3 semaines de l’Est à l’Ouest de l’Ouzbékistan
Septembre 2018
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Suite du carnet de voyage *RUSSIE*

• • •

Après 4h d’avion et avoir survolé la mer Aral, me voici à l’aéroport de Tashkent.

Mer d’Aral vue du ciel 

Je récupère mon sac et recharge mon téléphone avant de partir dans le centre-ville. Je vérifie aussi l’adresse de l’hostel que j’ai réservé il y a déjà quelques semaines, et là je m’aperçois que ma réservation est au 14 octobre. Hors nous sommes le 14 septembre! Heureusement il y a la wifi et je cherche donc un autre hébergement. Je trouve un hostel à 4km d’ici et réserve pour 2 nuits. Quand je sors du bâtiment, une vingtaine de chauffeur de taxi se jettent sur moi "taxi, taxi, where are you staying? cheap taxi", je leur dis que j’ai des jambes, je vais marcher jusqu’à l’auberge.

J’arrive donc une heure plus tard à l’auberge de jeunesse. C’est un tout récent hostel qui a ouvert un mois et demi plus tôt. Des jeunes sont à boire un verre en terrasse et m’invitent à les rejoindre. Ce que je fais après avoir déposé mes affaires et pris une douche.

2

Visite de la capitale ouzbek. Je ne tombe pas vraiment sous le charme, ça manque d’histoire et de petites rues à mon goût. J’essaie de retirer de l’argent mais tous les distributeurs refusent ma carte, les mastercards ne passent pas partout ici.

Tashkent 
3

Je me prépare pour camper cette nuit, j’ai envie d’aller randonner dans les montagnes au Nord-Est de Tachkent. Bob, un des gars de l’hostel m’aide à organiser mon périple. Je cherche d’abord un endroit où retirer de l’argent, les suisses d’hier m’ont parlé d’un hôtel dans lequel un distributeur de dollars est installé. Il me suffira ensuite de les changer en soums. Ouf, ma carte passe enfin.

Après le déjeuner, je prends le métro pour sortir un peu du centre et trouver un bus qui m’emmènera ensuite à Tchirchik. De là, un taxi me dépose un peu plus loin et un autre à Nanai, un petit village près du lac Chorvok où le chauffeur a de la famille et m’invite à passer la nuit chez eux. Tout aurait été parfait si je n’avais pas perdu mon portable en route...je pense qu’il a dû rester dans le premier taxi...

sur la route de Nanai 

Je fais connaissance avec la grand-mère, la mère et la fille de 24 ans, Maxina (prononcé "Marina" avec un "r" façon jota espagnole). Aucunes ne parlent anglais. Un peu plus tard je rencontre Hamid et Samid, deux frères, petits-enfants de la babouchka. Hamid, 12 ans est celui qui parle le mieux anglais. Il me montre ses livres d’école et me cite les noms de tous les joueurs de football français. Le dîner se partage assis par terre autour d’une table basse. Un trou dans le sol fait office de toilettes et un tuyau d’arrosage suffit pour se doucher.

Maxina et sa mère / Maxina cuisine sous les yeux de la babouchka 
4

Au petit-déjeuner, je rencontre les frères de Maxina, Aziz et Laziz, qui m’emmènent faire un petit tour autour du lac avant de repartir.

Lac Chorvok Suv Ombori

Je pars ensuite me promener seule dans le village trouver une route qui mène au lac.

Sur le chemin, je vois un bébé âne à l’agonie dans la boue. Je ne peux pas passer à côté sans rien faire. De l’eau! Il n’est pas difficile de trouver des bouteilles vides à proximité. Je cours au lac les remplir. Quand je reviens, je le crois mort... Non! Je verse de l’eau dans sa bouche, il relève la tête. Des gens me voient et viennent vers moi, je leur demande s’ils savent à qui il est, mais non. Le père et ses enfants me regardent faire des aller-retours au lac pour aller chercher de l’eau. La petite bête se relève, ouf! On le passe dans leur champs à côté, il tient debout mais est toujours affaibli. Je l’emmène dans un coin ombragé où il y a un peu d’herbe, en espérant qui mange et reprenne des forces. En repartant je supplie les locaux de s’occuper de lui. Je ne sais pas si ce petit âne a survécu. J’ai voulu le sauver mais je me demande si au final je n’ai pas fait que de lui donner quelques heures en plus de souffrance... 😢

Lac Chorvoq Suv Ombori 

Après deux heures de marche, je reviens "à la maison", Maxina et sa mère m’invitent à déjeuner.

Quand les enfants reviennent de l’école (qui termine à 13h), Hamid me propose d’aller jouer au foot avec ses amis. Nous montons jusqu’au terrain dans les montagnes.

après-midi football avec les enfants du village

Lors du dîner toute la famille est là, les parents d’Hamid nous rejoignent également. On danse même la macarena!

5

C’est l’heure des adieux, après le petit-déjeuner, le même chauffeur de taxi qui m’a amenée jusqu’ici est là et me ramène sur la route de Tachkent. Il tient absolument à ce que j’aille chez lui boire un thé car sa femme et sa fille m’attendent. On dirait que je n’ai pas le choix... je reste une petite heure avec eux et repars en taxi jusqu’à Tchirchik puis en bus à Tachkent.

Je m’arrête au niveau de la mosquée Minor au passage que je n’avais pas eu l’occasion de voir la première fois.

TACHKENT - mosquée Minor 

En repartant quand je demande mon chemin à un monsieur avec sa femme et leur bébé, il me dit qu’ils rentrent en taxi et qu’ils peuvent me déposer. Ils me proposent aussi de venir chez eux boire un thé mais je décline l’invitation cette fois, il est déjà presque 19h et je préfère retourner à l’hostel. 3 français sont arrivés hier, nous passons la soirée ensemble ainsi qu’avec le staff de l’auberge.

6

Je veux prendre le train pour Ferghana ou Kokand aujourd’hui et accompagne les français qui vont aussi à la gare pour acheter des billets. Il n’y a plus que des places première classe pour cette destination qui sont bien trop chères et le train ne part qu’à 17h55. Un jeune ouzbek qui parle anglais nous aide à faire la traduction. Finalement je prends un billet pour Samarcande, c’est à l’opposé et le train n’est qu’à 18h03 mais le billet est deux fois moins cher. J’explique à Malikov, le gars ouzbek que j’ai perdu mon portable, il veux m’aider à en racheter un autre. Il doit retourner à l’université avant, je l’accompagne. Je reste un peu dans le self en l’attendant puis nous repartons dans un espèce de bazar où ils vendent des smartphones. Grâce à lui, j’en trouve un d’occasion qui me convient pour un prix raisonnnable. Je prends même une carte sim ouzbek. Ça sera toujours utile. Vers 16h30, je repars en métro vers la gare.

Je retrouve les français de l’auberge qui sont dans le même train et le même wagon que moi. Eux passe la nuit dedans car ils vont jusqu’à Noukous, moi je n’ai "que" 4h jusqu’à Samarcande. Mes copines de compartiments m’invitent à manger avec elles. Elles sont kazakhs et l’une d’entre elles est couturière et me fait essayer ses créations.

défilé de mode dans le train 

Le train arrive à Samarcande vers 22h, je passe la nuit dans la gare.

7

Réveil à la gare. Je range mes affaires et pars pour le centre-ville. Je demande à des policiers que je croise par où aller, ils ne parlent pas anglais mais me font signe de les accompagner. Je monte en voiture avec eux et ils me déposent juste devant le Registan. C’était ce dont je rêvais depuis le début de cette aventure, je me l’étais tant imaginé et j’avais tellement hâte de le découvrir... et il est là, ses 3 médersas se dressent devant moi dans toute leur spendeur. J’en profite pour le visiter dès maintenant, j’ai toujours mon gros sac à dos mais le check-in en auberge ne se fait pas avant 13h-14h.

SAMARCANDE - magnifique Registan sous tous les angles

L’intérieur est plein de petites boutiques, j’en fais le tour et monte au minaret pour admirer la vue.

Je termine la visite vers 12h, je pars chercher un endroit pour manger car je n’ai pas pris de petit-déjeuner ce matin. Je trouve une pizzeria qui fera l’affaire. Puis je rejoins l’adresse de l’hostel que j’ai vu sur booking, il est encore un peu tôt mais ils me disent qu’ils sont prêts pour le check-in.

Je reste me reposer un peu à l’auberge et prends une douche avant de ressortir dans la soirée avec des gens de l’auberge.

8

Visite de Samarcande. L’image de la ville est indissociable de la mythique route de la soie ainsi que du personnage d’Amir Timur aussi appelé Tamerlan, féroce guerrier qui aurait construit un puissant empire dans la deuxième moitié du XIVème siècle. Je commence donc par visiter Gour Emir, son mausolée. Je marche ensuite jusqu’à la mosquée Bibi Khanoum, du nom de sa principale femme et arrive enfin à Shah-i-Zinda, mosquée et mausolées de ses soeurs et autres personnages aux murs recouverts de céramiques toutes aussi belles les unes que les autres.

SAMARCANDE - Gour Emir (mausolée d’Amir Timur) 
SAMARCANDE - mosquée Bibi Khanoum 
SAMARCANDE - mausolée Shah i Zinda

Le soir alors que j’attends la tombée du jour pour voir le Registan éclairé, je rencontre Shaxob et son ami, deux jeunes ouzbeks qui viennent discuter avec les touristes près du Registan pour pratiquer et améliorer leur anglais. Nous allons dîner tous les trois. Ils me raccompagnent jusqu’à l’hostel et me disent qu’ils veulent m’accompagner à Shakhrisabz demain. Eh bien pourquoi pas!

9

Finalement je pars seule, après avoir attendu Shaxob et déjeuné avec lui, il m’annonce qu’il ne peut pas venir. Bon je m’en doutais un peu mais j’ai perdu du temps, j’ai une dizaine de kilomètres à faire pour sortir de la ville. J’ai envie de tenter le stop en Ouzbékistan car je n’ai pas encore eu l’occasion de tester. 2-3km avant d’arriver à l’intersection où je souhaite me rendre, je me fais aborder par un ouzbek de 35 ans qui me parle en anglais. Quand je lui dis que je vais à Shakhrisabz, il me dit lui aussi qu’il veut venir avec moi, que ça fait longtemps qu’il n’a pas parlé anglais et qu’il connait bien le coin, il veut me faire visiter. J’hésite car il me dit qu’il doit retourner chez lui, dans le centre prendre des affaires. Après quelques minutes de reflexion, j’accepte et nous prenons donc le bus dans le sens inverse. Mais une fois dans le centre, il m’annonce qu’il a une réunion de travail ce soir et son chef n’accepte pas qu’il parte. Donc lui aussi m’abandonne et m’a fait perdre du temps. Je me suis un peu énervée contre lui, lui dit qu’il aurait pu téléphoner avant qu’on ne prenne le bus car maintenant il faut que je refasse la route en sens inverse... il est désolé et me raccompagne jusqu’à la route principale en bus avec sa carte pour que je n’ai pas à repayer le trajet.

Il est presque 16h quand j’arrive à la route qui mène à Shakhrisabz et que je commence à faire du stop. Heureusement il ne me faut pas longtemps pour que 2 jeunes s’arrêtent et me déposent à 2km du centre-ville.

sur la route pour Shakhrisabz  

Je contacte Kristina, la belle-soeur d’un couchsurfer que j’avais contacté mais qui se trouve à Tachkent actuellement. Elle parle un peu anglais et nous faisons le tour de la place principale. En son centre encore une statue de Tamerlan, il est encore plus présent ici car c’est sa terre natale, et Aq Saray (le Palais Blanc) a été construit sous ses ordres.

SHAKHRISABZ - ville d’origine d’Amir Temur

Kristina me dit que je peux être hébergée dans la famille de son mari mais qu’ils habitent dans la campagne à 15min de voiture. Ce sera compliqué pour repartir demain, il faudra que j’appelle un taxi pour venir me chercher. Finalement on trouve un hôtel pour se renseigner sur les prix. 140000 soums m’annonce le jeune de la réception. Trop cher même si le petit-déjeuner est compris. Je négocie à 100000 et après un appel il me dit que c’est d’accord, mais sans petit-déjeuner. Ok pas grave, je prends. Je dépose mes affaires dans ma chambre et prend une douche, puis redescends à la réception pour me connecter à la wifi. Finalement je passe plus de temps à discuter avec le jeune de ses envies de voyager et d’étudier à l’étranger. Je lui fais connaître couchsurfing et d’autres sites qui pourraient lui être utiles. Puis je regagne ma chambre un peu plus tard.

10

Il ne me faut pas très longtemps pour traverser Shakhrisabz. Je fais du stop pour Guzar dans un camion qui n’avance pas bien vite. Moi qui pensais que ça aurait été rapide, on me dépose à Guzar à l’heure du déjeuner. Je mange dans un resto à l’intersection principale puis je reprends mon stop pour Termez, ville située près de la frontière afghane où m’attendent des couchsurfers. Un afghan justement qui retourne dans son pays après un petit tour en Ouzbékistan me prend en stop. La route montagneuse que l’on traverse est magnifique.

sur la route de Termez 

Elyor and Ulug'bek, mes couchsurfers viennent me chercher en taxi. Nous arrivons au restaurant d’Ulug’bek qui sera ma "maison" pour les deux nuits à venir.

11

Sur les conseils d’Elyor, je pars visiter le mausolée At-Thermizi et Fataz-Tepa, un ancien complexe monastique Boudhiste. Son voisin, Karatepa est malheureusement trop proche de la frontière afghane pour être visité.

TERMEZ - mausolée At-Thermizi 
Fataz-Tepa 

Puis je fais du stop pour Krik Kiz, un autre endroit recommandé par Elyor où l’on peut voir les vestiges d’une anciennes forteresse.

TERMEZ - Kirk Kiz

Une grosse voiture noire commandée par Ulug’bek m’attend à ma sortie pour me ramener au resto où je déjeune un plov végétarien.

Dans l’après-midi nous préparons la salle du restaurant pour l’anniversaire d’une des serveuses. Nous passons la soirée en danses et en chansons.

12

Après le petit-déjeuner, je retraverse les paysages qui m’ont tant plu à bord d’un camion.

sur la route de Guzar 

Je déjeune encore une fois à Guzar. Aux regards des gens, je vois qu’ils sont moins habitués aux touristes dans ce petit village mais ils sont tout aussi accueillant. Les enfants me saluent tous d’un grand "Hello".

En allant reprendre le stop pour Boukhara, une voiture s’arrête et un monsieur m’invite à y monter, il me dit qu’il m’a aperçue à Termez hier. Il me demande combien je lui donne pour aller à Boukhara, je lui explique le principe de l’auto-stop, ça n’a pas l’air de lui plaire, il préfère me déposer à Karchi. Un monsieur me "sauve" de 3 jeunes avec qui je refuse de monter quand je vois leur façon perverse de me regarder et qui reviennent à 2 reprises devant moi. La route jusqu’à Boukhara est longue car il s’arrête régulièrement. Il veut que je conduise sa voiture, ce que je fais sur une centaine de kilomètres. A la façon ouzbek, j’utilise la totalité de la voie pour éviter le plus possible les nids de poules et les dos-d’âne...

J’arrive à Boukhara vers 21h, je vais directement à l’hostel que j’avais réservé pour 2 nuits.

13

Visite de Boukhara, autre ville importante sur la route de la soie. Moi qui rêvais de Samarcande me voilà encore plus enchantée par Boukhara. Toute aussi touristique, ses quartiers populaires font aussi partie du paysage contrairement à Samarcande.

BOUKHARA  
14

Je sors de Boukhara à pied pour tenter de rejoindre Khiva ou Ourgentch. Deux monsieurs m’emmènent sur une quinzaine de kilomètres, puis une deuxième voiture avec aussi 2 hommes s’arrête et je monte à bord. Je réalise après quelques minutes que le passager est complètement ivre. C’est un jeune de 30 ans qui commence à être très lourd avec moi. Je suis assise derrière lui car l’autre côté est occupé par des sacs poubelles contenant je ne sais quoi. Il passe son temps à se retourner à vouloir m’embrasser et me toucher avec ses mains dégueulasses. Le conducteur s’énerve sur lui et fini même par freiner brusquement, vu que les ceintures de sécurité ne servent qu’à décorer, il est projeté en avant et moitié assommé. Au moins je suis tranquille jusqu’à ce que nous faisons une pause déjeuner. À ce moment nous "échangeons" les sacs poubelles à l’arrière contre un monsieur qui quand il sort son argent, le mec bourré lui prend des mains. Un autre arrive et commence à se battre. Forcément, l’alcolo qui a déjà du mal à tenir debout fini par terre la paumette en sang. Nous repartons (je suis devant cette fois) et après que le chauffeur ait fait un bon kilomètre en sens inverse sur l’"autoroute" pour faire le plein dans une station qui se trouvait de l’autre côté de la route, nous faisons une deuxième pause où le mec bourré traverse la route sans regarder et est tout près de créer un accident car des voitures ont dévié et pilé pour l’éviter. Le chauffeur est dépité, la banquette arrière est plein de sang et de bière.

Finalement nous arrivons sains et saufs à Urguentch, le chauffeur me dépose le temps qu’il ramène l’autre à sa destination mais il n’a pas l’air de savoir où c’est... il revient me chercher une demi-heure plus tard et m’emmène à l’auberge de Khiva.

15

Visite de Khiva, dernière des villes phares et touristiques avec Boukhara et Samarcande. Plus petite, le centre est pour moi le plus mignon malgré les boutiques de souvenirs un peu trop nombreuses. Son minaret en haut duquel je monte est le plus haut d’Ouzbékistan.

KHIVA 

Je retourne à l’auberge dans l’après-midi récupérer mon sac, puis je fais du stop pour Ourguentch. Il n’y a que 20km mais j’ai eu une réponse d’un couchsurfer qui peux m’héberger. Quand j’arrive au supermarché où il m’a dit qu’il était, je retrouve Carlos, un espagnol que j’avais rencontré quelques jours plus tôt à Samarcande. Il me dit qu’il attend son couchsurfer lui aussi. Le même que moi! Dilshod arrive et nous emmène chez lui où il vit avec sa femme, sa mère et leur petit de quelques mois. Nous dînons puis allons dans un parc pour promener leur chien.

16

Dilshod nous a demandé si on voulait rencontrer des enfants pour discuter un peu en anglais avec eux. Il nous emmène donc dans les locaux du supermarché où il a créé un centre de formation linguistique. Quand nous arrivons, les enfants sont en train de chanter. Nous nous présentons avec Carlos puis passons une petite heure à échanger avec des questions simples pour les faire pratiquer un peu.

cours d'anglais pour les enfants ouzbeks

Dilshod nous dépose ensuite à la sortie de la ville. Carlos et moi prenons le même camion pour les premiers 20km puis je descends pour aller en direction de la forteresse Ayaz-Qala. Mes premiers pas dans le désert...

Ayaz-Qala 

Sur la route pour Noukous, je suis invitée à boire un thé chez les gens qui m’ont pris en stop. Xushnid, un jeune dans 25 ans avec ses parents. Je rencontre sa soeur et son frère et il nous repartons faire un tour pour visiter deux autres forteresses proches de chez lui.

Kyzyl-Qala 
Topraq-Qala 

Ils me demandent de rester dormir cette nuit. N’ayant rien réservé d’autre, j’accepte. Je ne sais pas si c’était prévu ou si c’est parce que je suis là, mais d’autres membres de la famille arrivent dans la soirée (oncles, cousins, cousines...)

Ma famille d’accueil près de Boston 
17

Stop pour Noukous. Il parait qu’il y a un super musée ici mais je ne m’y arrête pas. Je fais juste un pause déjeuner. Puis je marche pas mal avant de trouver une voiture pour Qo’ng’irot, puis une deuxième pour Moynaq. Ici, où autrefois se trouvait une mer, ne gisent plus aujourd’hui que quelques carcasses de bateaux. Voilà le désolant paysage qu’offre ce petit village. Un mémorial y a été construit comme pour dire "RIP mer d’Aral"... et des touristes viennent se recueillir devant ce qui est considéré comme l’une des plus grosses catastrophes écologiques de notre temps.

MOYNAQ - mémorial de la mer d’Aral 
MOYNAQ - mer assechée au coucher du soleil

Je plante ma tente ici pour la nuit.

18

Je redescends en stop à Qo’ng’irut puis prends la direction de la frontière Kazakh. Mes chauffeurs m’invitent à déjeuner dans leur famille.

Les 3 enfants de la famille ouzbek qui m’a accueillie pour le déjeuner  

Le jeune homme dont j’ai oublié le nom me redépose sur la route principale. Quatre heures plus tard après une route interminable dans le désert (droite, plate et en piteux état), j’arrive à la frontière. Il y a un hôtel-restaurant. Je demande au monsieur qui m’a pris en stop de me déposer là. Je passerai la frontière demain, car le prochain village n’est qu’à 100km... et puis je n’ai pas vraiment envie de quitter ce pays... Mais demain direction le Kazakhstan 🇰🇿, un nouveau pays pour de nouvelles aventures. A bientôt 😉

19
Rouge: train / Jaune: autostop 

***MY BEST OF UZBEKISTAN***

-Tachkent

-Chorvoq Suv Ombori lake 💕: Nanai

-Samarkand: Registan / Bibi Khanoum / Gour Emir / Shah-i-Zinda 💕

-Shakhrisabz 💕

-Termez

-Boukhara 💕

-Khiva 💕

-les forteresses du désert: Ayaz-Qala / Kyzyl-Qala / Topraq-Qala 💕

-Moynaq: Aral Sea

• • •

*VISITES 5,78€

Samarcande (Registan + tour): 30000 sum + 20000 sum / 5,25€

Khiva (minaret): 5000 sum / 0,53€

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

*HEBERGEMENTS 73,06€

Hostel (Tashkent): 3 x 75000 = 23,61€

Hotel (Shakhrisabz): 100000 sum / 10,50€

Hostel (Samarcande): 2 x 80000 sum = 160000 sum / 16,80€

Hostel (Boukhara): 2 x 70000 sum = 140000 sum / 14,80€

Hostel (Khiva): 1x 70000 sum / 7,35€

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

*TRANSPORTS 132.90€

Vol (Moscou > Tashkent): 9736 rub / 124,40€

Metro (2 billets): 2 x 1200 som = 2400 sum / 0,25€

Taxi (Tashkent > Nanai): 10000 sum / 1,10€

Taxi (Nanai > Tashkent): 10000 sum / 1,10€

Train (Tashkent > Samarcande): 57563 sum / 6,05€

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

*ADMINISTRATIF 60€

Visa: 60€

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

REPAS 90€

Environ 5€/jour: 5x18=90€

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_- TOTAL 361.74€ (pour 18 jour)