manger, et (j’avoue), un peu de shopping pour ma part.Nous avons finalement dû vendre nos motos. Faute de temps, nous n’arrivions pas jusqu’au sud avec elles. Il nous a fallu une journée entière pour trouver quelqu'un qui voudrait bien les récupérer. Moins facile que ce que l’on pensait, surtout quand nous avons appris que nous nous étions fait avoir lorsque nous les avons acheté. En effet, une de nos « cartes grise » étant incorrectes, personne ne voulait nous les racheter.. ça nous apprendra à mieux contrôler ce que l’on achète ! Nous avons fini par réussir à les vendre. Petit pincement au cœur quand nous leurs avons définitivement dit « au revoir ». L’aventure en moto s'est terminée, mais le voyage se poursuit pour encore un bon moment ! À nous la belle vie !


Nous avons pris un bus de nuit pour Da Lat, où nous avons passé une journée. Nous avons visité la « Crazy House » ; maison d’une architecture folle. Nous avons aussi pris un vieux train pour aller visiter une pagode faite en morceaux de pierre. Nous avons profité des cafés au bord du lac pour jouer aux échecs, et même eu la chance de voir un « spectacle » d’une tribu.


La nuit suivante, Nous avons directement repris un bus pour Ho Chi Minh, puis après avoir traîné dans les rues à 4h du matin, enchaîné avec un bus pour Cao Tho, soit le Delta du Mékong. Nous avons fait un tour en pirogue sur le fleuve du Mékong. Malgré les déchets, le calme et la belle nature étaient très reposants. Après quelques balades, nous avons repris le bus pour notre destination vietnamienne finale : Ho Chi Minh. 🚎🛶


Nous avons découvert une ville nocturne, d’une façon que nous nous attendions pas trop. Lumières, bars, clubs, buildings, prostitutions, etc. pas le visage du Vietnam que nous avions jusqu’à présent. Nous avons visité le musée de la guerre ; nouvelle histoire touchante... Nous sommes passés à travers le Street Food Market (où nous avons craqué pour quelques spécialités) et le grand marché de Ben Thanh : nourritures, habits, bijoux, gadgets, etc. Bref, le souk. Les derniers moments ont été à aider des étudiants à pratiquer leur anglais, en leur présentant notre pays. Dernier souper, quelques verres et « Santé, à notre voyage au Vietnam ». 🍻


J’écris cette étape durant le vol qui nous emmène encore plus au chaud, sur les îles ; les Philippines !


Tam biêt Viêt Nam, Càm on ban 🇻🇳

11

Nous sommes bien arrivés à Manille, capitale des Philippines. Nous y sommes restés une nuit et sommes partis directement le lendemain. Nous avons voulu sortir des grosses villes pour quelque temps. Bus, bateau et nous voilà arrivés à notre première île : l’île de Mindoro, à Puerto Galera.

Nous sommes restés quelques jours ici, sur la « White Beach » où nous avons rencontrés de supers amis. Plage, piscine, tour en bateau, snorkeling, fêtes et même une vraie fondue suisse (moitée-moitée) ont été au rendez-vous. Puis, à nouveau bateau, bus et nous sommes arrivés sur l’île de Coron. 🌊

Ici, nous avons retrouvé Lucie et Gabriel, nos amis de Suisse. Tours en scooter, plages, cascades, tours en bateau, snorkeling et quelques soirées (et des billards) ont remplis nos journées. Nous avions prévu de faire environ 3 jours sur l’île, mais ce qu’il faut savoir pour aller aux Philippines, c’est qu’il faut avoir du temps. Le ferry qui relie l’île de Coron à El Nido (île de Palawan) était cassé durant quelques jours. Tout le monde était donc bloqué à cet endroit. Nous avons su occupé notre temps en testant pour la première fois la plongée. Ce fut une chouette expérience, mais qui n’a pas été aussi facile pour nous que nous l’avions imaginé. Nous sommes ensuite tombés malade tous les 4, et ce pendant environ 2 jours. 8-9 jours plus tard, nous avons enfin pu quitter l’île et aller à El Nido, sur l’île de Palawan.

L’anecdote de cette étape ? Partez toujours du principe que les bancomats ne fonctionnent pas toujours. Mauvaise surprise quand nous avons voulu retirer du cash. Le seul bancomat d’El Nido n’avait plus d’argent, et personne ne savait si quelqu’un allait venir un jour en remettre. Nous avons donc changé tous nos derniers billets d’euros et de dollars, et avec nos derniers sous, avons loué un scooter pour aller à un bancomat que nous avons trouvé sur internet (à 60km) en espérant que celui-ci fonctionnerait. Nous avons roulé environ 2 minutes et un des retros nous est resté dans les mains... Éclat de rire sur le moment où nous nous sommes demandés où allait nous mener cette journée. 60km plus tard, nous nous en sortant gagnant en retirant même plusieurs fois, juste au cas où. 💸

À El Nido nous avons eu la chance de voir de très beaux paysages et découvrir de belles cascades où nous nous sommes baignés (et même sautés d’un rocher). Nous avons aussi eu la chance de pouvoir louer kayak et faire un tour dans cette région magnifique. Nous nous sommes arrêtés sur une plage paradisiaque, où nous étions presque seuls. Nous avons réussi à vaincre le fort courant pour aller manger dans une autre « ville » et revenir malgré les vagues. On fait quand même un peu de sport oui !

Nous avons repris un bus direction Port Barton ; un joli petit village qui est encore très peu touristique, et très calme. Nous avons donc pu profiter de simplement se poser au bord de la plage, jouer aux échecs et.... manger (encore). Nous ne sommes malheureusement pas restés plus longtemps car nous sommes repartis le lendemain pour Puerto Princesa. En effet, nous avions réservés un avion avec nos amis, pour aller sur l’île de Cebu.

L’avion bien atterri nous avons directement rejoins Moalboal en taxi, accompagné d’un bon macdo. Nous avons eu la chance de faire du snorkeling à un endroit magnifique. Grande diversité de poissons : de grands groupes de toutes les couleurs, des bancs de sardines géants tout autour de nous, et même une tortue ! 🐠🐢 Sinon nous avons passé deux journées plus tranquilles à ici, c’est aussi bien de ne rien faire (appart bien sûr jouer aux échecs et manger) !

Parenthèse sur la nature : voir ces magnifiques paysages (certains anéantis) dans ce beau pays nous a fait prendre conscience du pouvoir de destruction de la nature de la part des hommes. Nombreux des coraux que nous avons vu étaient morts. Les bateaux, la pêche, le tourisme, toujours et encore plus. Le monde veut toujours et encore plus. Nous détruisons nous mêmes les beautés de ce monde. Certes, ce n’est pas encore partout le cas, mais voir ceci nous a fait réfléchir sur certains points..

Parenthèse fermée, pour la suite de notre périple nous avons refait le fameux trajet : bus et bateau en direction de l’île de Bohol. Nous nous sommes baladés en scooter dans ces terres, découverts les tarsiers, vu les fameuses Chocolate Hills, de belles cascades, rivières, ponts, de belles rencontres avec des locaux (où nous avons même participé au 73ème anniversaire d’une grand-maman), de belles parties d’échecs, tours en kayak, etc. On profite aussi de notre chouette bungalow dans la nature, avant notre prochain avion pour le nord des Philippines.

Il est finalement moins facile que l’on pensait de se déplacer entre des îles, mais c’est justement ça l’aventure. On rit déjà de plusieurs de nos aventures. Notre voyage se passe toujours bien et nous sommes conscients de la chance que nous avons de pouvoir découvrir tout ceci. ♥️

12

Arrivés un peu plus au nord de Manille, nous avons passé nos deux journées suivantes dans les bus pour monter encore plus. C’est quand nous avons roulé 7h pour faire 140km que nous nous sommes demandés si c’était vraiment une bonne idée de vouloir continuer, mais nous n’avons pas découragé, l’air de la montagne nous fait du bien !


Premier village : Sagada. De superbes belles marches dans les rizières, cascades et grottes où nous avons rencontré des locaux, et appris encore un peu de leur pays. Nous avons vu les fameux cercueils pendus contre des falaises qui date de l’époque où le pays n’était pas encore catholique. Les gens croyaient plus au retour vers la nature, et non en un Dieu spécifique. Les gens étaient mis dans les cercueils en position fœtale pour leurs départs du monde, de la même façon dont nous étions dans le ventre de notre mère.


Partis ensuite pour Tinglayan, nous avons roulé vers cet endroit sur le toit des jeepneys, assis sur des sacs de riz avec d’autres Philippinos. Puis aussi sur le pont d’un camion, puis à 3 sur une moto, et encore dans une camionnette de chantier où nous ne savions pas si ce serait le moteur ou les roues qui lâcheraient en premier. La joie que nous avons eu de contempler ces vallées de montagnes était incroyable ! Simplement profiter du moment présent. Pour rejoindre ce village il a fallu emprunter un vieux pont pour traverser la rivière, passer à travers les ruelles des maisons en tôles, à travers les cochons, les chiens, les chats, les poules, mais aussi répondre aux innombrables « Helllooo » en sourires des locaux. 👋


Nous avons ensuite rejoins le village de Busculan à pied, où se trouve la plus vieille tatoueuse du monde : Maria Whang Od. Elle a environ 102 ans, à été élue trésor humain des Philippines et est la dernière survivante des Mambabatok du groupe Bubut, plus large tribu de Kalinga. Elle n’a pas d’enfants et à donc transmis son savoir à quelques gens du village. Tous les locaux d'ici sont donc tatoués, mais nous ont tout de même tous dit que nous avions un tatouage « very nice » ! Comme vous l’avez compris, c’est donc une fois tatoués, traditionnellement (à l’aide des épines des arbres de Calamondin 🍋) que nous avons ensuite marché 4h dans les vallées, les forêts, les villages, les rivières et les rizières pour retourner dans le petit village où nous avons logé.


Nous sommes redescendus en faisant un dernier arrêt à Banaue, simplement pour se balader et admirer les grandes terrasses de rizières du coin. Nous devons avouer que le Nord a presque été notre partie préférée du pays. Encore un long bus de nuit, et nous sommes arrivés à 3h30 à Manille. C’est dans la capitale que nous avons passé notre dernière journée, en visitant les beaux monuments datant de la colonisation espagnole. Après toutes ces découvertes, nous étions un peu triste d’être à nouveau dans la grosse ville, mais c’est avec des souvenirs pleins la tête que nous quittons ce pays.


Derniers moments aux Philippines avant notre départ pour un nouveau pays, et cette fois le dernier (du moins de ce voyage) : l’Indonésie. C’est par la fenêtre du taxi que nous regardons encore une fois ces gens, en essayant de retenir leurs visages, comme nous avons fait pour les pays précédents. Une nouvelle page de tourne.


Salamat 🇵🇭

13

Dès le début, l’Indonésie nous a tendue les bras. Les gens sont souriants, sympas et curieux. Ils sont simplement géniaux !


Fuyants les grosses villes, nous avons passé une seule nuit à dans la capitale, à Jakarta. Nous nous sommes directement envolés pour l’île de Sumatra, à Padang. Sumatra est une très grande île, connue pour ses parcs nationaux, sa nature, et quelques vagues pour le surf. En une semaine et demie, nous en avons croisé 2 touristes, ce qui nous a permis de vraiment bien nous imprégner de la culture locale.


Un soir un couple d’Indonésien nous ont invité à faire un tour dans leur voiture, pour pouvoir nous faire une sorte de visite guidée de nuit. Il s’est avéré qu’ils voulaient aussi entraîner leur anglais. C’est quand ils ont dû payer plus cher le parking car ils étaient avec nous ; des touristes, que nous nous sommes sentis gênés.


Nous avons ensuite décidé de faire un trek de trois jours dans la jungle, au parc national de Kerinci. Nous avons encore une fois été accueilli comme des rois ! La famille qui a organisé ce tour est la plus gentille du monde. Même les guides avec qui nous étions étaient au petit soin. Nous pensions voir des rhinocéros, des sangliers, des plantes carnivores, des singes jaune du style Marsupilami (oui ça existe réellement, enfin, nous ne sommes pas sûr enfaite...) et peut-être même des ours et des tigres. Nous avons plutôt vu beaucoup de pluie, un mille-pattes géant, une grenouille qui ressemble à une feuille et beaucoup beaucoup d’insectes et de sangsues ! Nous avons campé dans la jungle et avons simplement pris le temps de profiter de la nature, en compagnie de nos deux guides. Nous nous sommes pris tout au long pour de vrais aventuriers : en sautant dans des flaques de boues, ce qui les faisaient bien rire. 🏕


Résumé de quelques jours dans la jungle :

-Avoir chaud et froid

-Être sales

-Être trempés après une journée de pluie

-Entendre des rugissements de tigres durant la nuit

-Se faire dévorer par les sangsues

-Se faire piquer par d’énormes abeilles oranges

-Se perdre dans la brousse

-Se faire piquer par des moustiques

-Remettre des habits humides après une nuit de pluie

-Remettre des chaussures en boues le matin

-Contrôler sans arrêt, et partout, s’il n’y a pas d’insectes

-Devenir paranos


Nous avons adoré ces trois jours mais la douche quand nous sommes retournés à notre hôtel était encore mieux ! Nous sommes ensuite restés toute la soirée avec la famille en question. Ils ont tellement apprécié que des touristes restent avec eux, qu’ils nous ont directement considéré comme leur frère et sœur !


C’est avec un petit pincement au cœur que nous avons quitté le village de Lempur le lendemain matin pour aller vers le prochain village : Bengkulu. Le trajet en bus a duré 10h sur des routes à virages. Guillaume a dû rester la jambe en l’air, posé sur mes genoux (dû à nos piqures d’abeilles), pendant que je vomissais mon déjeuner, en maudissant la musique « Rasputin » dans mes oreilles. 🎼


Arrivés dans cette nouvelle petite ville, nous avons passé une journée plutôt tranquille en regardant l’actualité suisse, via les 120 secondes. Nous avons bien ri ! Nous nous sommes baladés au bord de la plage presque déserte, en buvant une noix de coco. Nous avons aussi gravi un volcan : Bukit Kaba, comprenant trois craters. Il avait vraiment l’air magnifique. Oui il avait l’air, car après une longue marche, nous avons été récompensé en ne voyant : rien. Étant encore dans la saison des pluies, le sommet était en brouillard complet. Ça nous aura au moins fait faire un peu de sport !


Nous avons réservé notre avion pour retourner sur l’île de Java, pour la ville de Yogyakarta. Nous nous sommes baladés dans les chouettes ruelles, fait les grands marchés de tout et n’importe quoi, vu des galléries de tableaux et appris la technique de ces peintures : le Batik. Nous avons également mangé de bonnes choses et évidemment, joué aux échecs dans notre chouette hôtel avec piscine !


Aux alentours, nous n’avons bien sûr pas raté les fameux temples de Borobudur, classés à l’Unesco. Nous avons regardé le levé du soleil et profité du calme de la matinée, ainsi que cette magnifique architecture sous ses premiers rayons du soleil. Tout d’un coup, une foule de classes a débarqué dans les temples. Les enfants devraient admirer ces temples, mais ils nous admiraient plutôt nous. Enfants, adolescents, adultes et même des familles entières nous couraient après, c’est devenu une véritable tempête de selfies. Guillaume et moi nous sommes même perdus au milieu de cette foule. L’angoisse a presque commencé à monter et nous n'avions plus du tout envie de faire de photos. Nous ne pouvions plus aller nul part sans qu’on nous court après « Miss, Mister, Pictures please ! ». Nous avons même fini par dire non aux demandes de certaines personnes.. Nous avons réussi à sortir du temple et nous nous sommes retrouvés dehors, saints et saufs. C’est à ce moment là que nous avons compris la vie infernale que doivent avoir les célébrités. 30 minutes étaient déjà de trop pour nous ! Mais nous gardons le souvenir de ce temple dans son état le plus calme. C’était quand même magnifique et presque magique !


Quelques jours plus tard, nous avons sauté dans un train pour 10h de trajet, direction le Mont Bromo, et avons rencontré nos compatriotes pour les prochains jours.


Le réveil a sonné à 03:20 pour se rendre au point de vue du levé du soleil sur le Mont Bromo. Un défilé de jeep de toutes les couleurs est monté jusqu’au point de vue. Après un moment d’attente, une mer de nuages a passé au dessus du Mont alors que les premiers rayons du soleil les traversaient. Ce paysage a comme on le dit, quelque chose de lunaire. Nous sommes ensuite redescendus dans notre jeep violette pour rejoindre le cratère de Bromo. Nous avons vécu un nouveau défilé de jeep dans la poussière autour de ces cratères. C’était génial ! Les jeep parquées, un troupeau de chevaux a couru à notre rencontre. En effet, il est possible de monter à cheval, ce qui rend le chemin et l’ambiance encore plus chouette ! Derniers efforts et nous sommes enfin arrivés au sommet, où un cratère impressionnant nous a attendu. Il y avait d’importantes fumées dans cet énorme cratère. De plus, la vision lunaire, les chevaux et les jeeps rendaient l’ambiance assez mystique, et juste incroyable ! Nous sommes ensuite repartis pour 7h de bus : destination l’Ijen Crater. 🌄


Le réveil a cette fois sonné à 00:45 pour se rendre vers le crater. C’est la tête encore endormie que nous avons commencé notre marche pour s’y rendre. Nous sommes arrivés au sommet et avons commencé à descendre dans le cratère, à l’aide de masques à gaz. Nous avons pu voir les mines de souffres ainsi que les flammes bleues. Nous sommes donc privilégiés car nous pouvons observer ces flammes à deux seuls endroits au monde : en Islande et en Indonésie. Le cadre général avait quelque chose de spécial avec cette fumée et les ouvriers, le tout dans le noir complet. Nous avons vu ces ouvriers. Ils travaillent de 1h du matin et ce jusqu’en fin de journée, sans jamais de vacances. Toute la journée, ils doivent porter des grandes quantités de souffres jusqu’en haut du cratère, pour un salaire de misère, pour pouvoir nourrir leur famille. Nous ne parlons même pas des conditions extrêmes dans lesquelles ils travaillent, surtout pour leur santé. En gros, une belle leçon pour nous qui n’avons pas le droit de nous plaindre de nos travails.


Nous sommes remontés du cratère au levé du soleil, où une belle surprise nous a attendue. Un lac bleue turquoise (le plus grand lac acidique du monde) au milieu du cratère, le tout également dans un lieu magique et lunaire. Après discussions avec nos amis, ce paysage fait définitivement parti d’un des plus beaux que nous ayons vu dans notre vie.


Un nouvel au revoir à nos amis, et nous voilà dans le bus direction l’aéroport. Après avoir traversé les îles de Sumatra et de Java, nous décollons pour l’île de Flores, où la playa nous attend ! 🏖

14

Nous sommes arrivés à Labuan Bajo, ville principale de l’archipel de Flores. Nous n'avons malheureusement pas pu visiter grand chose car à cause de la saison des pluies, tout était inondé. Nous avons quand même profité des paysages en se baladant à pied ou en scooter.


Pour nous rapprocher de notre dernière destination : Bali, nous avons décidé de faire un « boat trip » de 4 jours reliant les îles de Flores et celle de Lombok. Nous nous sommes arrêtés à plusieurs points et avons vu une cascade géante, marché avec des komodos (sorte de variant géant), nagé dans des magnifiques coraux, avec des raies mantas et des tortues, vu du sable rose, grimpé en haut des îles pour avoir une vue imprenable sur tout le reste, visité un village de pêcheur et plongé de notre bateau avec nos nouveaux amis. Nous avons malheureusement passé le reste de notre temps couché, à tenter de ne pas vomir malgré les vagues. C’est avec joie que nous avons retrouvé la terre ferme sur l’île de Lombok, et nous nous sommes dirigés au sud, à Kuta. Nous avons découvert des plages bleues turquoises, du sable blanc, des vagues magnifiques, des coquillages de toutes les couleurs et bien sûr, de bons petits restaurants. Spot de surfeurs, je n’ai pas pu résister à la tentation d’essayer. C’est avec le sourire aux lèvres, et pleins de coups de soleil, que j’ai surfé la vague pour la première fois ! 🏄🏼‍♀️🤙🏼


Nous avons ensuite passé 2 jours sur l’île de Gili Meno, qui nous a beaucoup plu. On en a fait le tour à pied en 1h30 et ces plages de sables blancs étaient bordés de petits restaurants en bambous. Nous avons profité de se baigner, faire du snorkeling et voir une statue sous-marine (le but de celle-ci étant de favoriser le développement des coraux), voir un élevage de petites tortues et trinquer nos cocktails au couché de soleil !


Nous avons quitté notre petit bungalow pour aller sur Bali, à Ubud. Ce sont des étoiles pleins les yeux que nous avons découvert l’architecture et l’ambiance de cet endroit. Temples, spectacle de danse balinaise, rizières, ce fut comme des enfants que nous nous sommes baladés dans ces lieux hindouistes. Nous avons même participé à un festival de Yoga.


🌧A une semaine de notre retour en Suisse, nous avons dû retourner sur l’île de Lombok pour un problème de visas. C’est en catastrophe que nous avons sauté dans les transports : bus, bateau, taxi, ils nous auront eu jusqu’au bout ! Arrivés sur Lombok, nous avons pris le temps de manger quelque chose, de chercher un hôtel et un moyen de transport. C’est au moment de s’en aller que Guillaume a remarqué que ce n’était pas son backpack.. Plus de sac, plus de passeports, on pensait que ça ne pouvait pas être pire, et ce fut quand il s’est mit à pleuvoir des cordes que nous nous sommes dit, que oui, ça pouvait être pire ! 🌧 Nous avons donc passé deux jours à faire des allers-retours entre le port, et le bureau de l’immigration pour pouvoir récupérer toutes nos affaires.


Nos affaires récupérées, ce fut soulagés que nous avons pris un bateau direction l’île de Penida. Nous nous sommes baladés pendant deux jours en scooter pour pouvoir voir les plages et les falaises les plus belles de l’île. Chacun de ces moments furent incroyables. Tous ces paysages étaient bouleversants. 😍 Nous n’avons tout de même pas manqué de dévaler une pente de 3-4 mètres en scooter, ce qui nous ont fait de belles marques pour notre retour..


Nous sommes aujourd’hui le 5 avril, et demain nous prendrons l’avion pour le long voyage du retour vers la Suisse. C’est un sentiment étrange d’avoir l’impression d’être partis hier, mais depuis tellement longtemps en même temps. Ça nous fait bizarre de rentrer, mais nous sommes quand même contents de retrouver notre pays et nos proches. Car même si nos backpacks sont désormais nos maisons, la Suisse, c’est chez nous. 🏠