Circuit en Macédoine grecque (lacs de montagne, ville de Thessalonique, presqu'îles de Sithonia et de Kassandra), puis un bref passage sur la rive nord du golfe de Corinthe.
6 au 19 juin 2017
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Lac Prespa

Lacs Prespa

Le 6 juin, nous entrons en Grèce en camping-car par le petit poste frontière situé entre Bilisht (Albanie) et Krystallopigi (Grèce).

Pour suivre notre parcours depuis la France, voici les liens des carnets de voyage qui précèdent ce récit :

Les Marches (Italie) --- Albanie --- Autour du lac d'Ohrid (République de Macédoine)

La frontière grecque passée, nous suivons la route vers le nord. La région est sauvage. Comme l'indiquent des pancartes en bord de route, on peut croiser des ours et des loups. Nous franchissons un petit col derrière lequel s'offre une belle vue sur le petit lac Prespa. Ce lac de 43 km2 est pour l'essentiel situé en Grèce. Seule une petite extrémité, à l'ouest, appartient à l'Albanie. Nous descendons vers le lac que nous longeons puis empruntons la route qui passe sur le cordon de sable séparant le petit lac Prespa du grand Lac Prespa. C'est au bord de ce dernier que nous décidons de nous installer pour la nuit.

Attention aux animaux sauvages
Attention aux animaux sauvages
Petit lac Prespa
Petit lac Prespa
Grand lac Prespa
Grand lac Prespa
Petit lac Prespa (au centre)  -  Grand lac Prespa (à droite) 

Les 288 km2 du grand lac Prespa sont partagés entre l'Albanie, la Macédoine et la Grèce qui n'en possède que 38 km2. La partie grecque des lacs Prespa, situés tous deux à une altitude de 853 m, constitue un parc national qui abrite de nombreux oiseaux aquatiques tels que pélicans, cormorans, grues et autres espèces. Nous pouvons les observer à loisir au lever du jour.

Cormorans sur le grand lac Prespa
Cormorans sur le grand lac Prespa
Pélicans sur le grand lac Prespa
Pélicans sur le grand lac Prespa
Pélicans sur le grand lac Prespa
Pélicans sur le grand lac Prespa
Pélicans au-dessus des lacs Prespa
Pélicans au-dessus des lacs Prespa
Pélicans et cormorans sur le grand lac Prespa 

Nous poursuivons la route qui se termine au petit village de pêcheurs de Psarades niché dans une anse profonde du grand lac Prespa. Les maisons sont de style traditionnel avec des balcons en bois.

Maison traditionnelle du village de Psarades
Maison traditionnelle du village de Psarades
Poubelle pélican au village de Psarades
Poubelle pélican au village de Psarades
Pélicans dans le port de Psarades
Pélicans dans le port de Psarades
Village de Psarades 

Nous revenons vers le petit lac Prespa. Entre les roseaux, une passerelle flottante nous permet d'aller sur l'îlot d'Agios Achillios. On y trouve plusieurs églises byzantines dont celle de St Achille.

Cormorans sur le petit lac Prespa
Passerelle sur le petit lac Prespa
Barque échouée sur l'îlot Agios Achillios
Cochons sur l'îlot Agios Achillios
Eglise St Achille sur l'îlot Agios Achillios
Cochons sur l'îlot Agios Achillios
Îlot Agios Achillios 
2

Nous quittons les lacs Prespa et repartons vers le sud. A une soixantaine de km nous arrivons à Kastoria, ville située sur une presqu'île du lac du même nom. Nous trouvons un endroit calme au bord du lac pour passer la nuit.

Ville et lac de Kastoria
Ville et lac de Kastoria
Oies sur le lac de Kastoria
Pélican sur le lac de Kastoria
Oies sur le lac de Kastoria
Ville et lac de Kastoria 

Le lendemain nous visitons la vieille ville située dans les hauteurs de la presqu'île.

Kastoria, surnommée " ville aux cent églises " possède un riche patrimoine byzantin. On y trouve de belles demeures anciennes. C'est aussi, depuis des siècles, un centre de fabrication de pelleteries. Elle est connue comme capitale des fourreurs. On aperçoit parfois sur les trottoirs des peaux qui sèchent au soleil.

Eglise Agioi Anargyroi
Eglise Agios Stefanos
Demeure ancienne de style ottoman
Séchage de peaux dans une rue de Kastoria
Kastoria, ses églises, ses demeures anciennes et ses peaux 

Nous quittons Kastoria en direction de Thessalonique, située à 200 km, en passant par la ville d'Edessa. En bord de route, nous apercevons des cigognes perchées au sommet des lampadaires.

Cigognes
Cigogne
Cigognes au bord de la route 
3
3
Thessalonique

Thessalonique

A Thessalonique, nous trouvons un emplacement en bord de mer au sud de la ville pour stationner et passer la nuit.

De cet endroit, le lendemain matin, nous partons à vélo vers le centre ville. Une piste cyclable suit le front de mer, large et bien aménagé, sur lequel ont été installées " Les Ombrelles " sculpture moderne de Giorgios Zongolopoulos.

" Les Ombrelles " de Giorgios Zongolopoulos
" Les Ombrelles " de Giorgios Zongolopoulos
" Les Ombrelles "  de Giorgios Zongolopoulos

Un peu plus loin, c'est la statue d'Alexandre le Grand, ce roi de Macédoine conquérant, considéré comme celui qui a permis la diffusion de la civilisation grecque.

Statue d'Alexandre le Grand
Statue d'Alexandre le Grand
Statue d'Alexandre le Grand 

Puis la Tour Blanche. Autrefois appelée " Tour de Sang ", lorsque des prisonniers y furent massacrés sous le règne turc, la tour fut blanchie en signe de purification lors de la prise de la ville par les Grecs en 1912.

La Tour Blanche
La Tour Blanche 

Un peu plus loin, nous atteignons la place Aristotelous, une grande esplanade qui fait jonction entre la mer et la ville

Place Aristotelous
Place Aristotelous
Place Aristotelous
Place Aristotelous

Depuis cette place, nous nous enfonçons dans les rues de la ville et faisons un tour par le marché central.

Marché central
Marché central
Marché central
Marché central
Marché central de Thessalonique 
4

Après cette parenthèse urbaine à Thessalonique, nous prenons la route direction Sud-Est qui mène en Chalcidique, cette péninsule avec ses trois presqu'îles allongées qui s'enfoncent dans la mer Egée : Kassandra, Sithonia et le Mont Athos.

A partir de Nea Moudania, nous longeons le golfe Toronéen jusqu'à Nikiti. C'est ici que débute la presqu'île de Sithonia.

Sur la rive Ouest de la presqu'île, un peu en-dessous de Nikiti, nous passons l'après-midi sur une très jolie plage : Agios Ioannis Beach.

Agios Ioannis Beach
Agios Ioannis Beach

Dans la soirée, nous passons sur la rive Est vers Ormos Panagias où nous trouvons une autre plage. Un spot tranquille pour passer la nuit et profiter, toute la journée du lendemain, d'une plage peu fréquentée. Nous sommes ici au bord du golfe Singitique et de l'autre côté du golfe, face à la plage, se profile la presqu'île du Mont Athos.

Plage vers Ormos Panagias
Bord de plage vers Ormos Panagias
La lune se lève vers Ormos Panagias
Plage vers Ormos Panagias
Vers Ormos Panagias 

Le jour suivant, il pleut. Nous en profitons pour pousser une reconnaissance jusqu'à Ouranoupoli. dernière localité avant la république monastique du Mont Athos.

Nous empruntons à pied un chemin sur 2 km avant de nous trouver face une grille qui interdit l'accès au site du Mont Athos. Comportant 20 monastères, c'est un lieu totalement interdit aux femmes (et aux animaux femelles). Quant aux hommes qui souhaitent visiter, ils doivent pouvoir justifier d'une raison religieuse ou culturelle pour faire une demande d'autorisation. Nous n'irons pas plus loin.

Chemin entre Ouranoupoli et le Mont Athos
Plage vers le Mont Athos
Plage vers le Mont Athos
 A partir de cette plage, commence la république monastique du Mont Athos

Sur la route du retour, un coup d'oeil lointain sur la montagne sacrée en descendant sur le petit village de Pirgadikia.

Pirgadikia
Pirgadikia et, au loin, le Mont Athos

Nous reprenons la côte Est de la presqu'île de Sithonia à la recherche d'un emplacement pour bivouaquer. Pas possible d'accéder à Vourvouros Bay. Route bloquée pour cause de tournage d'un film. Finalement nous nous arrêtons plus au Sud au bord de la petite plage de Platania. Baignade et balade à pied en bord de mer le lendemain matin. Vu d'ici, le Mont Athos qui culmine à 2030 m parait beaucoup plus majestueux.

Mont Athos vu depuis Platania
Plage de Platania
Côte vers Platania
Côte vers Platania
Mont Athos vu depuis Platania
La plage de Platania, la côte environnante et la vue sur le Mont Athos 

Dans l'après-midi, nous poursuivons la route côtière jusqu'au Sud de la presqu'île en passant par la plage de Sikias et le village de Kalamitsi. En basculant sur la côte Ouest, nous arrivons à Porto Koufo. Un petit chemin étroit nous permet d'accéder à un bel emplacement tranquille entre une petite lagune et la mer.

Lagune de Porto Koufo
Bivouac entre la lagune et la baie de Porto Koufo
Lagune de Porto Koufo 

Un endroit calme au fond d'une crique protégée. Quelques voiliers sont venus y faire étape.

Crique de Porto Koufo
Crique de Porto Koufo 

Le lendemain, nous remontons la côte Ouest vers le Nord. Un peu après la station touristique de Toroni, nous empruntons une piste plus ou moins carrossable qui longe plusieurs criques sauvages. Nous faisons halte pour la journée et la nuit au bord de l'une d'elles.

Azapiko beach
Azapiko beach
Azapiko beach
Azapiko beach
Azapiko beach
Azapiko beach 

Le lendemain matin, nous rejoignons la route normale que nous suivons en direction du Nord afin de terminer notre boucle autour de la presqu'île.

Avant de quitter Sithonia, nous ne pouvons résister à un petit détour par la plage d'Ormos Panagias, notre point de départ sur la côte Est, pour une pause déjeuner et une dernière baignade dans les eaux turquoise du golfe Singitique.

Plage vers Ormos Panagias
Plage vers Ormos Panagias
Plage d'Ormos Panagias 
5

La presqu'île de Kassandra débute au sud de la ville de Nea Moudania. Nous descendons par la côte Est. La côte est beaucoup moins sauvage que sur Sithonia. Beaucoup d'hôtels et de villas de vacances. Pour trouver un coin tranquille en bord de mer, nous devons descendre plus bas que Pefkochori. Nous contournons une lagune pour nous installer vers la plage. L'eau est moins belle qu'à Ormos Panagias. Il y a des algues et on ressort poisseux après la baignade.

Le lendemain, nous descendons jusqu'à Xina, à la pointe Sud-Est de la presqu'île.

Xina
Xina
Xina 

La route s'arrête à la petite chapelle Agios Nikolaos, perchée sur un promontoire face à la presqu'île de Sithonia. On aperçoit le Mont Athos derrière Sithonia.

Agios Nikolaos
Agios Nikolaos
Agios Nikolaos 
Vue sur Sithonia depuis la chapelle d'Agios Nikolaos
Vue sur Sithonia et le Mont Athos

Nous passons sur la côte Ouest que nous remontons jusqu'à sa moitié pour faire étape au bord de la plage vers le Cap Possidi.

Cap Possidi
Cap Possidi

L'endroit est calme. Petite balade à pied sur la langue de sable jusqu'à l'extrémité du cap. Le matin, baignade, mais le temps gris ne nous incite pas à rester plus longtemps.

6

Il nous reste 3 jours avant de reprendre le bateau à Patras. Il est temps de commencer à faire un bout de route.

Nous remontons jusqu'à Thessalonique pour descendre ensuite vers le Sud. Après une pause déjeuner en bord de mer à Methoni, nous prenons la route qui passe par Katerini puis nous bifurquons en direction de la chaîne montagneuse du Mont Olympe. Gros orages et coulées de boue sur la route en grimpant un col à plus de 1000 m.

Ensuite, passage par les villes d'Elassona, Larissa (nid de cigognes sur le toit d'une église), Farsala, Domokos et Lamia.

Nid de cigognes vers Larissa
Nid de cigognes vers Larissa
Nid de cigognes vers Larissa 

Nous faisons une halte bivouac à Stilida au bord du golfe Maliaque.

Le samedi 17 juin, nous quittons le golfe Maliaque en direction du golfe de Corinthe. Voulant éviter l'autoroute, nous nous perdons un peu à la sortie de Lamia. Pour sortir de la plaine, nous grimpons par une petite route peu fréquentée lorsque soudain, en voulant changer de vitesse, " Crac ! " : rupture de la pédale d'embrayage.

Arrêt immédiat. Appel de l'assistance à qui nous indiquons nos coordonnées GPS. Malgré cela, le dépanneur local n'arrive pas à trouver notre route. Nous arrêtons une des rares voitures qui passent par là, un couple de personnes âgées habitant dans le coin mais ne parlant que le grec. Nous les mettons en contact par téléphone avec le dépanneur. Après 10 minutes de discussion dans leur langue, nous sommes enfin localisés. Le camion de dépannage arrive un peu plus tard.

Panne d'embrayage vers Lamia 

Il nous emmène dans un petit garage de Lamia, la ville la plus proche. C'est le début du week-end et nous sommes inquiets pour notre bateau qui est réservé pour lundi. Mais pas de panique. Un samedi, pendant l'heure du déjeuner, le garagiste réussit à démonter la pédale, aller chercher je ne sais où une pédale neuve d'origine Fiat et la remplacer. 150 € (pièce et main d'œuvre) + 2 cafés frappés offerts. C'est aussi cela la Grèce !

Et en début d'après-midi, nous voici à nouveau sur la route. Nous franchissons la chaîne du Mont Parnasse. En descendant sur l'autre versant, un coup d'œil au petit village d'Eleonas qui marque le début de la vallée du Pleistos, une grande vallée plantée d'oliviers qui mène à la mer.

Eleonas
Eleonas 
7

Nous arrivons à la station balnéaire d'Itea, au bord du golfe de Corinthe, où nous faisons quelques courses.

Puis nous longeons le golfe vers l'Ouest jusqu'à Galaxidi, notre étape du jour, une charmante petite ville ancienne avec un port abrité. Baignade puis soirée restau au port de Galaxidi.

Eglise St Nicolas
Oies dans les rues de Galaxidi
Eglise St Nicolas
Poulpe grillé
Galaxidi 

Dimanche 18 juin, temps pluvieux. Nous continuons le long de la côte.

Arrêt déjeuner à Marathias. La mer est un peu agitée mais le temps finit par s'arranger.

Front de mer de Marathias
Sur le front de mer de Marathias
Front de mer de Marathias
Front de mer de Marathias 

Etape suivante un peu avant Naupacte. Bel emplacement en bord de mer face aux montagnes du Péloponnèse qui s'élèvent au-dessus de la rive opposée du golfe de Corinthe. La baignade dans un tel paysage est un régal.

Bord de mer vers Naupacte
Péloponnèse vu depuis la plage vers Naupacte 

En fin de journée, le soleil se couche derrière la ville de Naupacte.

Coucher de soleil au-dessus de Naupacte
Vieux grément à Naupacte
Naupacte 

C'est l'heure de l'apéro. L'Ouzo, apéritif local, est tout indiqué. Dans le lointain, on aperçoit le pont Rion-Antirion que nous emprunterons demain pour rejoindre Patras.

Apéro à Naupacte
Pont Rion-Antirion
Apéro à Naupacte, face au pont Rion-Antirion

Le lendemain, c'est le jour du retour. Un dernier bain matinal dans le golfe s'impose. Puis nous suivons la plage à pied pour aller visiter Naupacte (Nafpaktos).

Le nom médiéval de cette ville, fortifiée par les Vénitiens au 15e siècle, est Lépante. Il évoque la célèbre bataille navale qui se déroula dans le golfe de Patras en 1571.

Plage de Naupacte
Vue sur le Péloponnèse depuis Naupacte
Eglise orthodoxe de St Paraskevi à Naupacte
Le front de mer de Naupacte (à gauche et au centre) et l'église orthodoxe St Paraskevi  (à droite)

L'entrée du petit port de Naupacte est protégée par deux ouvrages fortifiés.

Le port de Naupacte
Statue à l'entrée du port de Naupacte
Le port de Naupacte 

Au pied des fortifications, une statue de Miguel de Cervantes (l'auteur de Don Quichotte) qui participa à la bataille de Lépante. Il y perdit l'usage de la main gauche, ce qui lui valut le surnom de " Manchot de Lépante ".

Statue de Miguel de Cervantes
Port de Naupacte
Statue de Miguel de Cervantes  (à gauche)  -  Port de Naupacte (à droite)

Nous quittons Naupacte pour rejoindre Patras.

Finalement, nous décidons de ne pas traverser le golfe par le pont. Nous l'avons déjà emprunté lors de voyages précédents, notamment le lendemain de son inauguration en août 2004. Cette fois, nous emprunterons le ferry. Lorsqu'on n'est pas pressé, c'est une meilleure solution, car on a le temps d'admirer le pont pendant toute la durée du trajet. La traversée est aussi un peu moins coûteuse que par le pont.

Pont Rion-Antirion vu depuis le ferry
Ferry devant le pont Rion-Antirion
Pont Rion-Antirion vu depuis le ferry
Traversée en ferry entre Antirion et Rion 

Le pont Rion-Antirion est un pont à haubans de 2883 m qui relie le Péloponnèse à la Grèce continentale entre les deux villes de Rion et Antirion.

L'ouvrage a détenu pendant quatre mois le record de la plus grande longueur de tablier haubané avec ses 2 252 m avant de se faire dépasser par le viaduc de Millau (2460 m).

Pont Rion-Antirion
Pont Rion-Antirion 

Après cette traversée, il ne nous reste plus que 15 km pour atteindre l'embarcadère de Patras. Mais avant d'embarquer, il faut faire quelques provisions, entre autres d'Ouzo et d'huile d'olive, et faire le plein de gasoil (moins cher qu'en Italie).

Départ du ferry de Minoan Lines à 20h30 avec 1h30 de retard. Direction Ancône en Italie (arrivée prévue demain à 15h30 - nous y arriverons à 18h00).

Le soleil se couche sur le golfe de Patras. Adieu la Grèce. 😥 A la prochaine fois !

Sur le ferry dans le golfe de Patras
Sur le ferry dans le golfe de Patras
Coucher de soleil sur le golfe de Patras
 Sur le ferry de Minoan Lines au départ de Patras pour Ancône

Si ce récit vous a plu, vous aimerez peut-être aussi notre carnet de voyage de septembre 2015 : Grèce - Le tour du Péloponnèse

Vous y trouverez également des informations utiles pour les traversées entre l'Italie et la Grèce avec un camping-car.