× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas

Carnet de voyage

Et si on partait vivre 1 an au Canada ?

Par
2 étapes
1 commentaire
3 abonnés
Dernière étape postée il y a 1422 jours
Par Linal
Vivre 1 an au Canada loin de votre famille et de vos amis, tout laisser pour une vie faite de voyages magnifiques, de rencontres incroyables et d'échanges à travers les cultures...
Du 19 août 2016 au 15 juin 2017
43 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

19 août 2016 : mon arrivée au Canada. Un départ issu d'un choix déterminant.

Welcome to Canada...  

Aujourd'hui est un jour important. Je me retrouve là, mes deux grosses valises à la main, en me disant que j'ai certainement pris la plus grande décision de ma vie : partir.

J'ai dis au-revoir à mes amis, à ma famille, à mon université et à tout ce que j'aurais pu vivre si j'étais resté en France. Et je me surprend à penser que ça n'a pas été si difficile au final. Je suis là, seule, au milieu de cette grande ville que je ne connais pas, de l'autre côté de l'océan. Tout est immense et bruyant. Et je ne ressens ni peur ni solitude. Au contraire, je me sens bien, même mieux que je n'aurais jamais pensé l'être.

Faire le choix de partir était une décision facile pour moi et j'en rêvais depuis longtemps. Je savais que beaucoup de personnes allaient me manquer et que je n'aurais plus aucune attache. Je serais seule, livrée à moi-même dans un pays en tout différent du mien. Mais je pense que l'excitation de l'aventure et de la découverte de nouveaux horizons surpassait bien plus ma peur de l'inconnu. En arrivant ici, j'ai réalisé un de mes plus grands objectifs : devenir autonome, vivre pour moi et aller à la rencontre de nouvelles cultures. J'ai su au moment même où j'était parti que ce voyage était le premier d'une longue aventure et que je ne reculerais devant rien pour réaliser mes ambitions.

Je m'appelle Marine, j'ai 20 ans et je suis en soif d'aventures, de rencontres et de découvertes depuis l'âge de 10 ans. Aujourd'hui je partage avec vous mes premiers pas dans le monde des globe-trotteurs en espérant pouvoir vous donner le goût de ma plus grande passion et, pourquoi pas, de vous faire embarquer avec moi vers d'autres horizons et d'autres cultures.

Si la question de partir vous trottait dans la tête, que la curiosité de notre monde vous anime depuis toujours, mais que la seule chose qui vous retiens et vous fait hésiter est la peur de faire un choix qui vous emmène vers l'inconnu : vous êtes au bon endroit.

Et si vous n'avez pas l'âme d'un aventurier mais que suivre les périples d'une jeune globe-trotteuse à travers le monde vous anime d'une joie intense et incompréhensible : vous êtes aussi au bon endroit !

"Et si on partait ?" est un carnet de voyage me donnant l'occasion de vous emmener au-delà de votre train train quotidien. Au-delà du doute et des peurs qui pourraient vous freiner. Au-delà des préjugées et des stéréotypes de certaines cultures.

Je vous prend dans ma valise pour une durée indéterminée. Première étape : le Canada, où je vais vivre pendant 10 mois. On se retrouve dès mon installation pour découvrir la ville magnifique de Montréal qui nous réserve bien des surprises. En attendant, restez curieux et passionnés !

A très vite, Marine.

2
3 quartiers de Montréal : St Catherine (Quartier latin), le vieu port (Vieu Montréal) et le stade Olympique.  

Je pense être tombée amoureuse de la ville de Montréal dès mes premiers pas dans ses quartiers. Ils sont si différents les uns des autres, et pourtant une sorte de sentiment de convivialité se dégage de chacun d'eux. A peine arrivée, mes valises déposées dans mon nouvel appartement, je parti à la découverte du lieu qui sera pendant 10 mois mon nouveau chez-moi. Je compris alors très vite que Montréal allait encore beaucoup me surprendre...

Je pense que, pour bien connaitre une ville ou un pays, il ne faut pas simplement y être passé. Le tourisme ne suffit pas au voyage et à la découverte de nouvelles cultures. Il faut y habiter, vivre avec ses habitants, s’imprégner de leurs quotidiens jusqu'à devenir presque l'un d'eux. C'est ce que j'ai essayée de faire. Je ne voulais pas revenir en France et colorer le Canada sur ma carte du monde en me disant "avoir fais le Canada" comme si j'avais la prétention de penser avoir tout vue et tout compris de cette culture et de ce pays alors que je n'aurais même pas pris la peine de m'intégrer. J'ai laissée mes habitudes de côté : Mes tics de langage entre autres mais aussi et surtout mon ancienne alimentation (De toute façon si vous comptiez rester vivre au Canada et continuer de manger les fromages que vous aimez tant, soit vous avez un gros gros budget fromage, soit vous pouvez abandonner l'idée définitivement. Conseil d'amie.).

Montréal est l'une de ces villes où l'on ne s'ennui jamais. A chaque nouvelles saisons, elle change de visage et tout est à redécouvrir. On ne s'en lasse jamais. En été, elle s'illumine et prend des couleurs. La musique et les festivals prennent place en ses lieux. En automne, se sont les arbres qui se mettent a prendre des couleurs vivent et flamboyantes, à tel point que l'on croirait que la forêt prend feu. En hiver, la neige immaculée vous tombe dessus sans prévenir et s'installe pour quelques mois. Vous vous surprenez à découvrir des activités hivernales dont vous n'avez jamais entendu parler. Montréal a trois visages pour ses trois saisons. Non non, il n'y a pas de printemps à Montréal, ou du moins il n'est pas très bien défini. Quand le printemps s'installe en France et que votre famille s'extasie devant la montée de la température, vous pouvez encore passer 2 mois derrière votre fenêtre Montréalaise à contempler les flocons de neige tomber du ciel. Les Montréalais ne connaissent pas le printemps. Il peut très bien neiger le 5 mai puis faire 30 degrés le 15. C'est là toute la beauté de cette saison en ses lieux : l’imprévisibilité. (Nul ne sais comment il faut s'habiller une journée de printemps à Montréal. Deuxième conseil d'amie : si vous venez en vacances durant cette période, amenez des vêtements de toutes sortes : bottes de neige, tongs, parapluie, doudoune, hauts à manches courtes, gros pulls, shorts et pantalons de ski.).

Cela fait maintenant 9 mois que j'habite à Montréal. J'y ai vécu toutes ces saisons et chacune d'entre elles valent vraiment le coup ! Je suis passée partout, des endroits touristiques aux lieux des plus reculés. J'ai fais le plus de festivals possible et le plus d'activités que je n'en avait jamais faites dans toute ma vie. J'ai visité son bio-dôme, son planétarium, ses jardins, ses parcs, son vieu port, sa veille ville, ses cinémas, ses théâtres, ses restaurants et ses plats typiques. J'ai mangé des poutines et des pâtés chinois à n'en plus finir. J'y ai même appris a sacrer en Québécois et à (presque) le comprendre...

Mais aujourd'hui, ce qui ressors le plus de ces 9 mois de vie étudiante Montréalaise, ce n'est pas forcément toutes ces belles activités que la ville de Montréal m'a offerte, mais tous les gens que j'ai pu y rencontrer.

Je pense que ce que j'ai beaucoup appréciée à Montréal (et ce que j'apprécie toujours en ce jour), c'est cette sorte de melting pot qui réunit les gens. En marchant dans ses rues, vous croisez des gens de diverses origines formant au final une société homogène et soudée. Ici, les gens ne semblent pas connaître le mot "racisme". Ils vivent sans se demander d'où viens leur voisin et te tendrons la main peut importe la couleur de ta peau, ta religion ou ton orientation sexuelle. Ici, les gens viennent de partout dans le monde que ce soit à l'Université ou dans les rues, j'ai croisé des gens des quatre coins du globes; et je trouve ça tellement enrichissant de croiser tellement de cultures différentes. Ici, les gens ne se cachent pas et ne se sentent pas jugés de leurs différences car ils ne sont pas considérés comme étant différents. Ici, les gens utilisent leurs différences comme une force et non comme une contrainte. Ici, les gens sont conviviales et altruismes; ils prennent le temps de vivre sans empressement et sans stress. Du moins, c'est ce que j'ai ressenti dès mon arrivée ici.

Je n'oublierai jamais toutes ses belles rencontres. Toutes ces personnes qui, québécois ou non, m'on appris énormément et m'on certainement changé à tout jamais. Ces professeurs qui m'on poussés toujours plus vers l'avant et qui m'on forgé un avenir. Ces professionnels qui m'on ouvert leurs portes et qui m'on donnés une chance alors que je n'avais aucune expérience et rien pour leur prouver mes compétences. Ces étudiants qui se soudent et s'entraident en prenant du temps l'un pour l'autre. Ces passants qui ne te laisserons jamais dans la détresse sur un trottoir. Et toutes ces personnes qui sont devenus mes amis avec le temps et qui m'on fais vivre des moments incroyables.

Partir à l'étranger est une expérience inoubliable qui passe à travers vous, qui vous transperce et vous change pour toujours; dans le bon sens du terme. Je n'oublierais jamais Montréal. Comme on dis ici :"Je me souviens". Comme quoi, le Québec porte bien sa devise...

On se retrouve bientôt pour découvrir le Québec ensemble. Ma valise reste grande ouverte pour vous emmener avec moi. Installez-vous confortablement, le voyage ne fait que commencer. En attendant, restez curieux et passionnés !

A très vite, Marine.