Epopée grecque à Athènes

Gautier - Première partie de notre trip estival entre potes, en Grèce continentale. Cette fois-ci, Athènes: trésor d'histoire, d'architecture et de culture. Pour ma part c'était mon 1er vrai trip haha
10 au 18 août 2015
9 jours
5
1

En introduction j'aimerais donner le ton général de notre trip! Nous sommes partis, deux potes en BAC+1. En tant que fan d'antiquité et d'architecture, je ne pouvais pas trouver meilleur endroit qu'Athènes, et plus largement la Grèce! Athènes, cité grecque alors dominante dès le Ier millénaire av. J-C, fut officiellement fondée au IXème siècle av. J-C. Mais c'est seulement au Vème siècle avant notre ère qu'elle connut son âge d'or, sous l'égide de Périclès qui, à une période située entre les Guerres médiques et la Guerre du Péloponnèse, fit d'Athènes la principale place intellectuelle, politique, militaire et économique de Grèce continentale. Sous son règne furent édifiés la plupart des monuments dont j'ai pu lors de ce voyage admirer les vestiges. La cité, sous l'occupation romaine dès 86 av. J-C, connut alors sous cet ère de un renouveau urbain, et de nombreuses prouesses architecturales furent alors réalisées. Assez parlé pour le moment, commençons la visite!

• • •

Une capitale où il fait bon vivre - Le centre typique

Evidemment, forte de son histoire, Athènes est encore aujourd'hui une ville culturellement bourdonnante où vivre est un véritable plaisir. Il fait bon se promener dans les petites ruelles fleuries de Pláka, quartier typique très sympa, ou dans la très animée Monastiraki (y sont tenus des petits concerts, des marchés typiques...) !

Ce sont les endroits parfaits pour boire un verre, manger un délicieux Souvláki, ou tout simplement se fonder dans la culture grecque: oui, on est en plein dans la vie méditerranéenne, au milieu des conversations et des rires. On y trouve une forte animation de jour comme de nuit ! On est alors en août et la température avoisine les 37 degrés la journée !!

Pláka et ses ruelles. On y fait des délicieuses salades grecques. A accompagner d'une Mythos évidemment (c'est la bière locale!)


Parce que oui, parlons de la nourriture! On mange pour pas cher (env. 7 euros / repas) de succulents plats grecs: Souvlákis, pitas, moussaka, poulpe grillé... Le poison est on ne peut plus frais! Et aussi petite précision, la pinte est à env. 3 euros : sous cette chaleur ça fait plaisir !!

Monastiraki l'animée, avec également de jolies ruelles où flâner. En bas à gauche: les Souvlákis!!
• • •

Un centre politique et culturel - Le Grand Athènes, Syntagma

Athènes n'est pas la capitale grecque pour rien! On y trouve toutes les institutions politiques grecques, héritage du passé, de très nombreux musées, ainsi que le grand Jardin national, poumon vert de la ville. Ainsi, il faut absolument passer par la grande place Syntagma où se trouve le Parlement grec: on peut toute la journée assister à la relève de la garde, un incontournable d'Athènes (les gars marchent assez bizarrement mais c'est plutôt sympa à regarder) !

La Place Syntagma, le Parlement grec et la relève de la garde. 

Sont à voir absolument : le musée national archéologique, le musée Benaki, le musée d'art cycladique ou encore le musée numismatique: vous saurez tout sur la Grèce et son histoire, notamment la période antique.

Le musée national archéologique: revivez toute l'histoire de la Grèce ! Sublime ! 

Syntagma, c'est aussi le coeur branché de la ville, le centre d'affaires: allez vous y promener, c'est plutôt un endroit agréable. C'est également l'endroit où vous prendrez la plupart des tramways, toute direction confondue. On y trouve aussi les universités et bibliothèques. Syntagma est aussi la partie la plus urbaine et la plus polluée d'Athènes: la circulation y est très dense, parfois dangereuse; il y a beaucoup de vieux scooters et de vieilles voitures. On reconnaît bien là la ville typique du "sud", encore en développement.

A gauche: le Zappéion, bâtiment cérémonial situé dans le Jardin national (au centre). A droite: la bibliothèque nationale (1832).
2

De n'importe quel point de vue que vous aurez sur Athènes, il est impossible de manquer le Mont Lycabette! Il s'agit d'une colline calcaire de 277m située au centre d'Athènes. Je vous conseille fortement de vous y rendre, de jour comme de nuit, pour y admirer une vue splendide sur Athènes. On peut y accéder à pied (gratuitement, pour les sportifs car l'escalier est raid ; 20 min. d'ascension), ou par funiculaire.

Au sommet se trouvent un bar, un restaurant, une petite église et surtout un magnifique point de vue 360°. On peut s'y arrêter un long moment, assis sur les rambardes à admirer la ville sous une agréable brise (oui, contrairement à 200m plus bas où on étouffe!). Splendide.

A gauche: au sommet du Lycabette. A droite: vue de nuit. 
Le Lycabette, vu de l'Acropole. 
3

Voilà, on arrive à ma partie préférée: l'histoire ! Athènes est, pour faire court, la ville européenne la plus chargée d'histoire. Elle a accueilli des grands philosophes (Platon, Héraclite), politiciens (Thémistocle, Thucydide), historiens (Hérodote) ou mathématiciens (Pythagore)... Son rayonnement scientifique, politique et militaire (elle a, rappelons le, résisté aux perses et Xerxès durant les guerres médiques!) a fait d'elle une légendaire cité antique. Je vous le disais, elle a connu au grès des réformes politiques une urbanisation importante, que ce soit sous la période grecque, hellénistique (sous Alexandre le Grand) ou romaine. Fort heureusement, le génie des architectes a rendu immortelle la cité-état, ses vestiges étant dans l'ensemble assez bien conservés.


La ville basse

Athènes a pour la plus grande partie de son histoire été sous occupation grecque. On trouve des vestiges grecs aux 4 coins de la ville. Visites sous 35 degrés (ouais, faut le vouloir !!).

En dehors de l'Acropole, que nous verrons par la suite, il existe pas mal de sites archéologiques d'intérêt. Commençons par l'Olympiéion, temple dédié à Zeus aujourd'hui constitué de 15 colonnes (auparavant 104). Sa construction a débuté au VIème av. J-C mais ne sera achevée que sous l'ère romaine. Haut de 17m, c'est un site très impressionnant à ne louper sous aucun prétexte.

L'Olympiéion, temple de Zeus.

Au pied de l'Acropole, on trouve également les vestiges de l'ancien quartier des Céramiques. Le site comprend également un musée contenant de nombreuses pièces et échantillons archéologiques. Il s'agit des vestiges d'un ancien quartier commerçant, artisan, notamment d'anciens potiers, et d'une ancienne nécropole (on trouve encore des stèles et édifices mortuaires).

Les vestiges des céramiques. Au-dessus: anciennes stèles et sépultures. En-dessous: ruines du quartier artisan.
Quartier des céramiques 

On rencontre également dans la ville basse de nombreux vestiges cette fois-ci datant d'époque romaine. Près de l'Olympiéion on peut ainsi admirer la Porte d'Hadrien, construite en l'honneur de l'empereur éponyme (131 ap. J-C). L'empereur d'Hadrien dispose également d'une bibliothèque à son nom (la Bibliothèque d'Hadrien, 132 ap. J-C ), dont les vestiges situés dans Monastiraki sont particulièrement bien conservés: le bâtiment servait de centre culturel, forum, dépôt d'archives et temple du culte impérial.

En haut à gauche: Porte d'Hadrien. En haut à droite et en-dessous: Bibliothèque d'Hadrien. 

Un autre vestige romain remarquable est celui de l'ancienne agora romaine (env. -15 av. J-C), dont la construction fut entamée par Auguste puis achevée par Hadrien: oui encore lui, Sacré bonhomme! En effet ce fut un grand mécène, amateur d'art. Avec un peu de chance vous y croiserez des habitants des lieux à carapace, plutôt mignons.

L'agora romaine et son portique.  A droite: une bonne surprise ! 
• • •

L'Agora

Le coeur d'Athènes! Au pied de l'acropole, l’agora d'Athènes était, durant l'Antiquité le coeur de la cité: un lieu de rendez-vous, et la grande place du marché. On y faisait commerce et rencontres. Jusqu'aux réformes de Clisthène, elle fut le lieu de rassemblement de l'Ecclésia, Assemblée du peuple citoyen. C'est un site majeur d'Athènes, depuis tout temps peuplé d'oliviers. C'est un site vraiment remarquable !

Les ruines de l'Agora. 

On y rencontre surtout le magnifique Héphaïstéion (- 449-415) ! Il s'agit d'un tempe dédié à Héphaïstos, dieu de la métallurgie.

L'Héphaïstéion, au beau milieu de l'Agora. 

On y trouve encore la Stoa d'Attale (-150), portique de style Hellénistique aujourd'hui reconverti en musée. On y trouve de nombreuses pièces archéologiques et statues retrouvées dans l'Agora.

Le musée de la Stoa d'Attale. 
La Stoa d'Attale. 
• • •

L'Acropole

Le point central de notre visite d'Athènes. Après une nuit pas terrible dans un hôtel miteux (entre les cafards et les 40 degrés de la chambre: l'hospitalité grecque!), un bon yaourt grec nous a mis d'attaque pour gravir l'Acropole et son trésor.

Un joyau, un site archéologique sans pareil. L'Acropole est une citadelle antique, classée UNESCO. Elle servait de lieu de refuge pour les habitants lors des attaques (elle sauva Athènes de l'invasion perse lors des guerres médiques) et de lieu de culte: elle abrite à ce titre de nombreux temples dédiés aux dieux de la cité. Je me permets, avant de démarrer la visite, de vous glisser un plan du site. La plupart des monuments aujourd'hui encore présents ont été réalisés sur les plans de Périclès.

Acropole - plan
source: http://plato-dialogues.org/tools/acropol.htm 

On démarre la visite au pied de l'Acropole, où sont exposés des chapiteaux de temples et des stèles, supports de l'écriture dans l'Antiquité.

A gauche: chapiteau à l'effigie de Poseidon. 

Vient ensuite, sur le versant sud-est de l'acropole, le Théâtre de Dionysos (Vème av. J-C). C'est un site remarquable dédié au dieu du vin et du théâtre. On y jouait des tragédies, telles les pièces d'Eschyle ou Euripide, mais on y pratiquait également des rituels et sacrifices en l'honneur de Dionysos. NB: Lycurgue a participé à sa rénovation.

Fou qui s'imagine, dans la prospérité, pouvoir s'en réjouir comme d'un bien durable. Les destins se comportent au fil du temps ainsi qu'un lunatique qui rebondit au hasard. Et jamais un même mortel ne goûte deux fois le même bonheur. Euripide, Les Troyennes.

Théâtre de Dionysos. 

En continuant de grimper au pied de l'Acropole, on débouche sur le majestueux Odéon d'Hérode Atticus (161). Son constructeur, Hérode Atticus donc, était également un grand mécène de la cité. Il s'agit également d'un théâtre qui sert encore aujourd'hui. Là je me suis arrêté un peu sous les oliviers, le soleil tapait vraiment !

L'Odéon d'Hérode  Atticus. Un des vestiges les mieux conservés du monde greco-romain.

Enfin! On arrive aux portes de la citadelle de l'Acropole, au sommet! Il fait déjà meilleur, on sent déjà plus le vent ! On entre par les imposantes portes de l'Acropole: les Propylées (-437). Il y a un peu de monde, enfin normal l'entrée est plutôt étroite.

Les Propylées (Propylae). 
Mine de rien le touriste bronze en haut de l'Acropole!  

Et là c'est l'éblouissement! On débouche sur la citadelle-même, sur LE site de l'Acropole. Immédiatement on peut apercevoir le magnifique Érechthéion (Vème av. J-C): il remplace un ancien temple détruit par les Perses lors des guerres médiques. Le temple est divisé en deux parties, représentant chacune Athéna (déesse de la sagesse et de la guerre) et Poséidon (dieu de la mer) car il s'agirait en fait du lieu de leur dispute pour la cité. Le bâtiment est juste splendide, et on peut apercevoir sur son flanc les statues cariatides.


L'Érechtéion 
En haut à gauche: partie dédiée à Poséidon; en haut à droite: partie dédiée à Athéna. En bas à droite: les cariatides. 

Et on arrive enfin à ce que tout le monde attendez... LE PARTHÉNON!! Le monument mythique, joyau emblématique de la Grèce Antique.

Le Parthénon (-447) est un temple, ou un trésor, réalisé en marbre. C'est un symbole de la puissance et de la démocratie athénienne. D'une hauteur d'env. 14m, l'édifice était consacré à la déesse Athéna, protectrice de la cité et déesse de la guerre et de la sagesse, dont il abritait une statue à laquelle les athéniens apportaient leurs offrandes. Le Parthénon abritait également le trésor de la cité. C'est certainement le point culminant de mon voyage !! Sublime...

Le Parthénon, au sommet de l'Acropole. 

Après s'être attardés une bonne heure sur les joyaux du sommet de l'Acropole, au vent avec une vue surplombant la ville, nous avons songé à repartir. Mais qu'est ce que c'était beau !! Moi qui était venu pour l'histoire et l'architecture je suis servi.

Il nous fallait ensuite rejoindre le Pnyx. Avant cela, nous sommes passés devant l'Aréopage, monolithe où se tenait le Conseil de l'Aréopage, pouvoir judiciaire suprême de la Grèce antique. C'est l'endroit où prêcha l'apôtre Paul, dans un passage relaté dans la Bible (Actes 17,15-18,1):

Citoyens d'Athènes, je constate que vous êtes, en toutes choses, des hommes particulièrement religieux. En effet, en parcourant la ville, et en observant vos monuments sacrés, j'y ai trouvé, en particulier, un autel portant cette inscription : 'Au dieu inconnu'. Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer.

A gauche: L'Aréopage  ;  à droite: vue de l'Acropole depuis l'Aréopage.

Enfin nous rejoignons le Pnyx, colline ancien siège de l'Ecclésia, qui y votait à main levée les lois, votait le budget, désignait les hauts fonctionnaires athéniens ainsi que les magistrats. Quelques mètres plus loin l'on peut rejoindre la Colline des Muses et le Monument de Philopappos (env. 115), édifice en l'honneur du sénateur romain éponyme.

Le Pnyx
A gauche: Le Pnyx (http://www.aviewoncities.com/gallery/showpicture.htm?key=kvegr0853) ; à droite: Monument de Philopappos. 

Enfin nous finirons la visite de la Colline de l’Acropole par la Prison de Socrate, lieu peu connu, caché mais pourtant emblématique. Au pied de la colline de Philopappos, c’est en ces lieux que Socrate, accusé de pervertir les valeurs morales et la jeunesse, aurait été emprisonné avant de boire la fatale ciguë en -399.

La caverne où fut emprisonné Socrate par ces mêmes athéniens qui prônaient la démocratie. 

Et la visite compète du site de l'Acropole ne s'envisage pas sans celle de son musée: le musée de l'Acropole. C'est, avec le musée national archéologique, le plus grand musée d'Athènes. Dans celui-ci sont exposés uniquement vestiges, pièces et restes de l'Acropole. A faire absolument.

L'entrée du musée est comprise dans le ticket pour visiter l'Acropole.

Le musée de l'Acropole. A droite: la célèbre "Athéna Pensante".
• • •

Les autres sites remarquables d'Athènes

Le stade panathénaïque

Nous sommes bien sûr allés visiter le stade panathénaïque (-329), en tant que fans de sport d'une part, et fans d'histoire d'autre part. Car en effet c'est le stade panathénaïque, situé derrière le jardin national un peu à l'écart du centre, qui accueillit les évènements sportifs contemporains de son époque, voire des jeux comparables à ceux d'Olympie. C'est un de mes coups de coeur également.

Il fut donc construit sous l'impulsion de Lycurgue en -329. Rénové bien plus tard, il accueillit les premiers Jeux olympiques de l’ère moderne, en 1896.

Pour seulement 2 euros vous pouvez visiter le stade rénové, d'une architecture remarquable, ainsi que son musée des JO. Prix dérisoire donc !

Le stade panathénaïque et son musée des JO. On peut se la jouer "héros grec"... 
Vue plongeante sur le stade. 
• • •

Les églises byzantines d'Athènes

Rappelons qu'après avoir été sous occupation grecque, Athènes fut conquise par Rome. Cependant, une fois l'empire romain administrativement séparé, survint la chute de l'empire romain d'Occident en 476. Dès lors, Athènes fut sous influence byzantine, plus précisément sous celle de Constantinople. Les églises d'Athènes rappellent aujourd'hui par leur architecture cette influence byzantine. La plus remarquable d'entre elles est la cathédrale d'Athènes, malheureusement en travaux encore à ce jour.

Cathédrale Athènes
Eglises de style byzantin. En haut à gauche: Cathédrale d'Athènes.


Voilà! J'espère que cette 1ère partie de notre voyage en Grèce vous aura plu, et vous aura donné envie de partir à Athènes. Suivra sous peu la 2ème partie du voyage.

Gautier