Carnet de voyage

MOCHILA Y PLAYA

Dernière étape postée il y a 1114 jours
Les aventures d’Inès & Raph parties 4 mois en Amérique du Sud sur les routes de 4 pays : la Colombie, le Pérou, la Bolivie et l’Argentine. Bienvenue ! Kiss keur love à tous nos fans
Du 1er septembre au 31 décembre 2019
122 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 12 septembre 2019

Nos premiers jours à Santa Marta : excursion en voilier à Bahia Concha, spectacle de rue, visite de Santa Marta et « arepa » plat typique colombien.

2

Deux jours et une nuit au parc de Tayrona : randonnée et camping dans des hamacs à Cabo San Juan del Guia.

3
3
Publié le 13 septembre 2019

Deux jours à nous promener dans les rues colorées et animées de Carthagène.

4
4
Publié le 20 septembre 2019

Rincón del Mar, notre petit paradis !

Rincón del Mar est un petit village de pêcheur sur la côte caraïbe de la Colombie où nous avons passé trois jours. Rincón est mentionné dans aucun guide et est très peu connu des touristes - uniquement par le bouche à oreille. Immersion totale garantie !

Les deux moyens possible pour s’y rendre depuis Carthagène sont en bateau ou en bus jusqu’à San Onofre puis une moto-taxi (ce que nous avons fait). À Rincón on vit au rythme du soleil. On occupe ses journées à se baigner, à se reposer dans les hamacs qui sont un peu partout, à parler aux locaux qui sont très accueillant, à manger du poissons et fruits de mer, à admirer les couchers de soleils, à nager avec des plancton à la nuit tombée... Tout est calme et lent, déconnexion totale assurée.. ! Nous avons aussi eu la chance de passer une matinée dans un restaurant (La Negrita) où nous avons appris à cuisiner quelques les plats typiques. Rincón del Mar a été un vrai coup de cœur pour nous deux !

Hôtel : Hostel Barracuda, avec un super dortoir littéralement face à la mer

Restaurant : Che Restaurant, une excellente adresse

Petit-déjeuner typique : ajepa con huevos et jus banana-mango, en face de notre hostel

5

Guatapé est l’une des destinations de fin de semaine la plus populaire pour les habitants de Medellín (2h de bus). Le petit village a été fondé en 1811, il est à 2000m d’altitude et il borde un grand lac artificiel. Nous y avons passé une journée, en commençant par nous rendre à la Piedra del Peñol. C’est une gros rocher en haut duquel il y a une vue magnifique sur le lac. Ensuite nous sommes allées nous balader dans Guatapé. La particularité de ce village : les zócalos, c’est la partie basse de maisons qui sont quasiment toutes ornées de bas reliefs colorés et réalisés par quelques familles d’artistes du village. L’après-midi nous avons fait une pause sucrée chez Momoto où nous avons dégusté des glaces incroyables!

6
6
Publié le 27 septembre 2019

Medellín est la capitale de la province d’Antioquia avec plus de 2 millions et demi d’habitants. La ville cherche à devenir un lieu branché et sûr avec une jeunesse qui regarde résolument vers l’avenir. Le quartier de El Poblado, où nous logions fut un temps mal-famé mais est devenu incontournable grâce aux petites rues, aux bars et aux restaurants tendances.

Nous avons également visité le quartier Centro de Medellin où nous nous sommes rendues à la Plaza Botero qui porte le nom du plus grand sculpteur colombien : Fernando Botero. Sur cette place trônent 23 imposantes sculptures en bronze qui représentent les lubies de l’artiste : son humour, sa fascination pour les femmes bien en chair ou les bestiaux aux membres disproportionnés.

Nous avons également visité le Museo Casa de la Memoria qui retrace l’histoire contemporaine de la ville et du pays de 1948 à 2016 : la drogue, la violence, Pablo Escobar, etc.

Nous avons adoré cette ville car la jeunesse de Medellin garde son grain de folie et son envie de vivre afin de peindre un futur plus doux et plus coloré que les années passées.

La Comuna 13 est sans doute LA visite à faire à Medellín. Cette région fut tristement célèbre pendant les années sombres de la Colombie. Elle se situe dans les hauteurs et regroupe 23 barrios (quartiers). Installée dans une zone stratégique aux portes de la ville et proche du Panama, la Comuna 13 favorise alors les trafics en tout genre...

Dans les années 1960 les populations les plus pauvres comme les paysans ce sont réfugiés dans les hauteurs de Medellín pour s’éloigner des conflits armés. Des bidonvilles ont alors vu le jour tel que la Comuna 13. La population de la Comuna est laissée pourcomptes par le gouvernement qui refuse d’y mettre un pied. C’est alors que démarre une petite « guéguerre » entre le gouvernement et les habitants de cette zone de non droit :

- le gouvernement refuse de leur procurer de l’électricité, la solution ? La nuit les habitants de la Comuna 13 tirent les câbles de la ville jusqu’à chez eux.

- L’eau n’est pas accessible dans les hauteurs de la ville et pour pouvoir s’en procurer, les habitants percent les conduits d’eau..

- Le gouvernement refuse également de nettoyer cette zone alors les habitants laisse leurs déchets dégringoler jusqu’en bas de la ville.

Dans les années 90 le conflit se rapproche de la ville de Medellín, les FARC et l’ELN (groupe terroriste) prennent alors le contrôle de la zone. C’est alors que démarre 10 années de terreurs entre guérilla, paramilitaire, bande armée, narcotrafic, prostitution...le quartier de la Comuna 13 devient l’un des plus dangereux du pays.

Afin d’installer un climat de terreur, d’effrayer et contrôler les habitants de la Comuna 13, l’ELN assassine tous les malfaiteurs dans la rue et de sang-froid en inscrivant au dessus de leur tête leur chef d’accusation « trafic de drogue », « prostitution », « trafic d’arme »,...

En 2002, le gouvernement lance l’ultime opération : opération Orion, afin de faire un « nettoyage » social de la zone, la limpieza social. L’armée va encercler la ville afin d’avoir la main dessus : la Comuna 13 va connaître alors une véritable guerre urbaine qui va marquer à tout jamais son histoire. Les rues seront en sang, des centaines de morts et blessés rempliront les rues.

Mais la Comuna 13 décide de reprendre son destin en main et de redorer son blason. De ce fait de nombreux projets voient le jour : une prison pour femmes devient une université, un centre sportif est créé, ainsi qu’une une école de danse (pour le hip hop surtout), une école pour tous est construite,..., tout comme la visite que nous avons fait de la Comuna 13 avec un guide qui vient de ce quartier et qui raconte son histoire en toute transparence.

Les quartiers prennent également de la couleur grâce au nombreux tagues sur les murs. Ces œuvres ont une durée de 3 ans maximum et chaque année des artistes de tous les coins du monde viennent embellir les 23 quartiers. Ce street art raconte l’histoire de la Comuna et devient la grande fierté des habitants.

La Comuna 13 est devenu le lieu à voir et à revoir à Medellin.

7
7

Salento est un charmant village situé au cœur de la région du café, perché à 2000m d’altitude. Il a été fondé en 1842 par quelques pionniers et il est rapidement devenu un site touristique important grâce au café et à la Vallée de Cocora.

Nous avons passé la première journée à visiter Salento, à aller de café et en café, à déjeuner sur la place principale où nous avons dégusté le plat typique : la trucha fresca (truite fraîche avec une sauce à l’ail et aux champignons), à discuter avec les petits commerçants locaux... Salento est une ville très animée (surtout le week-end) et colorée où il fait bon vivre.

Le lendemain nous sommes allées à pied à la zona cafetera dans la Finca De Don Elias. C’est la seule plantation 100% écologique des environs de Salento. Il est important de souligner que le café vient d’Afrique et non de Colombie. Nous avons eu un cours sur les différentes étapes de la fabrication du café tout en visitant la Finca et en terminant par une dégustation de café bien sûr!

Le troisième jour nous nous sommes rendues à la Vallée de Cocora qui est située à 15km du village où nous avons fait une randonnée. La particularité de cette vallée sont les palmiers gigantesques au tronc très fin et les reliefs des collines verdoyantes qui font penser à des rizières. Les paysages depuis Cocora sont vraiment sublimes!

Nous avons beaucoup aimé Salento même si nous avons eu très froid !!

Notre auberge était très sympa : Lucierlagia

Notre café préféré pour un brunch ou déguster un bon café : Jesus Martin

Un restaurant veggie : el Punto Vegetal

Un restaurant plus typique : Etnia Arte & Sabor

Un restaurant plus haut de gamme : La Herreria

Nous recommandons toutes ces adresses !

8

Nous avons passé deux jours dans le petit village de colonial de Villavieja. C’est un village très calme et peu touristique mais nous y avons séjourné pour aller visiter le désert de la Tatacoa. Encadré par les cordillères centrale et orientale, le désert de la Tatacoa est une oasis de sécheresse au milieu d’un pays où le vert tient indubitablement le haut de l’affiche! La Tatacoa se divise en deux parties bien distinctes : la partie rouge et la zone grise, plus sèche et minérale. Cependant, malgré son nom et ses apparences de désert, la Tatacoa est en réalité une forêt tropicale sèche.

De plus, le désert est proche de la ligne de l’équateur, il offre donc des conditions atmosphériques idéales pour observer le ciel à la nuit tombée.

Géographiquement cette région se situe au sud de la Colombie.

9
9
Publié le 6 octobre 2019

Bogota est la capital de la Colombie et la plus grande ville du pays. Retenez votre souffle ! L’avion sort d’un nuage et soudain apparaît une agglomération tentaculaire située à 2 640m d’altitude (quand même !), sur un plateau verdoyant au pied de la Cordillère Orientale. C’est une mégapole de 8 millions d’habitants. La ville de Bogota a longtemps été réputée pour sa criminalité et son insécurité, bien qu’elle soit redevenue une ville fréquentable avec une richesse culturelle, il est tout de même dangereux de s’y balader après la tombée de la nuit.

Pendant ces 3 jours nous avons séjourné dans le quartier colonial historique La Candelaria : quartier qui a gardé son cachet grâce à ses rues pavées et ses maisons colorées. Il est très agréable de s’y promener (de jour !) et d’aller à la rencontre des locaux. Ce quartier reste l’un des plus safe de la ville grâce aux différentes polices présentent tout au long de la journée (privée et nationales) qui veillent sur les étudiants, la maison du gouverneur et les différents monuments tels que le palais de justice ou le Musée de l’Or. Celui-ci est l’un des joyaux du pays, il faut absolument aller le visiter. En effet il regroupe plus de 50 000 pièces d’or réparties sur 3 étages. C’est le plus beau musée de l’Amérique latine et même du monde qui soit consacré à l’or de la période précolombienne.

PS: nous tenons à nous excuser auprès de nos followers pour le retard de la publication de cette étape, nous venons tout juste de récupérer un wifi correct!

10
10

Nous terminons ce magnifique périple en Colombie par la ville de Leticia. Isolée du reste du pays par des milliers de kilomètre carré de forêt vierge, Leticia s’apparente à un petit point gris perdu au milieu d’un océan de vert. Elle est située au sud de la Colombie aux frontières du Pérou et du Brésil dans la région de l’Amazonie. C’est une zone libre, chacun peu circuler comme il le souhaite entre ces trois pays.

Leticia offre également un spectacle musical tous les soirs au Parque Santander grâce aux milliers de perroquets (des Toui Célestes, perroquets verts parmi les plus petits au monde) qui volent et chantent au dessus de nos têtes.


Le premier jour, nous sommes allées au Parque Ecológico Mundo Amazónico (Colombie) qui est une réserve naturelle de 29ha et un lieu unique par son histoire : dans les années 80 une famille de Leticia « a récupérée » cette zone qui était menacée par la déforestation. En replantant un bout de forêt tropicale, la famille a décidé d’en faire un petit paradis écologique qu’il est aujourd’hui possible de visiter. Cette réserve naturelle permet de sensibiliser les populations locales (notamment les écoliers) à la protection de l’écosystème amazonien. Pendant cette visite nous avons beaucoup appris sur les plantes médicinales utilisées depuis des millénaires par le peuple amazonien : une vraie pharmacie naturelle ! Mais également sur les peuples indigènes, en particulier grâce à notre guide qui était passionnante, qui nous a beaucoup parlé des rituels et des coutumes de sa tribu. L’un des rituels qui nous a marqué toutes les deux : avant les années 50, lorsque les jeunes filles devenaient femmes une célébration était organisée. Tout d’abord, elles étaient alcoolisées contre leur grès puis elles dansaient autour du feu devant toute la tribu. Puis certains hommes du village, avaient pour obligation de leur arracher des mèches de cheveux jusqu’à qu’elles deviennent complètement chauves. Ce rituel durait 3 jours et avait conséquences importantes (physique et moral) sur ces jeunes filles. Depuis 1949, chaque tribu élit son propre président et le peuple peut choisir d’abolir ou de continuer un rituel grâce a un vote libre organisé par le Président.


Lors de notre deuxième jour nous sommes partie affronter la forêt amazonienne du Pérou. Après avoir chaussées nos bottes et nos kway (protection anti moustique et insectes à son summum) nous avons pris une barque et descendu le Rio Amazonas pour rejoindre le départ de notre excursion péruvienne. Pendant 2h30 nous avons pu admirer la faune et la flore amazonienne et en connaître d’avantage sur les tribus d’Amazonie grâce à notre jeune guide Gin-Alexis âgé de 21 ans. Il nous a notamment raconté l’histoire de son arrière arrière grand-père (“abuelo de mi abuelo”) : lors de leur arrivée en terres amazoniennes, les conquistadors espagnols prennent le pouvoir sur les tribus. Ils obligent ces peuples à récolter 5 boules de caoutchouc par jour -à cette époque le caoutchouc était très prisé donc rare. En échange, ils promettaient de leur servir à la fin de la journée un repas, ceux qui ne réussissaient pas la tâche étaient tués. Pour les survivants, on prétendait de leur service un repas mais malheureusement ils étaient également tués. » Lors de cette excursion nous avons également pêché le piranha qui est l’un des poissons les plus populaire de la région. En effet, celui-ci est cuisiné de multiples manières dans les restaurants (c’est excellent !!).


Pour notre dernière journée, nous avons pris un tuk tuk direction le Brésil où nous avons bu une caïpirina dans une guinguette 100% locale avec une vue panoramique sur le Rio Amazonas. Nous avons alors profiter du coucher du soleil. C’était une dernière journée magnifique au Brésil avant de quitter la Colombie et de s’envoler pour le Pérou.


Mais la journée ne s’arrête pas là, à la nuit tombée nous avons enflammé le dancefloor colombien et dansé tout au long de la soirée sur du Reggaeton.


Kiss kiss keur keur la Colombie, we miss you already.


A très vite pour de nouvelles aventures péruviennes !

11
11
Publié le 22 octobre 2019

Bonjour à tous nos fans!

Nous revoilà pour le premier post du Pérou (oui nous avons pris un peu de retard dans notre carnet de voyage, faute de temps, de wifi, et de quelques soucis de santé...)

Après avoir atterri à Lima nous avons directement pris la route direction Huaraz. Cette région montagneuse est entourée des cordillères Blanca et Huayhuash, avec de nombreux lacs couleurs topazes et plus de 22 sommets à 6000m d’altitude. C’est le plus haut massif de monde après l’Himalaya! La région de Huaraz est l’une des plus prisée d’Amérique du Sud pour le trekking, le VTT et l’escalade. Les paysages sont à couper le souffle!Pendant notre séjour nous avons fait deux treks : le Glacier Pastoruri et la Laguna 69.

Glacier Pastoruri

Le glacier Pastoruri (5100m) est un très bon trek pour s’acclimater à l’altitude car une partie du trek se fait en bus et celui-ci s’arrête régulièrement dans la montée afin que chacun puisse s’habituer à l’altitude. Pour éviter d’avoir le mal des montagnes, entre 4300m et 4800m, sur les bon conseils de notre guide nous avons mastiqué des feuilles de coca, un excellent remède contre le mal des montagnes, très connu au Pérou (mais c’était infecte!). De 4800m à 5100m nous avons marché, très lentement car il était de plus en plus difficile de respirer et 1h plus tard nous étions au sommet! Nous sommes à 5100 m d’altitude et nous découvrons un paysage « lunaire » (à prendre au sens propre). La roche noire charbon contraste avec la montagne enneigée et immaculée. Ce glacier est un petit bijou éphémère. En effet dans 8 à 10 ans il aura disparu suite au réchauffement climatique : triste privilège que nous avons eu. Le temps de prendre quelques photos et d’en prendre plein les yeux, il faut redescendre assez rapidement. Même si aucunes de nous n’a le mal des montagnes notre métabolisme ne nous permet pas de rester longtemps en altitude. Nous reprenons le bus à 4800m direction Huaraz avec des souvenirs pleins la tête.

Laguna 69

Il est 4h du matin, le réveil sonne... nous enfilons notre panoplie d’affaire d’hiver et nous partons pour 2h de bus vers la Laguna 69. Premier stop à 6h30 le temps de manger une banane et de boire un bon café ou une infusion à la feuille de coca (parfait pour l’altitude). Nous reprenons la route pour nous arrêter tout d’abord au bord du lac Chinancocha couleur topaze qui nous émerveille. Puis nous arrivons au départ de la Laguna 69... c’est parti pour 14 km de trek. Le départ s’effectue à 3900 m d’altitude. Nous prenons alors l’unique sentier pour la montée qui se divise en 3 parties : tout d’abord du plat pendant quelques km puis l’effort devient plus intense quand le sentier se transforme en zigzag et enfin la dernière partie, la plus dure, la plus physique et qui demande de la volonté et du mental : c’est 1km de montée sèche ! Il grêle, il fait froid et on respire à peine mais le paysage est littéralement à couper le souffle. Habituées des paysages de montagnes (surtout pour l’une) on en revient pas : montagnes, neige, grêle, soleil, etc. plus on avance, plus on entend notre cœur dans les oreilles, plus on a envie d’être en haut. On ne dit pas un mot dans la montée (pour garder des forces). Et là, au sommet de ce petit chemin on voit un lac d’un bleu gelé, topaze, gris et plus on avance, plus le lac s’étend et plus c’est incroyable. Entouré par des montagnes enneigées, le paysage est magnifique. Le peu de souffle qui nous reste est coupé par ce qu’on peut voir. Nous sommes à 4605m d’altitude et nous nous installons afin de profiter d’une pause déjeuner « avec vue » et quelle vue !!

Huaraz

La ville de Huaraz (située à 3100m) est agréable, on pourrait se croire dans une station de ski mais beaucoup plus grande que celles que nous connaissons en France. La ville est animée, avec des nombreux restaurants, bars, boutiques de sport et des jolies places (comme la Plaza de Armas - voir photo). Nous avons pu flâner dans les rues comme de réelles citadines et profiter des bons ceviche péruviens. Pour finir en beauté, Ines a soufflé ses 25 bougies à Huaraz autour d’une pizza au nutella.

12
12
Publié le 23 octobre 2019

Après notre séjour dans les hauteurs du Pérou, nous avons fait un stop à Lima, la capitale. Un quart des péruviens habitent dans la ville et ses alentours. Lima n’est pas vraiment une ville très séduisante mise à part 3 quartiers qui nous ont beaucoup plu.

Le centre historique : quartier très touristique, avec de nombreux musées, églises, cathédrales, bâtiments politiques...

Également, le quartier agréable de Miraflores situé plus au sud qui regorge de bon restaurants et de jolies boutiques principalement autour du Parque Kennedy.

À côté, se trouve Barranco, petit quartier tendance et charmant grâce aux street arts qui décorent les murs et aux petits coffee shops décorés avec goûts. On peut aussi profiter de l’imprenable vue sur l’océan pacifique sur un fond musical. C’est un quartier plutôt « jeune » qui a gardé son cachet avec ses rues pavées. Il fait bon vivre à Baranco et nous étions ravies d’y séjourner pour deux nuits.


En direction de notre prochaine étape nous nous sommes arrêtées à l’Hacienda San José : exploitation agricole datant de l’époque coloniale où ont travaillé des milliers d’esclaves africains. Lors de cette visite nous avons pu en connaître d’avantage et surtout nous rendre compte de l’horreur subit par ces milliers de personnes. Nous avons visité les catacombes et salles de tortures. Sous la propriété on retrouve des tunnels de 17km allant de l’océan pacifique à l’Hacienda, trajet utilisé pour les esclaves qui y étaient torturés de manière illégale.

Aujourd’hui ce lieu rempli d’histoire est un hôtel et il est également possible de le visiter.

13
13
Publié le 24 octobre 2019

Étape d’une journée et d’une nuit dans la petite ville de pêcheur de Paracas. Ce village est surtout connue pour ses excursions à Islas Ballestas et à la réserve nationale de Paracas.

14
14
Publié le 30 octobre 2019

Huacachina est un oasis artificiel qui compte environ 115 habitants. L’oasis est surtout connu pour ses tours en buggy et le sandboarding dans les dunes (que nous beaucoup appréciés).

15
15
Publié le 30 octobre 2019

Étape à Nazca où nous avons pu admirer les Géoglyphes de Nazca. Appelés plus communément les lignes de Nazca, ce sont de grandes figures tracées sur le sol, souvent d’animaux stylisés ou des simples lignes longues de plusieurs kilomètres. Ces Géoglyphes découverts en 1927 proviennent de la culture pré-incas qui se développa entre 300 av. J.-C. et 800 de notre ère. Nous avons pu également profiter d’un joli coucher de soleil !

16
16
Publié le 8 novembre 2019

Comme vous avez pu le voir sur vos chaînes d’infos et par Laurent Delahousse, la Bolivie traverse une crise politique importante... Le président actuel, Evo Morales s’est proclamé vainqueur aux élections 2020/2024 dès le premier tour. C’est donc avec tristesse que nous sommes dans l’obligation de quitter le pays. En effet de nombreuses manifestations se déclarent et il devient dangereux de rester sur le territoire. Citoyens et policiers encerclent les villes, des tires résonnent tout au long de la journée et entre bombardements et grèves il est plus raisonnable de ne pas rester plus longtemps. De plus les supermarchés, les transports, etc. sont directement impacté. Par chance nous avons pu nous rendre dans les lieux les plus importants du pays mais nous n’avons pas eu la chance de visiter deux villes qui nous tenaient particulièrement à cœur : Potosi et Sucre. Ces deux villes sont impossibles d’accès : aucun bus ne s’y rend et les entrées/sorties très contrôlées. Également pour des raisons de sécurité, nous nous rendrons pas au Chili. Pour ceux qui ne le savent pas encore le pays a subit il y a quelques temps une hausse importante des prix des transports ce qui a révolté les habitants. Dans ce cas présent très peu de vols ne permettent l’accès aux pays, les métros et bus circulent mal et un couvre-feu rythme les journées des chiliens. C’est avec une immense tristesse que nous faisons une croix sur ce pays qui nous tenait très à cœur mais ne vous inquiétez pas le projet d’y aller prochainement trotte bien évidement déjà dans nos têtes.

Après ces deux mauvaises nouvelles (surtout pour nous, en revanche nos mamans sont RAVIES) voilà LA bonne nouvelle : nous allons passer la fin de notre voyage en Argentine !! Préparez vous à voir des photos au bord de piscines, en haut de glaciers, dans des cascades,... bref le rêve total !

Et pour finir en beauté : nous allons avoir le temps de nous remettre à jour dans notre carnet de voyages car les prochains jours riment avec (un peu) de repos. Kiss keur love.

17
17
Publié le 8 novembre 2019

Étape de quelques jours à Arequipa (deuxième plus grande ville du Pérou) le temps de recharger les batteries !

18
18
Publié le 8 novembre 2019

Pisac est le premier village de la Vallée Sacrée que nous avons visité. La Vallée Sacrée est un ensemble de villes et villages aux alentours de Cusco avec des vestiges et ruines Incas.

19
19
Publié le 8 novembre 2019

Ollantaytambo est le plus bel exemple préservé de l’urbanisme inca, et la plus authentique des destinations de la Vallée Sacrée - une imposante forteresse surplombe le village aux ruelles pavées, telle une sentinelle de pierre.

20
20
Publié le 8 novembre 2019

Cusco, perchée à 3300m d’altitude est entre les traditions andines ancestrales et le Pérou moderne. C’est l’ancienne capitale de l’Empire Inca. Nous y avons séjourné quelques jours et nous en avons profité pour vivre comme de vraies citadines péruviennes. Notre coup de cœur : le quartier San Blas !

21
21
Publié le 8 novembre 2019

Notre chemin vers le Machu Picchu :

Il est 8h du matin le dimanche 20 octobre à Cusco, il fait 5 degrés et il pleut. Petit-déjeuner avalé (dans le froid), nous laissons nos gros sacs à dos à la réception de l’auberge et nous partons en tenue de trek uniquement chargée de nos petits sacs. Tout d’abord il faut trouver le colectivo pour rejoindre Ollantaytambo (selon les indications lues sur internet). Après 1h d’attente dans le combi car « falta 3 personas » (non les transports péruviens ne sont pas comme les transports parisiens, le combi part seulement quand il est plein ... la vaine quand tu décides de faire ce genre de trajet un dimanche ...). Nous quittons la ville pour 2h de route. Arrivée à Ollantaytambo (ville de cœur pour Raphaëlle qui a dû voir un médecin en urgence quelques jours auparavant..), nous descendons du combi à la recherche d’un autre colectivo pour Hidroelectrica (point de départ pour Agua Calientes). Un policier nous indique très gentiellement que nous sommes dimanche et du coup pas de transport pour le Machu Picchu... la journée va être longue... Quelques minutes plus tard un combi passe et par miracle sa destination est la nôtre ! C’est parti pour 4h de combi. Nous entamons sans le savoir le plus beau trajet du pays avec une première partie de route qui monte jusqu’à 4700 m d’altitude traversant les montagnes et les saisons entre neiges éternelles et forêts. Le ciel est dégagé, les couleurs éclatent, on croit presque rêver ! Puis on passe à la deuxième partie du trajet : 2h en bord de précipice sur une route qui n’en est pas une : c’est un chemin de terre ..! Un peu perturbant pour l’une des routes les plus pratiquées du pays ! Encore là le Pérou nous offre un beau cadeau : la route est magnifique ! Après ces 6h de voiture nous voilà à Hidroelectrica. Nous empruntons l’unique sentier réservé aux marcheurs : la voie ferrée. Nous marchons pendant 10km au pied des montagnes plus impressionnantes les unes que les autres, il fait beau et bon. Nous arrivons enfin à Agua Calientes : village de départ pour le Machu Picchu. On s’installe dans notre chambre et on part dîner rapidement, il est à peine 18:30 mais le réveil est prévu très tôt.. après le dîner nous nous rendons à l’office de tourisme pour acheter notre ticket de bus pour monter au Macchu Picchu. Grâce à des conseils de backpackers on nous informe qu’il faut faire la queue à 4h40 donc sacs prêts à 20h et à 20h05 dodo.

Il est 4h15 et il fait nuit noir dans ce petit village péruvien, nous nous habillons et nous partons prendre notre bus. Le départ des bus se fait à 5h20 et nous arrivons à monter dans le 2e bus.

Nous sommes (enfin) à l’entrée du Machu Picchu, nous faisons le compte rapidement : nous sommes dans les 5 premières.

Pour la « petite histoire » ce lieu est visité par 2500 personnes par jour selon les dernières réglementations (parfois plus en haute saison malheureusement).

Il est 6h pile, le jour est à peine levé, les portes s’ouvrent et il est temps d’entrée dans le Saint Graal de tous les touristes venus visiter le Pérou. On réalise ? Non pas du tout !

Il est indiqué de se rendre tout d’abord aux différents points de vues pour les photos et profiter des ruines encore vides de monde.

On monte, on monte et là on le voit enfin, nous voilà au premier point de vue. Nous sommes bouches bées, aucune de nous ne parle, le regarde émerveillé devant ce spectacle .. on en a vu des photos sur les réseaux, internet, livres etc mais non rien ne rend ou ne rendra justice ce lieu ! Nous avons devant nous ce qui restera le plus beau monument que nous verrons de toute notre vie. Photos prises nous décidons de nous assoire face à « notre » merveille juste pour la regarder sans téléphone et sans bruit. Plus on regarde plus on hallucine : « il est 6h30 du matin le lundi 21 octobre 2019 et nous sommes au Machu Picchu ».

22
22
Publié le 9 novembre 2019

La Rainbow Mountain, Vinicunca en péruvien, se situe à 5200m d’altitude dans la région de Cusco au cœur de la cordillère des Andes. Son somptueux mélange de 7 couleurs offre un spectacle merveilleux. Non loin de là, se trouve « El Valle Rojo » montagnes maculées de rouges. Bien que touristique, nous en avons pris plein la vue !

23
23
Publié le 10 novembre 2019

Pour terminer notre séjour au Pérou, nous avons visité deux îles : Uros (ensemble d’Îles flottantes, miam miam) et Taquile. Grâce à notre rencontre avec ces différents peuples, nous avons pu en savoir plus sur leur cultures, leur façon de vivre, etc.

Bisous de nous le Pérou (en plus ça rime!)

24
24
Publié le 11 novembre 2019

Copacabana est un petit village de pêcheur connu pour sa « trucha » (truite) et c’est aussi la première ville de Bolivie que nous avons visité.

25
25
Publié le 11 novembre 2019

L’Isla del Sol est une île Bolivienne située sur le lac Titicaca où nous avons passé deux jours pour profiter des jolis points de vue et des couchers de soleil.

26
26
Publié le 11 novembre 2019

La Paz est la capitale administrative la plus haute du monde, 3500m d’altitude. Lors de notre séjour avons pu flâner dans la ville (malgré les manifestations), profiter d’un bon brunch et également faire un peu la fête. Mais surtout nous avons fait la Route de la Mort.

La Route de la Mort : la tête dans les nuages.

Qu’est ce que la Route de la Mort ? C’est 64km de descente dans un chemin sinueux entre cascades, pierres et précipice. Cette route est considérée comme la plus dangereuse au monde. Crée par des paraguayens qui souhaitaient quitter le pays, elle est devenue aujourd’hui exclusivement (à 95%) touristique.

Pour braver les dangers nous avons quitté notre auberge à 5h30 du matin (étant donner les manifestations) pour monter à 4700m d’altitude. A notre arrivée, nous prenons notre petit déjeuner sur une table bancale en bord de route sous la neige et nous enfilons nos combinaisons. L’un des guides (ils sont trois au total + deux voitures) nous donnes des règles de sécurité pour la première partie qui s’effectue sur la route. En effet entre camions et voitures il est vital de prendre nos précautions. Puis nous enjambons nos VTT et c’est parti pour 30 min de descente sur la route de montagne. La neige devient de la pluie et la vue se dégage. Après cette première descente nous allons au point de départ de la fameuse : « Ruta de la Muerte ». Petit rappel : nous sommes le 31 octobre, jolie coïncidence. Pour cette deuxième partie nous roulons sur un chemin de pierre absolument pas rassurant en revanche la vue est incroyable ! Lors de cette descente nous traversons les saisons. Même en bord de précipice nos yeux ne quittent presque pas l’horizon : les panoramas sont magnifiques ! Nous finissons ces 3h30 de descente épuisées mais ravies. Cerise sur le gâteau : la piscine et le buffet à l’arrivée à 1800m d’altitude ! Parfait combo avant d’enchaîner avec une soirée jusqu’au bout de la nuit à la Paz.

A nos papas qui aiment tant le vélo ...

27
27

Le 3 novembre, c’est le début de 4 jours d’excursions dans le Salar d’Uyuni avec Palermo (notre super guide et chauffeur Bolivien), Licet (notre cuisinière qui nous a gentillement préparé des options veggies tout au long du voyage), Clément et Alizée (un couple de français avec qui nous avons partagé cette super aventure!)

28
28
29
29
30
30

1200, 1200 c’est un chiffre clef ! Pourquoi ? C’est le nombre de km que nous avons fait en 4 jours. La raison ? Le Salar d’Uyuni bien sûr ..

Mais avant d’y arriver nous avons traversé une faune et flore d’une richesse indescriptible. Entre montagnes, lagunes, déserts de sable, flamants roses, lamas,.. la liste est longue. Et même après en avoir pris plein les yeux dans nos précédentes excursions nous arrivons encore à être fascinées et émerveillées !

Le 3e jours nous arrivons à l‘Hôtel de Sel (pas besoin de vous expliquer en quoi cet hôtel est fait). Les sacs à dos sont déposés dans les chambres, les douches sont prises pour les plus pressés. Après avoir bu un thé et mangé quelques gâteaux, Palermo, notre guide, nous presse pour rejoindre notre jeep afin de voir le coucher du soleil (« passion coucher de soleil »). Avec le couple de français qui nous accompagne pour ce séjour, nous embarquons dans la voiture et 15 min après nous y voilà ! Merci à chacun pour vos photos sur Instagram, vos montages, vos effets et trompes l’œil, merci de nous avoir montré qu’une infime partie de ce qu’est ce désert de sel... c’est une claque, une gifle, mince mais c’est incroyable : nous sommes au milieu de nulle part dans des km de sel (12500 km2 pour être exacte). Le ciel est en feu, le panorama est à couper le souffle car improbable. Palermo veut finir cette journée en beauté et décide donc de déboucher une bouteille de vin rouge au milieu du Salar. Oui c’est improbable et non jamais nous aurions pu parier qu’un jour nous lèverons notre verre dans un désert de sel (Done!)

Nous trinquons à ce pays que nous avons beaucoup aimé et que nous quittons pour des raisons de sécurité. Merci de nous avoir fait rêver la Bolivie, promis nous te raconterons à nos enfants !

31
31
Publié le 12 décembre 2019
32
32
Publié le 12 décembre 2019

La région de Mendoza réunit deux éléments emblématiques de l’Argentine : les Andes et le vin ! La ville elle-même est animée, cosmopolite et compte d’innombrables domaines viticoles. À côté de Mendoza, se trouve Maipù et c’est dans cette ville qu’a vécu une partie de la famille de Manou, la grand-mère maternelle d’Inès. Les grands parents de Manou avaient des domaines viticoles à Elne en Catalogne mais dans les années 1882, le Phylloxera a attaqué toutes les vignes du Roussillon. À cette époque là, l’Argentine offrait des terres aux viticulteurs à conditions d’y venir pour cultiver la terre et en faire des domaines viticoles. Ainsi, les grands parents de Manou, comme beaucoup d’autres familles Catalanes, sont partis en Argentine, à Maipù. Jean Commes, le papa de Manou, soit l’arrière grand-père d’Inès, est né et a grandit en Argentine jusqu’à ses 15 ans avant de rentrer en France.

Mendoza a été un vrai coup de cœur pour toutes les deux, à tel point que nous avons prolongé notre séjour pour y rester 6 nuits (record depuis le début du roadtrip) ! Nous logions dans un super Hostel (Gorila Hostel) en plein centre ville. Nous en avons profité pour vivre telles de vraies citadines (restau, brunch, shopping, coiffeur...), nous avons passé une journée à vélo où nous avons visité 4 bodegas (vignobles) différents et dégusté du vin argentin, bien évidement nous nous sommes rendues à Maipù et nous avons aussi passé du temps dans notre hostel qui était une « vraie maison » où nous avons rencontré des personnes très sympas, que nous avons retrouvé plus tard dans notre voyage.

33
33
Publié le 12 décembre 2019

Bariloche est entourée de montagnes enneigées et de superbes lacs. La ville est également connues pour ses nombreuses chocolateries et cervecería (brasseries locales). Pendant notre séjour nous en avons donc profité pour déguster de bonnes bières et du bon chocolat noir mais aussi pour faire de la randonnée (Refugio Frey et Cerro Campanario) et nous balader dans les parcs nationaux aux alentours.

Nous avons particulièrement apprécié notre fin d’après-midi à la cervecería Patagonia, où nous avons savouré quelques bières face à un paysage incroyable au cœur du Parque Nacional Nahuel Huapi. Avant de continuer notre traversée de la Patagonie (en direction du sud de Argentine) nous avons loué une voiture avec un couple de français Inès & Thibaut (rencontré à Mendoza), pour faire la Ruta de los 7 Lagos (route des 7 lacs).

34
34
Publié le 19 décembre 2019

El Chalten est un petit village donnant sur le splendide secteur nord du Parque Nacional Los Glaciares. Avec ses nombreux itinéraires de randonnées, le village accueil chaque année des milliers de grimpeurs et randonneurs.

Pendant notre séjour nous avons logé à la Comarca, un Hostel pour les « vrais backpackeurs » : un des moins chers, simple, efficace, hébergeant majoritairement des jeunes, qui sont là pour la randonnée plutôt de haut niveau.

Ce village est comparable à un village de station ski version randonnée. Tous les matins, les randonneurs se préparent, enfilent leurs chaussures de marche, prennent un copieux petit déjeuner et préparent leur déjeuner à emporter. Pendant la journée la ville est plutôt déserte, tout le monde est parti randonner. Vers 17h, elle se remplie de nouveau peu à peu ainsi que les terrasses ensoleillées des nombreux bars, où les randonneurs savourent une bière bien méritée après 20 km de trek! À 22h, après un bon dîner, le village retrouve son calme, il faut être en forme pour la rando du lendemain..

Nous avons beaucoup aimé l’ambiance d’El Chalten, et fait plusieurs magnifiques randonnées : mirador de los cóndores, mirador de los águilas, cerro torre et bien-sûr le fameux cerro Fitz Roy ! C’est sans doute la randonnée la plus mythique et la plus belle d’Argentine. On prévoit 4 heures de randonnée pour effectuer 10km (aller) tout en sachant que le dernier km se fait en 1 heure dû au dénivelé très important (et il est préférable de s’aider de ses mains pour atteindre l’arrivée) !

PS: toujours en forme et d’attaque nous avons pu profiter au bout de 2h45 (seulement!) d’un déjeuner avec vue à l’arrivée.

35
35
Publié le 20 décembre 2019

Nous nous sommes arrêtées à El Calafate pour nous rendre dans la partie sud du parc Los Glaciares : au Perito Moreno.

Ce glacier est l’un des 3 seuls de Patagonie qui n’est pas en recul mais qui au contraire croît. En effet celui-ci avance de 2 mètres chaque jour (et environ 700 mètres par an). Son épaisseur peut atteindre les 700 mètres et il fait environ 5000 mètres de longueur. C’est réellement un incontournable du pays.

36
36
Publié le 20 décembre 2019

Nous nous sommes rendues quelques jours au Chili pour visiter le fameux parc : Torres del Paine. Ce parc naturel est réputé pour deux randonnées : le O (trek de 10 jours) et le W (trek de 4 jours - see you l’année prochaine ...). Il est également connu pour ses lacs immenses, ses icebergs bleu clair et sa végétation. Nous avons fait le trek de Las Torres le premier jour puis le lendemain nous nous sommes rendues aux miradors et lacs les plus réputés du parc national. Nous avons énormément apprécié ces quelques jours au Chili et nous reviendrons dans les prochaines années !

37
37
Publié le 22 décembre 2019

Bienvenue au bout du monde !

38
38
Publié le 22 décembre 2019

Après le froid d’Ushuaia, nous avons pris un vol en direction Cordoba, où nous sommes arrivées pendant la canicule (40 degrés) ! Cordoba est la deuxième ville du pays. Pendant ces quelques jours au soleil nous en avons profité pour visiter le centre ville et nous reposer. Nous avons logé dans un « hostel familial » (très courant en Argentine), c’est à dire une auberge de jeunesse tenue par une famille qui y habite elle aussi.. avec enfants, parents, et grands-parents !

39
39
Publié le 23 décembre 2019

Les chutes d’Iguazú comptent parmi les sites les plus spectaculaires de la planète. Elles sont, tout simplement, extraordinaires. La taille, la puissance et le grondement des centaines de cataractes qui s’étendent sur près de 3 km laissent un souvenir inoubliable. Les chutes sont situées entre le Brésil et l’Argentine, dans un vaste parc national essentiellement composé de forêt tropicale recelant une flore et une faune uniques. Elles sont facilement accessibles depuis les deux côtés de la frontière.

40
40
Publié le 29 décembre 2019

Nous avons passé une semaine de « vacances » bien méritée à Pinamar, station balnéaire à 5 heures de Buenos Aires. Au programme : repos, plage, sport, balade, vélo et c’est aussi ici que nous avons fêté Noël !

Très belle fin d’année 2019 à tous nos fans ! Bisous de nous 🎉

41
41
Publié le 21 janvier 2020

Avec un peu de retard voici la dernière étape de notre road trip : Buenos Aires ! Ville que nous avons toutes les deux beaucoup appréciée, en particulier le quartier de Palermo où nous avons séjourné et fêté le nouvel an. Nous avons pris notre vol retour (Raphaëlle pour Paris et Inès pour Lyon) le 1er janvier 2020 en grande forme !

Merci à tous et à toutes d’avoir suivi nos aventures sur Mochila et Playa ! Et un dernier post arrivera d’ici quelques semaines avec une vidéo exclusive sur les moments forts du voyage !! À bientôt et kiss keur love à tous nos fans.