Première découverte de Turin, en couple avec un grand ado.
Novembre 2017
3 jours
Partager ce carnet de voyage

Nous voulons profiter des vacances de Toussaint pour changer d’air. Notre aînée n’a pas de vacances ; notre second n’a pas envie de bouger mais nous ne voulons pas le laisser seul à la maison. Négociation. Nous acceptons de ne partir que 3-4 jours en contrepartie de quoi il accepte de venir avec nous.

Nous choisissons l’Italie et plus précisément Turin parce que ce n'est pas loin de chez nous (nous aurions préféré Milan), parce qu’on y mange bien (notre grand ado est gourmand et souvent affamé) et parce que la ville offre de nombreux musées, dont deux devraient lui plaire (et à nous aussi, hein ! 😉 ) .

Après avoir regardé les tarifs d’un voyage en train, nous optons pour la voiture… et nous en profiterons pour tester notre premier "voyage" hors de France en Zoé (voiture électrique ayant 150 km d’autonomie).

1
nov

Départ en milieu de matinée de la maison en Zoé, jusqu’à l’entrée du Tunnel du Mont Blanc : on recharge rapidement et notre ado en conduite accompagnée n’ayant pas le droit de conduire hors de France, nous prenons le relais jusqu’à Aoste où nous voulons tester plusieurs bornes de recharge.

Nous nous baladons dans le centre-ville qui est joli et en profitons pour aller manger.

Aoste 

Les pizzas sont bonnes et la borne fonctionne bien : arrêt validé pour le retour. Nous repartons pour de bon jusqu’à Turin.

En arrivant vers la ville nous commençons nos visites par la Basilique de Superga pour voir Turin depuis les hauteurs. Malheureusement, en cette période anticyclonique, la ville est nimbée d’une "belle" brume de pollution et on ne voit pas grand-chose.

Nous entrons tout de même dans la basilique et en faisons le tour. Un attroupement se recueille devant un mémorial à l’arrière de celle-ci : le 4 mai 1949, un avion spécial transportant toute l’équipe de foot du Torino Football Club qui revenait d’un match au Portugal, s’est écrasé là, tuant la trentaine de personnes qui étaient à bord.

Nous redescendons de la colline et nous dirigeons vers le centre-ville où nous trouvons une place de parking dans une petite rue tout près de l’appartement réservé sur Airbnb, gratuite à cette heure ci. Nous trouvons sans problème la porte de l’appartement au fond d’une cour, contactons notre hôte qui nous accueille agréablement et nous installons.

À la nuit tombante, nous partons faire un tour dans le quartier et trouver un endroit où manger. J’ai 2 adresses à deux pas de l’appartement sur la Piazza Venetto : les deux restos sont complets ; du coup, nous réservons pour les deux soirs suivants ! En ce jour férié, le quartier n’est pas très animé et pas mal d’endroits sont fermés.

Malgré cela, le premier contact de nuit avec ce quartier nous plaît : la place est belle, la vue vers les collines au dessus du Pô aussi et la Via Pô avec ses arcades est déjà éclairée par les décorations de Noël.

Nous dînerons dans une pizzeria située un peu à l’écart et fréquentée par des locaux.

2
nov

Nous décidons de commencer la journée par la visite du Mauto, le Musée de l’Automobile, situé un peu à l’écart du centre-ville.

Après 10 minutes de voiture, nous tournerons encore 10 bonnes minutes pour trouver une place de parking… qui n’en est pas une : comme les locaux, nous nous garerons sur une espèce de terre-plein entre deux arbres… L’essentiel est qu’on ne gêne pas (et c’est gratuit) !

Le musée est grand et bien fait avec une belle collection et une muséographie moderne.

Après cela, nous retournons en centre-ville où nous branchons la voiture à une borne située Piazza Castello ; avantage de la voiture électrique : on a le droit de circuler dans l'hyper-centre (en ZTL) où il y a de nombreuses bornes de recharge... donc d'emplacements pour stationner le temps de la charge.

Et pendant ce temps, me direz-vous ?

Et bien, nous allons manger un délicieux plat de pâtes à l’épicerie fine Eat’aly : de grandes tables sont disposées partout dans le magasin, entre les rayonnages. On mange côte à côte comme à la cantine des plats simples mais vraiment super bons en buvant du vin au verre, pas mal non plus ! Concept très bobo, et un peu cher, mais tant pis : l’essentiel est le contenu de l’assiette !

Eat'aly  et la Galleria Subalpina 

Nous revenons par la Piazza Carlo Alberto d’où l’on voit la façade du Palazzo Carignano, puis la Galleria Subalpina, espace couvert d’une verrière débouchant sous les arcades de la Piazza Castello. Pour le dessert, nous nous offrons une délicieuse glace chez Grom, dans une rue voisine.

Zoé est rassasiée aussi, prête pour le retour : nous la débranchons et allons la garer dans le parking souterrain de la Piazza Venetto (payant, mais bon, pas le choix), où elle restera jusqu'à la fin de notre séjour.

Nous nous dirigeons vers le musée du Cinéma que nous voulons visiter cet après-midi. Nous passons devant le Palazzo Nuovo : ce nom désigne une "barre" très typée "années 70" qui fait partie de l’Université ; le quartier est donc fréquenté par les étudiants et l’ambiance y est sympathique.

Par contre, devant le musée, la queue est immense ! 😦 Un agent d’accueil nous conseille de réserver notre visite pour le lendemain matin via l’appli du musée… Dont acte, et nous partons nous balader à pied.

Nous sommes très vites revenus Piazza Castello où nous contournons le Palazzo Madama en direction du Palazzo Reale, de sa bibliothèque et de ses jardins. Nous choisissons de ne pas visiter les intérieurs (à part la bibliothèque, dont l'entrée est libre), préférant profiter du beau temps et de la douceur automnale.

À côté de la cathédrale, se dresse le Campanile du Duomo où l’on peut grimper : allez hop, c’est parti. D’en haut, la vue est sympa, malgré la brume de pollution toujours présente…

Nous poursuivons notre balade dans les petites rues vers le Palazzo di Citta puis l’immense Piazza Solferino ...

... avant de revenir vers la très belle Piazza San Carlo 💗.

Là, nous sommes sous le charme : la place est piétonne, entourée d’arcades, toute en symétrie, avec ses deux églises à une extrémité et la très chic Via Roma à l’autre. Nous y flânons un bon moment.

Nous bifurquons sur la Via Accademia delle Scienze pour voir l’arrière du Palazzo Carignano, puis déambulons sous les arcades de la Via Pô avant de rejoindre notre studio.

Via Pô en sortant du resto (dans l'angle à gauche)

Après un peu de repos, nous ressortons dîner au resto Da Michele tout proche, réservé la veille.

Restaurant Da Michele

sert une cuisine familiale de spécialités "montagnardes" (gibier, polenta).

C’est super bon et pas trop cher.

3
nov

Nous démarrons la journée par la visite conjointe du Mole Antonelliana et du Musée du Cinéma qu’il abrite. C’est à 10 minutes à pied du studio et nous avions donc réservé la veille. Bon plan ! 👍 : nous évitons la queue qui commence à se former et sommes parmi les premiers à prendre l’ascenseur panoramique qui grimpe au milieu du bâtiment jusqu’au sommet du dôme. L’ascension est superbe.

extérieur / intérieur 

En haut, la vue n’est pas mal non plus. Il y a toujours cette fichue pollution qui empêche de voir les montagnes, mais nous passons un bon moment à contempler la ville d’en haut.

vues d'en haut 

Nous enchaînons avec la visite du musée : au rez de chaussée de l’espace central, allongés dans des transats, casques sur les oreilles, nous commençons par visionner les extraits de films sur le thème du moment, "le cinéma et les animaux" ; cool . Puis nous visitons les expositions qui se "déroulent" en galeries tout autour de l’espace central. La collection est riche et cette muséographie est encore une fois vraiment sympa.

Après 2 ou 3 heures avec le 7ème art, nous ressortons dans la vraie ville et le vrai monde. Il est midi ; l’ado est affamé. Des troquets ont des tables en terrasse, mais la queue devant le musée est de nouveau immense et la rue est bruyante : nous n’avons pas envie de manger là.

Nous retournons vers la Piazza San Carlo où nous avions vu plusieurs terrasses de cafés la veille. Nous nous posons du côté ensoleillé pour déguster une assiette de spécialités (enfin, l’ado prendra un plat de pâtes)… suivie d’un expresso et d’un assortiment de desserts à tomber 😛 : notre "bistrot" est en fait une pâtisserie ! Voyant que nous apprécions, le serveur nous conseille de revenir vers 16–17 h pour assister à une dégustation gratuite de Panettone. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd (d’autant que notre ado est celui de nous trois qui comprend le mieux l’italien et le seul à le parler).

Nous reprenons nos déambulations dans les rues et places du centre-ville profitant du beau temps.

J’aurais bien aimé visiter un Palais ou le Musée Égyptien (l’un des plus beaux après celui du Caire, paraît-il)… mais il reste trop peu de temps. Nous nous contenterons d’une expo scientifique présentée à l’entrée dudit musée. Sympa. Sans plus (difficile, la physique, quand on ne parle pas la langue).

Vers 17h, nous retournons déguster le panettone : l’ambiance est sympathique.

La lumière décline assez vite et les candélabres de la place s’allument à la nuit tombante.

Nous remontons la chicissime Via Roma sous les lumières des décorations de Noël, avant de redescendre la large et cossue Via Pô sous les mêmes lumières, jusqu’à la Piazza Venetto et notre studio pour un peu de repos.

Nous ressortons dîner dans une trattoria réservée l’avant veille :

Porto Di Savona

une institution à Turin, qui sert de la très bonne cuisine piémontaise à un prix abordable.

4
nov

Nous ne nous levons pas très tôt, prenons un bon petit déj, faisons les bagages et rendons les clés. Après une dernière petite balade dans le centre-ville, nous partons tranquillement de Turin.

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons au Carrouf d’Aoste pour recharger la voiture et en profiter pour faire les courses : le frigo est vide à la maison, autant faire le plein ici, avec des produits qu’on ne trouve pas chez nous (nous faisons souvent cela quand nous revenons d’Italie).

Nouvel arrêt à la sortie du Tunnel du Mont Blanc pour une petite recharge et changer de conducteur pour les 100 derniers kilomètres.

Nous avons été agréablement surpris par Turin : cette ville réputée pour être industrielle a un centre historique important.

On voit qu’elle a été riche : les musées ou bâtiments publics sont abrités par de nombreux Palais, les bâtiments sont cossus et si les arcades bordant les rues ou les places sont présentes comme dans toutes les villes de montagne pour cause de neige en hiver, elles sont ici assez majestueuses et confèrent au centre-ville un aspect plutôt chic. Je passe les innombrables églises que nous n’avons pas visitées.

• • •

Ce séjour de 2 jours était clairement un "premier contact" :

les 2 musées que nous avons visités sont des incontournables, surtout avec un ado et nos balades ont été très classiques.

nous avons eu un temps doux et ensoleillé, mais très brumeux, au point de ne jamais avoir pu voir les Alpes et en novembre, les jours sont déjà bien courts...

• • •

Nous y retournerons certainement pour visiter le Musée Égyptien, peut-être un palais, mais aussi le quartier du marché Porta Palazzo, le grand Parco del Valentino, la colline que l’on voit de l’autre côté du Pô depuis la Piazza Vittorio Veneto. Pour cela, un séjour printanier serait plus approprié !