Par JMS16
Du Caire à Alexandrie , dans le delta du Nil
Septembre 2018
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

C'est avec Egypt'air que nous sommes arrivés au Caire à 20 h 30 ce 14 septembre en provenance de Roissy Charles de Gaulle . Après les formalités d'usage nous pénétrons dans le grand hall et aussitôt nous apercevons un homme brandissant une pancarte où est écrit "Jean-Michel" . Il nous attendait pour le transfert vers l'hôtel qui nous avait été réservé . Nous serons déposés une heure plus tard à Gizeh . C'est une modeste pension de famille , très sympathique . La chambre est grande et confortable . Il est temps de dormir , nous verrons bien demain où nous sommes .

Qu'elle ne fut pas notre surprise le lendemain ! Par la fenêtre de notre chambre nous apercevons les pyramides , juste en face , de l'autre côté de la rue ! Sur la terrasse de l'hôtel c'est encore mieux , la vue est imprenable !

Hotel Guardian Guesthouse à Gizeh

http://www.guardianguesthouse.com/

2

Pour ce séjour découverte autour du Caire , j'ai fait appel à Zienab Ibrahim . Cette jeune femme , recommandée par des forums internet , s'occupe d'une petite agence touristique locale . C'est une affaire de famille . Elle est très professionnelle et attentive , nous n'avons eu qu'à nous féliciter de notre choix . De bon matin Sahar , qui sera notre guide nous a rejoint avec notre chauffeur de la veille ( le beau frère de Zienab ! ) . Après les présentations autour d'un thé nous prenons la route vers Memphis , ancienne capitale des pharaons .

Nous commencerons par visiter dans le complexe funéraire de Dejeer à Saqqara , un mastaba . Cette tombe creusée dans le roc était la sépulture d'un médecin royal . Partout sur les murs , des fresques représentant la vie locale dans tous ses états à chaque saison . Une merveilleuse bande dessinée en couleurs . On a peine à croire que ces dessins ont 4000 ans !!!!!

Photos interdites !  malheureusement ! 
Pyramide à degrés 

Nous verrons ensuite la nécropole Dahchour , où se trouvent 5 pyramides . Cette partie du plateau est moins fréquentée par les touristes , car plus loin du Caire . A notre grande joie nous pourrons pénétrer dans la pyramide rouge . Un escalier permet d'accéder à mi pente , à une entrée . Un long couloir de soixante mètres s'enfonce dans la pyramide . La progression courbée est malaisée , il nous faut nous tenir à une corde . Ce couloir mène à trois salles successives . Pour la troisième , l'entrée est placée à seize mètres de hauteur, elle abritait le sarcophage royal . Un escalier de bois permet d'y accéder . D'énormes blocs en encorbellement forment les voûtes . Pas d'inscriptions , juste ces souterrains au milieu d'une montagne artificielle . Nous sommes seuls à l'intérieur et c'est plutôt exaltant !

Pyramide rouge 


Pyramide Rhomboïdale 

Nous ne pouvions pas manquer non plus la fameuse pyramide Rhomboïdale qui est la première "vraie" pyramide . Construite non plus à degrés , mais d'un bloc , elle se voulait grandiose , mais les architectes ayant rencontré des soucis de stabilité en cours de construction , ont dû revoir leurs plans .C'est ce qui lui donne cet aspect inattendu .

Notre visite se terminera par un musée où sont exposées de monumentales statues exhumées des marais aux alentours des bords du Nil .

3

L'avantage de résider à la Guardian Guesthouse , c'est que la nuit venue , il suffit de monter jusqu'à la terrasse , un verre de thé en main , et de s'installer dans un fauteuil . Le site en face commence à s'affairer et bientôt vous pouvez assister aux premières loges , à un spectacle son et lumière autour des pyramides et du sphinx . Et ce , sans passer par la foule et les guichets . Il y a trois séances en différentes langues !

1ère séance pour commencer : Le coucher de soleil !!! 
Les mêmes en couleur............. 
4

Le lendemain , nous ne sommes pas allés bien loin pour commencer la journée . C'est en face , les pyramides et le sphinx nous attendaient !

Et je le confirme , c'est grandiose !!!!

Du haut de ces pyramides .......................... 
............des siècles nous contemplent !!!!!!!!!


Notre journée fut complète avec la visite du Musée des Antiquités égyptiennes du Caire . Construit en 1900 dans le style néo-classique par l'architecte français Marcel Dourgnon , on y expose plus de 120 000 objets (mais plus du double reste dans les réserves et dans les caves !) .Le musée abrite la plus vaste, la plus riche et la plus complète collection d'antiquités pharaoniques au monde sur une période de cinq mille ans. On y trouve notamment la totalité des objets trouvés dans la tombe de Toutankhamon . Les photos sont malheureusement interdites à l'intérieur . Ce musée est vieux et développe un charme certain , mais évidemment il n'est plus a la hauteur des attentes du public d'aujourd'hui .

En 2002, le gouvernement égyptien a décidé d'édifier un vaste complexe : Le Grand Musée Égyptien . La première pierre a été posée le 4 février 2002 par Hosni Moubarak. Ce projet d'envergure, sera installé à proximité du Caire, sur le plateau de Gizeh, tout près des pyramides . Nous avons pu voir le chantier qui semble prometteur . L'ouverture est prévue pour 2020 , mais elle a déjà été plusieurs fois repoussée ! Sa visite sera vraiment un grand moment et nous nous promettons d'y revenir un jour .

En attendant nous nous sommes contentés du vieux musée un peu poussiéreux , des merveilles y sont exposées ! Bien sûr il y a le fameux masque de Toutankhamon et ses objets funéraires , mais pas que cela . Tous ces objets ont passé les siècles et semblent si contemporains que c'en est troublant .

5

Sahar nous emmène aujourd'hui visiter le Caire . Les rocades d'accès sont bondées , tout est bloqué ou presque , les voitures se faufilent dans un imbroglio qui nous effraie . Il faut jouer du klaxon et de beaucoup de culot pour avancer , mais notre chauffeur a l'air habitué ! Nous arrivons finalement à l'entrée du Caire et nous bifurquons vers la Citadelle de Saladin . C'est une imposante forteresse qui domine la ville , elle fut construite par le Sultan Saladin , maître de l'Egypte au XIIe siècle . En fait il a renforcé et amélioré une vieille enceinte pré-existante sur un éperon rocheux pour en faire une place forte , symbole de son pouvoir . Aujourd'hui , sur les remparts , on a une vue magnifique sur tout le vieux Caire , appelé autrefois la ville aux milles minarets .

Cette citadelle a subi beaucoup de transformations au fil du temps et de l'occupation Ottomane qui a suivi . Elle était devenue une zone résidentielle avec ses quartiers . Au XVIIIe siècle un autre sultan Méhémet Ali , grand constructeur y a fait bâtir son palais et des jardins aujourd'hui en ruines mais aussi une grande mosquée qui porte son nom et continue , elle , de briller de milles feux .


Après la mosquée , nous sommes partis vers les vieux quartiers du Caire au pied de la citadelle . En nous enfonçant dans ces rues étroites nous avons atteint le Quartier Copte qui est le cœur de la vie chrétienne de la ville . La religion chrétienne fut introduite par Saint-Marc aux alentours de 45 après J-C et c’est ainsi qu’une communauté Copte – Copte étant un terme désignant spécifiquement les chrétiens d’Egypte- a commencé à se développer. Le Quartier Copte est surtout connu pour abriter un nombre élevé d’églises sur un tout petit périmètre.

Nous avons pu pénétrer dans l'église Saint-Serge qui est l’une des plus anciennes églises chrétienne, construite aux alentours du IIIe ou IVe siècle après J-C. L’Eglise a été nommée Saint-Serge en hommage à un général romain qui s’était converti au christianisme. Les chrétiens ont édifié une église à cet emplacement précisément car selon la croyance, c’est dans les fondations de ce lieu que se trouve la grotte qui aurait servi de refuge à la Sainte Famille lors de sa fuite en Egypte . La crypte , toujours visible et son puits sont un lieu sacré pour les croyants . Dans cette église à l'ambiance feutrée , nous avons pu admirer de superbes icônes , très anciennes pour certaines ainsi que des manuscrits précieux . Les boiseries au mur sont des trésors de marqueterie , aux motifs relevés d'ivoire et d'ébène .

Crypte refuge de la Sainte Famille 


 Les ruelles suivantes sont très étroites , des libraires et des graphistes profitent de l'ombre pour exposer leurs articles .

Au détour d'une autre rue , nous entrons dans une synagogue . Surprenant ,dans un si petit périmètre de rencontrer les trois religions monothéistes ! Depuis des siècles , Le Caire est un carrefour , au plus profond de ses vieilles rues , on trouve la synagogue de Ben Ezra c'est une des plus anciennes synagogues Egyptiennes , elle est aussi le temple juif le plus ancien du Caire, remontant au IXe siècle . Comme presque toutes les synagogues en Egypte, elle est aujourd'hui principalement un centre d’intérêt touristique, faisant suite au départ de la quasi-totalité des membres de la communauté juive durant les années 1950, après la naissance d’Israël .

La veille synagogue du Caire ! 

Sahar nous a raconté avoir emmené dans ces rues il y a quelques années un vieil homme . A sa grande surprise il est tombé en larmes devant la synagogue . Il lui a avoué se retrouver sur les lieux de son enfance , à cette époque sa famille juive vivait harmonieusement avec son entourage dans cette ville cosmopolite . Depuis tout a changé , les guerres sont passées par là .


Après la visite de ces vieux quartiers et avant de rentrer nous avons fait un détour par la Mamounia pour voir l'Alliance Française . C'est un institut qui œuvre pour le rayonnement de la culture française à l'étranger . Sylvie tenait à leur offrir trois des livres d'Elysée Collin .

Après cette mémorable journée , nous sommes rentrés à notre hôtel à Gizeh . La rue y est toujours aussi animée , nous mangerons local après avoir revu un peu du son et lumière quotidien .

6

Troisième jour au Caire , nous repartons pour la vieille ville en bravant la circulation . Notre chauffeur s'en sort à merveille et nous avons tout loisir de discuter avec Sahar qui est intarissable . Le thème aujourd'hui est le Caire Islamique . La première mosquée de la journée est celle du Sultan Hassan .

Les travaux de cet imposant complexe religieux ont été initiés par le Sultan An-Nasir al-Hasan, souverain Mamelouk controversé qui régna de 1347 à 1361. Cinq ans après le début des travaux, l'un des deux minarets s'est effondré sur la foule, causant la mort de plusieurs centaines de personnes. Cette catastrophe fut suivie de peu par l'assassinat du Sultan : son corps ne fut jamais retrouvé .

L'architecture de cet édifice emblématique de la ville du Caire est caractéristique de la période mamelouk . Formant un vaste complexe , il regroupe une mosquée et une madrassa ( école coranique ) , l'ensemble s'articulant autour d'une cour intérieure . De part et d'autre de cette cour centrale pavée s'ouvrent quatre grandes et profondes arcades. Des accès permettent d'atteindre les quatre madrassas que compte le complexe ainsi que les cellules des étudiants.


A gauche , tombe du Shah d'Iran , à droite tombe du roi  Farouk 

La seconde mosquée , plus récente , date du XIXe , est située juste en face . Elle fut construite à la demande de la mère du khédive Ismaïl Pacha (1863-1879) qui souhaitait à la fois un lieu de prière et un mausolée pour la famille royale . La mosquée Al-Rifa'i a vu le jour à la fin du XIXe siècle . Le chantier fut plusieurs fois interrompu et repris au final en 1905, par l'architecte autrichien Max Herz, chef du Comité pour la conservation des monuments arabes du Caire . Les minarets se sont dressés dans le ciel du Caire à partir de 1909, et la mosquée fut achevée en 1911 et ouverte au culte l'année suivante, en 1912 . La mosquée abrite les sépultures de plusieurs souverains égyptiens, dont le roi Farouk, dernier roi d'Égypte, mort en exil à Rome (1965) . Elle abrite aussi le tombeau du dernier shah d'Iran, Mohammed Reza Shah, également mort en exil peu après la prise de pouvoir de l'ayatollah Khomeini au cours de la révolution islamique (1980) .

La troisième que nous verrons est la mosquée Ibn Touloun c'est la plus ancienne mosquée de cette ville . Elle est dans son état d'origine et c'est d'ailleurs le plus ancien monument islamique du pays. C'est aussi la plus vaste en termes de surface au sol. Elle a un minaret en forme de spirale . Sa construction a été ordonnée par Ahmad Ibn Touloun , gouverneur abbasside d'Égypte, de 868 à 884 . Une inscription date son achèvement en l'an 265 de l'Hégire, c’est-à-dire l'année 879 de notre ère.

La mosquée consiste en une vaste cour intérieure , au milieu de laquelle se trouve un dôme supporté par un tambour octogonal reposant sur une base carrée, avec quatre entrées archées et une fontaine pour les ablutions au centre. De grands couloirs tout autour et une première cour d'enceinte à l'extérieur avec 21 portes d'entrées .


Cette magnifique mosquée se situe dans un quartier très populaire, à deux pas du célèbre souk médiéval du Caire . Nous nous sommes fondus dans les petites ruelles et les échoppes , un peu perdus aussi ! Une heure c'est peu , nous avons juste eu un aperçu de la vraie ville du Caire .

Je ne peux terminer le récit de cette journée sans vous indiquer un restaurant d'exception , connu de tous les cairotes il ne sert qu'un seul plat , le koshary , seul choix possible la taille de l'assiette . Le restaurant lui-même est une institution sur 3 étages, mêlant cuisines, salles à manger, comptoirs dans un ballet incessant. Le koshary est le plat national Egyptien , c'est un mélange de lentilles, pois chiches, macaronis, nouilles complètes et riz , agrémenté d’oignon frits et coulis de tomate, cumin, coriandre . C'est un mélange très sympa à déguster à la cuillère , le fast food local ! Sahar nous l'a fait découvrir et nous avons adoré . Demandez , l'Abou Tarek !!!!

Nous avons visité une autre institution du Caire , c'est le Café Riche . Non loin de la place Tahrir et du Musée Egyptien, dans la rue Talaat Harb, c'est un des lieux les plus connus du centre du Caire . Fondé en 1908, il est devenu célèbre par son rôle dans la révolution de 1919. Les révolutionnaires se réunissaient dans les sous-sols de ce café. L'ambiance garde une atmosphère et un décor du début du XXe siècle, avec des serveurs toujours en costume d'époque... Il continue à être le lieu de rendez-vous des intellectuels Cairotes . Un vieux piano droit trône au milieu de la salle et Sylvie s'est fait un plaisir de régaler le public de ses compositions . Elle a eu son petit succès !

7

En ce milieu de semaine nous quittons Le Caire . Une longue route nous attend , nous rejoignons la Méditerranée à Alexandrie . Nous passons par ce qui s'appelle l'autoroute du désert . Cette route droite est flambant neuve , avec 2 fois trois voies presque désertes , les camions roulent sur les voies parallèles de chaque coté ( ce qui nous fait 2 fois 4 voies !!!) . En fait de désert ,l'irrigation a tout changé et ce n'est que des champs cultivés tout du long , immenses vignobles , bananiers , céréales , légumes de plein champ . Vers 9 heures , Sara notre nouvelle guide nous accueille sur le front de mer . Nous en profitons pour faire un tour et voir enfin la mer . Un grand parc et le palais d'été présidentiel se trouvent là . C'est l'occasion pour nous de rencontrer nos premiers Alexandrins et le contact est très facile , loin des visées toujours mercantiles autour des pyramides .

de Mubarak à Sisi , le palais d'été ...... 

Il va pourtant falloir oublier le soleil et la mer . La première visite proposée par Sara c'est de descendre dans les Catacombes d'Alexandrie ! Au moins nous y serons au frais !

Selon les archéologues, les Catacombes de Kom-el-Chouqafa seraient le plus grand lieu de sépulture datant de l’époque Gréco-Romaine . Les Catacombes sont construites sur trois niveaux de tombes et de chambres creusées dans le substrat rocheux, jusqu’à 35 m de profondeur. Il s’agit d’un cimetière qui remonte au Ier siècle et qui a été utilisé jusqu’au 4ème siècle. Les catacombes d’Alexandrie étaient probablement une tombe privée à l'origine, réaménagée plus tard en cimetière public. Elles comprennent un escalier en colimaçon, une rotonde, le triclinium (ou salle de réception), un vestibule, une antichambre et la chambre funéraire avec trois alcôves abritant chacune un sarcophage . Les catacombes contiennent également un grand nombre de cavités taillées dans la roche, où sont conservés des cercueils.

Ces cavités étaient entièrement noyées , mises hors d'eau elles ont été restaurées depuis . Beaucoup de sculptures , plus ou moins réussies selon le talent des artistes . Le mélange des genres et des époques avec la récupération de symboles pharaoniques est surprenante . Vraiment c'est à voir !

De retour au soleil nous replongeons dans l'histoire . Tout d'abord un bref rappel : Alexandrie fut fondée par Alexandre le Grand en -331 . La cité portuaire a été durant cette période la plus grande ville du monde Grec avec presque un demi million d'habitants . Conquise par les Romains en -47 elle continua de briller , en restant un très grand pôle commercial . Célèbre aussi pour son phare aujourd'hui disparu , sans doute à la suite d'un tremblement de terre . On trouve de nombreuses traces de son passé Romain avec notamment ce théâtre antique . Le plus surprenant est que l'on trouve dans les éléments de construction de celui-ci , des pierres et colonnes gravées avec des hiéroglyphes , preuve de réutilisation par les constructeurs . L'amphithéâtre et ses gradins , les rues et villas font toujours l'objet de fouilles et sont en partie recouvert par la ville moderne .

Théatre Antique Romain 


Les époques se chevauchent , à côté sont exposées les statues immergées dans ce qui était le port antique et ressorties par les équipes d'archéologues .

Alexandrie est connue pour sa bibliothèque qui fut la plus grande du monde Antique . Incendiée et détruite , on la croyait disparue à tout jamais . Eh bien non ! les hommes en ont décidé autrement . La nouvelle Bibliotheca Alexandrina est une bibliothèque et un centre culturel tout neuf qui compte faire briller à nouveau Alexandrie dans le monde . Elle a été inaugurée le 16 octobre 2002. Elle dispose de la plus grande salle de lecture au monde, occupant sept des onze étages du bâtiment principal, elle offre 2000 places assises, 180 salles d’étude et pourra héberger à terme huit millions d’ouvrages. L'architecture de la bibliothèque a été choisie à l'issue d'un concours organisé par l'Unesco ; c'est la proposition d'une agence d'architecture norvégienne, Snohetta , qui a été retenue. Le plan a été réalisé par l'ingénieur égyptien Mamdouh Hamza.


Avoir un de ses livres dans les rayons de la bibliothèque d'Alexandrie est une consécration pour tout écrivain . Et bien Sylvie a réussi ! ils ont accepté son don et Elysée Collin sera sur un de leur rayons . Elle était très fière et émue .

Après ces émotions nous sommes allés flâner sur le port d'Alexandrie , tout près de l'ancien fort . Les vestiges du port antique et de son phare sont devant nous, sous l'eau . Nous sommes très sollicités par les passants qui s'enquièrent de notre nationalité et tiennent à se faire prendre en photo avec nous . Ils apprécient beaucoup que nous nous intéressions à leur pays .

L'hôtel qui nous héberge est sur le front de mer , la vue est magnifique de notre terrasse . Le paysage nous laisse rêveurs , tout au bout de cette jetée se dressait dans l'antiquité un phare et une bibliothèque mythiques !

UNION HOTEL Corniche à Alexandrie

8

Nous laissons Alexandrie derrière nous . 60 Km plus loin en longeant la mer nous arrivons à une des embouchures du Nil dans la petite ville de Rosette. Depuis des temps reculés , il y a toujours eu un fort sur les rives du fleuve à des fins de contrôle du traffic maritime et de défense contre les envahisseurs , tour à tour égyptien , grec , romain , ottoman , anglais , français . Ce fort a été souvent détruit et reconstruit . Il se trouve qu'un soldat français à l'époque de Napoléon , occupé à la réfection d'un pan de mur , fut intrigué par les multiples gravures sur une pierre à l'intérieur de l'éboulis . Au lieu de la re-maçonner avec les autres , il en parla à son supérieur qui préféra la montrer aux archéologues attachés à l'expédition de Bonaparte . C'est devenu la fameuse Pierre de Rosette , aujourd'hui exposée au British Museum à Londres car les anglais nous l'on subtilisée ! C'est un fragment de stèle comportant un décret promulgué par le Pharaon Ptolémée V , le texte est gravé en trois écritures , hiéroglyphes , égyptien démotique et alphabet grec . Quelques années plus tard , en 1822 , elle permit à Jean-François Champolion de percer le mystère des hiéroglyphes et de pouvoir déchiffrer les textes anciens .

Fort de Rosette 
Pierre de Rosette 


A cet endroit du fleuve nous ne pouvions manquer d'aller jusqu'à son embouchure . Un si long fleuve qui traverse l'Afrique , chargé de tant d'histoires , je voulais le voir se jeter dans la Méditerranée .


Le long du fleuve nous nous sommes arrêtés , curieux d'observer une équipe de ramasseurs de dattes en plein travail . Un acrobate monte au sommet du palmier , tranche les bouquets , les fait descendre au sol où de petites mains trient les dattes et les emballent . Heureux que nous nous intéressions à leur tâche , ils nous ont tout expliqué , offert le thé , plus un gros paquet de dattes , tout en refusant la moindre gratification au nom de l'hospitalité .

Très vieille demeure  - Moucharabieh - Moulin à Huile 

La halte suivante se fera dans la vieille ville de Rosette . Nous visiterons les ruelles où se tient le marché , et de vieilles maisons arabes . N'ayant pas croisé d'autres occidentaux , nous avons vraiment vécu une immersion dans la vie locale . Tout le monde était très poli et jovial avec nous . Dans l'après midi , nous avons repris la route vers le Caire .

Portraits au fil des rues ............ 
Sara négocie nos brochettes 
Que c'est haut !! 

Ce soir nous dormirons dans le centre , près de la fameuse place Tahrir . C'est le retour vers un grand centre urbain , il y a beaucoup de vie la nuit et ce sera l'occasion pour nous de vivre une soirée Cairote . Notre hôtel , Amin , est plutôt chic , nous profiterons pleinement du confort proposé !

9

Nous avons retrouvé Sahar ce matin et notre chauffeur . Pour cette dernière journée , nous avions souhaité voir une oasis . La plus proche du Caire c'est El Fayoum ! Nous en prenons donc la direction . La circulation est très fluide ce matin . Normal , c'est vendredi et dans un pays musulman c'est l'équivalent de notre dimanche . Une fois sorti de la ville puis des faubourgs nous pénétrons dans le vrai désert . Parfois rocheux , parfois sableux . De grandes villes désertes avec des centaines de cases en béton nous intriguent , ce sont les nouveaux cimetières ! Soudain apparaît un peu de verdure , nous arrivons à Médinet El Fayoum , nous sommes à 100 Km au Sud Ouest du Caire . C'est l'une des villes les plus anciennes du pays, en raison de l'emplacement stratégique où elle s'élève , à l'entrée de la dépression du Fayoum .

Le nom Fayoum provient de l'ancien égyptien « pa-yom » (le lac) . Son bassin, couvrant une superficie estimée entre 1 200 km2 et 1 700 km2 , comprend des champs arrosés par un canal drainant les eaux du Nil, le Bahr Youssouf , creusé dans une dépression du désert . Il se ramifie ensuite, approvisionnant en eau les riches terres agricoles du Bassin du Fayoum, avant de se jeter dans un grand lac d'eau salée, le lac Moeris .

C'est tout droit !!!! 

Sur le bord de la route nous verrons un premier lac d'eau saumâtre , c'est assez surprenant en plein désert !


Entre les deux lacs , un torrent et une cascade qui font la joie des jeunes gens .

Il y a du poisson aussi , si l'on en croit les barques amarrées .


Les poussins suivent sagement 

C'est vendredi , jour férié , et beaucoup de Cairotes en profitent pour venir se relaxer et se baigner.

En septembre le soleil est encore brûlant sur ces vastes étendues sableuses . Sahar nous propose d'aller faire un tour dans un village proche où nous pourrons nous abriter de la chaleur en visitant un atelier de poterie d'art , tenu par une expatriée suisse . Cette dame a formé de nombreux jeunes qui vivent ainsi de cet artisanat millénaire . Leur production est de grande qualité et réputée dans le pays .

Chose plus surprenante encore dans ce village , on trouve un Musée de la caricature et du dessin de Presse . Un homme dont le père était un journaliste et dessinateur réputé dans les années 60 , a créé en sa mémoire ce musée pour y exposer les planches de dessin rares qui lui avait été léguées . Pour un pays réputé très répressif , nous ne pouvons manquer de trouver cela cocasse . Nous passerons un long moment à regarder ces dessins subversifs .

De nombreuses planches originales sont exposées

L'auberge nous à gâté , nous étions heureux de partager ce repas avec Sahar et Ali notre chauffeur sous une véranda face au lac .


La ballade à cheval sur la plage est miraculeuse . Tout le long du rivage , on peut observer une multitude d'oiseaux , dont des flamands roses . Les felouques des pêcheurs amarrées se balancent au gré de la houle poussée par le vent . Au loin , le désert est là , aride , avec son sable et ses rochers , et nous , nous chevauchons au milieu des roseaux .

Heureux du périple 

Vraiment le Fayoum est un site à visiter , je pense même qu'il faudrait y dormir pour mieux en profiter , de nombreuses guesthouses le permettent ! Nous n'en n'avons eu qu'un aperçu ! La faune y est surprenante , beaucoup d'oiseaux nichent ici . Nous aurions pu aller voir une vallée desséchée , où on trouve des squelettes de baleines fossilisées , des sites archéologiques et même des pyramides !

10

Ainsi se termine cette semaine de découverte . Nous partons maintenant vers Marsa Alam , la mer Rouge nous attend pour une croisière plongée dans le Sud profond . Mais cela est une autre histoire.......................

Un grand merci à Zienab qui a tout organisé de façon remarquable et à Sahar qui nous a régalés de son expertise mais aussi de son humanité !

Ali fut un chauffeur efficace , serviable et très bon camarade !!

L'Egypte nous a beaucoup plu , nous y retournerons encore , il y a tant à y découvrir !!!!