Carnet de voyage

Fin Amérique Centrale

Dernière étape postée il y a 1326 jours
Le guide qui vous emmènera partout, n'importe où, n'importe comment. Et les anéctodes qui vont avec.. [J-2 du départ] "Allo Maman! euh.. j'ai perdu ma Carte bleu.."
Du 29 octobre 2017 au 5 septembre 2018
312 jours
Partager ce carnet de voyage
J209
J209

Petite route sympathique vers la frontière sur une bonne route d'asphalte. Top. Lorsque je rejoins la Panamericano, c'est toujours pareil, quasiment pas un seul camion à cause des bloquages. Je borde une nouvelle fois le lac et puis je finis par arriver à la frontière.

A mon grand étonnement, tout est beaucoup plus simple que je ne le pensais. Les types sont bien sympa à la sortie, on discute, on rigole il me tamponne et direction l'entrée du Costa Rica. Et un conseil si vous voulez être sûr qu'on ne vous embête pas à la frontière, passé pendant la final de la Champions League. Le match allait commencé et tout les agents d'immigration se sont réunis devant la télévision jusqu'à tourné nous tourné le dos sur leur chaise. J'arrive donc, l'agent prends mon passeport, me demande ou je dors tamponne et retourne voir le match. Bon ben je crois que c'est tout bon pour moi. Pu peut être dois-je passé mon bagage au scanner? Personne n'est là pour me le dire^^ bon je le fait quand même au cas où et je sors tout seul d'ici avant d'y revenr regardé le match quand même.

Ensuite je prendrai un bus pour m'éloigner rapidement de la frontière.

C'est ainsi que j'arrive à Liberia où je vais chercher internet pour avoir des news de ma couchsurfeuse. C'est bon elle vient me chercher en voiture avec un pote. Effectivement je vois arriver la voiture en marche arrière et je les suis jusqu'à la maison. Là lorsque je rentre, on me sert un shot de vodka. Direct. D'accord je vois l'ambiance. Le match était à midi donc ça fait une demi journée qu'on a attaqué les hostilités ici. Bon^^ j'étais pas préparé mais soyons polis 😀

Et c'est ainsi que commence la soirée pour moi jusqu'au bar où avant de partir on ne retrouve plus notre Sam. On rentrera donc en taxi avec Paula (couchsurfeuse). Bon je ne sais pas si demain je vais réussir à aller vers mes cascades moi ^^.

J210àJ211
J210àJ211
Publié le 29 novembre 2020

En effet je me réveil tôt, mais trop en compote pour tenter quoi que ce soit d'aventure. Et puis il pleut, et pas qu'un peu!!!

Grâce mat' donc et puis parce que je ne veux pas rien faire, j'ai cette idée stupide de vouloir aller à la plage en bus.

Mais il pleut toujours et ce jusqu'à la fin de la journée. J'arrive donc à la plage. Grosse spot à plusieurs plongée visiblement Ua d je vois le nombre d'école PADI. Prochaine fois pensé à prendre le masque!

, je prends mon casse-croûte sous la pluie sur le sables, sous un arbre et puis comme il pleut trop je m'enfuis à l'abris devant un restaurant où après m'avoir demandé ce que je faisais ici l'une des serveuses va m'offrir un café ! (A 4$ quand même) Sympa! Et elle parlait très bien français. Bon même si je pense que son plan, c'était que je finisse par prendre quelque chose (ou bien avait-elle flashé sur moi 🤔😯 j'y retourne !!!)

Voud auriez peut-être preferé une photo de la serveuse, et pas du café.. sorry 😬

Et puis une petite glace (ou on a encore essayé de sauver la planète de plastique!)

je retourne à Liberia, déjà où je finirai de pas faire grand chose 😀 . Je rencontre tous le reste de ses colloques toutes aussi sympathique les unes que les autres. Et Paola trop top a déjà fait à manger et je met une nouvelle fois les pieds sous la table. Bref un bon moment de repos et demain on tente Rincon de la Vieja en esperant qu'il fasse beau.

Il et 6h et il fait beau. J'avale le petit dej et roule ma poule!! Un chouette chemin pour aller jusqu'au parc malgré la monté. Mais dans ma fougue j'avais zappé un truc.. on est lundi et comme ici il font un peu comme aux Etats Unis, et ben le lundi les parques nationnaux c'est fermé ! 🚷. Descente pleine balle pour retourner par faire grand chose à Liberia. Mais chance, sur la route je repère un petit endroit caché près d'un pont. Je m'engouffre dans un sentier et jz tombe sur un beau petit canyon.

C'est bien jolie tout ça. Je sauve ma journée, ouf!

Et puis finalement, dès que je passe la porte de chez Paola, c'est un déluge qui tombe de nouveau. On a bien fait de rentrer!

Ce soir je cuisine. C'est Christophine Farcies au menu. Cette fois ça ma l'air reussi. J'ai du mal à savoir Si Paola à aimer m'enfin moi je me régale !

On a fait le plein d'énergie, demain c'est la bonne!

💤

J212

Une montée à vélo que je connais bien maintenant et me revoilà devant l'entrée. Tout est en ordre et il fait vraiment beau. Vamos!

Encore une belle montée et j'arrive au Point infos et à l'entrée des sentiers. L'accès au volcan est fermé car il est en activité en ce moment, mais on me propose pas mal de randonné qui seront bien suffisantes pour remplir cette journée.

Juste avant de prendre le chemin, on est averti! 🐍

Je file donc à pied en direction d'une première cascade. La rando est vraiment plaisante car très diversifié. J'enchaîne forêt dense, prairie et clairière puis je retourne dans la jungle et ainsi de suite le tout empruntant quelques ponts pour passé les ruisseaux.

Toujours des petites trouvails bizarroïde sur la route 😉

et les singes évidemment toujours au rendez-vous. C'est fou ça j'en croise à chaque sortie, et pourtant sur les même randos les gens me disent ne pas en voir. Je pense que c'est l'avantage d'être seul des fois. Car souvent les singes sont là mais les gens ne les voient pas. Des fois je les regarde tête en l'air jouer, manger puis des gens arrive en discutant et en regardant leur pied et si je ne leur dis rien, ils passeraient devant sans ne jamais rien voir. Je vois bien qu'il ne peuvent pas les entendre car à plusieurs on est tenté de discuter entre nous normal. Mais le truc c'est qu'à chaque fois que j'ai repéré des singes, c'était toujours au bruit des branches. Au moin entre seul me procure cet avantages d'être plus attentif à la vie sauvage 😉

Et j'arrive à cette cascade. Bon elle ne vaut sûrement pas tous ce que j'ai déjà vu, mais que c'est agréable de s'assoir les pied dans l'eau et de regarder l'eau tombé.



Un peu reposé, foto faites je file à la deuxième cascade (à l'entrée on me la déconseiller car paraît-il montée difficile). Elle m'a donc donné tous les arguments pour y aller. De la hauteur et sûrement personnes sur la route du fait qu'elle le déconseille à tous le monde.

Et en effet je comprends vite qu'aujourd'hui je serais le seul sur ce sentier au vue des toiles d'araignées que je dégage sur ma route.

Et dès le premier km hop vous le voyez?

Un petit serpent sur ma route. Je ne risquais pas d'en voir avant avec tous ces Americains qu'il y avait sur les autres sentier. Ils me sortent des yeux cela! Oui..Je déteste le touriste américain^^ pas tous, mais cela particulietement qui voyage en groupe. C'est comme ça. On peux pas.aimer tous le monde ;p

Bref ce deuxième sentier est juste extra!! Finalement aucune difficulté car même si ça grimpe un peu, on sort petit a petit de la végétation pour ce retrouvé seul dans un paysage immenses, aéré qui donne vu jusqu'à la mer. De plus l'air est moin humide, plus frais du fait de la hauteur, la pente reste douce c'est donc vraiment plus facile que beaucoup de rando que j'ai fait auparavant. A chaque faux plats me prends l'envie de courir. Quel bonheur. J'ai toujours autant hâte de refaire du trail! Et je pense que je ne manque pas d'entraînement avec ce voyage 😀 Parenthese: ici j'en ai loupé un(trail) de peu justement dans ce parque. C'était Samedi lorsqu'il pleuvait des cordes. Tant pis on remet la compet' a plus tard

Et puis j'arrive dans une nouvelles vallée où je replonge dans un peu de jungle. Et là ! Une magnifique cascade avec vu de dessus. C'est grandiose! On voie l'eau tombé dans ce décore de verdure. En fait ce n'est opas la cascade de la carte mais elle vaut bien plus le détour. Seul au monde ici.

Je file ensuite à la bonne cascade où je marquerai un arrêt rapide car j'entends gronder au dessus de moi.

Petite course contre le ciel sombre derrière moi et me voilà de retour à l'entrée du parque. Là je termine par la petite rando touristique qui me permettra quand même de voir des singes d'une espèce nouvelles(tout blanc) "je vais vite me renseigner!

et un genre de faisans (à vérifier !)

Et puis toutes les autres merveilles que nous procure la nature

Viens la fin du périple ici à Rincon de la Vieja Maintenant c'est que du bonheur à tous descendre en vélo 😀.

Arrivé chez Paola, elle m'a encore fait à manger. Je suis comme un roi ici, je m'en veux de mettre les pieds sous la table ^^ merci Paola!

Voilà malgré la bonne forme de la journée, je crois que les jambes ont pris un coup des fatigue ce soir. Si bien qu'on me propose un cinéma ce soir (Deadpool 2 en anglais sous-titré espagnol) mais je refuse poliment voyant que je m'endormirai dès les bandes annonces, d'ailleurs 😴...


💭Demain départ tranquillou vers le Lac Arenal..

J213
J213
Publié le 29 novembre 2020

Ça commençais bien..

J'ai pris le temps de dormir, je pense être suffisamment reposé pour faire quelques bornes aujourd'hui.

Bon finalement dès les premiers kilomètres de vélo je sens mais jambes louurdes.. je luttes alors que la route (autoroutes) n'est pas si difficile. D'ailleurs truc bizarre sur leur autoroutes que j'ai pas.compris. vous êtes sur une piste cyclabes et au milieu de l'autoroute celle ci se termine (sans issus) et vous croiser ensuite un panneau"interdit au vélo" puis vous bravez l'interdit quelques kilomètres et là la.piste de vélo reprends, mais toujours sans autres solution que d'entrée par l'autoroute. On leur a sûrement imposer un quota de piste cyclable sur leur autouroute et ils ont juste respecter la loi. Pour ce qui est de la cohérence on repassera..

En tout cas, c'est cool car sur la route il y a une belle cascade! Effectivement. Vraiment top. Parait qu'on peux la voir d'en haut mais c'est interdit et je ne me sens même pas la force de monté 30m..

Juste une bonne baignade dans cette eaux fraiches qui va permettre de récupérer un peu.

Je repars et m'arrête regarder le paysage.

Quand derrière moi passe deux vélo de route. Je saute sur mon vélo, je les rattrapes et je me cale dans leur roues. Il semblerait que j'ai retrouvé du jus, et de la motivation. Je fini même par les laissé, mais ça n'est que de courte durée.. J'évalue mal une rampe de trottoir et là c'est un choc terrible pour mon vélo, qui resistera. En revanche je ne peux pas en dire autant pour le porte bagage. Ses pattes se sont tordus à 90°! Mais il n'a pas cassé ! Il tient toujours solide comme un rock!! Rocky Balboa!!! et j'arrive à Cañas.

J'ai juste le temps de me réfugier sous le carbet du village pour laisser passer le premier orage.

Puis je reprends la route et cette fois-ci, tout en monté. Là les jambes en prennent un coup. Je lutte comme pas possible et devant moi pleins d'éclairs, derrière moi.. pleins d'éclairs aussi. Je cherche un abris mais rien.. nada juste une clôture de barbelés tous le long de la route. Et c'est le déluges!!! Je me réfugie sous ma bache avec le Vélo. Je suis contre un arbres (la bonne idée !) assis sur un parpaing,

et j'attends.. j'attends.. la.nuit tombe mais la pluie et la foudre aussi.. j'attends.. 3h!! K'ai cru que j'allais dormir comme ça. Finalement je reprends la route toujours dans le dure et je tombe finalement sur un abris bus. Parfait pour le hamac. Le campement est installé je mange je dors. Les voitures et les camions ne me réveilleront jamais.

Aujourd'hui était une journée de boulot

J213

4h50, le réveil sonnes sous mon abris bus. Je décampe et je roule jusqu'à Tilaran. Enfin j'agonise jusque là-bas. Les jambes n'ont pas recuperer de la veille. Mais bonne nouvelle il fait plutôt beau et pour arranger le tout je me goinfre de pâtisserie sur la route. Arriver à Tilaran on me sert un gallo pinto(la spécialité de toute l'amerique centrale) de géant ! Parfait ça devrait me requinquer. Je reste à table un petit moment profitant du wifi, et pour reposer les jambes. un petit tour dans la ville et c'est reparti pour encore une belle montée.

Les jambes reviennent petit à petit en effet et j'arrive vite sur le lac Arenal.

Bon les autres lac n'ont rien a lui envier, ce n'est pas.le plus beau de mon périple mais ça reste agréable de le longer en vélo. La routes bien qu'aserpenté devient un peu plus plates et je retrouve le sourire 😀

Je m'arrête au pied d'un complexe hôtelier où en bas je trouve quelques tables de pic nique. La gentille dame à l'acceuil m'offre le café !

L'endroit est paisible, les singes jouents sur les lignes électriques.

Je repars de plus en plus en forme. Même si le temps ne me rassure pas.

Mais finalement je finis par arriver sec dans un tout petit village installé sur une rivière. Il est presque l'heure de s'arrêter pour la journée.

Je demande au proprio de la petite épicerie si il ne connait pas.un petit endroit pour tendre un hamack. Et il a juste à me montrer du doigts dehors un petit endroit près du stade de foot parfait pour y passer la nuit.

Je m'installe et pars faire le tour du patelin sans rien craindre pour mes affaires.

Que de couleurs éparpillés dans ce village. 🎨. Des fleurs de partout. Petit coup de coeur.

De retour au campement, y'a foot! ⚽ Inépuisable ces jeunes!! On passe un bon moment à jouer puis il me raconte toute l'histoire du foot de leur village et des alentours. Des grandes équipes déjà venu ici, du prodige du village.. et puis il me poseront pleins de questions sur mon voyage également ! Il espère me revoir le lendemain mais malheureusement je serais déjà parti à leur retour de l'école.

Le lendemain je me lève, m'apprête à faire un café mais la maman du type de l'épicerie m'appel! "Café con o sin sugar?" ☕

Incroyable elle me sert non seulement le café, mais aussi le petit déj, un gallo pinto assorti d'un très bon fromage.

Je suis assis à sa maison sur une chaise balançoire à profiter de la fraicheur du matin, et hautes de ces 60 années elle me raconte comment c'était avant. Sans électricité, sans transport, sans route. Un tout autre village!


Rassasié et en pleine forme je peux reprendre la route ! les sont de nouveau d'attaques (incroyable le corps humain)

J113àJ115
J113àJ115
Publié le 29 novembre 2020

Une longue route à bordé le lac. De beaux oiseaux et de belles plantes décorent toujours mon paysage. Le ciel est nuageux et pluvoeux seulement sur le sommet des montagne. Le long du lac je suis au sec! Pour le moment..

Je tombe aussi sur une gallerie d'art pleins d'imaginations.

Il est 9h et j'arrive à Arenal ou Nuevo Arenal, je n'sais pas trop.. ici s'aglutine garage, resto et petit hôtel. La ville offre un beau point de vue sur le lac.


Mais comme il est assez tôt, je reprends vite mon vélo pour continuer mon petit tour


Je m'arrête manger un bon repas dans un petit resto bien sympathique. Je préfère toujours celui ou la pancarte est écrite à la main et en espagnol, a celui qui colle sa pub en anglais tous les 200m sur la route avec un belle photo de palmier. Et jusqu'à present ça ma toujours amené à de bonne adresse.

J'arrive ainsi vers le parque du volcan Arsenal. D'abord il y a un petit sentier d'1km qui mène à une petite pointe. C'est 15$ merci on repassera! (Ou pas) et ensuite pour le même prix il y a l'ascension du volcan. Mais il est un peu tard et c'est bouché. Bref je passe mon tour la aussi. Je pensais dormir à un camping ici, mais bon on y a juste coupé des arbres et planté une pancarte camping 15$ dans un jardin d'habitation. Bref ça donne pas envies tout ça. Et à partir de là je n'ai donc plus de plan. Mais il y a un truc qui me titille vers el Castillo plus au Sud. Ce n'est pas la route initial mais allons voir!

On y va par une piste ou je croiserai un serpent arboricole, vert.

Je passe quelques rivières (rio) et je découvre ce petit village tout en pente.

Il n'y a quasiment qu'une seule rue principale. Je la remonte et découvre de chouette petit restaurant, une vue superbe sur le lac et des observatoires de serpents, grenouilles et papillons. Intrigué je m'arrête devant l'un deux et un type me demande ce que je cherche. A quoi je lui répond un endroit pour poser un hammack. Et il a ! Il me montre même plein d'endroits pour un prix très très raisonnable. Finalement je suis juste à côté de l'observatoire, mais je paie mon petit bracelet pour pouvoir m'y balader quand je veux. C'est à dire qu'à la nuit tombé, je peux y observer les rainettes qui vivent à l'intérieur mais aussi a l'extérieur en toute liberté ainsi que serpents lézard, tortue.. il y a plein de vie la-dedans. Il y a même une grande cuisine pour son restaurant que je peux utilisé quand je souhaite, puis également douche, toilette etc..

Ça ne manque pas de lecture non plus. J'ai tout plein de documentation en libre service sur les différentes espèces animales di Costa Rica entre autres. L'un étant écris entre autres par Hugo qui m'a accueilli.

Un vrai petit paradie! Papa approuverai l'endroit je pense!

Et puis le chef Hugo est un passionné qui attrape les serpents depuis l'âge de 8ans. Il y a aussi Carlos qui avait débarquer ici sans rien connaître du métier mais qui s'en ai bien accaparé ! Vraiment cool on va bien se marrer avec lui! Il y a Maria aussi qui est en volontaria ici pendant 3 mois. Et aujourd'hui c'était son premier jour. Elle découvrait donc ses futurs taches commes arroser les plantes des grenouilles, netoyer les cages de serpent etc.. c'est a l'air assez amusant comme job ! 😮.

Et il y a le chef cuisto qui ne parle rien d'autre que de foot un vrai passionné, mais difficile de l'arrêter quand il se lance. Enfin je vais vivre quelques jours avec cette petites équipe.

Et grande générosité de leur part puisque je vais etre nourri du début à la fin. De la bonne cuisine en plus!

Le soir donc je me balade dans les serres où à la nuit tombé la plupart des serpents et amphibiens sont réveillés. Quel spectacle!! Ici les rainettes vivent vraiment en libertées dans et en dehors du parc. J'en ai sur les feuilles à coté de mon hamack. Partout! C'est incroyable à observer. Elles sont belles, pleines de couleurs!


Un tout petit peu plus haut sur la route il y a un observatoire à papillons ! Bon je me laisse attirer ici même si c'est un peu cher, mais j'ai lu de bon avis dessus. Bon et bien c'est que peut être les gens ne connaissent pas le musée des papillons en Guyane à Cacao car bon ici on commence déjà par me dire que c'est l'endroit qui contient le plus d'espèces de papillons au monde. Faux, vous en trouverez bien plus en guyane au musée de cacao justement. m'enfin c'était pas mal, sympa quand même.

Avec une petite rando en bord de rivière et des singes hurleur en final.

Petit tour dans le patelin

L'après midi je reste me reposer près des serpents 🐍

Je kiffe observer ces bestioles!

Le dernier soir Carlos me fait monté dans la salle secrète tout en haut où se repose dans les deux seuls espèces d'Annaconda qui vivent sur cette planète. Ils sont tranquilles dans un seau d'eau. Ils vont bientôt être mis dans leur terrarium respectifs. En attendant ils sont ici. D'ailleurs c'est quelque chose que j'ai beaucoup apprécié ici contrairement à ce que j'avais l'habitude de voir: ici les terrarium sont vraiment très grands et très boisé. Ainsi il est certe très dure de repéré l'animal, mais au moins celle ci a la place d'y vivre, de s'y développer. D'habitude ce genre de parc utilise de petit vivarium afin que les visiteurs puisse voir les espèces facilement au détriment de leur bien être. Super, un pouce bleu poir cet endroit!


Je me prépare pour partir demain si j'ai une fenêtre météo et je sais déjà ou dormir. Hugo que vous voyez la en moto m'a trouvé un coin sympa à aller voir! affaire à suivre... 🐄 🐄 🐄.. 😉

J213àJ215
J213àJ215
Publié le 29 novembre 2020

Une longue route à bordé le lac. De beaux oiseaux et de belles plantes décorent toujours mon paysage. Le ciel est nuageux et pluvoeux seulement sur le sommet des montagne. Le long du lac je suis au sec! Pour le moment..

Je tombe aussi sur une gallerie d'art pleins d'imaginations.

Il est 9h et j'arrive à Arenal ou Nuevo Arenal, je n'sais pas trop.. ici s'aglutine garage, resto et petit hôtel. La ville offre un beau point de vue sur le lac.


Mais comme il est assez tôt, je reprends vite mon vélo pour continuer mon petit tour


Je m'arrête manger un bon repas dans un petit resto bien sympathique. Je préfère toujours celui ou la pancarte est écrite à la main et en espagnol, a celui qui colle sa pub en anglais tous les 200m sur la route avec un belle photo de palmier. Et jusqu'à present ça ma toujours amené à de bonne adresse.

J'arrive ainsi vers le parque du volcan Arsenal. D'abord il y a un petit sentier d'1km qui mène à une petite pointe. C'est 15$ merci on repassera! (Ou pas) et ensuite pour le même prix il y a l'ascension du volcan. Mais il est un peu tard et c'est bouché. Bref je passe mon tour la aussi. Je pensais dormir à un camping ici, mais bon on y a juste coupé des arbres et planté une pancarte camping 15$ dans un jardin d'habitation. Bref ça donne pas envies tout ça. Et à partir de là je n'ai donc plus de plan. Mais il y a un truc qui me titille vers el Castillo plus au Sud. Ce n'est pas la route initial mais allons voir!

On y va par une piste ou je croiserai un serpent arboricole, vert.

Je passe quelques rivières (rio) et je découvre ce petit village tout en pente.

Il n'y a quasiment qu'une seule rue principale. Je la remonte et découvre de chouette petit restaurant, une vue superbe sur le lac et des observatoires de serpents, grenouilles et papillons. Intrigué je m'arrête devant l'un deux et un type me demande ce que je cherche. A quoi je lui répond un endroit pour poser un hammack. Et il a ! Il me montre même plein d'endroits pour un prix très très raisonnable. Finalement je suis juste à côté de l'observatoire, mais je paie mon petit bracelet pour pouvoir m'y balader quand je veux. C'est à dire qu'à la nuit tombé, je peux y observer les rainettes qui vivent à l'intérieur mais aussi a l'extérieur en toute liberté ainsi que serpents lézard, tortue.. il y a plein de vie la-dedans. Il y a même une grande cuisine pour son restaurant que je peux utilisé quand je souhaite, puis également douche, toilette etc..

Ça ne manque pas de lecture non plus. J'ai tout plein de documentation en libre service sur les différentes espèces animales di Costa Rica entre autres. L'un étant écris entre autres par Hugo qui m'a accueilli.

Un vrai petit paradie! Papa approuverai l'endroit je pense!

Et puis le chef Hugo est un passionné qui attrape les serpents depuis l'âge de 8ans. Il y a aussi Carlos qui avait débarquer ici sans rien connaître du métier mais qui s'en ai bien accaparé ! Vraiment cool on va bien se marrer avec lui! Il y a Maria aussi qui est en volontaria ici pendant 3 mois. Et aujourd'hui c'était son premier jour. Elle découvrait donc ses futurs taches commes arroser les plantes des grenouilles, netoyer les cages de serpent etc.. c'est a l'air assez amusant comme job ! 😮.

Et il y a le chef cuisto qui ne parle rien d'autre que de foot un vrai passionné, mais difficile de l'arrêter quand il se lance. Enfin je vais vivre quelques jours avec cette petites équipe.

Et grande générosité de leur part puisque je vais etre nourri du début à la fin. De la bonne cuisine en plus!

Le soir donc je me balade dans les serres où à la nuit tombé la plupart des serpents et amphibiens sont réveillés. Quel spectacle!! Ici les rainettes vivent vraiment en libertées dans et en dehors du parc. J'en ai sur les feuilles à coté de mon hamack. Partout! C'est incroyable à observer. Elles sont belles, pleines de couleurs!


Un tout petit peu plus haut sur la route il y a un observatoire à papillons ! Bon je me laisse attirer ici même si c'est un peu cher, mais j'ai lu de bon avis dessus. Bon et bien c'est que peut être les gens ne connaissent pas le musée des papillons en Guyane à Cacao car bon ici on commence déjà par me dire que c'est l'endroit qui contient le plus d'espèces de papillons au monde. Faux, vous en trouverez bien plus en guyane au musée de cacao justement. m'enfin c'était pas mal, sympa quand même.

Avec une petite rando en bord de rivière et des singes hurleur en final.

Petit tour dans le patelin

L'après midi je reste me reposer près des serpents 🐍

Je kiffe observer ces bestioles!

Le dernier soir Carlos me fait monté dans la salle secrète tout en haut où se repose dans les deux seuls espèces d'Annaconda qui vivent sur cette planète. Ils sont tranquilles dans un seau d'eau. Ils vont bientôt être mis dans leur terrarium respectifs. En attendant ils sont ici. D'ailleurs c'est quelque chose que j'ai beaucoup apprécié ici contrairement à ce que j'avais l'habitude de voir: ici les terrarium sont vraiment très grands et très boisé. Ainsi il est certe très dure de repéré l'animal, mais au moins celle ci a la place d'y vivre, de s'y développer. D'habitude ce genre de parc utilise de petit vivarium afin que les visiteurs puisse voir les espèces facilement au détriment de leur bien être. Super, un pouce bleu poir cet endroit!


Je me prépare pour partir demain si j'ai une fenêtre météo et je sais déjà ou dormir. Hugo que vous voyez la en moto m'a trouvé un coin sympa à aller voir! affaire à suivre... 🐄 🐄 🐄.. 😉

J213àJ215
J213àJ215
Publié le 29 novembre 2020

Une longue route à border le lac. De beaux oiseaux et de belles plantes décorent toujours mon paysage. Le ciel est nuageux et pluvoeux seulement sur le sommet des montagne. Le long du lac je suis au sec! Pour le moment..

Je tombe aussi sur une gallerie d'art pleins d'imaginations.

Il est 9h et j'arrive à Arenal ou Nuevo Arenal, je n'sais pas trop.. ici s'aglutine garage, resto et petit hôtel. La ville offre un beau point de vue sur le lac.


Mais comme il est assez tôt, je reprends vite mon vélo pour continuer mon petit tour


Je m'arrête manger un bon repas dans un petit resto bien sympathique. Je préfère toujours celui ou la pancarte est écrite à la main et en espagnol, a celui qui colle sa pub en anglais tous les 200m sur la route avec un belle photo de palmier. Et jusqu'à present ça ma toujours amené à de bonne adresse.

J'arrive ainsi vers le parque du volcan Arsenal. D'abord il y a un petit sentier d'1km qui mène à une petite pointe. C'est 15$ merci on repassera! (Ou pas) et ensuite pour le même prix il y a l'ascension du volcan. Mais il est un peu tard et c'est bouché. Bref je passe mon tour la aussi. Je pensais dormir à un camping ici, mais bon on y a juste coupé des arbres et planté une pancarte camping 15$ dans un jardin d'habitation. Bref ça donne pas envies tout ça. Et à partir de là je n'ai donc plus de plan. Mais il y a un truc qui me titille vers el Castillo plus au Sud. Ce n'est pas la route initial mais allons voir!

On y va par une piste ou je croiserai un serpent arboricole, vert.

Je passe quelques rivières (rio) et je découvre ce petit village tout en pente.

Il n'y a quasiment qu'une seule rue principale. Je la remonte et découvre de chouette petit restaurant, une vue superbe sur le lac et des observatoires de serpents, grenouilles et papillons. Intrigué je m'arrête devant l'un deux et un type me demande ce que je cherche. A quoi je lui répond un endroit pour poser un hammack. Et il a ! Il me montre même plein d'endroits pour un prix très très raisonnable. Finalement je suis juste à côté de l'observatoire, mais je paie mon petit bracelet pour pouvoir m'y balader quand je veux. C'est à dire qu'à la nuit tombé, je peux y observer les rainettes qui vivent à l'intérieur mais aussi a l'extérieur en toute liberté ainsi que serpents lézard, tortue.. il y a plein de vie la-dedans. Il y a même une grande cuisine pour son restaurant que je peux utilisé quand je souhaite, puis également douche, toilette etc..

Ça ne manque pas de lecture non plus. J'ai tout plein de documentation en libre service sur les différentes espèces animales di Costa Rica entre autres. L'un étant écris entre autres par Hugo qui m'a accueilli.

Un vrai petit paradie! Papa approuverai l'endroit je pense!

Et puis le chef Hugo est un passionné qui attrape les serpents depuis l'âge de 8ans. Il y a aussi Carlos qui avait débarquer ici sans rien connaître du métier mais qui s'en ai bien accaparé ! Vraiment cool on va bien se marrer avec lui! Il y a Maria aussi qui est en volontaria ici pendant 3 mois. Et aujourd'hui c'était son premier jour. Elle découvrait donc ses futurs taches commes arroser les plantes des grenouilles, netoyer les cages de serpent etc.. c'est a l'air assez amusant comme job ! 😮.

Et il y a le chef cuisto qui ne parle rien d'autre que de foot un vrai passionné, mais difficile de l'arrêter quand il se lance. Enfin je vais vivre quelques jours avec cette petites équipe.

Et grande générosité de leur part puisque je vais etre nourri du début à la fin. De la bonne cuisine en plus!

Le soir donc je me balade dans les serres où à la nuit tombé la plupart des serpents et amphibiens sont réveillés. Quel spectacle!! Ici les rainettes vivent vraiment en libertées dans et en dehors du parc. J'en ai sur les feuilles à coté de mon hamack. Partout! C'est incroyable à observer. Elles sont belles, pleines de couleurs!


Un tout petit peu plus haut sur la route il y a un observatoire à papillons ! Bon je me laisse attirer ici même si c'est un peu cher, mais j'ai lu de bon avis dessus. Bon et bien c'est que peut être les gens ne connaissent pas le musée des papillons en Guyane à Cacao car bon ici on commence déjà par me dire que c'est l'endroit qui contient le plus d'espèces de papillons au monde. Faux, vous en trouverez bien plus en guyane au musée de cacao justement. m'enfin c'était pas mal, sympa quand même.

Avec une petite rando en bord de rivière et des singes hurleur en final.

Petit tour dans le patelin

L'après midi je reste me reposer près des serpents 🐍

Je kiffe observer ces bestioles!

Le dernier soir Carlos me fait monté dans la salle secrète tout en haut où se repose dans les deux seuls espèces d'Annaconda qui vivent sur cette planète. Ils sont tranquilles dans un seau d'eau. Ils vont bientôt être mis dans leur terrarium respectifs. En attendant ils sont ici. D'ailleurs c'est quelque chose que j'ai beaucoup apprécié ici contrairement à ce que j'avais l'habitude de voir: ici les terrarium sont vraiment très grands et très boisé. Ainsi il est certe très dure de repéré l'animal, mais au moins celle ci a la place d'y vivre, de s'y développer. D'habitude ce genre de parc utilise de petit vivarium afin que les visiteurs puisse voir les espèces facilement au détriment de leur bien être. Super, un pouce bleu poir cet endroit!


Je me prépare pour partir demain si j'ai une fenêtre météo et je sais déjà ou dormir. Hugo que vous voyez la en moto m'a trouvé un coin sympa à aller voir! affaire à suivre... 🐄 🐄 🐄.. 😉

J216
J216
Publié le 29 novembre 2020

Ce matin je dis adieu à cette petite équipe en route vers Monté Verde.

Mais d'abord je finis de faire comme il se doit le tour du Lac Arenal pour que la boucle sois bouclée.

De belle péripétie m'attende sur la route comme traverser une rivière torrentiel ( un peu exagéré m'enfin..) avec mon vélo !

Je tente d'abord avec vélo + sac. Je fais 1 m et impossible d'avancer plus.

J'ai déjà l'eau à ras les castagnettes. Et le vélo ne demande qu'à faire du rafting. Je décharge donc le sac que je passerai en premier. Et ben vraiment pas simple.

J'imagine que plus aucune voitures ne peux passer desormais. Bon mais j'arrive quasiment sec de l'autre côté.

Maintenant je pars chercher le vélo.

Je me lance et je manquerai plusieurs fois de tombé. Mais en bon équilibriste, ça passe!!! ✌.

On rematos tout ça et on repars. Derrière moi un camion arrive et décharge les vtt devant la rivière. Finalement au bout de 10min à me regarder passer, ils abandonneront la traversée.

Je serais donc pendant un moment seul sur un chemin en pleine nature! Génial !

Et puis je quitte le lac.. là les choses ce complique. Le paysage est beau mais difficile d'en profiter. Je suis à pied en train de monter et monter et monter ah ça s'arrête ? Ah non ça continue de montée...

Et c'était globalement le résumé de ma journée. Qui s'arrête juste une minute avant l'orage dans un restaurant/ferme/café organique qui s'appel La Floride, si c'est pas un signe ça ! (Souvenez-vous d'où viens le vélo). J'ai un abris pour dormir avec tous ce qu'il faut. Très sympathique ici.

J'en profite pour échanger les pneus. Car avec le poids du sac le pneu arrière s'use beaucoup plus vite que le pneu avant. Donc en échangeant les pneus on rééquilibre tout ça !

Et trop cool! J'ai vu que beaucoup d'entre vous (les privilégiez) ont reçu mes cartes postales de Martinique envoyé au Mexique à bakalar exactement il y a 2 mois maintenant. Elles ont mis le temps! Je pense qu'elles ont du traverser l'Atlantique à la voile et finir en vélo. En tout cas je suis bien content qu'elles soient enfin arrivé !!

La bise à tous et si vous avez pas reçu votre carte, la prochaine est pour vous 😉 (je devrais pas m'engager à faire des trucs comme ça moi.. 🤔)

J218
J218
Publié le 29 novembre 2020

Nuit difficile. Beaucoup de vent, mais bon en forme quand même. C'est drole car aujourd'hui je vais chez les parents de Carlos et justement sur la route c'est un de leur bons amis qui m'a hébergé. Ils les connait très bien.

Bref je repars donc en vélo, prends un petit dej en route et après quelques bonnes montés, j'arrive dans le village de Cabeceras.

Mais l'endroit où je vais est situé bien plus haut encore. Je finis par y arriver tant bien que mal et suis accueillis par Nieve (neige le chien husky) et les parents de Carlos: Marvin et Roxiris.

On me sert un bon petit repas, un bon petit café et je peux me reposer tranquillement devant la télé. Et puis Carlos appel, il me dit de filer rapidement au lycée du village où je suis attendu par les élèves ! Effectivement à l'entrée trois charmante dames m'attendais de pied ferme dont la soeir de Carlos qui travaille ici. Et je pars avec Sarah (😍) qui m'emmene dans ça classe où tous les élèves m'attende également. La dernière fois à Monterrey j'avais Chris en appui comme traducteur. Cette fois-ci, je suis tout seul ^^ . Mais bon normalement j'ai un peu progressé depuis en Espagnol.

Et en effet, tout se déroulera parfaitement bien. Les élevés hésiteront au début à me poser des questions, puis après il sera difficile de les arrêter^^. J'adore partager mon voyage. Finalement il m'arrive très souvent de devoir le raconter chaque fois qu'on me vois sur mon vélo dans un trou perdu avec mes bagages forcément ça interloque!

Super moment de passé avec tous! Une belle expérience encore une fois. C'est une très bonne idée qu'a eu Carlos 👍. Ceux là on une super prof' qui les à bien sensibilisé à l'ecologie, c'est top!

Il est 4h et c'est l'heure d'aller traire les vaches! Ça fait rire forcément tous le monde de me regarder faire car c'est tout nouveau pour moi^^ je me mets du lait plein le visage, mais au fur et a mesure je commence à me debrouillé! Bien plus simple que je ne le pensais mais bon je suis loin d'avoir tout vu du métier, on me facilite pas mal la tâche ! En tout cas chouette de vivre la vie des autres quelques instants!

C'était une belle journée bien riches en apprentissage !

On fini par un petit foot. Préparation en vue du mondial !

Et c'est ce soir à la télévision que j'apprends le drame au Guatémala.. 🌋, un peu pris au coeur je vous dirais. J'ai rencontré des gens extraordinaires qui vive au pied du volcan Acatenango, celui qui touche el Fuego et d'où on pouvait regardé les éruption de ce dernier Les deux frères guides qui m'avait bien dépanné et leur maman qui tenait l'entrée un peu plus bas d'une gentillesse.. je ne sais pas quelles zones exactement ont été touché, mais j'espère de tout coeur qu'ils ont pu s'en sortir. 😢. Je n'en reviens pas de voir ça. Et en me renseignant un peu plus, j'ai vu des images du volcan tourné jeudi dernier, et qui montrait une activité bien plus forte que ce que je voyait quand j'y étais. Parait-il même que la veille du drame ça c'était bien empiré, alors j'ai du mal à comprendre que ces lieux n'est pas été évacué depuis une semaine, au moins la veille. Bref grosse pensée en direction du Guatemala aujourd'hui et que les équipes de secours bien courageuses d'affronter ces nuages apocalyptique fassent encore des miracles! 👏

J219
J219
Publié le 29 novembre 2020

Ce matin je rencontre un autre des frères à Carlos: Fabian. Il m'invite direct à tester le cable tyrolienne. Il travaille a Monterverde Extremo. Un parc touristique.

Il m'incruste dans groupe de lycéen venant du Limón, regions situé sur la côte Caraïbe.

Tous vont bien me vendre leur contrée, alors peut être que..

Leurs profs d'anglais sont très sympa (contrairement au miens de l'époque 😒) et on va bien délirer tous ensemble!

J'avais jamais fait ça avant, c'est assez cool, ça commence par des petites distances, et petit à petit on gagne en longueur

et puis arrive le cable "Tarzan" comme un petit saut à l'élastique, je me jete dans le vide accroché à une corde qui fait pendule lorsqu'elle se tends. La petite dose d'adrénaline qu'il faut! Génial

Et vient l'épreuve ultime allongé tête vers le bas : 1km de Tyroliennes !!! On est tous en haut d'une tour de guet qui offre déjà une vue de dingue sur Monteverde.

Il y a bien du crachins et même un peu d'orage mais on en fait vite abstraction. Et puis on s'installe au bout de la ficelle, le type vous lance et s'est partiiiiiiii

Incroyables !! On a vraiment le temps de profiter du paysage. Ouaaah genial, mais quelle chance j'ai. C'est beau le voyage 😀

Et j'arrive sur la passerelle où mes groupies m'attende^^ c'est l'instant selfie avec mes amoureuses.


Ca fini avec un dernier petit tunnel et c'est tout bon pour une journée encore réussi ✌

Il est temps de rentrer à la maison. Une bonne session de crosscountry sur ces pistes vallonées. C'est vraiment le pure spot à VTT ici!!! Je ne me lasse pas des paysages.

Et sur la route le Volcan Arenal se dégage enfin!! Je vois enfin son sommet! 5 jours qu'il était dans les nuages

Que j'aime revenir dans cette petite ferme. J'y suis vraiment bien installé avec cette grande famille. Et encore une fois je ne fais que mettre les pieds sous la table ici.

Trop de générosité ce Costa Rica jusqu'à présent. Je pense que demain je vais filer vers de nouvelles aventures quand même parce que j'ai peur de leur vider tous le frigo d'ici la fin de la semaine ;p

J220
J220
Publié le 29 novembre 2020

Aujourd'hui je quitte la ferme, c'est l'heure des adieux.. triste comme le laisse entendre le temps pluvieux. cela va d'ailleurs repoussé mon départ. C'est donc devant la télé devant Roland Garoos que j'attends, a mais non parce qu'il pleut aussi.. ^^.

Un dernier bon repas ici et donc on continue de discuté de tout, de rien.

En ce moment ils rénovent tout les deux leur maison. Je les vois s'activer sur le mur de la baraque(car en ce moment c'est plutôt aéré dans le salon ^^) ils font ça tous les deux mains dans la main. jamais besoin d'aide. Ca me fait forcément penser à papa et maman qui nous on construit une belle maison en pierre où vivre au bord de la mer.

En en discute d'ailleurs et puis on parle également de nos pays respectifs, de nos mentalité, de nos habitudes forcément differentes.

Et ainsi fait la remarque du fait qu'il n'y ai pas de train ici en Amérique centrale. Il m'explique. Marvin m'explique qu'au Costa Rica c'est politique. C'est le dernier président qui à decider de supprimer les derniers trains de marchandises car cela permet de créer plus d'emploi chez les transporteurs routier. Oui car plus de camion plus de travail. Bon.. moi je vois ça autrement mais bon ^^

Et la pluie se calme. Je prends tous le monde une dernière fois dans les bras et m'en vais..

mais problème, Snow leur chien Husky semble vouloir partir avec moi (moi je veux bien,ais euw je crois pas) J'ai d'abord pensé qu'il finirai par faire demi tour, mais non. ±d'1km plus tard il est toujours avec moi.

Demi-tour donc à la maison où ils vont l'attacher le temps que je m'en aille.

Zaille!! Temps grisâtre mais parfait pour le vélo. Je profite pleinement des paysages que m'offre la route. Les chemins de terre sont top, ça me rappel mes années de Deust en VTT. On en chiait mais qu'est ce qu'on aimait ça ! Là pareil.

Je trouve un petit hostal hyper sympa et pas bien cher mais pas sûr qu'il y ai de la place, il faut attendre le boss. Mais aucun soucis car un jeune d'ici me propose déjà un autre lit si jamais ça ne le faisais pas. Finalement tout va bien je peux m'installer ici. Le gérant connait bien aussi la famille Picado chez qui j'étais. Ça le fait bien rire de savoir ça. Le monde est petit ici. Bref je vais pouvoir me reposer un peu et profiter encore de la région de Monteverde que j'apprécie beaucoup et que je souhaite découvrir encore et encore!

J219àJ222
J219àJ222
Publié le 29 novembre 2020

Arriver au coeur de Santa Helena je change un peu de monde, j'ai eu un peu de mal au début à retrouver tout les complexes hôteliers, tours opérateurs, boutiques souvenirs, et puis d'entendre parler que Anglais à l'hostel. Il faut reswitcher de langue et c'est pas simple. ^^ Il y a beaucoup de monde aujourd'hui et tous me rencontre l'un après l'autre. Ainsi je dois sans cesse réexpliquer mon voyage. Ce soir je suis un peu fatigué et c'est dure..

Puis au fur et à mesure de la soirée je vais quand même sympatiser avec quelques voyageurs bien sympa bien cool, bien dans l'esprit voyage. D'abord avec Brandley et sa copine. Des Americains de californie en vacance 3 semaines. Mais il y a déjà quelques chose que j'aime beaucoup chez eux: leur effort d'apprendre la langue. Jusqu'à présent je ne rencontre quasiment aucun Americains qui fassent l'effort de parler espagnol. J'en ai même rencontré qu vivent dans le pays depuis des années et ne parle pas espagnol. C'est particulier chez eux. Et pourtant ce couple qui n'ai la que quelque temps s'efforce vraiment d'apprendre l'espagnol. Effectivement il s'avère que ce sont vraiment 2 personnes géniales, ouverte d'esprit, marrante top! Puis je rencontrer aussi 2 autres espagnols. Cela parle super bien francais ! Alors on alterne. Hyper cool l'un a commencé son voyage en même temps que moi et l'autre l'a rejoins en janvier. On s'échange quelques bons olans et qui sait peut être nous retrouverons nous. Bref finalement des voyageurs plutôt sympathique.

Une bonne nuit de dodo et demain montagne.

Je pars assez tôt car ce matin il fait un temps magnifique ! L'heberge est idyllique pour prendre son café petit déjeuné. Mais je file tant qu'il fait beau.

Bon c'est une petite montagne celle si sans trop de difficultés mais je dois la monté quasi en courant car ça y'est j'entends l'orage tout au loin. Si je veux profiter..

Et je vais profiter. Arriver en haut on est au dessus de tout et entouré de jungle. Un sentier descent de l'autre côté du flanc où je plonge en pleine jungle. Il n'y a personne je suis tout seul! Et quelle beauté. Je marche lentement car je ne veux rien loupé.

Dès le début je tombe sur une sorte de grosse poule qui vit dans les arbres. Son nom anglais est le "black guan".

Avec le soleil les insectes et Oiseaux sont de sorties pour monplus grand plaisir.

Au bout du sentier je tolbe même sur un Coati.

Bon ma photo n'est pas très parlante alors je vous aide avec une photo google ^^ .


Et je remonte tout tranquillement mon chemin. Quelle merveille. C'est décidé je reste encore un peu ici. Il y a temps à découvrir. À la descente l'orage est là. Il pleut des cordes, je me réfugie juste a temps dans une boulangerie.


À mon retour et après le passage de l'orage 2 jeunes Quebecoises me propose d'aller voir le ficus. (C'était justement au programme) donc bien sur! Elle découvre vraiment tous ce milieu de forêt alors je l'improvise guide avec elles. Nous verrons le beau Quetzal, oiseau emblématique du Costa Rica

ainsi que des singes hurleurs comme d'hab 😀 . Et il y a cet immense arbre. Un ficus gigantesque où l'on peux grimper par l'intérieur du tronc. Incroyable. Et très marrant à faire. Je sors la tête de là haut et fait coucou à enbas. Bien délire.

Prochain jour je pense quand même faire un parc, même si c'est un peu cher. On verra si on en vois autant.

Finalement nous voilà le lendemain mais il pleut à petite goutte, Ciel grisattre. Bon ça passe quand même pour une rando.

Sur la route je passe devant la fabrique de fromage. C'est ici qu'est transporté le lait de la ferme. On y fait donc du frometon mais aussi des glaces! Je reviens par ici tout au l'heure !

J'arrive donc au parc et sur les sentiers balisés. Trop balisé car trop de monde sir les sentier, je quitte le chemin et me retrouve sur un bien olus grand et bien plus jolie chemin qui fait un bon tour dans la forêt au abords d'une rivière. Plus personne n'est passé là depuis un moement. C'est un ancien chemin du parc qui n'est plus utilisé. Bref c'est surper jolie, mais la pluie gâchera un peu la sortie car aucun insecte ou autres bestioles ne sortira de son trou. Seulement quelques oiseaux. C'est déjà ça ! Je suis donc un meu déçu mais ça doit bien arriver de temps en temps.

Le soir je vais quand même tenté une sortie de nuit à la frontale, mais pareil il y a toujours ce crachin et je ne verrai rien. Je rentre donc tranquillement à l'héberge où pendant la journée j'avais rencontré un couple belgo/bresilien en voyage en moto. On se rends compte que moto, vélo ce sont les mêmes problèmatisues finalement. C'est un oeu le même voyage. Des problèmes de roues, de pneu, de porte bagage.. bon en revanche contrairement à eux je n'ai pas de soucis d'embrayage moi ;p mais je pense que c'est une belle alternative au voyage aussi. Ca consomme beaucoup moins qu'une voiture, ca passe partout. Ça pre'ds les bateaux comme les vélo. C'est pas si mal.

Au fait en parlant de porte bagage RIP! J'ai changé pour un autre. Dure séparation. Mais il devenait trop usé et c'était pas pratique quand il a decider de ve'ir toucher ma roue. J'ai bas besoin d'un troisième freins.

Et voilà un dernier petit café au soleil dans cette belle auberge et en route pour de nouvelles contrées

J224àJ225
J224àJ225
Publié le 29 novembre 2020

Ce matin petit réveil au son des singes hurleurs et petit déjeuner donc.

Je quitte papi mami pour le village de Montezuma 50km plus loin.. oui ça va encore faire de la route tous ça..

Mais une belle route bien sympa. Je croise beaucoup de type en VTT. En effet il y avait un évènement spécial vélo. Dans la ville de Paquera. Je m'y suis brièvement arrêté, mais malgré la sympathie de tous, j'ai préféré continuer ma route. Il partait tous ensembles pour un long circuit tout une journée et je n'ai pas la force de les suivre.

Je croise aussi pas mal de pickup où minibus planche de surf sur le toit. Ça promet! Et puis pendant une averse, je regarde depuis mon abris bus cette avion et ses passagers qui arrivent avec leur planches de surf. Puis je regarde mon vélo.. ouai on doit pas vivre les mêmes aventures 😁.

Ainsi après quelques bonne heures de byciclette me voilà à Montezuma. Le village s'est construit dans toutes la pente escarpé, mais c'est tout en bas en bord de plage que l'on regrouve petit lodge plutôt sympa de visuel, et tour opérateur à gogo bien entendu. Pour ma part je vais choisir deux cocotiers qui feront bien l'affaire pour une nuit. J'avais bien repéré un petit hostal, mais la gérante est ce genre de hippie californienne complémentement shoutté qui s'est perdu ici. Donc la plage c'zst bien! Je suis aussi sur un spot à tortue 🐢 donc ce soir on va aller voir ça.

Je me repose tout tranquillement, mange sur la plage et en 2 sec, un gros orage se présente. Je sors la bache illico mais mon sac se trouve déjà dans une rivière ! Merde merde merde!

Finalement je réussi à ficelé tout ça et à tout mettre au sec. Je suis dans mon hamak et j'attends que ça s'arrête.

Mais ça ne s'arrêtera que très tard dans la nuit. J'oublie la sortie tortue et je tombe de sommeil pour ne me réveiller qu'au lever du jour. Et c'est parti pour un bon séchage de fringues..

Je prends donc la route un peu tard et m'arrête à une cascade qu'on accède en suivant une jolie rivière qu'il faut parfois ttaverser. La cascade est bien jolie, et ça débite du m3 d'eau!

J223
J223
Publié le 29 novembre 2020

Je quitte donc Monteverde qui se traduit par une longue loooongue descente. Je n'arrive pas à croire que j'ai monté tous ça en vélo . Au début plutôt sympa, cette descente, toujours ces paysages de verdures magnifique !

Mais au bout d'un moment les jambes, le dos commence à bien souffrir et je veux vite que ça s'arrête.

Finalement j'arrive sur la fameuse panamericana! De l'asphalte !! (Car tout était en chemin de terre jusqu'à présent) et de la chaleur ! J'avais oublié ce sue c'était !

Et je réfléchis... Je vais où maintenant à droite, à gauche.. normalement quand je roule j'ai toujours un plan en tête mais là le plan c'était de faire encore 50km mais mes jambes sont pas trop partantes. Du coup changement de programme. Direction puntarenas.

Je roule un peu et trouve vite un petit endroit où manger. Là dans ce petit restau de route, tous le monde me questionne voyant mon vélo chargé. Ils sont maintenant une petite dizaine assis à la même table sue moi à m'ecouter raconter une partie de mon voyage. Parmis eux il y a Oratio 😎 qui me propose de m'emmener jusqu'au croisement soit 30km de gagné. Qué bon!!! Parce que la Panamericano c'etait défilé de camion sans piste cyclable autant vous dire que j'avais chaud au fesse!

J'arrive donc à Puntarenas un bout de terre encerclé d'eau d'où je vais pouvoir prendre un ferry tout au bout. Le bras est ultralong!!! Je n'en vois pas le bout. Des km de plages sans personnes d'ailleurs. C'est drôle en tout cas de pouvoir voir de la même route la mer agitée d'un côté et un lagon tout calme de l'autre. Et puis j'arrive au bout. Ici c'est la grosse station balnéaire pour tourisme local Un peu comme les sables d'Olonne quoi. Des kms de plages et d'hôtel petit budget pour les familles du costa rica. Ça plante encore un peu les tentes sur la plages mais c'est devenu interdit. Mais bon je suis pas très fan quand même, tous ce ressemble, c'est pas hyper jolie et surtout il y a trop de monde trop de bruit. Je prends donc le ferry voir si ça serait pas un peu plus calme sur la peninsule Nicoya.

Et ça l'est! Avec pour commencer une belle traversé couché de soleil.

Arrivé à Paquera, je trouve de nuit un petit endroit chez papi mami ou dormir. Des gens très sympa à la différence de leur beau fils. Qui passe sans dire bonjour, où juste pour mz dire que finalement il faudra payer la nuit. Lui même qui a un fils de 4 ans INSUPORTABLE! Tel père tel fils. La maman pourtant qui était tout aussi gentil. Bref j'ai du mal à me débarrasser du petit des pattes qui touches à tout, fait tombé le vélo plusieurs fois, manque un peu de politesse quand il veux obtenir quelques chose. Je le suprends à fouiller dans mes affaires qu'ul a d'ailleurs éparpillés un peu partout.. mais le père ne dira rien. J'hallucine! Ça manque de claque et c'est la mienne qu'il va se prendre!

Bref,mais des grands parents adorables!! Le soir il me donne une très bonne soupe traditionnelle. Vraiment délicieuse ! et le matin j'ai le droit à un bon petit déj classique gallo pinto (plat national). Le Top !

Ah il y a un truc qu'il faut que vous sachiez sur la vie en Amérique Centrale c'est sur le repas. Et bien on ne mange pas toujours ensemble comme beaucoup d'autre pays comme la France. Non les assiettes arrives l'une après l'autre et dès que l'on est servi on peux manger. Et où l'on veux, dans sa chambre, devant la télé etc.. . Du coup moi je suis toujours un peu gêner et plein de fois il m'est arrivé de manger tout seul. C'est très bizarre comme situation, je ne m'y suis toujours pas fait. Moi j'préfère quand même un bon repas des familles autour de la casserole 😀 avec maman qui cri "à taaaaaable!!!"

Et donc au petit matin me voilà d'attaque pour visiter cette fameuse péninsule Nicoya! Route!

J227àJ228
J227àJ228
Publié le 29 novembre 2020

Je reprends le vélo longeant une belle route en bord de plage. Et là c'est frustrant. Je découvre plein de spot de surf magique. Je crois que les conditions sont très grosses aujourd'hui et c'est tout a fait le genre de spot de repli qui fait l'affaire durant ces jours. En effet je vois arrivé petit à petit les 4x4 qui viennent se perdre sur ces plages de forêt vierge au moment de la marée haute.


Je m'arrête les regarder et j'avoue j'espère qu'on me propose une board pour les rejoindre.. mais non rien nada. Je reprends donc la route.

Journée un peu dur mentalement et physiquement.. c'est un peu le bad depuis que j'ai quitté Monteverde.. 😞.

Là une grosse côte m'attend. J'ai posé pied à terre et je lutte pour faire monter mon vélo.

Mais un 4x4 arrive et génial ! 3 australiens sortent de la voiture et cours sur moi pour m'aider à pousser la bycyclette. Ils feront toute la monté avec moi le 4x4 derrière qui nous suit. Et ben ça les amis ca rebouste!! Et je m'en souviendrai quand je serais dans ma bagnole voyant une personnes elle dans la galère, promis!

Dans la descente je croise un autre cycliste Argentin. Il me demande sa route car son gps déconne (l'occasion de sortir mon superbe Crosscall héhé).

J'étais obligé de l'aider de toute façon car il portait du "Tribord sur lui" bref on s'échange nos contact et zaiiiilllle il ne me reste que de la descentes.

Mais oups le boulet. J'avais mon boardshort à secher encore sur le vélo et jz le perd sur la route. Je fais demi tour mais rien. Il a déjà été récupéré. Je suis deeeeg. Je comprends pas le truc est plein de graisse de vélo, degeulasse, troué mais récupéré quand même.

J'arrive à "Mal País". Là top je trouve directement un camping que je peux squatter gratuitement. Parfait! Devant un pure spot de vague sur reef. C'est un peu gros mais c'est parfait.

Je fonce à Santa Teresa trouvé un maillot et une planche.

Mais le temps de trouver tous ça à moindrr budget lorsque je reviens il est trop tard. La marée est descendu il n'y a plus personne à l'eau je vais resté safe... Arrghhh c'est pour quand!? Mais bon le spot de camping est ouf, j'ai tous ce qu'il faut à dispo donc un peu de repos ici c'est pas désagréable non plus


Et bien c'est pour le lendemain. La patiente aura été récompensé. A midi marée haute je pars à l'eau sur le spot de Santa Teresa pour glisser sur de belles gauches, de belles droites qui ouvrent nickel avec ce petit vent offshore. Un régale !!! Enfin!!

L'aprem pris d'un élan de motivation je pars plus au nord pour découvrir encore d'autre spot.

Une route pleine d'aventure. J'arrive à un moment donné sur une plage que je dois parcourir à vélo. Paysage incroyable ! C'est un genre de lost in the swell(série à regarder si vous etes surfeur, et surtout si vous ne l'êtes pas! ) sauf qu'il me manque toujours la planche sur mon vélo


Il faut de temps en temps traversé les embouchure de rivière.

Et puis là un 4x4 que je croise en train de décampé.

Il va me rattraper, puis finalement je le redouble et enfin nous voilà à nous arrêté exactement au même endroit.

Tient curieux. Je lui demande en anglais si il dait mieux que moi où est la sortie. Il me repond d'un accent bien français que non. ^^ je comprend vite qu'il suive le même chemin que moi sur l'application map.me. finalrment on va retrouver le chemin ensemble et poursuivre notre route. Mais plein de péripéties encore nois attende. Nous avons quitter la plage mais il fait traversé des petites mares et des rivières des fois l'eau jusqu'au fesse.

Ces bien tendu pour eux et pour moi aussi. Mais on s'éclate ! Finalement il me semeront lorsque les chemins seront plus propre. Il gait quasiment nuit et je ne trouve pas d'endroit ou dormir. Ce que j'avais repéré est fermé.

Je trouve finalement le parfait endroit dans un resto d'une famille trop cool, une famille "pura vida" comme ils aiment le dire. J'ai tout à dispo encore une fois. J'attends juste le départ des derniers clients

Le lendemain je decampe et bifurque sur une plage pour trouver un petit dej! Et sur qui je tombe!? Les Français en 4x4 qui se sont fait un campement. Je les rejoins donc pour le café. Ils restent ici toute la journée. Et c'est vrai que le spot est parfait. Il n'y a personne et les vagues s'annonce plutôt propre. Les gas m'indique un petit endroit bien sympa ou prendre le petit dej, et j'y triuve tout mon compte puisque je reviens à leur campement avec une planche sous le bras. Un Costa Ricain qui me la prête. Parfait!

A l'eau la planche est top. Le gabarit idéal pour moi je la prends vite en main et celle-ci me plait bien contrairement à celle d'avant. Une bonne session avec les autres francais du Sud-Est donc!


Ce soir j'ai quitté le camps francais pour une plage un peu plus au nord où j'espère avoir l'occasion de rencontrer des tortues. Mais j'ai vu qu'au bout de la plage trainerait quelques crocos. On va poser le hamak bien en hauteur hein!

A 20h réveillé par un tour opérateur venu voir la ponte. Je ne comprends pas trop car la marée est plein bas. Les tortues préfère la marée haut car ça leur fais beaucoup moins de chemin à parcourir.

Pendant 3 h je les aperçois faire des aller-retour sur la plage mais je comprends qu'il n'ont rien vu. A minuit à mon tour d'en faire autant.. mais je rentre bredouille moi aussi. Il est presque 4h du mat. Je retourne me coucher à mon hamak. J'ai encore la possibilité de voir des emergence au petit matin, lais je ne vais pas réussir à me réveiller.

J229àJ231
J229àJ231
Publié le 29 novembre 2020

En effet au réveil j'ai encore la tête dans le c** . Ça sera très dure de reprendre le vélo. Je lutte à chaque petite monté. J'ai besoins de reprendre de l'énergie.

Et tout en haut d'une montée, lieu d'un panorama exeptionnel sur la côte je trouve mon bonheur chez Lionnel. Il tient un restaurant avec sa femme et lui demande de me préparer un gall pinto des plus copieu. Lionnel c'est vraiment l'amoureux de la nature qui a bien trouvé son compte ici. Passionné de pêche également il me montre tout ce qu'on peux attraper ici. Et il est 9h00! Premier match de la coupe du monde on regarde ça ensemble de notre point de vue. Je repars donc d'ici requinquer ! Lionnel est un "Pura Vida" (adjectif désignant tout ce qui est cool et respectueux envers les hommes et la natures)


Je vois une dernière fois (ce que je croyais) les même Français en 4x4 qui s'arrête à la même épicerie. On ne se quitte plus!

Puis je passe dans un petit village cro mignon qui d'est laissé repeindre par une artiste. Sympance petit break art déco sur la route.

La route d'ailleurs parlons en, elle offre quelques belle surprises,


mais comme toujours elle monte et descend sauf que j'ai un nouveau problème depuis hier, J'ai tout simplement plus de frein avant!!! Alors je vous vous raconte pas les grosses descentes! En fait si je vous raconte:

Dans l'une d'entre elle bien raide, bien longue impossible de ralentir ma monture, sauf qu'il devient d'urgent de le faire parce que la je déboule dans des virages sans en connaître la sortie. Je ralenti en mode big derrapage puis la roue bloque. Je balance un enorme Flair Trix (figure ultra tecnico-technique) qui va venir toucher le sol pour faire un genre de frontflip de côté. Bon c'était pas aussi fluide que ça, le sac ca un peu râpé le sol, mais heureusement j'avais déjà vite sauté du vélo donc une chutte bien contrôler.

Finalement juste avant d'arriver à Samara je tombe sur une bicicletaria installer dans un container. Là pareil encore un "pura vida" Qui me dépannera d'une petite pièce en échange d'un simple merci

Arrivé à Samara, un peu déçu, les vagues ne sont vraiment pas ouf.. je comprend que c'est le spot pour écoles de surf. Mais j'ai vraiment besoin d'un endroit avec tout à dispo pour respirer à peu et me refaire une peau neuve à moi, et à mon sac à dos alors ça sera parfait quand même dans ce petit hostal.

Mon sac à dos pu le moisi, ma veste aussi, stop le camping sauvage pour deux jours.

J'arrive bien fatiguée mais dans les temps ! 30 min après c'est le déluge.

Je pense même que c'est le plus gros orages que j'ai eu jusqu'à présent. La foudre est impessionnante par sa fréquence et son intensité. Et l'orage semble être juste au dessus de nos têtes. À ce moment là je ne sais pas encore que le 4x4 de Français vit sa pire galère. Le lendemain, je suis en effets surpris de les retrouver ici à Samara car ce n'était pas leur plan. Mais il m'explique que le 4x4 s'est enlisé dans la boue jusqu'à recouvrir entièrement les phares. Ils ont pour le sortir de là mais il fallait combattre l'orage qui faisait alors monter le niveau de l'eau. Juste le temps de sortir tous les sacs que l'eau recouvrait tous les sièges. Mais heureusement pour eux, c'est au moment où il s'apprêtait à abandonner le 4x4 qu'un tracteur vint à leur rencontre et sorti le bolide de se petrain. Ils ont donc trouvé l'endroit le plus proche pour se remettre de leur émotions à Samara et sont donc arrivé bien plus tard que moi à l'héberge durant la nuit et tout sa sous une pluie torrentielle.

Aujourd'hui l'un d'entre eux va être bien cool car n'allant pas surfer de peur que sa plaie ne cicatrise pas, il me file sa planche. Je partais au début en direction d'un bon spot celon moi en étudiant la carte, mais un francais expatrié me croise et me le déconseille fortement "personne ne va jamais surfer là-bas, moi j'y suis allé une fois et un crocodile est apparu à 5m de moi, depuis je n'y retourne plus" Woooh chaud okay demi tour, il y a un petit swell dans la baie de Samara ça fera l'affaire 😉

Ce soir je me suis penché sur la route à prendre. J'ai fait mon programme et voilà que pour la première fois j'arrive à visualiser le bout du voyage. C'est à dire que j'ai à peu près etabli l'itinéraire et la date des étapes jusqu'à la fin. Ça fait tout drôle.. je me dis "ah. Déjà ?" J'ai pourtant encore un peu de temps devant moi mais j'ai l'impression qu'arrive la fin des vacances.

Allons, il reste encore des tas de chose à vivre et je suis sur qu.aujourd'hui paraîtra déjà très très loin dans 2 semaines.

Demain journée repos, enfin surtout journée Match 🇫🇷🎉. Mais à 4h du matin 😲 ça piiique!

Ensuite petit tour sur la plage

L'aprèm je pars quand même faire la petite balade de routine à vélo

sans penser que j'allais vivre encore des aventures. Au passage d'un Rio (rivière) je tombe sur un 4x4 de nouveau enlysé!! Ça me rappel forcément l'histoire des Français. Mais là ce sont deux jeunes costaRicains. On va passer une heure à essayer de les sortir de là avec des planches en bois, des cailloux, une pelle mais rien n'y fait.

Finalement je pars chercher de l'aide en vélo et à la première maison que je fais un type accepte de nous aider prends son pick up et arrive au secours des chicos. On accroche le cable au pickup, ça tire et et.. C'est une réussite !!! Le 4x4 est sortie d'affaire. Plein de boue je vais me rincer dans le rio et rentrer me reposer de cette petite nuit.

Je n'en pouvais plus des moustiques venu il y en masse ici!! 😨 Du coup je repars faire une nuit avec mon hamak en bord de mer. Jamais un seul moustique n'arrive à entrer à l'intérieur. Et ben franchement il y a pas mieux. Je me suis vraiment trop habitué à dormir dedans. Je dors comme un bébé à l'intérieur mieux que dans n'importe quel autre endroit maintenant. Et le réveil en bord de mer est toujours un luxe que je sais à chaque fois apprécier.

Ah et regarder mes voisins Suisse:

Ça fait rêver n'est-ce pas? Un rêve oui, mais que je préférerai faire à deux 😒


Et demain je triche. bus à 6h direction la capitale !

🚍

J231

Ce matin 6h je descends de mon hammack, et à ma surprise, tous le monde est déjà debout 😮. Ah d'accord j'entends le vouvouzela. Jour de match pour le Costa Rica Les rues sont vides, tout est fermé. Tous le monde est posté devant une télé !! Ambiance de dingue !! Enfin ça c'était avant le coup de sifflet final.. 😐

Moi je m'en vais pour prendre le bus. A cet instant je me rends compte que je viens de perdre ma 3eme carte bleu. Resté sans aucun doute dans le distributeur 2 jours plus tôt... --' je m'fatigue!

Bref ça devrait pas trop poser de problème quand même pour la fin du voyage, j'espère..

Un trajet sans encombre j'arrive en ville. Dans la rue, les policiers sont à pieds d'oeuvre pour faire face à l'ivresse des supporters CostaRocains qui ont commence l'apéro en même temps que le match, à 6h.. je vois des interpellations à la chaîne.

Bon moi je trouve du reseau et c'est Erick qui viendra me chercher en voiture pour m'ammener direct chez lui. Parfait accueil au top!

Il reçoit également une amie Marie-Jane trop cool! et le soir nous irons manger dans un bon petit resto bien copieu en ville. Une bonne soirée de passé avec eux.

Bisouuus!!

J232

j'avais en tête de faite un des volcans juste à côté Irazu. Il y a une route qui accède jusqu'en haut et j'ai lu que des bus y allait. Je me lance donc sur le trajet en bus. Mais quelle galère. Bien sûr les bus prennent une plombe à faire d'eenooorme detour pour déposé des fois une seul personne.. et après plusieurs enchaînement je me retrouve dans le dernier bus pour Irazu. Finalement c'est l'echec total. Entrée payante qui n'en vaut pas la peine, pas moyen de contourner. Tant pis pour ce volcan tout pourri. Bien plus appréciable c'est la vue que j'ai d'ici. Le ciel se dégage par moment me faisant quand même un peu apprécié mon tour. mais sans plus :/.

Puis j'essaie de descendre en stop. J'essaie car au début ne passe que des voitures de touriste Americains descendant du volcan. Ceux-là ne prennent pas les gens en stop, c'est la même espèce que ceux de floride. Puis je commence à arriver dans les premiers villages. Là même pour 500m on me prend en stop. Trop facile. Je prends ainsi 4 voitures dont la dernière sera épique: On devait être à 70km/h dans une descente fenêtre ouverte quand dans le ravin je vois 4 tête sortir. Et d'un coup je les vois agiter le bras tous ensemble juste le temps de me baisser. On vient de se faire caillassé sévèrement. Le conducteur n'a rien, moi non plus et son pickup semble avoir bien résisté aussi. On s'arrête et derrière nous pareil toutes les voitures sont en warning. Direct une voiture de police passe. Rapide ici ! Finalement en continuant de descendre une deuxième bagnole de flic est là au tournant du virage et je reconnais deux des 4 lanceur de pierre tout juste menoté. Efficace ! Et je fini la route jusqu'au petit village de Cot. Un village tout en pente. Même le terrain de foot penche. Drôle mais charmant petit village.

Et puis me voilà de retour à Cartago.

Cartago c'est l'ancienne capitale du Costa Rica. On y trouve donc de beaux édifices coloniale, uune basilique immense et un centre bien vivant.


En fin aprem le train reprends du service. Je m'en vais donc tester ça ! 🚂

Personne dans le train une petite vingtaine de passager, je me place dans la descente pour regarder le paysage tandis que le train roule. On passe quelques forêt, quelques bidonvilles, quelques rivières. Une belle façon de revenir a Tres Rios non loin d'où habite Erick. J'adore ce moment à admirer le décor la tête dehors avec ce bruit de vieux train assourdissant qui ne demande qu'à dérailler.


Normalent demain je quitte déjà les alentours de la capitale sans en avoir vu l'essentiel alors ce soir Erick me propose une sortie nocturne dans San José! On arrive la garre qyi a gardé don charme d'antemps, puis on rentré dans un quartier de street art. Que de création belle et coloré. Un beau lieu d'expression. On passe à côté de quques anciennes maison coloniale aujourd'hui quasi toutes remplacé par le béton. Puis des parques, les batiments ministérielle, les quartier typique.. enfin pas mal de chose qu'il me fait découvrir. Pourtant je n'ai pas l'impression d'avoir marché longtemps.

Le temps est passé vite. Une petit soupe chinoise (pour changer) et un bonne carafe de bière ! Je crois que c'était l'endroit adéquate pour boires quelques verre. Chose que je ne fais plus depuis un bon moment.

Ça promet un réveil difficile tout ça..



J233
J233
Publié le 29 novembre 2020

C'est comme çà que les CostaRicain nomme leur capital "chepe".

Et donc oui aujourd'hui je dois partir pour la montagne. D'autant que j'ai réservé l'entrée au parc Chirripo demain donc pas le choix..

Sauf que... Il y a 2 choses:

D'une part: hier on est sorti.. On a bien bu.. et ce matin beeenn dans coltar comme qui dirait. Donc le réveil il est pas immédiat.

Et de deux parts: je ne sais pas remettre une roue arrière de vélo. Aaaarghh la chaîne qui s'emmêle, qui fait des tours. J'arrive à la remettre droite. Je fixe la roue et.. 'e dérailleur qui a fait un tour qur lui même. Il faut tout recommencer, tout démonter, retourner la chaîne dans tous les sens etc..

au bout de 2h d'acharnement je parviens enfin à avoir un vélo sur ces deux roues avec des vitesses qui marchent plutôt bien. Je viens d'apprendre quelques trucs mécanique à propos du vélo. On gagne en compétence au moin hein !?

Bon et bien avec tous ça c'est mort pour avoir un bus qui me fasse arriver à temps dans la ville étape car après j'ai encore une GROSSE montée à faire. Bon Erick n'a pas arrêté de me répéter "tu restes le temps que tu veux tu es ici chez toi".. j'admire sa confiance et sa générosité. Mais il m'expliquait que lui était tout aussi bien reçu lorsqu'il partait en voyage, que c'est un juste retour des choses. Avec lui on a beaucoup parlé de voyage d'ailleurs. Et faut dire qu'il avait de la matière sur le sujet ! Je ne sais plus combien j'ai compté de magnet sur son frigo mais ça faisait un paquet de pays au compteur. Une bonne trentaine au moins! Incroyable il n'a que 36ans. Plein d'anecdotes en veux tu en voila. Et il a cette ouverture d'esprit particulière à tous les voyageurs je crois. Ce genre de personne avec qui on peux parler de tout et n'importe quoi.

Bref de présentation vous avez compris, Erick est un type formidable!

Enfin donc du coup c'est parti pour une journée de plus à San José. Et puis j'ai commencé à bien aimer cette ville. Je veux la découvrir encore et de jour cette fois-ci.

J'y descends à vélo et je replonge dans les quartier que m'avait fait voir Erick. Les photos parlent d'elle même..

Après avoir pris un bon en-cas au marché et quadrillé toute la ville il est temps de rentrer des images pleins les yeux. Et mon plan, c'est de prendre le même train qu'hier mais de San Jose a Tres Rio. Mais oups! Arrivé à la gare il y a foule !!! Tous le monde rentre du travail. Et le vélo ? Interdit dans le train! Argh. Ç'est parti pour une longue négociation avec le personnel de gare, les passagers si mettent aussi essayant à leur tour de les convaincre. Je leur ai raconté mon voyage dans la file d'attente et ils veulent tous m'aider 😀 et et finalement... 😏 Ils finissent par accepter mon vélo tout démonté. Il m'a fallut 2 sec pour lui donner la taille d'une valise. Cool!

Et puis je reviens chez Erick. Il a l'idée d'aller me faire découvrir l'Université. Elle est immense! Et belle! Ici tout y est étudié. Erick me parle de quelques souvenirs qu'il avait ici.. 😂. Mais ça ça reste entre lui et moi!

On remonte les rues pleines de street art du quartier..

..pour finir la soirée autour d'une bonne pizza 🍕 comme ça faisait bien longtemps, puis d'une bonne bière dans un bar étudiant.

Ce fut une journée bien riche, bien réussi. je n'ai donc rien a regretté de cet imprévu, au contraire il aurait été bête de passer à côté. Les choses sont bien fait finalement.

Dodo. Demain on rate pas le coche !

J234
J234
Publié le 29 novembre 2020

Je prends quand même mon temps ce matin. Et quitte la Casa de Erick à bord de mon fidèle Fila! Direction la station de bus dans San José. Que de la descente jusque là.

Pas s'encombre, tout se passe bien. Le bus part pour tout une mâtinée de route. Nous traversons le parque national Los Quetzales. Une longue route qui serpente au milieu de la forêt laissant parfois entrevoir la profondeur des vallées.

Vraiment agréable.. à part pour cette pauvre dame juste derrière moi qui me demande en tout urgence d'ouvrir ma fenêtre. Elle donnera tout son repas à manger à la faune locale ^^.

Arrêt terminus à San Isidro. Vu comme ça une ville sans intérêt. Sauf que.. ! Cette ville possède une ferraterria (quincaillerie) qui vend... ... Des bouteilles de camping-gaz avec embout au visser !!!!!! 🎊🎉 Un miracle!!!! Pour la petite histoire, je cherche cette bouteille depuis le Mexique. Il me restait plus qu'1/4 de ma dernière bouteille. Je devais faire attention et cuisiner le moins possible avec mon feu. C'était bien chiant. Et introuvable. J'ai fait un paquet de ferraterria sans succès. Et là pourquoi celle-là je ne sais pas, mais le miracle à lieu.

Sur ce...

Là maintenant j'ai 800m de dénivelé à monté en velo jusqu'à San Gerardo. J'imagine le pire 😨 et puis en fait 😀..

De San Isidro à San Gerardo coule le Rio Blanco. Comme il pleut pas mal au début il est plus Marron que Blanco,

mais quelques kilomètres plus haut je vais comprendre d'où il tient son nom. Une rivière magnifique, une eau claire et des grosses pierres polissées et grises faconnent ce torrent d'eau devenu tout blanc. C'est magnifique.

Je la longe toute la route en passant de petits villages bien mignons.

Et a ma surprise, je vois un villageois chargé d'affaire traverser la rivière pendu au bout d'une corde en mode tyrolienne. Ça maison se trouve de l'autre côté de la rivière très forte en cette saison.

Et bien tout ça va faire que j'en oublie complètement la difficulté de cette grande montée. Je grimpe en zigzag et mes jambes ne se plaigne pas. Là je prends plaisir sur 20km quand des fois je râle sur 5km. C'est fou ce que le paysage peux faire la différence!

Et donc je finis par arriver à San Gerardo ville d'entrée du parque national .

Je me rends directement au centre d'administration du parque national car je leur avais demandé à décaler ma résa. Bon le type avait pas lu ses mails depuis 3 jours et c'est en me voyant à vélo que tout détendu il me repond que ça ne sera pas possible. Que j'ai déjà payé et sue c'est tant pis pour moi. Je n'ai donc pas l'autorisation pour l'ascension de demain. Plus qu'à tout redescendre en vélo..

Ahah non je pense que vous me connaissiez bien maintenant. Bien sûr que je vais la grimper cette montagne. Et l'autorisation, et bien je me torche les fesses avec ;p allons trouver un endroit où dormir!

La casa mariposa sera ideale. Juste à l'entrée du sentier.

C'est un volontaire Motasem originaire d'Égypte (pas bannale!) Qui m'accueil. D'un air timide, il se révèle être extrêmement gentil. Il m'a préparé une bonne soupe de patates accompagné de viande. Délicieux !

En plus on me surclasse en lit double dans une petite cabane en bois surplombe une petite rivière. Ouaaaah .

Je rencontre Agnès, la maman d'Agnès et Benjamin qui ont laissé le reste de la troupe partir à la conquête du Chirripo. C'est une famille de 5 en tour du monde en année sabbatique. Ils ont decouvert des endroits et des paysages radicalement différent (neige de Sibérie aux olages d'Australie etc..) Chouette itinéraire qu'ils ont! @latresgrandevadrouille

Je m'en vais maintenant preparer mon camelback pour demain. Départ prévu dans la nuit. Il va falloir se lever tôt, très tôt !

J235

Je m'étais dis départ à 1h30 mais j'avais besoin de sommeil alors ça sera 3h (du matin bien entendu).

C'est parti et ça commence par 10km de forêt tropical dense.

Là je regrette déjà de m'être lèvé si tard car je suis encore en forêt quand le jour se lève. De plus aujourd'hui le ciel est complètement dégagé.

Finalement quand je sors des fougères, le paysage est encore incroyable et le soleil est encore assez bas pour éclairé ça d'une couleur flamboyante.

Je continue et je ne m'attendais pas à ce sue la rando soit aussi longue! Pourtant on m'avait prévenu. Mais je suis au top de la forme.

Cette rando je la fait vraiment en mode trail. A la moindre partie plate je cours. L'idée est d'arriver là haut avant que les nuages n'envahissent le sommet. Pour le moment c'est vraiment grandiose. Je croise des petite rivière, des petits lacs.


Derrière moi il n'y a toujours pas un nuage et je vois très clairment toute la côte Pacifique du Costa rica et donc par conséquent le Pacifique!

Je passe le camps de.base (je me fais discret, je ne m'arrête pas car rappelez vous je suis là sans autorisation) tout se passe nikel 😀

Je rencontre le reste de la.troupe de la famille d'Agnès. Ils ont l'air en forme et reviennent du sommet où ils ont vécu le lèvé de soleil.

Et je continue en mode speed (mais qiand c'est jolie j'oublie pas de prendre de belles photos 📸

C'est seulement à 1000m du sommet que j'aperçois enfin le pique! Il restait caché derrière le massif.


Une belle suprise de le voir enfin!

Juste avant le sommet je marche sur une petite arrête qui donne vue sur le Pacifiques, mais également sur la mer des Caraïbes !! l'Atlantique quoi! Voir deux Oceans du même endroits ✔



Et puis les lacs font donc leur apparitions aussi

desormais, il faut faire le dernier petit effort pour atteindre l'objectif et et... BIM! Le sommet!!! Il est 8h50. 5h30 de rando, 19km, 2320m de dénivelé+

Vu sur plusieurs beaux lac reflétant le ciel bleu que j'ai là chance d'avoir aujourd'hui.

A savoir qu'en saison des pluies le sommet est généralement dans le brouillard. Hier par exemple il a plu toute la journée et personne n'a rien pu voir du paysage. Coup de bol!

Je me pause une bonne heure. Il fait plutôt bon! Le soleil réchauffe bien. Je prends mon bol de pâte, je vais même faire une petite sieste.

Je suis seul au monde à profiter cette vue incroyable. Enfin seul au monde pas vraiment 😉 y'a comme un lezard... 🐦


Puis les nuages commence à arriver. Il est 10h et j'entamme la descente.

Une super descente. La pente est plus douce donc pas méchante pour les.genoux. je prends bien mon temps à profiter de tous ce vaste environnement .

Mais lorsque je rerentre dans la forêt ça y'est les nuages sont bels et bien là et il pleut.

C'est la gadou rendant la descente glissante et difficile! Ce n'est pas une partie de plaisir. Mais je finis par enfin arriver vers 15h30. J'ai mis autant de temps à descendre qu'à monter.


Arrivé à l'Auberge, Vale du Colorado qui bosse ici avec Motasem m'a déjà preparé le café. Une casserole de pâte, petite douche et chiiiillll que c'est bon.


Arrive une costaricaine venu elle aussi grimper Chirrip avec ses amis. Elle est geologue et en connait un rayon sur les volcan. Très intéressant tot ca! Ce soir Motacem nous à encore concocter un bon plats cette fois de lentilles avec carrote avec tlut plein d'autre truc délicieux. Il adore cuisiner et ça se voit ça se sent ! Et tout le monde va commencer à s'échanger les friandise sortie du sac. Une soirée bien sympathique donc dans cette auberge pitoresque.

Et Vale nous demande de venir dehors. Il veut nous montrer quelque chose.


Ah oui en effet! Une belle Tarentule

Auquel vient s'ajouter ce drôle de papillon

Bonne nuit demain pas de réveil... La Pura Vida...

J236
J236
Publié le 29 novembre 2020

Ce matin c'est donc un réveil tranquille sous les rayons du soleil qui traverse ma cabane.

Et tout va se faire tranquille.. petit déjeuné, petit café.. et puis je quitte ce chaleureux endroit pour de nouvelles aventures.

Direction le Pacifique de nouveau.

Presque que de la descente sous le soleil.

Une bonne montée quand même dont mes jambes qui ont déjà bien données hier ce seraient bien passé.

Et j'arrive à Dominical! C'est le gros spot à babos/hippies!

Ça vends du bracelet de perles et du colliers à dents de requins ici moi j'vous l'dis !

Il y a comme tout un campement sur la plage. Moi je vais aller établir le mien un peu plus loin. En fait lorsque j'ai rencontré les Français en 4x4, ils m'ont présenté une application géniale qui donne pas mal d'infos pour camper. Et c'est grâce à elle qu'ici je me suis trouvé un petit spot entre 2 cocotiers à peu près sûr (moyen sûr) avec wifi. L'appli s'appel "ioverlander".

Sinon le point météo, condition de surf: la marée est basse mais déjà les vagues sont propres.

Effectivement au fur et à mesure de la soirée ça va vraiment donné ! Malheureusement, j'ai fait le tour des shop et des écoles, pas possible de louer une planche à bon prix. Je vais donc les regarder depuis mon hamacs. Bon j'avais aussi besoin de repos donc c'est pas plus mal

Je sécurise tout. Tout est cadenacé. Vélo, sac, petit sac (merci Hélène pour le petit cadenas qui me sert souvent!). Machète prête à l'emploi! 😈

Et je fais bien. À 20h un type vient me réveiller pour demander de l'argent. Il fait nuit depuis 3h donc bien sûr ce n'était pas son but premier non, il espérait plutôt que je ne sois pas dans mon hamack pour se servir. Mais c'est ça façon de le vérifier... Bref 2 fois dans la nuit je vais croire entendre du bruit et m'agiter en sortant la frontale. Puis finalement je dormirai quand un bébé.

La lumière du jours transperse les mailles de ma moustiquaire, je sors la tête, admire les vagues qui sont diiiiiinngue aujourd'hui.

Les deux pieds dans le sables je pars faire le pipi quotidien dans l'océan. Je me retourne et je bloque!

Sous mon hamack une planche de surf.

Mais personne à proximité. Enfin il y a bien cette Aigrette, mais la planche est une 6'3 et je pense que cet oiseau ne surf pas au dessus de 6.0

Je pense Alors à un mec dans l'eau mais c'est que les types seraient serains car ils sont bien décalé de là où je suis. J'attends 1h, 2h, 3h.. rien. Une voiture de police passe. Je leur signale la planche. Il me dise d'attendre encore un peu qu'ils repasseront. Moi dans ma tête j'explose de joie, je me vois déjà repartir avec! Bon ils auraient quand même pu me la laissé avec le leash.. (le truc pour s'accrocher la jambe). Mais on ne leur en veux pas!

Je demande au resto d'en face, laisse mon numéro. Puis je me mets à l'eau dans ces conditions parfaites! Presque trop. C'est gros et il y a pas mal de courant. Je sors de l'eau car on m'a parlé d'un autre spot tout aussi bien. Finalement c'est moi qui retourne voir les policiers au commissariat. Je laisse mon numéro de tél et de passeport et il me dise de partir avec la board. Qu'ils m'appeleront si le propriétaire se fait savoir.

Alors voilà. On sangle ça et je m'en vais surfer un autre spot Dominicalito.


Coucou toi!

Ceci n'est pas une branche de sapin

En effet c'est un reef super propre! Ça va être une puuuure session. Que des droites mais je les apprécies quand même.

J'y rencontre un francais installé au Costa Rica depuis 3 ans. Il me file quelques bon plans pour les futurs spots qui seront sur ma route.

Et ainsi je reprends ma route direction Punta Ballaneas 🐋

J237
J237

Alors que j'arrive à l'entrée de Punta Ballenas, devant deux marcheurs aux têtes bien famillères.. enorme, ce sont deux des 5 français en 4x4. Aux dernières nouvelles, ils partaient pour le Nicaragua puis le Salvador sauf 1 d'entre eux qui devait rejoindre Panama City pour son avion. Il semble qu'un pote l'ai accompagné. On se donne rdv le soir sur la plage boire un coup mais malheureusement un gros orage survient et je ne les verraks donc pas. On se recroisera sûrement !

Alors Punta Ballena c'est the place to be pour rencontrer les baleines. Notament les baleines à bosse qui viennent s'y reproduir. Mais vous ne verrez pas de photo de baleine car c'est pas la saison. C'était Decembre à Avril. Pour voir des baleines reportez vous à l'étape "Pacifico" avec Simon!

Sinon moi j'ai trouvé une petite auberge ou posé mon hamack chez Jésus. CostaRicains de San José la soixantaine bien passé il s'avère être d'une gentillesse ! Je suis juste à côté de la plage. J'en profite donc pour allé faire un petit tour

Petit singe et opossum me regarde curieusement.

On mange quoi ce soir?

Je voulais y surfer mais en journée la plage est payante et au petit matin, marée basse.

Ici globalement le surf c'est seulement à marée haute.

Tant pis le lendemain je reprends tranquillement la route. Je suis encore hésitant sur la destination, mais je crois que je vais être opportun et profiter de cette planche pour le trouver un bon spot. J'ai entendu parler d'une vague légendaire. On va allé voir ça...

Sur la route je m'arrête à ventana. Une petit crique où viennent se baigner les locaux. Et bien j'en ferai autant 😀

Je suis maintenant à moins de 100km de la frontière et j''arrive à Palma Sur. Village un peu usine construit sur la rivière.

Je ne trouve pas d'endroit où dormir, enfin rien qui me plaise. on me propose l'église. Je ne sais pas pourquoi mais je me sens mal à l'aise aller dlrmir la bas. Peut être du fait qie je ne sois pas. Chretien.. même si je sais que l'eglise ne se préoccupe pas de ça et te donne un lit gracieusement. J'ai lu que dans cette ville d'autres voyageur l'avait gait avant moi. Mais voilà à faire mon difficile me voilà birn dans la mierda. En effet sur la route j'essuie pas mal de refus lorsque je demande un endroit ou tendre mon hamak. Finalement je trouve un type qui tient quelque cabinas qui ne sont plus utilisé depuis un moment. Je peux donc m'installer sous le pré haut. Il me dit "tu peux te mettre là. Salut!"

J'ai un peu l'impression de déranger. Pas un super accueil que je vis sur cette route. On doit pas trop aimé les gringos par ici. Bon.. je mange ma gamelle et dodos

J238
J238
Publié le 29 novembre 2020

le lendemain je quitte rapidement cet endroit direction Golfito.

Golfito c'est une petite ville bâtit dans le fond de la baie. Bien vivante et assez particulière avec comme une muraille qui entoure chacun de ces quartier. Beaucoup à de bâtiment pn été refait avec neuf mais dans le style conial comme cette hôpital. Et ça reste assez jolie! Malheureusement je ne prendrai pas le temps de la visiter

Je rencontre Mahuri (incertitude sur le prénom) qui me parle de sa ville Pavones.

A cet instant j'avais encore un doute sur la destination. J'hésitais à aller sur la peninsule d'Osa. Mais maintenant aucun doute, je file à Pavones. Il me dit d'attente le bus de 3h qui part là bas et que celui ci avec de la place pour un vélo et une planche. Je vais enfin pour reposer mes jambes, car j'ai bien un genou qui tire la gueule depuis 2/3j

Je m'installe à l'arrière du bus, grand luxe.

3h de bus quand même passant des petit pont, des chemins de terre et nous voilà ratant de peu le couché de soleil mais arrivé au Pavones. Je trouve un petite camping qui paie pas de mine mais c'est pas bien chère. Demain réveil 5h on va s'assurer d'avoir des vagues.


J239àJ241
J239àJ241
Publié le 29 novembre 2020

En 2011, redbull realise des images de Robby Naish surfant une vague consequente en paddle pendant plus de 2min

Cette vague, c'est Pavones...

Terminal du bus, tous le monde descends. Planche et vélo en main, je m'en vais trouver un camping.Je trouve à dormir dans une sorte de camping auberge un peu miteuse. Je suis chez Chino et Maria aider d'un Rasta dont j'ai oublié le nom. On l'appelera Jah.

Il fait déjà nuit et rapidement donc je m'en vais dormir. J'ai vu qu'il y avaot du surfeur donc demain je tente le coup vers 5h du mat. De plus la marée est favorable.

Et le lendemain durement, mais j'arrive à me réveiller. 5h30 Il y a déjà une dizaine de personnes à l'eau mais il y a des vagues pour tout le monde. Ainsi j'ai l'occasion de prendre pas mal de vague et de vivre le lèvé de soleil 😀 chouette.

2h de surf, je me réserve pour cet aprèm. Allons prendre un bon petit déj.

Bon finalement cet après midi houle gâché par le vent comme diraient yadusurf. Mais il fait beau alors je reprends un peu le vélo pour descendre jusqu'au village un peu plus bas. Ici pas d'hôtel/villa. Non juste des gens qui vivent heureux chez eux. Et bien c'est bien plus jolie à regarder! Je sors la machète pour prendre le goûter, goût coco.

Et je rentre tranquillou biloute aux camping où une suissesse et un espagnol viennent d'arriver. Bien sympathique mais il quitteront vite l'auberge car pour y dormir fans un lit ça semble vraiment l'enfer !

Mais on garde contact. Demain Alex l'espagnol devrait me rejoondre à l'eau


Mercredi 27 Juin:

Finalement, chaque matin est incertain. On a beau mettre un réveil, nous faisons toujours le choix entre le repousser, l'éteindre, se lever, se rendormir.. et bien ce matin le réveil sonne, et je fais le choix de me lever. Et heureusement..

A 5 h je suis le premier à l'eau, un paddle arrive à mon niveau. Je commence à prendre de belle vague déjà mais je lutte unoeu avec le courant. Au bout de 10 min il y a déjà une dizaine de personnes à l'eau. Je me suis replacé cette fois-ci au pique où il n'y a pas de courant. Le soleil se lève, le.ciel laisse l'orange pour du bleu et l'océan nous délivré un festivale de longues droites.. quel pied.

Et puis surtout il y a cette vagues, cette bombe ! Celle qui sort seulement à quelques series. Je suis le seul bien placé. Rame tranquille et.. take off parfait, la planche en plein contrôle, et je pars dans une vague bien creuse que je ne vois pas ramollir... Mais une section commence a fermé.. non non ça passe sous la lèvre. Petit tube je passe devant les quelques surfeurs tout aussi matinals et les entends crier leur bonnes vibes! je cris aussi les bras en l'air 🙋et je suis toujours dans cette vague avec laquel je peux m'amuser de quelques turns (virages) Elle est parfaitement lisse, parfaitement creuse, et d'une nouvelle section qui ferme enfin! J'en sors d'un bon dans les airs! Pwouaaaah! Je viens de surfer la plus belle vague de ma vie. 🤘

Encore quelques une et je sors de l'eau il est 7h. Au petit dej! Je retrouve les amis espagnols et suisses bien cool. A 10h 30 à prendre notre café sur le "remblai" avec Alex l'espagnol. On démange déjà de retourner à l'eau. C'est reparti pour un tour. Pas de vent aujourd'hui. Les vagues restes super propres. On est à marée basse mais Pavones continue de nous servir des bijoux. Cette fois je passe 3h dans l'eau. Il y a un peu de monde mais j'arrive bien à faire mon trou. Et l'ambiance et vraiment cool! Pas trop de localisme (en même temps y'a match du Costa Rica à terre 😂). Bref un petit rêve que je vie là.

Je rentre manger mais j'espère qu'au couché de soleil les vagues auront la même saveur 😉

Une grosse averse passe, mais 16h30 la pluie s'arrête. Je retourne à l'eau. Pareil un bon feeling avec les vagues aujourd'hui je profite à fond .

Au loin l'orage gronde, le soleil se couche et la combinaison des deux nous offres un ciel pastel orangé incroyable. Une cague s'anonce, je pars et je regarde debout sur mon tapis roulant.

Je pousse la session et il fait quasiment nuit. Nous ne somme plus que deux à l'eau et la dernière ne se fait pas trop attendre et deroulera jusqu'au bord.

Je vraiment vécu un rêve aujourd'hui. 7 h dans l'eau quand même ^^

Je rentre, je mange, l'orage nous tombe dessus et je m'enfuis dans mon hamak. J'y suis bien, je tombe de sommeil sous le bruit de la pluie qui vient tapoter ma bâche.

Demain pas de réveil.

Mais 7h30 déjà debout, réglé sur les horaires du pays. Un petit dej et à l'eau. Mais aujourd'hui ça ne veux pas. Les vagues sont plus petites, je surf mal, j'arrive pas à prendre grand chose, je me place mal etc... Mais bon je suis dans l'eau, il fait beau (pour l'instant) et je sors sur une petite dernière bien sympa quand même.

Je prépare le sac, tente de sécher quelques affaires avant de partir à la frontière.

Je triche encore je vais prendre le.. les bus en compagnie des suisso-espagnol. On va au même endroit. C'est parti pour l'instant galérien.

J239àJ241
J239àJ241
Publié le 29 novembre 2020

En 2011, redbull realise des images de Robby Naish surfant une vague consequente en paddle pendant plus de 2min

Cette vague, c'est Pavones...

Terminal du bus, tous le monde descends. Planche et vélo en main, je m'en vais trouver un camping.Je trouve à dormir dans une sorte de camping auberge un peu miteuse. Je suis chez Chino et Maria aider d'un Rasta dont j'ai oublié le nom. On l'appelera Jah.

Il fait déjà nuit et rapidement donc je m'en vais dormir. J'ai vu qu'il y avaot du surfeur donc demain je tente le coup vers 5h du mat. De plus la marée est favorable.

Et le lendemain durement, mais j'arrive à me réveiller. 5h30 Il y a déjà une dizaine de personnes à l'eau mais il y a des vagues pour tout le monde. Ainsi j'ai l'occasion de prendre pas mal de vague et de vivre le lèvé de soleil 😀 chouette.

2h de surf, je me réserve pour cet aprèm. Allons prendre un bon petit déj.

Bon finalement cet après midi houle gâché par le vent comme diraient yadusurf. Mais il fait beau alors je reprends un peu le vélo pour descendre jusqu'au village un peu plus bas. Ici pas d'hôtel/villa. Non juste des gens qui vivent heureux chez eux. Et bien c'est bien plus jolie à regarder! Je sors la machète pour prendre le goûter, goût coco.

Et je rentre tranquillou biloute aux camping où une suissesse et un espagnol viennent d'arriver. Bien sympathique mais il quitteront vite l'auberge car pour y dormir fans un lit ça semble vraiment l'enfer !

Mais on garde contact. Demain Alex l'espagnol devrait me rejoondre à l'eau


Mercredi 27 Juin:

Finalement, chaque matin est incertain. On a beau mettre un réveil, nous faisons toujours le choix entre le repousser, l'éteindre, se lever, se rendormir.. et bien ce matin le réveil sonne, et je fais le choix de me lever. Et heureusement..

A 5 h je suis le premier à l'eau, un paddle arrive à mon niveau. Je commence à prendre de belle vague déjà mais je lutte unoeu avec le courant. Au bout de 10 min il y a déjà une dizaine de personnes à l'eau. Je me suis replacé cette fois-ci au pique où il n'y a pas de courant. Le soleil se lève, le.ciel laisse l'orange pour du bleu et l'océan nous délivré un festivale de longues droites.. quel pied.

Et puis surtout il y a cette vagues, cette bombe ! Celle qui sort seulement à quelques series. Je suis le seul bien placé. Rame tranquille et.. take off parfait, la planche en plein contrôle, et je pars dans une vague bien creuse que je ne vois pas ramollir... Mais une section commence a fermé.. non non ça passe sous la lèvre. Petit tube je passe devant les quelques surfeurs tout aussi matinals et les entends crier leur bonnes vibes! je cris aussi les bras en l'air 🙋et je suis toujours dans cette vague avec laquel je peux m'amuser de quelques turns (virages) Elle est parfaitement lisse, parfaitement creuse, et d'une nouvelle section qui ferme enfin! J'en sors d'un bon dans les airs! Pwouaaaah! Je viens de surfer la plus belle vague de ma vie. 🤘

Encore quelques une et je sors de l'eau il est 7h. Au petit dej! Je retrouve les amis espagnols et suisses bien cool. A 10h 30 à prendre notre café sur le "remblai" avec Alex l'espagnol. On démange déjà de retourner à l'eau. C'est reparti pour un tour. Pas de vent aujourd'hui. Les vagues restes super propres. On est à marée basse mais Pavones continue de nous servir des bijoux. Cette fois je passe 3h dans l'eau. Il y a un peu de monde mais j'arrive bien à faire mon trou. Et l'ambiance et vraiment cool! Pas trop de localisme (en même temps y'a match du Costa Rica à terre 😂). Bref un petit rêve que je vie là.

Je rentre manger mais j'espère qu'au couché de soleil les vagues auront la même saveur 😉

Une grosse averse passe, mais 16h30 la pluie s'arrête. Je retourne à l'eau. Pareil un bon feeling avec les vagues aujourd'hui je profite à fond .

Au loin l'orage gronde, le soleil se couche et la combinaison des deux nous offres un ciel pastel orangé incroyable. Une vague s'anonce, je pars et je regarde ce ciel debout sur mon tapis roulant.

Je pousse la session et il fait quasiment nuit. Nous ne somme plus que deux à l'eau et la dernière ne se fait pas trop attendre et deroulera jusqu'au bord.

Je vraiment vécu un rêve aujourd'hui. 7 h dans l'eau quand même ^^

Je rentre, je mange, l'orage nous tombe dessus et je m'enfuis dans mon hamak. J'y suis bien, je tombe de sommeil sous le bruit de la pluie qui vient tapoter ma bâche.

Demain pas de réveil.

Mais 7h30 déjà debout, réglé sur les horaires du pays. Un petit dej et à l'eau. Mais aujourd'hui ça ne veux pas. Les vagues sont plus petites, je surf mal, j'arrive pas à prendre grand chose, je me place mal etc... Mais bon je suis dans l'eau, il fait beau (pour l'instant) et je sors sur une petite dernière bien sympa quand même.

Je prépare le sac, tente de sécher quelques affaires avant de partir à la frontière. Bien sûr Maria et Chino prient pou que Dieu me garde et n'oublie pas de m'enseigner comme il dise qu'il gaut que j'étudie la bible... Et oui j'ai eu le droit de repondre à la fameuse question "quelle est ta religion" à laquelle comme toujours je réponds en toute franchise. Bon sauf que là ils ont quand même essayer de me convaincre (ce que je n'aime pas trop). Bref j'ai essayer de sortir du sujet parce que bon que veux tu argumenté contre un bouquin font sortirai la vérité absolue.. paraît ils que je risque de louper le chemin vers le paradis. Moi j'essaie plutôt d'entrenir le chemin qui mène les futurs génération sur une planète propre. Que j'aille au paradis, en enfer, que je finisse en mouton ou en poussière qu'importe si j'arrive à rendre l'avenir meilleurs pour d'autre le temps qu'ils soient sur terre 😀

Trêve de philosophie

Je triche encore je vais prendre le.. les bus en compagnie des suisso-espagnol. On va au même endroit. C'est parti pour l'instant galérien. (Je déteste les bus !)

J239

Et nous voilà donc tout 3 attendant le premier d'une longue série de bus. S'ensuit ensuite un autre bus, puis un collectivo.. Et nous voilà enfin à la frontière (planche de surf et vélo toujours à la main). Taxe d'un côté, sorti de l'autre, entrée là-bas. Tampon enfin!, alex trouve un bus pour aller à David, la grosse ville étape.

On embarque donc ensuite depuis david où on trouve un collectivo qui doit prendre autant de personnes qu'un bus normal, et nous voilà partis pour les Caraïbes. Temps de transition entre chaque changement de bus 10min pas plus. Bref pour moi tout un stress. Chaque conducteur mets une pression pas possible pour que ça aille vite et j'appréhende de perdre quelques chose comme à chaque fois que je me retrouve dans cette situation. Je déteste ça, je déteste prendre les bus surtout avec autant de changement. Prochain voyage je me jure que je me débrouille pour ne plus avoir à en prendre.

Mais bon aujourd'hui je partage ma galère avec les deux amis suisse et espagnol. C'est plus sympa!

Et après ce dernier collectivo très convivial Nous arrivons de nuit sous la pluie à Almirante on marche jusqu'à un petit hostal.

Arrivé à l'étage pour entrée, une petite trappe s'ouvre, un visage apparait. On y récupère infos et clefs pour nos chambre. Les gens assez méfiants donc ici. Bon il faudra l'être de notre côté aussi.

Au petit matin nous trouvons un petit bateau pour bocas del toros. Les premieres batisses en bords d'eau sont toutes sur pilotis et annoncent la couleurs 🎨. Je sens que l'on va passer un bon moment ici

J242àJ253
J242àJ253
Publié le 29 novembre 2020

Bon alors à l'heure où j'écris ces lignes, il s'est passé plus de 10 jours sans que je bouge d'endroit. ^^ je ne sais pas si ça m'étais déjà arrivé. Du coup ben 10 jours c'est le plan d'avoir sa bande de pote avec qui vadrouiller! En tout vas que ça fait du bien de ne plus se presser 😀

Donc avec les 2 loulous Julie et Alex (🇨🇭🇧🇪🇪🇸) nous voilà debarqué de bon matin à Bocas.

Une belle entré par ce beau temps où nous bordons tout plein de maison sur pilotis. Il n'y a que ça ! Avec leur bardage bois de toutes les couleurs. C'est franchement jolie! Alex ne tarde pas à nous trouver une auberge de jeunesse que deviendra comme notre camp de base pour les jours à venir. Et on toutes les raisons de kiffer cet endroit! Déjà c'est pas cher! (Argument maître du voyageur) ensuite il y a des hamack, des gens cools où se mélange locaux et voyageur. Un spot au coeur de tout . Enfin on y est bien quoi!

C'est encore le matin, et je pars à vélo à l'eau sur le spot de Punch qui se trouve sur notre île ou il y a des bons petit bout (de vagues) à prendre. Pas bien gros mais c'est sympa! C'est un reef de corail qui forme la vague ici. Merci aux quelques locaux présent qui m'ont montré le chemin pour entrée dans l'eau car sinon je partais faire le fakir sur les oursins^^ vous noterez que la route pour aller au spot est pas dégueulasse à faire en vélo 🤗


L'aprèm je retrouve les amis espagnol rencontré à Monteverde au Costa Roca. Luis et Carlos. Je les rejoins pour visiter une station biologiques, c'est gratuit (toujours suivre les plans des espagnols, ils vont toujours au moins cher 😂).

De cette visite il se passe plein de chose. Déjà c'est intéressant. Les deux guides nous parlent sans complexe des problèmes environnementals de leur pays en nous présentant tout les indicateurs qu'ils ont à disposition au centre. Les mesures prisent ces dernières années sont alarmantes mais vous le savez déjà. Alors ici s'opère de la sensibilisation dans les école, c'est leur priorité, mais également d'autre projets concernant le recyclage surtout. Les guides semble bien informé des solutions qui se mettent en palces dans divers e'droit de la planète mais ils expliquent les complications de les mette en places ici dans leur pays avec une non prise de conscience encore des habitants.

Ensuite il y a l'épisode de l'homme en kayak. Je vous raconte.

Un homme arrive sur le ponton trainant son kayak a la nage à moitié coulé. Le garde est là est va faire son boulot avec un certain zèle ! Et oui ici nous somment dans une station biologiques et écologique du Panama où il est strictement interdit de rentrer sans autorisation. La réaction du garde est donc de dire à cet homme à cet homme en détresse de quitter le ponton. Les policiers (appelé en renfort..) auront le même discours que le garde et nous qui sommes un petit groupe de 5 avec le guide qui passions par là somme complètement ahuries de la situation !! Alors on décide d'intervenir. Il y a une règle dans le monde entier tenant du droit maritime qui oblige à venir en aide à toute personne en détresse si la situation ne nous met pas en danger.

Bref l'homme maintenant demande si il peut faire les 80m qui le separe de la route avec son kayak. Mais le garde refuse toujours. Nous proposons notre aide mais on nous l'interdit. On lui demande de retourné dans l'eau avec son kayak à moitié sous l'eau. chier. Les guides à ce moment là nous ont quitté. Ils ont peur d'être pris à parti et tiennent à leur boulot bien évidemment. Alors ils nous demandent à un moment de sortir de la situation. Le kayakiste nous remercie et nous dis qu'il devrait s'en sortir. Nous reprenons donc notre tour non dans le plus grand des calmes.

. Bref. On va ensuite faire un tour au abord des marais répérant un caïman et quelques tortues. Très sympa la visite se termine ainsi.

Mais dans la soirée je reçois un message des espagnols. Nous sommes invité à dinner chez le guide Marcos.

Top ça sympa! Je prends mon vélo et perdu au bout d'un ponton qui zigzag dans la mangrove, j'arrive sur une grande maison en bois sur pilotis. Ouaaah. C'est la maison de sa famille. Elle est très grandes, très belle. Dedans tout est amenagé en chalet de montagne inspiré de ce que l'on trouve à chamonix. Avec les skis au dessus de la cheminée. Très atypique😀

Et on passera une super soirée à l'abris des orages.

Je rentre fatigué car on parlait anglais et j'ai toujours du mal à suivre les conversations dans cette langues. Il y avait 2 allemandes, les deux espagnols, une americaine, un australien et moi.

Le lendemain je file à l'eau. Cette fois à Carenero. Une île qui se trouve juste en face de bocas. Je commence par y aller en bateau moyennant entre 1 et 2$ puis pauvre sue je suis rapidement je vais prendre l'habitude d'y aller en surf^^ je traverse ainsi d'île en île à la rame. Je me suis demandé pourquoi j'avais pas fait ça plus tôt.

Carenero c'est toujours un reef de corails où déroule une assez longue vague à deux endroit. L'un un peu plus court et proche du reef, mais donnant une vague plus grosse et plus tubulaire. C'est vraiment top il n'y a pas grand monde à l'eau et on se fait bien plaisir avec Alex qui m'a rejoins également.


Carenero

Ensuite je vous abrège toutes mes journées où chaque jour il y a eu du surf, des rencontres, de la bière, du rhum , et de la bière encore. Mais le weekend dernier le surf est monté d'un cran. Un sweel est arrivé (de la houle) et nous offrant des sessions de folie avec petit barrel à la clef. À ce moment là je suis souvent avec Santi le franco colombien volontaire à l'auberge,

Alex et d'autre catalans bien sympa eux aussi arrivé à l'hostal.

Avant ça on a quand même eu de super conditions de vagues déjà où avec Alex on a pu immortaliser une de nos sessions. Première photo de moi en surf! Enfin! 😀 Mais on a pas réussi à les sortir de l'appareil photo (pas d'ordi). Ça va venir!!

D'ailleurs en ce milieu de semaine avec Julie Alex Nico un francais et Marais un sud Africain nous partons en excursion sur l'île de Bastimiento. C'est le dernier jour ici pour Julie et Marais avant de rentrer en Suisse pour l'une, au Costa pour l'autre, alors on ne ratera pas l'occasion de bien fêter ce départ. Nous dormons à l'hostal Selina. Piscine, billard, plage.. en mode touriste Americains ! Avec partie de beach-volley le lendemain. Bref un bon moment de passer.

Et puis il y a ce Brésilien (qu'on appel.. ben "le Brésilien") qui est arrivé et a lancé les ateliers origami feuilles de palmiers ! Top!

Il y a eu vraiment pleins de rencontre. A chaque fois un groupe ce reformais partageant les bons moment à la plage, dans les vagues , au repas. On a souvent cuisiner pour 10 à l'hostel pour encore plus de convivialité. j'ai fait le point sur lzs nationalité d'ailleurs, il y a eu Mexicains🇲🇽, espagnol🇪🇸, australien🇦🇺, americain🇺🇸, autriche🇦🇹, suisse🇨🇭, belgique🇧🇪, sufafricain🇿🇦, guatemaltec🇬🇹, colombien🇨🇴, argentins🇦🇷, urugayen🇺🇾, italien🇮🇹, allemand🇩🇪, panameen🇵🇦, français🇫🇷, chilien🇨🇱, venezuelien🇻🇪, bresilien🇧🇷, turque🇹🇷 , Canadien 🇨🇦


Et je peux vous parler également de la bonne ambiance devant les match de foot forcément ! 😀 💪✌🇫🇷 Ce fût la folie!!! D'abord avec l'Argentine où au bar des sports nous nous retrouvons en sous nombre face à des Argentins déchaîné.. un peu trop à mon goût d'ailleurs. Seul les mots "hijo de put*, put** resonait de leur bouche. Pour le fair-play, on repassera.

Le deuxième match c'était à l'auberge avec tous le monde devant la petite télé. Finalement beaucoup plus convial, beaucoup plus d'ambiance 😀


A plusieurs moment j'avais prévu de partir pour différentes destinations mais à chaque fois repoussé. Ce fut tellement parfait cet endroit. Et vraiment tellement de rencontre.

Ainsi le dernier jour de mon départ je donne mon masque de plongée à deux espagnol et depose comme je l'avais trouvé, sous les hamacks de l'hostal cette merveilleuse planche de surf qui m'aura offert mes meilleures sessions de surf.

Il est 5h, de nouvelles tête sont arrivé à l'hostal, je parle je parle... Et surtout je cherche mes affaires. Le temps de faire mon sac que je laisse en bas, et bien quelqu'un à ramasser tout ce qui trainait à côté. Ainsi je passe 1h a cherché mon chargzur que je finis par retrouvé et mon sac de bouffe qui restera un mystère. Et vais raté le bus si ça continue!!!! Vamos. J'arrive les gens embarque déjà. Hop vélo dans la soute et route de nuit pour 10h de trajet.

Le bilan affaire perdu/volé est pas top par contre : 5$, la paille en bambou, deux sac de course dont celui souvenir du Guatemala, du café, un tuperoir, la casquette Quicksilver de Simon (volé sur la plage). Bref pas terrible.. mais au moins avec ce que j'ai laissé je repars le sac bien plus allégé!

Ci-après des photos en vracs de mes vacances à Bocas del Toro 🖼


J255àJ257
J255àJ257
Publié le 29 novembre 2020

De nouveau dans le bus la clim est règlé à fond, il doit faire 15°C alors que dehors c'est plutôt 30. tous le monde se les cailles et je finirai pas avoir un petit ruhme. Alors je me pose la question, mais pourquoi? Pourquoi cette clim? En fait il ça serait une question de prestige. C'est une façon à la compagnie de montré tout le luxe qu'elle peux proposer. Bref.. encore une belle connerie hein!?

Je fini par arriver. Il n'est pas 5h comme on me l'avait annoncé mais 2h30 du mat. Je remonte le vélo et traverse cette ville dans une nuit noir. Tout le trajet, je vois de grande ombres noir très haut dans le ciel, mais à cette heure là aucune fenêtre d'allumer pour apprécier la dimension de ces édifices. Mais je les imagine déjà à l'aube.

Je fini par arriver au lieu indiqué par mes amis Barcelonais. Coup de chance, l'un va se réveiller brièvement sous les coup de 5h et voir mon message avant d'aller m'ouvrir. Voilà retrouvaille encore une fois avec les Catalans qui semblent bien fatigués. Finalement tous le monde retourne aussitôt se coucher entamant une bonne grasse mat qui se finira à midi.

A cette heure je suis en forme et surtout exciter que la partie commence!!!!!!!! On est Mardi et c'est Demiiiii!!! France/Belgique à 1h. Mais pas de télé. Je m'en vais donc en ville. Les amis espagnol ne me suivront pas vraiment épuisés de tous leur examens médicaux. Pas la forme en ce moment. L'un se remets d'une opération pour un caillou dans le sang, l'autre attends son opération pour un abcès et donc sous medocs. la dernière fois que je les avais vu il revenait de30km de marche pour voir une plage de sables. Aujourd'hui faire 30m parait compliqué :/ . Bref je pars donc seul au match.

Drôle de coïncidence, ce matin j'avais aidé l'une des colocs de notre hébergement à bricoler un truc. Et en plein panama, je repère une télévision dans un café, entre et tombe justement sur elle! Voilà pour la petite anecdotes.

La suite vous la connaissez... "On est en finale, on est en final, on est.. on est.. on est en final "

🎵" Cocorico !!! 🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷

Je file dans un centre commercial et c'est après 3 mois de recerche que je tombe enfin sur le maillot de l'équipe de France!!! Sauf que probleme, celui ci est sur le mannequin et c'est le dernier. Le vendeur refuse donc. Mais après quelques pleurnichement de ma part, sa chef vient nous voir et me permet de le prendre (en même temps à 50$!! Elle peut!). Alors on desahbille le mannequin !

J'ai aussi récupéré un drapeau dans un bar et me voilà donc dans les rue de Panam' a en tenu de supporter de foot bien beauf' !

Mais tellement fière sur mon beau vélo bleu! 😏

Je passe l'après midi à arpenter les ruelles, slaloment entre toutes ces tours! Je suis étonné qu'il y en ai autant. Sûrement plus que je n'en avais vu à Miami.

Le soir je retrouve les amis autour d'un bon repas.

Avec Luis et Carlos le repas est toujours un délice, toujours motivé pour concocté des plats bien copieux, bien bon et pas bien chère ! Petite soirée au jeux de cartes comme ça faisait longtemps 😀

Et dodo. Je suis bien naaaze mais tellement content.. 💭 en final...

Une bonne nuit et le lendemain je pars en explorateur cette fois-ci pour voir les alentours de Panama.

D'abord j'emprunte cette superbe piste cyclabe qui borde le remblai

Et sans savoir je me dirige sur la vielle ville coloniale Casco Viejo.

Des rues pavé et des murs coloré le tout qui se prolonge dans la mer. On ne s'attend pas à découvrir un si bel endroit dans panama.

Cette vieille ville c'est aussi l'entrée (ou la sortie) du canal de Panama. Il n'y a pas de route qui le longe, mais je vais tenter de le remonter jusqu'au ecluses en vélo.

Sur la route j'en profite pour m'arrêter à l'aéroport pour m'assurer qu'il n'y ai pas de problème. Enfin.. encore faut il que je sois dans le bon.. car et non c'était pas celui là mais un autre à 50km de là ! On a bien fait de vérifier..

Sur la route je passe devant le port de commerce où sont entassé une impressionnante quantité de conteners.

Et puis j'arrive aux fameuses écluses de Miraflores. Il y en a desormais de bien plus grande juste à côté faisant passer d'immense cargo.

J'arrive d'ailleurs pour la demi Croatie/Angleterre. J'attends donc de connaître le futur adverse de l'équipe de France.

Et puis je commence la visite. Très beau musée, très interactif on y comprends bien la construction du canal et son histoire avec le fameux traité en 1977 qui redonne la gerence du canal au Panama,

même si il oublie evidement d'en cité tous les enjeux qui ont fait de Panama un pays indépendant (révolution des indépendantistes financé pas les US pour détaché le Panama de la Colombie car cette dernière refuse de cèdé le canal au Americains. Ce que feront les indépendantistes une fois au pouvoir).

J'avais regardé quelques reportage sur youtube avant d'y aller. C'est souvent ce que je fais avant d'aller visiter un endroit.

A 3h30 les premiers bateaux arrivent et s'enchaînent.. ouverture des écluses !! Un beau spectacle resultant d'une sacré prouesse technologique pour l'époque.

Et j'ai encore du temps! Alors je renfourche mon vélo direction le mirador.

Sur la route je découpe le côté bien caché de Panama. Les cités comme on dit chez nous, mais ici onpeux même qualifié ça de bidonville pour pas mal de quartier. J'ai toujours très peu de photo de cette misère et pourtant qu'elle est importante! Seulement je ne me vois pas sortir mon jolie téléphone ici comme ailleurs dans pareil endroit (c'est arrivé plusieurs fois que je passe dans les "favelas" au Mexiques, au Cap Vert, au Guatemala, au Costa Rica..).

Ici la différence est bien marqué. Que des noirs ici dans ces quartiers pauvres.

Enfin..

Je décide de monté ce petit "cerro" en Vélo,

un bel effort et me voilà sur mon sommet à profiter de cette vue à 360° sur Panama

Et c'est de nuit que je redescend parcourant les rues piétonnes populaires et empruntant cette piste cyclabe cette fois si éclairé par les buildings

Et je reviens dans cette hébergement de fou. Car oui Ici vivents un couple avec la soeur, le frère etc.. et surtout 7 chiens. Je vous fais pas un dessins de l'environnement dans ce petit appart avec 7 chiens qui sont tout sauf des chihuahuas. Bref.. un peu taré d'ailleurs le propriétaire.

Une bonne nuit malgré tout quand ils décident d'arrêter d'aboyer

et mise en paquet de la byciclette le lendemain. Je suis naze. Bon j'espère que ça passera dans l'avion.

Affaire à suivre...

J258

Et donc commence un cauchemar.. Luis m'aide à transporter mes affaires jusqu'à l'arrêt de bus et heuresement ! Mais c'est l'heure de pointe et les bus sont pleins. Je n'espère pas grand chose avec mon vélo.

Le bus arrive, je demande au conducteur si il peux me prendre et a ma bonne surprise il accepte. Les passager me font une petite place à l'arrière du bus et c'est parti pour 2h de trajet dans les bouchons.

L'arrêt de bus aeropuerto est imminent et lorsque je descend, je comprends que j'ai encore un peu de marche à faire. Aucun charriot à disposition.

Je vous raconte pas comment je lutte! Mais j'y arrive. Je dois me balader dans l'aéroport et réussi avec chopper un charriot. Qu'on me demandera de payer plus yard 3$. Tout se paye ici, et c'est vraiment l'impression que j'ai eu dans tous le Panama.

Je vais direct au check-in demander comment ça se passe pour le vélo. Au début il me le classe directement hors gabarit sans le mesurer. Je leur demande donc de le mesurzr avant, ce qu'il font. Argh.. j'ai 10cm de trop. Mais j'ai le temps alors je m'occupe de reduire encore le gabarit du vélo en serrant le cartons à l'aide de corde et en déplaçant quelques truc. Pour info l'enjeu c'est 100$ ou rien. Oui c'est 10cm de trop peuvent me coûter 100$ et si j'arrive à être en dessous, je ne paie rien.

Bon c'est bien tendu l'histoire, mais je n'aurai la reponse que demain matin. Le check-in ouvre à 4h.

Après une excellente nuit donc sur le sol de l'aéroport je suis au avant poste pour contrôle

..... 😴💤💤💤💤

👀

J'ouvre les yeux il est 4h.

Parfait direction le checkin

Et là une fille typé anglaise me reçois. Et bien trop cool! Elle est déjà super aimable, bien plus que ceux d'hier, et c'est sans trop me poser de question qu'elle accepte mon vélo. Je lui dis sue je suis à peu près dans les dimensions, elle sort son mètre puis finalement le range sans rien vérifié. Ouf!! Je dais que je dépassais encore un peu..

Je ne paie donc rien et peu prendre mon vole.

Je fais gaffe à pas m'endormir devant l'embarquement et je rentre dans cette avion.

Voilà petit vole mais une bonne sieste pour moi. Désolé pas trop de photo depuis là-haut, j'avais vraiment besoin de dormir.

Et j'arrive à Bogota. Voyant la galère qui m'attends avec mon vélo je décide de le sortir de sa boite et de le remonter.

Fin prêt route dans Bogota où Ana Maria m'attends 😀

Sur ces photos le petits verre en plastique c'est pour vous dire que même dans l'avion on peux éviter les déchets. Et le magasine c'est pour vous dire qu'il est grand temps de prendre les bonnes habitudes. Dans ce dernier numéro de Géo, on y découvre d'ailleurs un brosse à dent révolutionnaires qui m'accompagne déjà depuis plus d'1 ans grâce à la Vrac' Mobile! (Si tu passe dans le pays basque..)