Safari au Botswana

Septembre 2018
3 semaines
4

Lorsqu'on annoncait le nom de notre prochaine destination : le Botwsana, la plupart de nos amis et de notre famille nous regardaient avec de grands yeux l'air de dire : "c'est où ça ?". Le Botswana est un pays d'Afrique australe situé au nord de l'Afrique du sud et à l'est de la Namibie. Comment on en avait entendu parlé ? par le bouche à oreille. Ce pays est réputé pour la richesse de sa faune et la beauté de ses paysages sans parler du peuple sane et de sa langue à clics. En plus, aucun risque de croiser des hordes de touristes, le pays limite la fréquentation touristique.

Pas beaucoup de monde, plein d'animaux et des paysages sublimes ! ce pays était fait pour nous.

J'attendais depuis longtemps mon premier voyage en Afrique. Un continent qui m'a tant fasciné dans mon enfance. L'attente a été longue avant de partir. Nous avions tellement hâte. Et en même temps on redoutait de ne pas voir autant d'espèce qu'on espérait , de dormir dans une toile de tente en plein bush, de tomber en panne de voiture seuls sans aide, de nous ensabler etc. La liste est longue. Pourtant l'aventure africaine nous attendais, et nous n’allions certainement pas lui poser un lapin !

Road map 
30
sept

Après de nombreux mois d'attente voici que le road trip à travers le Botswana commence. Mais avant le Botswana nous faisons une escapade au Zimbabwe, si près des chutes Victoria, on allait pas manquer ça ! Il nous a fallu 26 heures de voyage avant d'arriver à notre hôtel à Victoria Falls au Zimbabwe. En sortant de l'aéroport nous avons droit à une démonstration de danses et de chants africains qui n'a absolument pas l'air authentique. Notre hôtel est le Shearwater Explorer Village. Un bel hôtel avec restaurant et piscine. Les chambres sont de petites maisons typiques avec toit en chaume.

30
sept

Grandiose est le premier mot qui nous vient à l'esprit en voyant les célèbres chutes Victoria ! Tout est impressionnant : la hauteur et la longueur des cascades mais aussi le débit malgré la période de sécheresse. A certains endroits la quantité d'eau qui tombe dégage tellement de vapeur d'eau que nous sommes littéralement trempés. Cela forme des arcs-en-ciel en série tout le long de la faille rocheuse. Ici la végétation est bien différente. Il ne s'agit plus d'une savane sèche mais d'une forêt luxuriante et humide.

Les chutes Victoria 
1
oct

Aujourd'hui après quelques courses nous prenons le chemin de la Zambie (environ 30 minutes à pied) dans l'optique de nous baigner dans les piscines du Diables ! Malheureusement nos plans sont un peu mis à mal par la longueur du passage des postes frontières.

Prendre le visa KAZA commun Zimbabwe et Zambie pour gagner du temps.

Vers la Zambie - pont sur le Zambèze 

Nous sommes retournés voir les chutes Victoria mais depuis la Zambie cette fois-ci. Nouvel objectif : Boiling Pot. Ce lieu est situé au fond de la faille parcourue par le Zambèze après les chutes. Il faut descendre de nombreuses marches pour l'atteindre. Depuis là on se rend compte de la hauteur de la falaise et de la puissance du courant de l'eau.

Varan du nil
Boiling Pot 

Nous achetons à un vendeur à la sauvette de vieux dollars Zimbabwéens (en Zambie oui) : 3 dollars US pour plusieurs milliards de dollars Zimbabwéens... Cette monnaie n'a plus cours à cause de l'inflation et de la crise économique terrible que subit le pays mais c'est certainement notre seul moyen de devenir milliardaires. Une voiture de safari est venue nous chercher à la frontière pour nous emmener, avec d'autres touristes, vers le Mosi-oa-Tunya National Park (le parc de la "forêt qui gronde"). Notre safari qui a commencé en voiture, se poursuit à pied une fois dans le parc. Notre première expérience du bush. L'un de nos guides est armé, les consignes sont claires : on ne s'éloigne pas du groupe, on ne court pas et on suit scrupuleusement leurs directives. Nous observons nos premiers zèbres, girafes, waterbucks, etc. C'est en observant une girafe que je crois halluciner en voyant un rocher bouger ! très vite il s'avère qu'on se trouve tout près d'un troupeau de rhinocéros blanc qui nous tourne le dos. Nous étions ébahis devant ces forces de la nature. De vrais chars d’assaut, pourtant si calmes. Les rhinocéros sont gravement menacés de disparition et les chances d'en apercevoir sont minces. C'est pourquoi nous avons tenu à faire ce safari. Ce troupeau est censé être gardé 24h/24. Donc les gardes savent (à peu près) où ils sont. Malheureusement la corruption ne les met pas à l'abri et il arrive que même les rhinocéros gardés soient braconnés.

Rhino Walk 
Zèbre
Buffle d'Afrique
Rhino Walk 
Le Zambèze 
2
oct

Ce matin est consacré à notre transfert vers le Botswana. Un chauffeur nous emmène vers le Chobe River Cottages à Kasane. Nous rencontrons les deux organisateurs français de notre safari Julie et Vincent de Tawana Self Drive. C'est ici que nous découvrons notre carrosse. Un Toyota Land Cruiser tout équipé pour un long séjour dans le bush. Tente dépliable sur le toit, une benne aménagée pour y mettre tout le nécessaire de camping, une réserve d'eau sanitaire de 60L, deux roues de secours et 3 jerricans d'essence supplémentaires.

L'agence Tawana Self Drive nous a guidé dans l'organisation du road trip, nous a conseillé et réservé nos hôtels et campings. Sympathiques et professionnels nous les recommandons vivement !

 Notre voiture

"Le bonheur n'est pas une destination à atteindre, mais une façon de voyager" - Margaret Lee Runbeck

Cet après-midi nous profitons d'une croisière sur la rivière Chobe. Avant l'embarquement nous croisons une famille de mangoustes rayées. La croisière est un émerveillement : hippopotames, éléphants, buffles, crocodiles, varans, impalas et grands kudus. Sans compter un nombre incalculable d'espèces d'oiseaux de toutes les tailles et de toutes les couleurs. Nous les approchons de vraiment très près et nous pouvons les observer sans jumelles. Cette croisière est vraiment un excellent moment.

Mangouste rayée
Jacana d'Afrique
Ibis falcinelle
Buffle
Tantale ibis
Crocodile du Nil
Jeune Babouin
Buffle d'Afrique
Eléphants d'Afrique
Eléphants d'Afrique
Bec-en-ciseaux d'Afrique
Eléphants d'Afrique
Couché de soleil sur le Chobe
Croisière sur le Chobe 
3
oct

Ce matin nous prenons la route pour le Parc National de Chobe.

L'entrée du Parc National Chobe 

Nos premières observations dans le parc se résument à la plupart des espèces vues les jours précédents. La chaleur est écrasante et entre 11h et 17h et il n'y a pas beaucoup d'animaux actifs. Dans les parcs il est interdit de descendre de sa voiture en dehors des aires spécifiques (absolument pas sécurisée, on se demande encore pourquoi est-ce moins dangereux ici qu'ailleurs). Nous rejoignons l'une de ces aires pour avaler quelque chose. C'est sans compter les singes (Vervet) qui nous harcèlent pour avoir quelque chose à manger. Je ne leur fais absolument pas peur et je ne quitte pas Pierre qui, lui, a plus d'autorité.

L'assaut des Vervets 

L'après-midi nous croisons la route de deux nouvelles espèces : le Tsessebe et l'Hipotrague noir.

Un bon bain de boue
Un bon bain de boue
Pygargue vocifer - african fish eagle
Feue la girafe
Girafe
Zèbre
Hippotrague noir
Tsessebe
Rollier à longs brins
Dans le Parc National de Chobe 

Le temps d'une pause géocaching et il est déjà presque 18h. La nuit tombe tôt il ne faut pas tarder à rejoindre le camp. Nous dormons au Ihaha camp. A l'arrivée le garde, pas très sympathique, nous avertit des dangers du camping. Rien de rassurant et ça nous met un peu la pression. Les emplacements sont de simples aires défrichées avec un socle en béton pour faire un feu. Nous ne sommes pas seuls mais les emplacements sont suffisamment éloignés les uns des autres pour que nous ne voyons pas nos voisins. On distingue des éléphants non-loin, on les entend barrir et un peu plus tard on entendra distinctement des lions rugir.

Notre emplacement au Ihaha camp le lendemain matin 
4
oct

Le lendemain, après une longue route sableuse nous rejoignons le Thobolo's bush camp. Nous sommes accueillis chaleureusement par le propriétaire des lieux qui nous explique que l'hôtel détient un label "écologique". Au vu de la sécheresse il nous demande de faire très attention à notre consommation d'eau. Paradoxalement il a fait creuser un point d'eau artificiel qui pompe de l'eau de la nappe grâce à des panneaux solaires. Evidemment l'intérêt principal de ce point d'eau est d'attirer les animaux alentours.

Le point d'eau de Thobolo's et notre emplacement

A notre arrivée il n'y a pas foule mais un tableau nous informe que beaucoup d'animaux, notamment des prédateurs sont récemment passés par là.

Le soir venu nous rejoignons le point de vue sur le point d'eau pour tenter d’apercevoir un animal qui viendrait boire. Nous scrutons l'horizon et un magnifique lion se dirige tranquillement vers l'eau pour s’abreuver. Nous sommes heureux de voir notre premier lion. Enfin, voir est un grand mot car la nuit est déjà bien tombée et nous le distinguons tout juste.

Le lion 

Nous retournons vers notre tente et plus tard ce lion donnera de la voix. Entendre un lion rugir si près de nous nous dresse les poils sur les bras !

5
oct

Au petit matin il n'y avait plus aucun animal autour du point d'eau. On prend donc la route pour la région de Savuti réputée pour sa grande population de félins. Sur la route et malgré la chaleur nous observons plein d'animaux : gnou, lycaon, autruche, serpentaire, outarde kori (l'oiseau volant le plus lourd du monde !).

Zazou = Calao de Bradfield
Steenbok
Bucorve du Sud
Gnou bleu
Marabou d'Afrique
Lycaon
Autruche d'Afrique
Outarde kori
Dans le Savuti 

Les paysages sont sublimes mais nous sommes un peu frustrés. Le lion que nous avons aperçu la veille ne nous suffit pas, nous voulons tellement en voir d'autres, et mieux cette fois-ci.

Savuti 

Au passage dans le Savuti nous nous arrêtons pour aller voir des peintures rupestres. Elles sont assez petites mais bien visibles une fois qu'on les a trouvées. Pour les voir il faut quitter la voiture et partir à pied le long d'un chemin étroit et embroussaillé. A chaque instant je crains qu'un animal ne se jette sur nous pour nous dévorer...heureusement que mon fidèle opinel était à mes côtés (au moins pour me rassurer).

Peintures rupestres 

La route pour notre lodge faisait près de 60km d'une piste pleine de sable et d'ornières. Nous avons traversé le sud du Savuti sans nous arrêter. Le paysage ressemble vraiment aux paysages de savane tels qu'on les imagine. Nous atteignons enfin la porte de sortie : Mabobé gate. On croyait notre calvaire enfin terminé, eh bien non ! les derniers 45 km sont pires. Impossible de dépasser les 30 km/h. Pour couronner le tout le soleil se couche et nous avançons dans la pénombre.

Heureusement nous sommes très bien accueillis dans un lodge communautaire. Le Khwai Guest house a la particularité d'appartenir à l’ensemble de la communauté du village de Khwaï. Il est petit et pas très cher. Le personnel est vraiment très sympathique.

Le prix inclus 2 activités au choix. Nous choisissons un "night drive" (safari voiture nocturne) et un "game drive" (safari voiture classique) le lendemain. Nous reprenons la route pour un night drive inoubliable ! Nous avions un guide pour nous seuls. Celui-ci nous a tout droit conduit à l'endroit où il avait vu un léopard tuer un impala la veille. Nous scrutons les arbres et nous trouvons le cadavre de l'impala. Les léopards hissent leurs prises dans les arbres pour les mettre à l’abri des lions et des hyènes. Et soudain, alors que nous le cherchions dans l'arbre, juste au pied de celui-ci, il était là, endormi. Un magnifique léopard. Durant ce game drive nous sommes impressionnés par le professionnalisme du guide.

Impala tué par un léopard
Eléphant d'Afrique
Léopard
Léopard
Night drive 
6
oct

C'est à l'aube que nous sommes réveillés par le guide de notre lodge. Après un bon petit-déjeuner nous partons pour un nouveau game drive toute la matinée. Cette fois nous ne sommes pas seuls. Immédiatement nous retournons voir le léopard de la veille au soir.

Léopard 

Nous trouvons toute une meute de hyènes réunie autour d'un cadavre d’éléphant. Certaines hyènes sont imperturbables et continuent leur repas ou leur sieste sans même nous regarder. D'autres sont un peu plus curieuses et s'approchent près de la voiture.

Hyène tachetée
Zèbre
Girafe
Buffle
Game drive 

L'après-midi nous reprenons la route par nous-même. Par curiosité nous faisons un tour dans le village. Il est très modeste avec de petites maisons typiques. Nous nous sentons un peu à l'écart du tourisme de masse.

Notre lodge - Kwaï Gest House
Kwaï Guest House - inconito
Khwaï 

Nous retournons faire un safari dans la réserve. Nous n'avons pas retrouvés le léopard, ni vu de lions mais nous avons recroisé une hyène seule. La région de Khwaï est vraiment très belle. On prend notre temps et on admire la faune et les paysage.

Eléphant d'Afrique
Hippopotame
Hippopotame
Grand kudu
Guêpier à queue d'aronde
La région de Khwaï 

On rejoint notre nouveau camp : le Mbudi Campsite de loin le plus sommaire question équipement. Les sanitaires sont dans un bâtiment en bois à l'allure bricolée. Les emplacements sont des espaces défrichés desservis par de petites allées. Mais nous sommes installés le long de la rivière avec une vue imprenable sur celle-ci. Nous sommes cernés par les éléphants et les hippopotames.

Mbudi Campsite 
7
oct

On se lève à l'aube pour une nouvelle journée de self drive. Nous décidons de partir directement pour le Moremi. A l'entrée nous traversons un pont en bois assez étroit. Une seule voiture à la fois. En plus il est envahi de babouin. Dessous coule la rivière Khwaï 😀.

Moremi 

Nous nous arrêtons pour déjeuner près d'un observatoire au-dessus d'une "hippo pool". Et c'est vrai que les hippopotames sont nombreux à se baigner.

Hippo pool
Hippo pool 

A l'approche du camp où nous dormons ce soir nous faisons un détour vers "paradise pool". Il s'agit de petites cuvettes d'eau qui doivent attirer plein d'animaux. Malheureusement nous arrivons en milieu de journée. Le soleil cogne et la chaleur est à son maximum. A cette heure les animaux se cachent à l'ombre...ils ont raison !

Empreinte d'hippopotame
Paradise pool 
Chacal
Gnou bleu
Jabiru d'Afrique
Empreinte d'éléphant
Eléphant d'Afrique
Moremi 

Au niveau d'une porte du parc nous trouvons une meute de 20 lycaons ! Les lycaons sont vraiment beaux avec leur pelage en mosaïque. Chacun a son pattern qui le distingue des autres. Nous restons une heure à les regarder. Surtout quand un éléphant a fait son apparition pour perturber la tranquillité du groupe.

Rencontre avec une famille de lycaon 

Notre camp de ce soir, Xakanaxa, est situé près d'un plan d'eau envahis de roseaux. A la tombée de la nuit deux éléphants ont tranquillement traversés le camping en passant à moins de 10 mètres de nous. Ils sont très impressionnants. Ils dégagent une sorte de force tranquille. Le ciel étoilé est encore splendide on aperçoit même la voie lactée. En Europe la pollution lumineuse la rend très difficile à voir.

Visite surprise 
8
oct

Hier soir Pierre a installé un piège photo autour de notre camp et ce matin on a découvert qu'une hyène est venue roder autour de notre feu ! Nous partons plein d'espoir à la recherche des lions. Le secteur entre Xakanaxa et third bridge est beau. Une savane un peu arborée où l'on imagine des léopards partout. C'est également très humide car on est à la frontière avec le delta de l'Okavango. La faune est riche : zèbres, impalas, hippopotames, girafes et éléphants évidemment.

Hyène tachetée pendant la nuit
Phacochère
Cobe lechwe
Serpentaire
Hippopotame
Guêpier nain
Pas par là
Water lili
Moremi 
Empreintes d'hippopotame

Nous arrivons dans la "Moremi tong". Ici aussi, aux portes du delta de l'okavango, le paysage semble hésiter entre sécheresse et humidité.

En chemin nous passons par le fameux third bridge. Un pont en bois avec des rondins non fixés qui bougent et grincent sous nos roues. Le bout du pont se termine par un trou d'eau.

On avance dans le labyrinthe de pistes franchissables ou non, indiquées ou non pour déboucher dans une jolie grande plaine. C'est ici que nous voyons une lionne tenter une attaque sur un troupeau de zèbres. Elle n'arrivera pas à en attraper un. Nous roulons doucement jusqu'au reste de la troupe resté sur place. C'est au total 7 lionnes et jeunes lions qui sont allongés dans l'herbe.

Enfin des lions ! 

Malheureusement la lumière décline et nous sommes loin du camp. Pierre a peur que nous devions faire des détours si notre route est inondée. Et il n'avait pas tort. Le chemin du retour a été semé d’embûches : chemin inexistant, inondé, hésitation...Finalement nous arrivons juste avant la nuit.

En fin de soirée, au moment de nous coucher, une hyène nous a surpris en s’approchant très près de nous sans qu'on l'entende. Une belle frayeur !

9
oct

Au petit matin nous repartons à l'aventure. J'aime beaucoup le parc de Moremi, il est riche en espèce et les paysages sont ceux de la "savane" tel que je me l'imaginais : de grandes plaines d'herbe jaune, de petits bosquets d'arbuste. Il y a aussi des zones boisées avec de grands arbres tortueux. Sans oublier les zones humides, de petites rivières et des lacs. On remarque toutefois qu'en cette saison de nombreux points d'eau sont secs.

Surprise !
Qui s'y frotte ...
Moremi 

C'est d'ailleurs à l'ombre d'un buisson touffu, près d'une petite rivière que nous faisons une belle rencontre : deux lions mâles en pleine sieste. Ils sont restés indifférents à notre arrivée, c'est à peine s'ils nous ont regardés et n'ont pas fourni le moindre effort. Tout juste ce qu'il fallait pour changer de position.

Les lions 

Il a fallut reprendre la route. Nous les avons laissés à leur sieste et sommes partis. Eux, fidèles à eux même, ne nous ont fait aucun signe d'au revoir. Nous partons explorer la région de "Xini lagoon". On devine que ce secteur est riche en eau mais en cette saison il n'y en a plus beaucoup. On croise malgré tout une grande densité d'animaux.

Hippopotame
Eléphant d'Afrique
Chevêchette perlée
Morémi - Xini lagoon 

Nous arrivons au campsite de South Gate. Pas chouette celui-là. Notre emplacement, le numéro 2, est au milieu du passage. La vue n'est pas terrible mais de toute façon nous sommes en pleine forêt. On entend hurler les hyènes

10
oct

Nous nous levons à l'aube une fois encore. Le piège photo a encore bien fonctionné, nous avons eu de la visite ! Direction : Black pool.

Ratel pendant la nuit
Genette pendant la nuit
En route 

Sur la route on croise le plus improbable des animaux : un rhinocéros blanc ! Les populations sont au plus mal et les chances d'en voir sont très minces. C'est pourquoi nous étions allés en Zambie. Il s'est doucement approché en broutant. A environ 20 mètres il nous a remarqué. Il est alors devenu plus méfiant et a accéléré le pas. Il s'est retourné une ou deux fois puis il a disparu dans les broussailles. Ce rhino avait les deux cornes coupées, certainement pour que ses chances de survie soient plus grandes. Nous étions stupéfaits de cette rencontre, comme si nous avions croisé un fantôme...

Rencontre fortuite avec un rhinocéros blanc

Après une observation pareille nous ne savions plus quoi espérer. Le niveau d'eau dans les Black pool est bas et nous n'y voyons aucun hippopotame.

Steenbok
L'écureuil des bois
Crocodile du nil
Moremi - Black pool et South gate 

La route entre South gate et Maun est un véritable enfer (presque 100 km). Des trous, des bosses, du sable, tous les ingrédients pour un voyage mouvementé. C'est avec beaucoup de soulagement que nous arrivons au Discovery Bed and Breakfast. Ce soir pas besoin de faire du feu nous allons au restaurant ! Demain nous partons pour le Delta de l'Okavango.

11
oct

Si le paradis existe il est ici ! Nous avons survolé le delta de l'Okavango pour rejoindre le Delta campcar celui-ci n'est accessible que par avion. Déjà les paysages étaient époustouflants. De grandes étendues d'eau recouvertes de végétation. On y distinguait l'eau grâce aux reflets du soleil.

Survol du Delta 

Notre guide nous a accueilli et nous a emmenés à l'hôtel en mokoro, sorte de barque traditionnelle. Ce mode de transport est doux et calme ! Le delta est couvert de petits nénuphars appelés "Waters lili". Notre conducteur a bien sûr prit soin d'éviter les hippopotames.

Mokoro
Mokoro
Water lili
Delta camp

Notre lodge est au bord de l'eau. C'est un lodge luxueux magnifique. La décoration est parfaite, le personnel avenant et accueillant. Nous sommes comme des rois car en plus nous sommes les seuls clients. On a eu la chambre cabane. On y accède grâce à un escalier. Au premier étage on trouve une salle de bain ouverte sur l'extérieur sobre mais à la décoration bien travaillée. Les produits sentent bon et sont fait main (le savon en tout cas). A l'étage supérieur on dispose d'une splendide chambre avec un grand lit et sa moustiquaire. Ce qui nous frappe dès que nous entrons c'est la vue absolument magnifique depuis la terrasse. Avec ses petites chaises et un hamac. On se dit que le séjour commence bien. On est loin du confort sommaire du camping en brousse.

Delta camp 

On profite du reste de la matinée et allons prendre notre repas avec le guide et notre hôtesse. La nourriture est divine !! Notre guide nous emmène en mokoro pour un walking safari dans le delta. A pied nous voyons moins d'animaux qu'en voiture car ils sont plus méfiants. On apprend tout de même beaucoup de chose sur leurs mœurs. A la fin nous avons la chance d'observer deux Grand-duc de Verreaux que Pierre a tout d'abords entendu puis que le guide a déniché en 2 minutes. A notre retour toute l'équipe nous a préparer un apéritif sur une plateforme spécialement aménagée pour observer le couché de soleil. Un moment magique.

12
oct

Au petit matin nos hôtes nous invitent à un rapide petit-déjeuner puis nous repartons avec notre guide en mokoro pour un safari à pied. Celui-ci était décevant.

Levé de soleil sur le delta
Mokoro

La route vers l'aéroport en mokoro est difficile pour notre guide. Il fait très chaud et la faible hauteur d'eau rend la conduite du mokoro fatiguante pour lui. On finit par approcher de l'aéroport mais nous sommes attendus par une quinzaine d'hippopotames curieux. Certains d'entres-eux commencent à se rapprocher lorsque nous accostons. On finit le trajet à pied. Il fait si chaud que le vent en est brûlant.

Village dans le delta
Troupeau de buffle
Survol du delta 

Nous récupérons notre véhicule et nous partons faire des provisions pour les 7 prochains jours. La ville de Maun, du moins le centre-ville, est assez agité. On y croise des piétons, des voitures, du bétail ou encore des chiens errants dans tous les sens. Conduire demande beaucoup d'attention car aucun ne respecte les passages piétons. D'ailleurs je crois qu'il n'y en a pas. C'est l'heure de la fin des classes nous croisons aussi quelques écoliers en uniforme.

Nous retournons au Discovery B&B pour cette nuit. La soirée est consacrée au chat sur internet et à la détente. Dès demain nous repartons pour du camping jusqu'à la toute fin du séjour.

13
oct

Nous voilà sur la route pour le Central Kalahari Game Reserve. On emprunte d’abords une route goudronnée considérée comme une autoroute. Attention tout de même au bétail qui traverse comme chez lui. Nous longeons ensuite la barrière vétérinaire via une piste de sable interminables sur 90 km jusqu'à l'entrée du parc à Matswere gate. Nous déjeunons sur la route en plein cagnard. Le sable nous brûle les pieds à travers nos chaussures.

Sur la route pour le Kalahari 

A la porte du parc le garde est très sympathique. Il nous fournis un plan (1er parc qui nous en donne un) et des infos sur l'endroit où ont été vus les derniers grands félins. Il y a justement des lions observés aujourd'hui à Sunday Pan, l'endroit où nous dormons ce soir. Nous apprenons aussi qu'il n'a pas plus ici depuis le mois de mars. Les paysages du Kalahari sont magnifiques et assez différents de ce que nous avions vu jusque ici. On a la joie de voir pour la première fois des springboks et des oryx.

Oryx
Outarde kori
Paysages du Kalahari 

A Sunday Pan on ouvre grand les yeux pour voir les lions. On n'aura pas besoin de chercher longtemps. On les trouve à l'ombre d'un arbre près d'un point d'eau. Deux mâles adultes allongés de tout leur long au sol.

Les lions de Sunday pan 

Notre camp est à 800 mètres des lions. En arrivant nous apercevons un long serpent noir se faufiler dans un trou. On nous avait prévenus. Ici il faut être 100% autonome car il n'y a ni eau ni électricité. Il y a deux petites constructions sur l'emplacement : des toilettes et des douches. Les toilettes sont un grand trou avec une cuvette et les douches un sceau à remplir nous-même. On est très loin du luxe du Delta camp !! Nous nous sentons seuls au monde. Personne aux alentours.

Sunday pan camp 
14
oct

Ce matin en allant aux toilettes je trouve un petit scorpion blanc crème qui tente, en vain, de se cacher sous la cuvette. Nous filons à Léopard pan où de nombreux guépards ont été vus ces derniers jours. Non loin de la piste j’aperçois deux petits renards avec de très grandes oreilles. Ce sont des otocyons. Ils sont assez craintifs contrairement à la plupart des animaux de la savane.

Springbok
Oryx
Otocyon
Otocyon

Nous décidons ensuite de partir pour un waterhole assez loin. Nous faisons la connaissance d’écureuils fouisseurs. Un très joli écureuil qui vit en famille dans des terriers. La route pour le waterhole s'avère extrêmement longue : 3h environ.

Écureuil fouisseur
Sur la route 

En chemin nous voyons les espèces habituelles : springbok, oryx, écureuil ainsi que 3 autruches. Heureusement le paysage n'est pas mal du tout. Il alterne entre savane buissonnante et pan aride à la végétation rase.

Autruche d'Afrique
Serpentaire
Autour sp

Nous dormons à Letiahau, de loin le pire camp de tous ! Il n'y a aucun aménagement, pas de toilette ni douche, pas même un coin pour faire du feu. Ce soir c'est donc un camping sauvage.

Letiahau 
15
oct

Nous filons à Letiahau waterhole. En arrivant il n'y a que des chacals, un grand kudu et des springboks. Nous trouvons une place bien exposée et nous attendons. Un chacal nous fait une belle démonstration de chasse. Après 1h30 d'attente nous abandonnons notre poste d'observation pour nous diriger vers Sunday waterhole.

Chacals
Ratel
Letiahau waterhole

Il est 9h et déjà les animaux sont cachés à l'ombre. Sur la piste nous trouvons une troupe de 6 lions. Ils sont bien cachés à l'ombre d'un épais buisson. Il y a 4 femelles, 1 jeune mâle et 1 mâle adulte. Ce dernier est couché sur le dos et nous regarde à peine. Nous intéressons plus les femelles qui au moins lèvent la tête. Mais nous ne représentons pas une distraction suffisante pour les sortir de leur sieste.

Les lions en plaine sieste 

La route passe par Deception pan. Le paysage de Deception pan est vraiment différent. Le pan est nu sans aucune végétation. Le sol est sombre. C'est un lieu étrange qu'il faut absolument voir.

Deception pan 

Déçus par notre emplacement au camp Kori nous décidons de nous installés à Deception camp bien meilleur (et surtout libre).

Springboks
Gonolek rouge et noir
Deception camp
Oryx
16
oct

En nous levant on remarque que quelques petits passereaux tentent d'attraper l'eau dans une de nos bouteilles. Pierre leur donne alors une assiette remplie d'eau. C'est l'émeute. Nous la remplissons plusieurs fois sans réussir à étancher leur soif. Après un dernier passage à Sunday waterhole nous quittons le Kalahari.

L'émeute
Oryx
Cordonbleu grenadin
Kalahari 

Cela nous prend environ 5h pour rejoindre Rakops pour nous ravitailler en carburant. La route est une ligne droite dans le sable qui nous semble interminable. La ville de Rakops est loin d'être touristique.

Tornade de poussière
Sur la route pour Rakops 

Nous prenons le Khumaga ferry pour traverser la Boteti et rejoindre l'entrée du parc Makgadikgadi. Il s'agit presque d'un simple radeau où il n'y a la place que pour une seule voiture (cela nous coûte 150 pula). C'est une expérience marrante surtout lorsqu'on la compare à notre traversée du Saguenay à Tadoussac.

Khumaga ferry 

Nous arrivons au Khumaga camp. Nous profitons des dernières lueurs du jour pour longer la Boteti. On croise pour la première fois une mangouste rouge. Il y a de nombreux zèbres et beaucoup plus de touristes également.

Tchitrec d'Afrique
Mangouste rouge
Vautour africain
En longeant la Boteti 
17
oct

Nous partons dès le matin pour Ntwetwe pan. Un pan est une étendue d'eau salée à l'intérieur des terres. En saison sèche l'eau s'évapore et le sel se dépose. Sur la route il y a peu d'animaux : des gnous, des zèbres et quelques oryx. Nous croisons aussi une nouvelle espèce la mangouste jaune.

Mangouste jaune
Steenbok

Le paysage des pans est particulier, lunaire.

Les pans sont assez loin ça nous prend donc la journée pour faire l'aller-retour. Mais on ne regrette pas. Nous ne croisons qu'une seule voiture de toute la journée.

En fin d'après-midi nous partons longer la Boteti voir si des animaux se rafraîchissent.

Khumaga campsite
18
oct

Un jour de plus au Botswana ! Cette nuit nous avons entendu deux lions rugir très près de nous. On part vers le nord. Le paysage est splendide. Une clôture sépare la Boteti en deux pour ne pas que le bétail vienne dans la réserve. A moins que ce ne soit pour que les lions n'attaquent pas le bétail. Pourtant cette clôture s'arrête à un moment et nous voyons des zèbres et des gnous au milieu des vaches.

Boteti 

On se dirige vers le Nxai National Parc sur une piste très ensablée. A la porte de sortie du parc nous tombons sur un garde pas très honnête qui tente de nous faire payer plus que nécessaire.

Si on sort du parc avant 11h on ne paye pas la journée.

A la porte d'entrée du Nxai nous avons à faire à deux gardes vraiment sympas. On arrive à Baines baobab vers 12h. Il s'agit d'un immense pan entouré de baobab. Certains sujets semblent avoir plusieurs centaines d'années.

Baines baobab 

Après une pause déjeuner nous rejoignons South camp. Ce camp a la particularité d'avoir des son bloc sanitaire entouré d'un grillage électrifié avec au sol des blocs de bétons surmontés de pique. Ce dispositif sert a empêcher les éléphants d'entrée casser les installations pour boire. D'ailleurs le camp est rempli de bouses d'éléphant.


En fin d'après-midi nous allons jeter un œil au seul point d'eau actif en ce moment. Nous y trouvons une joyeuse troupe d’éléphant qui boit, s'asperge et joue dans l'eau. Demain c'est déjà le dernier jour.

19
oct

Notre dernière journée de ce fabuleux voyage ! et quelle journée ! Nous partons très tôt pour profiter un maximum et mettre toutes les chances de notre côté pour ne pas revenir sans avoir vu un guépard.

Waterhole
Spotted eagle-owl

A un moment je remarque la voiture d'un cameraman stationnée un peu plus loin. Nous approchons doucement et il nous faut quelques minutes pour le voir : un guépard coucher à l'ombre d'un buisson !!!! Allongé l'animal est très fin, chapeau bas à celui qui l'a trouvé !

Vous la voyez ?
Regardez mieux...
Ici
Le guépard 

Dans l'après-midi nous retournons voir le guépard qui avait à un peu bougé. Pendant l'observation nous captons une conversation entre un touriste et le cameraman. Il s'agit d'une femelle qui a en ce moment deux petits.

L'attaque tombe à l'eau 

Il commence à faire sombre, le soleil s'est couché. En partant le cameraman, très gentil, nous avertit qu'il a vu des lions de l'autre côté de la plaine. La journée se termine en apothéose ! C'est comme si les lions venaient nous dire au revoir, la savane nous fait un dernier cadeau !

Nos dernières lionnes