Croisière fluviale de la Camargue au canal du midi

8 étapes
2 commentaires
Une semaine de slow move de Lattes à Argens Minervois en famille par les canaux en pénichette.
Du 23 au 30 août 2019
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Commençons par quelques clichés pour inciter à poursuivre la lecture.

2

Nous avons loué une pénichette pour aller de Lattes à Argens Minervois par les canaux. Nous sommes cinq adultes et quatre ados/enfants plus un chien. Quelques allers retours seront nécessaires en voiture pour positionner un véhicule au point de départ et un au point d'arrivée afin de transporter tout le monde.

Départ de Port Ariane par le Lez

Port Ariane est un port fluvial situé sur la commune de Lattes à la périphérie de Montpellier et une base de la société Locaboat. Nous prenons possession du bateau en début d'après midi. Après les formalités administratives, un technicien nous fait une présentation détaillée du bateau : pénichette de 15 mètres baptisée Homps avec quatre cabines toutes munies de douches et toilettes, un carré, une cuisine et un poste de pilotage à l'intérieur ; une terrasse, des plages et un poste de pilotage à l'extérieur. Une petite navigation sur le Lez nous permet d'appréhender les bases de la navigation ; le plus délicat étant l'accostage en épi en marche arrière à l'instar du créneau en voiture. L'après midi étant bien avancée, nous finissons le chargement de nourriture et affaires personnelles et nous installons pour la nuit. Une dernière vérification de l'itinéraire et l'aventure commencera demain.

En "route" pour Aigues-Morte

Le beau temps est de la partie pour cette première journée de navigation et abordons notre première écluse descendante ( qui sera la seule) qui s'appelle la troisième écluse ! Chaque membre de l'équipage remplit consciencieusement sa mission.

Le Lez était navigable par le passé et Montpellier était "relié" à la mer par 3 écluses. Tout comme Narbonne qui était un port important à l'époque romaine, Montpellier accueillait un transport maritime intense. Même si les navires étaient plus petits, la ligne de côte a beaucoup bougé par le passé : changement du niveau de la mer ou ensablement par les alluvions ?

Canal du Rhône à Sète.

Après la descente d'une partie du Lez jusqu'à Palavas les flots, nous bifurquons ensuite (à gauche) sur le canal du Rhône à Sète qui est droit et large comme une autoroute peu fréquentée mais limitée à une dizaine de kilomètres par heure qui est d'ailleurs notre vitesse maximale. Chacun s'installe confortablement pour admirer le paysage et gouter à la quiétude. De petits groupes de cabanons alternent avec les étangs et les lagunes. Une petite pause déjeuner au niveau du Vidourle, fleuve aux crues violentes qui nécessite d'énormes portes à guillotine.


3

Arrivée à Aigues-mortes

La ville fut fondée au XIII ème siècle par Louis IX dit Saint-Louis. La vieille ville est entièrement entourée de remparts avec 7 portes et une tour de guet : la tour Constance. Nous trouvons un emplacement pour la nuit dans le port sous les remparts devant la tour Constance.

Nous somme en plein centre ville et avons la chance de tomber sur les fêtes de la Saint Louis. La ville est animée par de nombreuses troupes médiévales. Les enfants adorent la soirée et les glaces (les adultes aussi).

Le lendemain matin nous reprenons le même canal en sens inverse et dépassons le Lez pour rejoindre la plage des Aresquiers.

Comme on a pu repérer les possibilités d'amarrage à l'aller, on débarque une partie de l'équipage qui nous suit sur le chemin de halage en vélo et mono-roue.

En route on fait une pause déjeuner au niveau de la cathédrale de Villeneuve les Maguelone que nous allons visiter. La cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul est une église-forteresse romane, entre mer et étangs. On l'appelle également cathédrale des sables. Elle date des XII et XIII èmes siècles.

Après une petite navigation nous arrivons à la plage des Aresquiers où se trouve un emplacement pour stationner pour la nuit. C'est une plage de galets qui s'étend sur plusieurs kilomètres mais le fond est sableux. Une bonne baignade nous rafraichit avant la soirée qui nous permet d'admirer un magnifique coucher de soleil et de gouter à la tranquillité du lieu. On aperçoit le Mont Saint Clair dans le lointain.

4

Traversée de l'étang de Thau

Le lendemain matin, nous devons mettre en route relativement tôt à cause du pont levis de Frontigan qui n'ouvre que deux fois par jour vue sa vétusté. La première ouverture s'effectue à 8h30 ; la seconde ayant lieu dans l'après midi. Un petite portion de canal mène ensuite au début de l'étang de Thau au niveau de Sète. On arrive en avance et on doit s'amarrer. Les barques de joute sont en face.

L'étang de Thau est un espace très protégé à cause des élevages d'huitres et de moules. Ceci implique pour nous de ne pratiquer aucun rejet. Depuis ce matin le temps est très brumeux. Nous voulions nous diriger vers Bouzigues pour une dégustation d'huitres mais les prévisions météos annoncent pour l'après midi, un vent de niveau 3 sur l'échelle de Beaufort. C'est relativement faible mais représente la limite pour notre bateau compte tenu de la puissance du moteur et de la forme du bateau pour traverser l'étang. Nous décidons donc de traverser dès le matin et de nous rendre à Marseillan. La brume persiste jusqu'à mi-parcours ; nous ne voyons pas le mont Saint Clair pourtant très proche ; seules les jumelles nous permettent de repérer les balises du chenal. Le soleil finit par percer et nous longeons les parcs à huitres et moules. Nous apercevons Bouzigues puis Mèze. Nous arrivons à Marseillan en fin de matinée.

5

Halte à Marseillan.

Le port fluvial de Marseillan sur l'étang est charmant ; à ne pas confondre avec celui maritime de Marseillan plage. Par contre, il est très cher (58 euros) alors que les autres se situent en dessous de 40 euros, pour des services équivalents. Le Mardi matin est jour de marché ; nous en profitons pour réapprovisionner en produits frais et coquillages.

Début du canal du midi

On appareille vers 10h après le marché. On met le cap sur le phare des Onglous en passant un peu au large pour éviter les hauts fonds.

On entre dans le canal du midi, œuvre titanesque de Pierre Paul Riquet sous le règne de Louis XIV connu également sous le nom du canal des deux mers puisqu'il relie la mer Méditerranée à l'océan Atlantique via la Garonne et la Gironde. Son gabarit est plus petit que l'autre et ne permet pas la circulation des grosses péniches commerciales ; par contre on peut stationner partout en s'amarrant avec des pieux sauf interdiction. La vitesse est maintenant limitée à 8 km/h sauf avis contraire.

6

On suit le canal sur 8 km puis l'Hérault sur quelques centaines de mètres avant de rentrer dans l'écluse ronde d'Agde ; ouvrage unique puisque c'est une écluse à 3 directions : vers la mer, vers l'étang de Thau et vers Toulouse.

On fait un arrêt juste après l'écluse pour aller se dégourdir les jambes dans les quartiers historiques de la ville d'Agde : la cathédrale Saint Etienne et le quartier de la glacière.

On reprend le canal pour rejoindre Villeneuve-Les-Béziers où on projette de passer la nuit. Le canal et le paysage changent d'aspect. On quitte la mer pour entrer dans les terres.

Les ponts doivent être abordés avec précaution car ils sont étroits et bas. De plus ils ne sont pas toujours dans l'axe du canal ou le canal n'est pas centré sur le pont. Ci-dessous le pont à 3 arches surnommé "le pont des trois yeux".

Villeneuve les Béziers.

Village typique du sud avec sa place ombragée par des platanes, l'église et un mur peint en trompe l’œil. Les coursiers nous ramènent les viennoiseries et le pain ; à midi, sandwichs.

7

La halte à Villeneuve les Béziers a été choisie à cause de la possibilité de passer les écluses de Fonséranes entre 9h et 11h, le matin, dans le sens montant. Cette étape est riche en franchissement d'ouvrages : pont canal et écluses diverses.

Pierre Paul Riquet a mis en œuvre tout son génie pour le passage du canal près de Béziers. Pour le franchissement de l'Orb qui est relativement encaissé et à un niveau beaucoup plus bas que celui du canal, il a fait construire un pont-canal. Ensuite pour franchir la différence de niveau importante, il a fait réaliser une échelle de 7 écluses. A la fin du siècle dernier, un "ascenseur à bateau" sur plan incliné a été réalisé. De nombreux dysfonctionnements et la baisse du trafic fluvial ont mené à son abandon.

Écluse et pont canal de l'Orb

L'écluse de l'Orb, située un peu avant le pont canal, a un dénivelé de 6m. Le pont canal a une longueur de 240 m. et une hauteur de 12 m. Malheureusement, on ne peut pas l'admirer lorsqu'on le franchit en bateau. Par contre la vue sur la cathédrale est unique.

Écluses de Fonséranes.

Cette échelle d'écluses fait passer de l'altitude 19.50 m. à 33 m. Combien d'écluses 7, 8 ou 9 ? Il y a 7 portes sur la partie commune, 1 ouverte vers Thau et 2 hors fonctionnement vers l'Orb. En clair, on passe dans 6 sas différents pour monter à chaque fois de 2.50 m. environ. En haut, on a une belle vue sur Béziers. Le franchissement des écluses est une attraction touristique de Béziers.

La percée de Malpas.

Après le charmant village de Colombiers avec son château, une autre curiosité de cette partie du canal ou autre prouesse technique pour l'époque se trouve sur notre "route" : la percée de Malpas qui est un tunnel à voie unique de 161 m. de long, 6 m. de large et 5 m. de tirant d'air. Sa traversée ne présente pas de difficulté particulière.

Halte à Poilhes pour la nuit.

Nous préférons passer la nuit à Poilhes plutôt qu'à Capestang qui nous paraît trop fréquenté ; par contre pas de boulangerie et l'épicerie nous a gentiment fourni une seule baguette le matin prise sur le contingent réservé ! La nuit s'est passé calmement. Cette partie du canal domine les plaines environnantes. On navigue à flan de coteau.

8

Cette dernière étape est la plus longue ( 43 km ) et ne comporte qu'une écluse en fin de parcours. La chaleur et le vent ont été nos principales difficultés du jour. Le canal prend son aspect mondialement connu avec ses arches de platanes.

Intersection canal de la Robine

Le canal de la Robine permet de rejoindre Narbonne puis Port la nouvelle. On aurait aimé aller à Narbonne mais vu le nombre d'écluses, le temps nous manque. On prendra tout droit. Avant et après l'intersection, le canal est bordé de pins parasol qui changent l'aspect du canal mais procurent une ombre bienfaitrice pour le repas de midi. Après l'intersection un autre pont canal permet de passer au dessus de la Cesse aux eaux limpides.

Port Occitanie

Le bateau doit être rendu le matin entre 8h et 9h. Comme les écluses ouvrent à 9h en été et que l'une d'elles se situe juste avant Argens, nous avons regagné la base la veille. Le ciel nous offre un beau spectacle pour notre dernière soirée.

Les platanes du canal

Comme vous le savez, les platanes bordant le canal meurent progressivement d'un champignon microscopique appelé chancre coloré que l'on ne sait pas traiter. La moitié des 40 000 platanes ont été abattus. De nouvelles espèces sont plantées en essayant de restaurer l'aspect voute ombragée que donnaient les platanes. L'essence jalon (espèce principale donnant l'aspect du canal) est le chêne chevelu. D'autres espèces dites intercalaires telles que le tilleul à grandes feuilles, l'érable plane, le peuplier blanc et le micocoulier évitent la propagation des maladies. De nombreuses souches jalonnent le parcours et de jeunes plants commencent à pousser. Des campagnes de sensibilisation et des appels à dons pour financer la plantation ont lieu régulièrement.

Petit bilan

Durant cette semaine en pénichette, nous avons parcouru environ 200 km sur le canal du Rhône à Sète, puis à travers l'étang de Thau et pour finir sur le canal du midi. Nous avons franchi une quinzaine d'écluses. Aucune difficulté lors de ce périple. Pour le passage des écluses, les personnes expérimentées le font à 2 mais pour des novices 4 adultes ou adolescents s'avèrent parfois utiles et rassurants. Dans les petits villages, souvent, seule une épicerie dépôt de pain peut dépanner en boissons et conserves, effet de la désertification des campagnes. Compte tenu de notre consommation on est allé dans les ports environ un jour sur deux pour faire de l'eau et de l'électricité. Les canaux offrent de très beaux paysages malheureusement gâtés parfois par des épaves abandonnées ou des bateaux logements en piteux état. Les touristes étrangers sont majoritaires parmi les péniches, surtout des allemands et des hollandais, sans doute plus habitués aux canaux. De superbes vacances en famille, relaxantes et dépaysantes, tout en étant " à deux pas " de la maison.