Moi c'est Hélène, 35 ans et passionnée de voyages. Depuis plus de 10 ans, je parcours surtout l'Europe, le plus souvent en solo. Sur les conseils de mes proches, j'ai eu envie de rédiger des carnets de voyages...et me voilà ici !
Des paysages volcaniques, désertiques et des plages de sable noirs, Lanzarote est une île énigmatique dont la beauté abrupte est sublimée par les œuvres César Manrique. Bienvenu dans un autre monde
Du 8 au 11 mai 2024
4 jours
Partager ce carnet de voyage
J1
matin

Fondation César Manrique

C'est mon tout premier jour à Lanzarote, je suis arrivée la veille par avion, de nuit. Je loge à Costa Teguise une station balnéaire plutôt centrale. Après avoir avalé un copieux petit déjeuner et récupéré ma voiture de location, je file vers la fondation César Manrique, la première étape de mon séjour.

La fondation est située à coté du petit village de Tahiche. Elle est installée dans l'ancienne maison de l'artiste. Peintre, sculpteur mais aussi directeur artistique de projet architecturaux, César Manrique n'a eu de cesse de chercher à préserver son île natale dans un projet tant artistique qu'écologiste. Son engagement pour le développement durable et la préservation du patrimoine naturel de l’île a été déterminant dans le développement de Lanzarote.

Cette première visite m'en met véritablement plein les yeux! Si, comme moi, vous êtes passionné d'architecture, d'art moderne et de nature, il faut aller à Lanzarote pour voir les œuvres de Manrique !

La fondation est un véritable concentré de la pensée de l'artiste qui a développé une œuvre publique à Lanzarote où l’art total (peinture, architecture, sculpture…) rencontre la nature, la valorise et s’y intègre parfaitement à l’image des salons installés dans des bulles volcaniques de sa maison. Je suis frappée parle soucis du détail de l'artiste, tout semble parfaitement à sa place dans une harmonie des formes, des couleurs et des textures parfaite.

La Villa Lagomar

Après ma visite époustouflante de la fondation Manrique, je file vers Nazaret à seulement quelques kilomètre de là, pour visiter la Villa Lagomar, une autre merveille architecturale signée César Manrique et Jesus Soto, artiste plasticien et architecte vénézuélien.

Attention le prix de l'entrée est à 10 euros et non plus 8 comme indiqué dans beaucoup de guides, même les éditions les plus récentes.

La fondation César Manrique m'avait déjà vraiment impressionnée, mais je dois dire que la Villa Lagomar est encore plus belle et époustouflante. La villa est accrochée à flan de falaise, dans une roche volcanique d'un noir profond où elle y est en partie creusée. Elle reprend l'architecture traditionnelle de Lanzarote avec ses murs peints en blanc qui viennent contrasté avec le noir de la roche et le vert de la végétation qui est intégrée partout. Les différents bassins et piscine d'un bleu turquoise apporte une profonde sérénité au lieu. J'ai eu envie de me perdre des heures dans le dédale d'escalier qui relie les différentes parties de la villa.

La villa est découpée en deux parties. Une première partie en bas comporte un grand bassin autour duquel on trouve un restaurant, un bar et différentes terrasses qui offrent de jolis point de vue. La seconde partie plus en hauteur correspond véritablement à la maison troglodyte où l'on peut visiter la cuisine, la salle à manger, un salon, une chambre et une salle de bain. On peut aussi apercevoir la piscine en contrebas.

Des panneaux expliquent l'histoire de la maison. On y apprend par exemple que la villa doit son nom au fait qu'elle ait été la propriété de Omar Shérif... pour une seule journée ! En effet, il l'aurait perdu au jeu juste après l'avoir acheté.

Après ces deux belles visites, je prend le temps de manger au bord du grand bassin dans la villa Lagomar. En réalité je conseille plutôt le lieu pour boire un verre que pour manger car le rapport qualité-prix n'est pas génial. Il s'agit en fait d'un snack vraiment très cher. A mon avis, il vaut mieux s’arrêter à Teguise, à moins d'une dizaine de minute de route, pour manger après ces deux visites. La ville est agréable et il y a plein de petits restau. J'ai pour ma part fait cette étape en fin de voyage.

De mon coté, je rejoins mon hôtel pour profiter d'un plongeon dans la piscine et récupérer ma casquette que j'ai oublié ... le soleil cogne fort dans ces paysages désertiques et les températures finissent par grimper.

J1
après-midi

Jameos del Agua

Après une petite pause rafraichissante à l’hôtel et après avoir récupéré crème solaire et casquette, je reprend la route en direction Jameos del Agua, à 25 min de Costa Teguise.

C’est LA carte postale de Lanzarote, la photo qui illustre tous les guides et les blogs de voyage… la photo que j’avais tant vu qu’il était improbable d’être si surprise par ce lieu qui ne ressemble à aucun autre et dont aucune photo ne peut rendre l’incroyable sérénité.

La grotte de lave, aménagée par César Manrique, cache un lac intérieur, écosystème unique qui abrite de minuscules crabes translucides qui scintillent au fond de l’eau. Le Lac est entouré d'un restaurant et la végétation et le mobilier s'intègre parfaitement au lieu, des hauts-parleurs diffusent une musique zen qui vient renforcé le coté presque mystique du lieu.

Un sentiment que l'on retrouve dans la surprenante salle de concert attenante creusée dans la lave et décorée de cet étonnant lustre et de ces immenses miroirs.

Ce lieu est la première œuvre publique de César Manrique aménagée dans un espace naturel. Il en créera ensuite plusieurs autres avec le Jardin de Cactus et le Mirador del Rio notamment (voir J4).

L'entrée à Jameos del Agua est maintenant à 15 euros soit 5 euros de plus que ce qui est indiqué dans la plupart des guides. Malgré un prix assez prohibitif pour les touristes (les résidents bénéficient de tarifs très préférentiels), la visite vaut vraiment le cout. Les enfants bénéficient aussi de tarifs réduits voire de la gratuité.

Le port d'Orzola

Après ce moment suspendu, je reprend la route direction Orzola à une dizaine de kilomètre de là. J'emprunte la route entre LZ-1 qui relie Arietta à Orzola et qui longe la côte sauvage. Les paysages sont réellement époustouflants. J'arrive dans le petit port d'Orzola en fin d'après-midi et j'en profite pour faire une petite marche le long de la côte et profiter des couleurs du soir en suivant le début d'un sentier de randonnée disponible sur l'application All Trail. Je n'avais ni le temps ni la motivation pour faire la randonnée complète mais vous pourrez retrouver facilement l'itinéraire sur l'application. La randonnée complète fait 9,5km et dure 2h. Il vous faudra des chaussures fermées et idéalement qui tiennent bien les chevilles car le sentier est très rocheux.

Orzola est aussi le point départ vers l'île de la Graciosa. Des ferry rallient l'île en moins de 30 min avec une fréquence assez importante. Comme je n'était sur place que 4 jours j'ai du faire des choix et j'ai zappé cette étape au profit d'une journée plongée (voir J3) même si l'île est a priori remarquable.

Cette étape peut facilement être combinée dans une même journée avec le Jardin des Cactus, la Cueva de Los Verdes puis Jameos del Agua, Orzola pour finir avec le Mirador Del Rio, ce qui est plus logique en termes de trajet mais implique beaucoup de visites dans une même journée. Attention en revanche aux horaires d'ouverture des différents sites. Le jardin des cactus ferme à 17h (dernière entrée 16h30), Jameos del Agua à 18h (dernière entrée 17h15), et le Mirador del Rio à 17h (dernière entrée 16h40)

Pour ma part j'ai vu le jardin, la cueva et le mirador au J4 car je n'avais pas le temps de tout faire le premier après-midi et j'ai voulu privilégier Jameos del Agua.

J2
matin

Le lendemain matin je me lève tôt (pas trop non plus, c'est les vacances !) pour partir randonner à la Caldera Blanca et la Mancha Blanca. Le temps est un peu couvert et venteux mais ce n'est franchement pas plus mal. Cette randonnée n'est pas du tout ombragée et il faut vraiment penser à la crème solaire et à la casquette où au chapeau.

Pour ma randonnée, j'ai choisi un itinéraire sur All Trails, "GG2- Mancha Blanca - Caldera Blanca" que j'ai un peu adapté. L'itinéraire permet de voir le petit cratère de la Calderetta Blanca (et même d'y rentrer) puis de monter jusqu'au Caldera Blanca, le cratère de la Montaña Blanca, le plus large cratère de l'île. Pour ma part, je suis montée jusqu'au sommet du second cratère mais je n'en ai pas fait le tour, en revanche j'ai pris plus de temps sur le plus petit cratère.

Pour rejoindre le début du sentier, cherchez sur waze "parking rando Caldera Bianca". Pour la rando complète, il faut compter 3h, pour l'itinéraire raccourcie que j'ai fait j'ai mis 2h en prennant mon temps. Il est impératif de prévoir des vrais chaussures de randonnées qui tiennent la cheville car le sentier est composé de pierriers. Chapeau, crème solaire et eau en quantité suffisante sont aussi nécessaire : le soleil peut cogner et il n'y a juste pas d'ombre du tout ! Enfin, pensez aussi au coupe-vent car ça peut souffler fort au sommet. Cette randonnée peut tout à fait être effectuée avec des enfants si vous êtes équipés correctement car il n'y a aucun passage difficile en soit (dans l'itinéraire que j'ai réalisé). J'ai vu pas mal de promeneurs pas du tout équipé comme il faut pour cette randonnée et l'expérience en devient d'autant moins agréable (voire dangereuse).

J2
après-midi

Après ma randonnée, je mange sur le pouce (merci le buffet hyper copieux du petit déjeuner où j'ai trouvé de quoi faire un super sandwich !) puis je file direction la route des montagnes de feu dans le parc de Timanfaya. On accède en voiture jusqu'à un premier point d'entrée où on achète un billet qui comprend l'accès au site, le parking et la visite en bus.

Le site est accessible uniquement en voiture (ou via des tours organisés) et la route des montagnes de feu ne se parcourt ensuite que dans des bus spécialement équipés car la zone est encore très active et les températures peuvent atteindre 120 degrés au niveau du sol par endroit. Après le premier point de passage une route étroite mène jusqu'au parking. J'arrive sur le coup de 13h et il y a beaucoup de monde, j’attends donc une bonne-demi heure dans la voiture en plein soleil avant de pouvoir rejoindre le site et me garer (et bien sûr j'ai pris un bon coup de soleil... pensez à la crème solaire et à l'eau !)

Après avoir rejoint le parking on embarque dans des bus dont certains avec des commentaires en Français, en Italien, en Anglais et en Allemand et on part pour un tour d'une quarantaine de minutes dans cette impressionnante zone de volcanisme toujours active qui est issue de la plus grosse éruption qu’ait connu les Canaries : 6 ans de cataclysme et des coulés de lave qui ont façonnés le paysage et rendu difficile toute forme de vie sur près de 200km.

Le billet d'entrée n'est pas donné puisqu'il est à 20 euros par personne (annoncé à 12 dans la plupart des guide).

Le tour en bus est franchement impressionnant et les commentaires qui expliquent l'histoire de la formation de cette zone sont assez intéressants. J'avais peur de ne pas pouvoir réellement prendre de photo depuis le bus mais le chauffeur s'est arrêté à plusieurs reprises et a même ouvert les portes avant pour nous permettre de prendre des photos à certains endroits (par contre interdiction formelle de descendre). Je vous conseille de vous mettre plutôt à l'avant du bus si vous pouvez. La visite s'achève sur le parking de qui est aussi situé à proximité du point le plus chaud de la zone. Vous pourrez y voir des démonstrations de cette activité géothermique. Le restaurant situé sur le parking, El Diablo, est une réalisation de César Manrique. On y cuit les viandes grâce à cette géothermie.

J2
après-midi

El Golfo

Après le feu, l’eau avec le charmant petit port Del Golfo, à seulement 20 km de là. Ce petit village très agréable est aussi le point de départ du très beau sentier du littoral. Il faut compter environs 4h pour faire l'aller-retour complet sur ce sentier mais vous trouverez aussi sur l'application All Trails un itinéraire circulaire de 2h qui n'en emprunte qu'une partie.

Pour ma part je me contente d'une balade de 45 min A/R le long du sentier avant d'aller boire un verre en terrasse dans l'un des charmant petit restau du port. Le village et le sentier sont vraiment superbes avec ces plage de galets noirs qui se jettent dans des eaux turquoises.

Charco de Los Clicos

Depuis l'un des parking à l'entrée du village, on peut aussi rejoindre en quelques minutes de marche un joli point de vue pour observer la lagune verte de Charco de Los Clicos. L’eau de ce lac en retrait de la mer, formé dans un cratère en partie immergé, est plus salée que la mer morte et est saturée en soufre ce qui lui donne son étonnante couleur.

Après cette journée bien remplie, il est temps pour moi de retourner à Costa Teguise pour profiter d'un plongeon de fin de journée dans la piscine.

J3

J'ai décidé de consacré toute ma 3ème journée de voyage à la plongée sous-marine afin de pouvoir visiter le Muséo Atlantico à Playa Blanca qui est vraiment une expérience unique au monde.

Même si il peut être compliqué de neutraliser toute une journée sur un voyage aussi court, je ne regrette absolument pas mon choix et je ne suis pas prête d'oublier cette expérience ! Si vous faites de la plongeur, vous ne pouvez pas vous rendre à Lanzarote sans aller visiter cet incroyable musée situé à 12 mètres de profondeur.

Le Museo Atlantico est une œuvre folle et géniale de l’artiste Jason de Caires Taylor qui a installé des statues grandeur nature à 12 mètres de profondeur. Ces installations modelées d'après les habitants du village de Playa Blanca permettent non seulement de recréer un récif artificiel pour préserver la faune marine mais se veulent aussi une critique sociale acerbe à l’image du couple de statues sans visage qui se prend en photo devant un radeau empli de migrants justement nommé le radeau de Lampeduza en référence au radeau de la méduse. C'est une critique aussi de notre rapport à la planète avec l’œuvre nommée Rubicon représentant des statues qui franchissent un mur symbolisant l’épuisement de nos ressources naturelles. J'ai été absolument conquise par ce musée hors du commun et hors du temps complètement imbriqué dans la nature.

Pour pouvoir visiter ce musée, plusieurs options s'offrent à vous :

1.Si vous disposez d'une licence de plongée (PADI, FFESSM ou Scuba Schools ) vous permettant de plonger au moins à 12m, vous pouvez effectuer la plongée avec l'un des nombreux club qui proposent cette activité à Lanzarote. Il faut compter 55 euros en moyenne.

2. Si vous n'avez jamais fait de plongée, certains club de plongée dont le Dive Collège Lanzarote, que je vous recommande vivement, propose des formules adaptées. Il faut compter 5h sur une journée ou réparties sur 2 demi-journée. Cette formule coute 148 euros et c'est le plus intéressant si vous êtes débutant.

3.Si comme moi vous disposez d'une licence de plongée mais n'avez pas plongé depuis longtemps, vous pouvez, toujours avec le Dive College Lanzarote, effectuer une plongée de remise à niveau (65 euros) puis la plongée au Muséo (55 euros). Il faudra compter également une journée ou deux demi-journée. La différence avec la formule débutant c'est que votre plongée de remise à niveau sera une vraie plongée et non un baptême qui vous permettra d'explorer les fonds marins autour de Playa Blanca.

Si vous avez une licence de plongée, pensez à l'apporter ou à la prendre en photo.

Comme j'ai une licence Padi OpenWater 18m mais que je n'avais plongé depuis 2002, j'ai choisi cette 3ème option et je ne regrette absolument pas mon choix.

J'ai donc commencé ma journée par une plongée de 50 min à 18 mètres en partant de la plage de Playa Blanca au pied de l'école de plongée. J'ai pu découvrir la richesse des fonds marins de Lanzarote. J'ai vu pas mal de poisson et l'instructeur a vraiment pris le temps de faire en sorte que je sois à l'aise. Même si ça revient vite c'est vraiment une étape nécessaire lorsque l'on a pas plongé depuis longtemps. Une autre participante à l'excursion au museo n'avait pas plongé depuis plus de 2 ans et n'avait pas pris la plongée de rafraichissement et elle n'a tout simplement pas réussi à descendre pour voir le museo, ce qui est vraiment dommage.

Après déjeuner, j'ai enchainé avec ma deuxième plongée de la journée au Museo Atlantico. Avant de partir, les accompagnateurs nous expliquent l'histoire du musée et ce qu'on va y voir ce qui est vraiment nécessaire pour profiter un maximum de l'expérience puisque la communication sous l'eau est quand même limité. La visite du Muséo Atlantico était vraiment un moment magique ! J'ai terminé la journée complétement rincée (c'est le cas de le dire) mais tellement heureuse d'avoir vécu cette expérience !

J4
matin

Jardin de Cactus

Pour mon 4ème et dernier jour à Lanzarote, je reprend la route vers l'Est de l'île pour visiter tous ce que je n'ai pas pu voir à l'étape du Jour 1. Je commence donc par le Jardin de Cactus, une autre œuvre de César Manrique, qui comme son nom l'indique met à l'honneur les cactus. On y retrouve toujours ces sculptures en métal qui s’intègrent parfaitement à la végétation et aux éléments naturels environnants. Comme pour toutes les autres œuvres et installation de Manrique, on sent un véritable soucis du détail, jusque dans la signalétique et les toilettes parfaitement intégrés à l'esthétique du lieu. La visite est très agréable et il faut compter entre 45 min et 1h à l'intérieur pour prendre le temps de flâner dans toutes les allées. J'y suis allé dès l'ouverture à 10h pour éviter la foule.

Le billet d'entrée coute 8 euros par adulte. Il existe des réductions pour les enfants.

Cueva de Los Verdes

Après ma visite du Jardin de Cactus, je reprend la route une quinzaine de minutes pour me rendre jusqu'à la Cueva de Los Verdes, 11 km plus loin. Cette une grotte a été formée par un écoulement de lave et les différents minéraux qu'on y trouve donne milles couleurs aux murs. Des bergers du nom de Verdes avaient l’habitude de s'y réfugier ce qui a donné son nom à la grotte. L’artiste Jesus Soto y a installé une illusion d’optique pour piéger les visiteurs… est-ce que vous saurez la retrouver sur les photos ? 😉

Des groupes partent tous les quart d'heure environs pour une visite guidée de 50 min sous terre (c'est la seule manière de visiter la grotte). La visite est en espagnol et en anglais et je l'ai trouvé agréable, intéressante et ludique.

Le billet coute 15 euros par adulte et il existe des réductions pour les enfants.

J4
après-midi

Mirador del Rio

Je reprend la route vers le Nord-Est de l'île pour monter à 475 mètres d'altitude au Mirador del Rio. J'arrive après un quart d'heure sur une petite route sinueuse à ce superbe point de vue aménagé, une fois encore, par César Manrique. De là, j'ai une vue magnifique sur l'île de la Graciosa et les eaux turquoises qui l'entourent.

Le billet d'entrée coute 8 euros et j'ai tout de même trouvé ça relativement cher uniquement pour accéder au mirador, mais cela comprend aussi le parking. Attention, si vous allez au mirador en fin de journée, sachez qu'il ferme à 17h, vous ne pourrez donc pas y admirer le couché du soleil.

Haria

Il ya un café-restaurant installé dans le Mirador del Rio mais vu les prix, je préfère me diriger vers la petite ville d'Haria où j'ai repéré un restaurant qui propose une cuisine canarienne revisitée, et je ne suis vraiment pas déçue de mon choix. La Puerta Verde à Haria propose une cuisine gourmande à des prix tout doux dans un cadre hyper agréable. Je vous le recommande vivement.

Haria est d'ailleurs une ville très verte comparativement aux paysages assez désertiques que j'ai pu voir jusqu'alors. Elle est d'ailleurs située dans la vallée des 1000 palmiers.

Teguise

Après cette pause gourmande, il me reste encore juste assez de temps pour la dernière étape de mon voyage, la petite ville de Teguise, qui est l'une des plus ancienne des îles Canaries. La route pour quitter Haria et rejoindre Teguise est très étroite et sinueuse et il ne faut pas avoir le vertige, mais après quelques croisements difficiles avec des cars et quelques frayeurs, j'arrive quand même à Teguise qui est vraiment une ville charmante.

Bilan

Au premier abord les îles Canaries ne m'ont jamais vraiment attirées car j'en avais une représentation très associée au tourisme de masse. Je m'imaginais des vagues de touristes déferlant dans des stations balnéaires bétonnées... très loin de la réalité ! J'ai été complétement séduite par mon voyage à Lanzarote et j'ai découvert une île où la Nature est à l'honneur et où elle est complétement imbriquée dans l'art et la dimension culturelle de l'île. Les paysages volcaniques et désertiques donnent parfois l'impression d'être sur une autre planète. En revanche, il faut aimer cet environnement très brut voire abrupte : ici pas de lac, de rivières ou de végétation verdoyante mais des contrastes et des couleurs inattendues avec cette roche noire, parfois teintée d'ocres et de rouges, ces maisons toutes blanches, la végétation, certes rare mais qui ressort avec intensité, un ciel et une eau turquoise.

Info pratiques

Pour l'hébergement, je conseille de choisir une ville plutôt centrale et de rayonner autour pour les déplacements. Personnellement, j'avais choisi Costa Teguise et c'est une situation plutôt idéale qui permet de visiter l'Est ou l'Ouest de l'île en une seule journée C'est une station balnéaire assez agréable. J'avais choisi un resort parce que j'avais trouvé une promotion intéressante et que je n'étais pas certaine de pouvoir louer une voiture mais il existe des hébergement plus typique et moins chers comme les casa rurales, idéales si on a une voiture.

Les distances sur l'île sont finalement assez courtes et le réseau de bus est assez efficace mais je recommande tout de même de louer une voiture, surtout si vous restez peu de temps, pour pouvoir voir un maximum de choses.

Coté budget, j'en ai eu pour environ 1000 euros réparti comme suit : Avion : 200 euros ; Hébergement : 300 euros; Voiture + essence : 200 euros; Repas et visites : 150 euros ; Plongée : 150 euros


Ce budget peut être largement réduit hébergement et la voiture (je suis jeune conducteur et forcément c'est bien plus cher !) et bien entendu l'activité plongé. Par contre j'ai fait peu de restaurant et j'ai souvent mangé des sandwich préparés au petit déjeuner le midi.

Côté visites, les installations gérées par le CACT Lanzarote (Mirador del Rio, Cueva de Los Verdes, Jardin de Cactus, Jaemos del Agua, etc...) sont assez chère (les tarifs semblent avoir augmentés de manière significative cette année) et il n'existe plus du tout de billet combiné. En revanche, les enfants ont de vrais tarifs réduits sur ces visites.

D'une manière générale, le coût de la vie est moins élevé qu'en France

Les températures sont toujours assez agréables puisqu'elles sont de 18° en moyenne l'hiver et de 27° l'été. Par contre, il faut considéré les paysages très désertiques qui font que le soleil cogne vite. Les mois de mai, juin, septembre et octobre me semblent à privilégier, surtout si vous voulez faire quelques randonnées.

L'itinéraire que j'ai suivi m'a permis de consacrer une journée entière à la plongée sous-marine car je voulais vraiment voir le Muséo Atlantico (et je ne le regrette pas du tout). En revanche, j'ai dû renoncer à l'île de la Graciosa et j'ai complétement fait l'impasse sur Arecife qui méritent pourtant d'être visitées. A vous donc d'adapter en fonction de vos envie. Avec un peu plus de temps, vous pouvez aussi faire plus de randonnées.

Pour les randonnées, j'utilise l'application All Trails que je trouve pratique et efficace et qui permet de suivre une trace GPS (utile car les sentiers sont peu balisés). Il y a de nombreux itinéraires disponibles pour Lanzarote et il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux. En revanche de bonnes chaussures de randonnées sont obligatoires car les chemins sont souvent constitués de pierriers. Pensez aussi au chapeau et à emporter de l'eau en quantité suffisante.