Éthiopie

L'Ethiopie - surprenante et fascinante

L'Ethiopie a su nous émerveiller et nous surprendre comme aucun autre endroit ! Par sa biodiversité, ses paysages et sa culture, l'Ethiopie est unique !!
Février 2020
3 semaines
1
1

Après plusieurs mois de recherches et de discussions nous avons enfin choisi notre destination : ce sera l'Ethiopie ! 🇪🇹

Nous avons choisi cette destination pour ses espèces endémiques : Babouins géladas, Loup d'Abyssinie etc. Mais aussi pour ses paysages grandioses qui nous attendent dans la vallée du Rift, le Danakil ou les haut-plateaux du Simien. Evidemment l'histoire incroyable de ce pays vieux de plusieurs millénaires a piqué notre curiosité. Le pays est souvent associé à la famine, la pauvreté ou les tensions religieuses. Mais il recèle également une richesse naturelle et culturelle incroyable. Nous voulions aller voir par nous-même.

Pour ce voyage nous sommes accompagnés par une agence de voyage locale : Gish-Abay Ethiopia Tour. Notre périple a été élaboré sur mesure selon nos envies. Yenew, le gérant, est a l'écoute, bienveillant et très professionnel.


Carte du voyage 
2

Pour notre première journée en Ethiopie on commence tout naturellement par sa capitale : Addis-Abeba (አዲስ አበባ). La ville est la 4ème plus grande ville d'Afrique et sa capitale diplomatique. C'est une ville véritablement grouillante !

La cathédrale de la Sainte-Trinité est la première église orthodoxe qu'on visite dans le pays. Elle renferme les tombeaux de l'empereur Hailé Sélassié et de son épouse Menen Asfaw. Comme toutes les églises orthodoxes elle cache une réplique de l'arche d'alliance, invisible aux public.

Hailé Sélassié est le dernier empereur éthiopien (1892-1974). Il serait le descendant de la reine de Saba et du roi Salomon. 🤴🏿

Cathédrale de la Sainte-Trinité et les tombeaux de l'empereur et de l'impératrice 

Le mont Entoto est un incontournable de la ville. La route pour s'y rendre est chaotique ! Ce mont est l'ancien lieu de résidence des empereurs (avant leur installation plus bas). On y trouve une église très colorée et l'ancien palais royal.

Ancien palais impérial et Eglise 

On visite ensuite le musée national. On est pas friands de musée habituellement mais celui-ci présente la célébrissime Lucy ! Lucy est une Australopithèque découverte en 1974 en Ethiopie. Sa découverte a été un événement majeur en paléoanthropologie. C'est pour nous le seul atout de ce musée, les œuvres sont mal mises en valeur et le bâtiment semble peu entretenu.

Musée national : ossements de Lucy, objets divers et couronnes impériales

Voici quelques photos de la ville :

Scènes de vie à Addis-Abeba 
3

On passe deux jours dans le Danakil. Après avoir rejoins Mékélé en avion on prend la route en convoi (seul étape en groupe de notre voyage) en direction du désert du Danakil. Situé tout au nord du pays, à la frontière avec l'Erythrée, dans la dépression de l'Afar, ce désert est aussi sublime qu'inhospitalier. La chaleur y est étouffante (35°C en moyenne), presque jamais de précipitations. C'est ici que commence le Grand Rift Africain. La séparation de trois plaques tectoniques à fait s’effondrer, il y a des millions d'années, un volcan toujours actif à ce jour. 🌋 La région est fascinante tant elle est particulière.

Il est obligatoire de se rendre dans cette région accompagné et en convoi à cause des conflits entre l'Ethiopie et l’Érythrée (en paix à ce jour) et du banditisme sévissant dans la région. Des hommes armés de Kalachnikov nous accompagnent durant tout le séjour. Pour autan, à aucun moment nous nous sommes sentis en danger.

Mékélé est à 2000 mètres d'altitude, la route pour rejoindre le Danakil est sinueuse et magnifique. On touche les nuages avant de redescendre sous le niveau de la mer.

Le lac Karoum

On arrive près du lac Karoum en milieu d'après-midi.

Ici le sol n'est constitué que de sel. Du sel à perte de vue ! On a l'impression de marcher sur des chips. Par endroit la croûte de sel atteint 2 000 mètres d'épaisseur ! Nos guides nous emmènent vers un lieu atypique : un trou d'eau salée. Cette "mare" est comme un mirage dans le désert.

Désert de sel et curiosité 

On remonte en voiture pour atteindre les berges du lac. C'est la saison sèche, il n'y a qu'une fine couche d'eau stagnante. La terre et le ciel se confondent dans l'horizon.

Le lac Karoum 

Ici des Afars appelés "forçats du sel" travaillent dans des conditions torrides. Ils extraient manuellement le sel dont ils confectionnent des blocs. Ils chargent ces blocs sur des dromadaires et partent en caravane pour les vendre. 🐪 Le sel est leur seule source de revenus. Il est appelé "l'or blanc d'Ethiopie".

Caravane de dromadaires des forçats du sel 

Après avoir profité du coucher de soleil sur le lac on regagne notre camp.

Notre camp se situe à Hamed-Ella. Hôtel "milliers d'étoiles" d'après notre guide. On dors sur des lits en bois et en corde assez confortables à la belle-étoile. Il fait chaud même pendant la nuit et le vent souffle très fort !

Le convoi et le camp 
• • •

Dallol

Le lendemain matin, avant le lever du soleil, on reprend les voitures pour partir en direction de Dallol. Un des moments les plus attendus de notre voyage.

Dallol est un site unique sur Terre. Le volcan façonne des paysages époustouflants. Les couleurs sont spectaculaires. La chambre magmatique n'est pas très loin sous nos pieds ! On ressent la chaleur intense qui émane du sol, on entend le bouillonnement de l'acide sous nos pieds. La surface du sol est recouverte d'une couche de sel pouvant masquer des nappes affleurantes d’acide bouillonnant. Des gaz sulfurés flottent dans l’air, libérés par les nombreuses cheminées et flaques. Les couleurs sont le résultat de réactions chimiques produisant de l'acide sulfurique qui réagit avec la roche volcanique. Ainsi les sulfates sont responsables de la couleur jaune alors que les oxydes de fer sont à l'origine de la teinte ocre. On nous met en garde que les lacs sont de l'acide sulfurique pur, il faut être très prudent.

Dallol 

Lac d'huile

Non loin de Dallol se trouve un petit lac d'eau bouillonnante et riche en potassium. L'eau n'est pas chaude et elle est comme huileuse au touché. Les locaux vantent ses vertus pour soigner les problèmes de peau.

Lac de potassium 

Nous avons fait le choix de ne pas nous rendre au volcan Erta Alé célèbre pour son lac de magma bouillonnant. Après nous être renseignés, on a appris que le lac s'est vidé au 3/4. Certains voyageurs n'y ont vu que de la fumée. Cela a considérablement réduit pour nous l’intérêt d'y aller. On a préféré utiliser cette journée à meilleur escient. A-t-on fait le bon choix ? on ne le saura jamais... 🤔

4

Après la visite du Danakil on rejoint la région du Tigré en fin de matinée. L'après-midi on visite notre première église.

Les églises rupestres se visitent uniquement avec un guide local. Il faut aussi être accompagné du prêtre seul gardien des cléfs de l'église.🗝 C'est à chaque fois un drôle de jeu de piste à interroger les villageois pour le trouver. Grace à nos guides, nous avons toujours fini par les trouver, et assez vite 👏🏻

Medhan Alem Adi Kasho

Cette église fait partie des plus anciennes églises rupestres (Xe - XIème siècle). En attendant que notre guide trouve le prête au village on profite de la vue splendide sur la campagne tigréenne. L’ascension est courte et assez facile (10 minutes). Cette église inspire le calme et la sérénité. Chacun est accueilli avec beaucoup de bienveillance. On n'oublie pas de demander à voir le système d’ouverture de la porte qui est très ingénieux.

 Medhan Alem Adi Kasho

Après cette journée incroyable on part pour un repos bien mérité à l'hôtel. On loge Gheralta lodge à Hawzen : confortable avec un magnifique jardin.

• • •

Le lendemain matin c'est reparti pour une journée d'excursion des églises du Tigré.

Abuna Yemata Guh

Un véritable coup de cœur ! 💖 A ne surtout pas manquer si vous êtes en forme physiquement et que vous n'avez pas le vertige. Cette église se tient à flanc de falaise à presque 400 mètres de hauteur. La vue est à couper le souffle et se prête à la méditation. L'église en elle-même est une pépite avec ses peintures colorées aux murs et les objets anciens très bien préservés. Les villageois sont d'une aide inestimable pour nous aider à monter et descendre de la falaise.

Abuna Yemata Guh 

Une fois en bas on est invité chez une habitante du village pour la cérémonie du café. Puis on déjeune chez une autre habitante. On est toujours très bien reçu. Les échanges avec les villageois sont très sommaires car ils ne parlent pas anglais, et nous pas amharique...

Abuna Gebre Mikael

L’église Abuna Gebre Mikael se mérite ! Il faut gravir les 500 mètres de dénivelé positif pour admirer les peintures et l'architecture de cette église. Le massif du Gheralta offre des paysages à couper le souffle.

Abuna Gebre Mikael et le massif du Ghéralta 

En quittant l'église on croise un groupe de Babouin hamadryas et quelques rapaces.

Babouins hamadryas et vautours 

C'est la fin d'une journée sportive et riche en belle découverte. On loge au Mylomin Botanical Garden Lodge : à fuir absolument !


• • •


Gebriel Wukin

On reprend les routes d'Ethiopie pour l'église Gebriel Wukin. Cette église date du XVème siècle et est bien plus facile à atteindre. Elle est entourée d'une tranchée creusée dans la roche. Attention elle n'est pas autorisée aux femmes.

 Gebriel Wukin

En sortant un moine nous invite gentiment à partager une bière artisanale qu'il fabrique lui-même. Bon moment de convivialité mais on déconseille la bière. 🍻

• • •

Quelques images de la vie dans le Tigré, les rues, les villages et les personnes qui nous ont accueillis pour un repas ou la cérémonie du café :

5

Le temple de Yeha se trouve sur la route entre la région du Tigré (que nous venons de visiter) et la ville d'Aksum où nous nous rendons. On fait donc un arrêt bienvenu sur cette longue route. Le temple est vieux de trois millénaires. Il a été construit par une civilisation pré-Axoumite aux fortes influences sabéenne. Cette civilisation avait pour dieux le soleil ☀ et la lune🌙. Les archéologues savent peu de choses de cette civilisation qui garde un côté très mystérieux. Le site fait l'objet de fouilles archéologiques. Ce temple servait apparemment aux rites dédiés aux dieux pendant lesquels des animaux étaient sacrifiés. On reste un peu sur notre faim, on aimerait tant en savoir plus...

 Temple de Yeha
6

On atteint enfin Aksoum en fin de journée.

On loge à l'hôtel Armah très correct. Pas loin de l'hôtel se trouve le Kuda Juice (sur recommandation de notre guide) on est pas déçu l'endroit est bien meilleur que le restaurant de l'hôtel.

• • •

Aksoum (አክሱም) est une ville exceptionnelle et ô combien mystérieuse. On a passé la journée entière à explorer les sites touristiques et à nous émerveiller de sa richesse historique. Dès le Vème siècle avant J-C, Aksoum était la capitale d'une puissante civilisation au centre des échanges commerciaux entre l'Afrique et l'Asie. Puis la civilisation a brutalement décliné pour des raisons inconnues.

Champ de stèles Nord

Ces stèles impressionnantes sont les plus belles reliques de la civilisation aksoumite. Il s'agit de monuments marquant l'emplacement des tombeaux de rois pour la plupart oubliés. ⚰ Ces stèles sont sculptées dans un seul bloc de granite. On y distingue des gravures de portes et de fenêtres. Sont-elles des représentations de l'entrée vers l'au-delà ? Au pied des stèles, un escalier nous mène vers les sépultures des rois et de leur famille. La tombe dite "de la fausse porte" est le plus bel exemple d'un tombeaux royal. Il est entouré des ruines d'un ancien bâtiment et l'entrée de la tombe était recouverte d'une dalle de pierre sur laquelle est sculpté une fausse porte. Fait incroyable : seul 10% du site a été fouillé. 🔍 Vous remarquerez que l'un des sarcophages est encore fermé. Des archéologues attendent l'autorisation de l'ouvrir !

• • •

Le palais de la reine de Saba (Palais de Dungur)

Il n'y a aucune certitude qu'il s'agit là du palais de la célèbre reine de Saba. Toujours est-il que d'après les archéologues le palais daterait de l'époque de la reine au lieu même où elle a vécu... Il a surement été maintes fois modifié dans sa longue existence puis complètement abandonné. Il faut aujourd'hui un peu d'imagination pour se représenter la reine dans son palais.

La reine de Saba a régné sur le royaume de Saba (Yémen, nord de l'Ethiopie et Erythrée). Selon la tradition éthiopienne elle serait descendante de Noë. La reine de Saba est à la fois mentionnée dans la Bible, le Coran et les récits hébraïques. Elle parti rencontrer le roi Salomon à Jérusalem au Xème siècle avant J-C. De cette rencontre naquit Ménélik Ier, premier d'une longue lignée d'empereur Ethiopien.

 Le palais de la reine de Saba
• • •

Champ de stèles de Gudit

Les stèles sont ici plus petites mais bien plus nombreuses de le champ de stèle Nord. D'après notre guide le site a été peu fouillé et aucun tombeau n'a été trouvé.

 Champ de stèles de Gudit
• • •

La pierre d'Ezana

On peut comparer cette pierre à la pierre de Rosette égyptienne. Elle fût découverte en 1988. Les inscriptions sont en trois langues : sabéen, guèze et grèc.

La pierre d'Ezana 
• • •

Tombes des rois Kaleb et Gebre Meskel

Le roi Kaleb et son fils Gebre Meskel ont vécu au VIème siècle. Les tombes sont similaires à celles du champ de stèles nord mais sans les fameuses stèles. Dans la tombe du roi on peut voir trois sarcophages. Le roi Kaleb n'est pas enterré ici mais dans un monastère où il s'était retiré avant sa mort car celui-ci s'était converti au christianisme.

 Les tombes des rois Kaleb et Gebre Meskel
• • •

Eglise Sainte-Marie-de-Sion et la chapelle de l'arche d'alliance

D'après la légende, Dieu lui-même a désigné l'emplacement de l'Eglise Sainte-Marie-de-Sion. Le nouvel édifice fut construit dans les années 1960. La nouvelle Eglise est ouverte à tous alors que l'ancienne, un peu plus loin au Sud, est réservée aux hommes. Entre les deux se trouve la chapelle de l'arche d'alliance. Cette chapelle abriterait l'arche d'alliance originale. C'est un haut lieu de prière pour tous les éthiopiens. Un seul moine a l'autorisation d'entrer et demeure enfermé à vie dans la chapelle sans pouvoir regarder la relique. L'arche ne sort qu'une seule fois par an pour la célébration de Timkat (l'épiphanie éthiopienne).

La nouvelle Sainte-Marie-de-Sion 
L'ancienne Sainte-Marie-de-Sion et la chapelle de l'arche d'alliance 

L'arche d'alliance est l'écrin qui contiendrait les dix commandements que Dieu donna à Moïse sur le mont Sinaï. Ramenée à Jérusalem par le roi David, son fils le roi Salomon la place dans le saint des saints. Puis elle disparaît des saintes écritures où elle n'est plus mentionnée. La tradition éthiopienne affirme toutefois que le roi Ménélik (fils du roi Salomon et de la reine de Saba) la rapporta de Jérusalem. Après plusieurs périples, elle se situerait à présent dans la chapelle de l'arche d'alliance où personne n'est autorisé à la voir...

7

On passe une deuxième nuit à l'Armah hôtel pour prendre la route dès le lendemain matin en direction de Debark. Une journée entière de route nous attends. Heureusement les paysages sont magnifiques.

C'est en fin d'après-midi qu'on arrive à l'hôtel Ras Dejen à Debark. Un peu bruyant mais le minimum est là.

8

On accède au Simien par la ville de Débark. Les monts Simien sont reconnus comme étant parmi les plus beaux monts d'Afrique. La vue y est spectaculaire et offre un paysage incroyable pour les amateurs de trek. On y séjourne deux jours se qui permets à peine de découvrir la richesse des lieux. Manque de chance on tombe à une période où une tempête de sable du Sahara voile le paysage.

Paysages du Simien 

La faune et la flore du Simien regorge d'espèces endémiques de la corne de l'Afrique voir du plateau uniquement ! Heureusement nous sommes accompagnés d'un guide amateur d’ornithologie qui nous enrichi énormément de son savoir. Entre 3500 et 4500 mètres d'altitude on ne se lasse pas des paysages afro-alpin peuplés de Babouin géladas 🐒, de Walia (bouquetin d'Abyssinie) 🐏, de rose d'Abyssinie, de Lobélie géante, etc.

La chute de Jinbar est splendide. A simplement quelques minutes de marche de la route elle plonge dans un gouffre sans fond. L'endroit est incroyablement paisible et puissant. Un COUP DE CŒUR 💖

Chute de Jinbar 

On passe une nouvelle nuit au Ras Denjen.

• • •

Le lendemain on rejoint une autre région du parc pour une courte randonnée.

Après plusieurs heures de route on arrive à notre hôtel à Gondar : le Herfazy resort. Un hôtel joli et confortable.

9

Gondar (ጎንደር) est une ville épatante ! Elle fut la capitale des empereurs Ethiopiens pendant plus d'un siècle. 🤴🏿Chacun y construisit son palais cherchant à le faire plus grand et plus fastueux que les autres. On y passe une bonne partie de la journée.

Les palais impériaux de Gondar 

L'Eglise Debré Berhan Sélassié vaut aussi le détour. L'intérieur est recouvert de peintures.

 Debré Berhan Sélassié

Enfin les bains de Fasiladas est un lieu de culte important de la ville. Le bassin est rempli d'eau pour Timkat et la foule se jette dans l'eau pour laver ses pêchers. Les racines des arbres enchevêtrées dans les escaliers dégagent une atmosphère fantastique.

Bains de Fasiladas 

Puis on prend la route pour Bahir Dar, notre prochaine étape.

Notre hôtel à Bahir Dar est le Delano hôtel. Les chambres sont confortables et bien agencées. Attention l'endroit est infesté de moustiques. Le restaurant est correct.

10

On commence notre journée par la visite des chutes du Nil bleu. Courte et sympathique marche pour atteindre les cascades. On nous explique qu'une centrale hydroélectrique dévie une grande partie de l'eau du Nil bleu et que les chutes d'aujourd'hui n'ont rien à voir avec leur grandeur d'avant. La balade vaut quand même le détour. A la fin de la balade on traverse le Nil bleu en bateau.

11

Après notre balade vers les chutes du Nil Bleu on déjeune dans un restaurant au bord du lac Tana à Bahir Dar (capitale de la région Amhara). Le lac Tana est un immense lac de 3500 km² d'origine volcanique abritant 37 îles. C'est le plus grand lac d'Ethiopie. Après notre repas on embarque sur un petit bateau en direction de la péninsule de Zeghe. La traversée dure 1h30. Pendant ce temps on admire le paysage et la faune.

La péninsule de Zeghe est étonnamment luxuriante. On a l'impression de pénétrer dans une forêt vierge. On y cultive le café et nous sommes en pleine récolte. ☕

Ura Kianemiheret

Ce monastère circulaire date du XVIème siècle. Le saint des saints est recouvert de peinture sublimes relatant des passages de la bible.

Betre Mariam

L'église date du XIIIème siècle, ses peintures sont également remarquables.

Autour des îles du lac Tana...👀

On passe une seconde nuit au Delano hôtel pour prendre la route dès le lendemain matin en direction Lalibela.

12

Il nous faut presque une journée entière de route pour relier Bahir Dar à Lalibela. On profite du paysage de la campagne éthiopienne. En chemin on fait une halte à Awra Amba. Cette communauté vit dans le principe fondamental d'une égalité parfaite entre tous ses membres. L'entraide et la mise en commun des biens est totale. Le village a une école, des petites fabriques de vêtements et de poteries, du bétail et des champs. Il y a aussi un restaurant et un hôtel.

On loge au Tabor hôtel, l'un des meilleur que nous ayons eu en Ethiopie.

13

Lalibela (ላሊበላ) est une ville incroyable. Elle compte 12 églises taillées dans la roche.⛪ Ces églises furent creusées par le roi Lalibela (signifiant : "l'homme dont la souveraineté a été reconnue par les abeilles" ) entre 1181 et 1221. La légende raconte qu'elles ont été en parti taillées par les anges. Le roi Lalibela aurait voulu recréer Jérusalem pour éviter aux Ethiopiens la dangereuse route de pèlerinage. Les églises sont divisées en deux groupes : le groupe nord-ouest (la véritable Jérusalem) et le groupe sud-est (la Jérusalem céleste). Un seul billet permet de visiter toutes les églises, le musée (vieux et mal entretenu) et un guide (obligatoire).

On avait jamais vu un site aussi surprenant que Lalibela. Les églises n'ont pas leur pareil. Elles dégagent une impression de mystère. Notre guide a été intéressant et nous a mené avec beaucoup d'aisance dans ce dédale d'églises et de chemins souterrains. On passe d'une église à l'autre par des chemins creusés, des tunnels et parfois des passages en hauteur.

• • •

Dans le groupe nord-ouest l'église Bet Medhane Alem nous a particulièrement marquée. Déjà, c'est la première que nous voyons d'où un choc visuel. C'est la plus grande église rupestre du monde. Elle contient trois trous vides qui représentent les tombes d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Cette église est dédiée au sauveur du monde.

 Bet Medhane Alem

On franchis un petit tunnel pour déboucher sur une cour comprenant Bet Maryam (à ne pas manquer), Bet Meskel et Bet Danaghel. Le puit sacré de Bet Maryam est connu comme donnant la fertilité aux femmes stériles.

Après avoir traversé un long couloir on accède à deux églises : Bet Mikael et Bet Golgotha. Malheureusement Bet Golgotha est interdite aux femmes. Le roi Lalibela serait enterré dans Bet Golgotha dans un endroit inaccessible au public. Les 12 apôtres sont sculptés sur les parois de l'église.

• • •

Dans le groupe Sud-Est on trouve Bet Gabriel-Rufael originale avec son "balcon" et sa passerelle surplombant un profonde tranchée.

Le guide nous mène à travers un tunnel sombre et étroit que les Ethiopiens identifient comme l'enfer. L'expérience est drôle, on parcours 30 mètres dans le noir complet pour arriver devant Bet Merkorios. Ne pas manquer la magnifique fresque à l'intérieur.

Bet Amanuel avec sa très jolie façade.

Bet Abba Libanos est une petite église avec beaucoup de charme.

Saint-Georges, dédiée au saint patron de l'Ethiopie (Bet Giyorgis / ቤተ ጊዮርጊስ), est certainement l'église la plus exceptionnelle et la plus populaire de Lalibela. On se rend compte ici plus qu'ailleurs de l'exceptionnelle architecture des églises de cette ville. A l'intérieur le guide nous monde des coffres en bois âgés de 800 ans qui auraient été sculptés par le roi Lalibela lui-même. Ce coffre renfermerait "l'or de Saba" ! 💰

La journée se termine. On passe une autre nuit au Tabor hôtel. Demain une nouvelle journée à Lalibela nous attend.

14

Pour notre deuxième journée à Lalibela on visite deux églises aux alentours.

La première est Bilbila Chirkos. Celle-ci est un peu reculée dans la campagne. Elle abrite de très belles fresques. La construction de l'église daterait du VIème siècle sous le règne du roi Kaleb. Le guide nous raconte qu'une ruche sauvage est présente dans l'église depuis plusieurs siècles et qu'une légende raconte que les abeilles ont un jour empêché des envahisseurs de piller et de détruire l'édifice. On nous raconte également la légende du tableau représentant Marie et Jésus qui aurait miraculeusement survécu à un incendie. Le prêtre nous montre de très veilles croix de différents styles utilisées pour les offices.

Le tableau miraculeux
• • •

Le second site est un monastère : Asheten Mariam. On a adoré longer la falaise et traverser le chemin du paradis pour accéder à ce monastère à plus de 3000 mètres d'altitude. Le monastère ne paye pas de mine mais il révèle des trésors inestimables. Le prêtre a la gentillesse de tous nous les présenter. La vue est splendide depuis le sommet. On semble toucher le ciel ! 🤩

• • •

Pendant la journée le guide tiens à nous faire vivre l'expérience du marché de Lalibela ! et cela nous laissera un souvenir impérissable, ça grouille de monde et il y règne une effervescence incroyable. Croyez nous, là-bas on trouve de tout !

On recommande le Ben Abeba, un restaurant avec une drôle d'architecture, une bonne nourriture et une vue splendide !

15

On quitte Lalibela pour rejoindre Dessie, porte d'entrée pour le parc de Guassa. On a une journée entière de route. Heureusement on prévoit quelques arrêts pour se dégourdir les jambes. On s'arrête à Genete Mariam. Cette église datant du XIIIème siècle est creusée dans le tuf rose. L'intérieur est richement décoré. Le lieu est imprégné de la ferveur des croyants des nombreux siècles qu'elle a traversé.

Sur la route ... 🛺

Arrêt au bord du lac Hayk

On loge au Golden gate à Dessie pour une nuit.

16

Une longue route nous attends pour rejoindre Regreg, notre point de chute dans la réserve de Guassa. 🚙

• • •

La réserve de Guassa compte des espèces emblématiques et endémiques d'Ethiopie qu'on a hâte de voir : Géladas, hyènes tachetées, servals, oréotragues et léopard. Mais surtout l'unique Loup d'Abyssinie. Il s'agit de l'un des mammifères les plus rares au monde ! Il est endémique des hauts plateau éthiopien. Il n'en resterait qu'environ 500 individus à l'état sauvage. On sait qu'on a toutes nos chances d'en voir ici, mais sans certitude, c'est le jeu avec les animaux sauvages.

Après nous être installés dans notre chambre, on part avec un guide pour une randonnée dans la réserve. L'écosystème afro-alpin est exceptionnellement préservé et d'une beauté qui nous émerveille. Dès nos premiers pas sur les sentiers on est ébahis par la beauté du site. Malgré nos efforts on ne verra pas de Loup d'Abyssinie. 😓

On dors au Guassa Community Lodge. Ce lodge communautaire est géré à tour de rôle par les membres de la communauté locale. Il est parfaitement situé pour les randonnées dans la réserve. La chambre est rustique. On profite d'une soirée agréable autour d'un feu dans le salon-cuisine avec quelques habitants et notre chauffeur.

17

On retourne passer une nuit à Addis-Abeba avant de nous diriger vers le sud du pays. On passe par Adama (capitale de la région Oromia) pour gagner Dinsho. Ici se trouve le siège du Parc national. C'est notre dernière chance d'apercevoir le loup d'Abyssinie.🍀 Le parc compte aussi une belle panoplie d'espèces endémiques et des paysages réputés magnifiques.

 Sur la route

🦗🦗🦗🦗 En chemin on traverse un essaim de criquets. 🦗🦗🦗🦗 Ce sont des criquets beaucoup plus gros que ceux qu'on connait en France. Ils peuvent voler sur de longues distances. C'est très impressionnant !

Essaim de criquets 

Dinsho se trouve à 3 207 mètre d'altitude. On part pour une courte randonnée pour observer la faune et la flore. La forêt est spéciale. Les gigantesques arbres recouverts de lichen offrent une atmosphère féérique hors du temps. On a la chance de voir des Nyalas des montagnes (espèce endémique) et le Guib d'Ethiopie. Les animaux sont habitués à l'Homme, on peut les approcher d'assez près.

Durant notre séjour dans le Parc national des monts Balé on loge au Wabe shebelle hôtel. Franchement pas top !

• • •

Plateau de Sanetti

Le lendemain matin on prend la direction du plateau de Sanetti. Ce plateau a un climat rude (entre 3800 et 4000 mètres d'altitude). En langue Oromo Sanetti signifie "là où soufflent les vents forts". Le plateau présente une végétation afro-alpine bien adaptée avec notamment des Lobelies géantes (Lobelia rhynchopetalum).

Le parc est un condensé d'espèces endémiques. Ici, d'après les guides, on est quasi certains d'apercevoir enfin le Loup d'Abyssinie. On affronte le froid et le vent pour en voir un. Mais décidément la chance n'est pas avec nous. 😦 Aucun loup ne daignera se montrer ! Finalement on voit très peu de mammifères sur le plateau.

On gravit le mont Tullu Deemtu, le deuxième plus haut sommet d'Ethiopie (4 377 m). On donne l'impression d'avoir fait un exploit ! Mais la route y mène sans beaucoup d'effort.

🦆 A l'inverse des mammifères qui se font rares, on se régale de la richesse en oiseaux. Le parc compte près de 280 espèces !

Bref aperçu de l'avifaune du plateau de Sanetti

Forêt d'Harenna

Après avoir traversé le plateau de Sanetti, la forêt d'Harenna semble surréaliste. La route sinueuse descend du plateau et la végétation devient abondante. La forêt d'Harenna est une immense forêt tropicale humide (oui : tropicale humide !). Des mousses et des lianes poussent sur les arbres à la taille impressionnante. L'atmosphère du lieu est magique. On est impressionnés par cette forêt encore pas entièrement explorée.

Le guide nous propose une randonnée pour nous immerger dans l'ambiance du lieu. Un dilemme nous envahi : partir en randonnée dans la forêt qui nous semble si magique ou remonter sur le plateau de Sanetti pour retenter notre chance de voir le Loup d'Abyssinie. 🤔 On choisi le Loup. Malgré ce sacrifice il ne se montre pas. Cette fois c'est certain on rentre en France sans l'avoir vu. 🥺

C'est le cœur lourd qu'on doit quitter le parc direction Langano. On passe par la ville de Shashamane (ሻሸመኔ). C'est ici que vit une communauté de Rasta.

Ras Tafari est le nom de naissance de l'empereur Hailé Sélassié (dernier empereur d'Ethiopie). En Jamaïque certains ont vu en lui l'accomplissement de la prophétie biblique qui disait que les rois seront issus de l'Afrique. L'empereur est devenu pour les croyants de cette nouvelle religions une divinité. L'empereur fit dont de terres à Shashamane pour que les fidèles puissent revenir sur les terres de leurs ancêtres en Afrique.

 Sur la route pour Langano

On loge au Sabana Beach Resort un merveilleux hôtel au bord du lac Langano. Service impeccable, chambre spacieuse et bien équipée, restaurant délicieux ! un très bon séjour.

18

On est désormais dans la région des lacs de la vallée du Grand Rift africain.

La vallée du Grand Rift est une immense faille géologique séparant le continent africain. Elle débute de la mer rouge et le Danakil (qu'on a vu au début de notre voyage) jusqu'au Mozambique. La séparation des plaques tectoniques conduit à la formation d'immenses lacs.

Lac Langano

Dès notre réveille on profite d'un excellent petit déjeuné au bord du lac Langano. On est entourés d'une myriade d'oiseaux multicolores. On passe du temps à profité de cet instant. On ne se baigne pas même si le lac est l'un des seuls où l'on peut se baigner sans risquer d'attraper la bilharziose.

Parc National des lacs Abiata-Shala

Le parc porte le nom de deux lacs qui le compose. Après être entrés dans le parc un guide nous emmène pour une courte randonnée. Nous voyons des autruches et quelques antilopes.

On reprend la route pour gagner un très beau point de vue permettant de voir les deux lacs. On redescend ensuite sur les berges du lac Shala ou on admire une grande colonie de Flamants roses et Flammants nains. 🦩

La curiosité principale est la source chaude. N'oublions pas que nous sommes dans une région volcanique active. 🌋Le lac Shala s'est formé dans une caldeira effondrée. Une eau à 90°C sort de la roche et s'écoule vers le lac.

Lac Ziway

Le lac Ziway est si grand qu'il ressemble à une mer intérieur (425 km²). On en parcours une infime partie en bateau pour admirer les oiseaux qui sont si nombreux.🐦 C'est un moment de calme et d'émerveillement.

On embarque sur le lac depuis le Haile Resort. Un excellent restaurant.

19

Après cette journée autour des lacs de la vallée du grand Rift on retourne à Addis-Abeba pour une dernière soirée. Anteneh nous conseil un bon vendeur de café local et nous rejoignons Yenew, l'organisateur de notre voyage pour une dernière soirée. On dîne au Habesha Cultural Restaurant qui présente un spectacle de danse et de chants éthiopiens en même temps qu'une cuisine éthiopienne.


C'est le cœur lourd qu'on quitte l'Ethiopie. Ce voyage s'est révélé à la hauteur de nos attentes en terme de biodiversité. On regrette tout de même de ne pas avoir vu le Loup d'Abyssinie ! 😢 On avait hésité à aller dans le Danakil mais on est aujourd'hui bien content d'y être allés.

Le pays est incroyablement riche d'histoire et de culture. Nous avons été émerveillés et fasciné par ses trésors. La visite des églises du Tigré reste un moment fort de notre voyage tout comme Axoum, Gondar et Lalibela.

Enfin la beauté des paysages de l'Ethiopie nous a coupé le souffle à plusieurs reprises !

Voici ce qui clôture les aventures de deux "faranji" au pays de la reine de Saba.

Pour vivre d'autres aventures éthiopiennes :

- "A la recherche des mines du roi Salomon" de Tahir Shah

- "Carnet d'Abyssinie" de Wilfred Thesiger