Carnet de voyage

Andalousie, mon amie

5 étapes
1 commentaire
Séville, Ronda, Malaga, Grenade et plus encore !
Novembre 2018
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
KM
2937

Nous arrivons à Sévilla en tout début de soirée sur un parking de la périphérie qui s'annonce animé ! Beaucoup de jeunes gens se sont réunis ici pour faire la fête (apparemment c'est chose courante ici). Pas sûrs de notre emplacement tellement ils sont nombreux et bruyants nous préférons ne pas nous installer pour de bon...

Ce pressentiment se confirme quand un groupe de jeunes filles utilise Cléo comme pissotière ! Quoi de mieux qu'un camion utilitaire pour se cacher faire ses besoins ?

Nous repartons donc dans un village en périphérie de la ville pour dormir tranquillement et rejoindre Sévilla le lendemain. AU réveil, une mauvaise surprise nous attend : le bidon souple pour la recharge d’eau s'est percé et voilà Cléo inondée.... Première tuile du voyage ! En plus il ne fait pas beau ce matin, les différents guides de Séville annonçaient pourtant plus de 300 jours de soleil par an !

Sur notre route, impossible de trouver un endroit où se garer pour aller faire sécher toutes nos affaires. Elles attendront donc bien patiemment parce-que nous on est venu pour visiter Séville ! Point positif ; c'est qu'en tournant en rond pour trouver une laverie, on finira par trouver un coin près du centre historique pour se garer. 😀

Après un almuerzo bien sympathique, je me souviens de ce que nous avait dit ma prof d'Espagnol de 3ème lors d'un voyage scolaire à Salamanca : "En Espagne, faites l'oignon : habillez vous avec beaucoup de couche pour en enlever au fur et à mesure de la journée". On est rentré manger en ayant un peu froid et on ressort avec un grand soleil ! Nous allons ensuite nous promener dans le quartier de Santa Cruz c'est un véritable labyrinthe blanc agrémenté de fontaines et de clémentiniers ! Un vrai plaisir de se balader ici mais un enfer pour se repérer et espérer trouver son chemin ! Les panneaux indicatifs des intérêts touristiques nous mènent tout droit dans les murs !

Nous continuons notre chemin jusqu'à la place d'Hercules (d'où Séville tirerait son nom d'après l'Odyssé d'Homère ... Mais il parait que c'est la même histoire pour Lisbonne, alors ...) qui n'est pas très intéressante architecturalement ou même visuellement mais qui est très sympathique par la vie qui l'anime. Rappelons-le, nous sommes samedi 16h et les terrasses sont bondées de monde qui se réunissent et s'amusent entre amis ou en famille !

En milieu d'après-midi, nous flânons un peu dans les boutiques avant de rejoindre une place pour s'offrir une carafe de Sangria avec des tapas chaudes ! On se régale ! Toute cette foule vivante et joyeuse autour de nous, nous fait du bien ! (En effet, nous nous sommes pas mal retrouvés seuls dans des endroits sympathiques jusqu'ici... même si c'était volontaire au début du voyage !)

Toutes les rues sont pleines de vie et d'animations !  

Après une journées à se balader en cherchant des palacios, nous n'avons rien vu de ce qui fait la réputation de Séville... Le lendemain matin, nous décidons de décoller tôt pour éviter les longues files de touristes et aussi pour profiter de la ville qui se réveil, mais tout ça après un desayuno très bon !

Et c'est parti pour la cathédrale immensément majestueuse et son minaret. Oui, c'est normal ! Les catholiques ont essayer de casser toutes les marques culturelles des maures quand ils ont reconquis l'Espagne mais pourtant, certains aspects sont toujours présents presque mille ans après !

La tour de l'or et la place des taureaux.

Pour finir par le palais de la place d'Espagne et le parc Maria Luis, réalisé en 1920 à l'occasion de l'exposition universelle. Aujourd'hui elle servirait à certains ministère d'Espagne ou Andalous.

Spéciale dédicace à nos amies de Malaga sur la place d'Espagne  !

Bien sûr, de nombreuses autres choses ont attirés notre attention, mais il nous est impossible de se souvenir du nom de tout ... Voici ici un panel de ce qui nous a plu.

Plaza Mayor sous Girasol, patios,chanteurs-danseuses de Flamenco, les azulejos, université du tabac, un café-librairie de 3étages

Et Téo qui pète un câble devant tous ces amateurs ou ambassadeurs du selfie que l'on fréquente très (trop?) régulièrement !

Ah oui, Et j'ai dû prendre en photo une dame accompagnée d'une autre dame en fauteuil roulant qui a poussé cette personne handicapée quand je l'ai prise en photo pour qu'elle ne soit pas dessus !

Et puis, à Sévilla, il y a aussi l'Alacazabar, très réputé mais impossible d'accès, même juste de visu sans son billet d'entrée et c'est 2 heures d'attente avant d'y parvenir ... Alors Tchaô Sévilla !

Votre circuit individuel en Espagne, personnalisable et abordable

Circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
KM
3065

Nous filons ensuite vers Ronda, où une pause s'impose pour faire prendre l'air à Cléo et aérer notre habitacle ! On en profite pour passer des appels, pendant qu'un deuxième problème s'annonce : panne de gaz !

Heureusement, on avait prévu notre petit campingaz qui va nous dépanner pendant qu'on règle ce souci ! Et comme un problème n'arrive jamais seul, le chargeur de PC nous lâche aussi !!

 Un gros dodo reposant après Séville et une petite soupe sur le trépied de camping 

Bon, ne perdons pas la face et profitons de cette belle ville qui nous offre une belle surprise en découvrant que certains des musées sont gratuits aujourd'hui pour les citoyens Européens ! Nous allons donc profiter de ce cadeau pour visiter la maison du Géant, le palais de Mondragon et les murailles de la vieille ville qui rejoint la ville nouvelle par le fameux pont que nous avons en paysage au réveil et au coucher.

la maison du géant 
Le palais Mandragon et ses patios 
l'ancienne et la nouvelle Ronda 

Après un passage à l'office du tourisme, nous nous dirigeons vers Grazalema qui nous promet de belles randonnées ! Mais finalement nous n'en ferons qu'une mais pas des moindre puisqu'elle nous a offert un splendide spectacle ! Là où, certaines personnes font du canyoning à une époque de l'année, mais pour nous, la rivière est complètement asséchée !

En nous dirigeant vers la grotte de "Garganta Verde", nous passons dans une zone de nidification des vautours de la région appelés "Buitreras". Une ronde majestueuse de ces rapaces de plus de 200cm d'envergure défile au-dessus de nous. Et, cerise sur le gâteau nous sommes seuls sur cette randonnée linéaire pour profiter de l'évènement !

Combien sont-ils au-dessus de nous ? une trentaine ? Certainement plus !


Après une longue pause d'émerveillement, nous continuons notre chemin qui descend à pic vers la gorge qui nous mènera à la grotte. En fait, il y en a plusieurs en route mais elles ne sont pas aussi gargantuesques que celle qui finalise la randonnée ! Garganta Verde ne porte pas son nom pour rien !

Téo, minuscule dans cette immense grotte 

Des paillettes plein les yeux nous finirons notre journée dans le village de Zahara de la Sierra, à quelques kilomètres de là.

Après Grazalema, la main de pierre nous amènera à Zahara de la Sierra 

De nouveau en forme, nous fonçons vers Tolox à la fin du jour et à travers les montagnes pour faire une nouvelle randonnée avant de rejoindre Malaga.

Nous n'en avions pas forcément prévu une en particulier mais celle des cascades à côté d'où nous nous trouvons semble bien sympa et nous nous élançons à travers la forêt pour arpenter ses chemins. En route nous trouvons de nombreux champignons, mais malheureusement, n'y connaissant rien on ne pourra pas en profiter pour notre souper !

Au bout d'un moment, après avoir sillonnés à flan de colline, nous découvrons de petites cascades qui semblent se perdre dans la rivière au fond de la vallée. Et puis, les cascades se font plus impressionnantes jusqu'à devenir étourdissantes.

La randonnée poursuit son court en montant et descendant le long de la montagne et autour de la rivière. La fin est un peu difficile mais la surprise en arrivant à Cléo nous redonne le sourire ! Les chèvres sont vraiment curieuses et absolument pas farouches !

Après ces deux randonnées physiques et l'humidité ambiante, nous avons besoin d'une vraie douche et filons donc vers Fuengirola pour se laver sur la plage, oui mais avec notre cabine de douche ! L'eau est très froide mais bienvenue !

Première vue de la Méditerranée 

Le lendemain s'annonce une journée sans intérêt touristique mais très importante pour notre moral, on appelle beaucoup de monde, si bien que j'en utilise tout mon forfait qui ne se renouvelle que dans 3 semaines ! 😀

KM
3189

Nous voici tout popre pour aller découvrir Màlaga. Alors Màlaga est une étape importante pour nous car c'est la première que l'on fait non pas pour ce que l'on pense y trouver mais pour les amis que l'on connait. En effet, Màlaga est la ville qui a vu les premiers pas de notre amie Paula, nous nous devions d'y faire un tour même si elle se dore la praline à la Réunion ! Mais qui dit devenir amie avec une espagnole dit rencontrer des espagnols. A Nancy, donc, Paula nous avait présenté Cristina qui y faisait un SVE. Nous avions pris des apéros, danser sur des musiques endiablées et avions finit par prendre rendez-vous à Màlaga, dans son fief lorsque nous y passerions.

Voilà pour cette longue introduction. Nous allons donc voir Crisitina que l'on a pas vu depuis plusieurs mois ! On se gare en périphérie, près de la mer, on enfourche nos vélos et en route ! On la retrouve dans un bar que l'on aurait jamais trouvé sans elle ! Elle nous présente à Betty, Manolito et José-Luis. On profite alors de ses retrouvailles et rencontres pour profiter d'une véritable ambiance espagnole. On découvre la salada Rusa, le Tinto de Màlaga, d'autres Tapas à base d'huile et de patates bien sûr, la cerveza "l'Alhambra", le bar el Pimpi. On découvre, avec bonheur, que notre espagnol s'est amélioré et que l'on peut, à peu près, tenir une discussion sans trop perdre le fil.

A l'intérieur comme à l'extérieur ces bars sont immenses : plusieurs étages, de multiples salles et terrasses ! 


Un Squatte que la ville veut récupéré où se retrouvent les malagais et un bar qui fait penser à un autre de Tours non?...

La nuit sera beaucoup moins agréable, nous avons essuyé notre premier orage dans Cléo, avec des éclairs qui tombaient juste à côté du camion et des coups de tonnerres juste au dessus de notre tête

On attendra donc la fin de la pluie pour sortir notre tête de Cléo et venir la garer dans le centre ville, tant pis pour la jolie proximité de la mer, qui fait d'ailleurs plutôt peur en temps de tempête, mais le vélo sous des rafales de vents et de pluie, non merci !

On avait repéré un festival du cinéma indépendant où il y avait une ludothèque, chouette on va jouer ! Mais ici c'est comme en Bretagne quand il neige : on ferme tout si il pleut. Toute la programmation de la journée est annulée, les chapiteaux ont été vidé ! Comme nos forces, pas très envie de repasser une journée à marcher sous la pluie. Heureusement une jolie surprise pointe son nez.

Le film "Au Poste" que l'on a raté en France passe en VF !  

Cristina nous rejoint et conclura ce chouette film avec son bel accent Andalou "C'est toujours comme ça dans les films français ! A la fin Pfiout ! ça finie comme ça, il n'y a pas de fin !" C'est pas faux.

Màlaga, un port des hauts bâtiments et une exposition Guernica mais on a pas de photos à vous montrer ! 
De la confiture de carotte ! 

On reverra Cristina pour cet INCROYABLE desayuno ! Quel régal (on aurait encore une fois pas trouvé sans notre guide attitré !) et enfin pour ... un chargeur PC ! Encore merci Cristina de nous avoir permis de livrer ce colis chez toi ! Un problème de résolu.

Anecdote rigolote : Quand Claire et Téo ont des soucis en plus ils ont la poisse. Nous cherchons du Gaz, impossible de remplir nos bouteilles françaises, nous nous rabbatons donc vers un Décathlon pour prendre les bouteilles campingaz 2L5: le rayon des bouteilles est vide. Nous allons au magasin de brico juste à côté pour chercher un bidon de 20L alimentaire, le rayon est plein ! de 10 L ... les 20L ? rupture de stock ! Rien de grave, mais ça fait quand même sourire 😀

(le lendemain...)

On trouvera finalement une bouteille de gaz comme on veut ... l'embout français n’existe pas en Espagne pour le raccorder à notre cuisine. Nous finirons donc l'Espagne (1 mois) avec un bruleur et sans frigo, pas grave, c'est l'aventure.

On repart donc de Màlaga ravis d'avoir vu notre copine et rencontrer ses amis, avec un chargeur pc neuf et du gaz ! Manque plus que le bidon d'eau et Cléo sera ravie elle aussi.

KM
3250

Nous voilà arrivés à destination pour le caminito del Rey après un passage éclair à Casarabonela, village d'enfance de Paula. Mais sans guide, peu d'attraits...

Casarabonela sous un arc-en-ciel ! 

Nous nous garons à la fin du caminito pour éviter l'aller-retour supplémentaire. En effet, première fois depuis le début du voyage nous avons un emploi du temps ! Nous avons rendez-vous à Grenade ! Mais ça, c'est une autre histoire ...

Je vous passerai les détails de la tension du début de journée pour se rendre jusqu'au caminito mais nous avons bien cru ne pas pouvoirs y aller ! (bus en retard et route détournée, chemin fermé, voyageurs accompagnants disparus ...) Arrivant avec presque 2h de retard sur l'heure enregistré à l'inscription nous parvenons finalement à accéder au site ! Le caminito est tellement réputé qu'il faut s'y prendre à l'avance pour pouvoir obtenir sa place et y rentrer. heureusement, nous sommes en basse saison et avons pu obtenir une entrée en moins de une semaine !

On observe autour de nous et remarquons d'emblée que nous nous sommes embarqué dans une attraction touristique familiale qui ne demandera pas spécialement d'effort physique. Espérons tout de même que les sensations vertigineuses qui font la réputation de cette randonnée soient au rendez-vous...

Après quelques explications à propos de la sécurité des hôtes et du site, on apprend que l'on va sillonner pendant 2h sur un chemin d'environ 5km. Et bien c'est parti !

La paysage est très beau, même sous la pluie, nous observons les restes de l'ancien caminito et comprenons pourquoi il était surnommé "rando la plus dangereuse d'Europe", et heureusement, il a été réhabilité en 2015.

On longe la falaise pendant 1km et retrouvons le plancher des vaches pour une grande partie de la rando avant de terminer à nouveau à flan de falaise. Un bouchon se crée, il devient difficile d'avancer tant la foule s'agglutine pour faire des selfies devant le clou du spectacle : le pont de singe !

On voit aussi la ligne de chemin de fer qui était la seule à unir Malaga au reste de l'Espagne pendant toute la fin du 19ème siècle et jusqu'au milieu du 20ème. ça c'est très impressionnant !

Bref autant vous dire que l'expérience du caminito tant beau et réputé qu'il soit n'a pas réussi à disperser totalement le nuage gris qui flotte au dessus de nos têtes depuis une semaine... Nous repartons un peu déçus vers Grenade avec le grand besoin de s'offrir une douche bien chaude !

KM
3396

Après une nuit au camping et notre première douche chaude depuis Fuente De. Nous partons en début de matinée pour aller visiter l'Alhambra. Palais très réputé depuis plus de mille ans qui a vu défilé grand nombre de familles royales Musulmanes et Catholiques ! Cette merveille architecturale a même failli en devenir l'une des 7 du monde nouveau !Alors ouvrons bien grands nos yeux et nos oreilles !

Et oui, pour une fois, nous nous laissons tenter par l'audio-guide, il serait dommage de louper les informations, surtout qu'il n'y a pas beaucoup d'explications écrites dans l'enceinte du site (les malins) ...Nous commençons notre déambulations par des rues où résidaient les gens de la cour des rois, aujourd'hui remplacés par des boutiques de souvenirs et le palais de Charles Quint, Empereur du Saint Empire Germanique et de la couronne d'Espagne. C'est l'un des derniers édifices à avoir été construits. Jamais habité, ni même achevé sous le règne de son commendataire et de son architecte, il abrite désormais le musée des Beaux Arts de l'Alhambra.

Ce palais avait pour objectif de symboliser la paix voulue par le nouvel empereur, ainsi on y trouve des angelots portant des lauriers devant les soldats. Cependant on retrouve les symboles de la puissance et de la domination de l'Empire et de la couronne d'Espagne : des têtes de lions et d'aigles. Enfin, dans ce palais situé en Espagne commandité par un franco-allemand on découvre la patte italienne de son architecte. Bref, une bâtisse forte en symbole et en mélange. Il s'y déroule encore des événements musicaux, cela doit être assez impressionnant.

Palais de Charles Quint, carré dehors, rond dedans. La porte du vin, avec le symbole arabe de la clé qui annonce la bienvenue. 

Nous entamons ensuite la visite du palais Nasride, deuxième rendez-vous du voyage ! Nous entrons dans une petite salle sans apparat mais qui semble promettre une suite des plus spectaculaire ! En effet le palais est monumentale ! Tant par sa grandeur que le travail des architectes et la minutie dans les gravures qui ornent l'ensemble des murs. Nous étions déjà tombés sous le charme des patios andalous, nous voilà donc ébahis face à ces jardins intérieurs royaux !

Tradition arabe, une entrée sobre pour surprendre davantage les invités par la beauté des autres pièces ! 
Ici la fontaine au lion, irriguée par les rivières du paradis de l'islam. 
Des textes en arabe sont gravés partout, ils indiquent la puissance d'Allah et la manière dont on doit se présenter face au roi 

Le palais est composé de corridors décorés qui débouchent sur de grands patios pensés pour garder la fraicheur. Ainsi, des fontaines se trouvent dans chacun et une place fut réfléchie pour les arbustes. On est donc dans un palais qui mêle l'utile au symbolique. La fontaine rafraichie, l'eau est omniprésente dans la culture musulmane et la religion islamique. On apprend vraiment plein de choses, tout en en prenant pleins les yeux, on en oublie même la gêne occasionné par les selfie-porn.

Nous finissons notre visite par une longue ballade dans les jardins de l'Alhambra. Grand plaisir double parce-qu'il s'est arrêté de pleuvoir, gagnant ainsi quelques degrés ! on peut ainsi bien profiter des différentes vues sur les palais, la ville de Grenade et même la Sierra Nevada qui nous dévoile ses premières neiges.


Bien sûr, pas de château sans protection ni espace de culture ! Nous finirons notre visite par l'Alcazaba et le Generalife. Le premier surplombe la ville et permet de voir venir à des kilomètres à la ronde et le second grimpe sur la montagne et voit ses terres cultivées en terrasse et les châtelains s'y réfugier en temps de guerre ou pour de simples promenades amoureuses.

Éblouis par cette visite, nous rentrons au camping avec le doux son de l'eau qui s'écoule en tête.

• • •

Nous repartons de plus belle le lendemain pour visiter Grenade. Nous découvrons une ville nouvelle qui s’entremêle avec son passé. On passe de rues larges et droites à de petits passages sinueux. On retrouve rapidement ce mélange culturel observé à l'Alhambra. Les cultures ibériques et arabes se mélangent, on notera juste qu'il ne reste plus de mosquée de cette époque où l'Espagne n'appartenait plus aux catholiques, des églises furent érigées dessus, cependant on a souvent gardé le minaret pour en faire la tour du clocher.

La Grenade omniprésente 
On retrouve les symboles des familles nobles 


Cette rue est aussi large que notre lit est long... 

On en profite pour s'offrir une Teteria, bar à chicha où l'on dégustera du thé et des gâteaux orientaux (Miam du sucre plus du sucre !)

L'Alhambra domine la ville 

Sur les conseils d'un mec à l'Alhambra nous partirons en direction du sud pour découvrir le désert. Et c'est sous un superbe coucher de soleil que nous quittons Grenade. L'arrivée au spot nous offre une magnifique nuit illuminée par la pleine lune.

Nous profitons de la douceur du soir pour imaginer le paysage qui s'étend devant nous, déguster du rhum et écouter le dernier album de Cadillac !