Carnet de voyage

Balade Islandaise (au mois d'Octobre)

9 étapes
13 commentaires
16 abonnés
Dernière étape postée il y a 244 jours
Histoire d'un voyage décidé au dernier moment
Octobre 2021
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 24 octobre 2021
Il est 5 h, Paris s'éveille...

Ça y'est nous partons pour le nord.

Merci Nathalie de nous avoir amené à l'aéroport Charles à 5h30. Et désolé Ben et Robin pour le réveil plus que matinal.

Aujourd'hui c'est en majorité aéroport-food, à commencer par le petit déjeuner en compagnie de Joe Biden.

Cette fois ci nous y sommes sur le sol Islandais. Bon, c'est très nuageux mais on s'en fout,... Vacances.

Petite escale à Luton (ça va saigner)

Quelques heures de transit pour visiter cet aéroport que nous ne connaissions pas. Rien d'exceptionnel : des duty free, des resto pas top et pas donnés, des douanes, des contrôles, des toilettes (normal pour du transit) pas toujours nickel, encore des contrôles,... Bref du cliché voyages.

Cette fois ci nous y sommes. Le sol Islandais. Pour le moment c'est tout plat et nuageux mais on s'en fout... Vacances🛍🎈⛱

Aéroport de Keflavik. Reste à récupérer la voiture et trouver notre premier logement.

Nous avons trouvé l'épicerie du coin. Enfin du bout du coin car nous sommes au bout d'une péninsule du nom de grotta il me semble.

Et de la on voit bien la tour "imagine peace" Créée par Yoko Ono en hommage à John Lennon. Cette tour de lumière fonctionne du 9 octobre au 8 décembre. Je vous laisse chercher pourquoi...


Aller maintenant dodo

2
2
Publié le 24 octobre 2021

Après un petit déj copieux, nous voilà partis pour la péninsule de Snaefellsnes et les 2heures 30 de route sont passées si vite tellement c'est beau, grandiose,...

Premier arrêt du côté de Budhir, charmant village avec sa chapelle noire coincée entre océan torrent et volcan. Nous sommes peu de chose et les images parleront pour moi.

Des paysages à couper le souffle

Quelques kilomètres plus loin, Arnarstapi, au pied du volcan Snæfellsjökull. Là aussi l'eau salée se mélange au basalte de façon détonante en un cocktail plutôt réussi.

Nous filons ensuite par les cols de l'autre coté de la péninsule vers Kirkjufell, un charmant caillou. Le hasard des routes nous fait visiter des paysages toujours toujours majestueux et nous rencontrons la population locale, les poneys et les moutons. Très beau pelage, de quoi rendre jaloux.

Mais avant de rejoindre notre prochain lieu de villégiature Grundarfjordur, nous souhaitions faire un petit détour par Stykkisholmur, charmant petit village de pécheur où a été tourné une scène du film "la vie rêvée de Walter Mitty". Si l'histoire ne plaira pas à tout le monde, les images ne peuvent que donner envie de venir en Islande.

Ce n'est pas pour rien que de nombreux films sont tournés en Islande, c'est sublime.

Dans la rubrique drôleries et bizarreries, des immatriculations prétentieuses, un chat peu farouche, une balade à poney, une belle péruvienne rencontrée par hasard, et une toponymie impossible... à suivre !

3
3
Publié le 25 octobre 2021

C'est reparti ! Aujourd'hui au programme le cercle d'or. C'est pas très loin de la capitale sur les hautes plaines et c'est très touristique, même en octobre. Tout est relatif quand même, ce n'est pas non plus la cote d'azur au mois d'aout. Mais bon, au lever du jour dans la zone portuaire de Grundarfjörður, il n'y a pas foule, y compris sur la route.

Après quelques kilomètres, premier arrêt à Þingvellir (Thingvellir avec nos lettres). D'un point de vue historique c'est assez bluffant puisque les premiers parlements Islandais se tenaient là il y a plus de 1000 ans déjà... des précurseurs. Ce lieu en est devenu un symbole national. D'un point de vue géologique, c'est carrément fantastique. Dire qu'on se trouve à la frontière des plaques tectoniques nord-américaine et eurasienne.

Passage obligé ensuite à Geysir, le geyser Islandais qui a donné son nom à tous les autres. Aujourd'hui, le pauvre Geysir s'exprime très rarement et pas très haut car il est obstrué par les cailloux jetés par les passants au fil des ans (véridique). Heureusement son petit frère, du nom de Strokkur, est là pour le show et ça marche à tous les coups.

Pas trop loin de là, Gullfoss. Beaucoup de monde, un froid de canard, un vacarme infernal, mais quel spectacle magnifique.

ça calme 

Pour nous réchauffer, nous avons choisi le "secret lagoon", près de Fludir. C'est la région des sources d'eau chaude, donc des piscines "naturelles". Nous nous attendions à quelque chose de plus intime, du genre Onsen japonais. C'est en fait la piscine municipale chauffée à 40°C, mais c'est très sympa et ça fait un bien fou.

C'est tout à coté que nous posons les valises pour la nuit, dans une guest house superbe un peu perdue dans la pampa. Mais les aurores boréales ne seront pas pour ce soir, trop de nuages. Dommage, mais je me console en repensant aux bons moments drôles de la journée.

Miroir mon beau miroir, où est passé mon reflet. Doll house. Qu'est ce qu'on se marre. 

A plus tard.

4
4
Publié le 26 octobre 2021

Stephen, notre hôte de Fludir nous avait avertis : "demain le vent soufflera peut être un peu fort". Ok, on y va alors ! Direction le sud, avec au programme du matin des chutes d'eau à tomber de haut. Nous avons commencé par l'une des plus connue du pays, Seljalandsfoss, 65 m de haut, parce qu'on peut passer derrière.

300 m plus loin, sa petite sœur Gljúfrabúi (difficile à prononcer, n'est-ce pas ?), charmante et moins peuplée, un peu plus secrète.

Le vent devient effectivement puissant et les nuages menaçants, mais cela ne nous arrêtera pas. Il faut savoir qu'il existe en Islande une multitude de petits musées sur l'histoire du pays, ses cascades, ses volcans. Bon il se trouve que son musée est fermé mais nous saluons tout de même ce sacré Eyjafjallajökull. Souvenez vous, celui qui a bloqué l'espace aérien en 2010 pendant quelques semaines. Nous serions bien monté le voir de plus près, malheureusement les routes de montagnes sont fermées à cette époque.


Filons vers la cascade suivante, Skogafoss, 62 m, et son lit noir obsidienne. Le petit escalier de quelques centaines de marches, histoire de mettre en jambes, offre un point de vue sympa et invite à poursuivre la balade... les moutons s'en foutent pas mal.

En fait plusieurs cascades précèdent en amont, moins imposantes c'est certain, mais les paysages sont sublimes. L'appel des grands espaces.

Perso, je prolongerai bien la rando, mais,un panneau indique la prochaine étape du chemin à 26 km. Et le temps se gâte. dommage. Le programme de l'après midi : des trombes d'eau toujours... à l'horizontale. Nous écourtons donc nos visites pour nous abriter à l'auberge de jeunesse de Vik et manger quelque chose de chaud. Et pour tromper le temps, rien de mieux qu'un petit musée sur la lave et son Lava Show : une coulée de basalte en fusion, en direct. Très chaud !

L'élément du jour était donc l'eau, en quantité. Et la morale du jour est que nous sommes peu de chose lorsque les éléments se déchainent. Mais la vache que c'est beau.

Après cette journée tumultueuse, l'auberge de jeunesse me rappelle des souvenirs de jeunesse. En attendant que nos affaires sèchent, prions le dieu nordique de la météo de nous épargner demain.

5
5
Publié le 27 octobre 2021

De l'espace, du grand, de l'air, du majestueux, du qui impose. En résumé de l'étape du jour. Déjà bonne surprise au réveil, le soleil est avec nous (merci dieu nordique de la météo) et le vent est retombé. Vik, ce doit être la Bretagne du coin, très jolie et doté d'une météo plus que changeante. Avant de mettre le cap à l'est, petit détour vers la plage noire de Reynisfjara. Le soleil se lève sur le sable noir et l'océan déchainé, sur fond de colonnes de basaltes. Magnifique. Je ne vous cache pas qu'il y a du photographe amateur en nombre. Une petite fortune en appareils dernier cri. Mais c'est drôle d'assister au ballet des trépieds qui s'échappent dès qu'une vague arrive.

C'est à coté et nous n'avons pas pu y aller hier, la carcasse d'avion sur le sable noir. En novembre 1973, un DC de l'US navy se crashe sur une rivière gelée et fini aujourd'hui comme site touristique, quelle destinée. Mais à la prochaine éruption de Katla, la carcasse disparaitra dans les eaux. Il faut dire que cette épave est perdue à 4 km de la route principale. Le paysage est magnifique de tout coté, que ce soit devant dans ce désert noir ou derrière avec le volcan Katla recouvert de sa calotte glacière.

Cap à l'est ! sous un soleil divin. Les paysages changent rapidement. Nous traversons des champs de lave recouverte de mousse verte sur des kilomètres pour arriver vers des canyons tout en charme, avec au loin, toujours, ces grands glacier couvant le feu. Point de vue sympa au canyon Fjarðarárgljúfu.

Toujours cap à l'est. Pour mieux se rendre compte des étendues de lave verte, ou de déserts de sable noir entre Vik et Skaftafell, il faut voir une vue satellite de cette zone. C'est dément cette quantité de lave ! L'Islande est avant tout un pays de feu à n'en pas douter. Donc après quelques km de lave, de nouveau des canyons majestueux dignes des grandes plaines américaines comme le Lómagnúpur (je crois). Le Vatnajökull se dessine à l'horizon, c'est le plus grand glacier d'Islande et aussi le nom du parc national où nous allons ce soir.

Coté sud, l'entrée du parc se trouve à Skaftafell. Déjà trois glaciers se suivent, mais avant d'aller voir le deuxième, Skaftafellsjökull, nous partons pour une balade vers une autre cascade qui vaut le détour, rien que pour ses colonnes de basalte. Un bonheur de cristallographe.

La journée a été bien remplie. Le soleil se couche vite en Islande. Avant de rejoindre Morphée quelques informations importantes. L'exception qui confirme la règle aujourd'hui, tout a été grandiose sauf notre chambre à l'auberge de jeunesse de Vik. Environ 5-6 m² à 3 personnes. Quand je pense qu'au boulot, on nous demande de respecter 8 m² par personne, pfff ! Sinon, amis constipés, j'ai la solution : arrêtez de chier. Désolé, notre régime alimentaire me perturbe. Sur ces bonnes paroles, bonne nuit.

6

Pour une fois que le ciel était dégagé ou presque, Isa et moi avons guetté de la couleur dans le ciel. En vain. D'une, les probabilités de voir des aurores boréales étaient très faibles, et de deux nous nous sommes endormis comme des masses. Crevés. Au matin, c'est frais et dispos que nous avons fait honneur au buffet de l’hôtel dans un premier temps, puis nous sommes parti pour une balade juste derrière notre chambre. L’hôtel ne mentait pas en disant être au pied du glacier Svinafellsjökull. Tout simplement génial de pouvoir approcher un glacier de si près. Alors que nous sommes seulement à 180 m au dessus du niveau de la mer.

Bon, il faut dire aussi que c'est la région des glaciers puisque le Vatnajökull, là haut, arrose tout azimut ses pentes d'une quarantaine de glaciers. Quand même. Et pas des ridicules tas de neige en plus. Bref ! Aujourd'hui justement, le but de notre périple est d'aller voir la fin d'un de ces glacier dans un lagon et sur le sable noir de Diamond beach, ou Breiðamerkursandur en Islandais !!! Ce n'est autre que le fameux et magnifique Jökulsárlón. Le mot lagon évoque tout de suite les cocotiers, le sable blanc et l'eau bleue des caraïbes ou des plages de même latitudes. Il se trouve que l'eau ne dépasse pas les 3 °C dans ce lagon et aujourd'hui l'horizon est plus que bouché. Malgré tout c'est superbe. Magique.

Ce bleu est captivant. Un régal. Le ciel gris (neutre) fait même ressortir les couleurs. Et voilà pourquoi la plage s'appelle Diamond Beach. Une fois sortis du lagon, les blocs de glaces millénaires s'échouent sur un écrin noir.

Minimum 150 cm de hauteur 

Nous retournons nos pas vers l'ouest, trempés, mais des lumières plein les yeux. Car oui nous avons mangé de la flotte cet après midi. Certains croyaient le soleil de retour, mais le dieu nordique de la météo semble volage.

Pas de drôleries ou d'insolite ce soir. Je veux juste dédier ce joyau, ou cette larme de glace à tous nos proches partis, trop tôt souvent. Bises à tous.

7
7
Publié le 30 octobre 2021

Pour en voir un il faut du soleil et de l'eau. Eh bien nous avons eu tout aujourd'hui, l'eau, le soleil et les arcs-en-ciels. Par chance nous sommes passé entre les gouttes pour ne garder que le meilleur, car les lumières étaient superbes. C'était notre dernière grosse journée de route et retour vers Reykjavík. Nous avons donc emprunté la même route n°1 en sens inverse et nous en avons profité pour faire escale là où nous n'avions pas pu nous arrêter à l'aller. A commencer par Dyrhólaey, l'extrémité sud de l'Islande. Dès qu'on prend un peu de hauteur ou de recul c'est sympa.

Un peu de culture ne faisant jamais de mal, arrêt à l’écomusée de Skogar. Sacrées conditions de vie il y a quelques décennies à peine. Puis petit détour du coté de Kerid et son cratère.

Nous avons traversé le sud de l'Islande jusqu'au sud-ouest extrême très sauvage, très brut. Tout ça pour finir les doigts de pieds en éventail dans un lagon bleu. Le Blue Lagoon. Et cette fois ci, l'eau n'était pas à 3°C, mais plutôt 40°C.

Sans doute la plus connue des sources chaudes du pays, mais très classe. C'est donc relaxés que nous avons rejoint Reykjavík pour une soirée gastronomique chez Snaps. Comme quoi les guides racontent parfois n'importe quoi : ce bistro était réputé pour ses fruits de mer et sa cuisine nordique. Au bout du compte c'était très français. Mais très bon ! Attention.

Étrange de ne plus avoir à porter des sur-pantalons de pluie, plusieurs couches thermiques, etc.... Ce soir nous sortions "habillés". En chaussures de rando tout de même.

8
8
Publié le 30 octobre 2021

Voilà, voilà ! La fin d'un périple. Après 1720 km avec notre Dacia Duster blanche (je crois que c'est la voiture la plus courante en Islande), nous avons rendu les clés en fin de journée juste avant de rejoindre l’hôtel. Vous savez, le genre d’hôtel typique à proximité des aéroports, celui qui un gout de fin de voyage, un gout doux-amer. Demain c'est le retour au pays. Nous avons tout de même bien profité de notre dernière journée à Reykjavik. La ville est graphique, c'est certain.

Mais aussi très colorée, ...

Et assez design...

Et pour gouter jusqu'au bout notre plaisir, le ciel nous offre ses plus belles couleurs sur la dernière route...

Cerise sur le gâteau, le comble du comble, que dis-je, la truffe sur le foie gras... au moment où j'écris ces lignes celles tant rêvées et désirées sont apparues pour clore ce voyage sur une note MAGIQUE.

Pas les mots pour dire comment c'est beau...

Le clou du spectacle

9
9
Publié le 31 octobre 2021

L'heure du retour a sonnée. La nuit fût courte et c'est les yeux pleins de lumières que nous quittons ce beau pays, de feu et de glace.

Vous avez été gavés par tous ces noms Islandais imprononsables ? Leçon de rattrapage alors :

A | ase prononce généralement "a" sauf devant ng et nk où la lettre se prononce "ao".Á | áse prononce "ao".AU | ause prononce "euï".B | bse prononce "b".D | dse prononce "d".Ð | ðse prononce "th" comme un "z" zozoté.E | ese prononce "è"EI | eise prononce "eï". Idem pour "ey".F | fse prononce "f" devant k,s et t et en position d'initiale ; se prononce "p" à l'intérieur d'un mot devant l et n ; se prononce "v" dans tous les autres cas. G | gse prononce "gu" en position d'initiale devant a, á, o, ó, u, ú et ö. ; se prononce "gui" en initiale devant e, i, í, y, ý, æ, j ; se prononce "rh" en position intermédiaire et en fin de mot ; se prononce "y" après une voyelle et devant i ou j.H | hse prononce "h" fortement aspiré sauf devant le k où l'on prononce "v".I | ise prononce "é" sauf devant ng, nk et gi où l'on prononce i". Í | íse prononce "i".J | jse prononce "y".K | kse prononce "k" sauf en position d'initiale devant e, i, í, y, ý, æ et où l'on prononce "ki", au milieu d'un mot devant k, l et n on prononce "h" et enfin "gh" devant s et tL | lse prononce "l".LL | llse prononce "tl".M | mse prononce "m".N | nse prononce "n".NN | nnse prononce "tn" après á, é, í, ú, æ, ei, ey et au. Dans tous les autres cas, on prononce "nn"O | ose prononce "o".Ó | óse prononce "au".P | pse prononce "p" sauf en position intermédiaire avant l, n ou p où l'on prononce "hp" et devant un t où l'on prononce "f".R | rse prononce "r roulé" sauf devant l ou n où l'on doit prononcer "rt".S | sse prononce "s".T | tse prononce "t" sauf devant l, n et to où l'on prononce "ht".U | use prononce "u" sauf devant ng et nk où l'on doit dire : "ou".Ú | úse prononce "ou".V | vse prononce "v".X | xse prononce "ghss".Y | yse prononce "é" sauf devant ng, nk et gi où l'on prononce "i".Ý | ýse prononce "i".Þ | þse prononce "th" comme un "s" zozoté.Æ | æse prononce "aï".Ö | öse prononce "eu" sauf devant ng et nk où l'on doit prononcer "euï".


Pour vous entraîner, je vous ai sélectionné quelques panneaux...


Pour le tracteur, amis agriculteurs vous êtes bien entendu les bienvenus en Islande, mais sans votre matériel aux heures de pointe à Reykjavik. Pour les plus motivés, un dernier panneau.


Pour savoir si vous avez juste, voici un site sympathique, où vous pourrez tester votre prononciation. https://fr.forvo.com/languages/is/


C'est aussi la fin de ce blog. Comme pour le précédent voyage, c'était parfois difficile de se motiver après une journée marathon, mais tellement gratifiant de le partager avec vous. Merci de l'avoir suivi.


À bientôt pour de nouvelles aventures.