Carnet de voyage

Escale aux Philippines

4 étapes
1 commentaire
1
Après le Japon, nous faisons un petit stop aux Philippines avant de rentrer en Australie.
Novembre 2019
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Après un petit vol de 6h, nous voilà arrivés à Manille à minuit.

• • •

Point histoire :

Après la dernière ère glaciaire, le niveau de la mer s'élève d'environ 35 mètres, submergeant l’isthme reliant les Philippines au continent, et en donnant naissance aux mers peu profondes situées au nord de Bornéo.

Les flux de populations ne deviennent possibles que grâce à l'utilisation de pirogues. Il y a 5000 ans, des habitants du littoral de la Chine du sud commencent à traverser le détroit pour s'installer à Taiwan. Vers 2000 avant J.C, des migrations ont lieu de Taiwan vers les Philippines.

Fernand de Magellan, explorateur portugais voyageant pour le compte de l'Espagne, est le premier européen à arriver aux Philippines, le 16 mars 1521. L'archipel entre dans l'empire espagnol à partir de 1565 avec la conquête officielle par Miguel Lopez de Legazpi qui fonde Manille en 1571. La conquête est longue, la communauté espagnole reste réduite et réside principalement à Manille.

Manille et son port, Cavite, deviennent rapidement un centre d'échanges commerciaux entre l'Asie et l'Amérique espagnole.

À la fin du XIXe siècle s'est développé un mouvement de libération, dont l'un des personnages clé fut le poète et écrivain José Rizal. Chirurgien ophtalmologue formé en Europe (Espagne, France et Allemagne), il nourrit son projet révolutionnaire d'une conception inspirée par ses lectures de Don Quichotte. Surnommé le Don Quichotte des Philippines, il est exécuté par les autorités espagnoles en 1896. Il devient aussitôt un martyr national, ce qui renforce la résistance au régime colonial.

Les États-Unis encouragent le mouvement d'indépendance et se décident à intervenir militairement aux Philippines. Le 10 décembre 1898, le traité de Paris met fin au conflit. L'Espagne cependant n'accorde pas l'indépendance aux Philippines mais les vend aux États-Unis pour 20 millions de dollars.

La colonisation dès lors se poursuit sous le joug d'un nouveau maître. C'est pourquoi, dès le 4 février 1899, une nouvelle guerre oppose les indépendantistes philippins aux États-Unis. Plus d'un million et demi de Philippins (soit 15% de la population) perdent la vie dans cette guerre où les Américains commettent de nombreux massacres. L'élite hispanisée, dont font partie les leaders indépendantistes, est décimée.

Commence alors une période intensive de déshispanisation au profit d'une anglicisation de la culture.

En 1935, les États-Unis accordent au Commonwealth des Philippines un statut de semi-autonomie destiné à accompagner le pays vers son indépendance. À partir de cette date, un président élu les représente au niveau international. Le premier est Manuel Quezón, qui a donné son nom à l'une des villes de l'agglomération de Manille, actuellement la plus grande ville du pays.

En 1942, lors de la Seconde Guerre mondiale, le pays passe sous occupation japonaise, les mouvements de résistance sont très actifs et la répression japonaise féroce. Les forces d'occupation commettent de nombreuses atrocités dont la marche de la mort de Bataan (environ 20 000 morts) et le massacre de Manille en février 1945, où plus de 100 000 civils trouvent la mort. Le général Douglas MacArthur, qui ne réussit pas à repousser l'invasion initiale et doit fuir en Australie en abandonnant ses hommes, prend sa revanche en 1944-1945 et libère l'archipel. Le pays obtient son indépendance le 4 juillet 1946.

Le sud du pays, en particulier l'île de Mindanao, connaît une crise politique due à des mouvements séparatistes musulmans s'opposant depuis les années 1970 au pouvoir de Manille, très proche de l'Église catholique.

• • •

Nous ne pensions pas trouver une telle agitation à une heure aussi tardive, mais cette ville donne l'impression de ne jamais dormir. Nous retrouvons une ville comme nous avons pu en voir lors de nos séjours précédents en Asie, animée, bruyante, et avec une conduite... typique.

Le lendemain, nous partons découvrir la ville. Le choc thermique est rude après l'air frais du Japon, nous nous retrouvons dans la chaleur étouffante tropicale. La ville est encore plus agitée que la nuit et il y a des bouchons partout.

Nous nous rendons d'abord à la basilique-cathédrale de l'Immaculée-Conception de Manille. Elle a été détruite 7 fois depuis sa première fondation en 1571. L'édifice actuel date de 1958 (après bombardement durant la libération des philippines durant la seconde guerre mondiale).

Cathédrale de Manille 

Nous allons ensuite au Fort Santiago qui est une citadelle construite à l'origine par le conquérant espagnol, Miguel López de Legazpi pour la nouvelle ville de Manille, aux îles Philippines, rattachées à l'empire colonial espagnol. Le 13 août 1898, le drapeau américain a été élevé sur le fort Santiago, signalant le début de l'occupation américaine des Philippines. Le fort a servi de quartier général à l'armée américaine, qui y a effectué certaines modifications.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le fort Santiago a été capturé par l'armée impériale japonaise, qui a utilisé ses prisons et ses cachots, y compris les réserves et la poudrière, pour enfermer des centaines de prisonniers, qui ont été tués près de la fin de la guerre. Le fort a été gravement endommagé par les obus de mortier américains et philippins pendant la bataille de Manille en février 1945.

Fort Santiago 

Puis nous faisons un petit arrêt à l'église Saint Augustin qui est la troisième église construite à Manille, en 1586, par les moines augustins, elle est l'une de quatre églises philippines datant de la période coloniale espagnole classées en 1993 au patrimoine mondial par l'UNESCO.

Eglise Saint-Augustin 

Le soleil nous a un peu lâchés sur les Philippines, espérons qu'il revienne vite !

Manille 
2

Le lendemain, réveil à 4h30 pour partir en excursion au volcan Taal.

• • •

Point histoire :

Toujours en activité avec une dernière éruption en 1973, le volcan culmine à 400 mètres d'altitude. Ses nombreuses éruptions explosives ayant entraîné des nuées ardentes et des tsunamis en font le volcan le plus meurtrier des Philippines.

Sa première éruption répertoriée date de 1572, depuis il est entré 33 fois en éruption. Occasionnellement, de grandes éruptions affectent la région, comme celle de 1749 au cours de laquelle des séismes ont secoué le sud de l'île de Luçon, et agrandissent le lac Taal. L'éruption la plus meurtrière fut celle de 1911 qui fit 1335 victimes. la dernière éruption meurtrière a eu lieu en 1965 avec 200 victimes.

La particularité de ce volcan est sa localisation, en effet : sur l'île de Luçon se trouve un lac, le lac Taal, sur lequel se trouve une île, Volcano Island, dans laquelle se trouve un lac, sur lequel se trouve un piton rocheux, c'est donc une île dans un lac dans une île dans un lac dans une île, une lac-ception !

Ainsi, le lac du cratère de Volcano Island est le plus grand lac sur une île dans un lac sur une île au monde et le piton volcanique situé dans le lac de cratère de Volcano Island est la plus grande île dans un lac sur une île dans un lac sur une île au monde (oui moi aussi j'ai mal à la tête).

• • •

Après 2h de route, nous montons à bord d'un bateau typiquement philippin, et je vous le dis, ce n'est pas très stable ! Nous traversons ainsi le lac Taal jusqu'à Volcano Island.

Le bateau de tous les dangers ! 

De là, nous commençons notre ascension. Les paysages sont vraiment magnifiques, mais il fait de plus en plus chaud.

Sur le chemin, près du sommet, nous voyons des fumerolles, la guide nous dit que si on laisse un œuf dans le trou durant 20 min, il ressort en œuf dur, pratique ! Nous croisons également de pauvres chevaux surexploités, tout maigres, sur lesquels des touristes (pour la plupart chinois) osent monter pour faire l'ascension, je n'ai pas vraiment compris en quoi c'était agréable de monter sur une pauvre bête déjà à moitié morte, mais nous n'avons pas tous le même respect pour la vie.

Observez bien la fumée  et le pauvre cheval sur la gauche

Arrivés en haut, nous avons une vue plongeante sur le cratère dans lequel se trouve le lac et son piton rocheux.

Là, une noix de coco fraîche nous attend, et nous en profitons pour faire de jolies photos avec de petites chèvres (non ce n'est pas Mika qui s'est transformé je vous rassure).

Sur une partie de ce lac, l'eau bouillonne car l'activité volcanique se trouve juste en dessous, mais sur le reste du lac l'eau est fraîche, les habitants de l'île viennent donc s'y baigner car étant pleine de souffre, elle est apparemment bonne pour la peau.

Partie chaude avec des fumerolles 

La descente fut plus facile que la montée et nous croisons le flot de chinois qui monte (à dos de pauvres canassons bien sûr) et nous sommes contents de nous être levés tôt afin de les éviter !!

3

Nous revoilà dans l'avion pour 1h30 de vol en direction de l'île de Cebu au sud des Philippines.

• • •

Point histoire :

Le 7 avril 1521, Fernand de Magellan débarque à Cebu. Il est accueilli par Rajah Humabon, roi de Cebu et la reine qui se convertissent au catholicisme dès le 14 avril avec 800 "indigènes". Magellan échoue cependant à revendiquer l'île pour la couronne d'Espagne, puisqu'il est tué par le roi de Mactan Lapu-Lapu le 27 avril 1521 lors de la bataille de Mactan (opposant les guerriers du chef Lapu-Lapu, de l'Île de Mactan, et quelques troupes de Fernand de Magellan, qui furent vaincues).

Le 27 avril 1565, la colonisation de la région commence avec l'expédition menée par Miguel Lopez de Legazpi. Les espagnols peinent pendant un long moment à installer une réelle occupation durable compte tenu de la résistance passive des autochtones. Le 1er janvier 1571, une ville est fondée sous le nom de "Ciudad del Santisimo Nombre de Jesus" (ville du nom le plus saint de Jésus).

En 1898, la ville est cédée aux Etats-Unis après la guerre. En 1901, elle st administrée durant une brève période par ces derniers et obtient un statut spécial d'auto gouvernance en 1936 lui permettant d'être dirigée indépendamment par les politiciens philippins.

Occupée par les japonais durant la seconde guerre mondiale, la vile intègre finalement la République des Philippines.

• • •

La ville est autant embouteillée que Manille, je crois que c'est une spécialité des Philippines.

Nous visitons le fort San Pedro, qui resta sous contrôle espagnol jusqu’à la cession des Philippines aux États-Unis en 1898 avec le traité de Paris, et fut alors rendu aux Cebuanos. Durant la Seconde Guerre mondiale il servit de refuge aux japonais entre 1942 et 1945 et une fois la bataille contre les forces japonaises terminée, il fut utilisé comme hôpital de campagne. Le fort garda une dimension militaire jusqu’en 1950, année durant laquelle il devint un monument historique avec un jardin aménagé en son sein.

Fort San Pedro 

Nous avions prévu d'aller faire du snorkelling, d'aller explorer des cascades... mais voilà que la pluie s'est pointée faisant tomber tous nos plans à l'eau (c'est le cas de le dire). Les routes étant déjà difficilement praticables quand il fait beau, nous n'avons pas tenté 3h de route sous la mousson, surtout avec la super conduite philippienne et l'absence de ceintures dans les voitures.

Nous nous rendons donc au temple taoïst, qui a été construit par la communauté chinoise de Cebu en 1972. La vue sur la ville du haut du temple est assez sympa.

Temple taoïst 

Nous reprenons un vol pour retourner à Manille, un peu déçus de ne pas avoir pu explorer l'île, mais il fallait bien que nous ayons un peu de mauvaise météo après 8 mois de beau temps !

4

Après un vol retardé de plus d'1h, nous arrivons enfin à Manille.

Pour nos deux dernières nuits, et avant de reprendre notre vie dans notre petit van Maddy, nous avons pris un bel hôtel afin de profiter un peu.

Et il est plutôt pas mal ! Petite suite, avec dressing (le minimum).

C'est donc détente et farniente au bord de la piscine, le tout sans soleil... Mais il fait quand même bien chaud !

Heureusement, de notre 22ème étage nous avons une superbe vue sur toute la ville.

Manille 

Voilà que s'achève notre petit trip asiatique d'un mois. Nous retournons au pays des kangourous et des koalas retrouver notre vie plus tranquille avec Maddy (je prie pour qu'elle démarre).

Pensez à vous abonner au blog australien si vous voulez nous suivre !! Bisous ❤❤