Carnet de voyage

La pause grèque

4 étapes
8 commentaires
Après la pluie, le froid, la neige ... Besoin de se ressourcer ! Passage inattendu en Grèce qui nous a fait beaucoup de bien.
Du 16 mai au 1er juin 2019
17 jours
Partager ce carnet de voyage
KM
5750

Nous n'avions pas imaginé nous retrouver en Grèce et souhaitions laisser cette exploration à un autre voyage mais les routes ne nous auront finalement pas laissé d'autres choix que d'y passer ! Et finalement, après réflexion, on s'est dit que ce serait dommage de louper cette étape puisque nous y étions ! Et surtout parce qu'on était épuisés de chercher la douceur du soleil.

En bref, nous avions grand besoin de nous ressourcer.

Notre programme ne sera donc pas des plus excitant ! nous nous baladerons de plages en criques pendant plusieurs jours dans l'espoir de peut-être retrouver Lisa et Niklas dont nous suivions les pas.

Et nous prenons pour la première fois le ferry avec Cléo !

 11kms après la frontière Albanaise, le ciel s’éclaircit déjà !
Magnifique crique et première baignade en mer Ionienne 


Immense falaise tombant dans la mer 


Après la côte Ionienne et ses paysages stupéfiants, nous nous rendons dans le Péloponnèse. Où nous profitant d'un fort en bord de mer et de la petite ville fortifiée de Methoni.

Modon 

Arrivant toujours trop tard par rapport à nos amis Allemands et leur bolide Hubert, nous songions à leur donner rendez-vous... Mais finalement, au détour d'une route sinueuse, nous les avons croisés et cherchés ensemble un lieu pour passer la soirée et nous raconter nos semaines passées depuis que nous nous sommes quittés en Croatie.

Le lendemain, on part faire une randonnée tous les quatre. On marche dans le lit d'une rivière asséchée à la recherche d'un monastère. Les gens que l'on croise ne savent pas non plus où il se trouve exactement... On comprend finalement qu'il y a plusieurs monastères ou église tout le long de la rivière. Nous le trouverons finalement à point nommé ! C'est aussi le moment pour nous de faire une pause gourmande.

Le printemps 

On ira gouter dans un amphithéâtre avec une vue magnifique sur la mer.

Pause goûter sur ton de drame Antique ! 

On dinera sur la plage au son des vagues et à la lueur du soleil couchant.

Et magnifique coucher de soleil pour finir cette journée ! 

Pour profiter encore un peu de Lisa et Niklas, nous nous dirigeons ver un spot qui promet d'être sympa !

Un grand espace ombragé et une grande plage à proximité nous offrirons le cadre idéal pour nous installer convenablement ! Hamak, fil à linge, table extérieure et auvent sont prêts pour que nous puissions passer une bonne journée détente !

Malheureusement, il n'était pas possible de se baigner mais nous avons tout de même pu admirer le bateau échouer. Le soir venu une nuée de moustique est venue parmi nous, nous coinçant sous la moustiquaire pour une soirée jeux et ratatouille solaire !

Il est temps de se dire à nouveau "Au-revoir". Lisa et Niklas continuerons de profiter de la Grèce encore quelques temps avec plein d'idée en tête. Nous on reprend la route avec l'envie de faire plein de choses ! Mais pas trop vite, l'eau que nous avons récolté dans un village nous rend un peu malade ( première fois du voyage ! ) alors on se repose une dernière journée en bord de mer ...

Au-revoir le Péloponnèse ! 
KM
6121

Après une belle nuit au dessus de Thèbes nous voici à Delphes. Alors, la Grèce est un pays touristique par excellence et le Péloponnèse nous a montré une de ses facette : les plages très agréables. Mais un intérêt touristique majeur de ce pays reste tout de même l'Histoire de la Grèce Antique. Il a donc fallu faire un choix dans tout ce qui est proposé et celui-ci s'est arrêté sur Delphes. Nous voici donc à l'assaut de la montagne pour rejoindre ce lieu de culte pour le Dieu Apollon. Vous voulez une blague ? Après tous ces beaux jours de soleil à farnienter, nous payons nos entrées, nous passons le portique et FLOUTSH la pluie se met à tomber.

Une famille de français rencontrée au Monténégro nous ont donné des épisodes d'un documentaire Arte qui retrace l'histoire des Déesses et Dieux de l'Olympe. C'est donc ainsi que l'on découvrit qu'Apollon entre autre Dieu du soleil et de la beauté, était aussi un Dieu violent, vengeur et implacable.

L'entrée se fait par l'ancienne Agora 
Puis par les "Trésors" construits par les cités où étaient entreposés les butins de guerre en offrande au Dieu. Ici Athènes. 
Le Temple d'Apollon 
Apollon est le précurseur des J.O c'est tout normal qu'on y trouve un stade sportif sur les hauteurs 

Mais ce qui nous a plus subjugué, ce sont les pièces gardées au chaud dans le musée attenant.

Ce sphinx posté aux côtés de la Pythie était situé à 12.5m de haut ! Cela devait vraiment en imposé. 
Des bouts de fresques retraçant des histoires, tout est sculpté à taille humaine, un travail d'orfèvre. 
On vous présente le nombril du monde qui se trouve ici à Delphes !
On est vraiment tout petit ! 
Après un bol de café nous voilà reparti de ce lieu mythique aux sculptures époustouflantes tellement elles sont imposantes. 
KM
6419

Après Delphes une pause plage s'imposait avant notre prochaine étape.

Notre prochaine destination ? Ce mont Olympe qui s'enracine dans la mer 

Nous voici donc baigné, douché, bronzé et même : on a posté la partie sur les Balkans ! Bref, on est prêt pour cette étape que l'on a du réserver : On a dû se fixer un agenda ! Nous voici donc parti vers Litochoro puis dans les routes sinueuses qui montent au parking nommé Prionia à 1100m d'altitude. Nous garons Cléo et installons le campement pour la nuit en profitant d'une source de montagne. On voit arriver un couple d'Allemands, on leur demande l'état de la randonnée. Ils sont livides et nous font comprendre qu'ils l'ont fait en une seule journée et qu'il n'attendent plus que d'aller se coucher, Tu m’étonne...

Après une bonne nuit on se prépare tranquillement, on assure les genouillères, bande les doigts de pieds douloureux, ajustons les sacs. Attention la prochaine phrase va faire pâlir nos camarades férus de randonnée : nous enfourchons nos sacs chargés du matos pour une nuit vers 12h pour démarrer la montée. Mais vous allez comprendre pourquoi ce choix plus tard.

Sous le couvert des arbres nous montons, tranquillement mais sûrement. 
Plus on monte plus la végétation se fait disparate et révèle les sommets qui nous entoure et au loin la mer. 

Nous arrivons après 3h de montée au refuge où l'on est attendu pour la nuit. Voilà pourquoi il ne servait à rien de partir trop tôt et de plutôt s'assurer qu'on était bien prêt ! On rencontre un groupe de français randonneurs qui nous font bien rigoler et qui le lendemain nous donneront toutes les confitures et fromages qu'ils n'auront pas mangé au petit déjeuner. Bref, une soirée sur les hauteurs où l'on se couche tôt et où on se douche à l'eau de la montagne, Claire a même fait les cheveux !

Réveil à 6h... Ça permet de belles choses. Au fond là bas, derrière la mer c'est le mont Athos en Thrace 

Lendemain départ 6h30, les premiers de tout le chalet, ce qui nous laisse la montagne pour nous tout seul. L'objectif ? Le Mont Mystikas. Dominant toute la Grèce ce pic de 2918m d'altitude fut gravi pour la première fois en 1913. Dans la mythologie c'est là-bas que ce trouve l'Olympe où siégent les 12 divinités grecques. Allons donc voir s'ils se trouvent encore sur ce sommet.

Le bonheur d'être seuls dans le silence de la montagne c'est de croiser les habitants du coin, qui te regardent sur un piédestal depuis leur pierrier inaccessible à tes pieds palmés. Il marchera à nos côtés, à quelques centaines de mètres, pendant un temps, avant d'aller crapahuter sur d'autres versants. Nous en croiseront 2 autres et sur la crête qui mène à Mystikas nous serons au dessus d'eux.

Derniers pas dans la végétation ... 
Avant un paysage de roches et de neiges. 
Après une montée de 200m en ligne droite dans un pierrier, avec un vent très fort et glacial qui te pousse, on souffle un peu.
Etape au Mont Skala à 2866m et qui c'est derrière nous? ... 

Aller c'est parti pour l’ascension mais la randonnée est finie. Maintenant nous marchons sur un flan de crête: ravin à gauche et à droite. On doit utiliser ses mains et ne pas hésiter à s'asseoir pour avancer en toute sécurité ... La meilleure partie de la randonnée ! On s'éclate à monter, descendre, trouver nos prises, regarder les précipices.

d'un côté et de l'autre. Mais au moins ici pas de vent violent. La Montagne nous protège ... sauf dans les corridors.
On l'a atteint ! 2918m notre plus haut sommet fait ensembe !
Les dieux ne sont pas là mais les nuages sont régulièrement soufflés pour nous laisser observer la vallée et la mer au fond.
Et vu qu'ils ne sont pas là on se proclame Poséidon et Athéna  2.0 et ceci est notre territoire.
C'est parti pour le retour ! 

De retour au sommet Skala on aperçoit le sommet Skolio ... On est tellement content (et très à l'heure) qu'on se décide à aller voir cet autre sommet : le Skolio à 2911m. On l’atteint en 30 minutes et il est sur-exposé au vent ! On gèle sur place. Mais on voit ainsi un nouveau vallon. La vue est époustouflante, entre la mer, la frontière naturelle Bulgare au loin et la plaine de Thessalonique.

Il ne fait pas chaud ! 
C'est l'heure de la redescente, retour à la végétation et au vent calme. 
La dernière heure est dure. Téo a très mal à ses gros mollets 
Au dodo ! 

Après une descente jusqu'en bas direction la mer ! On est crevé, on a mal aux jambes, Claire sent son genou mais Téo la soupçonne d'avoir recousu elle même son ligament, tandis qu'elle enquête pour savoir si Téo s'est fait greffé un troisième poumon. Bref, nos corps accusent le coup de cette randonnée exigeante, surtout après nos derniers jours farnientes,mais les esprits sont aux beaux fixes ! On a des lumières pleins les yeux, et des images grandioses qui se chamboulent dans nos têtes.

Les jours suivant nous remonteront la côte pour atteindre Thessalonique où l'on poste nos lettres et où on s'amuse à gonfler notre ludothèque avec des boîtes aux titres grecques, puis ce sera la direction de la Bulgarie. Ainsi se termine nos vacances grecques, on va reprendre le boulot de touriste en Bulgarie.

Mais on va continuer le voyage en Cléo, parce que les avions locaux ... 
Tout de même une sacré belle "Porte de la Galère" dans la deuxième plus grande ville de Grèce 
Beaucoup de dodos pour la mèmère Cléo  
Ah oui ... il a fallu se faire à l'alphabet locale ... Non en vrai tu as toujours, juste après, un panneau en latin/anglais. 
Toutes les églises sont comme ça ! avec des espaces ronds et carrés 
Huuuuum énigmatique ce chemin