Histoire de 3 jours de trek autour du Rinjani, deuxième volcan le plus élevé d'Indonésie et parmi les plus beaux treks à faire au monde.
Du 5 au 8 mai 2016
4 jours
Partager ce carnet de voyage

Pour ce trek de 3 jours 2 nuits nous avons choisi l’option de facilité. C’est à dire que depuis Amed nous avons pu acheter un package qui comprenait tout:

  • Transport hôtel-port à Amed (Bali) pour le fast boat
  • Fast boat Amed (Bali) – Bangsai (Lombok)
  • Transport port Bangsai (Lombok) – Senaru (Lombok)
  • La nuit à Senaru avant le trek
  • Le trek 3 jours / 2 nuits avec tente, sac de couchage fourni et repas
  • Le transport Senaru (Lombok) – Gili Air (Lombok)
  • Fast boat Gili Air (Lombok) – Padang Bay (Bali)
  • Transport Padang Bay (Bali) – Ubud (Bali)

Tout cela pour 2 000 000 Rp (130€) sans trop négocier. Je pense qu'il est possible de payer moins cher en prenant tout à part ou en négociant mais comme c’était notre premier achat en Indonésie nous ne nous sommes pas pris la tête. D’un point de vue organisation, nous avons été agréablement surpris. Il faut dire que les Indonésiens fonctionnent avec des morceaux de papiers qui valident notre paiement, et nos différents check point. Ici pas d’internet, tout fonctionne avec ce reçu et certainement le téléphone. Cela peut sembler bizarre car nous avons abandonné ce mode de fonctionnement depuis longtemps mais il fait encore ces preuves.

J1

Nous partons de bon matin d’Amed où notre chauffeur nous emmène de notre bungalow au port pour le fast boat. Un dernier au revoir à nos copains qui iront eux au sud de Bali et c’est parti pour une nouvelle aventure. Avec le fast boat la traversée est rapide: après une halte à Gili Trawangan et Gili Air (pour nous faire envie) nous arrivons en 1h30 à Lombok. A peine sorti du bateau on nous attend avec une pancarte à notre nom, des porteurs se chargent de nos sacs bien que nous voulions les prendre nous mêmes. Ces mêmes porteurs nous demandent ensuite plus de 50 000 Rp pour avoir porté les sacs moins de 50 m contre notre gré, ce que nous refusons mais ils sont tenace et c’est notre organisateur qui se charge de les faire partir. Nous prenons ensuite une voiture direction Senaru, nous voyons au passage de nombreuses rizières et mosquées. Et oui, contrairement à Bali, Lombok est à 80% musulmane.

Arrivée à l’hôtel, nous prenons quartier de nos chambres. Elles sont très rudimentaires mais pour une nuit ca ira. La vue depuis l’hôtel a le mérite d’être belle au moins. Nous mangeons ensuite un morceau au Warung de l’hôtel, qui au passage n’est pas donné et pas très bon, puis nous prenons notre guide « Yani » pour aller visiter les deux chutes d’eaux à Senaru: Sendang Gile et Tiu Kelep (100 000Rp/pers Mais il est possible de trouver le chemin possible et payer seulement le droit de passage à 20 000Rp il me semble). C’est donc parti pour un petit échauffement randonnée dans la forêt pour voir la première qui n’est pas très impressionnante puis la deuxième où s’entasse des dizaines de touristes qui prennent la pose.

Au passage, j’apprends en parlant avec Yani qu’il est également porteur pour le Rinjani. Il a tout juste 18 ans et est l’ainé de trois sœurs. Il s’estime heureux parce qu’il parle Anglais et que cela lui permet d’être porteur et de gagner de l’argent. Gagner de l’argent… un bien grand mot quand on sait que les porteurs gagnent en moyenne 100 000 Rp par jour travaillé (ils font maximum un trek par semaine)… Je le vois également fumer cigarette sur cigarette et ne peux m’empêcher de lui dire que ce n’est pas bon avec l’effort. Il me répond que ca lui donne de l’énergie et qu’il a besoin de trois paquets pour un trek de trois jours/deux nuits. La prévention n’est pas la même en Indonésie qu’en France… Sur le chemin du retour nous avons la chance de croiser une famille de singe. Visiblement nous ne sommes pas avec des singes habitués aux humains car ils nous fuient dès qu’on essaie de les approcher. Nous rentrons ensuite à notre hôtel, le temps d’un repas, puis du briefing pour la randonnée et on part se coucher. Demain réveil 7h pour lé début des hostilités….

J2

On se réveille à 7h pour le premier jour de trek, rapide déjeuner qui nous annonce la couleur pour les 3 prochains jours: une alimentation basique, sans trop de goût mais riche en sucre lent. Une fois prêt, nous montons tous à l’arrière d’un pick-up pour une heure de route. Notre départ sera à Sembalun et non Senaru ce qui change du programme initiale: départ à environ 1000 m, fin du premier jour à 2600 m, deuxième jour très dure avec le sommet le matin (3726 m) puis descente au camp de base à 2600 m, une légère pause déjeuner puis rebelote pour une descente jusqu’au lac et on remonte à 2600 m pour le second camp de base, s’en suit alors le dernier jour avec une longue descente jusqu’à Senaru (600 m).On commence donc notre longue ascension sur un bon rythme et un pente assez douce mais sous une forte chaleur. On a toujours du mal à s’habituer au plus de 30°C, encore plus avec l’effort, et se met à suer rapidement. Arrivé midi une malchance commence à se mettre en place avec le temps: une forte pluie s’abat sur nous pendant le repas puis un épais brouillard s’installe nous laissant apercevoir que les 10 premiers mètres de notre chemin toute l’après-midi… Au passage, nous nous faisons doubler par les porteurs qui contrairement à nous ont entre 30 et 50 kg sur les épaules et marchent en claquettes voir pieds nus! Je leurs tire mon chapeau car avec « seulement » 18 kg (je porte pour deux) sur le dos, des bonnes chaussures de randonnées et des bâtons, j’aurais vraiment peiné cet après midi-là.

Nous arrivons vers 17h à notre camp de base, le brouillard n’a pas bougé de l’après-midi et c’est un peu décevant d’avoir fait tous ces efforts sans récompense. Mais comme par magie, une demie heure après notre arrivée le nuage commence à disparaître nous laissant en spectacle un superbe couchée de soleil sur le lac du cratère (lac Segara Anak). Nous pourrons avoir également un aperçu de ce qui nous attendra le lendemain matin. Ensuite, il fait vite nuit et nous patientons un long moment avant de manger. Effectivement, un de nos porteur est tombé malade pendant la montée de l’après-midi et d’autres porteurs ont donc du aller à sa rencontre pour récupérer le contenu de ses paquets (duvets et aliments). En patientant, Lætitia part se reposer sous la tente tandis qu’un membre de l’équipe (salut la Belgique) et moi nous posons autour d’un feu fait par des Indonésiens et commençons à sympathiser. C’est impressionnant toute cette gentillesse que l’on peut recevoir de leurs parts… Nous mangeons enfin vers 20h, et nous couchons directement mais pas dans les duvets qui sont encore humides de midi. On a donc froid mais on se console car notre calvaire sera de courte durée, demain on se lève à deux heures pour le sommet.

J3

Chose promise chose due, 2h du matin notre guide « Ma-Inn » frappe à la tente. Le temps de boire un thé et nous voilà prêts pour l’ascension du sommet! Heureusement que l’on avait prévu des fruits secs car le petit-déjeuner est servi seulement au retour. On enfile donc nos frontales et c’est parti pour 1000m de dénivelé positif. La grimpette s’avère quand même assez difficile, d’une part car à certains endroits la pente est tellement forte qu’il faudrait presque se mettre à quatre pâtes et d’autre part parce que les billes de pierre volcanique qui sont sur le chemin nous font reculer d’un pas en arrière tous les deux pas en avant. Personnellement, ca s’est bien passé puisque j’avais laissé le sac de 18kg au camp de base mais également car nous avions nos bâtons de marche qui furent d’une grande aide. On remarque quand même sur le chemin des personnes qui n’étaient pas équipées/entrainées pour faire cette ascension, on croise des personnes allongées sur le sol en hypoglycémie, en hypothermie avec couvertures de survie et des personnes à bout d’effort tout simplement. 5h30 nous voilà au sommet à 3726m, par environ 5°C, le soleil commençant à se lever et dévoilant devant nous un paysage tout simplement magnifique. Nous avons une superbe vue sur le lac cratère et le volcan en son centre est fumant. Cerise sur le gâteau, nous voyons l’ombre du Rinjani sur la montagne et la mers en face de nous.

Après quelques photos immortalisant notre exploit nous entamons la descente par le même chemin que la montée. Nous croisons au passage quelques randonneurs qui sont toujours dans l’effort de l’ascension et avons de la peine pour eux car nous savons les efforts qui leurs restent à faire. La descente se fait plutôt facilement, il faut juste faire attention à ne pas glisser. Nous arrivons sur le coup des 9h au campement pour un petit déjeuner des champions afin de repartir de plus belle. Et c’est là que nous avons commencé à perdre Lætitia. Dans sa tête nous avions fini la journée au retour du camp mais malheureusement pour elle la journée finira de l’autre côté du lac à 17h.

Nous rattaquons donc par une longue descente assez technique jusqu’au lac. Elle dure un peu plus d’une heure et après l’effort matinale cela se fait sentir dans les jambes de Laetitia. Tellement que je suis obligé de prendre son sac en plus du mien mais cela fait trop et au bout d’une demi-heure je suis moi-même obligé d’alterner avec Ma-Inn. Nous arrivons enfin au lac pour midi et nous sommes stupéfiés de l’état de la zone de pic-nic. Cela ressemble à une vraie déchetterie. Nous l’avions déjà remarqué la veille et plus globalement depuis le début du voyage mais les indonésiens ont un problème avec les déchets qu’ils laissent un peu partout. C’est vraiment dommage et cela gâche un peu le plaisir surtout dans un parc naturel comme le Rinjani. Je pense que d’ici quelques années cela fera fuir le monde si rien n’est fait avant. Aparté terminée, nous avons le plaisir d’aller aux sources d’eau chaude pour une heure de détente et de fish pédicure pendant que les porteurs nous préparent à manger.

L’après-midi est assez longue et épuisante avec une montée en marches de pierres. La pente est tellement abrupte et dangereuse qu’il y a parfois des rambardes, en plus ou moins bon état, pour aider les randonneurs. Sur cette dernière portion Laeti est au plus mal et il faut multiplier les pauses. Aux alentours des 17h nous arrivons au campement, par manque de chance le lac et le Rinjani sont sous un épais brouillard. Pas de quoi prendre de beaux clichés ce soir là. Après quelques étirements, nous prenons notre repas sous la tente et à 20h on dort déjà. Cette journée aura été épuisante.

J4

Réveil à 7h pour ce dernier jour de randonnée. Le briefing de la journée par Ma-Inn est simple: nous sommes à 2600m et il faut descendre à 600m. C’est donc parti pour 2000m de dénivelé négatif. Avant de partir, je jette un dernier regard sur le Rinjani qui ce matin est découvert. De là où on est on peut également voir les îles Gili (notre prochaine destination) et le mont Agung sur Bali. Nous entamons ensuite la descente, la première heure est de difficulté moyenne similaire à la descente jusqu’au lac la veille puis s’en suit une longue descente dans la jungle assez facile. Nous aurions du voir des « monkey » mais ce n’est pas notre jour de chance car nous n’en aurons pas croisé un seul et nous aurons fini notre parcours sous une pluie battante…

Le trek se fini aux alentours de 13h, le temps de faire une photo de groupe, de laisser un pourboire aux porteurs (je pense que 100 000 Rp n’est pas exagéré quand on voit le travail fourni) et de dire au revoir à nos amis Belges, Allemands, Anglais et Tchèques avec qui nous avons partagé cette aventure et nous étions déjà parti pour notre prochaine destination: opération détente à Gili Air.

Où?

Rinjani (Lombok)

Quand?

Du 5 au 8 Mai 2016 (3 jours entiers)

Comment?

- Amed(Bali) à Bangsai (Lombok) en Fast boat (250 000 Rp aller)

- En voiture pour se rendre de Bangsai(Lombok) à Senaru (Lombok)

- Pour le reste à pied!

Hébergement?

Première nuit dans l’hôtel de Restu Adventure (compris dans le prix mais pas top)

Restaurants testés / Spécialités?

La bonne nourriture préparée par nos porteurs… Sinon je ne conseille pas le restau de l’hôtel

Incontournables?

Même si c’est difficile ca serait dommage de faire le trek sans monter le sommet.

Quelques infos utiles:

- Le mont Rinjani est un volcan actif sur l’île de Lombok en Indonésie. Il culmine à 3726m faisant de lui le deuxième volcan le plus élevé d’Indonésie.