Carnet de voyage

La scandinavie à vélo

56 étapes
97 commentaires
39 abonnés
Dernière étape postée il y a 1 jour
 avec 
B
béavertou
De Nantes à Oslo en VAN, à Vélo jusqu'au Cap Nord et un retour en bateau de Kirkenes à Bergen
Du 15 avril au 15 août 2022
123 jours
Partager ce carnet de voyage
Publié le 6 avril 2022

L'an dernier nous étions partis de Genève pour rejoindre Copenhague avec un retour en suivant la mer du Nord. Le virus du vélo a contaminé Béatrice! Alors qu'il y a à peine 3 ans elle faisait tout au plus une dizaine de km. Aujourd'hui 100 km ne lui fait pas peur ! Et même si le vélo 🚲 est à assistance électrique il faut appuyer sur les pédales, sans compter les sacoches qui exigent un effort supplémentaire.

Il y a 2 ans j'avais projeté de partir vers les pays Balte, de rejoindre St Petersbourg et de revenir en France par Helsinki, Stockholm, Copenhague mais le virus, non pas celui du vélo mais le pervers coronavirus est venu contrarié mes plans. Mon ami Claude ayant été l'an passé d'Helsinki à Kirkenes cela m'a donné envie d'aller plus au nord en suivant la côte Norvégienne. Avec Béatrice nous ferons donc ce voyage dans une première partie avec le VAN que nous laisserons stationner chez un ami norvégien du 18 mai au 10 août...Olav est cycliste et agriculteur à Morgedal petite ville située entre Oslo et Bergen. Nous reviendrons en bateau avec l'express côtier que nous prendrons à Kirkenes et qui nous ramènera en 6 jours à Bergen. C'est donc aujourd'hui que notre voyage commence. Nous sommes partis ce matin de Nantes, la maison de Vertou est confiée à Marie et Bruno durant les 4 mois du voyage. C'est en toute confiance qu'hier soir nous leur avons laissé les clefs. Ce soir nous sommes sur les bords de la Somme à Abbeville.

Nous essaierons de vous faire partager durant les semaines qui viennent notre voyage par ce petit blog...

Comme c'est la première fois que j'utilise cette application il y aura forcément un apprentissage...

Publié le 16 avril 2022

Gand est une ville belge néerlandophone, située en Région flamande au confluent de la Lys et de l'Escaut. L'agglomération gantoise compte environ 455 000 habitants.

Grande cité drapière et commerçante, ville natale de Charles Quint, elle connut à partir du XIIe siècle une période de floraison tant économique que culturelle. De cette époque rayonnante, Gand conserve un patrimoine architectural foisonnant qui agrémente son centre-ville.

Aujourd'hui, Gand est une ville étudiante importante avec une université, de nombreuses hautes écoles et établissements d'enseignement supérieur.

Le port maritime de Gand, creusé à l'intérieur des terres, est le troisième port du pays par son tonnage, il a permis à la ville de diversifier son industrie, naguère encore fortement dominée par l'activité traditionnelle du textile.

Aujourd'hui week-end de Pâques la ville est animée. Il fait un temps magnifique. Nous avons trouvé un petit parking sur le bord de la Lys. On décroche vite fait les vélos 🚲🚲 et direction le centre-ville. Gand est un petit Amsterdam des vélos partout, des pistes cyclables dans tous les sens. On va sillonner le centre, visiter la cathédrale St Bavon. Boire un verre sur la place principale et finir par un tour presque complet de la ville à vélo en longeant les canaux. Très belle journée dans une très belle ville....

Publié le 18 avril 2022

Béatrice et moi-même ne connaissons pas Bruxelles et c’est sous un soleil radieux que nous allons passés les dimanche et lundi de Pâques dans la capitale de la Belgique et on peut dire de l’Europe.

Nous avons laissé le camping-car à Uccle dans la banlieue de Bruxelles. Quartier des ambassades, autant dire assez huppé ! Dimanche nous prenons les vélos pour rejoindre le centre distant d’environ 6 km. Surprise Bruxelles, capitale du Plat Pays est vallonnée ! les rues sont mal pavées. C’est très surprenant de constater la différence avec Gand et les villes flamandes où pédaler est très facile alors qu’ici c’est un peu difficile. Première étape le Manneken Pis, c’est la foule devant cette minuscule statue ! Un peu décevant !

La Grand Place se trouve à proximité et nous la rejoignons. Magnifique Place. Nous prenons un guide pour nous faire visiter cette place et les monuments du centre-ville. Stéphane est notre guide est plein d’humour, normal pour un belge !

Il va nous apprendre que Louis XIV jouait au Poutine avant l’heure en bombardant la ville. Toute cette place sera rasée, sauf l’hôtel de ville dont le clocher servait de repère aux artilleurs installés sur les collines. Plus tard elle sera reconstruite. Stéphane nous emmène aux galeries royales Saint Hubert. Magnifiques galeries et surprise ces galeries sont jumelées au passage Pommeraye de Nantes !

Nous allons continuer la visite en remontant vers le Mont des Arts. Très belle vue sur la ville. Puis nous terminerons en redescendant dans les petites rues. Pour finir Chez Ginette, un petit restaurant qui propose les boulettes de Bruxelles !


Lundi grande balade à vélo vers l’atomium. Il y a une grande ambiance, le stade de foot est tout proche, c’est la finale de la coupe de Belgique entre Anderlech et Gand. L’environnement de l’atomium est très vert, beaucoup d’arbres, de grands parcs.

En revenant vers le centre on passe par le musée de l’Extrême Orient, puis par le petit port fluvial. Retour dans le centre en passant par le quartier de Moelenbeck, haut en couleurs, c’est un peu le Barbès de Bruxelles. Montée vers l’immense Palais de Justice surmonté par un immense dôme sa façade en travaux qui domine la ville fait penser au palais de Ceaucescu à Bucarest ! Passage par les quartiers de Marolles et de St Gilles et sa place du marché des puces.


Publié le 19 avril 2022

Ce soir, je prends le relai pour un point d'étape. Aujourd'hui presque 300 km en camping car. Départ de Bruxelles ce matin. Un petit passage aux Pays Bas et nous voici en Allemagne à Dulmen. 300 km d'autoroutes sans péage. Cette route est très empruntée par les camions venant de Belgique des Pays Bas d'Allemagne de Lettonie de Lituanie de Pologne... Et certainement d'autres pays. Des colonnes de centaines de camions. L'année dernière j'étais surprise du nombre de portes conteneurs sur le Rhin. Aujourd'hui c'est le transport sur route. En fin d'après midi une ballade à vélo comme sait les organiser Jean-Paul. Un chemin perdu en forêt des arbres tombés au milieu du chemin et bien sûr un petit pont à passer avec des marches. Pas d'ennui que de bonnes surprises.



Nous avons pris le ferry à Rostock pour rejoindre la ville de Trelleborg en Suède. Il était temps de quitter les autoroutes allemandes et les milliers de camions qui les sillonnent. Rostock est un port allemand de la Baltique qui appartenait à la RDA. Son architecture urbaine porte encore le visage d’un style très stalinien…L’an dernier nous y étions également passés à vélo pour aller au Danemark. Le port des ferrys se trouve à environ une quinzaine de km du centre-ville nous y allons tranquillement pour embarquer. Arrivés largement en avance vers midi, on patiente tranquillement dans les files d’attente des différents véhicules. Au moment de l’embarquement vers 14 heures on se retrouve tout dernier à la fin de la dernière file d’attente. Tous les véhicules sont embarqués sauf le notre et le bateau est plein ! Un employé vient nous voir et nous dit « désolé on ne peut pas embarquer votre fourgon retournez au check-in ! » Visiblement ou la compagnie fait du surbooking ou il y a eu une erreur dans les enregistrements des différents véhicules…

Furieux on revient aux bureaux des enregistrements. L’employée a du mal comprendre cette situation qui semble- t -il est assez rare. Finalement elle nous propose un autre bateau à 22h30 et nous octroie à titre de compensation une cabine et le breakfast. On s’en sort donc très bien et nous ferons une nuit, certes un peu courte, (lever à 3h30) mais confortable.

C’est donc vers 5h00 du matin qu’on débarque à Trelleborg. On se trouve un emplacement en bord de mer pour finir la nuit à une quinzaine de kilomètres de Trelleborg.

Il fait très beau mais froid ( à peine 5°) et il y a un vent de nord-est qui rafraîchit l’atmosphère. En fin de matinée on prend les vélos pour revenir vers Trelleborg. Une belle piste cyclable longe la route et serpente dans les petits lotissements. On est samedi c’est vraiment calme. Les lotissements sont joliment aménagés avec beaucoup d’espace. Les maisons traditionnelles et plus anciennes sont basses. Trelleborg est une petite ville. L’activité portuaire est essentiellement centrée sur les ferry. On va visiter une ancienne forteresse en bois du 9ème siècle qui a été joliment reconstruite. Cette forteresse protégeait la ville des invasions. Il semble que ce soit le seul monument un peu particulier de Trelleborg.

En revenant on va longer plus ou moins la mer. Des petits ports de plaisance ont été aménagés. Restaurants, cafés accueillent les quelques touristes locaux, rien d’ostentatoire, beaucoup de suédois sont presque en tenue d’été alors que nous on supporte facilement la doudoune ! Pour le moment on est pas encore sous la tente mais dans un mois ce sera le cas. On espère que les températures vont monter….







Publié le 24 avril 2022


Petite ville portuaire après Trelleborg, Ystad assure des liaisons ferry vers la Pologne et l’île danoise de Bonholm. Sous le soleil et un vent d’Est glacial qui vient du fin fond de la Baltique nous allons sillonner les petites rues de cette ville très mignonne. Maisons basses aux façades colorées, place centrale typique des pays nordiques. Un monastère franciscain est situé dans le centre entouré de jolis jardins.

Une belle piste cyclable, Il s’agit de l’euro vélo 10 longe la mer, on va la suivre durant une dizaine de km sous les sapins et les dunes où sont installés beaucoup de cabines/huttes de plage. Ici c’est un peu la côte d’azur de la Suède. La mer est bien agitée. Le vent très fort mais sous les sapins on a l’impression de pédaler du côté de St Jean de Monts ..Au retour cela va très vite avec le vent dans le dos. On s’est installés sur le port où on a pu faire le plein d’eau et vidanger les eaux usées. Dans le van il fait bon mais dehors la température est proche de 5°…Il reste un mois pour réchauffer l’atmosphère et dormir sous la ⛺ ⛺ ⛺….


Publié le 26 avril 2022


Nous commençons par une visite d’un site mégalithique situé après Ystad, Ales Stenar. C’est l’un des plus grands sites de Scandinavie. Situé dans un vaste espace herbeux en bord de mer, il représente un navire de 70 mètres de long. En contrebas un petit port de pêche bien sympathique est bordé de nombreux restaurants où la spécialité est l’anguille grillée. Le temps est très beau et à l’abri du vent sur les terrasses des cafés il fait chaud. En début d’après-midi on rejoint le petit port de Simrishamn. On prend les vélos et on s’en va faire une belle balade le long de la côte. Puis nous terminons par la visite du château de Glimmingehus qui date du XVIème siècle.



Le lendemain on continue vers le port de Àhus. On va partir pour une balade vélo de près de 60 km. Une boucle en suivant la côte dans les dunes où de magnifiques villas sont construites, ça respire l’aisance ici ! Petite promenade sur la plage, Béatrice va faire trempette dans la Baltique, aujourd’hui c’est le bas, demain est-ce que ce sera le haut ???

Retour par des routes dans la campagne et les forêts de la région avec une visite surprise et inattendu d’un très beau château. Retour rapide à Àhus par une route sans charme !


Petite pointe d'humour. Et comment ranger ses outils à la mode suédoise
Publié le 27 avril 2022


Hier on était (presque en été) aujourd’hui c’est retour en hiver, temps gris et froid, 4°, cela n’empêche pas les jeunes enfants d’être transportés en cargo bike, 6 par vélo, quand je pense qu’en France certains conseils départementaux interdisent aux assistantes maternelles ce type de transport, on croit rêver. Ici ce sont 12 enfants transportés en deux vélos, en France il aurait fallu deux minibus.

La Suède a une infrastructure cyclable de très haute qualité. Sans doute l’une des meilleures du monde, après les Pays-Bas. Les liaisons interurbaines sont très développées. Quasiment toutes les routes secondaires sont équipées en parallèle par des pistes cyclables, totalement séparées de la route. On voit beaucoup de vélos stationnés à proximité des gares et des arrêts d’autocars et peu de parking relais. Hier on a souvent croisé des enfants roulant seuls à vélo en revenant de l’école. En France on construit des parkings-relais immenses et qui débordent de voitures alors qu’on pourrait investir pour des coûts beaucoup moins élevés en itinéraires cyclables de rabattement vers les gares ou arrêts d’autocars, une voiture occupe au moins 10 m2, souvent pour une personne, un vélo c’est 2m2…et si on nous dit que la pluie et le froid sont des freins au vélo alors venons dans les pays du nord qui nous prouvent le contraire !




En tous les cas pour nous c’est un vrai bonheur de rouler sur ces aménagements sans vraiment se poser de questions sur la sécurité ou le danger des voitures. Dans l’après-midi nous arrivons dans la ville de Karlskrona, nous visitons le très beau musée sur l’histoire de la Marine suédoise.

Demain nous restons ici pour faire une boucle à vélo autour de la ville.

Publié le 28 avril 2022


Hier c’était l’hiver aujourd’hui beau soleil, certes froid à cause du vent, mais c’est très bien pour faire du vélo sur l’île d’Aspö.

Un ferry gratuit emmène les habitants dans cette petite île en une demie heure. Cela nous permet de traverser le port de Karlskrona. C’est un port militaire et tout à l’heure nous apercevrons un sous marin entrer au port. L’île n’est pas bien grande mais de nombreuses maisons sont dispersées dans les bois. Quelques petits ports abritent des bateaux de pêche ou de plaisance. On pique nique justement au soleil à côté d’une cabane de l'un de ces ports. On fait le tour de cette île dont les routes sont toutes en totale réfection ce qui ne rend pas la pratique du vélo facile en roulant sur des gros graviers bien pointus, nos pneus sont solides heureusement ! pour les spécialistes ce sont des marathons plus ➕ (schwable) quasiment increvables mais ça arrive quand même. Avec ces pneus je crois avoir crevé 4 ou 5 fois en plus de 100.000 km…ça laisse de la marge !

Retour au port pour revenir dans la ville. Nous sommes installés sur un parking près du port. Ce qui est aussi remarquable en Suède ce sont les équipements sanitaires, toilettes présents partout, toujours prévus pour les handicapés, avec en général un équipement pour changer les bébés, et toujours nickel !

Mais gros point noir si les toilettes sont partout les bistrots sont absents et un port sans bistrot c'est quand même un peu tristounet !

Un avantage également des villes aménagées pour les vélos, on l’avait noté l’an passé au Danemark et aux Pays-Bas c’est la facilité à se déplacer pour les gens en fauteuil sur les pistes cyclables. Beaucoup de personnes en difficulté de mobilité utilisent des petits fauteuils légers électriques qui leur permettent de se déplacer sans difficulté en ville. Le marché des déambulateurs est florissant et les cannes inexistantes !!! Chez nous c’est un engin utilisé en dernier recours dans les pays nordiques c’est au contraire un engin de déplacement courant.


Attention aux chats 🐱 🐱 🐱 🐱
10
10
Publié le 29 avril 2022

Cette grande île est reliée au continent par un pont de 6 km. Très basse, c’est une terre de Landes. Des centaines de moulins à vent ont été érigés au XVIIIème siècle. Ils étaient utilisés pour tailler les pierres et les rochers de la côte. Aujourd’hui cette activité perdure, de nombreuses carrières longent la côte nord de l’île. Évidemment ce ne sont plus les moulins qui taillent les pierres. Et les carrières enlaidissent la côte là où elles sont installées. À côté des moulins, dont beaucoup ont été restaurés, se trouvent des petites maisons où logeait les travailleurs et leurs familles. Ces maisons sont devenues des maisons de pêcheurs.


À vélo nous parcourons l’île en empruntant des chemins côtiers. L’île est très longue (140 km), mais très étroite (16 km au maximum). Assez facilement on passe rapidement d’un côté à l’autre. Nous nous rendons en direction d’une église, Källa Kyrka, un cimetière occupe l’espace autour de l’église, ce sont des grandes pierres tombales qui forment les tombeaux. Aucune inscription ou signe religieux visibles ne figurent sur les dalles. Le toit de l’église est couvert avec des tuiles en bois, comme les vieux chalets savoyards. Je crois qu’on appelle ces tuiles, tavaillons.



On s’est installé ce soir près d’un petit port, Sandvik, il ne fait pas vraiment chaud en revenant de notre balade le long de la côte et on se dit que goûter un plat de poisson serait une bonne idée…et effectivement c’était une bonne idée !!


Ce matin une dame vient vers nous. Elle habite juste en face du parking où on a passé la nuit. Elle parle un français excellent, ce qui nous surprend ! En fait elle a vécu 25 ans en France sur la côte d’Azur…elle nous parle de son histoire, nous parlons de notre voyage . Elle nous dit que son frère a habité au nord du Cap Nord quasiment le pôle nord !! Et que ses enfants allaient le voir en partant directement de la Méditerranée, le changement était évidemment brutal. Elle nous informe que ce soir le 30 avril c’est une fête traditionnelle en Suède pour saluer l’arrivée du printemps un grand feu de joie sur la côte réunira les habitants. Cette fête s’appelle la nuit de Walpurgis. Elle nous invite à y assister.

Nous partons pour une belle sortie vers le nord de l’île. Ce matin le temps est beau, le soleil chauffe, et le vent nous pousse jusqu’au village de Bixelkrok. On longe la côte où sont construites des belles maisons aux larges baies vitrées. Puis on chemine dans les sapins.


Le retour est plus compliqué, le temps s’est refroidi, le ciel est très nuageux, le vent souffle fort, de face et il est froid…au total 75 km qui nous ont bien lessivé….

Une douche chaude, céréales et lait chaud on repart vers le feu de joie, immense brasier, discours du maire, une chorale chante l’arrivée du printemps avec des températures digne du mois de janvier chez nous. Signe qu’il fait froid, les gens sont bien emmitouflés !

Véhicules courants en Suède.....

Autres photos insolites prises par Béatrice


Aujourd'hui 1er mai jour férié on a rien fait...!!

Publié le 2 mai 2022

Vous avez dit pneus increvables !

Il y a des fois où il vaudrait mieux ne rien dire ou écrire !

Ce matin en prenant les vélos pour partir surprise mon pneu arrière est dégonflé. J’avais écrit il y a quelques jours que j’avais crevé 3 ou 4 fois avec ces types de pneus marathon…et bien même avec des pneus neufs ça fera la cinquième fois. Sans doute une pointe qui a percé le pneu.

La roue est vite démontée, une rustine collée pour boucher le trou de la chambre à air, gonflage, remontage de la roue et nous partons pour une belle sortie de 75 km dans l’intérieur des terres.



Nous empruntons des petites routes quasi désertes qui serpentent autour des lacs formées par la mer qui entrent profondément dans les terres. C’est un peu comme le golfe du Morbihan mais en plus grand et en plus vallonné. Le temps est beau mais le vent est fort et froid. La végétation est encore presque hivernale. On l’avait déjà constaté il y a beaucoup d’élevage de chevaux. Mais aussi des élevages de porcs, l’odeur du lisier est là pour nous le rappeler.


Le parcours vallonné, s’il est agréable est plutôt fatigant, de belles descentes suivies de côtes pas toujours sympathiques. C’est un peu les montagnes russes. Et le vent n’est pas toujours très aidant. On déjeunera à l’abri du vent à côté d’un vieil hangar abritant une chaloupe qui aurait besoin d’un bon carénage…


Qui peut traduire ??

Le retour est un peu plus facile, mais le temps comme souvent en fin de journée se couvre. Au chaud dans le van on est pas à plaindre…installés près de la mer à côté d’un chantier de bateaux de plaisance dans notre "EHPAD ambulant" on savoure un thé en attendant la soupe du soir….🛺🛺🛺😊😊😊

13
13
Publié le 4 mai 2022

Vadstena est une ville située au bord du lac Vättern, grand lac au sud de Stockholm dans l’intérieur des terres. Proche de la viĺle de Linköping où se trouve les usines Saab, célèbre pour la construction des avions de chasse, celle des voitures a été abandonnée. Le long de la route conduisant vers Vadstena, des anciens modèles d’avions sont exposés. C’est ce qui nous a interrogés et qui nous a permis de comprendre pourquoi tous ces avions étaient là.

À Vadstena il y a un château situé au bord du lac Il était la résidence familiale des premiers rois Vasa en 1545. Très beau château entouré de douves et relié au lac par un petit canal.


Cette ville est également un lieu de pèlerinage et accueille des pèlerins dans le couvent Sancta Birgitta situé à côté de la cathédrale du même nom.

On remarque qu’en Suède il y a souvent plusieurs orgues dans les églises et la plupart du temps se trouve également un piano. Des concerts sont souvent organisés.

On passe le premier après midi à visiter cette jolie ville.

On passe le premier après midi à visiter cette jolie ville. Le lendemain on va aller voir la plus célèbre pierre runique de Suède (dixit Lonely planet) qui se trouve à Rökstenen à une trentaine de kilomètres de Vadstena, bon prétexte pour partir à vélo autour du lac. On roule dans des terres agricoles en respirant les épandages de lisier, les élevages de porcs sont importants ici. Ce n'est pas spécialement agréable ! Dans les champs sont érigées de nombreuses éoliennes et on peut se demander au regard des débats quelque peu hystériques en France si les nuisances supposées ou réelles des éoliennes sont plus importantes que le lisier qui empoisonne les sols et répand une atmosphère pestilentielle dans l’environnement….

La pierre runique se trouve à côté d’une église et de son cimetière. Elle date du 9ème siècle. Apparemment personne n’à vraiment déchiffré les symboles gravés sur cette belle pierre.


Nous allons continuer notre balade en revenant vers le lac et par une belle route en balcon, sinueuse, avec des belles côtes et belles descentes revenir à Vadstena. Au total une petite virée de 75 km qui nous met bien en jambes pour la suite.

Publié le 9 mai 2022

C’est la première fois que Béatrice et moi-même venons dans cette ville. Découvrir cette grande capitale européenne est un pur plaisir. Stockholm fait partie du top 10 des capitales du monde. Nous sommes installés à environ 15 kilomètres du centre et de belles pistes cyclables conduisent directement au centre de la ville. Le temps est très ensoleillé et c’est dans une ambiance très printanière que nous découvrons la ville. On l’appelle la Venise du Nord, je trouve que ce n’est pas très judicieux car elle est construite sur plusieurs îles reliées entre elles par des ponts mais on n’y trouve pas les canaux comme dans la ville italienne ou comme Amsterdam. Ici il y a des grands espaces, hormis la vieille ville et ses ruelles pittoresques, la mer entre dans la ville et forme autant de quais où sont amarrés de centaines de bateaux, de barges où on prend un verre. De très beaux monuments ont été construits et forment des ensembles extrêmement intéressants et très harmonieux. Stockholm est une ville très vivante, dynamique sa qualité urbanistique permet une qualité de vie que peu de grandes villes peuvent offrir avec notamment des vastes espaces naturels qui s’intègrent dans le tissu urbain. La facilité à se déplacer à vélo liée à la qualité de son réseau cyclable est un atout majeur qui fait de cette capitale un exemple à suivre en matière de mobilités urbaines.


Et puis les vélos peuvent aussi servir à sécher le linge...


Seconde journée à Stockholm


Il pleut, il y a du vent, il fait froid. C’est donc bien vêtu de nos vêtements imperméables que nous prenons les vélos pour faire les 15 km pour rejoindre le centre de Stockholm. Quand il pleut et qu’il fait froid il vaut mieux se réchauffer et nous allons au grand marché (couvert) du centre-ville qui s’appelle Hötorgshallen. C’est un grand marché très cosmopolites qui mélange à la fois les ventes de produits frais, légumes, viandes, poissons…et des restaurants divers asiatiques, turcs, européens etc…un restaurant norvégien propose une très chaude et excellente soupe de poissons. L’idéal pour se réchauffer vu le temps d’aujourd’hui. Le Vasamuseet est à 20 mn à vélo, entre deux averses nous nous y rendons. C’est un musée qui raconte l’histoire d’un grand navire de guerre (70 m de long, 48 m de haut) le Vasa construit au 17ème siècle et qui lors de sa première sortie à coulé dans le port de Stockholm. La fierté de la nation suédoise et du roi, évidemment en pris un coup. Le musée retrace sa construction et sa conception. Le musée propose un audioguide en français qui présente toute l’histoire de ce navire qui a été renfloué en 1961. Le navire est exposé dans son intégralité puisqu’il a été entièrement restauré et fait l’objet de techniques de conservation très sophistiquées. Très pédagogique ce musée est vraiment un incontournable et permet de comprendre les techniques de construction des navires, l’organisation des chantiers navals de l’époque et la vie des marins sur les navires de guerre. (vie de galère…) les marins mouraient bien plus des maladies que des combats navals.

À la sortie du musée, le soleil est revenu, il fait toujours aussi froid mais nous en profitons pour nous promener sur l’île de Djurgården. Très belle île quasiment dans le centre de Stockholm qui forme un immense parc.


Troisième jour à Stockholm

Temps ensoleillé mais vent glacial…on s’en va vers le château de la famille royale situé sur l’île de Lövon. Pour y aller c’est un peu galère il y a un peu plus de 25 km et l’itinéraire n’est pas évident il faut jongler entre les rues en travaux, les autoroutes ou périphériques, les quartiers de la banlieue qui offrent aussi une autre réalité de la Suède…au retour je trouverai un itinéraire bien plus simple et agréable. Le château est dans un immense parc que nous parcourrons avec nos vélos après l’avoir visité. Construit à la même période que Versailles sans en avoir la splendeur il est composé d’immenses pièces. Des nombreux tableaux représentant des membres de la famille royale sont exposés aux murs. Des magnifiques poêles à bois sont insérés dans les angles des pièces.

Belle visite et retour dans le centre-ville de Stockholm par de superbes pistes cyclables. Stockholm n’est pas tout à fait Copenhague mais si nous avions des villes aménagées comme cela en France pour les vélos on serait heureux…

On aura vraiment aimé Stockholm, très belle capitale, mariant les grands espaces aquatiques et les grands espaces verts. Une architecture à la fois ancienne, notamment la vieille ville et contemporaine à l'image du palais des congrès. Certainement une des plus belles villes d'Europe...si vous avez l'occasion d'aller dans le nord européen n'hésitez pas venez dans cette ville qui a tout pour plaire...

Publié le 11 mai 2022

Nous sommes maintenant sur la route d’Oslo. On s’est arrêté près de la ville de Karlstad au bord du grand lac de Vänern. Il fait un temps plutôt froid, venteux, maussade. Pas un temps à vraiment faire du vélo. On se dit que dans 10 jours ce sera fini le confort du camping-car. Alors pour s’entraîner on part faire une petite quarantaine de km.

En Suède comme ailleurs les entrées ou sorties de villes sont comme partout

…aussi laides les unes que les autres…

Évidemment en Suède l’institution en matière de grandes surfaces c’est Ikea. Béatrice ne résiste pas. Il fait froid et elle m’invite à prendre un café dans ce temple de l’ameublement ! Différences notables avec la France il y a des abris vélos partout…on vient à Ikea par de belles pistes cyclables..et puis cerise sur le gâteau les propriétaires de chiens, et ici ils sont une multitude, peuvent laisser leurs toutous avec une gamelle d’eau. Si un critère d’évaluation de la richesse d’un pays pouvait se faire par le nombre de propriétaires de chiens la Suède serait au top mondial !




Finalement après ce café on s’en va au bord du lac et on se réchauffe en faisant un feu dans un barbecue. C’est ça qui est bien en Suède, la nature est partout et il existe beaucoup d’aménagements où on peut manger, faire des grillades, dormir à côté si on en a envie, tout est prévu pour s’abriter en cas de besoin.

En attendant on profite de cette dernière semaine avec le Van pour rester un peu au chaud…

En principe le temps va se réchauffer dans les jours qui viennent.


Avant d’arriver à Oslo pour ce week-end on se fait quelques belles balades autour des innombrables lacs suédois.


Ici c’est vraiment la pleine nature. Grandes forêts de sapins et de bouleaux. Un peu partout des lieux où on peut pique niquer ou faire des grillades sur un feu de bois



Il y a même des chèvres (support pour scier les rondins) et des abris pour se reposer où passer la nuit.


Par contre le vent souffle très fort et refroidit l’atmosphère on est encore presque en hiver.



Demain on sera à Oslo jusqu’à mardi pour assister à la fête nationale de la Norvège.

Publié le 14 mai 2022


Nous sommes installés sur un petit parking sur le bord de l’Oslofjord à 12 km du port d’Oslo. Une piste cyclable conduit directement au centre de la ville en longeant le fjord. Oslo, capitale de la Norvège, est un grand port. De nombreuses lignes de ferry la relie au Danemark ou à l’Allemagne. Près de 1.500.000 habitants vivent dans l’agglomération soit 13% de la population totale de la Norvège. À noter que la ville est dotée d’un système de péage assez complexe fait de 3 zones et décliné en plusieurs tarifs en fonction du type de motorisation. La majorité des véhicules sont électriques ou hybrides. À Stockholm également un péage existe. La France est l’un des seuls pays européens où aucune grande ville n’est équipée de péage. Les bonnets rouges ou autres gilets jaunes auront eu raison de toutes velléités allant dans ce sens là. Les péages Ici sont automatiques, des bataillons de caméras enregistrent les véhicules aux entrées et sorties des bretelles de périphériques. Pour les étrangers les factures sont envoyées à l’adresse des conducteurs via un fichier européen qui centralise les numéros d’immatriculation….

Résultat le grand centre ville d’Oslo est tout à fait tranquille.


Dans l’après midi nous allons vers le port où mouillent beaucoup de vieux gréements. Je reconnais l’un d’eux, le Christian Radich, que j’avais aperçu à Brest il y a quelques années.

La forteresse d’Akershus à été construite à côté du port. Elle permet en y accédant dans sa cour intérieure d’avoir une belle vue sur le site portuaire. Adjacent à la forteresse se trouve le château d’Akershus toujours utilisé pour des cérémonies militaires et des réceptions officielles.



En longeant le port on découvre des petites barges qui sont aménagées en saunas. Des jeunes se baignent et viennent ensuite se relaxer dans la moiteur de bains de vapeur ou de chaleur sèche propre au sauna.


À quelques centaines de mètres de l’autre côté du quai on aperçoit le magnifique opéra d’Oslo. Édifice construit en 2008, il fait penser à un immense tremplin de ski. On peut monter sur son toit puisqu’il est construit comme une rampe en pente douce. À ses côtés c’est le musée Munch construit également dans une architecture très contemporaine. Oslo se révèle comme une ville très diverse, mêlant harmonieusement architecture ancienne et traditionnelle à une architecture contemporaine et avant gardiste.

Publié le 16 mai 2022

Ce matin balade à vélo le long de l'E18 qui traverse Oslo. Cet après midi découverte du nouveau quartier près de l'opéra.

Sieste au soleil

Changement de look pour Béatrice...pour aller plus vite les cheveux courts c'est mieux !


Hier 15 mai nous continuons à découvrir Oslo qui se révèle une ville très diversifiée. Et c'est ce qu'on aime dans cette ville. C'est une ville en pleine reconstruction. Le quartier plus ancien n'a pas véritablement de charme mais le marché couvert, un peu identique à celui de Stockholm et la halle des street food sont des lieux vivants et chauds. La cathédrale est un peu terne mais son orgue baroque ou rococo lui donne de la couleur.

Un ancien quartier d'usines a été aménagé en lieux sympas, marché aux puces, cafés le long de la rivière.

Retour sur le port avec ses vieux gréements.

Enfin on termine par le Vigelands parken où sont exposés des centaines de statues sculptées par l'artiste Gustav Vigelands. Ces statues représentent des enfants, femmes, hommes de tous âges dans des postures qui permettront à chacun de laisser libre cours à son imagination ou à ses fantasmes....

Et puis aujourd'hui 16 mai on est parti en balade le long de l’Oslofjord. Il est fait très beau, presque un temps d'été. En revenant on va prendre un bain de soleil à côté de l'opéra et du musée Munch. Ce quartier qui était très mal famé à été complètement rénové pour devenir un quartier huppé, boboland. Une architecture contemporaine très réussie.

On peut avoir son bateau au pied de son appartement et partir directement par des canaux dans le port. Tandis que la Porsche (électrique quand même) ou la Tesla dernier modèle attend au garage....nous on a nos vélos 🚲 🚲 🚲

19
19

La fête nationale norvégiennne s'appelle le jour de la Constitution. Contrairement au 14 juillet ici nuls défilés militaires mais défilés des enfants des écoles avec fanfares et drapeaux nationaux. Beaucoup de norvégiens, femmes, hommes avec leurs enfants s'habillent avec leurs costumes traditionnels, le Bunad.


Les jeunes bacheliers les "'russ" défilent également dans les rues vêtues de pantalons rouges et bleus.

Tout cela dans une ambiance joyeuse. Le centre d’Oslo est noir de monde. Il fait un temps estival. Des tables sont installés un peu partout dans les rues et les gens sont attablés pour manger du poisson, saumons et fraises sont au menu. Le tout arrosé de champagne...

L'ambiance est joyeuse, le port magnifique avec ses vieux gréements. Les multiples pavillons flottent sur les drisses. Nous sommes vraiment très heureux de participer à cette ambiance très conviviale

Nous quittons Oslo que nous avons beaucoup aimé. Demain nous serons à Morgedal chez Olav et sa famille qui vont nous garder notre van...un autre voyage commencera....

Publié le 20 mai 2022

Nous sommes arrivés à la fin de notre première partie de voyage. C'est ici près de la petite ville de Morgedal que nous allons laisser notre van pour commencer réellement notre voyage à vélo.

Lorsque nous avons commencé à envisager ce projet plusieurs plans étaient envisagés le plus simple partir de Nantes à vélo. Pas compliqué mais quand même un peu long...second plan partir en train jusqu'au nord de l'Allemagne c'est assez facile et très rapide moins de 24 heures puis franchir la Baltique en ferry

Finalement le troisième plan a été de prendre le van et d'arriver ici facilement et confortablement. Je suis depuis longtemps inscrit sur le site warmshower qui est un réseau international mettant en relation les gens qui voyagent à vélo pour être héberger à leur domicile. J'avais contacté différents cyclistes norvégiens habitant dans le sud de la Norvège pour demander si l'un d'entre eux aurait eu la possibilité de garder le van durant notre voyage. C'est comme cela qu'Olav nous a proposé ce service. Olav et son épouse sont agriculteurs et cyclistes. Ils forment un couple adorable qui nous accueille avec beaucoup de sympathie et de gentillesse.

Hier soir ils nous ont emmenés voir des élans qui sont dans les bois et les alpages environnants. Ils ont poursuivi la promenade en nous emmenant voir une église traditionnelle en bois.

Ce soir c'était traite des vaches...la ferme est en train d'être modernisée à la fin de l'année une nouvelle stabulation et une nouvelle salle de traite sera mise en route. Olav mène de paire deux activités professionnelles car il travaille également sur une plate-forme pétrolière.



Autre particularité devant leur maison une très belle grange datant de 1792 est littéralement plantée sur des grosses pierres. Olav nous explique que ces granges qu'on retrouve un peu partout devant les maisons servaient de garde manger. Elles sont construites de manière à empêcher les rongeurs de venir manger la nourriture stockée dans la pièce, d'où cette technique de bâti posé sur des pierres avec un petit escalier dont les marches ne sont pas jointes au mur.

Morgedal est également la ville où à été inventée au 19ème siècle le ski moderne. La région ici s'appelle Télémark et pour celles et ceux qui connaissent le ski le Télémark est une technique ancienne de ski qui a été remise au goût du jour il y a quelques années. Un petit musée très bien documenté raconte toute l'histoire du ski. De son origine il y a plus de 4.000 ans à aujourd'hui. Une exposition est également proposée sur l'exploration polaire dont les norvégiens avec Amundsen sont parmi les plus célèbres explorateurs.


Publié le 20 mai 2022

Première étape vélo de notre périple. Une belle journée de mise en jambes sous un beau soleil. Il faut en profiter ça ne va pas durer ! Une bonne partie de l'itinéraire est plutôt descendant, une route en balcon sur le bord d'un lac et un premier tunnel celui là pas trop long 500 m, bien éclairé, en légère descente il y a même un bouton-poussoir que l'on actionne à l'entrée pour informer les automobilistes que des cyclistes sont dans le tunnel.


Une étape pas trop longue et agréable sauf un peu sur la fin car la route est en travaux et il y a une circulation assez importante. Première nuit en camping on inaugure notre nouvelle tente. Plus confortable que la MSR de 1,6 kg, évidemment plus lourde, 4 kg c'est Béatrice qui la porte sur son VAE. Normal y a un moteur !!



Demain on rejoint la côte de la mer du Nord...


Hier soleil et descente. Moyenne à l'heure 15 km. Tout est ok.

La nuit dernière il a plu. Ce matin du gris partout. J'ai bien essuyé la tente pour que le poids de l'eau ne s'ajoute pas.

Nous partons. Heureusement il n'a pas plu car toute la journée des montées et des descentes sans arrêt. Je mouline grave malgré mon moteur. Une montée plus forte que les autres je passe en mode normal. Merci saint VAE. Mais comment fait JP !!!!!! Bravo.

Ce soir au camping soleil et repos. Dîner et dodo. J'oubliais. Ici les pommiers sont en fleurs. Et nous avons traversé un pont super balaise. Je déteste.


Publié le 22 mai 2022

Une étape qui ba être un peu dure. Elle commence par 5 km sur un chemin très chaotique, avec des descentes et des montées plutôt difficiles avec des vélos chargés. On va abandonner cet itinéraire assez rapidement pour reprendre une route qui en ce dimanche est très tranquille. Par contre les côtes et les descentes s'enchaînent. Le vent n’est pas trop fort et il fait très beau. La route serpente autour de grands lacs. On ne sait d'ailleurs pas si ce sont des bras de mer ou des lacs...mais le paysage est très beau avec des îles où sont bâties quelques maisons. Ce qu'on avait pas prévu par contre c'était le franchissement d'un fjord à Kragero. Il fallait prendre un ferry et on est dimanche, il a fallu attendre 17h00 pour passer ce bras de mer. Du coup on aura pas fait le parcours initialement prévu. On a trouvé un camping sur les bords du fjord qui est avant tout un village type Mobil home il n'y a aucun gérant on s'est installé là avec un couple de cyclistes hollandais qui part également vers le cap nord. Les jours qui viennent s'annoncent difficiles car il va pleuvoir, vent fort et relief tourmenté on avisera....




Le plus des campings scandinaves (sauf aujourd'hui) une cuisine superbement aménagée, confortable et chaude.

Publié le 24 mai 2022

Une étape très longue et difficile. Et encore une histoire de ferry...Tôt ce matin on fait une vingtaine de km pour prendre un ferry mais on s'est trompé d'heure en confondant le port du départ, du port d'arrivée.





Du coup quand on arrive au petit port d'Oysand le ferry arrive bien à l'horaire prévue mais ne repart qu'à 14h. On continue donc la route pour faire un détour en passant par la ville de Sondeled. Le parcours est sympathique, agréable. La route serpente entre les lacs.



À Sondeled on cherche à prendre un café pour se réchauffer mais en Norvège les bistrots sont inconnus dans les petites villes. Il y a des campings cars stationnés sur un parking et Béatrice va demander auprès d'un jeune couple de hollandais si on peut faire chauffer de l'eau...

Ce jeune couple avec un jeune enfant vit dans deux véhicules. Un fourgon aménagé classique et un bus 🚌 🚌 aussi aménagé en bureau. Apparemment ce vieux bus transformé en bureau leur permet de télétravailler. En tous les cas ils sont très sympas et nous offrent un café ☕ ☕.



On reprend la route et ça devient dur. Les dénivelés sont importants et surtout le vent souffle de face. La batterie du VAE commence à faiblir et on commence à chercher une solution pour trouver de l'électricité. À une intersection on aperçoit un chantier de bateaux de pêche, on se dit qu'on trouvera bien une prise électrique. À côté de la route un couple de norvégiens est à jardiner. Ils viennent vers nous pour parler. En fait ce sont des gens qui on fait pas mal de vélo en Europe sans problème ils nous proposent de recharger un peu la batterie et durant la 1/2 h de recharge on boit un coup et on discute un peu des voyages à vélo. Le monsieur a participé à une épreuve cycliste française de VTT "La roc d'Azur" je ne connaissais pas ce grand rassemblement de vttiste qui se déroule dan le Var du côté de Fréjus.



Du coup on repart mais avec deux belles bosses et toujours le vent de face. On se dirige vers Arendal la route monte moins mais le vent souffle très fort, un vent froid. Béatrice essaie d'économiser la batterie qui a sur du plat et vélo non chargé une autonomie de 150 km, mais là les conditions sont plus compliquées. Il vaut mieux se limiter à des distances de 70/80 km. À Arendal, joli port on se prend un café puis on part au camping qui est un peu plus loin. Camping vieillot avec un gérant qui n'est pas des plus accueillant....35 euros pour une place...bon la Norvège n'est pas le pays où voyager permet de faire des économies !!!

On monte la tente ⛺ ⛺ en veillant à bien fixer les sardines et l'armature car le vent souffle à prés de 50 km/h.

Publié le 25 mai 2022

24 mai, une étape en deux temps.

Ce matin le temps est menaçant la météo prévoit des fortes pluies jusqu'à la fin de la matinée, mais elle annonce aussi un renforcement du vent qui va tourner à l'ouest alors qu'il souffle de l'Est et nous est donc favorable puisque que nous nous dirigeons vers l'ouest. Entre la pluie ou le vent on choisit la pluie ☔ ☔ ☔. La large piste cyclable est très bien elle longe en permanence la route et du coup on avale les km à plus de 25km/h. Nous arrivons à Lillesand bien trempé, on est un peu con car les capes sont restées dans les sacoches et les vestes pourtant bien performantes ne résistent pas au bout d'une heure à la pluie d'autant qu'on va très vite dans les descentes, douche assurée.




On se réfugie dans un conditori (boulangerie, pâtisserie) et on se met au sec. La pluie comme prévue cesse et le vent fort tourne à l'ouest. Ceci dit on sent la fatigue qui s'accumule et on se met en recherche d'un hébergement. Sur Google maps, un camping est indiquée à une vingtaine de km. C'est un camping naturiste...alors vu le temps et la météo on se dit que le naturisme en Norvège ça doit être original. Ce qui nous attire surtout c'est qu'il propose des hébergements en dur. Il est même mentionné un sauna...

Ce camping est plutôt isolé et nous téléphonons pour savoir si c'est ouvert. La dame qui nous répond nous le confirme mais elle ne sera présente que vers 18h00. En attendant on reste au chaud à consommer des cafés et on reprend la route vers 15h00.

La route s'avère assez difficile, très étroite et on est surpris par la circulation importante, quelques tunnels à franchir nous stressent un peu (le bruit dans les tunnels est infernal, même quand c'est une petite voiture). Comme toujours ça monte et ça descend, casse-pattes au possible. Mais l'arrivée est vraiment superbe. Le camping est en fait plus un village vacances dont les chalets s'étagent sur la pente de la colline et dominent le fjord. La dame de la réception arrive un peu après notre arrivée. Elle nous indique le chalet où nous serons et évidemment il est au sommet du village, une côte à 25 % sur 150 m impossible à monter avec les vélos. Mais bon le paysage est là, les équipements sanitaires, cuisines superbes, bon un peu déçus le sauna est fermé car on est tout seul...

Et puis on va se poser, réfléchir à la suite de l'itinéraire car le parcours est trop difficile, les conditions météo compliquées avec le vent et la pluie, j'ai rarement connu aussi dur. Évidemment les années s'accumulent, les jambes ne tournent plus comme avant. Il faut donc se reposer si on veut continuer à prendre du plaisir.

On prend trois nuits ici et on voit pour la suite pour aller jusqu'à Bergen où nous resterons les 3 premiers jours de juin.




La photo insolite du jour : même dans son cercueil il continuait à pédaler !


Publié le 30 mai 2022

Nous avions prévu d'aller de Kristiansand à Bergen en passant par Stavanger mais on se rend compte que les dénivelés sont très importants le long de la côte sud, en plus le vent très fort souffle du Nord avec des rafales à plus de 80 km/h. On va donc l’avoir de face et il n'est pas vraiment prévu qu'il faiblisse dans les jours qui viennent. On réfléchit donc à modifier notre parcours. Une étape Flekkefjord à Egersund est vraiment très belle et nous décidons de la faire à l'envers dans le sens oues-est. On va faire une forme de navette en prenant le train de Kristiansand vers Egersund. De faire le parcours en deux jours d'Egersund à Flekkefjord (80 km). Puis à Egersund de prendre un bus pour nous rendre directement à Stavanger où nous resterons deux jours avant de prendre un ferry pour aller à Bergen.



On part du village camping vers Kristiansand vendredi matin, superbe temps mais très froid. La route serpente le long des fjords et en une vingtaine de km on atteint la ville dont un pont traverse le bras de mer avec une superbe piste cyclable qui longe la voie routière. Les villes norvégiennes sont très bien aménagées pour les vélos.

On se dirige vers la gare pour prendre le train. Les trains embarquent les vélos mais c'est très cher, la place vélo est aussi chère que la place de train ! Le contrôleur est aux petits soins avec nous c'est lui qui met les vélos dans espace fourgon/vélos. Le trajet dure deux heures à travers la montagne et les lacs. Les tunnels sont nombreux. Quelques minutes avant l'arrivée le contrôleur toujours aussi sympathique, vient nous avertir qu'on arrive à Egersund et c'est lui qui nous descend les vélos sur le quai.

À Egersund on prend un camping à la sortie de la ville situé le long du torrent qui va se jeter dans le fjord.


Egersund - Camping Vagān 33 km


Superbe étape, courte et relativement facile avec le vent dans le dos. Les deux premiers tiers se déroulent sur la nationale mais peu fréquentée (d'autant que le tour de Norvège passe dans le coin...j'y reviendrai après).

Le dernier tiers se passe sur une toute petite route très étroite et difficile avec une succession de courtes et raides montées et descentes...


Avant le camping on passe dans des petits ports où s'abritent des bateaux de pêches. Les maisons qui surmontent le port offrent des vues pittoresques et typiques des villages nordiques


Le camping se trouve au bord de la côte rocheuse. Il n'y a personne à l'accueil. Des informations affichées à l'accueil indiquent aux campeurs les prix en fonction du mode de campement, une enveloppe avec l'argent est à glisser dans une boîte, tout repose sur la confiance...

On essaie de trouver un emplacement mais le vent souffle à décorner des bœufs. Impossible de monter la tente. Une voiture avec deux hommes arrivent à ce moment et nous indiquent un emplacement surélevé mais abrité où nous pouvons nous installer...un cycliste allemand arrive peu après et lui ira dormir dans une sorte de grenier au dessus de l'accueil. Le vent n'arrête pas de forcir, au soleil ça chauffe mais à l'ombre c'est très froid.

La tente ⛺ ⛺ à l'abri des arbustes

On va faire une petite balade à pied et on s'aperçoit que partout sont construites des maisons qui se nichent dans des coins quasiment inaccessibles. Ce sont des dizaines de maisons invisibles et isolées de la route construites aux coins de chemins surmontant des petits lacs. On a lu que la moitié des norvégiens possédaient des résidences secondaires perdues dans la forêt et très isolées.

Camping Vagān - Flekkefjord 50 km

Nous partons avec un beau soleil et un vent froid et puissant qui va bien nous aider à grimper les petits mais raides cols de la journée. On arrive au sommet du premier, lieu d'un incident naval au début de la seconde guerre mondiale entre la marine norvégiennne et la marine allemande " l'incident de Altmark " (pour plus de précisions voir Wikipedia...)

Juste après le sommet l'ancienne route à été conservée, elle est réservée aux cyclistes et aux randonneurs, on peut même s'y installer pour bivouaquer et y faire un barbecue... c'est assez impressionnant...

L'ancienne route avec ses sortes d'alvéoles

Le paysage est superbe la route descend en larges lacets vers la mer 300 m plus bas...

On passe le village d'Ana Sira, village de pêcheurs et la route va de nouveau s'élever.


On arrive à Flekkefjord, le temps s'est couvert il fait un peu froid, on va se prendre un café/pâtisserie/boulangerie pour se réchauffer le seul de la ville d'ouvert ! on est dimanche puis on se dirige vers le camping à 6 km et là surprise une piste cyclable longe l'autoroute pendant 3 km puis s'arrête brusquement pour faire place à un chemin équestre abominable de près de 2 km, qui nous épuise après cette dure journée.


Nous sommes réconfortés car le camping est très sympa, beau cadre et salle commune cuisine très confortable....les deux journées qu'on vient de passer ont été superbes et on ne regrette pas le choix qu'on a fait en modifiant notre itinéraire.

Les routes RV44 et LV33 sont très belles et empruntent des paysages à la fois montagneux et marins somptueux. Elles sont aussi exigeantes pour les cyclistes 🚴‍♀️ 🚴‍♀️, on a quand même bien souffert dans les pentes !

Et pour finir une histoire de tours cyclistes


En 2011 avec Claude en Bulgarie, nous étions sur une étape du tour de Bulgarie à Burgas, stoppé au sommet d'un col avant l'arrivée. En 2012 avec Dominique nous étions sur une étape du tour de Californie, on avait passé la ligne d'arrivée une heure ou deux avant l'arrivée des coureurs.

L'an passé à Andermatt en Suisse rebelote sur le tour de Suisse où avec Béatrice nous avons monté dans la matinée l'Oberalpass alors que les coureurs le montaient en contre la montre dans l'après-midi.

2022, hier, encore nous sur le tour de Norvège on passe avant eux à Egersund !

Publié le 31 mai 2022

On a pris une cabane dans un charmant camping au sud de Stavanger. Béatrice vous donne une idée de la chaleur ambiante...malgré le soleil il fait froid !!

Publié le 3 juin 2022

Nous avons pris un ferry à 7 heures du matin au port de Tananger à côté de Stavanger. Lever à 4h pour rejoindre le port situé à 15 km du camping ⛺ ⛺ il pleut et je fais quelques erreurs de parcours pour rejoindre le terminal du ferry qui arrive du Danemark. Il y a 6 heures de navigation pour rallier Bergen à travers les multiples îles qui forment la côte. Le parcours est agréable malgré l'ambiance brumeuse.

Nous arrivons aux alentours de 13h à Bergen et miracle Bergen l'une des villes les plus pluvieuses au monde (2.250 mm/an; 250 jours de pluie en moyenne annuelle; Nantes 800 mm/an) est sous le soleil ou presque ! Nous rejoignons l'auberge de dite de "jeunesse" ! située dans le centre de la ville.

Bergen est une ville située sur la côte sud-ouest de la Norvège. Elle est entourée de montagnes et fjords, dont le Sognefjord, qui est le plus long et le plus large du pays. C'est la seconde ville du pays. (283.000 hab.)

Jusqu'aux années 1980, la principale activité de la ville était l'exploitation des ressources halieutiques. Le pétrole prit la suite, même si la pêche reste l'héritage indéniable de Bergen.


Nous allons profiter de ce jour sans pluie pour prendre le funiculaire de Fløibanen qui emmène les visiteurs au sommet du mont Fløyen, avec sa vue panoramique et ses nombreux sentiers de randonnée.

On redescend à pied, à travers des massifs de rhododendrons en fleurs et un jardin très amusant de trolls.

Il pleut ce matin du 2 juin, les collines sont sous la brume. Les parapluies sont de sortie. Nous partons visiter le quartier de Bryggen qui se distingue par ses maisons en bois colorées sur le vieux quai. Il était autrefois un centre de l'empire commercial de la Ligue hanséatique.

Ce quartier a failli disparaître à plusieurs reprises à cause des incendies qui le ravagèrent. Dans les années 70 des projets immobiliers le menaçait et ce sont des associations locales qui ont milité pour le faire rénover et classer au patrimoine architectural de l'UNESCO.

Nous continuons notre petite balade pluvieuse sur le port et au marché aux poissons devenus un attrape touristes. Les prix des produits de la mer sont une véritable arnaque ! Les langoustines géantes sont à 95€/kg et l'huître "fine de claire" 6,9 €/huitre...mieux vaut s'abstenir et manger les nôtres moins chères à la douzaine.

Ce soir on terminera par une bonne soupe de poissons dans un petit restaurant bien plus sympa et modeste et à un prix correct pour la Norvège.

Fin de journée à écouter un duo en concert aux accents parfois celtiques, parfois tyroliens c'est plutôt original. Cette fin de semaine c'est le festival de jazz qui s'installe à Bergen.




Vendredi 3 juin, une atmosphère très britannique. Nous prenons nos vélos pour aller voir une église en bois située à 8 km.


Une bonne occasion pour parcourir les alentours de Bergen. La stavkirke de Fantoft est une église en bois debout située à Fantoft, quartier de Bergen. Les premières fondations datent du 12ème siècle. Elle a été incendiée et entièrement détruite le 6 juin 1992 par des membres de l'Inner Circle lié au black metal pour paraît-il commémorer le début de l'ère vikings. L'église a été reconstruite à l'identique en 1997.

Entourée de grands arbres cette église est vraiment très belle et vaut une petite visite.




Nous terminons ce soir notre séjour à Bergen très belle ville même sous la pluie....Demain nous allons reprendre notre itinéraire vers le Nord, le long de la côte. D'abord en franchissant le Sognefjord, le plus grand fjord de Norvège, puis un peu plus au nord de ce fjord nous prendrons une direction nord-est pour atteindre le Geiranger fjord, considéré comme le plus beau fjord. Dans une dizaine de jours environ nous atteindrons Alesund où nous emprunterons le ferry de "l'express côtier" qui nous amènera en 24 h à Trondheim en faisant une navigation en journée sur l'ensemble du Geirangerfjord. Les prévisions météos semblent plutôt bonnes mais ça change vite.

Publié le 5 juin 2022

Nous quittons Bergen sous un temps très brumeux. Le vent est très faible. La voie vélo longe les berges du fjord de Bergen. La route est agréable mais jusqu'à Knarvik, la voie vélo très large longe la route principale et en ce samedi de Pentecôte la circulation est importante et le bruit des voitures est un peu lassant. On atteint Knarvik où deux très beaux ponts enjambent les deux fjords où se situe cette ville.

Après Knarvik nous quittons la route principale pour suivre une route moins importante. Le paysage est superbe, le soleil brille, il fait beau mais le vent du Nord est monté en puissance. Il nous freine et nous refroidit. Nous nous arrêtons régulièrement pour prendre des photos des immenses bras de mer qui entrent profondément dans les terres.



À manger, ville bien nommée nous nous arrêtons faire du ravitaillement pour le week-end. Le camping se trouve un peu plus loin à 7 km. Le temps de nouveau s'est couvert et il fait froid. Le camping est situé en bordure de mer et surplombe une crique où se nichent des maisons de pêcheurs et où sont amarrés des bateaux.


30
30
Publié le 5 juin 2022

Nous partons sous une petite bruine qui.va s'arrêter assez vite. Il n'a pas de vent. La route est une succession de montées et descentes pas très longues mais qu'on avale facilement. Nous prenons la direction de Leirvag où nous devons prendre un ferry pour traverser le Fensfjorden. Pas de souci pour les horaires il y en a toutes les heures.



En cours de route on s'arrête regarder un tournoi de foot pour les enfants



La route traverse fjords ou bras de fjord le soleil commence à percer.

Nous prenons le ferry de midi, ferry gratuit ici, et nous arrivons à Slovag, petit port industriel doté de plates formes d'arrivée de gaz...un petit Montoir ou Donges....la route s'élève au-dessus du fjord et en sept km nous arrivons au camping situé au bord du fjord. C'est superbe, le soleil brille et le vent est toujours....froid !



Et pour finir la journée, chose qui ne m'est quasiment arrivé on se mange un burger au restaurant du camping....la bouffe en Norvège c'est loin d'être le top...on en reparlera.


Publié le 6 juin 2022

Aujourd'hui on a enlevé le haut ! Le soleil chauffe pour la première fois on ressent la chaleur. Le parcours est de toute beauté. La route serpente de bras de fjords en lacs. C'est une petite route sans circulation qui nous emmène au petit port de Ruthledal où nous prenons un ferry pour traverser le Sognefjord qui est le plus grand fjord de Norvège. En 20 mn nous arrivons sur l'autre rive à Rysjedalsvika. La route est assez difficile avec de belles pentes. On s'arrête à Leirvik prendre un café. Puis on reprend la route pour gagner le camping de Birkeland près de la bourgade de Hellefast.



Des cyclistes allemands s'y baignent, nous on attendra ! Demain une étape plus difficile un peu dans l’intérieur des terres mais c'est sûr on enlèvera le bas, la chaleur sera là....

Publié le 7 juin 2022

Une étape très chaude !

Comme prévu les températures sont montées on est enfin en tenue estivale. L'étape est difficile avec des pentes plutôt raides à certains moments, décourageantes parfois car on a l'impression d'arrivée au sommet mais çà redescend pour perdre un peu de dénivelés et ensuite c'est pour mieux remonter.

Épuisant, sur la fin on décide de s'arrêter dans un camping à Sandes alors qu'initialement on avait prévu d'aller plus loin. Mais on est vanné....

Par contre la route était quasi déserte et empruntait des paysages de montagnes, lacs, torrents superbes mais ça se mérite.

Béatrice fait montre de plein de courage pour monter elle m'épate car même avec son VAE j'en connais beaucoup qui aurait envoyé le vélo dans le fossé ! Chapeau pour quelqu'un qui il y a 3 ans faisait tout juste le trajet Fromentine St Jean de Monts en prenant le chemin des dunes et montait les petites côtes à pied !!!


Publié le 8 juin 2022

Une étape aujourd'hui plus facile, mais sous un temps plus frais. Une première partie sur la nationale E 39 pas très passionnant à cause de la circulation et dont la première partie est un long faux plat montant avec un vent défavorable. Ensuite c'est une descente sinueuse et rapide vers la ville de Forde. En milieu de descente on s'arrête pour une petite pause au bord du lac Bekkejevatnet.

Après Forde on poursuit toujours sur la E39, mais il y a moins de circulation, la route monte doucement mais comme on a changé d'orientation le vent nous est favorable et nous arrivons sous un beau soleil au lac Jolstravatnet. On fait une pause casse-croûte au bord du lac. C'est la sortie des classes la majorité des enfants retournent chez eux à vélo. Au loin les montagnes sont encore très enneigées.


Nous quittons la E39 pour suivre une petite route qui suit le bord du lac. Incroyable la route est aussi plate qu'une digue hollandaise ! C'est la première fois depuis notre départ qu'on roule aussi facile. Le vent léger nous pousse, Béatrice coupe son moteur !



Nous sommes en zone rurale montagnarde qui fait penser au Tyrol ou à la Suisse. L'architecture des bâtiments est différente mais son organisation spatial est identique. La plupart des bâtiments sont tous recouverts par un revêtement végétal fait d'herbes et de mousse, des arbustes poussent aussi sur ces toits végétalisés. La neige est vraiment toute proche pourtant nous ne sommes qu'à 200 m d'altitude.


Nous arrivons à Skei, ville située à l'extrémité du lac. Nous sommes dans un camping très camping car, norvégiens et allemands dominent...sur la route c'est une procession pour le moment c'est pas trop gênant mais ça pourrait dans quelques semaines poser un problème avec l'arrivée des congés.

Un autre élément les jours sont de plus en plus longs. À minuit, certes le soleil a disparu mais le jour persiste. C'est un problème pour dormir.

Béatrice a un masque, j'ai oublié le mien il va falloir que j'en trouve un...et Béatrice a oublié son gilet fluo dans les tunnels c'est quand même mieux...



Publié le 9 juin 2022

Une belle étape de montagne

Nous quittons Skei par la E39, la circulation est peu dense, on est sur un faux plat descendant et nous roulons très facilement dans un paysage d'alpage, Les vaches et les moutons envahissent parfois la route. De belles cascades dévalent les falaises enneigées.

Assez vite on atteint Byrkjelo, nous sommes ici dans le parc national de Jostedalsbreen. Après une petite pause on entame la difficulté de la journée la montée d'un col qui " culmine" à 650 m et on est à 140 m le col fait un peu plus de 6 km le pourcentage est donc sévère. La route s'élève très vite.

On a l'impression d'être comme en France à une altitude de 1.800 m alors qu'on r,este en dessous de 600 m c'est très surprenant.

Dans la montée on retrouve des chalets aux toits végétalisés.

Cette montée est vraiment superbe, avec un temps idéal.

Au sommet il y a une petite station de ski et on retrouve un couple de cyclistes belges qui eux aussi vont au Cap Nord. Pour la descente on remet la veste car il fait froid. Le fjord Innvikfjorden 600 m plus bas commence à apparaître.

Par une série de lacets bien serrés on descend rapidement, Béa est devenue une experte dans l'art de descendre !!

On va s'arrêter déjeuner au bord du fjord, il nous reste une trentaine de km à faire en contournant tout le fjord pour atteindre la ville de Stryn où nous nous installons dans un camping. Le beau temps est sans doute terminé, une période pluvieuse et sans doute froide est annoncée....

Publié le 10 juin 2022

Une étape de montagne sauvage...splendide

Nous ne regrettons pas d'être sorti un peu de l'itinéraire classique qui longe au plus près de la côte. En nous orientant vers l'intérieur pour nous diriger vers le Geirangerfjord nous sommes depuis 3 jours en zone de montagne et c'est superbe. De plus on a bénéficié du beau temps de ces derniers jours. Aujourd'hui la seconde partie de l'étape est une vraie belle surprise. Avant la route qui mène aux rives du Geiranger où nous n'irons pas aujourd'hui à cause du mauvais temps qui s'annonce, nous prenons une petite route quasi désertique qui va rejoindre le petit port de Leknes, situé sur le rives du Hjorunddhord. Cette route se révèle un petit bijou de beauté sauvage. Nous n'avons pas assez de nos deux yeux pour tout voir. A chaque tournant une cascade plus belle que la précédente. Ce chant de l'eau qui nous accompagne. Nous voudrions nous arrêter à chaque instant. C'est magnifique.

Béatrice au départ de cette petite route.

Le Hjorundjord à Leknes

On se croirait arrivé dans la cordillère des Andes !

Minuscules chalet aux toits végétalisés.

Ce soir nous sommes installés à Saebo, après avoir traversé le fjord avec un petit ferry. Il pleut à moitié et on a pris une cabane au camping. Demain nous partons à Alesund où nous resterons 3 jours pour nous reposer, mardi nous prendrons l'express côtier Hurtigruten.fr pour rejoindre en 23 heures Trondheim avec au départ une grande boucle dans le Geirangerfjord, c'est la raison qui nous a décidé à ne pas y aller aujourd'hui avec les vélos, en plus le mauvais temps est revenu...dommage mais on a super bien profité depuis Bergen des paysages marins et montagneux de la Norvège.

Publié le 12 juin 2022

Une journée vent dans le dos !

Comme prévu le temps s’est dégradé. La pluie menace et le vent souffle très fort. Mais dans le bon sens, au moins c'est une bonne nouvelle.

Le trajet commence par une longue montée puis une descente rapide vers la ville de Ørsta. La ville en ce samedi matin semble déserte.

On s'arrête prendre un café dans un centre commercial. Aucun bistrot comme d'habitude.

Nous avons rejoint le fjord que nous allons suivre jusqu'au port ferry de Festoya. Le long du fjord le vent souffle en très fortes rafales mais toujours dans le bon sens et nous rejoignons assez vite Festoya pour prendre le ferry et rejoindre Alesund. Les derniers 15 km sont assez pénibles car l'itinéraire vélo tourne un peu dans tous les sens et n'est pas toujours bien lisible. Nous rejoignons le camping à l'entrée d'Alesund. On a réserver un petit appartement pour 3 jours...ça va faire du bien...









Publié le 14 juin 2022

Alesund est une ville de 50.000 habitants dont la situation géographique est très originale. On a l'impression d'être dans un archipel. La ville est une succession d'îles reliées entre elles par des ponts et un grand tunnel.

La ville avait été entièrement détruite en 1904. Sa reconstruction a été confiée à des architectes allemands. Car l'empereur allemand, Guillaume II, qui passait souvent ses vacances à Ålesund, apprenant la catastrophe qui venait de s'abattre sur son lieu de villégiature, y envoya, à ses frais, plusieurs milliers d'artisans allemands, ainsi qu'une cinquantaine d'architectes, qui reconstruisirent la ville en pierres et briques dans le style alors très couru appelé Art Nouveau, (Jugendstil), dont les bâtiments comportaient notamment de nombreuses tourelles, flèches et ornementations en façades ; l'ensemble est caractéristique et à peu près unique au monde. La ville a retrouvé une splendeur grâce à cette architecture ce qui lui a valu d'être considérée comme la plus belle ville de Norvège. (Cf. Wikipedia)



Alesund est le premier port morutier de Norvège. Nous n'avons pas pu visiter le musée de la pêche et goûter l'huile de foie de morue, celui-ci était fermé.

Le premier jour de visite aura été un coup de chance pour nous. Le vent souffle en rafales très fortes mais le ciel est plutôt dégagé.

Cela nous permet de monter à un promontoire qui domine la ville et qui offre un superbe panorama. 418 marches et beaucoup de vent. Pour Béa son deuxième exploit de personne en proie au vertige après le toit de l'opéra d'Oslo.

Par contre fidèle à la légende d'Alesund, nous continuerons notre séjour sous un temps humide, brumeux, venteux...

Pour finir et pour se remonter le moral, achat d'un superbe saucisson (en or) à prix norvégien, 37 € ...

Et un masque pour les nuits blanches

Nous avons choisi de rejoindre Trondheim avec l'express côtier. Le trajet dure 24 heures et le bateau fait une boucle dans le Geirangerfjord.

Le bateau s'appelle Polarlys. Il peut transporter 600 passagers et mesure 120 m. Il n'a rien à voir avec les monstres qui transportent des milliers de passagers. On reprendra ce même type de navire lorsque nous reviendrons de Kirkenes à Bergen mais là ce sera 6 jours et 34 escales...

Aujourd'hui malheureusement le temps est bien maussade, il pleuviote mais lorsque que nous arrivons au 2/3 du fjord, les nuages se déchirent et laissent apercevoir les énormes murailles qui tombent dans la mer et les névés qui s'accrochent encore à la montagne.

Des gigantesques cascades dévalent les falaises.

Malgré tout, ce temps brumeux dégage un certain charme et une ambiance très "nordique".

Au retour à Alesund le soleil est un peu présent. Le navire s'arrête une heure. Des passagers débarquent, d'autres embarquent. C'est aussi tout cet intérêt d'utiliser ce navire pour se balader en Norvège puisqu'on peut remonter toute la côte de port en port, et pour un coût relativement économique quand c'est moins de 24 h puisque la cabine n'est pas obligatoire. (petite précision importante les "seniors" + 67 ans bénéficient d'une réduction 1/2 tarif...) c'est quasiment le cas pour tous les transports publics...la Norvège soigne ses 'anciens" y compris les étrangers !

Comme il fait jour quasiment en permanence on peut sans problème regarder la côte norvégiennne en navigant entre ces milliers d'îles qui structurent telles des dentelles les rivages de la mer du Nord.

Petit verre cadeau d'aquavit pour Béatrice de la part de l'équipage...

Nuit blanche en perspective il est presque 23h30...

Publié le 16 juin 2022

Nous nous sommes installés dans un camping à une quinzaine de km de Trondheim, il n'y en a pas de plus proche, celui-ci est tout simple mais avec tout ce dont des cyclistes pédalant sous la pluie ont besoin.

Près de nous sont installés 4 jeunes cyclistes venant du Pas de Calais et partis pour 8 mois de voyage à travers la Norvège puis l'Ecosse puis.... selon les opportunités.

Deux ans de préparation et d'économie. Ils font avec les moyens du bord, récupération d'aliments hébergement chez des personnes qui les invitent. Enthousiasme bon humeur partagé.

Trondheim est la troisième ville la plus importante de Norvège après Oslo et Bergen. Peuplée de 200.000 habitants, Trondheim est une ville très universitaire.

Impossible de visiter Trondheim sans faire un détour par le monument emblématique de la ville : la cathédrale de Nidaros. Construite dans la deuxième moitié du XIe siècle, elle est la toute dernière étape du pèlerinage menant au tombeau de Saint Olaf.

Saint Olaf devient roi de Norvège en 1015 et se met en tête d'en extirper le paganisme, pour faire du christianisme la religion de son pays.

Il est le grand législateur de l'Église en Norvège et tente de faire disparaître les traces de l'ancienne foi et de bâtir des églises à la place des anciens lieux sacrés qu'il a profanés ou détruits. Il fait aussi venir des évêques et des prêtres d'Angleterre. Il paraît qu'un os du bras de saint Olaf est conservé comme relique dans la crypte de la cathédrale Notre-Dame de Rouen. Olaf aurait été baptisé à Rouen, du temps où les vikings sévissaient dans la région qui s'appellera en leurs souvenirs Normandie...


L'intérieur de la cathédrale est très beau. De style gothique la cathédrale à été de nombreuses fois victime d'incendie. Sa dernière reconstruction date du début du 20ème siècle. Deux très orgues ont été installés, l'un sous la rosace, l'autre avec une décoration baroque dans le transept.

La rivière Nidelva, forme un méandre avant se jeter dans le fjord. À l'intérieur du méandre la vieille ville s'est développée avec des très beaux ensembles colorés propres aux villes nordiques.

Quelques pilotis mériteraient un sérieux remplacement !

Des jolis ponts relient les quartiers entre eux. Des anciens docks ont été rénovés et comme dans beaucoup de villes portuaires ces quartiers sont devenus très "branchés" ou bobolandéisés...

Aujourd'hui la pluie s'est invitée en soirée. Demain on reprend la route la météo est plutôt bonne durant deux jours, après c'est pas gagné...


.

Publié le 17 juin 2022

Une étape qui commence très bien mais qui finit dans la galère !


Ce matin nous prenons le ferry pour traverser le fjord. Il fait très beau et nous croisons l'Hurtigruten qui nous ramènera dans quelques semaines à Bergen.



Durant 35 km on va suivre le fjord sur une route presque déserte. Quelques côtes et descentes mais rien de bien méchant. Le vélo dans ces conditions c'est un vrai bonheur.

Mais les choses vont commencer à se gâter après une pause qu'on fait à mi parcours.

Deux options d'itinéraires sont possibles, le départ pour les deux options sont assez identiques il faut s'élever de 300 m en 5 km. C'est assez dur mais on a l'habitude.

Je choisis une option que propose mon appli et maps. Alors que l'itinéraire que j'avais prévu suivait la route principale je choisis la petite route qui a priori n'est pas plus difficile...erreur si la montée est un peu difficile et finale très agréable la partie après le sommet devient un chemin qui monte descend remonte, redescend et pas des petits pourcentages on approche les 10/12 % et sur des chemins en graviers et caillouteux ça devient un calvaire..

La batterie du VAE faiblit de plus en plus, Béa fait ce qu'elle peut pour l'économiser mais les pentes sont trop raides et avec le vélo chargé la batterie rend l'âme au pied de la dernière côte de 2 km à 8/10%.

C'est en poussant le vélo qu'on monte cette bosse et ensuite c'est 5 bornes de descente pour arriver au petit camping. On est épuisé et je suis furieux du mauvais choix que j'ai fait en m'engageant un peu trop vite dans cet itinéraire hasardeux....

Et moi je suis furieuse et déçue par ce vélo qui ne tient pas les km annoncés.

Publié le 18 juin 2022

Il a plu une bonne partie de la nuit...ce matin ça se calme et on part sous un ciel bien maussade mais sans pluie ☔ ☔

Un très beau pont franchi un bras du fjord. Les ponts en Norvège sont dans leur majorité bien aménagé pour les franchir à vélo. Piste cyclable séparée et grande rambarde de sécurité.

L'itinéraire est ici bien balisé. C'est assez rare, d'où l'erreur d'hier...Ici et jusqu'au Cap Nord on suit l'eurovélo 1.

La Véloroute de l'Atlantique démarre au Cap Nord, longe la côte jusqu'à Bergen puis par ferry prend le cap de l'Ecosse et de l'Irlande. Elle débarque à Roscoff, suit le canal de Nantes à Brest, longe la Loire jusqu'à Mindin et en prenant le nom de Vélodysssée suit la côte Atlantique jusqu'au Pays Basque. Elle suit la côte cantabrique, et rejoint le Portugal et le sud de l'Espagne à Gibraltar, totalisant 11.150 km. Cette véloroute de l'Atlantique constitue l'un des plus beaux si ce n'est le plus bel itinéraire cyclable en Europe. Évidemment cet itinéraire est exigeant passant dans des régions très pluvieuses, froides, venteuses (on est bien placé pour le savoir !). Pour celles et ceux qui voudraient débuter facilement dans le voyage à vélo emprunter la section française de la Vélodyssée de Roscoff à Hendaye, c'est plat et vous pouvez espérer des températures agréables en mai, juin, septembre (bon avec le déréglement climatique tout est possible !) évitez juillet,août il y a trop de monde en bord de mer...

On arrive sous quelques gouttes à Steinkjer. Juste le temps de monter la tente ⛺ ⛺ et une grosse averse de grêles se déclenche. Ça inonde un peu. Personne au camping à la réception mais les douches, petite cuisine et véranda sont ouverts.

https://photos.app.goo.gl/KvR1cFqCN3kqyzS79

Vidéo de la pluie qui tombe...


Test batterie VAE de Béa hier on a cramé les watts en 65 km...aujourd'hui on a fait 42 km, avec 500 m de dénivelés et il reste au compteur plus de 100 km d'autonomie. La batterie est donc de très bonne qualité mais le parcours d'hier était un parcours type VTT en chemin, avec des % trop rudes, demandant une dépense d'énergie très forte. C'est comme une bagnole qui consomme 15l/100 quand on roule en secteur montagneux...

Publié le 19 juin 2022

Une étape très froide...

En principe la météo avait annoncé du beau temps, c'est vrai il ne pleut pas mais le soleil est aux abonnés absents. On longe au départ de Steinkjer le fjord puis la route prend une direction nord dans des forêts de sapins.

Le vent s'est invité, un vent fort qui vient de l'articque souffle méchamment de face. Il fait froid, dans les descentes il faut remettre la veste, les pieds avec l'air froid sont mis bien à mal. On aurait dû mettre des surchaussures ou même les guêtres pour garder les pieds au chaud...on est dimanche déjà dans la semaine les bistrots ou cafés sont rares mais aujourd'hui c'est le désert complet. Finalement on trouve refuge dans une station service où on mange un ....burger. Ça donne des calories !

On arrivera bien froidement à Namsos dans un camping bien sympathique avec une grande cuisine et une salle à manger bien chauffée...

Pour finir la copie écran du site météo qui indique lever du soleil à 2h23 et un coucher à 00h06..bonne nuit !!

Publié le 20 juin 2022

Une belle étape avec des changements de paysages

Très grande surprise en sortant de Namsos on fait quelques courses dans un market. Intégré dans le commerce on se retrouve à prendre un café dans un local très américanisé au look années soixante qui sent bon le rock and roll et Elvis Presley...

La route démarre le long de la mer. Temps couvert mais sans vent...le parcours est plutôt sympa. On longe les fjords qui sont reliés entre eux par des ponts

Les montagnes sont plus vallonnées, moins abruptes. Les pentes plus modérées. On se retrouve avec un cycliste allemand qui va lui aussi au Cap Nord.

Nous arrivons à l'embarcadère de Lund. Nous sommes quelques cyclistes réunis pour cette petite traversée du fjord qui nous amène sur l'autre rive à Hofles. Le soleil est présent et il nous réchauffe bien. Les 15 derniers km sont vraiment agréables.

Nous allons au camping de Kolvereid où nous rejoint Domnin. C'est un ami qui est parti avec Claude du Cap Nord il y a un mois. Malheureusement Claude a chopé le COVID. Il est bloqué dans un camping à côté de Bodo en attendant de rentrer en France vraiment la tuile pour ce bon copain avec qui j'ai réalisé quelques beaux voyages à vélo et un trek au Népal...Du coup Domnin revient seul à Trondheim où il doit prendre un avion pour rentrer en France dans quelques jours.

Demain c'est pluie annoncée pour la journée...à priori le temps chaud c'est pour la fin de la semaine avec l'arrivée des moustiques .

Comme prévu une étape pluvieuse...

L'équipement de pluie ☔ 🌦 est de sortie aujourd'hui..on a prévu une petite étape de 45 km...

Paysage bien brumeux, un peu fantasmagorique...

Le paysage doit certainement être joli, mais dans le brouillard et la bruine difficile de voir quelque chose. Un bon point le vent fort, plus de 40km/h, souffle du sud-ouest pile point dans le bon sens pour nous. On croise deux cyclistes 🚴‍♂️ 🚴‍♂️ qui ont l'air dans baver avec le vent dans le nez.

On s'arrête au camping de Kjelleidet au bord du fjord. Le ciel se déchire et laisse timidement entrevoir un coin de ciel bleu.

On se prend une grande "cabin" ou hytte en norvégien. C'est le grand luxe et ça fait du bien !

Sans pluie et vent dans le dos...

Le ciel est bien gris ce matin. Il fait froid 8/9 degrés. Mais le vent souffle du sud-ouest et va bien nous aider. Nous prenons la route LV 17, route mythique, un peu comme la N 7 qui longe toute la côte Atlantique et où passe le cercle polaire que nous franchirons après demain.


La route monte doucement au dessus du fjord que nous allons contourner. Nous ne sommes plus dans les dénivelés d'il y a quelques jours et c'est plutôt reposant.

Quelques tunnels pas trop longs sont à franchir, l'occasion de remettre un gilet fluo datant de Notre-Dame des Landes...vieille histoire...

Les torrents dévalent les pentes en de belles cascades.

Assez vite nous arrivons à Horm où nous prenons un ferry pour traverser le fjord. Nous retrouvons un jeune cycliste hollandais déjà croisé avant hier. Adepte du bikepacking (voyage à vélo en ultra-léger) il file à plus de 30 km/h et gageons que dans une semaine il aura atteint le cap nord si la météo lui est favorable. Hier la pluie l'a bien freiné quand même...

Au loin des plaques de neige s'accroche encore sur les pentes.

Nous arrivons ce soir au camping de Brønnøysund. Camping très surprenant mais Béa vous en dira plus....

Mosheim camping nous accueille avec tous ses personnages, dessins, miniatures. Dès le premier coup d'œil nous sommes dans l'étonnement.

Avec le camping un musée regroupe tous les objets, vaisselle, personnages que les propriétaires ont conservé précieusement.

Speciale dédicace à ma sœur Isabelle

Publié le 23 juin 2022

Hier soir nous avons installé la tente ⛺ ⛺ on savait qu'il allait beaucoup pleuvoir mais la tente bien imperméable nous protège. Mais on n'avait oublié que l'un des arceaux avait subi une fissure. En la montant rapidement l'autre jour sous la pluie nous avions mal inséré un brin et sous la pression il s'est fissuré. J'avais un fourreau métallique pour réparer ce genre de connerie et tant que le temps n'était pas agité cela marchait très bien. Sauf que dans la nuit le vent s'est mis à souffler en tempête, la pluie redoublant le sol s'est gorgé d’eau et toutes les sardines se sont retirées. L'arceau cassé est sorti du fourreau bref la cata ! Vite fait on a tout sorti notre barda et sous la pluie battante on s'est installé dans la petite cuisine...

Je suis allé demander à la propriétaire si elle n'avait pas une hytte (cabane) et heureusement l'une d'entre elles était disponible. En même temps un jeune couple norvégien nous avait proposé de partager la leur..eux aussi campaient mais prévoyant ils avaient préféré louer une hytte...finalement bien trempés par nos allées et venues sous les trombes d'eau on s'est retrouvé au chaud...

Ce matin grand séchage et comme il pleut toujours plus ou moins on sèche la tente dans le faux plafond de la cabane...

On commence quand même à en avoir ras le bol de ce temps pourri...pratiquement une semaine où il pleut plus ou moins tous les jours et à cela s'ajoute le froid.

Les prévisions météos annoncent une amélioration on croise les doigts.




La tente avant été achetée au vieux Campeur de Grenoble. J'ai pris contact avec eux et ils doivent nous envoyer l'arceau qui a cassé ( minimum 10 jours du notamment au fait que la Norvège n'est pas dans l'U.E.) à moins qu'à Bodo nous trouvions cet élément mais chaque marque ( Celle là est une Vaude) à ses spécificités ce n'est pas standard...

Le jour où on a cassé l'arceau

Alors aujourd'hui 3,6 km x 2 à vélo pour aller faire les courses et se renseigner à l'office de tourisme sur les horaires des ferrys. Après séchage rangement, nouvelle revue de parcours, goûter, apero. Et Espoir....

Une longue journée vers le beau temps . ..

Nous partons à 8 h. Il bruine, le ciel est bas, le brouillard stagne sur les hauteurs...

On se dirige vers le port de Horn à 10 km pour prendre le ferry qui traverse le fjord et qui rejoint Andalsvagen. Le temps est toujours aussi tristounet.

À Andalsvagen on suit toujours la route FV17 qui nous mène à Forvik 20 km plus loin où nous prendrons un second ferry. La route est plate et presque déserte car les ferrys régulent le trafic routier, une fois les voitures du ferry débarquées, il n'y a plus de circulation puisque la FV 17 est la seule route. À Forvik en attendant le ferry on prend un café excellent dans un établissement qui est un véritable musée du café et du thé. C'est une caractéristique de la Norvège de trouver des lieux très originaux où les gens collectionnent les objets ou machines anciennes.

Le ciel s'éclaircit enfin et sous le soleil le ferry nous amène à travers un dédale d'îles ou de presqu'îles à Tjotta.


Le paysage marin a changé, la côte est plate, la route également et on avance vite avec un vent léger qui nous est favorable.

Nous arrivons rapidement au camping de Sandnessjoen qui normalement devait être le terme de l'étape. Il est tout juste 15h00 et nous décidons de pousser plus loin vers Nesna à 40 km.

À la sortie de Sandnessjoen on aperçoit le magnifique pont de Helgeland. Il est considéré comme le plus beau pont de Norvège. Sa longueur est de 1.065 m et sa portée est de 425 m. La route qui y monte est d'une élégance rare, tout en courbe. Elle semble vu de loin d'une grande finesse

Par contre il n'est pas aménagé comme les autres ponts norvégiens pour les vélos. On roule dessus sans voie séparée. La circulation n'est pas très dense mais son franchissement au dessus du fjord est impressionnant. Heureusement aujourd'hui le vent est faible et c'est sans souci qu'on le franchit. Béatrice me collait à la roue !

La route se poursuit, peu intéressante, et assez fréquentée jusqu'à l'intersection avec l'autoroute qui va à Bodo. Les 10 derniers km sont plus agréables. Ce soir on est dans un camping à la "ferme" au bord du fjord accueillis par deux jeunes français qui travaillent en woofing ici pour un mois. Finalement on a fait une belle étape de 100 bornes sur les vélos, 117 avec les deux ferrys. Demain on franchira le cercle polaire arctique. Le soleil éclaire encore un peu et il est minuit....




De la chaleur, du dénivelé, des paysages grandioses...

Premier petit-déjeuner au soleil depuis notre départ à vélo !

Nous allons au départ du ferry. Il faut contourner un bout du fjord. De l'embarcadère on aperçoit notre camping.


Il fait très beau. Des rafales de vent chaud soufflent par moment durant la traversée, c'est surprenant.

Nous débarquons à Nesna. C'est curieux, les maisons ont une architecture beaucoup plus nordique, faisant penser à l'Islande ou au Groenland.

La route au départ est bien plate. Le vent souffle fort de face. Assez vite la pente s'accentue et c'est 3 km à 9 % qu'il faut monter. On domine le fjord en contrebas. On croit arriver au sommet, une grosse descente et çà remonte encore à 9 % (indication des panneaux)

Les paysages sont superbes. Les montagnes restent encore très enneigées.

La descente et la remontée...Puis une longue descente qui nous amène vers une petite ville où nous faisons une longue pause ravitaillement. On en profite pour mettre en charge la batterie au Joker (market local). Il a un petit snack et une terrasse on s'y repose. Le soleil tape très fort. Hier on gelait, aujourd'hui c'est presque canicule. Un autre problème le camping où nous devions dormir ce soir n'existe plus. Il nous faut faire une rallonge de 40 km pour le suivant. C'est aussi le problème de la recharge de la batterie du VAE qui nous empêche de bivouaquer.

On poursuit la route le long du fjord que l'on contourne en entier. Le vent souffle toujours de face et nous progressons difficilement. Nous allons passer aussi une série de tunnels dont trois font près de 3 km. À l'intérieur on a la sensation d'être dans un frigo. Deux tunnels récents très bien éclairés sont équipés d'un système avertissant les automobilistes que des cyclistes sont dans le tunnel.

Enfin, il est 20 h on arrive au camping ⛺ ⛺ ⛺ On y retrouve un cycliste autrichien que nous avions rencontré il y a plusieurs jours. Lui aussi roule avec un VAE mais il a deux batteries. Il y a un restaurant, ce qui est rare en Norvège, avant même de monter la tente on s'y installe...et ça fait du bien, c'est buffet de salades, crudités, crevettes à volonté...deux jours de suite à 100 km/j ça fait un peu beaucoup...jusqu'à Bodo ce sera plus cool et ensuite ce sera les Lofoten, jeudi prochain. On a réservé des hébergements en dur. On y posera nos sacoches et on fera des circuits cool en vélo léger.

Publié le 26 juin 2022

Une étape de jour de repos, pour passer le cercle polaire.

Ce matin petit déjeuner cool. Le départ est à 10 h 15. 3 km après le camping nous prenons le ferry pour une traversée d'une heure du fjord. Le temps est estival, les paysages sont grandioses. Les sommets enneigés brillent, le fjord est comme un lac.

Les sirènes du bateau retentissent lors du franchissement du cercle polaire arctique, officiellement la latitude exacte est de 66° 33′ 48,430″

Le bateau arrive à Jektvika, et surprise une belle côte nous attend. On l'avale sans problème, nous sommes de mieux en mieux affûtés !

Après cette belle bosse, la route devient plate et longe la mer. Des hautes montagnes dominent le fjord. On en prend plein les yeux.

Un premier tunnel s'annonce très court (400 m); un second de 3 km est prévu un peu plus loin. Mais il est en travaux et la circulation se fait en convoi. Les techniciens de la D.D.E. norvégiennne vont nous transporter nos vélos dans leur camionnette et nous avec...

À la sortie du tunnel nous poursuivons toujours la route LV 17 pour prendre un second ferry à Ågskardet pour traverser le Hollandfjord. Traversée très courte une quinzaine de minutes. Le camping est à un km du débarcadère. Idéalement situé sur le bord du fjord.

Début et fin d'après midi relax. Ça fait du bien de prendre le temps au soleil. La tente est montée face au fjord. Tout est OK.






Publié le 27 juin 2022

Y aurait-il des moustiques piqueurs de pneus ??

Ce matin au départ, Béatrice découvre son pneu avant totalement dégonflé pourtant hier après-midi j'avais vérifié ses freins avant et n'avait rien constaté. Le vélo n'avait pas bougé ensuite...bizarre ! Loi des séries cet après-midi après une traversée en ferry et quelques courses au market idem pour moi, le pneu arrière était dégonflé et la chambre à air crevé.

Moi qui vantait la qualité des pneus marathon et qui n'avait que très peu subi ce type d'incident je suis en train de faire monter en flèche les statistiques crevaisons !

Hormis ces deux soucis là journée fut très belle. Le temps est moins chaud, le vent souffle dans le bon sens et les fjords que nous longeons toujours aussi grandioses.



En début d'après-midi nous arrivons dans ce petit port que nous pensions être l'embarcadère du ferry. En fait il est un peu après situé dans une zone un peu bout du monde.

La traversée du fjord dure une vingtaine de minutes. Pour les piétons et les cyclistes les ferry sont gratuits. Ce n'est pas vraiment par philanthropie car le paiement des véhicules motorisés est automatisé par lecture des plaques d'immatriculation et je pense que les Cie de ferry ont vite fait leur calcul en se disant qu'avoir un employé et un système de gestion parallèle pour les cyclistes plutôt minoritaires comme usagers seraient une charge bien importante au regard de la ressource dégagée par le paiement...

C'est donc ici devant ce beau paysage que nous avons réparé la crevaison du pneu...

Et ce soir dans un camping nickel, totalement impersonnel avec comme paysage des camping car et un market style américain en plein far West...

Une cuisine au top mais d'un triste...

Attaques des taons ; canicule ; tunnels ; grosse fatigue...

Conséquence de la chaleur, relative par rapport à la France, 28⁰ d'un seul coup, presque 20⁰ de plus en deux jours, les insectes et autres bestioles piquantes s'en donnent à cœur joie. Aujourd'hui ce sont des gros taons qui viennent nous piquer sur les jambes, les bras...quand on roule doucement dans les côtes, ils s'abattent sur nous, on a beau jouer les ventilateurs avec nos bras ils reviennent. Pas question de s'arrêter, sinon c'est piqûres assurées. Les rares arrêts que l'on fait se font à l'entrée des tunnels pour mettre nos gilets jaunes. Résultat aucune photo des fjords que nous avons longés et qui sont magnifiques avec les hautes montagnes et les glaciers qui les surmontent.


Finalement nous faisons une étape assez courte mais épuisante. Nous sommes très fatigués. Voilà six semaines que nous sommes partis et le physique en a pris un coup, d'autant que nous dormons très peu avec le jour permanent. Et puis les conditions de vie en camping sont quand même difficiles, on a plus 20 ans...courbatures, mal de dos, nourriture pas vraiment au top, tout ça cumulé ça pèse... ça pèse oui, mais le bonheur de reprendre le vélo le matin, de contempler ces paysages changeant et magnifiques, de se dire que ça va monter encore, oui mais la descente est si excitante, les rencontres joyeuses, font que demain matin et après demain jusqu'au 4 août nous partirons de nouveau avec joie. (contribution écrite de Béatrice)

On va se reposer demain à Bodo où nous resterons deux jours en airbnb et ensuite on partira vers les îles Lofoten où nous avons réservé des hébergements en auberges...ce sera plus reposant. Ici nous sommes dans un camping très sympa, c'est là que Claude, copain de randonnée vélo et trek, a passé une semaine il y a une dizaine de jours atteint par le COVID. Le gérant du camping lui envoie le bonjour...Les propriétaires sont très accueillants, serviables, ils nous ont prêté leur voiture pour aller faire des courses au market situé à 8 km ( en haut d'une belle côte après le pont qui traverse le fjord.

Un vrai camping avec plusieurs cyclistes qui change de celui d'hier totalement insipide.

Publié le 30 juin 2022

Retour de la pluie et du vent

C'est sous la pluie que nous débutons la première partie de la journée. Un petit col en deux temps à grimper, pas très agréable car la circulation est importante avec de nombreux camions et autres campings cars.. au sommet petite photo, elles seront rares...

La seconde et dernière après le passage d'un pont comme les aime Béatrice !!! Une piste cyclable tout juste large d'un mètre qui monte pendant 500 m et qui redescend d'autant...c'est sous ce pont qu'on observe le maelstrom de Saltstraumen considéré comme le plus puissant au monde. Sa force provient de la puissance des marées à cet endroit. Nous on n'a rien vu trop préoccupé à garder droite la trajectoire de nos vélos et la pluie n'arrangeait rien.

Après ce pont là pluie s'arrête mais comme on change de direction en prenant une orientation pleine ouest vers Bodø on se prend durant 35 km le fort vent de face et nous sommes bien contents d'arriver au rb&b que nous avons réservé à Bodø pour deux nuits de repos avant de prendre le ferry vendredi pour les Lofoten...

Publié le 30 juin 2022

Pour Claude une ville où il n'y a rien à faire et tout à voir !

Journée de repos bien mérité ici à Bodø. Une ville détruite presque totalement durant la seconde guerre et reconstruite à l'américaine. Une ville qui apparaît plutôt sans attrait, sans âme. C'est hyper calme, quelques bistrots auprès du port, une gare où arrive et part deux fois par jour le train Oslo-Bodø (18h 00 de voyage à travers la Norvège, avec changement àTrondheim) et une escale de l'express côtier.


Et puis un hôtel de ville, " Rhådus " à l'architecture intérieure originale et pleine de chaleur qui donne envie d'y travailler. Nous y sommes allés car c'est là que se trouve l'office de tourisme. Devinez où sont ces tables et chaises...???

Une utilisation astucieuse de l'espace pour faire un amphithéâtre, avec des coussins qui peuvent être mis sur les marches de l'escalier et transformer ainsi le hall d'accueil en salle de conférence.

Je vous renvoie au lien ci-dessous pour celles et ceux que ça intéresse car l'architecture contemporaine norvégiennne est vraiment en pointe dans ses réalisations. À choisir entre Jean Nouvel, architecte du Palais de Justice de Nantes et de la salle Onyx à St Herblain mon choix est vite fait !

https://www.visitnorway.fr/activites-norvege/art-culture/architecture/



Pour la fin les prévisions météos d'aujourd'hui à Bodø. Vous noterez en haut de la colonne de gauche les heures de lever et de coucher de soleil. Lever 0h00; Coucher 24h00...

Bonne nuit à toutes et à tous !

Nous partons ce matin de Bodø pour Moskenes, petit port au sud des Lofoten. Grand beau temps pas un nuage...

Ce n'est pas la peine de faire des commentaires les images parlent d'elles-mêmes...

La réputation des Lofoten n'est pas surfaite...on en prend plein les mirettes ! Nous allons y passer deux jours, installés dans une jolie maison au village d'Hamnøy au pied d'un superbe pont.

Le village de Å (Serait-ce le nom de la bourgade le plus court du monde ?)

Les séchoirs à morue et les têtes des poissons qui je crois finissent en farine et engrais...malheureusement la surpêche des cabillauds fait que la ressource est en danger et si c'est pour finir en farine ou engrais qui peut-être va gaver les saumons à la chair insipide élevés dans les fjords il n'y a pas lieu de s'en réjouir...

Nous sommes allés découvrir, Sund, un village du bout du monde où personne ne va...

Demain on continue vers le Nord en direction de Vestvågøy

Publié le 4 juillet 2022

Une journée longue mais superbe...

Il fait frais ce matin au départ et nous mettons nos vestes mais le ciel est dégagé et le beau temps est là. On est sur l'E 10 qui est la seule grande route à traversé les Lofoten. Au départ deux tunnels sont présents mais on peut les franchir en prenant la vieille route qui longe la mer. Peu de circulation en ce début de matinée.


Les paysages marins et montagnards s'entremêlent et sont superbes. Le vent assez fort nous est favorable et on avance assez vite et sans fatigue.

Juste avant d'emprunter le tunnel de la "terreur" deux jeunes cyclistes norvégiennes sont arrêtées sur la route. Pneu crevé et elles ont oublié les démonte-pneus ...

Évidemment on s'arrête et je leur démonte le pneu. En passant les doigts à l'intérieur, je sens un minuscule morceau de verre. Je leur montre et leur dit qu'il faut toujours faire ce genre de vérification avant de remonter une chambre à air. Très contentes, elles vont pouvoir repartir sans problème. Il vaudrait mieux quand même qu'elles achètent des démonte-pneus... (le savoir faire de Jean Paul a permis une réparation rapide et redonné le sourire aux deux cyclistes 🚴‍♀️ 🚴‍♂️ dixit Béatrice).



Maintenant pour nous il faut passer dans le tunnel de 1,7 km qui passe sous la mer. Il descend durant la moitié à 5 % et remonte d'autant sur le second km. Il faut rouler sur un trottoir étroit, humide et glissant. Stress garanti dans l'obscurité, le bruit infernal, les phares des véhicules. Béatrice fait la remontée à pied, peut-être plus fatiguant mais plus prudent. Heureusement on ne croise aucun cycliste venant dans l'autre sens car avec les sacoches cela n'aurait pas été simple. La copie écran ci-dessous décrit le tunnel. J'avais trouvé ce site collaboratif écrit par des anglais et qui répertorie pour les cyclistes tous les tunnels norvégiens. Il est excellent : https://www.cycletourer.co.uk/maps/tunnelmaplrgeloc.shtml 

L'alternative décrite est possible mais le bateau qui fait la traversée du fjord est un "attrape touristes" qui coûte 35 €, il n'est pas sur l'itinéraire et ne navigue qu'une fois par jour...pas vraiment l'idéal...


Après le tunnel petit pique nique et café dans une station service de Leknes (on est dimanche tout est fermé...) on quitte la E 10 pour suivre une petite route magnifique la 815 qui après la montée d'un petit col va descendre vers la mer et longer tout le fjord.

La route est presque désertique...c'est curieux et c'est tant mieux pour nous les innombrables camping car restent sur la E10...comme s'ils ne voulaient pas sortir des sentiers battus...

Les paysages varient énormément, montagnes enneigées au loin...mer toute bleue, espaces marécageux où il y a encore quelques semaines la neige était présente.

Un camping perdu est installé au bord du fjord. On s'y arrête pour boire un verre et recharger la batterie. On regrette un peu d'avoir réservé ce soir dans une auberge de jeunesse situé un peu plus loin car on aurait été super bien ici. Mais on craignait une météo beaucoup moins bonne ..tant pis..

Une magnifique journée du soleil des paysages dont on ne se lasse pas, 107 km sans fatigue et une arrivée dans une auberge de jeunesse sympathique. De quoi se ressourcer pour continuer notre voyage.

Pour se reposer de la journée d'hier, on prend notre temps dans une auberge de jeunesse' construite au bord du fjord.

Le traditionnel sauna est toujours là mais a priori il ne sert que l'hiver...

Par contre le "grill hytte" peut fonctionner...les peaux de renne servent de coussins. Ambiance bien chaude...

Dans l'après midi nous partons pour une ballade autour du fjord sur une petite route désertique.

Il fait toujours très beau, il n'y a qu'à se laisser pousser par la brise...

Et pour terminer une recette pour cet hiver ; bon appétit !