ESTONIE 🇪🇪 Superficie: 45 300 km2 / Population: 1 300 000 hab / Capitale: Tallinn (450 000 hab) .......... 1 étape par jour / Bilan (itinéraire et budget ) en dernière étape
Du 22 août au 3 septembre 2018
13 jours
Partager ce carnet de voyage
1

(Suite du carnet de voyage IRLANDE)

• • •

J’arrive à l’aéroport de Tallinn à 14h30. Je prends le temps de manger un reste de houmous que j’avais dans mon sac puis sors sous un grand soleil. Je dois me rendre à Haapsalu à l’Ouest du pays car Madara, une couchsurfeuse m’attend là-bas ce soir.

Pour faire du stop, il faut d’abord que je marche presque deux heures pour être sur la bonne route. Mais il y a encore beaucoup de voitures en périphérie de la capitale estonienne et ce n’est pas si simple de sortir d’ici. Au bout d’une demi-heure, un jeune homme s’arrête. Il ne va pas jusque là-bas bien entendu mais il peut m’avancer un peu. Déjà, il parle anglais, c’est pratique car je n’ai pas pris le temps d’apprendre un mot d’estonien... enfin je m’étais fait un papier avec les phrases principales mais je l’ai perdu en route et bien sûr, je ne me souviens de rien.

Il me dépose 10km plus loin, puis un autre monsieur 2-3km après et un troisième enfin m’avance sur une cinquantaine de kilomètres. Je n’avais pas remarqué mais il me fait savoir que je suis à bord d’un corbillard... une première! Il me dépose à une intersection importante où je trouve directement une voiture qui m’emmènera à ma destination finale. Une mère et son fils de 18 ans. Elle ne parle pas anglais mais je communique avec le jeune qui est hyper intéressé et me pose plein de questions sur ma façon de voyager. Ils me déposent à une station essence, d’où je contacte Madara. Elle me donne son adresse et me dit de venir directement chez elle. Elle est lettonne et vit ici avec son copain (lettonien aussi) depuis un an. Ils m’offrent à manger, et une bonne douche.

2

Nous nous levons vers 6h30, Madara m’avait prévenu qu’ils partaient travailler à 7h30. J’ai aussi le droit à un excellent petit-déjeuner (thé, smoothie, toast avocat-tomate). Puis nous nous quittons. Je pars visiter la ville car je n’en ai pas eu l’occasion hier. Je passe par le château et me promène sur le bord de mer.

HAAPSALU - château 
HAAPSALU 

Deux heures plus tard je sors par le sud. Mon objectif est d’aller à Saaremaa aujourd’hui, la plus grande des îles estonienne. Deux monsieurs me font faire les 50 premiers kilomètres, mais cette fois aucun des deux ne parlent anglais...je me doutais bien que ce genre de situation aurait fini par arriver. Un autre monsieur s’arrête et me dit qu’il va à Saaremaa aussi. On arrive juste à temps pour le ferry. Je pensais que c’était un pont que rejoignait l’île au continent mais non. La traversée dure un vingtaine de minutes. Quand il me demande où je veux aller exactement, je lui réponds que je souhaite visiter au moins Kuresaare et Koguva. Il me dit qu’il se rend à Kuressaare aussi mais qu’il doit faire 4 arrêts de 10 minutes dans certains villages. Il est commercial et doit s’arrêter dans quelques des supermarchés qui vendent ses produits. Pas de problème! Nous arrivons vers 12h30 à Kuresaare. Il me dépose près du château, mais je pars finalement chercher un endroit pour manger avant. Je ne me sens pas très bien. J’ai mal à la tête depuis que je suis partie d’Hapsaalu et maintenant au ventre. Je n’ai pas vraiment faim mais j’ai envie de me poser.

A peine arrivée dans le resto 🤢 (oui, j’ai décidé de ne pas t’épargner les détails...), je file aux toilettes et 🤮.

Bon au moins je me sens un peu mieux maintenant... et commande une pizza.

Je vais ensuite visiter le château et les alentours.

KURESAARE - château  

Je me souviens d’un cratère sur cette île, j’ai encore du temps donc je décide de m’y rendre en stop. Je trouve quelqu’un qui m’y emmène directement. Le cratère Kaali aurait été formé par une météorite il y a environ 7500 ans.

cratère Kaali 

Le tour est vite fait donc je repars en direction de Koguva, un village de pêcheurs. Je me dis que je trouverai un pub là-bas pour manger et trouver un endroit pour dormir via internet. Mais quand un monsieur me dépose au "village", je suis surprise de n’y voir que 2 maisons. En bois et traditionnelles, l’une est un restaurant, l’autre un gîte. Je ne m’attendais pas à ça bien que c’est ce qui fait tout le charme de cet endroit. Il fait beau, pas grave je vais dormir en tente. La dame du resto me dit qu’ils ont un plat végan, je commande et prends mon temps pour rester jusqu’au coucher du soleil.

KOGUVA 

Après un bon nombre de photos, je vais planter ma tente un peu plus loin.

3

Je fais du stop jusqu’au port pour prendre le ferry et prendre la direction de Pärnu, principale ville balnéaire du pays. Un jeune s’arrête et décide de dévier son trajet pour m’y déposer. "Ça ne me change pas grand chose" qu’il me dit. Il a fait pas mal de stop et connait les galères. Mais j’avoue que jusque là en Estonie c’est pas tellement galère.

Il me dépose dans le centre. Je cherche l’adresse du resto VG que j’ai vu sur HappyCow. Il est à peine midi mais je n’ai pas pris de petit-déjeuner, j’ai un peu faim. Je me connecte au hangout de couchsurfing et reçois un message d’un certain Hommie, un pakistanais qui vit là. Il me propose de m’héberger mais m’informe qu’il part travailler à 15h et qu’il ne termine qu’à minuit. Je lui demande si je peux au moins déposer mon gros sac chez lui. Il me donne son adresse et son numéro de téléphone et me dit de l’appeler quand je suis au pied de son immeuble. Je marche les 3km qui séparent son appart’ du centre-ville. Mais quand j’arrive à son adresse je me souviens que les messages via le hangout ne sont lisibles qu’en étant connecté contrairement aux messages normaux. Mince, je n’ai pas noté son numéro, et impossible du trouver une connexion dans le coin. Il est 14h10. L’immeuble numéro 25 qu’il m’a indiqué a plusieurs portes et elles ne sont pas si proches les unes des autres, je n’ai aucune idée de par laquelle il va sortir. J’attends quand même devant le bâtiment en espérant le croiser quand il partira bosser...

Un peu après 14h30 quand je vois mes chances de le croiser s’amenuiser, je vois quelqu’un qui pourrait lui ressembler, je regarde en sa direction, il me regarde. Une fois, deux fois... je mets mon sac sur mon dos pour être plus reconnaissable, finalement il s’aperçoit que c’est moi. Il est complètement désolé que j’aie attendu si longtemps mais c’est totalement de ma faute. Nous remontons vite fait à son appart’ pour y déposer mon sac comme prévu, mais n’avons pas trop le temps de discuter car je ne veux pas le mettre en retard. Il part en bus et je repars dans le centre-ville à pied. Je fais un tour du centre historique puis prends la direction de la plage. J’y reste un bon moment, profite du soleil et trempe même mes pieds dans l’eau.

PÄRNU 
PÄRNU - plage 

En début de soirée je retourne dans le centre et me promène tout en regardant les menus des restaurants mais c’est toujours un peu la même chose... Finalement, je reviens à ma première idée qui était de retourner dans le même resto que ce midi. Les quiches me donnaient envie m’ai j’avais opté pour autre chose. Ce sera l’occasion de les goûter 😋. Je me reconnecte au hangout car ça risque d’être long d’attendre jusqu’à minuit et je trouve une française, Claire, pour aller boire un verre. Nous nous donnons RDV dans un parc après dîner.

Au moment où je marche vers le parc, un orage arrive et il se met à pleuvoir d’un coup. Je m’abrite dans une terrasse de restaurant, me reconnecte au wifi et vois que Claire a aussi trouvé refuge dans un café. Elle me donne l’adresse et je la rejoins.

Nous passons deux heures ensemble avant qu’elle ne retrouve son hostel et moi, Hommie à l’hôtel où il travaille.

PÄRNU  

Il est à la réception du Hedon, le plus gros hôtel de la ville. Il termine quelques minutes plus tard et nous rentrons à pied chez lui. Il pleut toujours un peu mais les gouttes sont plus fines. Hommie vit ici dans le cadre de ses études et est hébergé par une locale.

Il avait préparé son lit pour moi ce soir en me disant qu’il dormira par terre mais ça ne me met pas trop à l’aise. Mon matelas est confortable, je lui dis qu’il gardera son lit et je préfère gonfler mon matelas en milieu de la pièce. Je prends une douche, nous discutons encore un peu et nous couchons enfin.

4

Je me réveille un peu plus tard que d’habitude. Hommie est déjà levé. Nous prenons un petit-déjeuner avec les quelques biscuits qu’il me reste. Puis je pars vers 10h00 pour tenter de rejoindre Viljandi. Un premier monsieur me dépose à une intersection puis deux jeunes super cool me déposent dans le centre de Viljandi où je participe à la visite guidée gratuite de la ville proposée par l’office de tourisme. Nous passons par les principaux monuments dont les ruines du château que je tenais à voir.

VILJANDI 

A 14h30, je tente d’aller à Otepää où je suis emmenée par un couple d’estonien qui ne parle pas un mot d‘anglais. Une fois dans le centre, je trouve une connexion pour voir s’il y a une auberge dans le coin. Pas d’hostel non, mais une chambre à 20€ se trouve à 300m d’où je suis. Je réserve via booking et suis 5min plus tard à la réception. Je dépose mes affaires et repars pour faire un tour jusqu’au lac.

OTEPÄÄ - lac 

Je remonte un peu plus tard, m’arrête dans une pizzeria au passage puis rejoins ma chambre. J’apprécie une bonne douche rien que pour moi et une bonne nuit de sommeil sans ronfleurs...

5

J’espérais que le bar soir ouvert pour y prendre un petit-déjeuner mais non. Il y a une bouilloire dans la chambre, je fais chauffer de l’eau et me prépare un thé que j’accompagne de cookies. Ça fera l’affaire pour ce matin. Une fois prête je sors et rejoins la route qui va vers Vorü. Au passage je vois une petite église, un monsieur ouvre les portes juste quand je suis devant, il m’invite à rentrer pour visiter aussi l’intérieur.

OTEPÄÄ - église 

Après cela, un couple de russe me prend en stop et me dépose à l’entrée de Vorü. Le centre ville est en travaux, je le traverse juste pour rejoindre l’autre côté de la ville. Il n’y a pas grand chose à voir.

VORÜ  

À la sortie de la ville je vois un supermarché ouvert, j’en profite pour faire quelques courses car je n’ai plus rien à manger dans mon sac, on est dimanche et ma prochaine destination, Rõuge est un petit village dans lequel je ne suis absolument pas sûre de trouver des commerces.

Je mange déjà une partie de ce que j’ai acheté et repars sur la route.

Deux mecs s’arrêtent, je ne pense ps qu’ils allaient à Rõuge au départ mais c’est pourtant là qu’ils me déposent. Ils me font cadeau d’une bouteille de pétillant que je refuse d’abord car je n’ai pas de place dans mon sac mais ils insistent et je fini par la prendre avec moi. Me voilà bien avec ça!

Alors que je range un peu mon sac, prends quelques photos du lac et lis les panneaux d’information de la région, je vois deux gars nager. Ils ont l’air de faire une course. Et quand ils arrivent au niveau de la "plage", l’un d’eux me salue au loin. Puis vient vers moi et me demande si je veux faire un sauna. Je suis un peu prise au dépourvu mais je me souviens avoir lu que les saunas étaient une tradition ici. Je me dis que c’est l’occasion où jamais de tester. Je monte dans leur voiture, un couple d’amis à eux est à l’avant. Nous sommes donc 5. Ils sont tous de Tallinn, mais ils viennent régulièrement ici car la grand-mère d’un d’entre eux y a une maison. Nous repartons donc vers la maison de vacances située à 2km du lac, principal lac de Rõuge, et le plus profond d’Estonie.

L’endroit est super! Ils avaient commencé à préparer un barbecue avant de foncer se rafraîchir dans le lac après une séance de sauna. Je mange un peu avec eux puis nous allons dans le sauna. L’eau qu’ils versent sur les galets est agrémentée d’ail ou de lavande. Puis avant la 3ème séance ils préparent la voiture et quand nous sortons du spa nous filons vers le lac ou je plonge avec eux bien sûr.

RÕUGE - séance sauna improvisée chez les locaux 
mes copains estoniens 

Nous retournons à la cabane, je reste encore une petite heure en leur compagnie.

Je les salue (on se reverra peut-être à Tallinn) et pars finir de visiter le village. Je comptais rejoindre ma prochaine étape aujourd’hui, mais quand je vois un parc à la sortie du village aménagé d’un observatoire (tour-nid), de huttes qui seront parfaites pour passer la nuit, et de toilettes près de la boutique, je me dis que je vais rester ici.

RÕUGE 

Quand arrive la tombée du jour, il commence à pleuvoir. Je vais dans une des huttes et y plante quand même ma tente pour ne pas être embêtée par les moustiques qui m’ont déjà bien attaquée ces derniers jours.

6

Au moins la nuit a été sèche dans la hutte et la tente est vite pliée. Je pars en direction de Süür Munamagi: "la colline de l’oeuf" (en estonien) est le plus haut sommet de ce plat pays avec ses 318m. Il n’y a pas beaucoup de voitures sur ces petites routes de campagne mais la première s’arrête et la conductrice me dépose au pied de la colline. Il me reste juste un demi kilomètre à faire à pied pour l’atteindre. Une tour de 30m de haut permet d’apprécier la vue car avec la hauteur des arbres, impossible de voir l’horizon sans y grimper. Contrairement à la tour de Rõuge qui est libre d’accès, celle-ci est munie d’un ascenseur et payante. Et elle n’ouvre qu’à 10h. Comme il est tout juste 9h, je me promène un peu dans le bois autour. Et à 10h, quand c’est ouvert je vais à la réception. On peut également monter par les marches pour 4€ (contre 6€ avec l’ascenseur), ce que je fais.

Süür Munamagi (sommet de l’Estonie)

Je fais du stop pour Vastseliina mais là encore, la route n’est pas très fréquentée et il me faut 3 voitures et 5km de marche pour arriver au château.

VASTSELIINA - château  

De là, je me dirige vers Piusa, petit village où des grottes de sables furent construites près d’une carrière en activité à partir de 1922 et pendant un demi-siècle. Les grottes de Piusa forment un réseau de plus de 20km de long et sont le lieu d’hibernation de plusieurs espèces de chauves-souris que malheureusement nous ne pouvons pas voir à cette période de l’année.

PIUSA - grottes de sable 

Toujours un peu perdue au milieu de nulle part, je tente de rejoindre un endroit un peu plus vivant. Je marche vers le Nord, sur une route qui coupe la fôret en deux, il n’y a personne ici. Je repense à ce que j’ai lu quelques jours plus tôt: les fôrets d’Estonie sont peuplées de cerfs, sangliers, rennes mais aussi d’ours et de lynx. Et je me demande ce que je ferais si je me trouvais face à un ours... pas le temps de répondre à ma propre question, j’entends une voiture arrivée, ah même deux d’un coup! Je vois la première s’arrêter un peu plus loin pour laisser la seconde doubler. Je cours et m’assoie à côté de Fee, une estonienne d’une trentaine d’année et Freia-Linda, sa fille de 3 ans qui est à l’arrière. Elles vont à Tartu, je comptais m’y rendre demain mais je profite de l’occasion pour gagner du temps. Nous passons le trajet à parler voyage et chanter des chansons de Disney. Quand nous arrivons à destination, Fee m’indique la route du centre-ville, et me laisse ses coordonnées au cas où je ne trouverai pas d’endroit pour la nuit.

J’arrive dans le centre vers 18h, je cherche l’adresse du resto végan vu sur Happycow, et le trouve enfin. Je commande et envoie quelques demandes d’hébergement sur Couchsurfing. Même pas une demi-heure plus tard George, un égyptien qui vit ici depuis 3 ans me retrouve dans le resto, car il passait à côté au moment où il a lu mon message. Nous allons deposer mes affaires chez lui, je prends une douche puis nous sortons un peu plus tard nous promener dans la ville et boire une bière.

7

Après un bon petit-déjeuner, nous partons pour une longue promenade dans la ville mais de jour cette fois.

TARTU 

5 bonnes heures de marche plus tard, je propose à George qu’on aille faire quelques courses pour cuisiner quelque chose chez lui. Nous rentrons vers 17h et je me mets à faire un dhâl. Finalement, il est plus de 18h quand nous passons à table. Ce sera un "dinjeuner".

Nous ne nous couchons pas trop tard car je veux partir tôt demain matin.

8

Après avoir salué George, je marche toujours vers le Nord en direction de Narva, mon objectif de la journée. Une première dame me dépose à Alatskivi, où j’en profite pour faire le tour du château.

ALATSKIVI - château
ALATSKIVI  

Une seconde à Mustvee sur les rives du lac Peipus, immense lac qui sépare l’Estonie de la Russie. A partir de là d’ailleurs, les gens ne parlent plus anglais mais russe. Il me faut presqu’un quart d’heure pour trouver quelqu’un qui parle anglais dans un supermarché!

MUSTVEE 

J’avais pensé m’arrêter à Johvi, mais ce sera pour demain car le dernier monsieur qui s’arrête va directement à Narva. Il me dépose aux portes de la frontière russe. Je vais me promener dans l’enceinte du château d’où on peut apercevoir celui d’Ivangorod qui lui fait face.

NARVA - château de Narva / château d’Ivangorod 
passage de la frontière russe-estonienne 

Depuis le château, où il y a la wifi je trouve un hostel pas loin à moins de 10€ la nuit. Je réserve et m’y rend quelques minutes plus tard alors qu’il commence à bien pleuvoir. Je ressors juste pour y faire des courses pour pouvoir cuisiner ce soir. Quand je rentre à l'auberge, j’entends parler français, ça faisait longtemps... C'est Hervé, un monsieur de l’Ain qui vit à Saint-Petersbourg depuis plusieurs années et qui reste discuter avec moi le temps de mon repas.

9

Après le petit-dej, je file faire un tour dans la ville que je n’ai pas eu le courage de visiter sous la pluie hier.

NARVA 

Je rentre à l’auberge de jeunesse manger mes restes d’hier et repars en direction de Johvi. Il faut d’abord que je marche plus de 5km pour sortir de la ville car en plus la route est en travaux, il y a des bouchons et je dois avancer encore un peu. Enfin 2 gars qui vont à Jõhvi m’y déposent mais il n’y a pas grand chose à voir, je pars donc pour Rakvere, avant d’arriver dans le parc national de Lahemaa.

JÕHVI  
RAKVERE 

Un jeune me dépose à Altja, un petit village de pêcheurs où je comptais y passer la nuit en tente.

ALTJA 

Mais il est encore un peu tôt alors je décide d’aller jusqu’au prochain village à pied. J’arrive à Vergi une heure plus tard. J’y trouve un coin sympa pour camper.

VERGI 
10

Réveillée à 7h par un rayon de soleil, j’hésite à sortir de ma tente vu le nombre impressionnant de moustiques qui m’attendent derrière la moustiquaire. Mais à un moment il faut bien y aller. Je m’asperge d’anti-moustiques, mais ça n’empêchera pas les plus féroces de me piquer même à travers mon legging et vite je quitte cette endroit et commence à marcher vers Vosu. Quand j’entends une voiture, je lève le pouce et un monsieur m’y emmène. Ensuite j’aimerais visiter Viru Bog (les marécages de Viru) et je trouve quelqu’un qui m’y dépose. Il y a une randonnée de deux heures qui passe sur les passerelles des marais. Je me lance, le temps est agréable, j’adore l’endroit 😍

VIRU - marécages 

Je me rapproche de la capitale mais j’aimerais faire une dernière halte car j’ai vu qu’il y avait une cascade sur la route entre Viru et Tallinn. La dame qui me prend en stop me dépose à la sortie de la route principale. J’ai 3-4km encore à faire à pied avant d’apercevoir la cascade de Jägala.

JÄGALA - cascade 

Une dame qui visite aussi la cascade avec ses deux jeunes enfants me ramène sur la voie expresse et enfin un monsieur me fait faire les derniers kilomètres en stop de ce périple estonien. Il me dépose tout près du centre historique de Tallinn.

Je me renseigne auprès de l’office de tourisme des resto végans car mon tel n’a plus de batterie. Je sais qu’il y en a plusieurs mais je n’ai noté ni noms, ni adresses. On m’en indique un tout proche et je m’y rend directement. Je charge mon portable le temps du repas et réserve un lit en hostel quand j’ai terminé.

Je rejoins l’hostel et dépose mes affaires. Quand je sors de la douche, j’entends 3 filles parler en espagnol du camino, je me joins à leur conversation. Un peu plus tard je pars faire un tour de la vieille-ville et passe au passage par un supermarché.

TALLINN 

Je cuisine et passe la soirée à l’auberge.

11

Ils avaient annoncé de la pluie mais finalement il fait beau ce matin. Je fait une promenade de 3h sur le port et jusqu’au parc Kadriorg.

TALLINN - parc Kadriorg 

Quand je reviens dans la vieille ville, je décide de monter dans la tour de l’église St Olav.

TALLINN - vue depuis le clocher de l’église St Olav

Je trouve un autre petit resto vegan pour déjeuner. Puis je reviens à l’hostel me reposer et laver du linge. Je ressors un peu plus tard dans la soirée avec des gens de l’auberge.

12

Journée de repos aujourd’hui avant mon vol demain. Je fais mon check-out à l’auberge mais y laisse mon sac à dos la journée et reviens même utiliser la cuisine à l’heure du déjeuner. Je sors boire un verre avec des couchsurfeurs dans l’aprem et passe par deux belvédères que je n’avais pas encore eu l’occasion de voir.

TALLINN - Old Town

En début de soirée, je récupère mon sac à dos à l’auberge et pars marcher le long de la promenade de Pirita à l’est de la ville qui rejoint le stade de foot.

TALLINN - promenade de Pirita au coucher de soleil 

C’est là que je retrouve les estoniens qui m’avaient invitée à faire un sauna avec eux après leur match. (voir étape 5). Nous allons boire un verre puis ils me déposent à l’aéroport un peu plus tard pour que j’y passe la nuit vu que j’ai un vol demain à 10h.

• • •

(Suite des aventures au carnet de voyage RUSSIE)

13
mon tour d'Estonie en stop 

-Haapsalu (château)

-Kuressaare (château)

-Koguva 💕

-Parnu

-Viljandi (château)

-Otepää

-Vorü

-Rõuge 💕 (+ Süür Munamagi)

-Piusa (grottes de sable)

-Tartu

-Alatskivi

-Mustvee

-Narva (château)

-Rakvere

-PN de Lahemaa (Viru Bog 💕)

-Jägala (cascade)

-TALLINN (vieille ville 💕)

• • •

VISITES 18€

Kuressaare (château): 6€

Suur Munamagi (tour): 4€

Piusa (grottes): 5€

Tallinn (clocher de l’église St Olav): 3€


HÉBERGEMENTS 49,40€

Otepää (chambre): 20€

Narva (hostel): 9,40€

Tallinn (hostel): 2X10€ = 20€


TRANSPORTS 37€

Vol (Dublin -> Tallinn): 31€

Ferry (Virtsu -> Kuivastu): 3€

Ferry (Kuivastu -> Virstu): 3€


REPAS 180€

Environ 15€/jour: 15x12=180€


TOTAL: 284.40€

• • •

Meilleur moment: Le spa avec les locaux à Rõuge suivi de la baignade dans le lac (ETAPE 5)

Pire moment: la route pour Kuressare car malade tout le long