«Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine...elle est mortelle.» Paulo Coelho
Du 10 au 27 août 2017
18 jours
Partager ce carnet de voyage
J1
soirée

Avant de commencer mon récit, je dois vous expliquer le choix de notre voyage afin que vous évitez de nous juger sur certains aspects !

D'abord, lorsque nous avons fini par choisir une destination puis une date, nous étions déjà à moins de deux mois de la date de départ. Nous devions nous dépêcher de boucler nos billets d'avions si nous ne voulions pas voir les prix augmenter. Ainsi, nous n'avons pas vraiment pris le temps de nous informer sur le pays. Ce n'est qu'après que nous avons fait une recherche simple pour découvrir que le mois d’août était la pire date pour visiter le pays... OUPS! Le mois le plus chaud et le plus touristique...youpi ?!

Ainsi, le 10 août, nous avons terminé notre journée de travail et sommes arrivés chez, nous nous sommes regardé, et nous avons réalisé que ca y était, on pouvait enfin se permettre de s'exciter le poil de bras ! On était un peu nerveux..c'était trop facile pour être vrai ! Mes voyages précédents étaient tous préparés par des professionnels et des connaisseurs, celui-ci, nous l'avions préparé nous-mêmes à l'aide de deux petits livres guides. Je savais qu'on prenait certains risques, plusieurs risques en fait, mais nous avions envie d'aventure et de défis, alors nous y avons été avec ce qu'on croyait qui faisait le plus de sens.

Nous devions dormir un peu avant de prendre la route pour la nuit, mais vous comprendrez qu'on était beaucoup trop énervés pour dormir ! Donc, première étape: mettre de l'essence. Puis: direction Toronto.

J2

Ce ne fut pas la journée la plus excitante du voyage. Nous sommes arrivés beaucoup trop d'avance à l'aéroport de Toronto, alors nous avons eu le temps d'écouter un film avant que notre comptoir pour s'enregistrer n'ouvre. Cet aéroport est muni de stations pour s'enregistrer nous-mêmes en quelques minutes à peine, ce qui nous permet d'éviter la file de deux heures au comptoir. On n'a eu qu'à faire la mini file de 10 personnes pour faire enregistrer nos bagages, puis, direction les douanes. Ce n'était pas très achalandé, alors cela a dû nous prendre un gros 30 minutes pour passer de l'autre côté, du moment où l'on a cherché notre comptoir d'enregistrement à celui où l'on était rendu de l'autre côté en train de commander une bonne bière. On n'a pas réussi à tuer beaucoup de temps, et nous étions encore trois heures d'avance sur notre vol, mais il y avait plein de restos, boutiques et coins repos pour nous divertir au moins. L'aéroport de Toronto est réellement simple à comprendre et est très confortable !

Le soleil commence à se coucher, notre avion est arrivé, l'embarquement commence et on notre cœur se met à pomper. On part, pour de vrai, on part !

J3

Un petit vol de 9h38 de nuit. On n'a pas vraiment dormi encore, il faisait froid, il y avait des bébés qui pleuraient sans cesse, des enfants qui criaient, et on s'entend, un banc d'avion c'est loin d'être confortable... alors je vous le dis, 10 heures de vol, C'EST LONG LONGTEMPS ! On est arrivé à Athènes vers 9h30 AM et notre premier commentaire fut «ah mais la température est agréable, c'est pas trop lourd on va vraiment être bien»...on était encore naîfs et innocents...

On a cherché longtemps du WiFi pour savoir comment passer de l'aéroport à notre hôtel pour s'enregistrer. Une des premières chose qu'on a appris de la Grèce: ce n'est pas parce que c'est écrit qu'il y a du WiFi gratuit, qu'il y a du WiFi tout court. Il y a des affiches partout pour identifier les points de WiFi, mais il n'y a que très rarement du WiFi pour de vrai... ce n'est que pour attirer les clients !

Alors, pas de WiFi pour nous aider. Que notre «système d» pour se débrouiller. On a fini par comprendre qu'il y avait un métro pour se rendre de l'aéroport à notre quartier pour 10 euros (RETENEZ BIEN CET INFORMATION, JE VAIS Y REVENIR PLUS TARD DANS L'AVENTURE...).

Donc, on s'enregistre, on dépose nos bagages, on prend une bonne douche, on ouvre les rideaux pour voir l'aventure qui s'offre à nous et.....voilà ce qui s'offrait à nous :


Bon, ça a un peu brisé la magie du rêve hein...nous avons donc décidé de rattraper cela en allant visiter LE MUST de la place: l'acropole ! Wooooow, l'acropooooole ! MALADE ENFIN ! Faisait beau, faisait chaud, nous avons eu le droit à un petit tour d'autobus deux étages pour s'y rendre, c'était très agréable !

L'acropole en tant que telle est très impressionnante, surtout avec tous les câbles et les grues qui cachent à peu près tout...non mais sérieusement, c'était très imposant, très riche en détail et bien conservé ! En fait c'est si majestueux que j'arrivais à peine à prendre l'ensemble d'un même bâtiment en photo comme vous pouvez voir.

**hey petite anecdote comme ça, il y en a de la grue en Grèce, il y en a plein les côtes maritimes, plein les chantiers de construction, plein les rues, MAIS ON N'EN A JAMAIS VU UNE SEULE BOUGER ! JAMAIS ! Mystère...

**deuxième petite anecdote: IL NE FAUT PAS TOUCHER LES MURS SUR L'ACROPOLE !!!!!!! Sérieusement...même quand une petite fille a touché la fenêtre de la résidence royale au Danemark les gardes n'étaient pas aussi impressionnants que les employés sur l'acropole (voir le carnet sur mon voyage en Scandinavie pour comprendre la blague). J'ai eu la chance de prendre en photo une touriste qui s'est risquée de toucher une belle poutre quelques secondes avant son exécution publique (bon ok pas une exécution publique physique lô mais elle devait se sentir bien petite dans ses shorts quand l'employé a eu fini de lui crier après ).

Donc, l'acropole, un must ! C'est le site le mieux conservé que nous avons visité, c'est grand, c'est vaste et c'est rempli de monuments diversifiés. Cependant, petit conseil si vous désirez visiter ce site un jour: tsé lâ les petits vendeux de cossins en bas de la côte qui vendent des bouteilles d'eau à 4 euros ? Crois-moi, t'as envie de lui en acheter une. Parce que d'en bas ça n'a pas l'air si pire monter la petite colline pour arriver sur le site principal en haut, mais à 40 degrés avec un soleil plombant et aucune ombre à l'horizon, je te jure que ce n'est pas facile. Sérieusement, j'ai fait un coup de chaleur cet après-midi. Nous nous étions acheté un 2 litres d'eau, et nous n'en n'avions pas eu assez pour monter le site seulement. FA CHAUD LÀ-BAS OK ? Comprends bien cela...

Donc voici ma belle face rouge coup de chaleur devant l'Acropole:

Et voici ma belle face rouge coup de chaleur qui fait semblant d'observer le paysage avec passion alors qu'en fait elle profite de la pause pour reprendre son souffle:

Après notre visite, nous sommes revenus à notre hôtel à 50 piasses et je me sentais déjà nostalgique de mon pays alors nous avons été manger au McDonald's le plus proche! Ceux qui me connaissent le savent: je suis une grande gourmande. Je me suis donc donné un défi personnel à travers mes voyages: manger du McDo dans le plus de villes possible !!!! C'est fou mais ça me permet de visiter un autre élément culture des pays. Il y a toujours un menu de la place qui n'est pas disponible ailleurs. Par exemple, en Grèce, il y avait des McGiros ! J'ai donc pu rajouter Athènes à ma liste d'exploits (YEAAAH) malgré que ce ne fut pas le meilleur McDo de ma vie (BOUUH).


**Anecdote: pour aller aux toilettes dans un restaurant en Grèce, il faut amener notre facture avec nous sur laquelle il y a le code pour débarrer les portes. Ce qui fait qu'il y a souvent une file de gens qui attendent qu'un client du restaurant arrive pour débarrer la porte et aller aux toilettes.. (très efficace?!). C'est souvent aussi sur cette facture qu'on peut retrouver le mot de passe pour le Wi-Fi du restaurant (quand il n'est pas écrit en grec...). Bon ok cette anecdote n'était pas tellement drôle...

Après notre beau petit souper en amoureux, nous nous sommes promener dans la ville pour profiter de la température un peu plus régulière. En effet, en plein après-midi, la chaleur extérieure est insupportable ! En soirée, on est plus confortable, malgré que le plus frais qu'on ait eu du voyage était de 28 degrés celsius...Donc, nous avons visité Athènes à pied: CHARMANT !

J4

Dès le début de notre planification de voyage, nous voulions absolument aller visiter Sparte. Suite à quelques recherches, nous avons appris que cette ville n'était pas des plus touristiques, et qu'il ne restait plus rien des légendes de Sparte et ses guerriers, mais les attractions nous attiraient bien. Ce fut d'ailleurs mon coup de cœur du voyage !

Donc, 13 août au matin: apprendre comment fonctionne le bus de ville pour aller prendre le bus de voyage.

**les billets de bus se vendent dans des salons de coiffure à Athènes...faut le savoère hein?

**Lors de notre petit voyage en autobus, je me suis fait crié dessus par une vieille Grecque. Ça lui a pris comme ça un moment donné. Je n'ai jamais compris pourquoi, mais je crois que je me faisais défendre par les autres passagers ! Ils sont si charmants ces Grecs.

**Lorsqu'on achète un billet d'autobus, on n'a pas de siège attitré. Il faut se dépêcher à arriver pour avoir droit à un siège, parce qu'autrement on doit se tenir debout ou, si l'on est chanceux, on a droit à un petit banc de plastique pour s'asseoir au milieu de l'allée. Parce qu'ils ne comptent pas le nombre de billets vendus, tant que ça rentre, ça rentre...

Arrivée à Sparte, nous nous sommes fait des amis Français pour la journée ! La plupart du temps, lorsqu'on croisait des Français, ils ne comprenaient même pas ce qu'on leur disait... mon copain a déjà essayé d'entamer une conversation avec un d'eux et s'est fait répondre après quelques minutes: ''Sorry I don't speak english''. (Cooool, bin coooool)

Donc, première journée, nous avons visiter le centre ville et nous avons profité du non-tourisme de Sparte. C'était tout qu'un clash entre Athènes et cette ville. À Sparte, les commerçants étaient tous surpris de nous voir et s'intéressaient beaucoup à nous. C'était très charmant (POUR DE VRAI CETTE FOIS). D'ailleurs, on s'est fait très amis avec une dame qui travaillait dans une pâtisserie (parce que là-bas, il y a des pâtisseries et des cafés aux 200m...). Elle nous conseillait des produits, nous en offraient et essayait de parler anglais avec nous, alors que nous essayions de parler grec avec elle !

Une place centrale accueillante, une ville toute en fleurs et en plantes. 
L'imposante statut de Leonidas (le preffff de mon copain).  

En soirée, nous avons découvert la vieille ville de Sparte, UN COUP DE COEUR! Un très grand site de ruines, accès gratuit, où l'on est libres de visiter comme on le souhaite. On pouvait s'asseoir dans l'ancien théâtre, monter les vieilles marches des temples..WOW ! En plus, nous y sommes allé alors que le soleil commençait à se coucher, ça a rendu le tout encore plus magique.

J5

Nous voulions aller visiter Mistra et sa citée byzantine le matin, afin d'avoir le plus de temps possible pour admirer le tout, mais nous nous sommes fait conseillé par la dame à l'administration de notre hôtel d'attendre le soir pour que la température baisse étant donné que c'est une visite en montagne qui demande beaucoup d'escalader.

Donc, en attendant que le soleil se calme, nous avons poursuivi notre visite de la belle ville de Sparte et avons été visité notre musé le plus preff de tout le voyage: le musée de l'olivier. Eh oui, on est en Grèce, faut bien s'attendre à ce qu'il y ait de tout par rapport aux olives ! C'était un tout petit musé, mais le contenu était des plus intéressants.

**anecdote: N'ACHETEZ JAMAIS DE SAVON FAIT À LA MAIN À BASE D'HUILE D'OLIVE. Nous avons vu une démonstration du procédé...c'est écœurant ahah ! En fait, ils font bouillir du lait avec des olives, et c'est la croûte caillée sur le dessus qui est utilisée pour faire le savon... je vous jure que c'est encore plus écœurant que ça en a l'air! **J'en ai quand même acheté une barre en souvenir pour ma grand-mère...

La soirée enfin arrivée, nous avons appelé un taxi pour se rendre sur le site de Mistra, l'ancienne cité Byzantine. COUP DE COEUR ! ET DE LOIN ! Je ne pensais pas que c'était pour être si grand, si bien conservé. On se sentait à l'époque, carrément. Le site comprend la ''ville basse'' et la ''ville haute''. Nous avons commencé par le haut, parce que le taxi nous permettait d'éviter de monter un kilomètre en montagne. Nous avions tout de même à monter pendant près de 45 minutes de vieilles escaliers menant vers le château supérieur. La vue: WOW WOW WOW WOW WOW ! On n'était pas dans les nuages, mais presque.

**On s'est fait amis avec une petite famille d'Américains. Lorsque le père s'est approché des murs extérieurs, il s'est écrié ''What the f*** are we doing here ? Where's the beer I deserve a f****** beer.''. Cela m'a tellement fait rire, je le comprenais, on n'avait que visité la moitié du site et on était raides morts.

Pour visiter la deuxième partie du site, il fallait descendre dans la montagne. Un petit sentier marqué de vieilles escaliers de pierre de l'époque.

**Au centre, un groupe de moines et de religieuses ont pris possession d'une vieille église et ses alentours. Ils y vivent, y travaillent. Il y a une petite affiche qui nous avertit d'être correctement vêtus si l'on veut visiter leur place. Je n'était pas ''correctement'' habillée, alors je n'ai qu'observé le tout de loin, mais je peux vous affirmer qu'il y avait vraiment beaucoup de chats...

Nous étions pratiquement seuls pour la visite, et cela a rendu le tout encore plus magique !

**on s'est ami avec un petit âne, on l'a appelé Gaston. Gaston nous a suivi pour la fin de notre visite ! Ensuite, chaque fois qu'on voyait un âne, on disait que c'était Gaston qui nous avait suivi..

J6

Petit journée à rien faire. Adieu à nos amis spartes, retour vers Athènes en autobus (c'est drôle sur le billet ça disait que c'était un voyage de 6 heures... ça nous en a pris 3), chiller à Athènes parce qu'on est arrivés beaucoup trop tôt et qu'avec nos sacs à dos on ne pouvait pas aller partout, puis, LE MEILLEUR BOUT, essayer de se retrouver dans le port du Pirée. Nous devions prendre un Ferry de nuit pour traverser jusqu'en Crète, mais le port Le Pirée est le plus important et le plus achalandé de la Grèce, alors, gros défi, essayer de ne pas se faire rouler dessus ! On a fini par apprendre que les portes du bâteau ouvraient 3 heures avant le départ, alors, en attendant, nous nous sommes assis sur le trottoir comme de pauvres touristes (parce qu'on était de pauvres touristes...).

Dès que les portes ont ouvertes, nous nous sommes dirigé vers l'intérieur: LE TITANIC TOÉ CHOSE. Je n'avais jamais pris de bateau aussi gros avant, et nous sommes restés bouche-bée devant toute la richesse de celui-ci. Nous nous étions gâtés: cabine privée pour deux avec souper 1 millions de service. Un petit valet qui nous dirige jusqu'à notre cabine (C'ÉTAIT LA PREMIÈRE FOIS DEPUIS LE DÉBUT DU VOYAGE QU'ON SENTAIT ENCORE BON APRÈS NOTRE DOUCHE). Il y avait une piscine, un cinéma, trois ou quatre restaurants et bars, el gros luxe tsé.

Un petit coucher de soleil en quittant le port pour combler le tout!

J7

Nous sommes arrivés très tôt le matin à Héraklion sur l'île de Crète. Nous avons déjeuné sur le quai devant le lever du soleil et l'île à l'horizon.

**Quand on a annoncé à notre monde qu'on partait en voyage en Grèce en août, deux amis nous ont répondu: bin caline nous aussi ! Le meilleur ami de mon copain visitait le pays en même temps que nous sans qu'on ne s'en ait parlé avant ! Le chances ?! On n'avait donc pas le choix de se croiser au moins une journée durant le voyage. Ce qui nous a amené à Héraklion, en Crète, avec une caisse de bière sur le bord de plage.

Nous avons rejoint nos amis dans leur appartement loué à 3km du port. Nous avions décidé de le faire à pied malgré nos sacs lourds parce que la ville était vraiment unique, très portuaire et des vues à couper le souffle! Lorsqu'on est arrivé, nous avons décidé que nous allions aller explorer une plage à proximité. Nous avons cherché le moyen de transport le plus efficace: le bus, qui était situé à côté du port. Et hop un autre petit 3 km à pied, en gougoune...

Un petit déjeuner dans un resto sur la plage, un petit vers d'Ozzo offert par la maison (un alcool souvent donné aux touristes) et hop on va se faire griller !

Agia Pelagia 

Notre première fois dans l'eau de mer, c'est beaucoup plus salé qu'on peut se l'imaginer ! Il y avait aussi des petits poissons qui mordaient, biiiin de l'alcool partout, d'ailleurs avec la chaleur je me suis rapidement retrouvée molle après mon deuxième verre seulement !

**J'ai brûlée. Classique. J'ai oublié de mettre de la crème solaire et j'ai brûlée solide.

Nous avons également dîné sur la plage. Un bon petit repas, nous avons essayé beaucoup de spécialités conseillées par le chef. Nous avons appris cette journée-là qu'il fallait vider nos assiettes en Grèce. On se faisait offrir un dessert quand on finissait nos assiettes, mais si l'on ne le faisait pas, on se faisait regarder croche par les serveurs, voir chialer dessus...malaisant.

J8

Journée en amoureux à Héraklion. Nous savions que la principale attraction était la forteresse du Old Venetian Port, alors nous nous sommes dirigé par là dès le matin. En chemin, nous avons choisi une rue qui semblait très vivante et nous nous sommes rendu compte que c'était un marché qui traversait pratiquement la ville et qui terminait avec la vieille forteresse du port. Quoi de mieux ? Plein de petites boutiques de produits différents, de belles églises et fontaines en chemin.

Finalement, la belle forteresse avec de grosses vagues qui frappent sur les côtes. Un autre moment magique ! J'ai peu de photos par contre, parce que c'était un tit peu interdit oupsi...

J9

Déjà la fin de notre petit périple en Crète, maintenant nous devions prendre le bateau vers Santorin. Notre Ferry était beaucoup moins intéressant que celui que nous avions pris pour arriver à Héraklion, mais bon c'était efficace.

Arrivés sur Santorin, nous nous sommes mis à paniquer immédiatement. C'était peuplé, très peuplé. On s'est fait envoyé à un petit comptoir pour un taxi, on ne comprenait rien de ce qui se passait puis finalement on a suivi un monsieur qui nous a amené à notre villa en ne regardant jamais la route...il était sur son cellulaire constamment !

Nous avions une petite villa dans un quartier moins populaire, mais nous étions à proximité d'une des plus belles plages de l'île ! Une plage de sable noir (dû au volcan à proximité). Il y avait une filée de restaurants sur la plage, pour tous les goûts ! Notre préféré était celui qui servait une variété de crêpes MIIIAAMM !

J10

C'était le temps du classique petites maisons blanches sur le bord de la falaise !Nous nous étions loué une moto pour traverser l'île, belle expérience, mais très stressante. Ça conduit mal là-bas !

J11

Nous sommes restés sur Santorin jusqu'au 22 août, alors les trois dernières journées furent à relaxer sur la plage et en ville. Nous avions d'abord prévu visiter les petites îles aux alentours, mais nous avons un gros ''down'', nous n'avions plus envie de rien faire sauf relaxer.

J13

Un petit Ferry rapide vers Le Pirée, puis un métro vers Athènes et dodo à Athènes parce que tout le voyage fut un peu dur sur le corps et les trains vers notre prochaine destination n'étaient que disponibles en matinée.

J14

Un petit tour de train vers Kalambaka, au nord de la Grèce. Train pas confortable du tout mais pas cher du tout non plus, alors on endure...

Kalambaka= wow ! Une toute petite ville trop charmante, tellement différente des autres destinations qu'on avaient visitées. Des toits rouges ! Bin oui, pas bleu, pas blanc, rouge, en Grèce. Ça faisait différent, et c'était rafraîchissant.

Nous avions choisi cette destination pour son attrait incontournable: les Météores. Il n'y a pratiquement rien d'autre à visiter dans les alentours, alors nous avons profité de la fin de notre voyage pour se payer du luxe à l'hôtel avec le confort d'un petit ''resort''. Nous avons donc habité cette ville du 23 au 26 août, et n'avons pris que la journée du 24 pour aller visiter les Météores. Les autres journées nous les avons passées sur le bord de cette belle visite avec cette belle vue incroyable:

Le 24: journée des monastères.

Les Météores, c'est une formation géologique unique dans le nord de la Grèce qui a été monopolisée par des moines religieux pour sa situation géographique et sa ''proximité aux cieux''. Il y a en tout sept monastères à visiter, mais il y en a toujours un de fermé, en alternance, pour entretien. Ainsi, cette journée-là, nous avons choisi les deux plus impressionnants qui étaient ouverts et nous en avons eu plein les yeux. Nous avions pris un service personnalisé d'accompagnateur. C'étaient deux hommes, un qui conduisait et l'autre qui nous parlaient du site et des histoires et légendes à propos de la formation géologique et de la construction des monastères. Nous étions libres lors de la visite de ceux-ci, alors c'était très romantique, malgré que les sites étaient bondés.

Suspendu dans le vide 

**anecdote: il faut une jupe longue pour visiter les monastères. NO JOKE. Les filles, n'essayez même pas de vous faufiler, vous allez vous faire crier dessus et regarder croche par toutes les femmes grecques que vous allez croiser...et je parle par expérience malheureusement.

J17àJ18

Eh oui, encore un retour vers Athènes, mais, cette fois, c'était le dernier...

Un trajet en train dans les plus beaux décors pour conclure le voyage. Un peu nostalgiques, mais en même soulagés de bientôt retrouver le confort de la maison. Une dernière journée avec les sacs à dos sur le dos, une dernière journée à profiter du soleil grecque... et des cafés grecques !

Nous avons quitter l'hôtel le plus tard possible, mais notre train décollait en soirée, alors nous avions l'après-midi à tuer avec nos backpacks sur le dos ! Évidemment, plus capables des musées, plus capables des visites, plus capables de la piscine, nous avons donc profité de la ''vida grecquo''. Un après-midi à flâner de cafés en cafés, de crèmeries en crèmeries, à magasiner les derniers souvenirs et à traîner dans les parcs publics. Un moment bien marquant malgré tout.

Au soir, dodo près de la gare de train et de métro, un dodo bien mérité pour être prêts à décoller le lendemain...

et Hop dans le métro pour se diriger vers l'aéroport.


********VOUS VOUS SOUVENEZ DU 10 EUROS DU DÉBUT DONT VOUS DEVIEZ VOUS SOUVENIR POUR LA MEILLEURE ANECDOTE DE TOUT CE VOYAGE ?!?! C'EST LE TEMPS DE VOUS LE REMÉMORER...

Un billet de métro coûtait dans les alentours d'un euro et 40. Tout le long du voyage, nous nous étions dit que nous nous étions fait avoir lors de notre première journée quand on avait payé 10 euros de l'aéroport..........maiiiiiis......en fait, c'est moi qui était perdue ! Lorsque nous sommes partis de la gare de métro près de notre hôtel, nous avons payé 1euro40 comme nous l'avions fait si souvent. Durant le trajet, nous avons dû changer de train pour se rendre vers l'aéroport, mais pas de station. Nous trouvions cela bizarre, cela ne se faisait pas tellement dans notre pays. Il restait trois arrêts avant d'arriver à l'aéroport, 3 chances de sortir...

Un moment donné, je me suis mise à regarder les affiches sur les murs en grecque. La même affiche décorait les moindres centimètres des murs, impossible de la manquer. L'une d'elle, toute petite, était traduite en anglais et disait brièvement : Vous devez avoir en main un billet de métro avec l'extension vers l'aéroport à 10 euros ou vous aurez une amende de 10 fois le montant de ce billet. QUOI ??!! oups..nous n'avions pas ce billet ! Il nous restait une station avant d'arriver, une dernière chance de débarquer, mais nous étions pressés dans le temps alors j'ai décidé que nous allions prendre le risque de se rendre à l'aéroport sans ce billet. Il n'y avait pas de contrôleur dans le train, je pensais que nous allions nous en sortir. Et en effet, nous avons réussi à arriver à l'aéroport sans interruption, mais...

Arrivés à l'aéroport, première chose qui nous attend: DES CONTRÔLEURS !! (ta ta ta taaaa *petite musique de film d'horreur*). On ne pouvait pas s'en sortir, ils étaient devant les portes de sortie et vérifiaient les billets. EH MERDE. Mon copain était fâché, m'en voulait, avait envie de me lancer sur un garde et partir en courant en m'abandonnant derrière.

Pendant qu'il bouillait intérieurement, je faisais semblant de chercher mon billet dans mon sac pour gagner du temps. Nous pouvions attendre que le train reparte et y embarquer pour aller payer un billet à la première station, ou bien jouer les touristes qui ne comprennent rien...Et là, fruit du miracle, j'ai eu une brèche: un touriste qui n'avait pas son billet s'est fait prendre par un garde. Ils se sont déplacés, à peine d'un mètre ou deux de la porte de sortie. Ça y était, ma chance, mon unique moyen d'éviter une amande de 200 euros (soit un peu plus de 300$ canadiens..). J'ai pris mon copain par le bras et nous nous sommes faufilés dans cette brèche, comme si de rien était. Personne ne nous a remarqué, personne ne nous a couru après, personne n'a reçu d'amende !

Petit plaisir coquin: j'ai passé à côté d'un garde à peine quelques secondes plus tard, alors que je disais à voix haute à mon copain: Yeaaaah on a passé sans nos billets ! Le garde n'a jamais compris ce qui venait de se passer... je me sentais si mal !


Après cette petite péripétie, nous avons entrepris le long trajet de retour à la maison, encore plus énervés de rentrer et de laisser le stress derrière nous !