Carnet de voyage

Road trip familial en Sardaigne

16 étapes
2 commentaires
1
Par Licare
Deux semaines en petit camping car et en famille. Randonnées, baignades, visites culturelles sur une île très accueillante !
Mai 2014
16 jours
Partager ce carnet de voyage

Nous aimons bien partir au soleil de la Méditerranée au printemps.

De préférence avec notre petit fourgon camping-car et une petite tente.

Et idéalement, sur une île, si possible alliant nature et culture.

Bref, la Sardaigne nous tendait les bras !

Parcours et activités

Difficile de visiter toute la Sardaigne en 2 semaines, surtout si on veut randonner et se poser un peu. Nous avons volontairement évité la côte nord, très touristique et un peu bling-bling. Nous savons que nous avons loupé des superbes paysages, mais tant pis : ce sera pour une autre fois.

Nous avons donc fait le tour de l'île du nord-ouest au nord-est dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, avec quelques incursions dans l'intérieur de l'île. Avec nos ados, nous avons alterné randonnées et visites.

Parmi les visites les plus marquantes et atypiques, notons la ville de Carbonia et sa mine de charbon, les villages industriels fantômes de la côte sud-ouest, quelques grottes superbes et bien sûr les Nuraghe. 👍

Et côté randos, notre top 3 est constitué de la magnifique descente vers la Cala Goloritze, la grimpette sauvage jusqu'au site de Tiscali et le canyon d'Oridda jusqu'au pied de la Cascata Piscina Igras. 💗

• • •

En ce samedi de vacances de printemps, nous voilà donc partis en direction de Gênes, pour un embarquement sur le ferry en fin de journée et une traversée nocturne jusqu'à Porto Torres. Cette traversée marque le vrai début des vacances : repos "forcé" sur le bateau et dépaysement au milieu de la Méditerranée 👍.


Carnet pratique

- traversées Gênes - Porto-Torres et Olbia - Gênes en ferry : prix très abordable en avril-mai

- nuits dans des campings, encore quasi déserts quand ils sont ouverts, car la "saison" commence vraiment mi-mai ; quelques nuits en "sauvage", par exemple au départ de randonnées

- pique-niques le midi, repas du soir au camping ou au resto où les prix sont très abordables et la nourriture excellente

- début mai, la mer est encore fraîche, mais nous avons pu nous baigner en fin de séjour

- température idéale pour les randonnées en cette saison

27
avr

Nous débarquons à 8h à Porto Torres. C'est dimanche. La ville est vide, l'église est pleine : nous n'e verrons que l'extérieur.

Il fait beau, donc nous préférons rouler le long de la côte plutôt que de visiter la ville de Sassari. C'est parti !

Premier arrêt tout au bout du cap situé au nord-ouest de l'île pour admirer la Torre della Pelosa. Le cadre est très sauvage et le vent terrible !

notre van sur la plage   -   et la Torre della pelosa 

Nous poursuivons le long de la côte jusqu'à Argentiera, notre premier "village minier fantôme".

Après le pique-nique, nous repartons vers le Site Nuragique de Palmavera. Les nuraghe sont des constructions de pierre en forme de cône tronqué, typiques de la Sardaigne. On estime que la Civilisation Nuragique demeura sur le territoire sarde de l’Âge de Bronze au 2ème siècle avant J.C. . À Palmavera, outre les constructions, on trouve un vaste champ de tombes dans lesquelles on peut descendre, ce dont nous ne nous priverons pas.

Nous reprenons la route vers le camping d'Alghero où nous ferons étape pour la nuit.

En toute fin d'près-midi, nous allons faire un tour dans la vieille ville d'Alghero, mais la balade sera écourtée par un ciel menaçant ! Soirée tranquille au camping pour finir cette première journée.

Alghero 

Bilan de cette première journée

Pour un premier contact, nous aurons eu un aperçu de plusieurs facettes typiques de la Sardaigne : côte sauvage, ventée et déserte, site nuragique, archéologie industrielle. Nous retrouverons ces particularités plusieurs fois au cours du voyage !

28
avr

Le soleil est au rendez-vous ce matin, donc malgré le vent, nous allons vers le Parc Naturel régional de Porto Conte. Là, nous espérons visiter la grotte de Neptune, mais elle est fermée aujourd'hui à cause du vent.

Nous faisons donc une chouette randonnée jusqu'à la Torre della Pegna. Le chemin grimpe dans la garrigue et rejoint le haut de la falaise, d'où les vues sont superbes.

La végétation printanière est très chouette et variée.

Fin de journée tranquille à la plage et au camping

29
avr


Ce matin, nous rejoignons la Grotte de Neptune qui a ouvert malgré le vent. Il faut descendre d'immenses escaliers pour atteindre l’entrée située au niveau de la mer, qui s'y engouffre lorsqu'elle est agitée.

C'est une jolie grotte, assez bien concrétionnée, et dont l'originalité est d'être partiellement inondée par la mer.

Après cette visite, nous reprenons la route côtière vers le sud, mais un éboulement nous contraindra de passer par l'intérieur des terres et le village de Montresta, où nous trouverons une boulangerie pour acheter le pique-nique. Nous y verrons aussi nos premiers "murales", encore une spécificité Sarde.

Notre étape suivante sera pour la petite ville de Bosa. Nous grimpons par les petites rues jusqu'au château d'où la vue est superbe.

Nous redescendons par les ruelles en admirant les maisons colorées, buvons un verre sur une petite place agréable, flânons le long des berges de la rivière pour de jolies vues sur la ville et le château. Bref, une très chouette visite !

Nous roulons encore 70 km jusqu'à notre étape du soir, au camping Is Aruttas, au bord de la mer.

Bilan de la journée

Un peu déçus par la Grotte de Neptune.

Coup de cœur pour la petite ville de Bosa 💗

30
avr

Ce matin, nous visitions le site archéologique de Tharos, situé à quelques kilomètres du camping.

La ville romaine était grande. On en voit essentiellement le Cardo Maximus (la rue principale), les thermes et quelques colonnes.

Le site est dominé par une tour espagnole au sommet de laquelle nous grimpons pour une jolie vue.

vue sur la presqu'île de Sinis 

À la sortie du site, nous visitions la jolie église byzantine avant de pique-niquer au milieu des fleurs.

Nous reprenons la route vers le village de Barumini à l'intérieur des terres, jusqu'à l'un des sites nuragiques les plus importants de Sardaigne : Su Nuraxi, classé au patrimoine mondial de l'Unesco date des âges du bronze et de l'âge du fer. La visite est guidée. On grimpe d'abord au sommet du nuraghe principal, d'où l'on peut admirer les environs, mais aussi les restes des différentes maisons, toutes rondes.

Ensuite, la guide nous emmène dans les dédales du nuraghe : les couloirs sont très étroits et on finit par déboucher dans une cour où subsiste un puits. Dans la cour intérieure on observe aussi les constructions coniques typiques.

Après cette chouette visite, très ludique pour les enfants, nous reprenons la route vers le sud, toujours à l'intérieur des terres, jusqu'au départ de la rando du lendemain. Elle est un peu longue, donc c'est bien d'être à pied d'oeuvre dès le matin pour partir tôt. Nous trouvons un coin sympa pour poser le combi et passer la nuit.

1
mai

Levés tôt, nous plions le camp, allons nous garer sur le parking et partons en randonnée avant 8 heures. Nous avions programmé une rando en ce 1er mai parce que tout est fermé, mais si celle-ci est plutôt hors des sentiers battus par les touristes, elle sera sans doute fréquentée par les locaux.

Il s'agit de rejoindre la Punta Piscina Irgas en remontant le lit d'une petite rivière , le canyon d'Oridda, jusqu'au pied de la Cascata Piscina Igras. C'est parti, dans un cadre somptueux !

Rapidement, on longe de jolies vasques et de jolies petites cascades, qu'il faut parfois éviter en grimpant sur les bords du canyon... pour mieux redescendre un peu plus loin. On adore 💗 Le chemin n'est pas toujours facile à deviner : il faut bien suivre les cairns !

Nous sommes arrivés au fond du cirque, au pied de la grande Cascata Piscina Igras : superbe panorama. Au pied de celle-ci, un sentier grimpe raide vers le sommet.

Nous atteignons le sommet vers 10h30 d'où nous admirons la vue superbe en faisant une petite pause.

vue d'en haut sur la cascade 

Nous rejoignons notre point de départ en descendant un large sentier facile. Nous croisons énormément de monde. Pour notre part, nous avons fait la rando tout seuls et pique-niquerons là où nous avons dormi, au calme.

Nous reprenons la route vers la côte, en traversant de beaux paysages montagneux.

En milieu d'après-midi, nous arrivons au camping où nous nous installons avant d'aller nous balader dans les environs : les dunes de Piscinas.

Fin de journée cool à la plage, puis au camping.

Bilan de la journée

Superbe rando, pas si longue (9 km), avec finalement assez peu de dénivelé (400m) et très ludique 👍.

2
mai

Temps maussade et même pluvieux ce matin. Nous renonçons aux randonnées en bord de mer au profit de la visite d'une grotte : la Grotta di Su Mannau. Nous sommes à peine 8 avec le guide. Après une petite entrée où on retrouve des traces de présence humaine à l'époque préhistorique, on plonge dans l'immensité de la grotte.

Des grottes, nous en avons vu pas mal... Franchement, celle-ci ne nous a pas déçus ! Elle est immense, on plonge dans ses profondeurs par des escaliers métalliques au milieu des concrétions.

Après cette belle visite, nous repassons par Fluminimaggiore où nous faisons une halte. C'est le moment de vous parler de l'exploitation minière en Sardaigne.

Toute cette région recelait charbon, zinc, plomb... Au début du XXème siècle, et notamment sous le régime de Mussolini, l'exploitation minière battait son plein, avec des conditions de travail épouvantables pour les mineurs. Il en reste des vestiges d'installations, des musées, mais aussi des peintures murales dénonçant les accidents du travail ou la répression Mussolinienne.

en haut à droite, on lit : " 1922 : Flumini si ribella alla violenza fascista"

Nous reprenons notre route vers la côte, jsuqu'au village de Buggerru au fond de son vallon.

Le temps s'éclaircit un peu, permettant une petite balade sur les hauteurs entre les villages de Buggerru et Masua.

Inconvénient des visites hors saison : pas mal de musées sont fermés : nous ne pourrons pas visiter la galerie minière de Masua. En revanche, à proximité, nous rejoignons le site de Nebida : ancien centre minier où l'on peut voir d'anciens lavoirs de minerai. Celui-ci surplombe la mer de façon impressionnante !

Nous trouvons un coin désert en hauteur au dessus d'une plage pour poser notre combi pour la nuit.

Bilan de la journée :

Il y a toujours une journée maussade quand on part fin avril en Méditerranée... Nous espérons juste que ce sera la seule ! Nous avons donc du renoncer aux randos mais les richesses souterraines et culturelles de la région nous ont comblés !

3
mai

Après une nuit tempétueuse (vent en rafales et pluie !), le temps est encore bien maussade ce matin. Nous nous dirigeons donc vers Carbonia.

Cette ville fût créée de toutes pièces par Mussolini, qui décida d'exploiter les ressources minières de la région suite au boycott économique de l'Italie fasciste. L'architecture est donc digne de celles des dictatures, froide et imposante.

À proximité, la mine se visite. Extérieurement, le site est "dans son jus". À l'intérieur, on commence par visiter librement une expo présentant les objets utilisés par les mineurs et expliquant l'exploitation minière locale. C'est très bien fait et mis en valeur.

À l'heure dite, un guide nous emmène dans les profondeurs de la mine, où l'on découvre l'évolution des techniques d'extraction du charbon au cours des âges. Il explique aussi que sous la dictature, étaient envoyés ici les prisonniers politiques, les dissidents, les homosexuels... affectés à l'extraction du charbon sans machine, dans les plus petits boyaux. Beaucoup y mouraient...

Après cette visite instructive, qui nous a bien plu, le temps s'est éclairci. Nous rejoignons la côte pour le pique-nique et une balade en bord de falaise.

Nous reprenons ensuite la route vers le sud, jusqu'au camping de Portu Tramazou, sur la cote sud. Nous trouvons un emplacement surplombant la mer et une grande plage. Ici, la mer est calme et il n'y a pas de vent : notre fils ne résiste pas à l'envie de se baigner !

Bilan de la région sud-ouest de la Sardaigne :

Nous sommes loin d'avoir tout exploré dans cette région ! Y séjourner 4 ou 5 jours doit être agréable, alternant plages, tourisme "industriel", visites de villages, randonnées. 👍

4
mai

La journée ne commence par un petit déjeuner au bord de la mer. Le pied ! 👍 On était bien tout seuls dans ce petit camping !

Ensuite, le début de matinée n'est pas conforme au titre de cette étape : en effet, nous prenons la route côtière, qui offre de superbes vues sur la Costa del Sud, épargnée par le béton...

photo de droite : sur la plage, des vaches !  

... jusqu'à une plage de rêve. Où les plus courageux d'entre nous décident de faire trempette.

Nous reprenons la route vers le site archéologique de Nora.

À proximité, il est possible de découvrir des vestiges romains sous marins en palmes-masque-tuba, mais le ciel se couvre 😦 . Après le pique-nique, nous reprenons la route vers la capitale toute proche : Cagliari.

Nous nous baladons dans la ville, visitons la cathédrale, dégustons une glace en admirant la vue panoramique sur la ville...

En fin d'après-midi, nous reprenons la route vers l'est. La côte est plus urbanisée : on devine beaucoup de résidences de vacances dans ce secteur, mais ce n'est pas trop laid.

Nous nous posons dans un grand camping "les pieds dans l'eau" à Villasimius. Le soir, nous trouvons un petit resto où nous dégusterons d'excellents poissons !

5
mai

Notre journée commence par une balade en bord de mer à proximité du camping.

Nous prenons ensuite la route vers le nord, avant de grimper dans les montagnes de l'Ogliastra, où des villages s’accrochent sous des barres rocheuses. Sur ces petites routes, personne ! Sauf quelques troupeaux ! C'est très beau et surtout très sauvage.

Nous nous arrêtons au Bosco di Selene : aire de pique-nique, quelques ruines de nuraghe et quelques rochers pour faire de l'escalade à l'ombre des chênes verts.

Après une balade en sous-bois, nous reprenons la route vers Arbatax. Belles vues panoramiques sur la côte depuis les hauteurs.

Encore une petite balade au bord de la mer à Arbatax.

Et nous grimpons de nouveau vers le village de Baunei au dessus duquel se trouve une aire de camping, sur un grand plateau au dessus de la mer, où vivent troupeaux et cochons sauvages : ce sera notre base pour la belle randonnée du lendemain.

Bilan de la côte sud

Nous l'avons sans doute parcourue un peu vite, mais nous étions clairement hors-saison.

Côte dédiée au tourisme estival, mais sans grosses stations balnéaires bétonnées : y séjourner doit être agréable... à une saison où l'on peut davantage profiter de la mer.

6
mai

Cette journée sera consacrée à une superbe rando... et une baignade depuis une plage de rêve.

Nous partons à pied du "camping" (qui est en fait le parking-buvette de départ de la rando), mais nous laissons de côté le chemin qui descend directement à la plage en restant sur les hauteurs. La vue est déjà superbe !

On longe la combe au fond de laquelle se trouve le chemin que nous prendrons au retour, jusqu'à son extrémité, au niveau de la côte. On grimpe sur la gauche sur un petit promontoire et là, ouahou ! Quelle vue ! 💗

Notre destination est juste en dessous, sur la petite plage au pied de l'aiguille !

Nous revenons un peu sur nos pas avant d'entamer une descente bien raide, qui rejoint le sentier principal dans un sous-bois. Celui-ci laisse parfois voir la mer et l'aiguille.

Et soudain, on débouche sur la plage face à l'eau turquoise de la méditerranée. Nous nous y posons dans un petit coin entre les rochers blancs. Baignades (elle est un peu froide, mais c'est irrésistible), pique-nique, crapahutage dans les rochers, sauts dans l'eau... Nous observons aussi les grimpeurs sur l'aiguille : plusieurs cordées s'y côtoient. Bref, nous passons là un bon moment ! 👍

Nous remontons par le chemin direct, ombragé et agréable avec de beaux arbres ou abris sous roche.

Fin de journée tranquille au camping où nous passons une deuxième nuit.

Bilan de la journée

Une de nos plus belles en Sardaigne !

Nous ne le savons pas encore, mais cette journée sera la première d'une belle série à proximité de cette côte est.

7
mai

Ce matin, nous partons vers le nord, par une très belle route d'altitude.

Premiers points de vue magnifiques depuis le plateau où se trouve le camping, sur le village de Baunei et Arbatax au sud, sur les montagnes vers lesquelles nous nous dirigeons au nord.

Après quelques kilomètres, nous traversons un haut plateau, relativement humide et vert, où paissent des veaux et des chevaux. C'est très bucolique !

Nous nous arrêtons dans une ferme pour acheter du fromage et reprenons la route jusqu'au col de Genna Silana, d'où la vue est superbe su la gorge de Gorropu et les montagnes du Supramonte, que nous avons bien l'intention de parcourir dans les jours qui viennent. Au delà des contreforts boisés, tout n'est que calcaire aride. Le contraste est saisissant avec les prairies précédentes !

Nous décidons d'aller explorer une vallée de ce Supramonte. Nous arrivons d'abord à la résurgence de Su Gologone, à l'eau limpide : plusieurs marquages, plusieurs expéditions de plongée spéléo ont eu lieu pour trouver l'origine de cette eau. La réponse est à ce jour très incomplète. Après le pique-nique; nous nous engageons dans la belle vallée de Lanaitho.

Du fond de cette vallée, nous démarrons une "petite" randonnée vers le site nuragique de Tiscali. La grimpette est abrupte, mais le sentier est absolument magnifique, souvent en balcon, offrant des vues superbes.

Et soudain, au détour du sentier, on arrive !

Ce site nuragique datant du IIème millénaire avant JC est situé dans une grotte, au plafond en partie effondré. Un gardien perçoit nos droits d'entrée et nous en faisons le tour. Les vestiges sont très abîmés, mais permettent d'imaginer qu'un village se tenait là, dans cet endroit improbable, difficile d'accès, sans source, avec pour seule eau, celle qui ruisselait des parois de la grotte...

Le gardien nous incite à redescendre par le relativement bon chemin que nous avons emprunté à l'aller... Nous acquiesçons, mais M., têtu, a décidé de faire une boucle dont il a la trace. Soit 😇. Rapidement, nous nous perdons, grimpons dans la rocaille (au lieu de descendre), pour finir par nous retrouver à l'endroit "voulu" sur la carte..., mais en haut d'une falaise et non en bas comme souhaité. Bon, pas grave, la vue est superbe à la lumière de la fin de journée. Demi-tour et nous finissons par trouver ce chemin qui fait la boucle pour redescendre.

Cette petite rando aura finalement été plus longue que prévu, mais nous l'avons adorée ainsi que le beau et original site de Tiscali 👍.




Nous reprenons la route vers Cala Gonone, petite ville de bord de mer, où nous voulons nous poser au camping pour quelques jours. Hélas, le camping qui avait ouvert pour le week-end de Pâques est de nouveau fermé jusqu'au prochain long week-end de mai. Nous sortons le plan B : un agritourisme sur les hauteurs.

Nous y arrivons vers 20h, à la nuit tombante. Nous demandons si nous pouvons dîner : oui, bien sûr, le service vient de commencer. Vite, on nous dresse une table... et nous allons faire ce soir, le repas le plus pantagruélique qui soit ! Servi dans une grande salle, table après table, avec deux tours pour chaque plat 😛... Je ne résiste pas à vous en énumérer les plats : olives, fromage sec et chiffonnade de charcuterie en guise d'antipasti, arrivent ensuite les pâtes, succulentes (au 2ème tour, les enfants se resservent... erreur...), puis quelques crudités accompagnées d'un formage frais, type Ricotta couvert de miel (qui restera sur la table pour accompagner aussi les plats suivants), puis un ragoût de chevreau, délicieux. Nous n'avons plus faim quand arrivent de nouveau quelques légumes et la viande rôtie, du porcelet tendre à souhait. Ensuite, re-crudités pour faire passer avant une coupe de fruits et une pâtisserie maison genre "oreillettes". Le tout accompagné d'un bon vin du terroir ! Et bien sûr, café et liqueurs locales terminent le festin.

Agritourismo Nuraghe Mannu

Emplacements de camping, chambres et donc repas traditionnel gargantuesque et délicieux.

Pour un prix très raisonnable, que ce soit le camping ou le repas.

Après ce repas, nos hôtes nous conduisent aux emplacements de camping où nous nous installons rapidement pour la nuit. Nous découvrirons le cadre demain matin !

Bilan de la journée

Superbe ! Avec un gros coup de cœur pour Tiscali 💗

8
mai

La journée commence par un agréable petit déjeuner au soleil.

Nous faisons ensuite les quelques kilomètres qui nous séparent du départ de la randonnée vers la Gorge de Gorropu. On trouve toutes les infos, horaires et tarifs au départ de la marche d'approche. Celle-ci se fait sur un bon chemin, assez long, mais plat, facile et agréable.

À l'entrée du canyon, on nous donne des casques et c'est parti, nous nous engageons dans la gorge.

Celle-ci se rétrécit et le sol est couvert d'éboulis de plus en plus imposants : il faut crapahuter un peu, pour le plus grand plaisir des enfants.

Après un virage, les éboulis sont trop importants pour continuer : nous sommes au bout. Nous explorons le secteur, observons les petites bestioles sur le calcaire blanc comme marbre, pique-niquons à l'ombre... et faisons demi-tour.

À la fin du chemin de retour, nous observons de jolies "constructions" dans un champ.

De retour à Cala Gonone, nous faisons un petit tour dans le village et sur le port où nous repérons notre activité du lendemain... Hors budget en plein été, le tarif est tout à fait abordable hors saison ! Nous n'hésitons pas longtemps et réservons pour 10 h demain matin 👍

Après quelques courses pour le repas du soir et le pique-nique, nous retournons au camping pour une fin de soirée tranquille.

Bilan de la journée

Belle rando, malgré une approche un peu longue.

La gorge est jolie et ludique

9
mai

Ce matin, nous enfilons les maillots de bain et préparons un sac avec combinaisons néoprène, palmes, masques et tubas.

Nous retrouvons sur le port le loueur de zodiacs auprès duquel nous avons réservé une embarcation la veille. Un permis bateau n'est pas nécessaire pour un zodiac 6 places et le tarif est tout à fait abordable en cette saison (en plein mois d'août, c'est le double !). Après quelques recommandations, nous voilà parti vers le sud, parallèlement à la côte. Sur plusieurs kilomètres, celle-ci n'est accessible qu'à pied ou en bateau !

En cette matinée, elle est éclairée par le soleil et se succèdent grottes, plages désertes ou criques sauvages. C'est superbe et sauvage à souhait ! Nous choisissons une mini plage pour un premier arrêt.

Notre étape suivante est celle qui, au départ, a motivé la location du zodiac : la Grotta del Bue Marino (grotte du bœuf marin) n'est accessible qu'en bateau ! Nous accostons, arrimons le zodiac dans le mini "port" prévu à cet effet et attendons un bateau plus gros qui déverse ses passagers pour la visite guidée. Cette grotte fût longtemps un refuge pour le phoque-moine (d'où son nom), malheureusement en voie d'extinction... On déambule sur les passerelles au dessus de l'eau sur un bon kilomètre avant de faire demi-tour.

Nous repartons vers le sud, jusqu'à une plage déserte que nous choisissons pour le pique-nique.

Nous pourrions aller jusqu'à la Cala Goloritze que nous avons déjà visitée quelques jours avant, mais nous préférons prendre notre temps sur le chemin du retour : nous nous arrêtons encore à l'entrée de quelques "grottes" avant de rentrer. Les falaises sont maintenant à l'ombre et nous n'avons pas chaud !

Nous rendons le zodiac et finissons la journée sur les hauteurs de Cala Golone où la lumière du soir est jolie sur les falaises surplombant le village.

Pour notre dernier soir en Sardaigne, nous dînerons dans un bon resto de poissons.

Bilan de la journée

Superbe ! 💗

Un peu imprévue car nous pensions au départ aller visiter la grotte en "excursion" sur un gros bateau : c'est le tarif attractif hors saison qui nous a convaincu pour la location du zodiac (nous nous sommes dit que l'occasion ne se re-présenterait pas de si tôt !).

La balade était très belle, variée et on s'est bien amusé à piloter le zodiac !

10
mai

Dernier petit déjeuner au soleil, rangement et départ après une petite visite aux moutons de l'Agritourisme... animaux emblématiques de la Sardaigne !

Nous choisissons la route la plus proche de la côte en direction d'Olbia ; les vues sont jolies...

vue printanière sur Cala Gonone 

Nous nous baladons à Olbia, profitant de cette dernière journée estivale en Sardaigne...

Et nous embarquons en fin d'après-midi et quittons le port en début de soirée...

11
mai
11
mai

Nous débarquons à 8h à Gênes, faisons les courses au Carrouf pour remplir le frigo à la maison (c'est plus sympa à faire en Italie, ce qui permet de ramener des produits qu'on ne trouve pas chez nous !), roulons encore 4 bonnes heures et nous voilà rentrés de ce beau voyage...

• • •

Nous avons beaucoup aimé ces vacances en Sardaigne ! 💗

Elles furent variées, réunissant le "combo gagnant" de bien des îles de Méditerranée : randos, plages, culture, gastronomie 👍

Nous savons que nous retournerons sur cette grande île, au moins pour en visiter des régions que nous n'avons pas eu le temps de parcourir !

Comme d'habitude, y aller au printemps, donc un peu hors saison, permet un voyage plus économique et moins encombré par la foule ! Avec quand même de belles journées ensoleillées qui donnent un petit avant goût d'été et une nature toute en fleurs.