Finie l'Italie, ici c'est la Croatie ! On arrive donc par la verte Istrie pour continuer sur la côte en s'enfonçant de temps en temps dans les terres direction la Dalmatie.
Du 15 au 30 avril 2019
16 jours
Partager ce carnet de voyage
KM
1250

On traverse donc la frontière Italienne pour arriver en ... Slovénie ! Mais, il y a quelques jours des événements nous ont motivés à tracer un trajet pour le reste du voyage. Nous allons donc laisser la Slovénie et ses ours tranquilles pour l'instant et nous nous dirigeons donc tout de suite vers la Croatie. En même pas 2 heures nous aurons donc fait :

Une glace à Trieste en Italie, une bière en Slovénie et un dodo En Croatie !

Nous arrivons donc en Croatie et ... on est fatigués ! La course de la dernière semaine italienne, accompagnée de son mauvais temps, nous aura scié les jambes. On trouve donc un joli spot face à la mer Adriatique et nous allons y rester 2 nuits et prendre le temps d'aérer Cléo, de faire la sieste, de jouer, bref de farniente !

KM
1750

On reprend donc la route reposé mais on va aussi avoir un malin plaisir à descendre la région d'Istrie à un rythme ... "Cléosien". Sur cette route nous allons découvrir Le village, perché sur sa colline, de Motovun et la ville côtière de Porec.

Des villages fortifiés aux ruelles escarpées et pavées. La truffe est à l'honneur ainsi que le vin dans cette région. Des villages médiévaux où l'authenticité renait grâce au tourisme. autant dire que c'est beau mais que ça ne nous enchante pas d'y rester trop longtemps. Les tentations dépensières sont fortes et l'intérêt moindre, d'autant plus que nous devons nous habituer à payer en "Kuna" et faire des petites conversions dans nos têtes.

Nous finissons cette journée de retour à la civilisation dans un spot surplombant un magnifique fjord. On était sûrement pas encore prêt à se fondre dans la masse parce que nous y resteront une journée de plus totalement seuls au monde !

Mais surtout nous fêtons une étape importante de notre vie en camion...

KM
2065

La situation géographique de Pula fait d'elle la plus grosse ville de l'Istrie sans en être la capitale. Son histoire est vieille de 3000 ans et elle garde encore des traces de son passé prospère. C'est ici que nous pouvons trouver le Colisée le mieux conservé d'Europe ! On découvre aussi les ruines d'un amphithéâtre en pleine réhabilitation. Nous visitons le musée d'histoire et maritime qui se trouve dans un ancien fort construit au XVIème siècle. Et nous finissons par une balade dans les ruelles et découvrons la belle place du forum avec le temple d'Auguste, mais aussi la porte de Hercule, L'arc de Serge ou la porte d'Or...

Colisée 
Amphithéâtre
temple d'Auguste sur la place du forum 


une mosaïque datant du IIème siècle avant J.C


Les portes et arcs du  IIème siècle avant J.C.

On retrouve ici de nombreux vestiges de l’époque antique Romaine. La ville a connu des périodes de prospérité, sous l'Empire Romain, Byzantin, Ottoman ou encore Vénitien. Pourtant lors de la grande peste noire du XVIIème qui a touché presque l'Europe entière, Pula a failli disparaitre de la carte, la ville ne comptait plus que 300 habitants... C'est l'Empire Austro-Hongrois au XIXème siècle, qui a réanimer la ville en y installant son port militaire principal.

La ville ne vit pas seulement grâce à son histoire et ses vieux bâtiment. C'est aujourd'hui une ville dynamique qui propose une offre culturelle variée. Le jour de notre visite nous assisterons à un spectacle de cirque moderne. Nous prenons ça comme un signe de l’arrivée des beaux jours et avec eux, des fêtes et initiatives culturelles locales !

place de la résistance 
Kaput ! 

Nous reprenons la route pour nous diriger vers le parc naturel de Prémantura. Mais avant nous dormirons sur la plage d'une petite crique très sympathique. L'accès au parc est payant pour les voitures, nous laissons donc Cléo a l'entrée du village et nous dirigeons sur les chemins à la recherche d'une plage. Après quelques difficultés à nous repérer dans le village, nous voilà dans le parc et après avoir longer la côté on s'installe sur la crique. C'est bientôt l'heure de prendre notre premier vrai bain dans ce bleu hypnotisant.

En Croatie, les plages de sables fins sont rares donc il vaut mieux toujours penser à avoir ses chaussures d'eau avec soi. De plus, à cette saison, l'eau de la mer Adriatique est vraiment froide !

Nous repartons ensuite en direction de Rijeka, deux heures de routes plus au nord qui nous permettront de rejoindre ensuite une autre partie de la Croatie. L'ambiance sur la plage à notre arrivée est très conviviale : de nombreux locaux se retrouvent autour du bar de la plage et du groupe de musique pour profiter de leur dimanche. Il y a deux camions à côté de notre Cléo, de jeunes Allemands, nous essayons d'échanger avec eux mais ça ne prend pas et partent de leur côté. Ce soir-là, un sentiment de solitude nous envahit... Nous nous réconfortons en nous disant que nous faisons avant tout ce voyage pour être ensemble ! Une dure et pénible nuit s'ensuit à cause des visiteurs nocturnes. Rijeka donnera la possibilité, pour Téo, de revoir la ville où il avait galéré il y a 3 ans avec Loukoum et nous décollons donc très tôt pour aller dans la montagne retrouver un peu de calme.

KM
2845

Nous voilà dans les routes sinueuses qui nous mènent vers le fameux parc naturel de Plitvic que l'on nous a maintes fois recommandé. Nous trouvons un "freecamp" en dehors du parc. Nous nous installons, un autre fourgon est là mais il est sur le départ. On prend une douche, on installe notre maison et on va un peu plus profond dans la pèche aux infos sur ce fameux parc. Les descriptions font saliver d'avance mais on découvre qu'il faut payer pour venir se balader entre ces cascades et ces lacs. Bon, ça sera notre cadeau de cette semaine. Mais le ciel s’assombrit et nous sommes à la montagne, le froid arrive. Nous décidons donc d'aller ramasser du bois pour se faire un beau feu de camps. C'est alors qu'un fourgon rouge et bleu arrive, ses occupants nous voyants nous afféré nous demandent s'ils peuvent participer. "Of course !" Ainsi, Lisa et Niklas, 2 jeunes allemands, font avec nous une sacrée cueillette. Alors que nous revenons de notre dernier tour de ramassage, estimant que nous avons ce qu'il faut, un 4X4 noir arrive. Surprise ! ce sont des français et de notre âge ! (Nous n'en avions toujours pas rencontré ni vu depuis le début de ce voyage alors que des allemands pleins !). Nous saluons ces trois gars et les invitons à se joindre à nous une fois leurs tentes plantées.

Une soirée feu de camps avec Alexis, Benjamin, Ibrahim, Lisa et Niklas !

On se réveille sous un ciel gris, bien trop tard (la soirée fut longue) pour attaquer le parc et de toute façon ces 5 énergumènes nous donnent envie de profiter du temps qu'on a avec eux. (et il ne fait vraiment pas beau). On discute donc en anglais du rêve de Niklas d'aller en Géorgie mais de la réserve de Lisa de "just the way is the goal". Du pacte d'enfance de faire un long voyage entre frères de cœur ayant prit leur départ il y a tout juste une semaine aux portes de Strasbourg direction la Turquie puis le Laos.

Une journée détente où on parle de plein de choses et où on fait la partie de Molkky la plus longue jamais jouée ! 

Après une autre soirée au coin du feu nous décidons d'aller tous ensemble faire ce mystérieux parc. En route donc ! Nous y sommes dès 9h mais il y a déjà du monde, on apprend qu'en haute saison c'est 15000 visiteurs par jour qui passe dans ce très vieux parc qui a vue le jour en 1946. On vous laisse observer la beauté du lieu (chance nos compagnons n'aiment pas non plus la masse touristique, on part donc crapahuter hors des grands axes).

On commencera sur les hauteurs dans la forêt verte de noisetiers où on trouvera de quoi cuisiner de l'ail des ours 
Pour arriver sur ce point de vue 
Et celui-ci 
La Grande Cascade 

On aura donc passé la journée complète au parc et on aura vraiment bien profité avec nos "vêtements techniques". Se quitter la dessus ? Très peu pour nous, Téo à juste dis "Pizza" qu'il était tout vue d'aller trouver un restaurant pour trinquer à cette rencontre et à ces paysages époustouflants.

Nous allons donc trouvé un espace près des moutons à quelques pas de chez "Robert"  

Le lendemain c'est l'heure des séparations. Nous, nous devons impérativement trouver une laverie car ça déborde. Gros câlins et petits cadeaux faits maisons pour ces ami(e)s de voyage. Une super rencontre avec des français qui tente de parler anglais et des allemands compréhensifs sur nos lacunes. On finira sur une crêpe party matinale !

Niklas et Lisa avec Hubert, Benjamin, Ibrahim et Alexis avec l'ApaGero et Claire et Téo avec Cléo ! 

Nous repartons donc à la recherche d'une laverie. C'est alors que nous nous embarquons dans un interminable roadtrip à travers les montagnes et les plaines de l'Est de la Croatie. Les paysages sont somptueux, très changeant et surtout désertiques... Nous ne trouvons ni laverie, ni magasins, ni même stations services ! Cela nous révèle bien les différentes Croatie. Nous n'aurons pas fait la région de Zadar, cependant ici le changement est bluffant entre la côte et les terres qui se trouvent juste derrière les montagnes, comme une barrière naturelle qui modifie la vie d'habitants d'un même pays. Ici, les tarifs changent et sont grandement divisés, les constructions humaines sont très espacées voir solitaires, beaucoup ne sont pas finis voir en ruine. On ressent le virage financier pris par le gouvernement après la guerre: le tourisme. On a donc une côte à l'eau Azur ressemblant à la Côte d'Azur française: même tarif, même chasse au free-camp, même sur-urbanisation hôtelière. Mais derrière la montagne, qui cache la vue aux yatchs et car touristiques, le calme vallonné d'une terre où il ne semble pas si facile d'avoir accès aux différents services: le desert des campagnes. Plus de trois heures de route nous conduirons finalement à Zadar. Ville que nous voulions visiter mais pas si tôt.

On tri le linge, on change les billets, puis la monnaie, on choisit le programme, on ferme le hublot et voilà nos 3 compagnons de routes français qui arrivent eux aussi avec leur linge ! une heure plus tars nos amis Allemands viennent eux aussi laver leur vêtement. Nous irons finalement ensemble écouter l'orgue maritime de Zadar.

place du forum où les enfants jouent naturellement dans des vestiges archéologiques ! 

Téo et moi avons besoin de temps pour savoir si on continue la route avec la joyeuse troupe où si on ralenti pour profiter de la côte. Mais la côté est touristique et très urbanisée, impossible de se poser ou d'explorer les environs comme on le souhaite. On reprend la route au coucher du soleil pour tenter de rejoindre le reste du groupe. La fatigue et la nuit auront raison de nous et nous nous arrêterons sur le chemin juste avant de trouver l'emplacement précis.

Le lendemain, réveillés par des "coucous" et des tapotement sur Cléo, on décide de continuer la route avec eux. On se posera près d'une rivière entre Split et Makarska avec pour seul objectif pour 3 des 5 compagnons : pêcher ! Cette tentative se révèlera infructueuse... Mais au moment de partager notre dernier repas, Ibrahim revient victorieux avec une truite arc-en-ciel !

Il ravivera le cœur de tous, et délectera les papilles des gourmands. Une dernière soirée ensemble autour d'un buffet de fajitas et un réveil aux odeurs de Bananes-chocolat nous auront préparé pour ces au-revoir Croates.


Une semaine avec eux nous aura vraiment fait beaucoup de bien ! Le voyage ensemble c'est très bien, mais quand on peut le partager avec d'autres c'est encore mieux ! On aura bien rigoler ensemble, au plaisir de vous revoir sur la route ou ailleurs. Bon voyage à vous !

A la frontière, entre Pula et Premantura, à Rijeka puis au free camp du parc Plitvic 
Après le resto Robert, au bord de lac après Zadar, près de la rivière au poisson, au pied du parc de Biokovo

Cette fois-ci on aura eu tous les réveils de Cléo mais vu qu'on aura dormi souvent aux mêmes endroits eh bien cela fait 8 lieux de dodos différents

Il y avait aussi un très beau panneau "Interdit de shooter dans l’écureuil au pied" mais je ne le retrouve pas ...
Pour bien parler Croates voilà ce qu'il vous faut. Avec votre bel accent français vous obtiendrez un grand sourire Croate ! 
Super Héros local ! C'est une maison? Non c'est un appartement ? Mais non c'est Apartman !