Carnet de voyage

Algarve

8 étapes
26 commentaires
 avec 
C
cathyj
8 jours pour découvrir cette région au printemps
Du 3 au 11 mai 2023
9 jours
Partager ce carnet de voyage
3
mai

Dès notre départ, le ciel bleu nous a accompagnées, pendant tout le vol jusqu'à Faro. Là, en plus du ciel bleu, la chaleur nous accueille. Il fait 25 degrés !

Après une petite route et un pic-nic, nous arrivons dans les faubourgs de Lagos à la Quinta Dos Caracois. Une installation rapide et nous voilà parties pour visiter le centre historique de Lagos, vieille cité carthaginoise et romaine. 😉

Une belle promenade le long du port, nous conduit à l'embouchure du fleuve.

Une des plus anciennes forteresses de l'Algarve en contrôle l'accès.

La ville était aussi ceinte de remparts, dont il reste une porte et quelques murs. La ville sera bien animée dans les jours prochains; une fête médiévale était en train de s'installer au pied de ceux-ci.

Dans la vieille ville, nous admirons plusieurs bâtiments dignes d'intérêt.

Eglise Santa Maria
Marché aux esclaves 1440
Eglise Santo Antonio

La balade dans la cité est agréable, ponctuée de diverses ambiances.

La ville propose un circuit reprenant 40 œuvres de street art.

Les plages font aussi partie du charme de Lagos.

Nous terminons la journée par un sympathique apéro et un risotto de marisco.

4
mai

Pour entamer notre première journée complète, nous mettons le cap à l'ouest vers la ville de Sagres. Située sur l'un des 2 caps du Sud-Ouest, elle est comme isolée du reste de l'Algarve.

Cette ville est renommée pour sa forteresse bastionnée construite au 15e siècle par l’Infant Henri, le Navigateur, qui y mourut en 1460. Sa présence fit de Sagres un site à part dans l’histoire du Portugal, associé à l’imaginaire des Grandes Découvertes , qui lui valut sa renommée mondiale.

Au-delà du panorama spectaculaire sur l’océan et le Cap de Saint-Vincent, on peut encore reconnaître parmi les bâtiments sur le promontoire, la tour citerne, une muraille coupe-vent, les anciens logements et la caserne, ainsi que l’ancienne église paroissiale de Nossa Senhora da Graça.

Le promontoire sur lequel se dresse la forteresse est composé de calcaire érodé par la mer et le vent. Cette érosion provoque des grottes marines visibles depuis leur sommet effondré. La flore est aussi typique de cet environnement assez hostile (vent, sel, chaleur...)

Un musée tout récemment inauguré et utilisant les dernières technologies visuelles, nous replonge dans l'âge d'or des découvertes maritimes portugaises. Grâce à elles, la vision du monde a totalement changé en 80 ans ! Cette forteresse a en effet été une école navale d'où sortirent les principaux explorateurs de la première moitié du 15ème siècle ainsi qu'un bateau léger et maniable qui allait conquérir les océans : la caravelle.

Nous poursuivons notre route encore plus à l'ouest vers le Cap Saint Vincent. Le bout du monde n'est pas loin et il serait dommage de passer à côté ! En effet ce cap est situé à l'extrémité de la pointe sud de l'Europe.

Il est 16 h ... nous nous mettons à la recherche d'un endroit sympathique pour pique-niquer . Nous arrivons à la plage Da Cordoama; spot pour les parapentistes. Nous assistons au ballet des voiles multicolores dans le ciel, rythmé par le bruit des vagues

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons dans le village de Vila do Bispo, charmante localité aux habitations typiques d'Algarve, blanchies à la chaux avec un encadrement coloré et surmontées d'une cheminée en dentelle.

Nous arrivons un 1/4 d'heure trop tard pour visiter la chapelle gothique de Nossa Senhora da Guadalupe (13ème siècle) où d'après divers témoignages, Henri le Navigateur (toujours lui 😉) venait prier.

5
mai

Après la côte, cap sur l'intérieur des terres et la sierra de Monchique où nous randonnons sur les traces de vieux moulins ... inaccessibles ou invisibles !

Toutefois, nous découvrons des chênes liège, activité de base de la région.

Nous sentons les eucalyptus, et nous émerveillons devant les "plantes mathématiques". 😉 Nous parcourons des sentiers entre petites exploitations agricoles et cultures en terrasse.

Avant notre retour sur Monchique, nous croisons le couvent de Nossa Senhora do Desterro, bâti en 1631 dans le style manuélin à la suite d'une promesse de marins.

Monchique est une petite cité paisible, accrochée à flanc de colline, point de départ de nombreuses randonnées. La vie semble s'y écouler tranquillement autour de la place principale.

Nous terminons la journée par la visite de Silves, ancienne capitale de l'Al-Gharb musulman ("à l'ouest" de l'Andalousie).

Dominée par sa forteresse maure en grès rouge, Silves était un foyer culturel au développement comparable à celui de Lisbonne.

Elle fut par la suite, capitale de l'Algarve, redevenue chrétienne, jusqu'en 1577.

Nous en visitons les deux monuments principaux qui sont dans une proximité lourde de sens : la cathédrale chrétienne et la forteresse maure.

La cathédrale gothique a été construite dans le grés local rouge, ressemblant à celui utilisé pour la cathédrale de Strasbourg.

Les murs de la forteresse qui domine la ville sont impressionnants et bien préservés. Le soleil du soir met en évidence leur couleur rouge.

La citerne souterraine, actuellement recyclée en lieu d'expositions, pouvait autrefois, abreuver 12OO personnes pendant une année ... elle fut utilisée jusque dans les années 80.

C'est aussi la région des cigognes, nous en avons croisé plus d'une !

6
mai

Départ à 9h30 pour rejoindre au plus vite le musée de Portimão dédié à l'histoire locale et donc aux fabriques de conserves de sardines. Il trouve place dans une ancienne conserverie. La muséographie est résolument moderne et attractive. On est presque incollables sur la fabrication des boites métalliques et sur le procédé de mise en conserve des poissons (étêtage, cuisson, lavage, mise en boites et stérilisation...)

Le travail est pénible et peu régulier...il dépend en effet de la pêche de la sardine. Néanmoins pour fidéliser les travailleuses, le patron met à leur disposition une crèche d'usine.

Sur le quai tout proche, les cigognes utilisent tous les supports élevés pour nicher !

La suite du programme est plus sportive : nous avons décidé de faire la randonnée des "7 vallées suspendues" , reliant, entre ciel et mer, les Praia De Vale Centianes et celle Do Marinha. Le chemin serpente à flanc de falaise et offre des points de vue saisissants. Des criques de sable blond sont entourées de formations géologiques impressionnantes. D'après plusieurs guides, c'est la plus belle randonnée d'Algarve !

Demain nous quittons l'ouest de l'Algarve pour filer de l'autre côté de Faro vers la frontière espagnole.

7
mai

Pour cette étape de transition, nous faisons 2 haltes. La première est la villa romaine de Milreu et la seconde le centre d'interprétation du Parc Naturel de Ria Formosa.

à Milreu, les ruines romaines sont celles d'une importante exploitation agricole du 4 ème siècle. La maison patricienne comprenait des thermes, des pressoirs à huile et à vin ainsi que diverses annexes.

Nous avons apprécié la qualité des mosaïques retrouvées sur le site dont la plus célèbre recouvrant une baignoire des thermes (assez rare car Cathy n'en connaissait pas de pareille 😉)

Le site intègre également un temple dédié vraisemblablement à une divinité de l'eau

En nous rapprochant de notre destination finale, nous atteignons le "Centre d'éducation environnementale de Marim" . Nous allons y effectuer un parcours de découvertes des habitats qui composent le parc naturel de Ria Formosa, une partie de sa faune et de sa flore ainsi que la marque des hommes dans le paysage.

Nous avons aussi découvert plusieurs témoignages d' exploitations par les hommes de cet environnement particulier et ce depuis l'Antiquité.

moulin à marées
fabrique romaine de "garum"
noria

Le parc naturel de Ria Formosa s'étend sur 60 km le long de la côte algarve. Il se caractérise par un système lagunaire protégé de la mer par un cordon dunaire.

Nous logons à Fuzeta, au centre de ce parc. Ce village de pêcheurs présente deux visages; celui plus traditionnel et populaire autour du port et celui plus balnéaire, le long des plages.

C'est promis, demain on prendra l'apéro sur la terrasse de notre studio !

8
mai

Nous passons la journée dans la magnifique ville de Tavira. Installée de part et d'autre de la rivière Gilão, Tavira nous a séduites par ses ruelles blanchies, ses maisons fleuries, ses églises, son ancien pont et ses quais où il fait bon se balader.

Rive droite : centre ville

Se concentrent à cet endroit, la vieille ville et ses bâtiments les plus emblématiques.

L'église de la Miséricorde, considérée comme le plus bel édifice Renaissance de l'Algarve

Entre les églises, au détour des ruelles et des places, se dévoilent des belles demeures particulières ou des couvents transformés en hôtels de luxe.

De la fortification maure ne subsistent que quelques remparts enserrant aujourd'hui un beau jardin public.

Eglise de Santa Maria do Castelo

Cette impressionnante église fut construite à l'emplacement d'une ancienne mosquée. Son clocher attire l'oeil tout comme le château d'eau voisin qui propose une vue de Tavira projetée à 360° en temps réel.

Eglise de Santiago

S'il y avait bien une église à ne pas manquer, c'était bien celle-ci. Elle aussi bâtie à l'emplacement d'une ancienne mosquée par l'ordre militaire de Saint Jacques, elle fut reconstruite après le tremblement de terre de 1755 mais plus modestement vu le manque de moyens financiers.


Voici d'autres églises, couvents et ermitages découverts lors de notre balade en ville

ermitage Saint Sébastien
église des Carmes
ermitage saint Blaise

Rive gauche

Nous franchissons le fleuve pour flâner rive gauche dans un Tavira plus populaire. L'occasion pour nous de contempler le pont "romain" à marée basse et à marée haute et de voir la vieille ville et ses clochers dans son ensemble.

Sur les quais réaménagés où maintenant déambulent les visiteurs, on trouve l'ancien marché municipal totalement restauré.

L'oeil des photographes a été attiré par les couleurs vives des arbres et plantes en pleine floraison ...

Juste avant de repartir, nous faisons un crochet par les salines de la ville qui font également sa réputation.

9
mai

Journée en 2 volets : le matin randonnée au départ de Fuseta sur les traces des contrebandiers dans la lagune de Ria Formosa; nous passons quelques heures de l'après-midi dans la ville voisine d'Olhão.

Au programme ce matin : une randonnée de 11 km le long des salines et retour par l'intérieur des terres. L'occasion pour nous de vérifier nos connaissances ornithologiques et sur les arthropodes 😉

Pour cela nous empruntons en partie l'Ecovia n°1 (route cycliste qui longe la côte de l'Algarve) ainsi que le PR 13 appelé "le chemin des contrebandiers"

Vu la température élevée aujourd'hui (+/- 30°C), nous avons apprécié de marcher avec la brise marine nous rafraichissant quelque peu.

Lors du retour, nous croisons les restes d'une tour édifiée pour prévenir des attaques de pirates.

Nous décidons l'après-midi de rejoindre la ville d'Olhaõ. Dans celle-ci, nous suivons le parcours des églises , celui des placettes et des maisons typiques.

Nous nous promenons le long du quai réaménagé qui mène de l'ancien marché aux nouvelles marinas.

Si la ville construit de grands complexes touristiques en périphérie, nous espérons qu'elle pourra mettre les mêmes moyens pour restaurer certaines maisons du centre historique qui en vaut la peine.

Nous clôturons la journée par un sympathique resto de grillades de poissons à côté de la mini-capitainerie du port de Fuseta

10
mai
10
mai

Nous consacrons notre dernière journée à la visite de la jolie ville de Faro.

La veille ville, dans son enceinte d'origine, se concentre autour de sa cathédrale et de son château.

Au pied de celle-ci, se trouve le port.

Nous rejoignons l'église des Carmes et son insolite chapelle des os. La visite de ce lieu lugubre était en total contraste avec les cris joyeux des enfants de l'école maternelle voisine.

Un détour par le théâtre municipal nous ramène dans l'animation des rues piétonnes. Nous constatons la présence de nombreuses maisons d'inspiration Art Nouveau portugais.

Comme les cigognes, nous reprendrons demain le chemin du retour, laisserons dernière nous les couleurs et la lumière du sud, en espérant vous les avoir un peu partagées. Nous vous remercions de nous avoir suivies !