Quelques jours à Madrid

Par
8 étapes
2 commentaires
City-trip de 5 jours à Madrid, en famille, avec deux grands ados de 16 et 19 ans.
Avril 2017
5 jours
Partager ce carnet de voyage
J-60
J-60

Cela va faire un an que nous ne sommes pas partis en vacances en famille : les ados grandissent, l'aînée devient étudiante, les préoccupations étaient ailleurs !

En confrontant nos quatre calendriers, nous trouvons une semaine de congés communs, mi avril. Ça irait pour un city-trip et nous tombons vite d'accord sur une capitale européenne que nous ne connaissons pas encore : Madrid !

En février, nous achetons les billets d'avion (Genève-Madrid par easyjet), nous trouvons un hôtel avec chambre familiale et gros petit-déjeuner au centre-ville, nous réservons la visite du Prado : nous sommes prêts !

J1
matin
J1
matin

Nous voyageons léger et n'enregistrons pas de bagages donc un départ à 5h de la maison pour un décollage à 7h de Genève est suffisant.

Après deux heures de vol, nous atterrissons à Madrid. Nous rejoignons le centre-ville en 40 min de métro, puis l'hôtel en 5 minutes à pied. La chambre n'est pas prête, mais nous déposons nos petites valises à la bagagerie et vers 10h, nous voilà prêts à visiter la ville !

Hotel Petit Palace Londres, dans une petite rue à 2 minutes de Puerta Del Sol.

Chambre familiale (lits superposés + 1 grand lit) donnant sur cour, donc pas très lumineuse mais calme.

Excellent et copieux petit déjeuner servi dans une grande salle très agréable.

Puerta  Del Sol

Sur "Sol", nous trouvons une espèce de "pâtisserie - self" où nous prenons le petit-déjeuner : pas très typique, mais nous sommes debout depuis 4h30 du matin et on a faim !

J1

Par ce dimanche de beau temps, nous nous dirigeons vers le Parc du Retiro, où de nombreux Madrilènes viennent profiter du soleil.

Nous prenons contact avec la ville par ses grandes artères et rues cossues des quartiers administratifs.

Nous entrons dans le parc et commençons la balade par le bassin où les locaux font de la barque.

Puis nous visitons le très beau Palacio de Cristal ...

... et déambulons dans les allées.

Avec ce beau temps et la douceur printanière, nous avons envie de visiter le Jardin Botanique Royal, qui se trouve à proximité :

c'est une explosion de couleurs, d'odeurs et de fleurs !

Nous revenons tranquillement vers le centre-ville par les petites rues.

Nous nous posons à une terrasse sur la Plaza Santa Anna pour manger : il est au moins 14 h : nous voilà à l'heure espagnole. Vers 16 h, fatigués, nous retournons à l'hôtel pour s'installer dans la chambre et prendre un peu de repos.

Nous ressortons dîner le soir dans un bon petit resto du quartier et finissons la journée par une petite balade nocturne dans le quartier animé.

J2

Premier petit déjeuner à l'hôtel : celui-ci ne nous décevra pas ! Il est constitué d'un grand buffet salé / sucré, avec des produits frais et souvent bio. En plus, le cadre est agréable ! Les journées vont bien commencer !

Nous nous mettons en route vers les quartiers situés à l'ouest de Sol, en commençant par l'incontournable Plaza Mayor. Il est un peu tôt : celle-ci est déserte... mais majestueuse ! Nous y flânons un moment.

De là nous prenons de petites rues vers le Mercado de San Miguel, lui aussi peu animé en ce milieu de matinée. Le quartier est sympa et agréable...

et soudain, laisse la place à une grande avenue bordée par l'imposante Cathédrale de la Amuldena.

Nous y entrons, bien sûr. l'intérieur est à l'image de la façade :opulent et pas vraiment en finesse.

Il est possible de monter sur le toit : on adore ! Allons-y !

Nous côtoyons les statues et admirons longuement la ville d'en haut. Vers le nord, nous faisons face au Palais Royal, lui aussi imposant. C'est en le "contemplant" qu'on se pose la question : on le visite ? ou pas ? Bof... Non..

Redescendus, nous poursuivons la balade vers la jolie Place d'Orient, puis la Place d'Espagne où nous nous asseyons un moment face au Monument dédié à Cervantès.

À quelques pas se trouve le beau Parc de l'Ouest, où l'on peut admirer... un temple égyptien ! Le Temple d'Amon (Debod) a été offert par l'Égypte à l'Espagne en 1968, en remerciement de son aide lors de la sauvegarde des monuments archéologiques qui allaient être noyés par le Nil lors de la construction du barrage d'Assouan (de même que le temple de Dendur reconstruit au Metropolitan Museum de NY, fût offert aux États Unis). En bordure du parc, on a également une jolie vue sur la cathédrale.

Le guide indique que la gare Principe Pio qui se trouve en contrebas du parc a été rénovée et qu'on peut y trouver à manger. En fait, il s'agit d'un centre commercial... avec plusieurs enseignes de fast food internationales : décevant ! Nous n'avons pas envie de manger là !

Nous repartons donc en choisissant de traverser les jardins du palais royal, situés en contrebas de celui-ci : le parc est immense et désert, mais la balade est agréable. Sur le plan on peut entrer d'un côté et sortir à l'autre bout. Sur le plan, seulement ! Nous ferons donc le tour du parc et ressortirons "discrètement" par une entrée sans doute "non autorisée" profitant de la distraction du garde...


Nous commençons à avoir vraiment faim et retournons au Mercado de San Miguel où nous achetons quelques gourmandises locales que nous dégustons sur place.


Ensuite, la fin d'après-midi sera consacrée à un peu de shopping, puis un peu de repos avant de ressortir dîner.

J3

Ce mardi matin, pas de choix de visite "au gré du vent" : nous voulions garder une grande liberté d'organisation de nos journées, mais afin d'éviter une queue interminable, j'avais réservé la visite du musée du Prado.

Après le solide petit déjeuner, nous descendons donc la Carrera de S.Jerónimo en direction du musée.

Arrivés au Prado, nous ne faisons pas la queue, mais devons tout déposer au vestiaire (y compris mon sac à main, sous prétexte qu'il se porte sur le dos... grrr...). Le musée est immense, les collections sont très riches. Nous ne sommes pas férus de peinture classique, surtout espagnole, mais quelques incontournables s'imposent. Je ne parlerai que de deux (enfin trois) d'entre eux et n'ayant pas pris de photos, je vous renvoie au site du musée qui présente les tableaux avec une qualité bien meilleure !

Nous commençons par le Jardin des Délices de Hieronymus Bosch : un chef d'oeuvre devant lequel nous resterons un bon moment afin d'en observer les détails : https://www.museodelprado.es/en/the-collection/art-work/the-garden-of-earthly-delights-triptych/02388242-6d6a-4e9e-a992-e1311eab3609 . Nous sommes même revenues (ma fille et moi), l’admirer en fin de visite avant de quitter le musée 💗

Une aile est entièrement consacrée à Goya. Parmi ses œuvres, nous retenons Dos de Mayo et Tres de Mayo , qui évoquent le soulèvement des Espagnols contre les soldats français le 2 mai 1808 et les exécutions qui s'en suivirent, le 3 mai. Ces toiles sont saisissantes de vérité... et de modernisme par rapport au classicisme de l'époque. https://www.museodelprado.es/coleccion/obra-de-arte/el-2-de-mayo-de-1808-en-madrid-o-la-lucha-con-los/57dacf2e-5d10-4ded-85aa-9ff6f741f6b1 et https://www.museodelprado.es/coleccion/obra-de-arte/el-3-de-mayo-en-madrid-o-los-fusilamientos/5e177409-2993-4240-97fb-847a02c6496c

Trois heures plus tard, nous ressortons du musée. À proximité se trouve le Centre Culturel, où un ascenseur permet de monter sur le toit pour une vue qu'on espère panoramique. Pas mal, avec la fontaine de Cibeles sous nos yeux...

De là, nous reprenons le début de la Calle de Alcalà avant de nous enfoncer dans le quartier de Chueca. Nous trouvons à manger au sympathique Mercado de San Antón avant de poursuivre notre balade dans les petites rues du quartier.

Comme la veille, les ados nous lâchent en fin d'aprem. Nous poursuivons notre balade, décidant de parcourir Gran Via.



La soirée est belle alors que la météo s'annonce grisâtre le lendemain : nous ressortons pour aller boire un verre en terrasse avant d'aller dîner.

J4

Comme les autres matins, nous prenons notre temps au petit déjeuner.

Un peu avant 10h, nous arrivons devant le Musée National Reine Sofia, où une longue queue s'est déjà formée. Dès que les portes ouvrent, celle-ci avance finalement assez vite. Le musée est installé dans un ancien hôpital : l'architecture est assez austère et les salles sont distribuées autour d'une cour intérieure.

Là encore, pas de photos... Paradoxalement, nous qui, sans être de fins connaisseurs, aimons assez l'art moderne et contemporain, nous n'avons pas accroché avec ce musée 😦... La star de l'exposition permanente est Guernica : nous étions assez impatients de découvrir cette œuvre et n'avons pas été déçus, malgré la foule. Mais point d'autres œuvres de Picasso, et si une salle est consacrée à Miró (pas bien grande), les peintres majeurs du XXème siècle sont peu présents... La dictature franquiste aurait-elle été peu propice à l'ouverture d'esprit, au modernisme et à l'acquisition d’œuvres d'art par le pays ?

Vers midi et demi, nous ressortons un peu déçus... Juste à côté, se trouve un lieu assez atypique : la gare d'Atocha, tout en étant une vraie gare accueille une serre sous sa verrière. Nous y passons un moment agréable.

Après avoir mangé un bout dans cet environnement luxuriant, nous ressortons avec l'idée de nous balader dans les quartiers de Lavapies et de La Latina. Hélas, nous avons raté l'heure espagnole : les marchés couverts sont en train de fermer, les commerces ne sont pas encore ouverts pour l'après-midi et il se met à pleuvoir...

Notre fille avait vu des affiches vantant une exposition sur le graveur hollandais M.C. Escher au Palais Gaviria : allons-y ! Le palais est vieillot, mais l'expo sympa : nous y passons un bon moment.

En ressortant, il fait toujours gris : nous allons goûter d'un "chocolate con churros" à la chocolaterie San Ginés (une institution à Madrid !). Beaucoup de monde, donc on doit descendre au sous-sol. C'est bon, mais sans plus (nous en avions dégusté de bien meilleurs l'an dernier, par hasard, à... Marbella !) et l'accueil n'est pas terrible. Décidément, cette journée est morose !


Après un peu de shopping et repos à l'hôtel, nous ressortons dîner... dans une minuscule taverne de la Calle Cava Baja.

La Perejila . Accueil chaleureux, atmosphère sympathique, plats délicieux à petits prix !

J5

Dernier jour à Madrid. Nous prenons le temps au petit déjeuner, faisons les valises que nous laissons à la bagagerie jusqu'en fin d'après-midi.

Bien que déçus par Reine Sofia, je convaincs le reste de la famille d'aller visiter le Musée Thyssen-Bornemisza. Celui-ci présente une collection privée, qui va des primitifs italiens à l'art américain du XXème siècle, en passant par les maîtres hollandais ou les impressionnistes ; c'est présenté par ordre chronologique. Peut-être pas de "chef-d'œuvre", mais des œuvres majeures des tous les grands peintres ! Comme pour les autres musées, pas de photo, mais voici le lien : https://www.museothyssen.org/coleccion . Vous l'aurez compris, c'est notre musée d'art préféré à Madrid !

Trois heures après, nous ressortons. Nous n'avons pas encore faim (l'heure espagnole !) et de l'autre côté du boulevard se trouve un petit musée cité dans le guide : le Musée Maritime. Dans un pays d’explorateurs, cela peut être sympa. L'exposition se situe au premier étage de l'ancien ministère de la Marine ; c'est un peu vieillot au premier abord, mais les objets présentés sont beaux, des maquettes aux instruments de navigation...

Mais surtout, nous sommes fasciné par la carte de Juan de la Cosa, peinte sur une peau vers 1500, première carte du monde représentant l'Amérique.

le nord est à droite ; en haut de la photo, les Amériques sont en vert

Après cette chouette visite non prévue, il est temps d'aller déjeuner. Nous avons encore le temps d'un peu de shopping avant de récupérer nos valises à l'hôtel et de rejoindre l'aéroport en métro pour notre vol prévu vers 20h30.

Nous atterrissons à Genève deux bonnes heures après et sommes rentrés pour minuit !

La ville est très étendue et on y distingue bien des quartiers assez typés. Les parcs sont superbes et très agréables.

Côté musées, difficile de ne pas aller voir Gurenica au musée Reine Sofia, mais c'est celui que nous avons le moins aimé. Nous aurions pu nous en passer. Difficile de ne pas aller au Prado (ce serait comme ne pas aller au Louvre à Paris) : je ne regrette pas, mais ce n'est pas notre préféré. En revanche, Thyssen-Bonisza est vraiment chouette.

Nous aurions pu prendre un jour pour faire un aller-retour à Tolède (en train), qui est parait-il très belle.

Au final, nous avons bien aimé cette escapade Madrilène au printemps !