Une première immersion au cœur de l'archipel du Cap-Vert dans l'île de Sal pour un séjour all inclusive.
Mars 2018
8 jours
Partager ce carnet de voyage
J1


Départ : Paris 17h20 / 8 degrés / Nuageux - Arrivée : Ile de Sal / 23h30 heure locale / 20 degrés / Nuit


Après une arrivée tardive sur l'île de Sal pour escale technique imprévue à Malaga (merci la compagnie Small Planet) nous voilà arrivées dans notre hôtel. Avec 2 heures de décalage horaire et un vol plus long que prévu, nous ne tardons pas et rejoignons au plus vite notre lit ! Le tour du propriétaire sera pour plus tard.

L'Oasis Belorizonte est un hôtel à taille humaine où on loge dans des bungalows individuels récemment rénovés. Avec ses 3 piscines et sa plage juste à proximité c'est vraiment l'endroit idéal pour se reposer et se détendre.

Une fois nos marques prises il est temps de partir à la découverte pour ce premier jour de la ville de Santa Maria et de son célèbre ponton. La présence de plusieurs hôtels n'altère pas l'authenticité de cette ville devenue de plus en plus grande au fur et à mesure des années avec l'essor du tourisme.

La douceur du climat est vraiment appréciable, surtout quand on sort tout juste des épisodes neigeux en France. Nous restons quand même surprises par le vent plutôt important pour ce premier jour, on s'y attendait et ça se confirme !

Une des piscines de l'hôtel

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
J2

Pour ce séjour all inclusive nous avions opté pour trois excursions prévues d'office dans notre semaine.

Nous débutons ce deuxième jour avec une visite de l'île de Sal accompagné de notre guide francophone Eduardo.

~ Première étape : la ville principale de Sal, Espargos. L'occasion de s'immerger davantage dans la culture de ce pays.

Pour être totalement sincère, la ville ne présente pas un charme fou. Il nous est proposé de rentrer dans l'école pour voir les enfants étudier. Nous restons plutôt mal à l'aise face à l'invasion de nombreux touristes dans chaque classe et préférons rester en retrait afin de respecter leur apprentissage.

Le marché local composé exclusivement de produits importés 

~ Deuxième étape : le port principal de l'île, Palmeira. Plusieurs vendeurs d'origine Sénégalaises sont là aussi présents comme ce fut le cas à Espargos.

Nous nous confrontons à la réalité des habitants : tous n'ont pas la chance d'avoir l'eau courante et doivent se rendre quotidiennement à la fontaine pour pouvoir cuisiner et se laver. Compte tenu de l'aridité du territoire, cette ressource fait d'ailleurs cruellement défaut sur l'île.

Au cours de notre séjour, l'hôtel nous incite à en limiter notre consommation mais se charge de changer nos serviettes quotidiennement : un paradoxe !

~ Troisième étape : la piscine de Buracona. Si l'île de Sal est aride et majoritairement désertique, une de ses spécificités est l'existence d'une cavité naturelle appelée œil bleu ainsi qu'une piscine naturelle où il est possible de se baigner quand les vagues sont plus faibles. Vous l'aurez compris, vu l'écume ce jour là, la baignade est interdite. Le spectacle des vagues se cassant suffit à notre bonheur !

~ Quatrième étape : les Salines de Pedra Lume. Si l'exploitation du sel fait dorénavant partie du passé il reste ce décor qui témoigne de l'activité dense présente encore il y a quelques décennies. Avis aux amateurs : baignade digne de la mer morte. Et là aucune interdiction hormis du bon sens : ne pas rester plus de 15 minutes et éviter d'ouvrir les yeux dans l'eau 😀

~ Cinquième étape : la baie de Ponta Preta.

La plus belle plage que l'on ait vu pendant notre séjour avec sa superbe dune remplie du désert du Sahara et ses kitesurfeurs au loin domptant les vagues.

J3

Virée sportive pour attaquer cette nouvelle journée ! On enfile un casque et c'est parti pour découvrir les espaces désertiques de l'île de Sal.

Les paysages oscillent entre les dunes et les plages idylliques. Agrémentés de kitesurfeurs, la sortie est à couper le souffler.

On mange la poussière mais on adore ça !

Un arrêt aux bords de petites Salines est l'occasion de se remémorer les belles images vues la veille.

La balade se termine de nouveau par la magnifique baie de Ponta Preta.

Nous rejoignons notre hôtel en début d'après-midi et profitons de l'après-midi pour commencer à se relaxer.

J5

La troisième excursion prévue dans notre programme nous attend : aujourd'hui ce sera Catamaran !

Cependant le beau temps n'est pas au rendez-vous ce matin et la mer est agitée. Notre sortie en mer est maintenue et nous prenons la direction du large pendant 3h.

Le roulis n'aidera pas mon mal de mer et viendra gâcher mon plaisir.

Pour autant à la fin de la virée, le temps s'améliore et nous profitons du retour dans la baie pour faire escale.

Les frissons du matin découragent tous les baigneurs pourtant que cette couleur de l'eau est tentante !

Les équipiers du catamaran en profite pour nous jouer quelques morceaux de musique au son du djembé. Dépaysement assuré !

J6àJ7

Pour les deux jours qu'il reste nous privilégions quelques instants de repos. Bien que les animations proposées nous incitent peu à rester bronzer ! Entre pétanque et danse c'est l'occasion d'échanger davantage avec les animateurs et la vie au Cap-Vert.

Pendant nos différentes excursions nous sommes frappées par le nombre de complexes hôteliers en cours de construction, abandonnés et non détruits qui viennent gâcher le paysage. Notre guide du deuxième jour, Eduardo précisant que l'argent était le seul critère d'acceptation de chacun de ces projets : tu payes, tu peux construire. Alors avec le boum touristique, les constructions vont bon train. Mais que deviendront dans les années futures ces belles plages de sable fin une fois les projets des géants immobiliers terminés ?

Espérons que les populations locales et le gouvernent sauront préservés ces territoires aujourd'hui peu peuplés.

Nous profitons de cette avant dernière journée pour faire quelques achats souvenirs bien que l'essentiel ne soit pas matériel. L'accueil reçu durant ces 8 jours est vraiment appréciable : oui nous sommes touristes, mais nous ne sommes pas harcelés ou stigmatisés si nous n'achetons rien. Et cela fait plaisir de ne pas être considéré comme un porte-feuille ambulant, ce qui ouvre la porte à des rencontres sincères et désintéressées.

J8

Si l'on commençait fort bien à s'habituer à ce climat tempérée, il est temps de rentrer pour programmer de nouvelles échappées.

L'île de Sal est une très belle entrée en matière pour ceux qui souhaitent s'initier à la culture Cap-Verdienne et se détendre.

La gentillesse et la joie de vive des Cap-Verdiens sont autant de qualités qui donnent envie de retourner au plus vite dans ce superbe pays et y découvrir de nouvelles îles. Avec en tête de liste : Santo Antão, São Vicente et Santiago.

Et le prochain, ce sera où ?