Carnet de voyage

Une semaine en Guadeloupe

8 étapes
1 commentaire
2
Une semaine pour découvrir la Guadeloupe entre plages de rêve, jardins tropicaux, nature exubérante et visites culturelles, avec en prime une excursion magnifique aux Saintes.
Avril 2017
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

15 Avril 2017: Nous nous préparons à embarquer pour notre vol destination Pointe à Pitre! Nous avons prévu d'y passer une semaine, ce qui est très court, mais nous n'avons pas le choix car mes vacances sont imposées et je ne peux pas avoir plus, hormis au mois d'août mais ce n'est pas la saison idéale pour la Guadeloupe.

Nous volons de jour, mais le trajet passe relativement vite, et l'avantage avec le décalage horaire est que nous arrivons en fait en début d'après midi, vers 15h heure locale.

En sortant de l’aéroport il fait une chaleur incroyable, il a plu, c'est étouffant, on se croirait au milieu d'une serre tropicale. Nous récupérons la voiture de location et nous filons au Moule, au milieu de Grande-Terre au Nord, là où nous avons loué un appartement dans une résidence vacances (Résidence Tropicale).

On arrive en fin d'après-midi, il est peut être encore tôt en Guadeloupe mais en fait on est fatigué! L'appartement est sympa, assez grand et fonctionnel, la résidence est sécurisée et possède un parking privé. On prend nos quartiers, on admire la vue sur la plage du Moule depuis notre terrasse, et on ne traîne pas car nos journées vont être très chargées.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
2

Premier jour en Guadeloupe, nous sommes réveillés à 5h, et ce sera le cas tous les matins de la semaine (merci le décalage horaire). Nous décidons d'abord d'aller voir la plage de l'Autre Bord qui se trouve juste en face de notre résidence.

C'est une jolie plage bordée de cocotiers bien aménagée avec plusieurs carbets. Nous faisons une petite promenade le long du bord de mer.

• • •

Suite à la promenade nous avons pris la direction de la Pointe des Châteaux qui est la péninsule qui se trouve à l'extrémité Est de Grande-Terre. Avant d'arriver à destination nous nous sommes arrêtés quelques kilomètres plus tôt sur la plage de l'Anse à la Gourde pour prendre un premier bain!

La mer est magnifique, l'eau est turquoise et transparente et naturellement elle est très chaude!

Après notre baignade nous faisons un tour à pieds le long de la mer puis nous reprenons la voiture et nous allons nous garer à la Pointe des Châteaux. La vue d'en bas est déjà magnifique, le lieu paraît sauvage, on aperçoit la Croix en haut de la péninsule, les rochers qui s'avancent dans l'eau, et il fait tellement beau que l'on peut voir l'île de la Désirade. La mer est assez calme ce qui est apparemment plutôt rare à cet endroit où l'océan a l'habitude de se déchainer.

Nous prenons le sentier pour arriver au belvédère au sommet de la péninsule. Arrivés en haut le panorama est splendide, devant nous la Pointe des Colibris, et un peu plus loin la Désirade que nous voyons extrêmement bien tellement le temps est clair.

Nous prenons le temps d'admirer les paysages de tous les points de vue possibles, car au sommet nous avons un panorama exceptionnel sur toute la péninsule et les plages alentours:

Nous finissons par redescendre et nous allons manger dans un petit resto sur le parking, avec de très jolies peintures, pour goûter le Bokit, sandwich guadeloupéen typique, frit dans de l'huile et garni de viande au choix et de tout un tas de crudités.

• • •

Après notre délicieux repas nous prenons la route pour aller cette fois à l'extrême Nord de Grande-Terre. Nous allons dans un premier temps à la Porte d'Enfer à quelques kilomètres à l'Ouest de la Pointe de la Grande Vigie. Depuis la route on aperçoit déjà la langue de mer turquoise qui s'engouffre entre les falaises qui la bordent.

Nous nous garons puis nous allons au bord du lagon, c'est très calme, il y a des petits restos et même un petit concert. Nous avons ensuite longé la mer par la droite le long d'un sentier pour aller jusqu'à l'embouchure.

Arrivés tout au bout nous allons voir le Trou de Madame Coco, qui est en fait un gros gouffre, une cavité sculptée dans la roche où les vagues viennent se déchainer. Il y a différentes légendes qui entourent ce lieu splendide, d'où nous pouvons d'ailleurs admirer la Pointe de la Grande Vigie:

Nous reprenons ensuite le sentier dans l'autre sens pour rejoindre le lagon et y faire une petite trempette. L'eau est extrêmement chaude, la plus chaude que nous n'ayons jamais goûté, on se croirait en fait dans une baignoire géante!

Suite à cela nous reprenons la voiture pour aller à la Pointe de la Grande Vigie.

• • •

Nous arrivons enfin au point le plus au Nord de la Guadeloupe. Nous faisons la promenade sur le sentier côtier en haut des falaises pour admirer les paysages. On se croirait dans notre belle Normandie ou en Bretagne, les panoramas sont grandioses, avec un beau point de vue sur les falaises escarpées et les parois rocheuses:

Après avoir fait le tour nous reprenons la voiture direction l'appartement car la lumière décline, la nuit ne va pas tarder, il est 18h mais le soleil se couche tôt en Guadeloupe.

3

Nous sommes lundi 17 avril, il est 5h du matin et nous sommes parfaitement réveillés! Mais le soleil se lève très tôt alors nous pouvons traîner sur la terrasse. Aujourd'hui il ne fait pas beau, il pleut pas mal, nous voulions profiter des plages mais finalement nous choisissons d'aller sur Basse-Terre, à la Maison du Cacao qui se situe à l'Ouest sur la côte, à Pointe-Noire.

Nous prenons donc la route de la Traversée qui traverse Basse-Terre d'Est en Ouest par la forêt tropicale. Cette route est magnifique, en plus d'être très pratique, et dessert plusieurs points d'intérêts.


Nous choisissons de faire d'abord un petit détour par le sommet de Morne à Louis qui culmine à 700m environ. Plus nous montons et plus le temps se couvre. Arrivés au sommet la vue est complètement bouchée et l'air est saturé, nous pouvons même voir la brume en suspension. Mais nous en profitons pour faire un tour et voir la végétation on ne peut plus luxuriante.

• • •

Nous redescendons et nous prenons la direction de la Maison du Cacao, du parking nous avons une vue sympathique sur le début du massif volcanique.


Nous prenons nos entrées et nous commençons par le joli jardin tropical où sont plantés une multitude de cacaoyers. Nous faisons la petite balade avec toutes les explications sur l'histoire du cacao mais aussi sur ses étapes de fabrication, du fruit jusqu'au chocolat. Le fruit du cacaoyer se nomme la cabosse, et nous pouvons en apercevoir tout un tas qui poussent à même le tronc. Elles sont de différentes couleurs, en fonction de leur maturation.

Suite à la promenade nous poursuivons la visite par la séance instructive et la dégustation! Toutes les 30 minutes on peut assister à un cours en petit groupe avec un guide pour en apprendre plus sur les différentes étapes de fabrication du chocolat.

A chaque étape il y a une dégustation: de la graine sortie telle quelle de la cabosse à la fève de cacao torréfiée, puis la pâte de cacao jusqu'au chocolat (grâce à l'ajout du sucre). On déguste aussi un bon chocolat chaud et une liqueur de chocolat! Le "cours" est très instructif et vaut vraiment la peine de s'y attarder, surtout lorsque l'on adore le chocolat...

A la fin du musée il y a une petite boutique ou l'on peut acheter plein de bons produits comme de la pâte de cacao, de la liqueur, des fèves et du beurre de cacao, et bien sûr des petits chocolats.

• • •

Suite à cette visite il ne fait toujours pas beau, mais il fait très chaud, nous décidons d'aller faire un tour aux Jardins de Valombreuse, car un jardin même sous la pluie ça reste magnifique. Ce parc est situé à l'orée de la forêt tropicale, à Petit-Bourg, au milieu à l'Est de Basse-Terre, nous reprenons donc la route de la Traversée pour y arriver.

En réalité ce site comprend un grand parc floral mais aussi un centre équestre, un espace loisir pour enfants, un restaurant, et un circuit de randonnée pour accéder à une cascade.

Nous avons déjeuné au restaurant puis nous avons fait tout le tour du parc floral où nous avons pu admirer une grande variété de plantes tropicales: rose de porcelaine, goyavier, manguier, banian, hibiscus, bananier rose...

On ne sait plus où regarder tant il y a d'espèces différentes, toutes plus belles les unes que les autres!

Nous étions tentés de faire la rando qui mène à la cascade mais il y avait beaucoup d'averses et le sol était extrêmement glissant, alors nous sommes plutôt restés dans la palmeraie sous le carbet en attendant que la pluie se calme, en compagnie de petits oiseaux.

Après un bon grand tour nous finissons par quitter le parc, et nous rentrons à la résidence car malheureusement la pluie ne s'arrêtera pas de la soirée.

4

Aujourd'hui nous nous levons encore une fois très tôt, le temps n'est toujours pas au beau fixe, il a pas mal plu dans la nuit et tout est trempé. On décide encore une fois de reporter les sorties lagon à plus tard, et nous retournons sur Basse-Terre mais cette fois en longeant la côte nord pour rejoindre Deshaies.

Sur la route nous en profitons pour passer par Sainte-Rose puis nous nous arrêtons sur la plage de la Perle, qui se situe juste avant la plage de Grande-Anse, histoire de profiter quand même de la mer car le soleil revient doucement...

La Perle c'est une longue plage de sable fin et doré, bordée de cocotiers et de palmiers, digne d'une carte postale, la mer y est par contre assez agitée avec de jolis rouleaux. Lors de notre passage il n'y avait absolument personne, de quoi profiter pleinement du paysage.

• • •

Le beau temps ne dure pas et les gros nuages et les averses sont revenus. Nous aurions aimé faire du snorkelling à Malendure ou partir en montagne mais le brouillard et la pluie sont trop présents et gâcheraient tout l'intérêt. Nous prenons alors la voiture en direction du Jardin Botanique de Deshaies que nous voulions faire plus tard mais qui s'impose un peu malgré nous vu la météo. Sur la route nous en profitons pour faire un arrêt rapide sur une aire afin de voir la magnifique baie de Grande-Anse.

Le jardin botanique est situé sur les hauteur de Deshaies, il fut auparavant l'ancienne propriété de Coluche dans les années 80, puis celle de Michel Gaillard, paysagiste reconnu, dans les années 90 qui décide de le repenser et d'en faire un jardin public. Le prix du billet n'est pas donné: 15,90€ mais il vaut vraiment le coup.

Ce jardin possède une magnifique et importante collection de fleurs et de plantes tropicales et permet de représenter la richesse de la flore Antillaise. Il est divisé en plusieurs sections thématiques, comme par exemple les cactées, la palmeraie, les orchidées, les nénuphars...


Le parc possède aussi une grande diversité d'arbres remarquables comme le fromager, l'arbre du voyageur, le banian, l'arbre à saucissons, le talipot... mais également une faune bien présente, avec une volière aux loriquets et perroquets, des flamants roses, des aras bleus, des cabris, mais aussi des animaux en liberté que l'on peut croiser par hasard, comme des colibris, des oiseaux tropicaux ou des lézards.

Nous avons fait tout le tour du parc, ce qui nous a pris plus de 2h30 en comptant le repas rapide que nous avons fait au snack du parc qui offre une très belle vue sur la baie de Deshaies. Le parc possède aussi un restaurant panoramique implanté en haut d'une belle cascade et d'un bassin.

La visite se finit dans le jardin de simples, au niveau de l'ancienne propriété de Coluche que l'on peut apercevoir mais qu'il n'est pas possible de visiter.

Nous sommes vraiment ravis de la découverte de ses jardins qui valent sans aucun doute le détour.

• • •

A la suite de notre visite nous reprenons la direction de Grande-Terre en passant par la Route de la Traversée, et en chemin nous décidons de nous arrêter à la Cascade aux Écrevisses. Cette cascade est très touristique et très connue car elle est facile d'accès. Il suffit de se garer au parking prévu pour et d'emprunter le sentier aménagé le long d'une petite rivière pendant quelques minutes pour s'y retrouver.

Rien que le chemin est plaisant car on se retrouve vite en pleine forêt tropicale, au cœur d'une végétation luxuriante impressionnante, avec des lianes et d'immenses fougères. Mais lors de notre passage il y avait de grosses averses alors tout était trempé et pas mal glissant...

Non loin de cette cascade il y a également la Maison de la Forêt qui possède une exposition et une aire de découverte de la forêt primaire. Nous ne l'avons pas faite mais je pense que ça vaut un petit détour.

• • •

Après la cascade nous sommes remontés jusqu'à Grande-Terre et nous avons fait un arrêt à Morne à l'eau pour voir l'impressionnant cimetière. Ce n'est pas que ce genre d'endroit nous enchante mais celui-ci est vraiment particulier et vaut le coup d’œil.

Ce cimetière est composé d'un nombre incroyable de sépultures ressemblant à des petites maisons, toutes collées les unes aux autres, construites en amphithéâtre, et ornées de carreaux de faïence noirs et blancs, ce qui lui donne un air de grand damier.

La superficie est vaste car une fois montés en haut on se rend compte que derrière il y a encore énormément de sépultures. Cet endroit est apparemment très beau à voir lors de la Toussaint car les tombes se couvrent de milliers de bougies illuminées.

Nous finissons par rejoindre la résidence, la météo n'est pas bonne du tout, le vent souffle beaucoup et la pluie n'a toujours pas cessé...

5

Il a beaucoup plu et une petite tempête a apparemment duré toute la nuit. Nous entendons les habitants dire que les routes dans les montagnes de Basse-Terre sont encombrées et dangereuses. Sur Grande-Terre il fait assez beau, alors nous en profitons pour descendre au Sud du côté de Sainte-Anne pour vérifier si les plages sont aussi paradisiaques qu'on le dit!

Nous avons essayé de trouver la plage de la Caravelle, très réputée et entretenue par le Club Med. Cette plage est principalement faite pour les résidents du club et il n'y a pas de parking pour les touristes extérieurs. Nous n'avons pas du être bien doués car nous n'avons jamais réussi à y accéder! Malgré les indications trouvées sur Internet pour parvenir à cette plage nous n'avons réussi qu'à nous retrouver au beau milieu d'un champ avec des vaches, après un bon moment de marche sur des pentes escarpées.


Nous avons donc opté pour la plage de Bois-Jolan à l'Ouest après Saint-Anne, cette fois très facile d'accès!

Cette plage est magnifique, toute en longueur, du sable blanc, des cocotiers... le paysage est digne d'une carte postale!

Il n'y a pas grand monde car nous sommes en début de matinée, et il est très facile de trouver un coin à l'ombre. La mer est calme, le lagon est protégé par la barrière de corail et n'est pas très profond, et l'eau prend des nuances de turquoise et d'émeraude vraiment magnifiques sous les rayons du soleil.

Nous nous sommes bien évidemment baignés, après une ballade le long de la mer puis nous avons fait une petite séance bronzage.

• • •

Nous avons fini par quitter ce petit paradis pour retourner sur Basse-Terre. Nous aurions bien aimé aller dans les montagnes et jusqu'à la Soufrière mais le temps est très couvert de ce côté de la Guadeloupe et le brouillard est bas... Nous avons fait le tour de Basse-Terre de l'Ouest jusqu'au Sud puis nous sommes remontés pour aller à Basse-Terre, la ville cette fois!

Sur le chemin nous nous sommes arrêtés du côté de Capesterre Belle Eau pour aller voir l'Allée Dumanoir. Cette allée est longue d'un peu plus d'un kilomètre, et bordée d'une double rangée de majestueux palmiers royaux qui furent plantés vers 1850 par la famille Pinel-Dumanoir. Elle marquait autrefois l'entrée du domaine du Marquisat de Brinon.

Les palmiers ne sont pas tous d'origine, un certains nombre d'entre deux ont été détruits suite aux diverses intempéries et d'autres ont alors été replantés. Ce lieu est assez impressionnant et vaut bien un petit détour, il possède aussi des carbets et une aire de jeux pour enfants.

• • •

Nous avons ensuite repris la route jusqu'à la ville de Basse-Terre. Cette ville est située au Sud-Est du continent, coincée entre la Soufrière et la mer des Caraïbes. Nous avons commencé par manger en centre-ville puis nous avons fait tout le tour à pied.

C'est une ville sympathique, beaucoup plus calme que Pointe-à-Pitre et bien loin des complexes hôteliers de Grande-Terre. Nous avons pu déambuler dans les nombreuses petites rues où s'alignent des petits commerces, et nous avons déniché quelques jolies demeures créoles avec de belles façades. Seul point négatif, la chaussée mériterait une bonne réfection...

Nous sommes allés voir la cathédrale, construite en pierres de tailles volcaniques, et nous avons également fait un tour dans le marché couvert construit autour d'un beffroi, mais les marchands étaient en train de remballer leurs denrées et leurs objets artisanaux.

Nous nous sommes ensuite baladés sur le front de mer, très bien aménagé, ce qui permet de profiter de la mer mais aussi d'avoir une jolie vue d'ensemble de la ville au pied de la Soufrière.

Le temps est redevenu correct, nous nous dépêchons de remonter la côte dans le but d'aller à Malendure. La route de ce côté de Basse-Terre est vraiment magnifique et offre des paysages incroyables sur la mer des Caraïbes, nous n'avons d'ailleurs pas pu résister et nous nous sommes arrêtés en chemin un peu après Bouillante dans un petit coin appelé l'Anse à la Barque.

Cette petite anse sert notamment de lieu de mouillage et il n'y a pas grand chose à y faire si ce n'est profiter d'une vue splendide et du calme reposant de la mer, ce qui vaut donc largement le coup. Les couleurs sont sublimes et le contraste est magnifique entre le vert des montagnes, le turquoise de l'eau et les petites barques colorées.

• • •

Nous filons enfin à Malendure, où nous avons un mal fou à trouver une place de parking... Après des aller-retours le long de la côte on finit par se garer un peu en vrac comme tout le monde sur le côté de la route et nous descendons à pieds à la plage.

Malendure est une plage de sable noire située au Nord de Bouillante, réputée pour la richesse de ses fonds marins. En face on aperçoit les Ilets Pigeons qui font partie de la réserve Cousteau, que l'on peut rejoindre en bateau pour faire de la plongée.

Pour notre part nous partons faire du snorkelling et nous espérons apercevoir des tortues marines... Après un bon moment de ballade sous-marine nous laissons tomber, malheureusement la tempête de la veille a fait des dégâts car l'eau est extrêmement trouble et le fond de la mer est recouvert de branches, feuillages et déchets divers, sans doute balayés par le vent et charriés par les vagues. Malgré tout la baignade est agréable et le bronzage sur le sable brûlant est plus que bienvenu après les journées pluvieuses que nous avons passées.

Nous finirons la journée sur la plage avant de rejoindre Le Moule, le soleil décline petit à petit et la vue sur la réserve est magnifique:

6

Aujourd'hui nous partons aux aurores pour une journée que nous attendons depuis longtemps: la visite des Saintes. Nous voulions à tout pris voir cette baie fantastique une fois (au moins) dans notre vie. Nous avions réservé en avance notre traversée par internet, il y a plusieurs compagnies possibles et plusieurs points de départ. Pour notre part nous avons pris Val Ferry, car il y avait des ventes flash et les prix étaient plus bas que les autres concurrents, et nous avons pris la liaison Trois-Rivières à Terre de Haut.

Nous sommes donc descendus jusqu'à Trois-Rivières qui se situe tout au Sud de la Basse-Terre où nous avions rendez-vous à 9h. Nous sommes arrivés en avance et nous avons bien fait car le parking (payant) n'est pas très grand et il se remplit très vite. En attendant le Ferry nous profitons du petit port et de la vue sur les montagnes d'un côté et de la vue des Saintes de l'autre.

Nous embarquons à l'heure prévue et c'est parti pour une quinzaines de kilomètres sur les flots, soit à peu près une demi-heure de navigation. Il fait un temps magnifique et la mer est calme, la traversée est donc super agréable. Du bateau nous avons une vue superbe à la fois sur Basse-Terre et sur l'archipel des Saintes, puis petit à petit nous voyons se dessiner clairement la superbe baie de Terre de Haut avec tous ses petits bateaux et ses jolies toitures colorées.

On arrive à quai et on descend sur le grand ponton, tous les autres passagers se pressent très vite vers le centre-ville mais nous restons à profiter de la vue exceptionnelle. Nous entrons dans le petit bourg, et nous comprenons alors l'empressement des gens, ils veulent tous avoir une location de scooter ou de voiturette, car Terre de Haut est piéton et l'on n'y trouve pas de voiture (hormis pour les locaux), et il est vrai qu'il y a de beaux dénivelés.

Pour notre part nous ne voyons pas vraiment l'utilité de ces locations et nous préférons parcourir l'île à pieds. Nous partons donc du petit port en direction du Fort Napoléon sur les hauteurs sous un soleil tapant. Le chemin pour y mener offre des points de vue incroyables sur la baie et ses eaux turquoises:


Il faut une petite demi-heure à pieds pour se rendre jusqu'à l'entrée du Fort. Une fois là-haut le panorama est exceptionnel. Le Fort Napoléon, qui est classé Monument Historique, n'a jamais été utilisé comme forteresse mais comme pénitencier jusqu'au début du 20ème siècle. C'est l'évolution d'un fortin qui a été bâti en 1779, qui fut détruit par les Anglais puis reconstruit sous le règle de Napoléon III. De nos jours ce fort comprend un musée sur l'histoire des Saintes ainsi qu'un jardin botanique.

Nous prenons nos billets pour y rentrer, le coût n'est pas élevé : 5€, et permet de visiter tout le musée et de profiter du jardin et du panorama à 360° sur tout l'archipel. Nous avons commencé par le musée, qui se situe sur deux niveaux et qui est en fait assez grand si l'on prend le temps de tout voir. Nous n'avons pas fait l'intégralité car le retour en ferry est prévu pour 16h et nous voulons voir d'autres choses.

Le musée est intéressant et comprend beaucoup de pièces comme des uniformes, des maquettes de bateaux, des coquillages et pas mal d'objets liés à la mer et à la pêche, principale activité de l'île. Le jardin quant à lui est très joli et comporte beaucoup d'espèces de succulentes et de plantes grasses. On peut y voir aussi quelques iguanes se dorer la pilule au soleil.

Le fort surplombe la baie à une centaine de mètres de hauteur ce qui en fait un lieu parfait pour admirer l'archipel. Les Saintes comportent plusieurs îlots, deux habités, qui sont Terre de Haut et Terre de Bas, et sept autres îlets inhabités. Du fort il est possible d'avoir une vue d'ensemble de ces îlots mais également d'apercevoir Marie-Galante et la Dominique.

La vue est absolument magnifique et l'on comprend pourquoi cette baie est classée parmi les plus belles du monde:

Nous finissons par quitter le fort et nous redescendons en direction de la Baie du Marigot pour déjeuner. Nous choisissons le restaurant "La Paillote" au bord de l'eau et à l'ombre des cocotiers. Le cadre est idyllique, la mer turquoise, les petites barques à l'ancre et les pélicans qui cherchent des poissons... et les plats sont délicieux! Ce restaurant propose une cuisine créole traditionnelle (nous avons pris des acras, du boudin créole, du colombo, de la banane plantain...) et beaucoup de produits frais majoritairement issus de la pêche locale.

Après le repas nous voulons aller nous baigner, et nous hésitons entre la plage de Pompierre au Nord pas très loin du Marigot et la Plage du Pain de Sucre située tout au Sud. Elles ont l'air toutes les deux magnifiques, mais comme nous sommes à pied nous choisissons celle de Pompierre beaucoup plus proche.

La plage de Pompierre est assez grande et il y a pas mal de place et beaucoup d'ombres grâce aux nombreux cocotiers et raisiniers. Le lagon offre une eau turquoise délicieuse et très limpide. En face dans la mer se dresse l'îlet des Roches percées qui protège la baie des alizés et permet une baignade agréable.

Nous sommes restés un petit moment dans l'eau puis sur la plage puis nous avons repris la direction du bourg en profitant des jolies ruelles bordées de frangipaniers et de bougainvilliers. Nous trouvons aussi plein de jolies maisons créoles colorées.

Cette île offre un calme incroyable, l'absence de voiture est vraiment agréable et l'on se dit qu'habiter ici doit être vraiment paisible car cela ressemble bien à un petit paradis.

Le soleil a tourné et les rayons se reflètent maintenant sur la baie...

Arrivés au bourg nous passons un petit moment à flâner dans les petites boutiques, nous passons voir l'église, puis nous allons boire un vrai jus de fruit frais dans un bar près de l'embarcadère. Nous cherchons désespérément de l'ombre car le soleil tape extrêmement fort et malgré toutes les couches de crème solaire ma peau s'est mise à faire des cloques...

Nous n'avons pas du tout envie de repartir de ce petit coin de paradis mais le bateau ne va pas nous attendre... Nous aurions eu plus de temps nous aurions bien loué un hôtel pour la nuit...

Avant de partir nous filons acheter des Tourments d'amour, spécialité Saintoise, qui sont des petits gâteaux fourrés à la confiture (mangue, banane, goyave, ananas, coco...). Pour l'histoire ce sont les femmes des marins Saintois qui offraient ces gâteaux à leur mari après leur dure journée de travail pour leur apporter du réconfort.

Nous finissons par reprendre le ferry pour Trois-Rivières vers 16h, en jetant un dernier regard sur cette magnifique baie et ses eaux cristallines, et nous rentrons émerveillés et vraiment ravis de notre journée


7

Dernière journée pleine en Guadeloupe et, surprise, il pleut! Et cette pluie ne nous lâchera pas de la journée. Nous décidons de rester sur Grande-Terre pour faire une journée moins chargée et pour aller prendre un dernier bain. La météo est mauvaise partout, du coup nous choisissons d'abord d'aller faire un tour sur le front de mer de Sainte-Anne. La promenade est très sympa, le lagon est à raz de la ville et les eaux sont très jolies malgré la pluie:

Nous faisons une bonne marche le long de la mer, puis au retour nous en profitons pour passer dans un petit marché typique.

Nous avons ensuite été faire un tour au village artisanal de Sainte-Anne composé d'une quinzaine de boutiques, histoire de ramener quelques souvenirs.

• • •

Après notre ballade nous allons nous poser à la plage des Raisins Clairs de Saint-François à quelques kilomètres à l'Ouest, histoire de se baigner. La plage est assez grande et sympathique, bordée de raisiniers de bord de mer, et le lagon, turquoise lui aussi, est protégé par une barrière de corail.

Je profite de la baignade pour faire un peu de snorkelling pendant que mon cher et tendre préfère bronzer! J'ai pu voir quelques petits poissons, notamment des sergent major, mais en comparaison à l'île de la Réunion j'ai trouvé que les fonds étaient moins riches (mais juger sur une seule plage n'est pas assez représentatif).

Nous avons passé une partie de l'après-midi sur la plage puis nous sommes repartis. En remontant à la voiture nous nous sommes rendus compte que la plage contient un site archéologique un peu particulier, délimité par des barrières: un cimetière colonial. Heureusement il est bien protégé.

Nous rentrons au Moule, pour faire nos valises car nous reprenons l'avion le lendemain soir...

8

Ça y est c'est déjà notre dernier jour en Guadeloupe... Nous n'avons pas envie de repartir, et nous décidons de profiter encore un peu en allant faire un tour dans une distillerie. Nous choisissons celle de Damoiseau car elle est toute proche de notre résidence, mais il y en a tout un tas sur l'île mais également sur Marie-Galante.

La visite de la distillerie Damoiseau est libre et gratuite, et ne dure pas très longtemps. Il n'y a pas de guide mais plusieurs panneaux pour raconter l'histoire de la Maison Damoiseau et pour expliquer la fabrication du rhum. Seul défaut: ce n'est pas forcément évidemment de trouver le sens de la visite et de savoir ce que nous avons le droit de visiter ou non...

Nous commençons par le jardin avec l'ancien moulin à vent, autrefois pièce maîtresse de la distillerie, puis par les installations industrielles. Nous assistons au déchargement de cargaisons de cannes à sucre, puis nous montons au dessus des machines pour voir le broyage. Il y a une odeur très forte qui s'en dégage.

A la suite de la visite il y a bien évidemment une boutique qui propose les produits de la Maison Damoiseau. Il y a apparemment des dégustations possibles mais quand nous sommes passés il n'y avait personne.

Je pense qu'il y a des distilleries plus intéressantes à visiter mais celle-ci nous a convenu étant donné le peu de temps que nous avions.

• • •

A la suite de la visite nous voulons faire le Mémorial ACTe, nous avons gardé notre après-midi pour visiter ce musée réputé. Le mémorial est très récent, il a été inauguré en 2015 par François Hollande lors de la Commémoration de l'abolition de l'esclavage. Malgré sa renommée nous avons eu énormément de mal à trouver ce musée et nous avons tourné et retourné dans Point-à-Pitre pendant un bon moment. L'occasion de découvrir un peu cette grande ville, mais malheureusement tout ce que nous en avons retenu ce sont des chaussées complètement défoncées et des quartiers délabrés. Nous avons enfin fini par trouver le mémorial... c'est étonnant qu'il y ait si peu de panneaux indicatifs pour un lieu si récent et reconnu.

L'extérieur est très sympa, le bâtiment est moderne, et l'architecture travaillée. Les billets coûtent 15€ par adulte, on ne sait pas trop ce qui nous attend mais on espère que ça vaut le coup.

Le musée se visite avec un audio-guide que nous n'avons pas trouvé pratique du tout, car il faut rester immobile à certains endroits pour pouvoir écouter les commentaires, si l'on sort des boucles magnétiques ça passe à autre chose, et bien des fois ça ne marche pas du tout... En réalité la plupart du musée est composé d'écrans vidéo... Les informations sont intéressantes, mais nous avons beaucoup de mal à suivre car la synchronisation ne se fait pas, et finalement les panneaux informateurs sont bien plus agréables à lire.

Ce mémorial comprend énormément d’œuvres d'art, le but étant de mélanger mémoire, histoire et art. Malheureusement pour notre part nous n'avons pas du tout été réceptifs... Nous n'avons pas forcément compris le choix des œuvres, trop abstraites, et trop présentes au détriment de faits concrets. Les salles sont très sombres, il n'y a aucune lumière extérieure, et on ne comprend pas toujours le lien entre chacune (salle bateau pirate, salle carnaval...). La visite nous semble peu organisée et nous n'avons pas l'impression d'apprendre beaucoup de chose sur l'esclavage en Guadeloupe.

La dernière salle est celle qui nous a le plus marquée, elle dispose d'une animation qui permet de voir le nombre d'esclaves dans chaque pays du monde à l'heure actuelle. Nous n'avons pas ressenti beaucoup d'émotion durant la visite malgré le sujet délicat, mais cette pièce était très bien faite.

En résumé nous sommes déçus de ce musée, même s'il est très bien noté, nous restons sur notre faim. Peut-être aussi car nous avons déjà visité des musées traitant de ce sujet beaucoup plus concrets et explicatifs (notamment le Musée de Villèle à la Réunion).

• • •

Une fois le musée fini nous prenons la direction de l'aéroport. Nous rendons la voiture de location et nous prenons l'avion en début de soirée pour un vol de nuit. Nous atterrirons le lendemain matin vers 9h heure locale à Paris, puis reprendrons le chemin de notre Normandie!


Notre séjour nous a ravis et nous sommes contents d'avoir pu faire et voir autant de choses malgré la météo très capricieuse. Cette île est magnifique et offre vraiment une variété de paysages et d'ambiances exceptionnels. Nous avons eu un gros coup de cœur pour les Saintes et nous avons particulièrement aimé les richesses naturelles de Basse-Terre.

Nos grands regrets sont de ne pas avoir pu faire toute la partie montagne et volcan, de ne pas avoir pris plus de temps pour les Saintes, et de ne pas avoir été sur Marie-Galante. Mais en même temps en une semaine ce n'était pas possible... Ce sera justement une bonne occasion pour y retourner!