Carnet de voyage

À La Côte d'Opale (2019)

12 étapes
2 commentaires
Après un séjour à Berck où on a tous les deux été malades, on a décidé d'y retourner mais en mobilhome et en commençant par Escalles au Cap Blanc Nez... Si on se plaît, on y restera...
Septembre 2019
10 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Il nous faudra 2 bonnes heures pour préparer les bagages et charger le mobilhome afin d'être prêts au départ à midi pile, timing respecté !

On a 4 heures de route, sans les arrêts, pour rejoindre la côte d'Opale depuis notre Hesbaye Brabançonne.


2

On part via Bruxelles et la côte... Gand, Bruges, Jabeke, Nieuport, Dunkerque et Escalles, camping Les Érables !

Arrêt à Gand pour prendre un peu de diesel à un prix inversément proportionnel à la racine cubique de l'once d'or ! On nous vendra bientôt ça au prix de l'encre pour imprimante (champion toutes catégories)! On verra chez Leclerc pour le plein...

2e arrêt à Dunkerque pour un magasin du cru, j'ai nommé Action ! On en resort avec ce qu'on a oublié et d'autres brols plus ou moins utiles comme d'hab !

Arrivée au camping un peu avant 18 heures, nickel... Il fait magnifique, il n'y a qu'à voir les photos...

3

Descente au village à pied pour aller souper... Ouh Ouh hé ho attention hein ! Il y a presque 1 kilomètre... 2 des 3 restos sont ouverts, on choisit L'Escale (bar, resto et hôtel)... Ça commence fort, on nous oublie dans notre coin mais, pas de bol, on a faim et on appelle donc le "brave" garçon qui nous a si judicieusement placé au fin fond des 3 salles, sans doute parce qu'on n'avait pas réservé et qu'on n'était pas non plus à l'hôtel...

Heureusement, seul petit accroc à signaler, le reste du service fut impeccable et les entrées, plats et desserts sont absolument délicieux !

Donc adresse qui reste à recommander sans hésitation ! Elle faisait d'ailleurs partie de mon article Bon Plan à Escalles... Comment ça vous ne saviez pas ? Ben allez-y voir, sapelipopette !


Retour dans le noir à admirer les étoiles et dodo pas très tard...


Excellente première journée donc !

4

On profite un max de... la nuit en se réveillant à midi !


Le temps de déjeuner, de papoter, de s'habiller, de papoter, de se préparer à la rude journée qui nous attend et de papoter, il est quasi 15 heures !


Lecture au soleil pour Cécile, chipotages informatiques à l'ombre pour moi (avé un p'tit rosé) et, sapristi mais il est temps de se tracasser du souper...


Redescente au village vers 17:30, un peu tôt pour souper et on va donc voir la plage de galets et falaises crayeuses toutes prêtes à s'ébouler... Simplement magnifique !

Le Cap Blanc-Nez s'appelle ainsi car ses falaises sont calcaires et donc blanches. Les falaises du Cap Gris-Nez sont faites de grès et d'argile et donc grises ! C'était la minute culturelle en direct d'Escalles !


Resto Le Cap cette fois et à nouveau excellent repas avant de revenir au camping alors qu'il fait encore clair cette fois...


Petite soirée lecture et informatique et puis au dodo (encore plus tôt que la veille)! Cette fois...

Si j'écris 7 fois cette fois, ça fait 49 quoi ?


5

On profite de la nuit jusque... 11 heures, yessss !


Beau temps le matin pour le petit déjeuner et café à l'italienne.

Les croissants commandés la veille sont juste de taille monstrueuse et un seul suffit amplement à la tâche...


Ne perdant pas nos bonnes habitudes, qui va piano va sano, il est passé 14 heures pour profiter de l'après-midi où le temps se couvre avec même une averse...


Balade du souper par l'autre chemin (oui oui, il y en a deux, c'est dingue) à peine plus long mais beaucoup plus bucolique.

On va alterner les restos, on va donc à L'Escale mais c'est complet (on n'a pas réservé et on n'est pas à l'hôtel non plus), retour au resto du Cap, excellent repas à nouveau.

Au retour, on s'assied sur banc et on admire le ballet des hirondelles au-dessus des étangs jusqu'à la nuit tombée (c'est comme dans le sketch sur les suisses, la nuit est "tombée" par surprise, on a rien vu venir)!


Impossible de dormir avant 2 heures du mat (clac fait le verre en tombant sur le lino) à cause que de la belle jeunesse qu'on prend pour des hollandaises parle et rit très très fort et nous on joue les vieux ronchons en imaginant les pires trucs pour les faire taire... Finalement, la honte, elles sont belges !

6

On est apparemment reposé car on est tombé du lit à 8 heures, du matin je précise, malgré les hollandaises belges qui roupillent bien sûr comme des bienheureuses.

P'ti dej relax comme d'hab, couque au raisin géante, une seule c'est trop pour déjeuner...

Complètement téméraires, on part vers Wissant, 5,5km en vélo alors qu'on n'y a plus mis les fesses depuis des lustres et en sous-estimant totalement les falaises...

Résultat, on a fait chaque côte à pied et en plusieurs fois pour souffler (comme le type dans Asterix qui brosse une demi-dalle puis qui souffle un petit peu)!

On y est arrivé quand même mais on soupçonne qu'on aurait été plus vite à pied...

À propos d'arrivée, on a réussi a choisir le jour du trail international de la côte d'Opale, près de 7000 coureurs sans compter les rwétants, c'était l'invasion annuelle de Wissant autrement limité à moins de 1000 habitants, un gros bourg comparé à Escalles qui faisait 233 habitants en 2016...

On s'est empressé de manger un bout avant la curée et on a bien fait: pizza ch'ti à pâte fraîche maison et sandwich fait maison également, délicieux. C'est chez "For Eat" que ça se passe ! Conseillé et approuvé !

Des petites courses au SPAR du coin, produits de première nécessité comme des fromages locaux qui puent (sablé de Wissant et Fruité du Cap Gris-Nez), des sauciflars et une bière ou deux (ah oui et des fruits et des légumes pour manger équilibré) et puis on s'est vite carapatés de là... Enfin, quand je dis "vite", je me comprends...

À l'entrée du camping, Cécile fait une chute dans les graviers ! Heureusement, plus de peur que de mal !


Repos bien mérité, le soleil joue à cache-cache avec les nuages qui nous gratifient de quelques fines gouttes juste pour nous faire peur et qu'on rentre les fauteuils. La pluie s'arrêtant comme par magie dès que les fauteuils ont disparus...


On va rester sagement ici et souper au mobilhome en attendant d'avoir mal partout demain; la nuit risque d'être à nouveau courte car les 3 hollandaises de Belgique qui s'amusent comme des folles son toujours là... Cricrioutai, Cricrioutai ?


Et bien finalement on est quand même descendu au village à pied car on s'est souvenu qu'il y avait marché aujourd'hui et on a bien fait: raisin noir du jardin, tout petits grains mais super sucrés, une pelletée de mini tomates de différentes sortes, toutes aussi venant du jardin (maraîcher quand même) et vraiment très bonnes, bière, jus pomme-framboise et cidre du coin (on sait pas si venant aussi du jardin) et un super sac tibétain atterri là on ne sait trop comment !

Passage aux hirondelles sur le retour mais brièvement car il fait un peu plus frais...

Souper au mobilhome, petit rosé, un peu de lecture, écriture du carnet de voyage et ajout d'une photo vespérale rien que pour vous (les petites lumières, c'est en Angleterre)!

À +

7

Démarrage sur les chapeaux de roues tel un escargot négociant un virage comme un fou, on se lève peinards vers 9 heures du matin...

Miracle, on n'a pas mal partout comme attendu après notre petit tour en vélo hier... Hé pas op hein manneke, il y avait quand même 11km 😂, moi qui ne fait plus que les 800 mètres jusqu'à la supérette et encore, de temps en temps...

Autre miracle, pas de chahut cette nuit ! Ni les 3 folles, ni ceux du chapiteau... On a bien roupillé.

Dimanche, jour des seigneurs (vive nous), on ne fout rien aujourd'hui (= on ne bouge pas du camping): lecture, ch'ti café, informatique, petit rosé, ch'tite sieste, tondre l'ours, douche, et on recommence... Ou pas. Le pied total !

Temps plus frais mais encore ensoleillé...

On a vu les fous du stade (trail de Wissant) passer sur la rue du moulin, le plus long circuit fait 62km !

Ils sont complètement givrés, on est crevés rien qu'à les regarder !

Pas encore de photo mais l'aprem est jeune...


On se tient très bien au programme et, à part la vaisselle, que du repos, lecture et petit vin blanc ou rosé...

Après midi magnifique, pas de vent et soleil... Un nouveau voisin remplace les fofolles, il a mis une demi-journée pour s'installer, fascinant ! 😉

Les 2 seules photos du jour rendent assez bien l'ambiance... Sinon pour paraphraser une chanson de Daniel Guichard:

On ne fait rien

On s'repose

Et on est très heureux ainsi...


À + dans le bus !

8

Réveillé ce matin par le gros jumbo, pigeon ramier de son état, qui visite le toit du mobilhome et qui nous fait un raffut d'enfer ! Quel rythme les amis !

C'est pas possible, soit il picore en dansant, soit il danse en picorant ! Il devait être percussionniste dans une autre vie ! Kééééviiiiin, sors de ce pigeon !

Comment peut-on accommoder le pigeon ? Pensée fugace du moment...

Bref, l'ours, maintenant tondu et présentable, est levé à 9h09 le 9 du 9 de l'an 2019 comme m'annonce Cécile qui lit depuis un moment en attendant son Godot...

15 degrés dans le mobilhome, il fait frais ce matin...

Petit tour salutaire aux sanitaires et, au retour, se rendre compte que le bahut sens la vieille chaussette, mais bien, hein (on est chez les ch'tis, il faut mettre l'accent tonique sur le "hein") ...

Ce sont les sauciflars du SPAR (z'avez vu la poésie ?) qui partagent généreusement leur savoir-faire ! Soit on les mange soit on les exile dans le coffre où on risque de les oublier tandis que là...

Petit déjeuner papote café papote qu'est ce qu'on fait ou pas aujourd'hui ?

Voilà la pluie, la météo Google AccuWeather américaine nous dis que c'est juste pour ce matin, on verra si ça clope avec les constatations armoricaines... On met un peu le chauffage passke on a un peu froid...

Je vais un peu essayer de photographier un peu le gros jumbo... Salopiaud, un peu ! Je l'ai eu mais la photo n'est pas terrible mais je vous la met quand même.

Hé bien, vers 14h15 on part à pied vers Sangatte, 4.5km via chemin balisé, le temps est remis, ça devrais aller ! D'après Google, on y trouve distributeur à billet, épicerie, boulangerie, maison des tartes, un SPAR et autres petits commerce pour pouvoir y faire quelques courses... On reviendra en bus...

Chaussures de marche aux pieds, ah ben oui quand même, nous v'la repartis dans ces paysages extraordinaires où on s'en prend plein les yeux, troupeau de 500 moutons dirigé par une bergère et ses 2 chiens pour entretenir les paturâges mais aussi plus habituel par chez nous, des vaches...

Après un peu plus d'une heure de marche, on voit Sangatte et on se dit que dans un quart d'heure ou vingt minutes, on y sera mais que nenny, on se rend compte un peu plus loin que le chemin s'en éloigne ! Demi-tour et on prend ce qui semble être un chemin qui part vers Sangatte, lui... On y arrive en effet, malgré qu'il n'y ait eu aucune indication de balisage, mais non sans faire un gros détour autour d'un immense champ... Il nous aura fallu finalement plus de deux heures et on est fatigué...

On croise l'arrêt de bus à l'entrée du village, le dernier est à 17h12; on a une petite heure pour les courses...

On s'avance dans le village tout en longueur (bien sûr), on croise une boulangerie pâtisserie qui ouvre de 16h30 à 18h30 et qui est toujours fermée malgré qu'il soit 16h40... On décide de continuer en empruntant une digue très moche en béton mais au moins on voit la mer et on s'assied là pour souffler... Des passants nous font signe bonjour, puis s'arrêtent puis la dame dit: "Cécile ?" C'est Brigitte et Philippe de la Vielle, chorale wavrienne, qui sont en vacances... La célébrité quand même...

On leur demande si il y a des magasins plus loin et ils ont l'air très étonnés et hésitants "heu, oui, il y a la boulangerie et peut-être un autre plus loin". Aie aie aie, ça c'est paaaas bon...

On continue quand même et on trouve le bar tabac Le Week-End, aussi annoncé par Google, on reprend un peu confiance et on y entre... Je demande au patron où est le distributeur à billets, il me regarde comme si je venais d'une autre planète et me dit "ben heu il n'y en a pas ici, le plus proche est à Blériot-Plage à 6km d'ici" ! Patatras et on n'a plus que de la monnaie qu'on se met à sortir et à compter, il nous reste un peu plus de 20€, chouette on peut quand même boire un coup... Le patron se marre un peu et nous propose de faire une ardoise si on promet de venir payer plus tard car il voit bien qu'on est pas de délinquants. Super sympa de sa part envers des inconnus débarqués d'une autre planète !

On prend une consommation, puis je vais payer et je demande, un peu anxieux, où est le SPAR .... "Où est le SPAR" répète le patron, "ben, le SPAR je ne sais pas mais il y a la boulangerie, on y trouve du pain et des pâtisseries mais aussi diverses choses en secours et son jambon est excellent" ! Un client au bar confirme pour le jambon... Fallait voir le regard sombre de Cécile quand je lui explique tout ça à son retour des toilettes !

En route pour LA boulangerie qui est maintenant ouverte; en y arrivant, le dernier bus nous dépasse ! Et m.... flûte ! On entre, on peut payer par carte, sauvés ! On fait nos emplettes et on retourne sur la moche digue pour déguster une amandine, tartelette frangipane aux amandes effilées, rien que cette amandine vaut les efforts du voyage mais en plus, l'éclair au moka est vraiment à la crème moka et pâte maison: un autre délice ! Si vous passez par Sangatte, ne ratez ni le bar tabac Le Week-End ni cette boulangerie-pâtisserie, les deux sont vers la sortie/entrée sud du patelin et les deux ont des patrons sympas !

Bon, maintenant on fait comment pour rentrer ? À pied ou en taxi ? Courageusement on repart à pied mais par un autre chemin aussi balisé mais dont on ne connait pas la destination exacte, il a juste l'air d'aller dans la bonne direction !

Chemin en pente nettement plus douce que celui par où on est arrivé et ... qui rejoint celui-ci aux deux tiers du parcours ! À l'aller, on a suivi les balisages et on a pas oser s'aventurer sur ce sentier là qui n'est absolument pas balisé dans la direction de Sangatte. Au panier les folders touristiques des chemins pédestres du coin ! Aucun n'indique tous les chemins ! En plus, on ne met qu'un peu plus d'une heure pour rentrer au camping où on s'affale, morts crevés, dans les fauteuils et nous accédons au nirvana total en retirant nos chaussures !

On a un peu mal partout déjà avant d'aller dormir, le réveil risque d'être amusant !

Courte soirée lecture et mise à jour de ce carnet de voyage...

À bientôt pour d'autres aventures !

9

Pas de gros Jumbo ce matin, on se lève entre 9h30 et 10h...

2e miracle, on a à nouveau pas mal partout ! Comme quoi la mécanique n'est pas encore complètement foutue !

Pas un nuage dans le ciel ! Courte hésitation, va-t-on à Wissant par la plage ou pas pour profiter de ce temps splendide ? On choisit prudemment de rester tranquille aujourd'hui même si la météo sera moins bonne demain...

Je ne veux pas me risquer sur cet itinéraire sans avoir des infos fiables sur les marées car une partie du trajet n'est pas accessible à marée haute...

Petit dej jambon beurre et c'est vrai que le jambon de la boulangerie de Sangatte est très bon !

Comment ça on ne trouve pas de jambon dans une boulangerie ? Ben à Sangatte, si ! Relisez l'étape précédente...

Plus que 1 jeton de douche pour deux, pas grave on va passer à la gayole en chercher... Sauf que c'est le temps de midi et donc personne dans la gayole...

On utilise donc la grande douche à deux, Cécile passe à la toilette et au retour, on se rend compte qu'on ne sait plus verrouiller la porte qu'on bloque alors avec la raclette... On ferait de piètres arnaqueurs...

Lecture au soleil et informatique à l'ombre Avé un ch'ti quoi... Ouiiii, bien vu, un ch'ti rosé !

Vous verrez en photo que j'ai trouvé un verre à rosé à ma taille... Mheu non je charrie, c'est un 17cl mais c'est déjà pas mal...

Apéro vers 15h, avec le saucisson qui pue la vieille chaussette mais qui est délicieux ! L'odeur s'explique car c'est du saucisson au Roquefort, si si ! Étiquette en photo...

Alors, nos marchands feraient bien de prendre exemple sur la France où une saucisse sèche est vraiment sèche et réclame un excellent couteau ! Pas comme chez nous où la saucisse sèche sera peut-être sèche dans 6 mois...

Dîner vers les 16h avec la meilleure salade pomme chicon que j'ai jamais mangée, merci la chef Ciboulette qui ne publie jamais ses recettes parce qu'elle ne sait plus ce qu'elle a mis dedans... (ndlr: authentique)

Mini balade pour aller voir un artisan qui fait des jouets en bois, on cherche le 62 mais la rue s'arrête au 18... Ah, erreur de ma part, c'est au numéro 4, demi-tour et il n'y a aucune indication au n° 4, je frappe à la porte et une brave dame m'apprend que l'artisan a arrêté il y a plusieurs années et est parti travailler (ce sont ses mots)!

De retour au camping, je signale que cette publicité sur les papiers jaunes est un tantinet périmée mais je ne pense pas qu'elle ait été retirée, ce doit être l'humour du coin...


Soirée courrier bien peinards où on se fait la réflexion qu'une journée à ne rien faire passe bien vite !


Événements, un gros camion hollandais arrive dans le camping et embarque 1 voiture belge et 1 voiture et une caravane hollandaises !

Notre écrivaine sur place m'apprend que les propriétaires campeurs sont morts, un tombé d'une falaise et l'autre s'est perdu dans les sentiers mal balisés et les familles veulent maintenant récupérer les véhicules. Le propriétaire de la voiture belge habitait en fait en Hollande mais n'avait pas encore changé son immatriculation...

Je précise que toute ressemblance avec des faits réels ne peut être que fortuite !


10

Coucou les P'ti Loups !

Tombés du lit vers 9h30, il fait moche et pisseux mais on le savait; la grenouille ne s'est pas trompée, ça arrive parfois... Petit dej avec les restes c'est-à-dire pas grand-chose, il est grand temps de faire quelques courses et on décide donc de retourner à la civilisation et un de ses centres commerciaux ! Celui proche d'ici s'appelle Cité Europe et est "idéalement" situé tout près du tunnel sous la manche pour que les migrants anglais puissent faire leurs emplettes (les autres, passez votre chemin siouplé, note perso cynique, je l'avoue)...

Branle-bas de combat pour tout ranger et tout fixer pour que le mobilhome puisse rouler sans que tout se promène et tombe des armoires et nous v'la parti vers midi...

C'est un grand centre commercial avec 124 boutiques dont un grand Carrefour, on prend d'ailleurs un caddy qui va bien nous emm...ennuyer car on commence bien entendu par d'autres boutiques... On se dit qu'il vaudrait mieux aller dîner avant d'aller au Carrefour pour ne pas avoir faim et acheter n'importe quoi !

On va donc dîner dans une brasserie appelée Le Comptoir du Malt, ça ne peut pas être mauvais avec un nom pareil ! En fait c'est une chaîne mais locale au Nord de la France et les ficelles Picardes ainsi que la flammekuche au Maroilles se sont avérées absolument délicieuses ! Pour Cécile, c'est la meilleure flammekuche qu'elle ait jamais mangée ! En plus ils ont évidemment leur bières artisanales: la normale et la triple sont très bonnes ! Bon plan à recommander sans hésitation !

Après ça, aprem au Carrefour qui est géant et propose de tout; je fais le plein de magazines informatiques (va y avoir des news pour les geeks sous peu sur Li P'ti Fouineu) et de bières du Nord de la France pour partager avec qui veut ... ou pas ! J'y ai vu de mes yeux vu un jambon "bien élévé" qui ne devrait donc pas vous insulter une fois mis à table... voir la seule photo du jour...

Deux ou trois heures plus tard, on en a plein les bottes et on passe à la caisse pour tout taper dans le mobilhome et aller voir une ou deux dernières boutiques qu'on souhaite visiter avant de partir. Sérieusement, je ne pensais pas que je trouverait une chouette pompe à vélo en promo chez Darty et pourtant... Cécile a déniché quelques chouettes bijoux encore à prix soldés alors que les soldes se sont terminées la semaine passée ... On prend une crêpe et un grand crème au Grand-Place où le serveur avait un peu de mal (il n'avait pas dû boire que de l'eau et/ou devait être très fatigué) mais on a bien ri ensemble quand même...

Bref, il est presque 19h quand on sort de ce temple de la consommation, Cécile va acheter du pain à une boulangerie voisine et je vais chercher le mobilhome... En arrivant au bahut, je constate que le ballon de foot que j'ai trouvé sous le mobilhome au camping et placé sur le porte-vélo pour que son propriétaire puisse le récupérer s'y trouve toujours, on ne l'a pas perdu en roulant, miraculo ! ... Je le rentre à l'intérieur, c'est quand même un ballon Nike en cuir...

Au moment de démarrer, coups d'angoisse, j'aperçois le témoin rouge du frigo qui est resté branché sur le 12 volts du mobilhome à l'arrêt depuis midi trente alors que mon frangin m'avait averti que le frigo ainsi branché pouvait vider la batterie en 2 heures ! Et flûte, on est mal si le bahut ne redémarre plus !

Heureusement comme dirais Julos, ça ce n'était pas écrit dans l'évangile, et notre brave vénérable démarre au quart de tour ! Ouf, sauvés ! Merci la bonne étoile ! Je me dirige donc vers la boulangerie et là, pas de Cécile ! La pauvre était revenue vers le parking après ses achats mais a heureusement aperçu le mobilhome et on a fini par se retrouver, moi frais comme une rose et Cécile toute essoufflée...

Juste en face, il y a un magasin appelé Electro Dépot et Cécile me dit qu'il faut qu'on y aille, instincto-thérapie ! Et de fait, ça vaut le coup: de tout en moins cher qu'ailleurs !!! Le magasin ferme à 19h30 et on sort avec plein de trucs alors qu'on a eu le temps de ne voir que 2 rayons au maximum ! Il faudra absolument qu'on repasse par là le jour du départ, magasin fabuleux !

Allez, là on rentre, un petit porto blanc et un excellent souper grâce au très bon pain et fromage La Tentation de Saint Félicien, tous deux dénichés par Cécile !!!!

On est encore plus fatigué que lorsqu'on a été en vélo à Wissant ou à pied à Sangatte ! Donc, les centres commerciaux sont aussi un bon exercice ! Juste un peu plus coûteux...

À bientôt les P'ti Loups !


11

9h30 semble être l'heure naturelle pour se lever ! Il fait absolument magnifique, pas un nuage ! Donc on se mentalise pour Wissant à pied par la plage, plus ou moins 6km (punaise, 12 bornes aller-retour), avec le départ à 14h pour ne pas avoir de blague avec la marée haute...

La matinée se passe cool, lecture au soleil pour l'une et lecture informatique à l'ombre pour l'un !

Ciboulette nous fait des pâtes au bacon pour dîner, puis on se dit que "nan, on n'ira pas à Wissant aujourd'hui" ! Il faut dire que le temps s'est gâté et est maintenant complètement couvert et on a aucune envie de risquer de marcher sous la pluie...

Je vous rassure, il n'a pas plu du tout et vers 16h, on se décide à aller revoir la plage d'Escalles mais à marée basse cette fois... sur le chemin, Cécile fait moisson de beau cailloux en souvenir, on visite l'église et son cimetière, on passe par la cabine à livre , ancienne cabine téléphonique transformée en boîte à livres, puis on s'arrête au bar L'Escale pour réserver pour le souper mais c'est complet ! Ben on ira ailleurs...

Le soleil est revenu lorsqu'on arrive à la plage où on s'assied dans les galets et on reste subjugué par la beauté du site: falaises calcaires qui semblent devoir s'effondrer de façon imminente et qui présentent des écoulements d'eau au délicat gazouillis à leur base où se trouve également de la verdure, les galets à la limite de la marée haute et du sable fin pour la plage qui se découvre à marée basse avec le sable fin qui court avec le vent... C'est simplement magnifique et on reste planté là un long moment en caressant quelques galets incroyablement doux ! On a découvert qu'un galet pouvait être super relaxant (il est vrai que nous n'étions déjà pas stressés à la base); on vous conseille d'essayer si vous passez par là...

Bon, c'est pas tout ça mais quelle heure est-il ? Bientôt 18h me dit mon Smartphone... Mais ce n'est pas possible me dit Cécile et elle a tout-à-fait raison car mon Smartphone s'est connecté à une antenne anglaise à 35km d'ici alors que l'antenne française est à moins de 3km, merci les falaises ! Il est en fait bientôt 19h, vous l'avez compris...

Les Falaises, c'est précisément le nom du restaurant où on va souper, carte majoritairement poisson qui n'est pas notre tasse de thé mais du poisson comme ça, aucun problème ! Que ce soit le cabillaud aux noix de Cécile ou ma poêlée de pâtes au crabe, c'était absolument délicieux et bien copieux !

C'est donc bien alourdis du repas et, pour Cécile, de sa nouvelle collection de cailloux que nous remontons vers le camping pour la première fois sans devoir faire de pause dans la côte ... Vive le sport de haut niveau !

Voilà qui termine nos super chouettes vacances, demain il faudra se lever plus tôt pour préparer le mobilhome (= tout ranger et fixer) et quitter le camping avant 10h...

Un petit panoramique 
12

Réveil avec une sonnerie imitant le bruit de la mer vers 7h30 ! Dur, dur ! On a décidé de repasser au magasin Electro-Dépôt qui est juste génial ! Donc on ne fait que préparer le mobilhome pour le départ, on ira déjeuner à la boulangerie proche du magasin sur le site du centre commercial Cité Europe à Coquelles !

On quitte le camping avant 9h, direction Cité Europe où on arrive en moins de 15 minutes pour prendre un bon petit déj chez Louise et on est prêt pour Electro-Dépôt 5 minutes avant l'ouverture de 10h ! On ressort de là avec un caddy plein, il est quasi midi ! Juste à côté, il y a un magasin ameublement-décoration, on y va, très chouette aussi ! On est jeté dehors à 12h30 car ils ferment pendant midi mais on a bien entendu réussi à trouver deux ou trois petites choses intéressantes ! On va dîner devinez où ? Au Comptoir du Malt pardi ! On se prend tous les deux une flammekuche au Maroilles, punaise que c'est bon ce machin ! Après ça, bref passage au Carrefour et on se met finalement en route pour rentrer !

Arrivée à la maison un peu après 17h, arrivée qui met fin à nos magnifiques vacances, espérons que l'atterrissage ne sera pas trop dur...

Rendez-vous à plus tard sur le blog de Li P'ti Fouineu et/ou son site INFO pour toutes les photos de ce magnifique séjour !