L'Amérique centrale, aventure entre terre et mer.

I
Par
Après plusieurs voyages, nous avons décidé cette fois de vagabonder dans les terres mayas et aztèques, accompagnés de nos sacs à dos.
Du 2 septembre au 28 novembre 2021
88 jours
Dernière étape postée il y a 23 heures
1
1
Publié le 29 août 2021

Voilà, nous y sommes, J-4 avant le grand départ ! Après 19 mois d'attente, de changements d'itinéraire, de plan A, B et même C, c'est sur l'Amérique centrale que nous sommes finalement tombés d'accord. Du Mexique jusqu'au Nicaragua, en espérant descendre au Costa Rica.

Nous, c'est Camille et Vincent, passionnés de voyage et de découvertes en tous genres. Cela fait maintenant 6 ans que nous partons à l'aventure ensemble avec nos sacs à dos. C'est une première pour nous de partir 3 mois en voyage, habituellement c'est plutôt 2 semaines.

L'idée de ce blog est née de notre volonté de partager cette aventure avec notre famille, nos amis, mais aussi vous cher(s) lecteur(s) ! Nous espérons vous faire voyager à travers nos récits et nos photos, et vous donner le goût de l'aventure !

2
2
Publié le 31 août 2021

Matériel

Qui dit préparation, dit évidemment sac à dos ! Cela a été la première étape après être tombés d'accord sur la destination : acheter notre nouveau sac à dos, plus grand et plus confort que les précédents. Un 70 litres, histoire d'emporter les fringues et l'équipement nécessaire à notre voyage.

Ensuite, nous avons acheté l'équipement. Un grand merci au site tourdumondiste pour leurs guides super complets, leurs conseils, et à toute la communauté de voyageurs qui en font partie. Grâce à eux, nous avons pu établir une liste d'équipements et matériels qui nous permettront de voyager l'esprit tranquille.

Pour la partie photo/vidéo, nous avons investi dans une Gopro 9 et dans ses accessoires. La garantie d'un matériel de qualité, et sans s'encombrer !

Santé

Passage obligé au centre de vaccinations internationales pour une consultation sur-mesure avec un médecin qui nous a conseillé sur les vaccins à faire, les premiers soins dans telle ou telle situation, et nous a délivré une ordonnance pour préparer notre trousse de premiers secours/pharmacie.

Niveau 1 de plongée

Vincent s'est beaucoup renseigné sur les choses à voir et à faire durant notre voyage. J'étais tranquillement assise devant la télé quand il m'a dit : "et si on passait le niveau 1 de plongée ? C'est quand même dommage de partir en Amérique centrale et de ne pas pouvoir plonger !". Et il avait raison... Nous voilà en train de rechercher des centres de formation, et nous avons contacté l'équipe du Centre d'Activités et de Plongée de Port-Vendres.

Le niveau 1 nous permet de plonger dans le monde entier, à 20 mètres de profondeur avec un moniteur. Il nécessite 6 plongées de formation et une formation théorique pour l'obtenir. Nous avons regroupé les 4 premières plongées sur un week-end, et les 2 dernières 15 jours plus tard. En 3 semaines, nous avons obtenu le Graal qui va nous permettre de profiter à fond des spots de plongée qui nous attendent. Formation intense mais tellement gratifiante, un immense merci à toute l'équipe du CAP avec une mention spéciale à Tommy, Antoine et Axel qui nous ont mis à l'aise de suite et nous ont fait découvrir la réserve naturelle marine de Cerbère-Banyuls tout au long de notre formation.

3
3
Publié le 3 septembre 2021

Toulouse à 7h00

C'est le jour J ! Rendez-vous à l'aéroport de Toulouse ce matin à 7h, pour l'enregistrement des sacs et les contrôles de sécurité (plutôt rapide finalement, malgré la situation sanitaire). En parlant de l'enregistrement des sacs, on s'est bien marrés quand on a vu le poids que nous allons transporter sur le dos pendant 3 mois : 15kg pour Vincent et 11kg pour moi. Décollage à 9h55 pour Francfort (nous sommes passés par Lufthansa, du coup transit par l'Allemagne).

Francfort à 12h00

Arrivés à Francfort, c'est à ce moment-là qu'on s'est dit "ça y est, ça se précise", un mélange d'appréhension et d'excitation. On a mangé un bout, et nous voilà en direction de la porte d'embarquement à destination de Mexico ! Nous avons embarqués dans un Boeing 747-8 à 13H30 et pour 12 heures de vol. Le trajet a été plutôt long il faut dire, nous avons essayé de nous reposer mais on ne dort jamais vraiment dans un avion.

Mexico à 18h30 heure locale

18h30 heure locale, atterrissage à l'aéroport international de Mexico. Pour vous donner une idée du décalage horaire, il était 1h30 du matin en France, soit 7 heures de décalage. Nous avons du remplir un formulaire migratoire pour l'entrée au Mexique, passer le contrôle aux frontières et attendre l'arrivée de nos sacs mis en soute au départ de Toulouse (quel soulagement quand on a pu les récupérer !). Ensuite, il a fallu rejoindre notre hostel La Selva via le métro, 2 lignes différentes et quelques arrêts plus tard, nous voilà arrivés. Le temps de prendre une douche et d'écrire et article, nous avons eu la joie de se voir offrir un shot de tequila de bienvenue, avant d'aller dormir !

4
4
Publié le 5 septembre 2021

Jour 1

Pour cette première journée, il a fallu s'acclimater à l'effervescence de la ville. Mexico compte un peu plus de 21 millions d'habitants, et on peut dire qu'on le ressent partout : dans la rue, les supermarchés, le trafic routier, et surtout le métro. Le métro parlons-en ! Il compte 12 lignes et 195 stations qui desservent toute la ville. Dès le premier jour, nous avons acheté une carte rechargeable pour nous éviter d'acheter un ticket à chaque fois que nous voulions nous déplacer d'un endroit à un autre. 1 déplacement coûte 5 pesos, soit 0,21 centimes d'euros. La ville est tellement étendue qu'il est presque indispensable de prendre le métro pour chaque déplacement. Mais nous voulions quand même marcher un peu, histoire de nous balader dans les différents coins de la ville. Pour ce premier jour, nous avons avalé 16 kilomètres à pieds.

Dans un premier temps, nous nous sommes rendus à Zócalo (place principale de la ville où trône la cathédrale), où nous avons pu admirer les préparatifs de la fête nationale de l'Indépendance du pays (16 septembre 1810). Le mois de septembre y est consacré en totalité, avec des décorations aux couleurs du Méxique sur les façades des bâtiments, des drapeaux accrochés aux voitures, des bandas.

Le Quetzalcoatl en décoration sur toutes les façades ! 

Le Templo Mayor, en plein centre historique, est un endroit à ne pas manquer. Ce site archéologique découvert en 1978 pendant des chantiers de réhabilitation de la ville, n'est pas spectaculaire mais possède une grande richesse symbolique. Le Templo Mayor est en fait le nom de la grande pyramide, centre religieux de la capitale aztèque de Tenochtitlan (connue aujourd'hui sous le nom de Mexico !). Le site propose aux visiteurs de découvrir une partie des ruines de la pyramide et un musée (inauguré en 1987) retraçant l'histoire de l'empire aztèque et de la colonisation espagnole avec un ensemble de pièces archéologiques retrouvées lors des fouilles du site. La pièce la plus impressionnante est le disque de pierre de 8 tonnes et d'environ 3 mètres de diamètre, représentant la déesse lunaire Coyolxauhqui. C'est grâce à la découverte fortuite de cette pièce gigantesque que les fouilles archéologiques se sont multipliées autour de la zone.

 La déesse lunaire Coyolxauhqui démembrée.

Le reste de la journée, nous avons déambulé dans les rues de la ville, pour finalement rentrer à l'auberge et s'endormir à 20h30... Contre-coup du décalage horaire !

Jour 2

Pour cette deuxième journée, nous avons décidé de nous rendre au site archéologique de Teotihuacan. Incontournable dans la région de Mexico, cette mystérieuse cité nous offre certaines des plus grandes pyramides mésoaméricaines jamais construites. Le site a été classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987.

Pour nous y rendre, nous avons pris un bus depuis la gare routière nord de Mexico, pour 104 pesos l'aller-retour pour 2 personnes. Arrivés sur place à 11h, nous avons démarré la visite au début de l'artère principale du site, "l'allée des Morts", grand axe nord-sud où se dressent les pyramides du soleil et de la lune, entourées de constructions pyramidales beaucoup plus petites. Faute de documents anciens et d'écrits, beaucoup de mystères couvrent encore la cité, et l'origine de ses habitants est encore débattue, de même que la disparition subite de sa population.

La pyramide du soleil est sans aucun doute la construction la plus importante du site, un carré quasi parfait de 225 mètres de côté, et haute de 65 mètres. La pyramide de la lune n'est pas aussi haute mais peut se vanter d'une hauteur de 46 mètres. Nous n'avons malheureusement pas pu grimper au sommet de chacune des pyramides, les accès ont été fermés probablement pour éviter un attroupement à cause du contexte sanitaire. Malheureusement, l'ascension des pyramides n'étaient pas les seules "activités" fermées, nous n'avons pas pu visiter le musée du site, ni le palais de Quetzalpapalotl, fermés tous les deux pour une raison inconnue.

Nous avons quand même passé une bonne partie de la journée sur le site, et nous avons repris le bus direction Mexico. Bus plein à craquer, nous avons du faire un bout du trajet debout par manque de place, et sur une bonne partie de l'autoroute !

La Citadelle - Pyramide de la lune - Pyramide du soleil
5

jour 3

Pour notre troisième journée à Mexico, nous nous sommes rendus au parc de Chapultepec, à l'ouest du centre. Ce vaste parc est un coin de nature au milieu de la ville, il accueille des attractions et un zoo. Nous avons profité de cette journée pour nous balader dans tout le parc, il est tellement immense que nous en avons presque perdu la notion du temps !

Avant de clôturer cette dernière journée, on s'est quand même dit qu'il était dommage de quitter Mexico et de ne pas profiter d'un incontournable du Mexique : la Lucha Libre !

La Lucha Libre est une sorte de combat de catch à l'américaine mais beaucoup plus aérien et... chorégraphié ! Rendez-vous à l'Arena de Mexico pour acheter nos places, il y a des combats tous les jours et environ 2 dans la journée, nous avons choisi celui de 17h. Billets en main, nous avons été accueillis par une foule d'agents de sécurité pour une multitude de contrôles (contrôle de température, désinfection des mains, des chaussures, fouille de sac, et fouille au corps). De là, un agent est venu nous chercher pour nous amener à nos places numérotées. Installés avec une bonne bière mexicaine, le show peut commencer ! 2 heures de combat, avec un défilé de lutteurs masqués et costumés, parfois avec des paillettes, des plumes, des chaînes... D'autres sont restés plutôt soft, et se sont contentés d'un masque, d'un slip et d'une paire de bottes ! L'ambiance dans l'arène était incroyable. Une expérience vraiment incontournable d'un voyage au Mexique.

Départ pour Oaxaca

La fin de la journée et la fin de notre périple à Mexico approchant, nous avons pris un peu de temps pour préparer la prochaine étape : la ville d'Oaxaca de Juárez, ville principale de l'état du même nom. Nous nous sommes rendus au terminal de bus pour acheter notre billet pour le lendemain, histoire d'anticiper un petit peu car les places de bus partent vite au Mexique ! Départ à 13h30 de Mexico, et 7 heures de bus à prévoir, nous profitons de notre dernière nuit à l'auberge.

6
6
Publié le 9 septembre 2021

Arrivée en trombe (d'eau)

Comme prévu, nous sommes partis de Mexico à 13h30 lundi, pour arriver à 20h30 à Oaxaca. Le bus était plutôt confortable, sauf que nous avons passé les trois premières heures du trajet avec une température avoisinant les 34 degrés dans le bus... La ventilation soufflait de l'air chaud, le chauffeur a finit par s'arrêter au bord de la route pour descendre activer la clim dont le moteur se trouvait dans la soute (et ça au bout de plusieurs plaintes de la part des personnes présentes dans le bus...). Une fois arrivés à destination, nous avons été frappés par une averse assez incroyable, conséquence de la météo perturbée par les deux ouragans Grace et Nora qui ont touché le Mexique dernièrement. Il fallait quand même rejoindre notre hostel à 1 km à pied, sous l'averse et les inondations à travers la ville.

 Photos prises à la volée sur la route entre Mexico et Oaxaca

Jour 1

Oaxaca est la capitale de l'Etat du même nom, elle compte un peu plus de 255 000 habitants. Cette ville perchée dans les hauteurs et entourée de montagnes mérite une étape. Oaxaca est une ville coloniale, calme et très jolie. En se baladant dans les rues, on est vite frappés par le festival de couleurs sur les façades des maisons, parfois totalement recouvertes de dessins en tous genres. C'est vraiment un petit coin tranquille où l'on peut se balader à loisirs. La région est aussi le berceau de la civilisation zapotèque, où environ 200 sites archéologiques sont répertoriés, dont le plus célèbre : le Monte Alban.

Quelques façades découvertes au détour d'une rue 

Pour ce premier jour, nous avons flâné dans toute la ville : le centre historique et sa cathédrale, le mercado Juarez avec ses dizaines de stands de fruits, légumes, épices, chocolat artisanal, objets artisanaux en tous genre. Un festival d'odeur et de couleurs à ne pas manquer. Nous avons déjeuné dans un café-resto, où nous avons pu goûter le coca-cola artisanal d'Oaxaca, une belle découverte ! Tout le reste de la journée, on a continué notre découverte de la ville, avant de faire une pause au café Mayordomo pour déguster un chocolat chaud traditionnel, préparé dans une jarre de lait chaud, le chocolat y est incorporé sous forme de galet compact et mélangé à la cuillère en bois. Un véritable bonheur culinaire !! Avant de rentrer pour de bon à l'auberge, on est allé acheter nos billets de bus pour se rendre au site archéologique de Monte Alban le lendemain, pour 180 pesos l'aller-retour pour deux (environ 7,60 euros).

Jour 2

Départ à 9h pour se rendre au site de Monte Alban, à une dizaine de kilomètres de la ville. Le site est au sommet de la colline du Jaguar, à près de 2 000 m d'altitude. Nous sommes donc monté en minibus, ou du moins ce qu'il en restait, à en juger par le bruit qu'il faisait à chaque freinage ou passage de vitesse !

La création de Monte Alban remonte à environ 500 avant JC et deviendra au fil du temps la capitale de l'empire zapotèque, avant d'être abandonnée autour de 800 après JC. Durant tout ce temps, différents édifices ont été construits avec une précision incroyable sur un axe nord/sud. On y retrouve notamment la plateforme Nord et la plateforme Sud, qui surplombent la vallée et offrent une vue incroyable des environs. On estime que la ville à atteint 35 000 habitants à son apogée. La partie ouverte à la visite n'est en fait que le centre cérémoniel et politique, les quartiers résidentiels et secondaires ne sont pas accessibles mais sont présents tout autour.

Vue depuis la plateforme nord, les stèles de los danzantes, la plateforme sud, vue depuis la plateforme sud 
 Photos depuis la plateforme sud
 Édifice central, 1 des 5 juego de pelota du site
7
7
Publié le 12 septembre 2021

Départ d'Oaxaca

Avant de partir d'Oaxaca, on a quand même tenu la promesse qu'on avait faite à Marine, volontaire française à l'hostel depuis 2 ans, et nous avons partagé un verre au bar de l'hostel. Elle nous a fait découvrir le mezcal, cousin de la tequila. Cet alcool se boit pur, mais pas en shooter ! Un petit verre car ça arrache quand même pas mal ! Le mezcal est produit en distillant une partie de l'agave, et est un alcool typique de l'état d'Oaxaca.

Nous avons apprécié notre étape à Oaxaca, l'ambiance de la ville, de l'hostel. Mais c'est aussi ici que nous avons ressenti notre première secousse liée à un séisme !

Etape à San Jose del Pacifico

Avant de continuer l'aventure en direction des plages de l'état d'Oaxaca, nous faisons escale au village de San Jose del Pacifico. A 3 heures de route vers le sud, ce petit village de montagne de 700 habitants est perché à 2500 mètres d'altitude. Isolé dans les nuages, le village de San Jose del Pacifico mérite quand même une étape, ne serait-ce que pour se détendre et profiter du paysage brumeux qu'il a à nous offrir. Je ne vais pas vous mentir, c'est petit et les activités ne sont pas nombreuses, mais ça fait du bien de s'arrêter un peu et de profiter du calme.

Il y a quand même pas mal de passage dans le village, le "centre" est construit autour de l'unique route sur laquelle passe de nombreux minibus provenant de ou vers Oaxaca, ce qui anime un peu le village. Mais l'attraction la plus célèbre du village reste la consommation de champignons hallucinogènes ! Ils poussent en abondance dans les bosquets du coin, surtout sur la période de juillet à octobre. Ingérés à des fins médicales et/ou spirituelles, les habitants en sont des consommateurs réguliers et en font parfois profiter les touristes lors de rituels spirituels. Bon clairement, c'est pas notre délire donc nous avons passé notre chemin et n'avons même pas cherché à en savoir plus ! Ce qui est assez frappant par contre, c'est que le village entier vénère ces champignons (hongos en espagnol), et on les retrouve partout ! Sur des tags en ville, en porte-clefs ou sculpté dans le bois dans les boutiques... Ce tourisme "spirituel" attire beaucoup et le village mise pas mal dessus. Au début, on avait trouvé un "hôtel" proposant des chalets en bois isolés mais malheureusement il n'y avait plus de disponibilités. Finalement, on a trouvé un Airbnb. Une chambre avec une salle de bain privée dans la cour de la maison des hôtes.

Le centre 

Au cours de cette petit étape, on a pu se balader et visiter un peu le village. N'ayant pas de cuisine ni de supermarché à proximité, nous avons mangé dans les restos alentours. On est aussi montés au point de vue du village, bien perché un peu plus haut dans la montagne pour avoir une jolie vue.

 Depuis le point de vue qui surplombe le village
8
8
Publié le 14 septembre 2021

Nous avons décollé de San Jose samedi en fin de matinée, en collectivo (minibus qui fait la navette entre les différentes villes de l'état d'Oaxaca). Un peu plus de 3 heures dans les montagnes, sur "la route qui rend malade". Tout est dit. Des virages, des montées et des descentes dans la montagne, heureusement qu'on ne le fait qu'1 fois !

Nous continuons notre voyage en direction de Mazunte, el "pueblo magico". Cette petite ville balnéaire à l'ambiance hippie est très trèèèèès relax ! Bon, il faut dire que nous sommes arrivés au mauvais moment : averses, vent, et chemins boueux, ça fait pas trop rêver dit comme ça. Au bord de l'océan, de nombreux jeunes viennent à Mazunte pour se détendre et se baigner quand le temps s'y prête. Si la météo n'est pas top, on peut quand même flâner dans les petites boutiques très colorées qui vendent essentiellement des textiles et des produits artisanaux (alimentaires, cosmétiques, décorations...).

A côté de Mazunte se trouve les plages de Zipolite (le fameux repaire des nudistes !) et San Agustinillo. Nous n'avions pas forcément envie de payer un taxi jusqu'à Zipolite, qui est la plus éloignée (environ 1h15 de marche), alors nous avons marché jusqu'à San Agustinillo (20 mins à peu près) et nous avons fait le chemin retour sur le sable. La météo étant assez instable, on ne savait pas trop quand la pluie allait nous tomber dessus, donc on a préféré faire au plus près !

Cette petite étape à la plage n'était pas extraordinaire, côté logement c'était pas top, côté météo et activités non plus, mais on a quand même pu se balader et se poser pendant 2 jours et demi. C'est aussi ça l'aventure : ne pas savoir ce qui nous attend ! Prochaine étape : l'Etat du Chiapas !

9
9
Publié le 17 septembre 2021

La journée de la galère

Il en fallait bien une, pour l'instant tout roulait parfaitement bien. On s'explique : on quitte Mazunte mardi matin à l'arrière d'une camionnette pour 20 pesos, le but est de rejoindre la ville de Pochutla pour prendre un bus de nuit en direction de San Cristóbal de Las Casas. On s'était renseigné, le terminal de bus vendait des billets pour le jour-même départ à 20 h ou à 23 h. On a tenté d'acheter les billets sur le site internet de la compagnie, mais au bout de 3 essais infructueux, on a laissé tomber. Arrivés sur place, il devait être midi, le point de vente n'ouvrait qu'à 14 h, on patiente...

 La camioneta !

Entre temps, on a rencontré Mathilde, une Française d'Aix-en-Provence qui venait de passer 3 semaines au Costa Rica et qui continuait son voyage au Mexique, accompagnée de deux filles. Elles aussi attendaient un bus, mais il ne s'est jamais pointé ! Solution taxi pour elles, mais la troisième fille attendait, comme nous, le bus pour San Cristóbal à 20 h. Le vendeur se pointe et ouvre à 14 h 30. On lui demande deux billets pour le bus de 20 h et on sélectionne nos sièges, mais il n'y avait pas beaucoup de choix, il restait peu de places, tant pis, on en choisit 2 relativement proches. Au moment de payer, il nous annonce qu'il ne prend pas la carte bleue à cause d'une panne d'Internet. Bon jusque-là pas de soucis, il faut juste qu'on trouve un distributeur et payer en espèces. Et là, début de la galère. Sur les 7 ou 8 distributeurs de la ville ils sont tous hors service, on devient fous, comment tous les distributeurs peuvent être HS en même temps ?

Pas de panique, le gentil vendeur de billets nous a réservé nos places pour le bus de 20 h et nous assure que d'ici là au moins 1 distributeur sera de nouveau fonctionnel, et qu'on pourra le payer plus tard, donc on attend et on espère. À 16 heures, nouveau tour de la ville à pied, mais toujours aucun distributeur fonctionnel, là, on commence à stresser. Nouveau tour de la ville à 18 h, toujours rien. Sans espèces, on ne pouvait pas payer nos billets et donc on était bloqué au terminal. La jeune fille qui attendait le bus voyait qu'on commençait à être en galère à courir partout, à chercher une solution de dernière minute, elle nous a conseillé de télécharger l'application de la compagnie de bus pour payer les billets avec la carte sauf que le réseau était quasi inexistant, à faire le tour des magasins alentours avec moi pour savoir si je pouvais payer un article en carte et qu'on me rende l'argent en espèces, ce que font pas mal de mexicains d'ailleurs mais ça ne marche qu'avec des cartes mexicaines, bref elle a tout essayé pour nous aider et franchement un grand merci à elle (avec le stress, je ne lui ai même pas demandé son prénom d'ailleurs, quelle honte...). Il y a même un homme qui a remarqué notre galère, et nous a expliqués que la panne d'Internet était étendue à toute la ville, ce qui explique pourquoi les distributeurs ne fonctionnaient pas. Il a essayé de nous aider en nous proposant de payer nos billets en espèces et de lui rembourser en lui faisant un virement. Super sympa comme aide, je lui ai proposé de le rembourser par Paypal, mais il ne se souvenait pas de ses identifiants et devait contacter sa femme qui s'occupait de ça, mais elle ne répondait pas... On a laissé tomber et on a prié pour que l'appli fonctionne mieux que le site internet pour au moins avoir deux places dans le bus de 23 h...Et finalement, on a pu les prendre sur l'appli tant bien que mal avec un réseau vraiment pourri, il faut le dire. Le bus de 20 h est arrivé, et est reparti avec les personnes qui ont tenté de nous aider du mieux qu'elles le pouvaient et franchement mille mercis pour cette entraide, on s'est senti moins seuls pendant quelques heures.

En attente depuis midi dans le terminal, il fallait attendre encore pour finalement voir le bus de 23 h arriver, s'installer tranquillement et passer 12 heures sur la route.

San Cristóbal de Las Casas jour 1 et 2

On est arrivés ce mercredi matin à 10 h 45 dans la plus vieille cité espagnole de l'Etat du Chiapas.

San Cristóbal est la capitale culturelle du Chiapas et une des plus jolies villes coloniales du Mexique ! Direction notre auberge pour y déposer nos sacs et nous voilà partis pour un petit tour de ville.

Nous sommes arrivés à San Cristóbal à la veille de la fête nationale de l'indépendance du pays, toute la ville était donc en effervescence à l'approche des festivités. Des drapeaux aux couleurs du pays flottent dans les airs, accrochés aux façades colorées, la plupart des habitants sont sur leur 31 afin de célébrer comme il se doit la veille de ce jour si important. Nous n'avons pas trop traîné dans la ville, un peu fatigués de notre nuit dans le bus, on a préféré rentrer et se reposer avant de profiter le soir de la fête en ville avec les locaux. On est allés en ville boire un verre dans un bar hyper sympa, le Jack, où un groupe de rock s'y produisait, avant d'apercevoir à 23 h à télé le président du Mexique crier le traditionnel "Viva Mexico" 3 fois. Une ambiance très festive se dégageait de la ville, les gens étaient heureux et les bars et les restos tournaient à plein régime.

Pour ce deuxième jour, fête nationale, on pensait que la ville tournerait au ralenti et on s'est bien trompés ! N'ayant pas pu visiter complètement la ville hier, on a chaussé nos baskets et on s'est baladés. On est allés voir le temple de Guadalupe, une église pas si exceptionnelle en terme d'architecture, mais qui trône au sommet d'un grand escalier, rendant l'ensemble plutôt joli. Ensuite, direction le Gran Mercado, un dédale de stands où tout se vend : du textile à la viande, en passant par les épices ou même du cuir. Bon, il y avait beaucoup de monde, et il faisait chaud, donc on n'a pas traîné ! On a rejoint le centre historique et on s'est offert un massage d'1 heure en duo au spa Mali (on le recommande à 100 %), pour environ 25 euros ! Autant vous dire qu'après ça, on est rentrés à l'auberge.