À propos

A vélos, en caravane, à pieds : savouver, voyager, dévouvrir, s'enrichir. Récits de nos voyages à vélo en famille avec nos 3 Bibous et nos Biclous.
5 étapes
3 commentaires
3
5 jours carnavalesques dans la ville des amoureux.
Du 21 au 26 février 2017
6 jours
Partager ce carnet de voyage
21
fév

Depart aux aurores pour rejoindre l'aéroport d'Orly. Arrivée sous un épais brouillard (que nous ne quitterons malheureusement pas de la journée) sur le tarmac de Venise Marco Polo.

Nous remercions Google Maps qui nous a, à défaut de l'amabilité du chauffeur de bus, indiqué notre stop pour gagner notre hôtel : Elite résidence à Mestre. La ville de Mestre ne presente aucun intérêt hormis le prix attractif du logement (moins onéreux que sur Venise).

Nous déposons nos affaires et décidons afin de ne pas perdre la journée de nous rendre sur les Îles de Murano et Burano. Le Tram T1 permet de nous rendre en premier lieu sur Venise (15min).

Nous avons du mal à apprécier le décor environnant car quelque peu déboussolé par le manque d'indication concernant les transports que nous devons emprunter : les fameux Vaporetto.

Nous attrapons finalement notre embarcation direction Murano. Île célèbre pour son verre. Une petite balade nous conduira à Guarnieri Glass Factory où nous observerons le travail d'un souffleur de verre.

Nous reprenons ensuite le vaportetto pour l'île de Burano et ses maisons de pêcheurs colorées. Nous flanons dans les rues au plaisir d'y prendre quelques clichés.

22
fév

Un reveil un peu tardif et un bon petit dejeuner nous font rejoindre l'île de Venise aux alentours de midi. Le brouillard s'est transformé en épaisse couverture nuageuse. Nous commençons à comprendre le fonctionnement des vaporetto et l'empruntons pour nous rendre au célèbre pont de Rialto. Sur le trajet nous pouvons observer le ballet des embarcations et gondoles. C'est un réel trafic fluvial qui s'organise au travers le Grand Canal.

Nous longeons les petites rues et traversons un bon nombre de ponts qui nous conduiront successivement à Campielo de Santa Maria Nova, l'église avec son architecture typique vénitienne : Chiesa di San Canciano puis à la Basilic de Santi Giovanni e Paolo ( San Zanipolo en vénitien). Nous nous accordons la visite de ce lieu impressionnant par ses dimensions.

Nous reprenons ensuite notre chemin à travers nombres boutiques de masques et de pâtes pour nous rendre au quartier du Ghetto : quartier où les Juifs furent forcés de résider et d'où toute autre population était exclue, de 1516 à l'occupation de la ville par Bonaparte en 1797. C'est dans ce quartier que nous rencontrons les immeubles parmi les plus élevés de la ville.

23
fév

Aujourd'hui le ciel nous est à nouveau tombé sur la tête. Pas de chance pour notre excursion place San Marco. Nous nous y rendons tout de même. La visibilité étant médiocre nous ne faisons qu'admirer le parvis et les facades du Palais des Dodges, du Campanile et de la Basilique (en espérant pouvoir visiter ces derniers en compagnie du soleil programmé samedi).

Petit détour par le pont des soupirs : ce nom suggère le soupir exprimé par les prisonniers conduits devant les juges, lors de leur dernier regard porté sur Venise. C'était donc la dernière image de la liberté pour ceux qui allaient finir leurs jours en prison.

Nous remontons vers la Chiesa di San Moisè. Traversons nombreux ponts bercés par le clapotis des eaux portés par le passage des gondoliers à la cantonade. Les rues étroites et nombreuses nous font nous perdre entre Santa Maria del Giglio et le Teatro La Venice. Cette agréable balade éloignée de la masse touristique nous mènera à la place San Stefano où son église à pour particularité d'être dominée par un Campanile penché.

Nous traverserons le Grand Canal pour une dépose à Accademia où une petite pose sandwich s'impose. Nous décisions de nous perdre au travers les ruelles et ses célèbres artisans créateurs de masques vénitiens. Notre balade se poursuivra entre la Chiesa di San Barnaba, le Ponte dei Pugni, la Chiesa di San Nicola da Tolentino, un petit détour par l'université en passant par la Salizada San Pantalon nous conduir à la Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari. Nous terminerons cette escapade en rejoignant le célèbre pont de Rialto.

24
fév

Guère de motivation en cette matinée bruineuse, nous prenons tout de même la direction de San Marco. Nous contournons la horde de touristes pour emprunter la calle del Vin, une toute petit rue qui nous conduit place San Zaccaria.

Sur la fondamenta dell' Osmarin nous nous arrêtons dans deux boutiques de masques authentiques vénitiens et costumes, tous plus beaux les uns que les autres.

En continuant notre chemin à l'angle de la rue, nous admirons la Scualo dalmata di San Giorgio Degli Schiavoni et ses 2 dauphins et Bas reliefs représentant Saint Georges terrassant le dragon et la Vierge à l'enfant entre St Jean Basptiste et Ste Catherine.

Nous nous dirigeons ensuite vers San. Francesco della Vigna: son campanile, un des plus élevé de Venise, rappelle par son architecture celui de la place San Marco.

Nous apprécions la balade au travers des rues paisibles qui nous permettent d'observer l'organisation de la vie venitienne jusqu'à l'Arcenale: ancienne zone militaire contruite en 1104.

Nous retournerons après un passage par l'hôtel, du côté du Musée Naval pour une soirée masquée avec repas aux chandelles sur un Galion navigant sur les flots de la lagune.



25
fév

Première et dernière journée ensoleillée !

Nous profitons de cette belle matinée pour prendre un vaporetto direction place San Marco. Quelques clichés s'imposent sur le trajet.

La place est à l'image des commentaires fournis par nos proches avant notre départ : noire de monde. Nous retournons faire quelques emplettes du côté de San Zaccaria puis prenons la direction de l'île de Lido pour une balade et un dejeuner en bord de plage.

Nous terminons la journée, ainsi que notre séjour sur une vue imprenable, de Venise du haut du Campanile de San Giorgio Maggiore. Sur le parvis nous admirons les costumes tous plus impressionnants et extravagants les uns que les autres.

Dernier stop à la Basilique Santa Maria della Salute : battie au 17ème s. pour remercier la Vierge Marie et Jesus Christ d'avoir entendus les prières des vénitiens et mis fin à l'épidémie de peste qui à fait 50 000 morts. Nous apprécions un petit dîner au Osteria Alla Bifora.