Ah Philly! Si il y a bien un endroit que je ne pouvais pas zapper en tant que fan inconditionnel de Rocky, c’est bien cette ville. Sur les traces de l'étalon italien.
Du 25 au 28 mai 2018
4 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Ah Philly! Si il y a bien un endroit que je ne pouvais pas zapper c’est bien cette ville. En tant que fan inconditionnel de Rocky Balboa il était impossible de ne pas visiter la ville qui a vu naitre ce personnage, certes fictif, mais qui inspire de nombreuses personnes depuis plus de quarante ans. Mais Philly ce n’est pas seulement ça. C’est également encore une grosse dose d’histoire des états-unis mais également de l’art et particulièrement le street art.

2

Au 18ème siècle comme nous l’avons vu à Boston, les colons ne supportent plus les lois sur les taxes imposées par les anglais et commencent à se rebeller dès 1766. Ils se réunissent à l’Independance Hall de Philadelphie le 4 juillet 1776 pour signer la déclaration d’indépendance rédigée par Thomas Jefferson. C’est le début des États-Unis d’Amérique. La révolte est commencée, menée par un George Washington (qui deviendra le premier président) à la tête d’une milice et supportée par les français grâce à l’alliance négociée par Benjamin Franklin. C’est également au même endroit que sera élaborée la première constitution en 1787.

Pendant que la capitale à Washington se construisit entre 1790 et 1800, c’est Philadelphie qui en joua ce rôle et fut le siège du pouvoir pour la nouvelle nation indépendante. C’est ainsi qu’au Congress Hall se réunissait le congrès pendant ces années-là. Tous ces monuments se trouvent dans une zone bien restreinte de Philly: l’Independance National Historical Park avec comme clou du spectacle la Liberty Bell. Cette énorme cloche fut celle qui sonna la déclaration d’indépendance en 1776. Malheureusement elle se fissura à la mort d’un des signataires de la déclaration (coïncidence) et est maintenant exposée. Il faut être patient pour faire la file d’attente qui permet de la voir de près. Sinon il reste la possibilité de faire comme nous pour la voir derrière une vitre de son lieu d’exposition, ce qui est déjà bien suffisant. On retrouve également dans la zone des musées et un site archéologique montrant, sous une verrière, les fondations de la maison de Georges Washington.

Moins historique, nous avons également visité la Elfreth’s Alley, la rue résidentielle la plus ancienne des États-Unis (1728). Très sympathique à voir avec ses pavés et certaines des maisons qui peuvent être visitées.

3

Philadelphie est une ville d’art. En témoigne les nombreux musées de la ville et notamment celui de la fondation Barnes ou encore le Philadelphia Museum of Art. Mais ce qui nous a frappé c’est les nombreux murals partout dans la ville. Après recherches, c’est tout à fait logique puisque Philly est tout simplement la capitale mondiale des murals. A l’origine de ce phénomène, un programme pour lutter contre les graffitis et l’exclusion sociale qui dénaturaient la ville, c’est aujourd’hui l’essence même Philly. Des oeuvres d’arts faites par des artistes de la ville pour le plaisir des habitants mais également des visiteurs. Il y en aurait visiblement presque 4 000 dans toute la ville. En voici un panel de ceux que l’on a pu voir pendant notre balade.

4

Et le meilleur pour la fin. S’il y a bien une raison de notre venue à Philly c’est bien pour revivre en grandeur nature les scènes de la mythique sixtilogie des Rocky. Un peu comme le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle mais réservé aux fans du célèbre boxeur, que dis-je: l’enfant de Philadelphie.Nous nous sommes donc habillés pour l’occasion et sommes parties à la (re)découverte des lieux du tournage des films.

On peut commencer par dire que tous ces lieux sont bien éparpillés sur toute la ville et que Rocky lors de son célèbre footing a du bien faire un semi marathon s’il est passé par tous les endroits visionnés. J’avais contacté Mike Kunda qui propose le The Yo Philly! Rocky film Tour, une des meilleures attractions de la ville selon tripadvisor mais malheureusement même en s’y prenant plus d’un mois à l’avance ce n’était pas suffisant et le guide affichait complet lors de notre week-end. Soit, nous en avons fait la découverte nous mêmes et ça n’a pas gâché le plaisir (pour moi en tout cas :)). Si on commence par le sud de la ville nous y avons retrouvé deux emblèmes du film mais également de la ville. En commençant par Pat’s King of steak qui propose parmi les meilleurs Philly Cheesesteak de la ville depuis 1930, 24h/24h et cela tous les jours de la semaine. Bon bien entendu aussi connu dans le premier opus de 1976 lorsque Gazzo et Rocky échangent devant l’enseigne en mangeant. Nous y avons également mangé et il faut faire une énorme file d’attente avant d’avoir son sandwich, on remarquera une plaque au sol à côté du comptoir « ici c’est tenu Sylvester Stallone ». Nous sommes également passés par le marché Italien, connu des habitants mais également des touristes pour l’ambiance qui y règne. Il a surtout/également servi de décor dans plusieurs films: les footing quotidiens dans Rocky I et II puis dans Rocky VI quand notre champion vient faire ses courses pour son restaurant le Adrian’s Cafe.

Nous passons le quartier historique avec l’indépendance hall vu précédemment mais qui représente également plusieurs scènes des films et arrivons au Nord de la ville et plutôt les quartiers populaires. Nous n’avons eu aucun problème de sécurité mais il est vrai que ça n’inspirait pas vraiment confiance. Mais qu’importe, les lieux qui vont suivre ne pouvaient pas être zappés. En commençant par la salle de boxe de Rocky présentes dans quasi tous les opus de la saga: Le Mighty Mick’s Gym. Malgré le fait que le local est maintenant totalement à l’abandon toute l’ambiance y est: le bâtiment en brique rouge qui fait l’angle, le métro aérien juste à côté et la boutique d’Adrian dans la rue d’en face. Nous partons ensuite vers le 1818 Tusculum Street, numéro identique dans les films et la vrai vie, l’adresse de l’appartement de Rocky qui est resté dans son jus depuis les années 70, on se souvient de la scène du premier rencard avec Adrian, l’engueulade avec Mickey, … Une voiture passe au ralenti en nous voyant devant l’appart et nous décidons de ne pas trop nous éterniser, plus nous partons vers le nord de la ville et moins la zone est « touristique ». Notre dernier arrêt se fait dans le quartier de Kensington pour la voir la maison de Rocky et Paulie dans Rocky Balboa de 2006, tout est comme dans le film.

Et pour finir en apothéose, l’incontournable de la ville: les marches du Philadelphia Museum of Art. Connue plus familièrement par « The Rocky Steps », tout le monde se rappelle de la scène de Rocky qui finit son entrainement en enchainant les marches et finir sa course en haut, la pose victorieuse, avec en fond la ville de Philadelphie à peine éveillée. Certainement le lieu qui fait le plus gros clin d’oeil à toute l’oeuvre de Sylvester Stallone, les gens affluent toute la journée pour tenir la pose en haut des marches, faire du sport ou tout simplement aller visiter le musée. On retrouve en haut des marches , une plaque au sol avec l’empreinte des célèbres Converse que Rocky utilisaient pour son entrainement. A ne pas manquer, à droite en bas des marches, la statue de Rocky présentée dans le 3ème opus. Initialement en haut des marches elle a été déplacée dans un endroit plus calme. Il n’empêche que pour avoir sa photo collector il faudra faire une longue fil d’attente de fans du monde entier.

Après Philly et un rêve de gamin réalisé, nous prenons le train direction Lancaster pour aller à la rencontre des Amish. A noter que nous aurions dormi dans un Airbnb un peu différent des logements habituels. Un musée en soit 😀

Où?

Philadelphie

Quand?

Du 25 au 28 Mai 2018

Comment?

- En voiture de location depuis Cape Cod

- Sur place à pied pour profiter du street art mais également Uber

Hébergement?

AirBnb à Philadelphia South

Restaurants testés / Spécialités?

- Pat’s King of Steaks pour Philly Steack Chesse (payement en espèces seulement)

- The Cambridge pour un lunch en terrasse

Incontournables?

Le lieux du film Rocky (en en particuliers les steps 😀), l’Independance National Historical Park