Pour cette nouvelle édition 2019, notre choix s'est porté sur le Verdon. Point de départ La Foux d'Allos où débute le cours d'eau jusqu'à Castellane soit un peu plus de 130 km de marche.
Du 20 au 25 juillet 2019
6 jours
Partager ce carnet de voyage

Encore une nouvelle édition de randonnée en itinérance! Jonathan après une année de pause reprend le sac, les bâtons et la tente pour sillonner avec son frère et Alexis les chemins de France. Plus les années passent et plus les choix de parcours s’amenuisent... Mais la France est riche de GR et pour cette-fois nous nous adhérons à un thème sympathique après avoir lu le récit du grand trek du Verdon. Et si nous aussi nous partions à poursuite de ce cours d’eau réputé pour ces gorges? La randonnée complète dépasse les 200km ce qui nous semblait difficilement atteignable en une semaine. C’est pourquoi nous avons limité l’aventure de sa source à Castellane, soit un peu plus de 130km que nous allons tâcher de raconter en ces quelques lignes.

J0

Grande nouveauté cette année, nous avons utilisé une voiture pour nous rendre sur le lieu de départ de notre randonnée. La fin de la carte Jeune et les prix des billets de train nous ont forcé à changer nos habitudes du rail.

Partis de Clermont-Ferrand, nous avons récupéré Jonathan en gare TGV de Valence puis nous avons filé en direction de Digne-les-Bains. Initialement, nous devions y prendre un train (horaires disponibles ici) pour Thorame-Haute. Malgré un départ bien matinal, nous n'avons pas pu y être à l'heure et nous sommes allés directement à Thorame-Haute en voiture. Un bus nous a ensuite déposé à la Foux d'Allos qui marque le début de notre randonnée.

Après quelques renseignements pris à l'office de Tourisme, nous avons décidé d'aller voir les sources du Verdon situées à une petite heure de marche. Malgré l'heure tardive (17h) pour entamer une journée de marche, nous avons traversé la station de ski pour récupérer un sentier balisé et monter en direction des sources proches d'une cabane de berger.

Puis, nous décidons de poursuivre le chemin en direction de la Tête de la Sestrière (2575 m) qui offre un superbe panorama sur la vallée d'Allos, l'Ubaye & la Grande Séolane (le gros caillou en arrière-plan). Nous sommes restés une dizaine de minutes pour profiter et prendre quelques clichés avant de redescendre, par le même chemin, vers la Foux d'Allos pour prendre un premier apéro mérité.

Nous sommes ensuite repartis pour trouver un endroit où bivouaquer pour la nuit. Après un quart d'heure de marche en direction d'Allos, nous avons trouvé un champ à l'écart de toute civilisation. Bien que l'étape du jour fut courte, elle fut intensive car nous marchions assez rapidement voyant le temps passer et le soleil baisser lentement mais sûrement. Puis comme chaque premier jour de rando il y a une phase de rodage pour se remettre dans le bain de la marche avec un sac, assez lourd, sur les épaules. Nous avions donc bien transpiré mais malheureusement, nous n’aurons pas pu nous doucher ce soir.

Le cumul du long trajet en voiture et de notre escapade nous a fortement entamé. Repas à 22h & couchés vers 22h30.

Emplacement

La Foux d'Allos

Coucher

Bivouac

Temps sur le GR

17h00 – 21h30 (temps de pause compris)

J1

Réveil à 6h15 pour ce "vrai" premier jour de randonnée. Le temps est parfait, nous allons en direction d'Allos en suivant le GR de Pays (GRP) Tour du Haut-Verdon. Hier, en passant à l'office de tourisme, nous avons appris qu'un trail (22 km & 45 km) empruntait le même sentier. L’objectif est simple pour nous sur cette matinée, nous nous sommes levés tôt pour arriver à Allos avant les trailers et afin de ne pas se retrouver au milieu d’une course qui aurait ralenti tout le monde.

Hormis quelques patous (seulement 6 ou 7) un peu trop zélés qui ne voulaient pas nous laisser passer, le GRP ne présente pas de difficultés majeures, et alterne des passages à flanc de montagne dans les cailloux, dans les champs ou dans le forêt. C’est d’ailleurs ce qui nous permet d’enchainer les kilomètres très rapidement.

Nous sommes arrivés à Allos qui est traversé par le Verdon vers 11h30, l’objectif est atteint puisque nous arrivons 1/4 d'heure avant l'arrivée du vainqueur du petit trail. Nous avons pu voir l'arrivée des 3 premiers concurrents avant de partir en direction du centre-ville. Nous profitons des nombreux commerces pour boire l'apéritif (encore), le temps est très chaud, nous ne manquons pas de nous hydrater 😀. C'est aussi l'occasion d’acheter et consommer des produits frais (saucisses & pastèque) pour le repas de midi. Nous avons trouvé un petit coin derrière la mairie pour manger à l'ombre et claquer une petite sieste sous les arbres.

Après une bonne pause nous repartons sur notre tracé. Pour finir la journée, nous avons l'objectif de bivouaquer au lac d'Allos (2230 m), plus grand lac naturel d'altitude en Europe. Pour y parvenir, nous avons 10 kilomètres avec plus de 800 mètres de dénivelé positif à avaler et une chaleur étouffante à combattre.

La première moitié s'effectue à l'ombre des arbres sans encaisser un dénivelé important. La sortie de la forêt marque l'entrée dans le parc national du Mercantour et le début des choses sérieuses. Le chemin devient beaucoup plus raide, dans les cailloux et en plein soleil. Avec la chaleur, la progression est plus difficile d'autant que des pauses s'imposent à la vue de cascades sur notre chemin mais nous parvenons quand même au parking du lac vers 17h.

Depuis le parking, il faut encore 2 kilomètres et 150 mètres de dénivelé positif pour arriver au lac. Cette dernière portion a été dure à réaliser. Nous avons croisé un garde de l'ONF qui n'a pas manqué de nous rappeler les règles du bivouac dans le parc ("vous connaissez les règles?" 😀). Difficile de passer inaperçu avec de gros sacs de randonnée ! Le lac est un site très touristique, nous avons croisé énormément de familles, de marcheurs mais les randonneurs et leur baluchon se font plus rares dans le coin.

Nous sommes arrivés au refuge du lac d'Allos aux alentours de 17h45. Là encore, l'endroit est superbe et tous les efforts de la journée sont entièrement récompensés. Comme d'habitude, nous prenons un verre pour nous désaltérer au refuge. Nous avons pu prendre une douche bien méritée qui a été gracieusement offerte par les gérants du refuge ! Pour les remercier, nous avons décidé de reprendre une tournée avec deux bouteilles de rosé.

N'ayant plus soif, c'est la faim qui a commencé à nous gagner. Nous avons bivouaqué à 15 minutes du refuge pour respecter les règles du bivouac : être à plus d'une heure de marche des limites du parc ou du dernier accès routier qui correspond au parking du lac.

Le repas du soir a été rapide et le repos bien mérité devant certainement un des plus beau (sinon le) bivouac que l'on ait fait depuis notre premier trek sur le GR10. On apprécie le moment en se disant que c'est probablement le "highlight" de la randonnée.

Emplacement

La Foux d'Allos - Lac d'Allos

Coucher

Bivouac

Temps sur le GR

7h00 – 18h00 (temps de pause compris)

J2

Magnifique oui mais confortable... La nuit n'a pas été aussi reposante qu'espérée. En posant les tentes hier, nous avions un peu sous-estimé la pente. Dormir en ayant la sensation de glisser au fond de la tente est assez spécial. Qu'importe, nous nous sommes levés à 6h30 pour partir à 7h. À cette heure, les rayons de soleil atteignent les sommets, les reflets sur le lac sont tout bonnement splendides.

Nous continuons de suivre le GRP du Haut-Verdon pour passer le col de l'Encombrette (2527 m). La montée se fait tranquillement et nous avons l'occasion de voir une étagne (femme du bouquetin) qui mange toute seule en nous observant. Le lac s'éloigne petit à petit mais nous ne cessons de nous retourner, les paysages sont somptueux, nous en prenons plein les yeux !

Après le col, deux bouquetins nous précèdent sur le chemin, ils nous stoppent la route et nous attendons qu'ils se mettent en hauteur pour pouvoir passer et démarrer la longue descente. Nous descendons 1000 mètres d'altitude avant de franchir un cours d'eau à l'aide d'une passerelle. La première partie est assez vertigineuse tandis que la suite s’enchaîne à toute allure. Nous en profitons pour faire une pause pour grignoter et nous reposer quelques minutes.

En repartant, nous avons droit à une montée très sèche qui fait très mal aux jambes : 200 mètres de dénivelé positif sur 1 kilomètre. La suite n'est qu'une descente en direction de Colmars en suivant des chemins ombragés et des pistes de raquettes.

Nous arrivons à Colmars, charmante cité médiévale, peu après 11h. Nous passons à l'office de tourisme pour tenter d'acquérir une carte IGN et avoir des infos sur la suite de notre périple. Initialement, nous souhaitions rejoindre Beauvezer depuis Colmars en passant par le sommet du Laupon (2434 m). La fatigue, la chaleur de la canicule en ce mois de juillet et le dénivelé important (1200 m d+) nous font renoncer et nous choisissons un itinéraire plus direct et moins valloné.

Après la pause déj' & la sieste dans un parc, nous partons en direction de la cascade de la Lance. Depuis Colmars, nous avons mis 30 minutes pour y arriver. La cascade est magnifique et le débit de l'eau est impressionnant. Sur le sol, une pierre nous fait comprendre que le site reste sauvage et qu'il n'est pas forcément très bon de s'y attarder. Jonathan en a profité pour se baigner dans une eau très, très, fraîche.

Nous sommes repartis en direction de Beauvezer en suivant une petite route pendant cinq très longs kilomètres bitumeux. Nous avons franchi le Verdon que nous n'avions pas revu depuis Allos et nous sommes allés au camping les Relarguiers.

Nous avons pu profiter de la piscine & du bar du camping bien évidemment. Malheureusement, le seul restaurant de la ville est à l'opposé du camping, nous n'étions pas motivés à faire plusieurs kilomètres pour nous y rendre. Pas chaud pour les pizzas du camping, nous partons sur un repas classique sorti de notre sac pour terminer cette journée.

Emplacement

Lac d'Allos - Colmars - Beauvezer

Coucher

Bivouac

Temps sur le GR

7h00 – 17h00 (temps de pause compris)

J3

Réveil 6h en restant discrets pour ne pas réveiller tout le camping puis départ par un chemin longeant le Verdon.

Pendant plusieurs kilomètres, le chemin est légèrement vallonné à flanc de montagne. Nous avons traversé le Riou d'Ondres qui a marqué le début d'une longue ascension avec des passages quelque peu délicats. La fin de la montée s'est faite dans des herbes hautes où le tracé était assez difficile à distinguer. Peu de randonneurs empruntent ce chemin. Heureusement, le balisage était irréprochable.

Nous avons bien transpiré pour grimper. En haut, nous avons pris le temps de sécher et de faire un en-cas avant de repartir. Dans la descente, nous avons aperçu de nombreux véhicules stationnés à l'entrée du village Peyresq. Surpris, nous nous y sommes rendus pour voir s'il y avait un événement particulier. Finalement, les véhicules ne peuvent pas circuler dans le village et stationnent à son entrée. Plus tard, nous apprendrons que le village a été entièrement renové par des Belges qui s'y sont installés.

Nous repartons dans l'autre sens en suivant la route goudronnée puis de larges chemins, pas l'idéal pour randonner. La chaleur commence à être pénible, nous avançons à un bon rythme et nous arrivons à la Colle-Saint-Michel vers midi où nous décidons de manger à l'auberge l'Oustalet. La terrasse ombragée fut appréciable. Le repas n'a pas été extraordinaire mais nous a tout de même rassasié. Petite sieste avant de repartir vers la gare de Thorame-Haute en suivant un chemin très large pendant quatre kilomètres.

En moins d'une heure, nous arrivons à la gare où nous retrouvons la voiture. Nous l'utilisons pour descendre au camping d'Allons, dix kilomètres plus bas. Nous déplions les tentes puis nous repartons vers les gorges de Saint-Pierre avec la voiture. Nous aurions dû y passer après avoir passé le Laupon la veille mais le changement de programme a fait sauté cette portion.

En arrivant aux gorges de Saint-Pierre, le temps se gâte et un orage éclate pas très loin. Après cinq minutes de marche, nous faisons demi-tour pour nous mettre à l'abri, la pluie se met à tomber drue. En voyant une légère accalmie, nous décidons de repartir dans les gorges. Nous sommes allés un peu plus loin mais le temps menaçant, la pluie et la chute d'une pierre nous font définitivement partir. Dommage, le site est paraît-il très beau à voir.

Nous repartons avec la voiture en direction du camping où la pluie n'est pas tombée. Après la douche, nous avons passé un long moment à l'apéro puis nous avons mangé dans le restaurant du camping. La patronne nous a même offert le Génépi pour bien finir le repas !

Emplacement

Beauvezer - Thorame Haute Gare

Coucher

Camping L'Adrech

Temps sur le GR

7h00 – 14h00 (temps de pause compris)

J4

Après une nuit apaisée nous partons du camping à 7h avec la voiture pour retourner à la gare de Thorame-Haute. Nous reprenons notre itinéraire où nous l'avions laissé la veille.

Nous suivons un petit chemin qui longe le Verdon et la voie ferrée jusqu'à la gare d'Allons. Peu de dénivelé, nous avançons rapidement. À la gare, nous récupérons une route que nous allons suivre pendant une heure jusqu'à la prochaine bifurcation. Rien de fantastique et peu de marquage, à un tel point que nous pensions ne plus être sur le tracé mais non c'est bien le chemin à emprunter pour Allons. Sur la route, nous remarquons un acharnement envers les poteaux téléphoniques. La moitié est à terre, semble-t-il victimes de vandalisme.

En bifurquant, nous prenons la direction de Saint-André-les-Alpes, qui se trouve derrière la montagne que nous devons franchir. Cela marquera la fin de l'étape du jour. Nous croisons un agriculteur dans son pick-up qui nous informe que ses chiens ne sont pas dangereux. Nous passons près d'eux quelques minutes plus tard et leurs aboiements nous écartent du droit chemin. Car à cet instant, nous aurions dû tourner (quelque part sur la droite) mais nous n'avons pas remarqué le balisage et sommes partis dans la mauvaise direction. Nous avons continué tout droit, à tort, sur une très large route forestière. Durant cinq très longs kilomètres, nous avons enchaîné des virages en épingle, de gros raidillons dignes d'un col du Tour de France. La chaleur étouffante n'a pas arrangé les choses et plus nous avancions plus nous pensions faire fausse route mais nous nous mentions à nous-même fasse à l'effort déjà effectué. Cependant, le constat nous apparut en bout de course, cette route menait dans un cul-de-sac. N'ayant aucun envie de redescendre la route, nous avons décidé de suivre notre instinct et de couper à travers bois pour rejoindre la crête de la montagne. Bien nous a pris, puisque nous avons rapidement rejoint la crête convoitée. Sur cette dernière, le panorama était superbe. Nous surplombons le Verdon, le lac de Castillon et Saint-André-les-Alpes.

Pour arriver à destination, il nous reste dix longs kilomètres et nous sommes presque à sec. Pour la première fois depuis nos nombreuses randonnées, nous passons une étape sans trouver facilement de point d'eau pour se ravitailler. Nous sommes la semaine de la canicule et la chaleur devient épuisante. Cette frustration couplée au manque d'eau nous entraine dans une longue descente dans le silence et sans pause pour en finir rapidement. Dans ces moments-là, tout se joue sur le mental et à ce jeu le trio s'en sort pas mal. Arrivés à Saint-André-les-Alpes nous trouvons enfin le Graal sur une fontaine proche du cimetière municipal. Le temps de faire une pause et apprécier une chose aussi simple que l'eau et nous partions ensuite nous installer au camping les Iscles en début d'après-midi après avoir fait un détour par le supermarché pour le repas de midi. Nous voilà revivre et ça se voit sur nos visages!

Nous avons pu profiter de tout l'après-midi pour nous reposer et bénéficier de la piscine. Jonathan décide de faire de l'auto-stop, et oui cette méthode marche encore, pour rapatrier la voiture de Thorame-Haute et ainsi gagner du temps pour le lendemain. Dans la soirée, nous sommes allés manger à la Table de Marie. Le repas était très bon mais pas évident d'avoir de l'appétit avec une telle chaleur.

Emplacement

Thorame Haute Gare - Allons - St-André-les-Alpes

Coucher

Camping Municipal Les Iscles

Temps sur le GR

7h30 – 14h00 (temps de pause compris)

J5

Dernier jour de notre périple 2019. Pour cette étape, nous avons décidé de profiter d'avoir la voiture pour nous alléger et mettre tout le matériel inutile pour la journée dans le coffre. Exit les tentes, matelas & duvets. Notre sac se résume au strict minimum et c'est surprenant mais très agréable de porter un sac qui pèse moitié moins lourd. Cela se sent dans les jambes mais surtout sur la cadence de cette journée.

En partant du camping, nous longeons la route devant l'hôtel Lac et Forêt puis nous prenons un chemin sur la droite qui reprend de la hauteur. Bien que nous restions à proximité du Verdon et du Lac de Castillon, nous n'aurions que quelques points de vue bien trop rares pour les contempler.

Nous traversons 2-3 hameaux, les vestiges d'une chapelle et son cimetière et passons devant l'entrée du site de la secte du Mandarom, apparement très connue, où des édifices & des statues assez originales sont visibles de loin. La suite de l'étape n'est pas mémorable, nous arrivons à Castellane par un large chemin. Nous arrivons peu après 11h sans prendre la rallonge qui nous aurait amené à la Chapelle Notre-Dame du Roc. Le temps de boire un verre en terrasse pour fêter la fin de cette nouvelle aventure et il faudra déjà préparer le long trajet du retour: voiture pour certains puis bus jusqu'à Marseille puis TGV pour d'autre. La suite, l'année prochaine où de nouvelles surprises nous attendent.

Emplacement

St-André-les-Alpes - Castellane

Coucher

Camping Les Lavandes

Temps sur le GR

7h00 – 11h30 (temps de pause compris)

Cette nouvelle édition s'inscrit dans la suite des éditions précédentes. Sans être transcendante en terme d'effort, c'est une randonnée accessible mais qui répond toujours aux raisons principales de ces semaines d'expédition annuelles: l'appel de la nature, être coupé et s'évader de ce monde de plus en plus connecté.

Lien de la trace de notre Trek du Verdon.

Où?

Verdon

Quand?

20 Juillet 2019 – 25 Juillet 2019 (6 jours)

Comment?

- Aller Paris/Valence: Train puis Valence/Gare de Thorame Haute: Voiture puis Gare de Thorame Haute/La Foux d'Allos: Bus

- Sur place : à pied!

- Retour Castellane/Marseille: Bus puis Marseille/Paris: Train

Hébergement?

- Bivouac !

- Camping Les Relarguiers: Beauvezère

- Camping L'Adrech: La Mure-Argens

- Camping Les Iscles : SaintAndré Les Alpes

- Camping : Castellane

Restaurants testés / Spécialités ?

- Lyophilisés!

- La Colle Saint-Michel: Gîte l'Oustalet

- Saint-André Les Alpes: La table de Marie

Incontournables?

Lac d'Allos, Cascade de la Lance, Lac de Castillon