Après le pays du million d'éléphants , c'est dans les temples d'Angkor que nous avons flané
Du 2 février au 17 mars 2019
44 jours
Partager ce carnet de voyage
1

En ce matin du 5 Février c'est l'effervescence à la maison . Nous avons refait une dernière fois le point sur nos bagages , pas trop lourds ( Le sac voyagera parfois sur notre dos !) , mais sans oublier l'essentiel et quelques indispensables . Un dernier tour des locaux , la chatte dehors ( les voisins la nourriront ! ) . Nous embarquons dans la voiture , et nous nous dirigeons vers Bordeaux . A 15 h nous sommes au Park and trip de Mérignac , ils vont garder notre véhicule jusqu'à notre retour . Déposés dans l'aérogare , nous patientons un peu avant de pouvoir enregistrer les sacs et retirer nos billets . C'est beaucoup plus calme qu'à Roissy . A 19 h le vol Lufthansa pour Francfort décolle et nous quittons la France .


Une heure et demie plus tard nous voilà en Allemagne . L'aéroport de Francfort est plus important , mais nous trouvons tout de même assez facilement la porte Z 54 . Comme nous n'avons plus à nous préoccuper de nos bagages , c'est plus simple . Après un contrôle , nous entrons en salle d'embarquement. A travers la vitre nous découvrons l'avion qui doit nous emmener jusqu'à Singapour , c'est un Airbus A380 . Cet avion est impressionnant par sa taille , nous sommes plus de 500 passagers sur ce vol ! Comment une telle masse peut-elle s'envoler ? Nous verrons que c'est possible quand nous décollerons dans une relative douceur , avec une sensation de puissance extraordinaire . Le vol se passera bien , cet avion est très silencieux . Nous passerons notre temps à manger , regarder des vidéos , lire et essayer de dormir . Les fauteuils sont un peu raides , normal on est en classe économique !

Le plus gros avion passager au monde 

Nous sommes le 6 Février , il est 17 h lorsque nous atterrissons à Singapour . La journée est passée vite ! il y a 7 heures de décalage , donc on a remonté le temps ! Après avoir débarqué , nous avons dû nous repérer , en effet , on n'est plus à Bordeaux ! Changi est un des plus grands aéroport du monde . Les couloirs sont interminables et les terminaux innombrables . Au moment de dîner , nous essayerons un Food Court , c'est une multitude d'échoppes de spécialités internationales où l'on choisi son plat de visu , on commande et on paye sur un gros tableau électronique en tapant le code correspondant , puis on attend que notre numéro s'affiche pour aller chercher notre assiette . Nous avons opté pour du Phô , c'est une soupe vietnamienne , il faut bien commencer à s'accoutumer aux plats locaux ! L'étape étant longue , on ne repart qu' à 7 h demain matin , j'avais réservé une nuit dans un hôtel de transit à l'intérieur de l'aéroport . L'Ambassador est au standard international et plutôt luxueux , nous y passerons une nuit confortable et douillette dans une chambre sans fenêtre .

Cet avion est d'une taille  imposante  
Lendemain de fête ici , ils célébraient le 1er jour de l'année du cochon  

Nous nous sommes levés tôt sans effort . Le décalage nous perturbe un peu c'est vrai ! Un copieux breakfast et nous voilà Porte 56 au terminal 2 . Un avion de Silk Air va partir et 3 h plus tard , c'est à dire à 11 heures du matin , nous posons le pied à Luang-Prabang , seconde ville du Laos et capitale culturelle .


Les bagages nous ont suivis , nous réglons les visas , avec le bakchich de rigueur , et nous voilà au début de l'aventure . Nous avons un mois devant nous pour découvrir ce pays qui nous faisait rêver depuis longtemps .

2

Nous sommes le jeudi 7 février , il est midi à Luang Prabang . Il fait chaud ( 34°) . Le taxi que nous avons sollicité nous dépose 4 Km plus loin devant notre Hôtel . Le Cold River , tenu par un couple de français , se trouve au bord de la rivière Nam Khan .

Nous avons l'après midi pour nous promener . Nous sommes au cœur de la ville qui s'avère être plutôt petite , avec une atmosphère très provinciale . Ancienne capitale du Lane Xang ( Pays du million d'éléphants , ancien nom du Laos ! ) , elle a cédé sa place à Vientiane depuis 1946 . De son riche passé elle a conservé de nombreux temples et palais , ce qui lui a valu d'être inscrite à l'inventaire des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1995 . Elle s'étire de chaque côté d'une colline , le mont Phousi , qui domine la confluence entre la rivière Nam Khan et le Mékong . L'escalier pour atteindre le sommet est long , mais la récompense au bout est un panorama magnifique sur la ville et les fleuves . Un stupa de 20 m de hauteur le coiffe , c'est le That Chomsi . Sur ce lieu de pèlerinage , on peut voir l'empreinte laissée par le pied du Bouddha !!! A certains paliers des vendeurs proposent de petits oiseaux en cage . Les pèlerins les achètent afin de les libérer au sommet pour s'attirer des faveurs dans l'au delà .

Il y règne une grande sérénité . On croise des moines qui méditent , d'autres avec qui nous avons parlé de leur pays et du nôtre . Cette mise en jambe nous a ravis .


Nous avons ensuite flané pour admirer les temples au bord des rues , le palais , et les rives du Mékong . Une traction Citroen rutilante nous ramène à une autre époque , celle de l'Indochine .


En fin d'après midi nous avons assisté à la fermeture de l'avenue principale qui devient chaque soir un très populaire marché de nuit où les touristes affluent en quête de marchandises exotiques . Nous nous contenterons de succulents sandwichs avocat/poulet ( le pain est très bon ici , visiblement l'art de la boulangerie française a laissé des traces ! ) . Le mix de fruits que nous avons bu était extraordinaire .

Rentrés à l'hôtel , nous avons convenus avec notre hôte d'une excursion pour le lendemain vers des cascades réputées .

• • •
3

Situées à une trentaine de kilomètres de Luang Prabang les cascades de Kuang Si sont incontournables . Une petite heure de minivan depuis notre hôtel et nous y sommes . Avant de les admirer on traverse un parc où sont hébergés plusieurs ours bruns à colliers . Rescapés de sévices divers , ils coulent ici une vie paisible . Des bassins d'eau turquoise se succèdent et on remonte jusqu'à une grande cascade qui s'élance dans un superbe écrin de verdure . Il y fait frais et on peut en faire le tour par un sentier . Des passerelles permettent de traverser et d'admirer cet ensemble grandiose .



En sortant de ce petit paradis nous entrons quelques centaines de mètres plus loin dans la ferme aux papillons . Des entomologistes passionnés ont créé une réserve avec des milliers de papillons que l'on peut admirer dans de grandes serres , et ce , le long du torrent . Nous nous y sommes restaurés et avons même pu nous faire grattouiller les pieds par de petits poissons nettoyeurs .

Sur le chemin du retour , notre chauffeur nous a proposé un arrêt à la Laos Buffalo Dairy . C'est une entreprise nouvelle dans ce pays . Des pionniers élèvent des bufflonnes afin de commercialiser leur lait et tous ses dérivés dont la mozzarella . J'ai décliné , car voir un élevage de vaches , je connais ça ! par contre on y a mangé d'excellentes glaces au kiosque sur le bord de la route .

Le soir en arpentant les rues de Luang Prabang , un homme nous a demandé si nous voulions offrir une heure de notre temps pour une association . Elle s'occupe d'alphabétisation , de diffusion de livres et aide à faire se rencontrer des touristes étrangers et des jeunes étudiants laotiens qui souhaitent parfaire leur anglais tout simplement en conversant . Sylvie s'est fait une joie de parler avec eux . J'ai fait de mon mieux , mais mon anglais à moi est loin d'être parfait et j'ai surtout observé . Parmi ces organisateurs occidentaux bénévoles , l'un d'eux était rétais !!! nous avons bien sûr dîné ensemble ensuite .

4

Hier soir nous sommes passés à l'agence Shompoo Cruise . Un français tenait le bureau , décidément , ils sont partout ! Tout était OK pour la réservation , et ce matin , samedi 9 février à 6 heures ( ici on se lève tôt! ) un minivan nous a pris devant l'hôtel pour nous conduire à l'embarcadère . En fait c'est juste un escalier qui descend au bord du Mékong et on emprunte une planche de bois pour monter sur le bateau .

Il va nous falloir deux jours de navigation pour remonter le Mékong jusqu'à Houey Xai , vers le Nord /Ouest à la frontière Thaïlandaise . Un speed Boat l'aurait fait dans la journée , mais comme les autres personnes sur ce bateau , nous voulons prendre le temps de voir et d'apprécier les paysages . Ce matin il fait plutôt frais et en même temps que le café , on nous a distribué des couvertures . Le bateau sera même obligé de stopper une demi-heure car la brume qui s'est levée est trop épaisse , et comme il vaut mieux éviter les écueils nous avons patienté . Après l'apparition du soleil , nous avons repris notre route jusqu'à une étape incontournable , la grotte de Pak Ou .


Nous sommes à une trentaine de km de Luang Prabang . La rivière Ou , rejoint le fleuve principal . L'entrée des grottes est magistrale , fichée dans une falaise verticale . On y accède par un escalier abrupt . Elles ont servi de cachette au fil des siècles pour des objets de culte , des statuettes de bouddhas s'entassent dans tous les recoins , de tous les styles et toutes les époques . La deuxième grotte est située 240 marches plus haut , On y pénètre par un très vieux portail . Ce site est connu depuis le XIVe siècle .

Nous avons repris le fil de l'eau . Le repas qui nous a été servi était bon et coloré . Assis sur nos banquettes nous avons pu admirer les paysages . Le fleuve alterne entre zones calmes et légers rapides . Le capitaine veille à éviter les rochers qui affleurent . Nous sommes en saison sèche , au plus bas niveau . La hauteur de sable déposé sur le bord est impressionnante , en période de crue le débit doit être monstrueux ! Des paysans s'affairent dans des jardins en bordure et de nombreux buffles en liberté se prélassent dans l'eau . Nous devisons avec nos nouveaux amis français , canadiens et allemands .

Dans la soirée nous arrivons à Pakbeng . Ce village se situe dans une boucle du fleuve et le domine . Nous débarquons nos valises jusqu'à l'hôtel , prévu dans la prestation croisière . Depuis notre balcon la vue est époustouflante . En face se trouve un centre où sont soignés et mis en pension des éléphants en retraite du travail en forêt .

Ils prennent souvent un bain matinal dans le Mékong . Malheureusement nous partirons avant leur arrivée le lendemain matin .

Départ de bonne heure le lendemain , nous sommes au nord du Laos , qui plus est , en montagne alors il fait un peu frisquet ! Heureusement , dès que le soleil monte ça va mieux . Nous avons fait un nouvel arrêt que nous nous empresserons d'oublier . La visite d'un village ethnique sur le bord du Mékong s'apparente plus à la visite d'un zoo , en effet de pauvres êtres sont là pour jouer aux sauvages devant les touristes , leurs enfants tendent la main espérant un billet . Ce n'est pas ce que nous sommes venus voir !

Le voyage a repris avec de beaux paysages . Nous longerons la frontière Thaïlandaise un bon moment avant d'arriver à Houé-Xai . C'est une ville frontière , un pont permet de relier les deux rives . Nous quitterons le bateau ici , car demain un autre challenge nous attend , il s'agit d'aller voir les gibbons dans la jungle .


Hotel Houé Xai : Sabaidee Guesthouse

5

Les choses sérieuses commencent ! Ce matin , lundi 11 février , nous avons rendez-vous à deux pas de notre hôtel dans les locaux de l'organisation Gibbon Expérience . On ne pouvait pas passer au Nord du Laos sans tenter l'aventure . Recommandée par tous les guides , décrite avec enthousiasme par les blogueurs voyageurs , la Gibbon Expérience permet de survoler la canopée de la jungle avec de longues tyroliennes et d'y dormir dans des cabanes fabuleuses , perchées au sommet de grands arbres .

Cette aventure sportive et écologique se situe au cœur des 106 000 ha de jungle de la réserve naturelle de Nam Kan dans la province de Bokéo . Dans cette forêt vivent encore quelques tigres , des panthères nébuleuses , des ours noirs et surtout les fameux gibbons . En 1996 une équipe de français est venue pour travailler à la préservation de la biodiversité d'un écosystème remarquable , qui allait par la suite devenir un parc national . Le projet est né de la nécessité de trouver des fonds pour financer les actions de protection , tout en impliquant les populations locales . Aujourd'hui 150 personnes issues des 8 villages alentour y participent et vivent grâce à l'écotourisme . Certains , anciens braconniers , sont devenus les plus fervents protecteurs de leur forêt et sont de remarquables guides .

La journée commence par un long briefing en salle et une vidéo sur les consignes de sécurité . Munis de gants , d'une casquette coquée et de quelques effets dans un sac (nous dormirons deux nuits dans la jungle) , nous embarquons dans des pickups qui nous conduisent par des pistes dans le village qui sert de camp de base .

Nous commençons par un trek d'une heure et nous nous enfonçons dans la jungle , nous sommes environ une trentaine de participants et cela nous laisse quelques craintes . Arrivés dans une clairière , on nous offre un sandwich . Une grande maison sur pilotis au centre est le point de départ des sentiers et sert de quartier général à l'organisation , on nous distribue les harnais et roulements que nous utiliserons durant ces 3 jours . On nous demande aussi de constituer des petits groupes qui évolueront séparément avec chacun leur guide , voilà qui nous rassure ! En ce qui nous concerne , nous serons cinq , un couple de californiens et un néerlandais avec qui nous nous ferons équipe .

La marche reprend ensuite , chaque groupe dans sa direction . Les sentiers sont très bien balisés et nous mènent à notre première tyrolienne . Chacun à notre tour , accrochés au cable , respectueux des consignes , nous glissons vers l'autre côté de la vallée . Un nouveau sentier nous mène à une autre plate forme , et ainsi de suite . Nous continuerons ainsi un long moment , riant aux éclats comme des enfants à chaque glissade . Nous survolons la forêt , le vide ne nous effraie plus .

Et puis une dernière ligne nous amène à notre cabane , et là , on reste coi !! C'est une maison sur 2 étages , construite sur un énorme teck , à près de 40 mètres de hauteur . Il y a une cuisine , des sanitaires , une douche merveilleuse avec vue sur la jungle et une vaste plate forme avec des sièges et des couchages . Enfant , je n'avais même pas rêvé aussi beau . Nous nous installons tranquillement , les jambes un peu endolories , car nous avons tout de même pas mal marché aussi . Accoudés à la rambarde nous observons le paysage , l'instant est magique , nous sommes dans la canopée , des oiseaux passent , nous assisterons à un magnifique coucher de soleil . Soudain Zzzzzzzzz , c'est le repas qui arrive , concocté dans un hameau plus loin , on nous le livre dans une petite cantine . Encore une fois un régal , mais le cadre doit beaucoup aider ! La nuit tombe vite et nous n'avons que des lampes de poche pour nous éclairer . Après une tournée de Lao Lao ( alcool de riz ) nous étirons les moustiquaires au dessus de nos matelas et nous glissons dessous . Toute la nuit sera rythmée par les bruits de la forêt , chaque espèce ayant sa période de chant .

Nous avons vu l'aurore arriver , avec une petite brume sur la canopée . Les cris des gibbons résonnaient puissants dans le matin . Nous ne les verrons pas , mais c'est sûr , ils sont là tout proches ! Je crois qu'eux , ils nous voient ! Zzzzzzzzzzz le petit déjeuner arrive , nous sommes choyés ! Cette deuxième journée sera consacrée à la visite des autres cabanes au nombre de 10 pour l'instant . Au fil de notre route nous croisons des groupes de collègues qui font de même . Tous ont des étoiles dans les yeux ! Parfois les haltes sont plus longues , une famille de singes , des macaques , vit sa vie sur le flanc de montagne en face de nous , nous resterons longtemps à observer leurs allées et venues . Certains s'aventureront même près de nous en passant rapidement sur les branches . Les tyroliennes se succèdent , plus ou moins longues , certaines font jusqu'à 500 m , parfois à des hauteurs vertigineuses . Une cabane plus haute que les autres va nous époustoufler . Elle culmine à 50 m sur un arbre isolé qui domine tout les autres .

Mieux vaut ne pas avoir le vertige 

Fourbus nous avons rejoint notre logis et passé à nouveau une nuit magique , perdus dans un océan de verdure , bercés par les grillons . Le lendemain , après avoir parcouru d'autres sentiers , nous sommes revenus au village , heureux d'avoir pu réaliser un rêve d'enfant

Notre équipe 
The Gibbon Expérience 
6

Nous avons retrouvé le Sabadee hotel et notre chambre . La transition est rude . Levés de bonne heure nous prenons notre petit déjeuner à une terrasse . Nous sommes intrigués par quelques personnes qui s'installent , sur le trottoir avec un petit tapis et des paniers d'osier . Soudain nous voyons apparaître de jeunes moines bouddhistes , une dizaine , pieds nus , en robe safran ils avancent en ligne et reçoivent l'aumône que leur donnent les fidèles . C'est une poignée de riz tout simplement . Silencieux et respectueux nous avons observé cette courte cérémonie . Contrairement à Luang Prabang où c'est devenu une attraction touristique , avec son cortège d'incivilités commises par des occidentaux en mal de clichés à rapporter , ici c'est très tranquille . Le temple se situe dans la rue au dessus et cette cérémonie est une tradition encore ancrée chez les habitants

.

Après cet épisode , nous prenons un taxi collectif pour rejoindre Luang Namtha qui se situe plus au Nord , près de la frontière chinoise . Notre projet est d'y faire un nouveau trek dans la jungle , cette fois plus classique . Le village est très typique , nous en avons fait le tour après avoir rencontré l'agence qui va nous encadrer . Le soir nous mangerons très local au marché de nuit , Sylvie essaiera un œuf couvé , même pas peur , moi si ! Sinon les salades de papaye sont fameuses ainsi que les brochettes .

Hotel Luang Namtha : Amandra Villa

7

Nous sommes à Luang Namtha . Située dans le Nord du Laos , à deux pas de la frontière chinoise , cette petite ville construite le long de la rivière Nam Tha est au cœur de la Zone Naturelle Protégée de Nam Ha . Des forêts de bambou , des reliefs escarpés , des gorges avec des rapides , c'est un haut lieu de l'écotourisme sportif . Dans la rue principale les agences proposant des treks foisonnent . Nous avons choisi Forest Retreat pour son engagement auprès des minorités ethniques et les recommandations nombreuses . Nous optons pour un trek de 3 jours , ils promettent une expérience inoubliable , la dernière journée se fera en kayak . Jeff , un français qui fait un tour du monde nous a rejoint . C'est à trois que nous entamons le périple . Un guide et son aide nous accompagnent , nous sommes plutôt bien encadrés .


Déposés par un pick up au bord de la route , nous commençons immédiatement par une sévère montée , histoire de tester nos mollets . Pour ne rien arranger , il fait chaud . Nous sommes vite dans l'ambiance . Les kilomètres vont se succéder , parfois faciles , d'autres fois non , tout cela dans une forêt dense de bambous . Nos guides s'avèrent être d'excellents cuisiniers , le poisson cuit sur la braise à midi nous a bien plu . Ce sont aussi des experts de leur environnement . En chemin , nous ramasserons des champignons et diverses plantes qui seront cuisinées le soir .

Nous arriverons finalement en soirée dans un village Kamu au fond d'une vallée , une simple piste le relie à la route . Une maison traditionnelle nous est réservée . les villageois sont très ouverts et accueillants . La rivière sera bienvenue pour nous laver et nous rafraîchir . Nous dînerons autour d'un feu , avec du riz , un peu de viande et notre récolte de l'après midi sur des feuilles de bananiers . Après l'indispensable tournée de lao-lao , nous nous endormirons sous notre moustiquaire fourbus et heureux .

Visages d'enfants 

Le deuxième jour de marche sera encore plus rude . Sortis du village , nous cheminerons sur une piste , traversant plusieurs hameaux . Ils sont très différents selon les ethnies qui y habitent . Chacun avec son histoire et ses traditions , c'est étonnant ! Il y a les Karens , les kamus , les Mongs , etc ... certains viennent de Chine , d'autres du Tibet , de Birmanie . Les migrations ont eu lieu au fil des guerres et des persécutions . Ils vivent d'agriculture , d'élevage et de pêche . Les touristes de passage sont une clientèle pour leur artisanat .

Nous traversons des rizières et pénétrons à nouveau dans la jungle . Il fait chaud et humide , heureusement parfois un torrent nous permet de nous rafraîchir . Nous sommes perdus au milieu des bambous et on grimpe , on grimpe ! jusqu'à un col . La descente est aussi sévère , mais tout en bas nous arrivons dans un large méandre de rivière où se trouve une grande case en bambou . Encore une fois nos guides vont nous épater avec leurs talents culinaires . Le bambou sert à tout , à faire des bols , des verres , des baguettes , des récipients pour cuire ! La nourriture est déposée sur des feuilles de bananiers et chacun se sert avec les doigts en la roulant avec une pincée de riz collant . Les champignons , fleurs de bananier , pousses diverses ramassées ont été ajoutées aux provisions et cuisinées de façon succulente sur le feu de bois . Des grenouilles pêchées à côté avec quelques écrevisses en supplément , seront appréciées .

Les lits sont une nouvelle fois sommaires , mais la fatigue aidant nous nous endormirons bercés par les bruits de la forêt .

Aussitôt le soleil levé , les guides s'affairent à gonfler trois kayaks acheminés précédemment ici . Nos affaires solidement arrimées , après un solide breakfast , c'est parti ! Le parcours est très agréable , il faut ramer un peu , nous devons parfois zigzaguer entre les rochers dans le courant . Ce n'est pas du vrai rafting mais les moins doués arriverons à chavirer quand même ! La journée se passera à suivre les méandres de la rivière , d'abord dans la jungle , puis progressivement dans des cultures et des zones habitées . Une fois la route bitumée atteinte , nous serons pris en charge , hommes et embarcations , par l'organisation Forest Retreat et ramenés à bon port à Luang Namtha .

8

Lundi , une nouvelle semaine commence . Nous avons décidé ce jour d'une activité plus calme , il s'agit tout simplement de découvrir la campagne environnante à vélo . Forest Retreat nous les a fournis avec un guide . A 9 h nous partons , en fait , pas très loin . On s'arrête au grand marché local ! c'est amusant les marchés ! On essaie de reconnaître les légumes et fruits inconnus de nous ( le guide nous aide bien). Les poissons sont on ne peut plus frais ! La viande elle , n'est pas présentée selon les normes d'hygiène occidentales et cela nous amuse de les voir chasser les mouches avec des éventails . Espérons qu'elle ne restera pas trop longtemps sur l'étal ! J'aperçois même un singe écorché , il a très vite été caché sous une couverture avant que je prenne un cliché . Certaines traditions clandestines et inavouables perdurent !

Une fois les courses faites !! nous prenons une piste au milieu des rizières jusqu'à une colline sur laquelle trône un Stupa , monument bouddhiste . En fait il y en a deux ! un premier , bombardé par les américains pendant la guerre est tombé à terre , c'était un monument vieux de plusieurs siècles . Le nouveau , bâti récemment brille au soleil . Les pèlerins se pressent à une fête organisée pour recueillir des dons , nous verserons nous aussi notre obole . La vue depuis le sommet est superbe .

Nous continuerons ainsi à travers la campagne . Des paysans battent et trient du riz , j'ai aimé échanger avec eux . Ce qu'ils font , je l'ai fait avec d'autres grains et ils sont surpris que je comprenne leur travail .

Triage du riz 

Plus loin , c'est les branches d'un arbuste , qui, séchées, font d'excellents balais , très légers . C'est jour d'expédition , un camion chargé au maximum se chargera de fournir les étals des marchés de la chine voisine .

Les rizières se succèdent , partout des petites cahutes au milieu des champs servent de grenier et d'abris pour les paysans . Cette journée tranquille au milieu de la campagne s'est révélée un vrai bonheur.

9

Nous sommes le mardi 19 février . Nous quittons à regrets Luang Namtha mais la prochaine étape saura nous enchanter j'en suis sûr . Nous avons pris un bus en direction de Luang Prabang . La route est longue , beaucoup d'ornières , un bus bondé et un chauffeur un peu casse cou . Pourtant nous arriverons entiers ! Le paysage , toujours aussi beau , est très montagneux . On peut voir une incroyable ligne de train grande vitesse en chantier avec moult viaducs et tunnels . Les chinois sont à l'œuvre , pour une ligne reliant leur pays à Singapour . Le Laos ne paie presque rien , il pèse si peu face au grand voisin ! Pour eux peu importe le paysage . A ce sujet les constructions de barrages se multiplient elles aussi , inondant les vallées ou asséchant des fleuves . Le Laos fournira de l'électricité à bon compte .

Au bout de quelques heures le chauffeur du bus nous laissera devant un pont au milieu de quelques maisons , c'est l'adresse que je lui avait donnée , notée sur bout de papier . L'endroit où nous nous rendons est assez improbable , situé au bord d'une rivière , on y va en pirogue ! il s'agit des bungalows de Nam Nga , tenus par Noy . J'avais trouvé ce gîte en suivant les recommandations de voyageurs sur internet . Noy est une laotienne , mariée à Joel , un français expatrié au Laos . A eux deux ils ont fondés cette maison d'hôtes qui est un écrin . Malheureusement Joel malade , est décédé il y a deux ans , laissant Noy seule devant cette tâche . Aidée par des amis belges qui s'occupent de ses réservations et du site internet elle a repris le flambeau avec beaucoup de volonté . Aujourd'hui l'affaire recommence à bien tourner . Deux chambres confortables sont proposées , Noy est une cuisinière hors pair et nous fait découvrir milles saveurs . Aidée par Peer et son épouse qui habitent le village voisin , elle propose des excursions en pirogue et à pied vers les villages dans la montagne . Nous y passerons trois jours merveilleux .

à pied , en bus et en pirogue ..... 

Mercredi , nous montons à bord d'une pirogue motorisée . Noy nous accompagne et Peer est aux commandes . Nous remontons la rivière , franchissant parfois des rapides . Il faut être vigilant , Noy à l'avant munie d'une perche pare quelquefois les rochers affleurants . Le niveau de l'eau est plutôt bas en saison sèche ! Un nouveau barrage construit en amont , limite le débit pour ne rien arranger . Nous accostons sur une berge en bas d'un village . Passant devant l'école nous n'avons pu nous empêcher d'y faire une halte , Sylvie s'est amusée à retrouver une ambiance familière . Les enfants récitent leur leçon consciencieusement sous la houlette du professeur . Nous les encourageons et nous présentons même à eux . Nous les intriguons vraiment ! Par la suite nous serons reçus dans une famille amie de Noy . Il y a là , une dame et ses enfants avec sa belle mère , les hommes sont absents , ils travaillent dans les rizières . Elles nous montrerons leur travail qui consiste à partir d'une fleur de coton , à fabriquer un fil puis à le tisser . Nous serons même encouragés à répéter quelques uns de leurs gestes . Nous déjeunerons ensuite tous ensemble . La générosité de leur accueil nous a beaucoup touchés . Nous continuerons notre promenade à pied , plus loin vers un autre village , Mong cette fois , très différent , ce n'est pas la même ethnie ! une maison est en construction , nous pourrons observer le chantier . Puis dans un autre village encore différent nous nous arrêterons à nouveau dans une école . C'était la récréation , évidemment des étrangers occidentaux ça se remarque ! Sylvie fera un tabac en leur chantant des comptines de chez nous . Sous les acclamations des enfants nous rejoindrons la rivière où nous attend Peer à la barre de la pirogue .

De retour à notre gîte , juste le temps de se rafraîchir , nous avons retrouvé Noy aux fourneaux pour préparer un diner aux saveurs subtiles . Comme en plus il y avait un piano , Sylvie s'est fait un plaisir de nous faire profiter de ses compositions .

Le jeudi , cette fois c'est avec Peer et sa femme que nous prenons la pirogue . Arrivés dans une petite crique , nous débarquons . Un sentier grimpe dans la montagne , il faudra escalader une cascade , presque à sec heureusement , avant d'arriver dans une petite vallée avec des rizières , c'est le domaine de Peer . Nous nous installons dans sa cabane , il y en toujours dans les rizières ! Auparavant nous avions cueilli des papayes qui seront râpées , Peer allume un foyer et la cuisine commence . Nous jouons avec des petits chatons affamés . A notre grande surprise , ils se jettent sur les boulettes de riz que nous leur donnons , pas de doute , ce sont bien des chats asiatiques ! Leur domaine est ici , leur rôle : chasseur de rats quand ils seront plus grands . Eh oui les rongeurs attaquent les sacs de riz stockés au grenier . Le retour se fera par un long sentier qui nous permettra de profiter du paysage de la rivière et sa vallée , avant de retrouver notre embarcation . La promenade fut tranquille et bucolique .

la cabane au bord de la rizière 
10

Encore un endroit que nous quittons à regrets . Noy , Peer , sa femme ( pardon j'ai oublié son prénom !) sont très attachants et nous nous sommes sentis accueillis comme des amis . Cette maison d'hôtes mérite d'être connue . Ce matin nous avons rejoint le bord de la route nationale près du pont . Nous sommes plusieurs à attendre un bus qui ne viendra pas . Noy est revenue à notre secours , elle a levé le bras devant quelques vans qui passaient et finalement l'un d'entre eux s'est arrêté . De l'auto stop quoi ! Mais entre locaux c'est plus facile de s'expliquer ! Un couple descendait en ville avec sa petite fille , le monsieur était policier donc aucun souci . On s'est mis d'accord sur quelques dongs pour le dédommager et il nous a ramenés à Luang Prabang .


L'après midi nous avons pu une nouvelle fois flâner dans cette magnifique ville et admirer d'autres temples . Nous y avons retrouvé Jeff ( celui du trek Forest Retreat ) avec qui nous avons passé la soirée . Demain nous nous envolons pour le Sud du pays . Le voyage peut se faire en bus , mais nous préférons un peu plus de confort , ce sera donc en avion !

Encore des temples .... 
Terrasse sur le Mékong 
11

Prendre l'avion nous a économisé beaucoup de fatigue . Il faut 2 heures pour rejoindre Paksé . Nous sommes dans une ville fondée par les français en 1905 à la confluence du Mékong et de la Se Don . C'est la capitale de la province de Champasak et la porte d'accès au sud du Laos . C'est le point de départ idéal pour visiter plusieurs sites incontournables . Nous sommes à près de 900 km de Luang Prabang . Le Mékong a eu le temps de grossir , il est devenu un fleuve conséquent , un grand pont suspendu le traverse . La ville peut sembler sans grand intérêt mais grâce aux conseils et aux fameux plans de Nicolas nous saurons découvrir quelques coins secrets en furetant dans les rues de traverse .

Le grand Bouddha regarde Paksé 

Paksé sera un point clé de notre voyage , à partir de là nous irons découvrir successivement le Plateau des Bolavens , Champassak puis les 4000 îles en revenant chaque fois à notre base chez NKM . NKM c'est l'abréviation de Nicolas/Kio/Marie . Nicolas est un français expatrié au Laos depuis bientôt 20 ans , marié avec Kio une laotienne , ils ont eu une fille Marie , qui aujourd'hui est une belle jeune fille de 16 ans . Nicolas était enseignant mais il a abandonné ce métier pour se consacrer à sa passion : partager son amour du Laos et des Laotiens . Pour ce faire , il a construit une grande maison sur le bord du Mékong où il accueille avec Kio des voyageurs comme il le ferait avec des amis .

Le gîte NKM 

Non seulement le gîte et le couvert sont exceptionnels , mais Nicolas en plus est un incroyable fureteur et dénicheur de bons plans , de routes et de chemins de traverse , de temples perdus , de cascades cachées , de gîtes confidentiels etc .... Il connaît toute la région alentour sur le bout des doigts et a tout noté sur des cartes qu'il a créés . Il les édite et les vend bien sûr , mais ses hôtes en bénéficient gracieusement avec en plus ses conseils avisés . Le guide du routard s'en est servi . Une émission de télévision a même fait appel à lui en 2019 ( Echappées Belles au Laos sur la 5) . Son site internet est une mine pour les voyageurs curieux .

la carte de visite 

J'avais bien compris l'intérêt de l'endroit et de l'homme , ce fut une excellente base d'exploration

Nicolas 

Ce dimanche 24 Février nous nous réveillons à Paksé au bord du Mékong , la veille nous avons eu droit à un festin . Nous avons prévu de consacrer cette journée à la découverte de la ville et c'est munis d'un plan spécial Paksé que nous partons . Nicolas nous a commandé une pirogue qui est venue nous chercher en bas de la maison sur la rive et qui nous a emmenés en ville

Le Mékong  

Tout près de notre lieu de débarquement se trouve le marché . Ce sont d'immenses halles où s'entassent toutes sortes de marchandises . Un lieu très vivant en tous cas .

Marché de Paksé 
Marché de Paksé 

Nous continuons notre périple en suivant scrupuleusement le circuit noté en bleu sur notre carte . Il nous fait passer par de petits quartiers improbables , au milieu des maisons et des jardins . Nous saluons ceux que nous croisons d'un amical "sabadee" auquel ils répondent avec un grand sourire . Il y des temples et toujours ce fleuve , indispensable voie de circulation .

A deux pas des rues et des commerces  

Au cours de l'après midi nous passerons voir le loueur de scooters chez qui deux engins ont été retenus . Nous serons autonomes les jours à venir pour partir à l'aventure . Mais déjà , motorisés , nous pouvons aller sur l'autre rive grâce au pont japonais et aller voir de plus près le grand Bouddha qui regarde la ville du haut de sa colline . En fait il y en a toute une ribambelle derrière lui . La vue depuis ce promontoire est superbe.

Le soir , avec Nicolas , nous étudions le parcours des jours suivants . Le plateau des Bolavens nous attend !

coucher de soleil à Paksé 
12

Au guidon de nos scooters automatiques nous suivons une large route bitumée et pratiquement déserte qui monte sur un vaste plateau au dessus de Paksé . Il s'étend sur les quatre provinces du Sud , son altitude moyenne de 1200 mètres autorise des cultures impossibles ailleurs . D'origine volcanique , il est composé de roches basaltiques . L'importante pluviométrie qui y règne , fait que la circulation d'eau est intense dans ses entrailles . Ce plateau est célèbre pour toutes les cascades que l'on peut y voir , surtout en périphérie . On y trouve de grandes plantations de café , la majeure partie de la production Laotienne se fait ici . Le climat y est aussi plus agréable et frais en raison de l'altitude .

Nous ferons d'abord étape à Tad Lo , dans une guest House conseillée par Nicolas . Nous sommes même chargés de leur livrer une commande de cartes touristiques NKM ! Sur la route nous ferons halte chez Mr Vieng qui cultive une petite plantation de caféiers en bio . Il nous la fera visiter et nous goûterons bien sûr à son nectar . Arrivés au gîte Palamei , nous nous installons et partons aussitôt vers les cascades au dessus de Tad Lo en remontant la rivière . Et là coup de chance , c'est l'heure du bain pour les éléphants . Nous nous amusons beaucoup à les regarder faire et quand la place est libre , c'est à notre tour de plonger dans l'eau .


Cascade de Tad Lo 
Gîte Palamei 
Les éléphants 

Lundi nous avons visité l'exploitation de Mr Vieng , mardi ce sera celle de Mr Hook . Visite très intéressante car différente , Mr Hook est intarissable sur les origines du café et son histoire . Il nous a montré plusieurs plantes médicinales en nous expliquant leur utilisation . En plus nous avons parlé de l'organisation de sa tribu , encore animiste , en visitant le village . Il a eu la chance de pouvoir faire des études et adore faire découvrir sa culture . Les petits groupes se succèdent , c'est son business !

Chez Mr Hook 

Nous avons continué plus loin vers une cascade fameuse . Mais c'est la saison sèche et le filet d'eau qu'elle libère s'il tombe de haut est plutôt maigre . Tant pis la vue est quand même belle depuis le haut .


Nous passerons une deuxième nuit à Tad Lo .

Mercredi nous continuons notre boucle . Le hasard et la curiosité nous ont fait nous arrêter dans une ferme d'application . Créé par une ONG hollandaise , ils testent des méthodes de culture moins onéreuses que l'intensification souvent préconisée par les agences de développement et surtout plus respectueuses de l'environnement . Comme c'est un sujet que je maîtrise un peu , j'ai passé un long moment à échanger avec eux . Un groupe d'agriculteurs présents s'intéressait justement aux cultures sous couvert et associées . L'élevage fait aussi l'objet de recherches méthodologiques , tout comme l'utilisation des effluents . Ils ont aussi mis au point une méthode d'élevage de criquets , source de protéines pour l'avenir . Il font vraiment un excellent travail !

Après les questions agricoles , nous avons pu nous rafraîchir sous les cascades .

Ce Motel sur le bord de la route fera bien l'affaire pour la nuit

Le jeudi matin , nous décidons d'aller voir les cascades de Tad Tayicsua . Cinquante kilomètres ne nous font plus peur ! La moitié se fera sur une piste , pourtant nous ne le regretterons pas . Les cascades sont plus belles les unes que les autres , et encore nous sommes à la saison du plus faible débit !

Une fois rassasiés de cascades nous sommes redescendus vers Paksé . Nous y avons rendu les scooters dans la soirée car dès demain nous repartons vers le sud , près de la frontière Cambodgienne où se trouvent les 4000 îles , au milieu des cataractes du Mékong . Le déplacement se fera en bus , Nicolas l'a réservé pour nous . Nous prenons juste le temps de passer chez lui pour laver notre linge , changer de cartes et faire le plein de conseils . Une bonne nuit de repos et c'est reparti..........

• • •

Hébergement Tad Lo : https://palameiguesthouse.com/

13

A la frontière avec le Cambodge, tout au sud du Laos, le Mekong et ses rapides ont dessiné au fil du temps d’innombrables petites îles de différentes tailles, façonnant un paysage unique et verdoyant. Cet archipel portant le nom de Si Phan Don, ou « les 4000 îles« , est constitué en réalité de centaines d’îles, allant de la simple motte de terre aux grandes îles habitées. Parmi ces dernières, Don Det ou Don Khone sortent du lot et bénéficient depuis quelques années de l’attention de milliers de voyageurs, venus chercher là un peu de quiétude.

Il faut dire qu'à cet endroit le Mékong franchi une marche géologique et descend de 21 mètres d'un coup et ce , sur environ 10 kilomètres de largeur . Le débit varie de 10 à 50 000 m3 par seconde selon la saison , ce qui en fait la chute avec le plus important débit au monde . De plus ce verrou interdit la navigation entre l'amont et l'aval .

Partis de Paksé en bus , il nous a fallu 3 heures pour rallier l'embarcadère de Nakasong , de là une pirogue nous a conduits sur l'île de Don Khone que nous avons choisi comme lieu de villégiature .

a

Notre recherche d'un gîte s'est vite révélée fructueuse car nous ne sommes pas en haute saison . Le Dockchampa nous a séduit . La chambre possède une terrasse au dessus de l'eau , en plus il y a des hamacs . Il va falloir se faire violence pour aller plus loin !!

Dockchampa Guesthouse 

Les 4000 îles c'est vraiment la douceur de vivre , la chaleur est atténuée par l'eau environnante et il y règne une atmosphère particulière , toute laotienne . Nous avons flané sur les rives en réfléchissant aux activités possibles du lendemain . Une boutique avec des panneaux flashy , Green Discovery , propose une journée découverte en Kayak , pourquoi pas ! c'est le moyen idéal de découvrir tout cet univers aquatique . Rendez-vous pris , nous retournons nous prélasser dans nos hamacs .

Une promenade sur les rives nous a donné un bel aperçu de ce que nous pourrons voir demain .

Samedi 2 mars , 8 h du matin . Une pirogue est venue nous prendre devant la guest house , c'est le principal moyen de locomotion ici ! Nous partons rejoindre le groupe avec qui nous effectuerons la sortie . C'est au bout de l'autre île , Don Det . Les canoës sont là , ils nous attendent . Les consignes de sécurité sont bien entendu rappelées !! et nous voilà partis avec nos pagaies . En fait nous ne ferons que descendre le courant , donc pas trop d'efforts ! si ce n'est dans des couloirs où il y a de légers rapides . Mais rassurez-vous , nous ne franchirons pas les cascades . Le staff s'en occupe , nous nous arrêterons sur une plage , un tracteur et une remorque se chargeront de transférer nos embarcations un peu plus loin , puis nous pourrons reprendre notre parcours tranquillement . C'est vrai qu'elles sont vraiment infranchissables ces cataractes !!

Derrière la chute , c'est une grande zone d'eau plus calme qui nous attend . Nous y pagayons gentiment jusqu'à une île en territoire cambodgien où nous pique-niquerons . Pas de douaniers ! au milieu du fleuve , un accostage est toléré ! Nous montons ensuite tous à bord d'une grande pirogue motorisée , pour aller dans un endroit particulier . Une famille de dauphins Irrawady vit ici depuis toujours , pour combien de temps encore ? On l'ignore ! Nous pourrons les observer du haut d'un îlot , puis sur l'eau de façon assez respectueuse je dois dire , juste en nous laissant glisser , moteur coupé . Les règles sont strictes ! Ce sont des dauphins d'eau douce , leur tête arrondie est caractéristique . Nous les verrons onduler gentiment , il y en a 5 ou 6 , ils chassent nous dit-on ! Ils sont en voie d'extinction malheureusement , il n'en resterait plus que 70 à 80 dans tout le fleuve Mékong selon le WWF . C'était un moment émouvant de les voir évoluer tranquillement devant nous .

Nous quittons ensuite les eaux calmes , pour aller admirer depuis un belvédère une des principales chutes du Mékong . Il s'agit de celles de Khone Phapheng et là , on comprend pourquoi on nous les a fait contourner ! dire que ce n'est que la saison sèche !!

Le lendemain , c'est à vélo que nous ferons le tour des deux îles . Nous avons suivi l'ancienne voie de chemin de fer qui n'est plus qu'un sentier . Les colons français avaient en effet imaginé et réalisé une voie ferrée reliant le nord de Don Det en amont du fleuve , au sud de Don Khone en aval , avec un pont entre les deux îles . Les bateaux pouvaient décharger leur marchandise sur un quai et d'autres la recharger sur un autre . Le transfert se faisant sur des wagons mus par une locomotive à vapeur . Il s'agissait de s'affranchir des chutes qui empêchaient la navigation du haut en bas du fleuve . Les vieilles locomotives sorties des ronces et de l'oubli sont exposées depuis peu .

En suivant la ligne 

Notre exploration s'est poursuivie vers d'autre chutes encore plus impressionnantes que celles de la veille . Dire que des hommes sur de petites passerelles les bravent pour poser des nasses ,en effet elles sont très poissonneuses .

panoramique 

Nous rejoindrons ensuite des zones plus calmes . Ces îles sont magnifiques et méritent que l'on prenne le temps de les admirer .

Nous avons passé trois magnifiques journées dans cet archipel . Nous sommes revenus à Paksé pour repartir aussitôt le lendemain vers d'autres joyaux de ce Sud Laos , maintenant direction Champasak ....

carte du Sud 

Hébergement Don Khone : Dockchampa guesthouse

14


Depuis Paksé , il faut traverser le Mékong par le grand pont japonais , puis suivre la rive jusqu'à Champasak . Nos scooters avalent les kilomètres . Il y a très peu de circulation et la route est neuve . Notre premier arrêt se fera devant un gigantesque escalier . La perspective d'une belle vue nous y a fait monter . En fait , c'était moyen à cause de la brume , mais il y a un joli petit temple .

Nous suivons le fleuve , tout le long s'étirent des rizières , au fond c'est la montagne . Arrivés à Champasak nous cherchons un hébergement , la Saythong Guesthouse s'est avérée un excellent choix . Autant pour le cadre que pour la gentillesse des hôtes . Champasak , cité royale de 1713 à 1946 est surtout une petite localité tranquille où il reste peu de vestiges de ce riche passé , si ce n'est quelques maisons coloniales délabrées et un palais discret appartenant toujours à la famille royale et qui ne se visite pas . La bourgade s'étire sur 5 Kilomètres le long du fleuve .

Rassurés pour le gîte du soir , nous reprenons la route vers Le site à voir ici ,c'est le célèbre Wat Phou . Il trône au sommet du mont Pasak , depuis le XIIe siècle . Il a été édifié sous le règne des rois khmers Suryavarman I et II, ce dernier étant celui qui a fait construire Angkor Wat. La ressemblance avec les temples d’Angkor du XIIe siècle est donc toute naturelle. Le sanctuaire est d’ailleurs inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité. L’histoire nous enseigne qu’à l’époque, une route menait directement à Angkor. Le site en lui-même date apparemment de bien avant. Dès le Ve siècle plusieurs temples ont précédé celui que l’on voit actuellement et on trouve dans la zone les restes de deux anciennes cités pré-angkoriennes. Le lieu est donc chargé d’histoire et de sens pour beaucoup de locaux qui viennent y prier chaque année . En janvier , le Wat Phou devient un lieu de pèlerinage pour les habitants de la région .

Le site est immense . On commence tout d'abord par un musée où sont exposés beaucoup de vestiges archéologiques et un plan d'ensemble . C'est un site historique majeur et pourtant il y a comme un charme désuet de petit musée provincial . Nous sommes loin de l'organisation et de l'exploitation que nous verrons plus tard à Angkor . Une très longue allée passe entre les deux barays ou bassins , symboles importants dans la culture khmère . Un petit véhicule électrique épargne des pas aux visiteurs . On arrive devant une longue allée pavée bordée par des dizaines de bornes de pierre . C’est d’ailleurs de là que part l’ancienne route vers Angkor. Sur la terrasse , de chaque coté , un palais ou ce qu'il en reste , fait de pierre de latérite et de grès. La couleur ocre est caractéristique des temples khmers.

On arrive ensuite au premier escalier, dont les marches sont complètement déformées par le temps. Il y a 7 terrasses au total, et on aperçoit sur les côtés les restes d’anciennes enceintes. On commence donc la rude ascension d’une centaine de marches jusqu’au sommet de la colline. Les escaliers sont bordés de frangipaniers centenaires ce qui rend le décor encore plus féerique.

Après ces dizaines de marches, on arrive enfin tout en haut, presque nez à nez avec le sanctuaire qui est encore un lieu de prière pour les locaux . On trouve tout autour différentes ruines, un monastère, des sculptures sur les rochers dont un éléphant et un crocodile , typiques des temples hindous . Pour couronner le tout, une fois au sommet on peut profiter d’une vue incroyable sur les alentours . Tout au fond, au pied de la falaise on peut profiter d’une source d’eau pure sacrée pour se rafraîchir.

Plus tôt dans la journée en déjeunant , un homme , français expatrié , nous a abordés . Il distribuait des tracts pour un spectacle en soirée . Il s'appelle Yves Bernard et dirige le théâtre de marionettes en papier de Champasak . Il a voué son existence à faire revivre cette tradition . Deux fois par semaine , la nuit tombée , un théâtre d'ombres est présenté , on nous raconte des épisodes du Ramayana , qui est une grande épopée de la mythologie hindouiste . Des musiciens amateurs locaux accompagnent ce récit avec des instruments traditionnels . La musique est belle , l'histoire aussi . Nous avons passé une superbe soirée .

Théatre de marionnettes de Champasak 

Hébergement Champasak : Saythong Guesthouse & Restaurant

Hébergement Done Deng : Demander au restaurant du village

15

Nicolas avait insisté , surtout ne manquez pas Don Deng ! Cette île au milieu du Mékong en face de notre chambre à Champasak n'est pas facile à rejoindre . Il faut d'abord trouver l'embarcadère . Entre deux maisons on descend un chemin abrupt et poussiéreux vers le Mékong . En bas des bateliers débonnaires attendent le client , couchés dans un petit kiosque . Pour quelques Kips , ils vous font traverser sur un bac de fortune , en fait deux pirogues jumelées par des planches sur lesquelles on embarque jusqu'à trois motos et leurs conducteurs . Personne ne stresse , tout va bien , c'est le rythme lao !!

Et bien je dois l'avouer , nous avons vraiment eu raison d'écouter Nicolas .

En abordant l'autre rive , tout d'abord ne pas tomber à l'eau avec le scooter . La planche est étroite ! ensuite mettre les gaz pour monter la côte . L'île fait environ 4 km de longueur une piste en fait le tour et une autre la traverse en son centre . Nous devons être les seuls touristes ici . Nous commençons par prendre la route transversale pour aller voir l'autre coté . Un temple au milieu de la forêt nous intrigue , il a l'air très vieux . Les nombreuses stèles nous laissent penser que c'est un cimetière . En roulant le long de l'autre rive , nous croisons des buffles qui prennent le frais dans l'eau . Le paysage est somptueux . A nouveau , un grand temple brillant de mille feux cette fois , les moines paraissent affairés . La religion est partout présente ici . Nous arrivons enfin au village où nous pourrons manger dans une petite échoppe . Il nous faut penser à la nuit à venir , sur le guide nous avons vu qu'une guesthouse communale est tenue par les locaux . Quand nous demandons , embarras !! Elle ne fonctionne plus depuis un an , sans doute le manque de visiteurs ! Mais une solution alternative existe . Il ont mis au point un système qui donne par tour de rôle à chacun d'entres eux le droit d'héberger des visiteurs . Une vieille dame vient alors nous chercher . C'est chez elle que nous serons reçus et c'est un grand honneur pour nous .

Nous profiterons des grandes plages de sable pour nous baigner dans le Mékong .

Le soir venu , nous rejoignons la maison où nous sommes hébergés , la dame est aux fourneaux , ce soir c'est fête et elle prépare le meilleur pour nous . Sa petite fille qui vit avec elle , est toute intimidée , mais elle parle deux ou trois mots d'anglais et cela suffit . Après un succulent dîner , nous ferons leur joie juste en leur montrant les photos prises depuis le début de notre séjour au Laos . Elles découvrent leur pays !

Le lendemain après avoir fait nos adieux , nous reprenons nos montures , il s'agit de rentrer sur Paksé mais nous avons la journée pour cela . A nouveau , nous goûtons aux joies du transfert en pirogue . De retour sur le "continent" , nous avons la curiosité de pousser notre chemin vers des vestiges pré Angkoriens tout près d'ici . Une piste poussiéreuse et accidentée nous mènera jusqu'au temple Tomo le long de la rivière du même nom . Ces vestiges à peine fouillés au milieu de la jungle et presque en libre accès nous donnent l'impression d'être de nouveaux Indiana Jones .

Sur la route du retour , nous ferons halte sur une grande esplanade ou de gros tas m'intriguent . C'est du manioc , les paysans livrent les racines sur ces grandes aires , où elles sont déchiquetées et séchées au soleil . Ensuite les copeaux sont livrés par camion à des usines d'agro-alimentaire .

Manioc déchiqueté 

Nous avons aussi fait un long détour par des pistes pour pouvoir visiter une réserve de faune sauvage dans des marécages . La visite se faisant à dos d'éléphant , nous étions motivés . Malheureusement nous n'avions pas réservé et les places étaient prises . Nous avons juste vu les éléphants !

C'était notre dernière journée au Laos , que le temps passe vite ! déjà 30 jours , notre visa arrive à son terme . Nous retrouvons Nicolas dans la soirée , demain direction le Cambodge !

• • •
16

Nous profitons des derniers moments au bord du Mékong ce matin chez Nicolas , dans le hamac à regarder l'eau passer . Un tuk tuk nous reconduira à l'aéroport . Là encore nous avons préféré faire le déplacement en avion . Les passages de frontière en bus dans cette région sont délicats : inconfort , longueur du trajet , complexité administrative , corruption .... L'organisation aéroportuaire est plus efficace .

Nous sommes le vendredi 8 mars , c'est notre dernière semaine de voyage . Nous résiderons au Dream Mango une guest house tenue par Harry un suisse baroudeur , qui a promené sa bonne humeur dans plusieurs pays d'Asie avant de se fixer ici . On se demande bien où on va quand le tuk tuk nous pose devant la porte . Mais quand elle est ouverte c'est un ravissement . Une piscine dans un jardin avec les appartements autour . Et l'accueil , que dire !!! Harry est phénoménal . Nous y serons merveilleusement bien traités .

La piscine sera utilisée pleinement , du matin au soir . La moindre goutte de sueur et nous filons à l'eau ! En plus Harry nous amène des bières fraîches à volonté sur le bord pour éviter les coups de chaleur . Cette semaine sera difficile , je le sens !!!!!!

Nous sommes au centre de la vieille ville de Siem Reap , par les ruelles nous pouvons accéder au vieux marché . Nous y ferons quelquefois des tours . Les restaurants alentour sont fameux eux aussi , nous en avons testé quelques uns . La cuisine cambodgienne est largement supérieure à celle du Laos . Un centre de massages est à coté , nous en userons et abuserons bien entendu .

J'avais sur les recommandations d'internautes sollicité Mr Khong , c'est un guide agréé qui a sa petite agence . Un de ses adjoints , Kim Dara , s'est occupé de nous toute la semaine . Samedi après midi , il est venu pour nous emmener prendre les pass visiteurs au Centre touristique . Ce pass est valable 3 jours , mais si on le prend après 17 heures on peut aller assister au coucher de soleil sur un des temples , ce que nous n'avons pas manqué de faire samedi soir .

Le premier temple du complexe d'Angkor que nous avons vu est superbe , on était tout intimidés d'être enfin devant ce qui nous faisait rêver depuis si longtemps . Mais ..... que de monde ! Ils sont tous là assis et grimpés sur des pierres avec des appareils photos , des caméras pour faire LA photo du coucher de soleil sur la jungle et le selfie de rigueur . J'ai trouvé ça plutôt amusant et c'est cet attroupement que moi j'ai photographié !!!!

C'est sûr à Angkor il va falloir oublier la tranquillité et le rythme calme du Laos , ici il y a du monde et encore ce n'est pas la saison haute . Ne pas penser être seul dans un temple comme au Wat Phou ou à Tomo .




Hébergement Siem Reap : https://www.dreammangovilla.com/

Guide : kong_angkor@yahoo.com

17

Nous y voilà donc . En préparant ce voyage au Laos , je me suis posé la question , peut on passer aussi près d'eux et les ignorer ? non je m'en serais voulu ! C'est pourquoi j'ai décidé de le prolonger de quelques jours , en me disant , on passe par Siem Reap , on trouve un guide et on y fait un tour . Je crois que tout le monde rêve de les voir un jour . Les vieilles pierres , la jungle , tous les mythes qui tournent autour .

On aimerait tout voir et tout comprendre , mais la tâche est impossible . C'est tellement immense , tellement grandiose ! L'histoire est compliquée avec la succession de rois et de guerres , de temples et de palais détruits et reconstruits . Trois jours de visite c'est court , on survole forcément . Il y a des ruines partout et on finit par tout confondre . Il y a beaucoup de monde aussi , comme en Egypte , c'est un paramètre dont il faut tenir compte à chaque instant . Découvrir seuls comme des aventuriers un temple enfoui dont quelques vestiges émergent de la végétation comme nous l'avons fait au Laos , ici il faut oublier !

Les quelques photos qui suivent vous permettront de vous faire une idée de l'ampleur du site , de sa diversité et du charme de ces pierres ressorties de l'oubli .

Ta Phrom

Surnommé le temple de la jungle , il est littéralement mangé par les racines des grands arbres . Célèbre depuis qu'on y a tourné le film Tomb Raider .

Angkor Tom


Bayon

Cet alignement de statues tenait un serpent 


Angkor Vat

Sa silhouette est visible sur le drapeau Cambodgien . C'est l'emblème National .

Preah Kahn

Le temple au milieu de l'eau . Il est sur une île au milieu d'un grand bassin .

Banteay Srei

Surnommé Le temple des femmes en raison de la finesse de ses sculptures


D'autres temples dont j'ai oublié le nom .....

Les racines sont omniprésentes 



Sylvie et  Kim devant un Ligam ( symbole phallique ) 


Une rivière sacrée et la vie qui continue ! 

La rivière aux milles Ligams

A une cinquantaine de kilomètres de Siem Reap se trouve la montagne Kulen . A son sommet , on trouve un bouddha sculpté dans le rocher qui est un lieu de culte depuis des siècles . La route qui y mène longe un torrent , les dalles rocheuses au fond de ce torrent sont sculptées de centaines de symboles de fécondité . D'où le nom rivière aux milles ligams . L'eau qui coulait dessus devenait sacrée et emmenait ses bienfaits plus loin dans la vallée .

Tout un Symbole ....... 

Durant trois jours nous avons vu des temples , des palais et les vestiges d'un passé prestigieux . Tout est éphémère , ils étaient tombés dans l'oubli , la végétation avait commencé à reconquérir le terrain . Pourtant un jour , des hommes devant une telle splendeur ont jugé qu'il fallait sauver ce patrimoine de la disparition . Aujourd'hui grâce à eux nous pouvons à notre tour en profiter .

Merci à Kim Dara pour sa gentillesse  et son érudition



• • •
18


Le Cambodge , ce n'est pas que des temples . Il y a aussi une campagne dans laquelle nous voudrions bien aller faire un tour . Nous souhaitions voir le fameux Tonlé Sap .

Le Tonlé Sap est le plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud Est . Situé dans une dépression , son régime d'écoulement est alternatif . C'est un phénomène très rare dans le monde . La rivière Tonlé Sap et son lac s'écoulent vers le Mékong en saison sèche, mais à la saison des pluies et de la fonte des neiges en Himalaya , lorsque le Mékong grossit c'est lui qui le remplit . Le lac sert ainsi de déversoir au trop plein des eaux en période de crues et de réservoir en période de basses eaux . On appelle « retournements des eaux » les périodes où le cours de la rivière Tonlé Sap s'inverse, une fois par an dans chaque sens (mai et novembre).

La superficie du lac pendant la saison sèche (février à mai), est d'environ 2 700 km2 pour une profondeur d'environ 1 mètre, elle se voit quasiment multipliée par six quand arrive la saison des pluies de mousson concomitante à son début avec la fonte des neiges.

Lors de sa crue, le lac envahit les forêts et les champs avoisinants. L'écosystème du Tonlé Sap est donc reconnu comme un écosystème de forêt alluviale. L'inondation saisonnière crée un milieu idéal pour la reproduction des poissons , si bien que quelques 200 espèces y sont répertoriées . Une véritable providence pour les trois millions de Cambodgiens vivants dans la région. Les eaux descendantes laissent de riches dépôts nutritifs de sédiments dans la région, ce qui en fait une terre propice à l'agriculture pour le reste de l'année.

Les poissons sont triés , puis fumés 


Le niveau du lac passe de 1 m à près de 10 m selon la saison . Les hommes qui vivent autour se sont adaptés , leurs maisons sont bâties sur des pilotis suffisamment élevés . Quand nous y sommes allés nous pouvions pénétrer dans le village par la route et les maisons nous ont parues très hautes . Pourtant dans la rue principale si on regarde la marque de boue sur les poteaux électriques on peut voir jusqu'où l'eau monte . A une autre saison l'accès se fait en barque . Côté canal , la hauteur des piliers est encore plus impressionnante .

c'est haut ! 

Nous sommes partis naviguer sur le chenal pour rejoindre le lac .

La vie et les déplacements se font sur l'eau 

Certains pêcheurs ont opté pour des maisons flottantes . Leurs villages se déplacent ainsi au fil des saisons au plus près de leur lieu de travail .

Village flottant 
19

Nous profiterons encore une journée de la piscine du Dream Mango . Harry est aux petits soins pour nous . Un dernier tour au marché pour quelques souvenirs et il est temps de prendre le chemin de l'aéroport . Nous repartons du Cambodge le vendredi 16 mars . Cet endroit et ce pays nous on bien plu , nous nous jurons d'y revenir et de mieux prendre le temps de le découvrir . Mais ce sera à une saison où les eaux sont plus hautes et la campagne plus verte , les paysages seront différents , assurément .

Le vol de retour passe encore par Singapour . Cette fois c'est Swiss Air qui nous ramène , avec une escale à Zurich . Il fait beau , nous survolons des Alpes enneigées . Un dernier saut et nous sommes à Bordeaux . Que de souvenirs.............!!

Le monde est petit , relié ainsi .....  

Merci d'avoir suivi nos aventures .

Si vous souhaitez des tuyaux pour suivre nos traces , n'hésitez pas à nous contacter.......... à bientôt !!