Carnet de voyage

Voyage en Pandémie

16 étapes
23 commentaires
Dernière étape postée il y a 6 jours
Partons ensemble pour un voyage en dehors des sentiers battus. Une découverte totale, de soi et des autres. 4 filles, leurs mecs, leur Dood. Que deviendront-elles ? A suivre...
Mars 2020
6 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 20 mars 2020

Arrivée à Tours chez maman.

Lucile envisage de rester dans son studio pour 6 semaines, la mort assurée.

Sarah hésite son coeur balance, mais elle fini par choisir la voie de la raison, elle partira chez Pascale avec Polo.

Marie et Pierre arrivent vers 20h en provenance de Rennes, super contents ! Merci le Coronavirus, des vacances bien méritées !!

2

Lucile et Antoine, Marie et Pierre, on se retrouve tous chez Papa.

Les avantages : présence d'un jacuzzi, 100m des vignes pour les balades, des occupations à tirelarigot, plusieurs cubis de vin, papa, la télé (*4)

Les inconvénients : du télétravail (cf photo)

Du télétravail... 
3
3
Publié le 20 mars 2020

La psychologie du développement et la psychologie cognitive sont terminées

Ensuite place à l'apéro avec Pascale et Paul

Et puis après, comme d'habitude on a mangé un bon plat (ce soir pizza) de ma belle mère

On s'est collés devant une série française complètement naz pour finir la soirée

4
4
Publié le 20 mars 2020

Le travail pendant que l'homme de la maison fait son devoir d'homme de la maison

😂L'homme de la maison 😂
5

Alors... on en est maintenant au 4ème jour, ça s'organise.

Tous les jours, on vient au bureau avec Danielle. On répond au standard (peu d'appels, mais les gens sont hyper contents de nous trouver et on les rassure). on gère l'équipe à distance, on a mis en place SLACK pour rester en contacts les uns avec les autres. on se fait deux réunions en visio par jour, avec nos associés, les "NLC bleus", pour caler des décisions relatives au Corona mais aussi à d'autres choses concernant nos deux études qui n'en font plus qu'une depuis le 10 mars.

Hier soir on est rentrées assez tôt (vers 18h), on a fait une petite séance de gainage et des étirements, ça nous a fait du bien de bouger nos corps. on pense que si ça dure 3 ou 4 semaines, on devrait être affutées comme des gazelles à la fin, mais pour ça il faudrait qu'on arrête de compenser par le martini, les gateaux apéro et le chocolat.

On pense déplacer les meubles du salon pour se faire un coin "gym" et un coin "boulot en télétravail".

Ensuite on a été invitées par Olivier à boire quelques bulles, on est restés tous les trois dehors bien sûr et en respectant les distances de sécurité et les gestes barrières (on a même apporté nos verres!)

un peu plus tard on a fait un "apéro partagé " par le biais de l'appli ZOOM, avec mes parents, les detoff et Jérome, on a bien rigolé, ça nous a bien remonté le moral. on recommence la même chose samedi soir, téléchargez ZOOM pour être avec nous!!!

Et ce matin, munies de nos auto-autorisations, on a fait un petit footing bord de Loire, Magnifique! mais pas très sportif vu qu'on n'a pas le droit de s'éloigner à plus d'un kilomètre de chez soi.... bon on a fait quand même pont de fil-paul bert-pont de pierre- retour maison....

• • •

Au niveau moral, je suis triste de ne pas pouvoir vous voir. mais je sais que c'est mieux comme ça, vous êtes plus à l'aise là où vous êtes, et puis je suis avec Danielle, qui est vraiment facile à vivre! c'est assez serein, en tout cas au maximum compte tenu du contexte. on remarque quand même qu'on a des humeurs assez changeantes, l'une comme l'autre, on a des "coups de mou", je suppose que cette situation inédite et anxiogène a des répercussions. en tout cas, on se soutient, on se connait par cœur et surtout rien d'autre ne nous "distrait", alors c'est plus facile: même moi, qui ne remarque jamais trop rien, je vois quand elle a une baisse de moral!

la Ville est assez vide, je pense que beaucoup de tourangeaux sont partis dans leurs maisons de vacances, il y a beaucoup de volets fermés.

je pense à vous, chacun dans votre petit coin, donnez des news!

6
6
Publié le 20 mars 2020

Les jours se ressemblent finalement mais heureusement, y a du soleil encore

Toujours l'homme de la maison qui fait son job pendant que Pascale et moi on travail sur nos Jobs respectifs

Ce soir c'est la Canasta qui nous attend (que Pascale appel Canaste 😂)

Gros bisous à toutes et occupez vous bien de votre vieux père les soeurs

Et maman occupe toi bien de ta doude surtout quand elle est triste 🙂❤❤

7
7
Publié le 20 mars 2020

Jeudi 19 :

Marie & Pierre télétravail le matin, nul. Je laisse à Lulu et Antoine le soin de raconter leur journée. (Au moins pour les parties qu'on n'a pas en commun).

Ensuite on monte au terrain là haut, avec quelques bières bien fraiches, le pieds ! Début des travaux de jardin, entretien des haies, et du terrain encore au dessus.

Après l'effort, le réconfort, JACUZZI !

Le Jacuzz de jeudi fin d'aprem de Marie et Pierre 

Le soir programme classique, apéro et plateau repas devant Alita (film de SF sympathique) (la veille "Avengers end game", on ne recommande pas !)

Vendredi 20 :

Même genre, télétravail, courses à la supérette du quai puis travail au jardin l’après midi ... MAIS AVANT :

Barbecue évidemment, c'est pas l'été pour rien ! 

Donc ensuite bien sur, retour au jardin (sauf Lulu qui a fait un marathon du sommeil en ce jour), on a décaissé quelques kilo de terre qui s'était un peu effondrée, le potager sera joli mais il reste du boulot !!

La terre décaissée et réorganisée en paliers à gauche, les gars qui abandonnent sous prétexte que "la nuit va tomber" à droite

Pour finir Lulu et Antoine ont fini sur un petit spa, le pieds !

8
8
Publié le 20 mars 2020

On me dit dans l'oreillette que j'ai pas tout dit... On a aussi :

  • Nettoyé et aéré le bac à poissons, car il y avait tellement d'algues/racines que les poissons ne pouvaient plus nager, le comble pour un poisson.
  • Pierre a préparé les semis de 6 courgettes et environ 10 pieds de tomate (après avoir fouillé dans les poubelles pour récupérer les pots de yaourt.) Il me signale (d'alarme) d'ailleurs qu'il n'a pas trouvé assez de pots, la suite donc après avoir mangé des yaourts.

En cuisine Lucile nous a fait :

  • Tartines de radis pour l'apéro, ficelle picarde, crocs monsieur, galettes, salade délicieuse de riz, thon avocat etc. fondues de poireaux, tarte aux pommes, et j'en passe et des meilleurs. Le confinement avec une cuisinière, c'est l'astuce du jour !
9
9
Publié le 22 mars 2020

c'est une journée grise... et le confinement, par beau temps c'est pas facile, mais par temps gris ça l'est pas plus!

il n'y avait personne à plum ce matin à 10h, ça fait tout bizarre!

plum personne 

mais on a fait notre petit marché quand même, soutien aux agriculteurs!

un petit frichti plus tard, voila la lecture et la sieste au coin du feu.... on va craquer dans pas tard mais pour l'instant c'est pas désagréable....

je vais voyager sur myatlas.... 

j'ai le projet de faire du pain, de poncer l'escalier, de semer des fleurs, d'apprendre le crochet, de trier mon armoire, de coudre des rideaux, de classer mes papiers, de faire ma déclaration d’impôts, de rentrer du bois, de lire des livres, donc pas de risque de m'ennuyer... mais c'est bizarre, toute cette possibilité me donne le vertige et me paralyse. Je ne fais donc rien.

10
10
Publié le 21 mars 2020

Aujourd'hui ce fut plutôt la glandouille comme on sait bien faire

Mais ce soir avec Pascale on a regardé les vieilles photos

Et je pense que vous partager quelques photos de Paul serait une bonne idée

Voilà parce que je pouvais pas garder ces photos adorables que pour moi

Et puis on jouera au Taro que Pascale a acheté en courses ce matin, pendant l'apero

Gros bisous la miff😍❤


Enfant mimi
Enfant mimi
Bb beaucoup trop mimi pour se faire engueuler
11
11
Publié le 22 mars 2020

25ème lavage de mains depuis ce matin, petit footing bord de Loire (vers saint Pierre des Corps pour éviter les keufs) avec copine Maud (à un mètre cinquante chacun l'une de l'autre bien sûr)

la Dood m'a bien régalée ce midi, petites côtelettes d'agneau à la sauge et purée maison, et moi j'ai fait du pain! on dirait que c'était l'idée du jour....

Atelier pain à Tours et à Artannes, les grands esprits se rencontrent! (je sais pas mettre ma photo dans le bon sens)

L'après midi un grand bain (dans ma baignoire) pour me détendre et affronter la nouvelle semaine à venir....avec son lot de stress!

Et puis je range des papiers, je nettoie par ci et par là, je bouquine, je traine, comme si j'étais ado, c'est pas si mal je dois dire, je me dis que vous aviez tout compris! Je sais que vous êtes entre de bonnes mains, mais je fais la maman quand même: surtout restez bien en place, le pic de l'épidémie est à venir apparemment et c'est vraiment moche comme maladie. Ne prenez pas d'IBUPROFENE surtout.

je suis so sad de ne pas pouvoir vous accueillir ce soir comme un dimanche ordinaire. du coup je vous mets ça en souvenir de bons moments qui me font chaud au cœur et qui reviendront vite:

pourquoi personne n'est debout à faire le service? qui a élevé ces enfants?

J'apprends par Fabienne BLET (Marie tu dois te souvenir d'elle?) que Pauline a accouché le 21 mars à NOUMEA d'une petite ZOE !!!

qu'est ce qu'elle a pas compris, cette petite, dans "restez confinés"? 
• • •
12

Du coup si vous le sentez vous êtes les bienvenus à lui faire une petite vidéo d'anniversaire! on les rassemble avec Dood et on les monte!

25 ans /// 25 mars 2020

13

Hello mes chères soeurs et mère


Aujourd'hui avec Pascale c'etait travail (comme tous les jours.. 😫)

Mais après c'est l'apero ! Youpiii 🥳! (Comme tous les jours)

En regardant les infos comme tous les soirs parce que il faut s'informer en ces temps durs

Et comme hier soir, la Canasta nous attend et cette fois on va enfin y arriver

Parce que figurez vous qu'on avait qu'un seul jeu car Paul à emmené l'autre à l'appartement

Donc après plusieurs heures de recherche d'un deuxième jeu, qu'on a pas trouvé, Pascale a demandé à la voisine de faire passer un jeu de carte au dessus du mur qui sépare les deux maisons,

Finalement après une partie on s'est rendu compte que son jeu n'etait pas complet, il faut savoir que la veuille Pascale avait acheté jeu puisque nous n'en n'avions pas

Et aujourd'hui Paul en recherchant des vieilles photos il en a trouvé un deuxième ! Super ! Il manque une carte... Mais cette fois on va pouvoir le compléter avec le nombre de jeux de carte que nous avons ahahah

Quelle histoire ! Très longue

Tout ça pour dire qu'une nouvelle Canasta nous attend

Canasta avec Paul et Pascale
Canasta avec Paul et Pascale
Paul et Pascale
14
14
Publié le 25 mars 2020

En ce lundi 23 mars le soleil brille sur l’Oppidum de Rochecorbon. Le bataillon est retranché dans la caserne depuis une semaine et les travaux vont bon train. Heureux de cette semaine loin des combats et de la terreur de la guerre, les soldats œuvrent à la fortification du camp. On entend les rires jaillir entres les tentes et une odeur de printemps envahit les tranchées. Une seule ombre venait ternir la joie du bataillon, la perte récente de leur frère d’arme, la jeune blonde à la langue bien pendue qui avait refusé le combat pour s’occuper de son mari, un ancien combattant désœuvré.

Les soldats, insouciants, construisent une unité de compostage lorsque l’ennemi, rapide comme l’éclair, surgit au bas de la colline. Malgré les fortifications, l’ennemi réussi à s’introduire dans la base. Les soldats sont pris au dépourvu. Certains sont encore en guêtre, cherchant désespérément leur arme pour faire feu sur le tank en approche. La bataille débuta à 13 :00. Les deux armées, effrayées mais revanchardes, restèrent dans les tranchés. Après deux heures d’une bataille de position exténuantes, le bataillon decida de battre retraite plus loin sur les hauteurs, abandonnant à l’ennemi leur chef et leader, le colonel Laffon. Pris au dépourvu, les soldats n’avaient plus que deux options : récupérer leur base au risque de leur vie, ou fuir. Ils prirent donc contact avec leur commandement et attendirent les instructions. Ils savaient tous que le château de Tours accueillait encore le reste du régiment et une fuite était possible. Il leur suffisait de longer la Loire en évitant les casques bleus pour trouver refuge auprès du Commandant Dechesne. Le réconfort de la place de Tours les appelait mais les soldats savaient que le château n’offrait pas les mêmes joies que le camp de l’Oppidum. En effet, au château la vie était dure pour les quelques soldats qui y étaient stationnés. Les chambres étaient petites et les fortifications assiégées par les casques bleus.

Le commandement était clair, il fallait que le bataillon trouve une solution de retrait et conserve ses forces pour les combats à venir. Les soldats décidèrent d’abandonner la promesse de sécurité et la chaleur du château de Tours pour construire un nouveau camp de base, à quelques encablures du champ de bataille. De ce point de vue, le bataillon pourrait observer l’ennemi et profiter de la douceur printanière de l’Oppidum. Les soldats envisageaient même de venir armer d’un drapeau blanc pour parlementer et négocier une trêve le temps de la cohabitation.

Malheureusement, les soldats avaient tout abandonné dans leur fuite et pour survivre en territoire hostile, ils devaient s’infiltrer dans la caserne et récupérer discrètement leur matériel. Dans le même temps, l’ennemi prenait possession de la caserne sous les yeux ébahis du bataillon. Lors de leur intrusion, les soldats du bataillon Laffon, courageux mais pas très fins, se retrouveraient très rapidement face à l’ennemi. Le massacre était inévitable. Quelques tirs furent échangés. C’est alors que l’oppresseur pris une décision qui surpris tout le monde. Un soldat sorti du tank, laissant apparaitre une femme triste au regard vide et à la peau crasseuse. Drapeau blanc à la main, elle annonça à haute voix qu’elle quitterai le camp le lendemain à l’aube, laissant la caserne et son colonel libre. Les soldats ne comprenaient pas mais exultaient.

C’est ainsi que le bataillon Laffon conserva son camp de base jusqu'à la fin des hostilités, heureux d’avoir vaincu l’ennemi dans cette bataille qu’on dénomme encore : la Dernière Bataille de l’Oppidum.

Le soldat inconnu

15
15
Publié le 25 mars 2020

Petit récap de la suite de la bataille de l'oppidum : Emmanuelle est partie le lendemain matin telle une tragédienne, en récupérant ses affaires comme si c'était la dernière fois qu'elle mettait les pieds dans la maison. Elle a dit à Papa qu'après le confinement elle viendrait récupérer l'ensemble de ses meubles, etc. Du coup il peut plus faire son meuble de cuisine dans le meuble dont elle voulait se débarasser car elle veut le récupérer pour le faire chier.. Donc même s'il y a toutes les chances du monde pour qu'elle ne parte pas vraiment lui se dit qu'il veut pas prendre le risque qu'elle puisse le mettre ds la merde maintenant ou bien plus tard !

C'est tout pour la reloue, je pense qu'elle a suffisamment alimenté les conversations des derniers jours !

Du coup ces 3 derniers jours on a bien avancé en haut, tonte (avec une faucille sinon c'est moins rigolo), aplanissement du terrain, fabrication d'un composteur en palettes recyclées... Puis les gars ont vidé la cave des poules, les planches, le bois, etc. On garde les planches les plus saines, le reste on débite, on fait des fagots ( https://www.youtube.com/watch?v=b-KV8EMknPE ) et du bois de chauffe, BREF on range, et ça fait du bien !! Reste plus ensuite qu'à décaisser genre 10 mètre de pierres et les mettre plus au fond de la cave de manière à libérer de l'espace, autant vous dire que 5 semaines supplémentaires ne seront pas de trop !

Sinon on picole, on rigole, on joue BEAUUUUCOUP au tarot ! Donc c'est cool 😀

Pierre, mon héro (et ma coupure très grave)
Le composteur 

Demain vous aurez les photos de la cave, vous n'en croirez pas vos yeux !!

Maman était chafouin aujourd'hui, et ça c'est tristoune ! Nous on t'aime maman et tu nous manque <3

16
16
Publié le 29 mars 2020

On commence à taper dans le dur, le temps passe, l'action nous sauve, on s'active, on fait des choses, on écoute des infos, les mauvaises nouvelles commencent à tomber dru, les évènements se mettent à devenir vraiment glauques, et le temps en passé au gris froid.

c'est donc le moment où certains se mettent à réfléchir au monde qui nous attend après ça: va-t-on en finir avec ce mode de vie absurde, qui nous fait consommer des produits venant de l'autre bout de la planète au lieu de les fabriquer chez nous, et qui nous rend tous vulnérables aux pandémies, va-t-on encore longtemps se méfier les uns des autres, éviter le contact, être moins mobiles, moins ouverts?

En attendant, la vraie nature de chacun se révèle plus ou moins avec cette situation, parce que ça dure, qu'on n'a pas de porte de sortie, et qu'on ne peut pas jouer un rôle en permanence, et ce qui est intéressant ce que cette vraie nature se met à nu devant ceux avec lesquels ont est confinés, qui ne sont pas toujours des personnes avec qui on partage son quotidien habituellement. ça donne lieu à des situations assez drôles: Pauline Balaire est chez les parents de Melchior, qui sont très classiques et elle se met une grosse pression pour essayer d'être à la hauteur tout en essayent de rester elle-même: elle lance des idées en mode"on ferait un diner par soir chacun, avec un de nous en commis" et ensuite elle n'assume plus du tout, elle se rend malade le jour où c'est son tour, et le pauvre Melchior (son commis...) en prend pour son grade!!

En tout cas ça donne des occasions de retrouver en image le bonheur du groupe, curieusement ça nous rapproche des gens qu'on ne voyait pas quand on le pouvait, parce qu'on croyait pouvoir toujours les voir

visio du bonheur 

et puis on se fait des petits plaisirs, c'est comme ça qu'on tient!

poussin dood  et ses petits dejs de rêve