JORDANIE : NATURE, RENCONTRES ET PATRIMOINE

De mes "Échappées Belles" en Jordanie diffusées en déc 2021 sur France 5, j'ai rapporté des photos prises avec mon téléphone, des souvenirs de mon émerveillement, d'Umm Qeis au désert du Wadi Rum
Octobre 2021
10 jours
2
1
Ruines d'Umm Qeis 

En compagnie de Muna Haddad l'inspirante et inspirée fondatrice de "Baraka Destinations".

Le projet « Baraka » est une agence qui travaille uniquement avec des acteurs locaux et qui se soucie de son impact sur la planète et sur les communautés. Elle fait profiter au maximum les habitants, ces nouveaux interlocuteurs du tourisme local, des revenus générés par les visiteurs de la région en créant des visites thématiques (culturelles, patrimoniales, sur le mode de vie jordanien, l'artisanat, la gastronomie...).


La végétation résiste dans la vallée du Jourdain 
Muna Haddad : fondatrice de "Baraka Destinations" 

Muna est également à l'initiative du "Jordan Trail" (650 km), qui se divise en 8 grands tronçons, chacun se réalisant en 4 ou 5 jours. Vous pouvez parfaitement ne réaliser qu'une partie du parcours tout en le combinant à un road trip pour découvrir le reste du pays.


Champs d'oliviers sur les colline du nord
Le Jourdain (fleuve qui donna son nom au pays) et sa vallée 
"Boulangerie" jordanienne, la relève est assurée ! 
2
Face à la ville en compagnie du facétieux et talentueux Saleh 

Découverte de la capitale jordanienne au travers de ses vestiges et de son patrimoine, en compagnie du jeune artiste-peintre et architecte Saleh Mensour (36 ans). Quel meilleur point de vue que celui de Djebel al-Qala’s (850 m) où se dresse la citadelle de l’antique Rabbath Ammon, capitale du peuple biblique des Ammonites.

Le théâtre antique au pied de la citadelle 
Palais / Mosquée des Omeyyades 

Occupé depuis l’âge de bronze, le site archéologique conserve les ruines éparses d’un mur d’enceinte de 1.700 m de long, ainsi que des vestiges tels que le temple d’Hercule et le palais des Omeyyades. Ce promontoire permet d'avoir une vue imprenable sur la ville et son théâtre antique.

Il est surtout un lieu privilégié pour y admirer le soleil disparaître derrière les colonnes du temple. L'émotion de cet instant magique se fait plus intense quand aux dernières lueurs se mêle l'appel à la prière du muezzin…

• • •
Temple d'Hercule 
• • •
Les colonnes beiges se muent en noir à la nuit tombante.
• • •

Après avoir apprécié le patrimoine antique, le lendemain, en prenant la route pour la Mer Morte avec Saleh, nous avons profité des fresques qui ornent nombres de murs et de façades de la capitale (dont quelques unes sont gigantesques).

Ce sont des centaines de fresques qu'on découvre aux détours des ruelles d'Amman

Pour les amateurs, le collectif Baladk Urban Art Project propose d’ailleurs des visites thématiques du street art Ammanien.

• • •
3

En arrivant à la superbe Guest House (maison de famille - My Precious Jordan) de Najwan Masri non loin de Sowayma, la terrasse qui surplombe sa piscine nous offre à Saleh et moi-même, une vue imprenable sur la Mer Morte. Notre hôte, passionnée de cuisine, nous a concocté un dîner avec de délicieux produits bios, que nous savourons avec elle et son fils Asham, au soleil couchant.

Repas à la bougie au dernières lueurs du jour 
4
La terre et le sel nous enchantent de motifs et autres vagues de couleurs caressés par les eaux cristallines.

Affectée par le dérèglement climatique, la surface et la profondeur de la Mer morte, diminue chaque année. Menacée, la mer la plus salée du globe (10 fois plus que la Méditerranée) est malheureusement en sursis.

5
Au fur et à mesure de notre avancée vers Pétra, le relief et la couleur des paysages changent... 
Les arbres centenaires font preuve d'une résistance à l'aridité au même titre que les bergers et leur bétail. 
Les formations géologiques nous offrent un spectacle unique. 
6

Ce jour là fût pour moi un moment fort, car voilà des années que je rêvais de découvrir ce site extraordinaire : la cité antique de Pétra

Le Siq (qui veut dire le défilé, le fossé)

Pour accéder à la façade du Trésor (Khazneh), il faut s'enfoncer dans le Siq, le défilé, telle une pluie ruisselante dans ce canyon étroit et se laisser glisser avec le flot des visiteurs, jusqu'au "Saint Graal"...

C'est le lieu plus visité de la Jordanie. Classé par l’Unesco en 1985, Pétra a su se faire une place dans le cœur des Jordaniens, attachés à leurs pierres et à leur histoire. L’ancienne capitale nabatéenne, façonnée dans la roche, n’a en effet rien perdu de sa superbe et continue d’émerveiller bien au-delà de ses frontières.

Au fil du temps, l'érosion a donné ces formes girondes et sensuelles aux canyons du Siq.
L'œuvre de la nature avant d'arriver au chef d'œuvre de l'homme... 


Au fur et à mesure qu'on arpente ce long passage (1200m env) entre les falaises de grès (allant de l'ocre au rose pâle suivant la lumière et le degré d'humidité) on se sent minuscule, telle une fourmi se frayant un chemin au coeur de la roche ! Quand tout à coup, au détour d'un virage apparaît la merveille du pays : le Trésor (Khazneh)


Le "Trésor" porte bien son nom...
• • •

Cette façade monumentale de plus de 40 m de hauteur, est le joyau de la cité. Taillée à même la falaise, dans un seul bloc, elle dévoile des détails de sculpture absolument exceptionnels. L'émotion d'être enfin au pied d'une des 7 merveilles du Monde moderne, est si intense qu'elle me laisse sans voix quelques instants. Quelle beauté, que cette prouesse de plus de 2000 ans, qui force l'admiration et le respect... Ce fameux "Trésor" est, il faut le préciser, le tombeau d'un pharaon.

La cité de Pétra, construite par les Édomites, une tribu arabe antique, aux alentours du VIIIe siècle avant J-C, est ensuite récupérée par les Nabatéens, un peuple de commerçants arabes à partir du VIe siècle avant J-C et modernisée.

Mais je n'étais pas au bout de mes surprises, puisque, cette merveille aux 50 nuances de grès, n'est qu'un joyau, certes exceptionnel, parmi ceux qui compose la cité toute entière...

Je n'étais en effet pas au bout de mes surprises.

• • •
Sur la place qui fait face au trésor 

Saleh m'invitait à poursuivre la visite avec Abdallah un guide natif du village, pendant que lui allait laisser s'exprimer son inspiration.

Minéral et animal font partie intégrante du "décor" dans la cité antique. 
• • •
De cavités funéraires en grottes habitées, à l'époque, les vivants et les morts se côtoyaient de grès à grès ! 

À mon retour, Saleh m'offrit son aquarelle du jour en souvenir de notre rencontre et de ma découverte de Pétra. Non seulement très talentueux, cet artiste rieur est également un magnifique ambassadeur de son pays, non sans une vraie poésie à travers son art...

Pétra par Saleh Mensour  


Je quitterai ce lieu unique et mon hôte, pour partir dans le lendemain dans le désert, non sans un vrai pincement au cœur...

• • •
7

Le Wadi Rum, la dernière étape de mon périple jordanien, est probablement l’un des plus beaux déserts du monde, où les dunes de sable côtoient les collines rocheuses.

Le Wadi Rum en 4X4, c'est un peu le Wadi Vroum 
C'est ici que Lawrence d'Arabie a écrit "Les 7 piliers de la sagesse", son célèbre ouvrage, inspiré par ces décors spectaculaires.
Le sable ocre rappelle les couleurs de Pétra 

J'arrive dans le sud du pays, j'ai rendez vous avez Salem, un bédouin, fils de berger. Ces paysages sont époustouflants, hors du temps et restés quasiment intacts. D'imposantes formations de roche rose-orangées créent un labyrinthe de monolithes.

Dromadaires de course sur le camélodrome

Salem est guide dans cette région touristique, et propose des randonnées à cheval (jordan-nomads) et des bivouacs.

Passionné de chevaux, Il est également propriétaire de dromadaires de course, et organisateur d'événements dans le camélodrome du village.

• • •
8

L'animal est indispensable depuis des siècles dans cette région et le dromadaire n'est pas le seul à être utile. Le cheval est également un allié précieux... Voilà pourquoi, Salem, passionné d'équitation, m'emmène randonner en plein désert en fin d'après-midi...


Une balade au pas, les joues caressées par le vent du soir et les ultimes lueurs du soleil...
• • •
9

En compagnie de mon guide, nous progressons dans le Wadi Rum jusqu'à notre hébergement. La lumière décline, le décor est féérique, il s'arrête alors pour me permettre de le contempler. Pendant que j'immortalise cet instant magique, Salem écrit mon prénom en arabe dans le sable...


Salem, l'enfant du désert qui vit pour le partager avec ceux qui viennent le visiter...


Première nuit dans un campement confortable à Shakaria 
• • •

Pour cette seconde journée dans le désert du sud jordanien, Salem tient à me présenter celui qui s'occupe de son cheptel au quotidien. Il ravitaille Abdallah 2 fois par semaine. Ce dernier vit seul ici avec le troupeau ovin, à des milliers de kilomètres de sa famille qu'il n'a pas vue depuis des mois...

J'ai été très touché par l'histoire de cet homme, digne et courageux, qui travaille avec passion, dans des conditions difficiles, pour offrir un meilleur avenir à ses enfants restés dans son pays, le Soudan. Encore quelques longues semaines à tenir pour lui avant de retrouver les siens... Prends soin de toi Abdallah !


Salem protège autant qu'il le peut sa culture bédouine et cet environnement fragile pour ne jamais qu'ils disparaissent.
10

La nuit tombe sur le Wadi Rum, et par prudence, Salem se hâte pour que nous arrivions avant que le soleil ne face disparaître les pistes qui sillonnent les dunes…

Des toiles tendues sous les étoiles... 

Accolées à un imposant rocher, de modestes tentes sont tendues à l'abri du vent. Ali et une de ses femmes nous attendent pour dîner. Ils n’ont pas installé ce campement pour le folklore, ni pour satisfaire la demande touristique. Non, ils vivent dans le désert depuis toujours. Ils ont depuis quelques années également un petit pied à terre au village mais passent les 2/3 de l'année sous ces simples toiles...

Ali est le père de Salem, il élève aussi des moutons et des chèvres et n'imagine pas vivre ailleurs que dans son désert aussi sublime que rude... Après avoir partagé un goûteux repas de viandes grillées, agrémentées de riz et de Shrak (fines galettes de blé) assis autour du feu, nous nous endormons sous la voix lactée…

Après le dîner avec Salem et son frère Salim, Ali reste auprès du feu en attendant le sommeil
11

La nuit étoilée fut douce, magique mais courte. Qu'importe, les moments partagés avec Ali et ses fils furent touchants pour moi. Il a inculqué la générosité, le sens de l'accueil, du partage, la simplicité et une grande force de caractère à Salem et son frère. De belles valeurs qui me parlent, bien évidement.

Merci à vous 3 pour ces beaux moments !

Après un thé, et quelques petits gâteaux, il est temps pour moi de les quitter pour aller vivre la dernière grande émotion de mon voyage.

Ali nous regarde partir, en esquissant un sourire... 


La flamme de la montgolfière réchauffe la fraîcheur du désert au petit matin. Les yeux encore ensommeillés, je monte avec un groupe dans la nacelle. Nous décollons tout en douceur. Le spectacle est grandiose ! Le visage du Wadi Rum se pare de couleurs changeantes à mesure que le soleil se lève.

Quelle émotion, quelles sensations, quel bonheur...

Le Wadi Rum à perte de vue 

La Jordanie a livré nombre de ses trésors, des plus attendus comme Pétra ou encore la Mer Morte, aux plus surprenants comme Amman, la vallée du Jourdain et bien entendu cet incroyable désert.

Ce pays est une merveille, et je n'en ai découvert que bien peu pourtant ! C'est une région sûre entourée de zones de tensions et de pays qui furent le théâtre de conflits il y a encore peu de temps. Pour autant c'est une terre de paix, riche des nombreuses civilisations qui s'y sont succédées, d'une culture très vivante, notamment celle des bédouins, d'un patrimoine exceptionnel et d'un plaisir à recevoir l'autre que chacun et chacune des jordaniens que j'ai croisés a exprimé avec sincérité.

Merci à l'inspirante Muna et Galsoums, le talentueux Saleh, la cheffe Najwan, Abdallah de Pétra, Ali et son épouse, Selim, Salem et Stéphanie sa femme, son frère Salim. Merci également à ceux qui dans l'ombre ont permis ce magnifique voyage, Noémie, Damien, Greg et Salam, notre guide-interprète si précieux. Nos chauffeurs du Jordan Tourism Board dont le bout en train Abdel !

Damien, Noémie et Gregory à mes côtés (photo de en bas à droite)  -- Salam dans le désert  --  Et notre funny driver

Crédits textes et photos : Jérôme PITORIN