× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
Par Harya
Des siècles d'Histoire à travers des villes emblématiques, je vous emmène découvrir les merveilles de l'Italie...
Mai 2017
9 jours
Partager ce carnet de voyage
J2

Ma sœur et moi avons décidé de faire un voyage ensemble et après de multiples destinations envisagées (Pays-Bas, Autriche, Belgique...), notre choix s'est porté sur l'Italie ! Mais, avides de découvertes et de visites, nous avons jeté notre dévolu sur plusieurs villes à la fois, autant voir le maximum de choses ! Nous avons donc choisi de commencer par Naples et ses environs, puis de remonter en Terres Toscanes et enfin de finir par Rome. Ce petit reportage survole nos aventures...suivez-moi et je vous raconte !

Commençons par les environs de Naples...

Première étape de ce voyage : découvrir Pompéi au pied de l'imposant Vésuve ; nous empruntons donc, au départ de Naples, le Circumvesuviana, un train qui nous emmène à l'entrée même du site.

Pompéi c'est 45 hectares de ruines archéologiques et 20 autres qui n'ont pas encore été fouillés, c'est une ville divisée en regiones (quartiers) et insulae (îlots), c'est un patrimoine exceptionnel regroupant architectures, sculptures, peintures, mosaïques, mais c'est surtout une histoire dramatique mondialement connue.

Le 24 Août 79, l'éruption du Vésuve recouvrit Pompéi de cendres et de lapilli, emportant sur son passage les quelques 15 000 habitants que comptaient la ville. Sa redécouverte n'eut lieu qu'au XVIe siècle mais l'exploration du site ne commença qu'en 1748 avec le roi de Naples Charles III de Bourbon. Pompéi a fait l'objet de nombreux chantiers de restauration qui nous permet aujourd'hui d'admirer des merveilles de l'Antiquité.

Nous avons passé presque 5 heures dans les dédales de rues pavées, à visiter les maisons des aristocrates de l'époque, à entrer dans les échoppes des commerçants, à s'imaginer les gestes quotidiens de ces habitants.

C'est une site remarquable qui ravira les passionnés d'Histoire, captivera les curieux et impressionnera les artistes.

Le billet d'entrée coûte moins de 15 euros, et vous pouvez y rester la journée si vous le souhaitez. Je vous conseille vivement de visiter Pompéi si vous êtes dans la région de Naples, le train permettant d'y accéder très facilement. De plus, si vous souhaitez monter jusqu'au Vésuve, des bus touristiques partent de l'entrée de Pompéi même, mais le billet étant relativement cher, nous avons préféré visiter le musée archéologique de Naples, qui présente tout les objets retrouvés à Pompéi...histoire de rester dans le thème !

J3

Capri est bien plus qu'une île, c'est une véritable perle au beau milieu d'une mer azure et elle a été pour moi, un vrai coup de cœur.

Pour la rejoindre, il suffit d'emprunter le ferry sur le port de Naples. Au loin, difficile de repérer Capri parmi toutes ces îles du Golfe, pas moins d'une heure de navigation est nécessaire pour l'atteindre. Lorsque nous nous approchons, nous découvrons ce petit bout de terre de seulement 10km2, surmonté par le Monte Solaro qui culmine à 590 mètres d'altitude.

Nous accostons à Marina Grande, le port de la ville de Capri. A peine avons-nous débarqué que nous empruntons le petit funiculaire pour rejoindre les hauteurs de la ville ; de là, la vue est splendide.

Sur les hauteurs de Capri

Nous décidons de suivre notre instinct pour visiter l'île. Nous commençons par nous faufiler dans de petites ruelles bordées de villas blanches, toutes plus belles les unes que les autres. La balade est agrémentée d'un doux parfum d'agrumes puisque les citronniers font, ici, partie du paysage.

Au détour d'un sentier, nous croisons un vieil italien qui nous indique une pinède où parai-il, la vue est magnifique. Nous ne sommes pas déçues, nous arrivons sur un promontoire rocheux surplombant des criques bordées d'une eau turquoise, un vrai paysage de carte postale.

En reprenant notre chemin, nous arrivons à la Villa Jovis, construite par l'empereur romain Tibère, mais elle n'est pas la seule villa romaine à Capri, puisqu'elle en compte une douzaine ! De là, par un sentier escarpé, nous rejoignons la Villa Lysis qui date du début du vingtième siècle et appartenait au baron Jacques d’Adelswärd-Fersen. Ses jardins offrent une vue plongeante sur Marina Grande.

Crique près de la Villa Jovis - Jardins de la Villa Lysis - Sommet du Monte Solaro 

Le temps de midi, nos rejoignons la ville de Capri et la cohue sur la Place Umberto Ier. Les touristes se réunissent ici pour faire leurs achats dans les boutiques de luxe.

Malgré le monde qui envahit ces "piazettas" et ces petites ruelles, il règne ici une douceur de vivre, une lumière particulière, une ambiance typiquement méditerranéenne. Une envie de poser ses valises et de prendre le temps de vivre.

Nous rejoignons ensuite l'autre partie de l'île en empruntant un minibus qui nous conduit jusqu'à Anacapri, beaucoup plus calme, plus populaire aussi. C'est dans cette petite ville que nous avons emprunté un télésiège une place pour atteindre le point culminant de l'île : le Monte Solaro. Ce fût un vrai moment de détente et d'amusement ! Au sommet, la vue sur le Golfe de Naples est magnifique...nous restons un moment à contempler et profiter du moment.

Nous avons vraiment adoré nous balader sur cette île, mais pour en profiter encore plus, je vous conseille d'y passer au moins une nuit, même si l'hébergement sur place est cher, le soir l'île se vide de ses touristes et l’ambiance est toute autre, à tester donc !

J3

Notre B&B était situé aux abords de Spaccanapoli, la rue principale du centre historique de Naples, dont le nom signifie qu'elle divise la ville entre le nord et le sud. Le soir, une ambiance particulière règne dans cette longue rue pavée où se mêlent napolitains et touristes, tous venus se retrouver pour boire un verre ou déguster les fameuses pizzas Di Matteo rendues célèbres par Bill Clinton.

Pour passer une bonne nuit à prix raisonnable dans le quartier historique, rendez-vous au B&B San Gaetano Bed : très propre, tout le confort nécessaire et propriétaires sympathiques !

http://www.sangaetanobed.com/

Après une nuit reposante, nous partons de bon matin rejoindre la Castel Nuovo qui domine la ville. Cette forteresse a été construite par Charles Ier d'Anjou en 1282, pour représenter le royaume de Naples, et offre une vue imprenable sur la ville et le Vésuve juste derrière.

Vue sur Naples et le Vésuve 

De là, nous entamons la descente à pied pour rejoindre le quartier Spagnoli, construit au XVIe siècle pour accueillir les garnisons militaires espagnoles, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO et connu pour ses ruelles étroites avec le linge suspendu aux fenêtres.

Nous rejoignons ensuite les avenues commerçantes de Naples, non loin de là, nous avons accès au bord de mer qui est un peu décevant, seule la vue sur la baie et ses îles nous réconforte à l'idée d'avoir traversé toute la ville pour venir jusqu'ici. Mais ce qui nous a le plus marqué à Naples, c'est cette étrange visite que nous avons faites en début de soirée...la ville souterraine. Nous avons rejoins notre quartier de Spaccanapoli pour descendre sous les immeubles et atteindre les constructions romaines : un aqueduc et des citernes pour alimenter la ville en eau. Chaque quartier avait sa citerne mais les maisons les plus riches disposaient de leur propre citerne. Les puiseurs d'eau montaient et descendaient en prenant appui sur des entailles taillées dans le tuf. Pendant la seconde guerre mondiale, ces souterrains servaient d'abris à la population, puis dès la fin du 19ème siècle, ils devinrent la déchetterie des Napolitains et aujourd'hui encore nous marchons sur des mètres de détritus qui ont été tassés et qui ne laissent même pas deviner sur quoi nous déambulons.

La deuxième partie de la visite est tout aussi surprenante, notre guide nous emmène dans une vieille maison Napolitaine dont le lit de l'ancien propriétaire dissimule une trappe nous permettant d'atteindre la cave de la maison et où devinez ce qui s'y trouve...les vestiges d'un théâtre romain : les habitations actuelles sont construites sur ce théâtre où, paraît-il, Néron chanta il y a 2000 ans. Ainsi, nous marchons dans cet amphithéâtre avec des fenêtres d’habitations actuelles d'ici et là, le couloir d'un hôtel qui traverse l'édifice et enfin nous ressortons dans une petite cour décorée de la spécialité napolitaine : le linge pendu aux fenêtres.

Vestiges de l'amphithéâtre / Les immeubles construits sur l'amphithéâtre / Les puis permettant de remonter l'eau des citernes

Naples peut surprendre à première vue, c'est une ville relativement sale et nous arrivons même à nous demander comment certains immeubles tiennent encore debout. Pour le petite anecdote, c'est la mafia Napolitaine qui est responsable de la gestion des déchets : La Camorra.

Malgré cela, Naples vaut largement le détour, alors prenez le temps de vous y attarder et vous tomberez sous le charme que cache cette ville.

J4àJ6

Florence est le bijou de la Toscane et est souvent décrite comme "un musée à ciel ouvert", car à Florence, des merveilles il y en a à chaque coin de rue ! C'est une petite ville dont les point d'intérêts se concentrent dans le centre historique. Si Florence est si riche d’œuvres d'art, c'est parce que son passé en a fait une ville hors du commun : capitale de Royaume d'Italie entre 1865 et 1870, berceau de la Renaissance en Italie et résidence de la famille des Médicis. Fondée au Ier siècle avant JC par Jules César, Florence est aujourd'hui inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Mais pour commencer, reprenons l'histoire de cette famille qui a fortement contribué au patrimoine Florentin. L'histoire débuta avec Jean de Médicis (1360-1429) dit "De Bicci". Ce marchand fonda une banque dont l'essor fût tel que les Médicis devinrent la famille la plus puissante de la ville. Son fils, Côme l'ancien, fît prospérer l'entreprise (industrie de la laine et de la soie, commerce, activités bancaires). Il exerça discrètement un véritable pouvoir politique et embellit la ville par la construction de nombreux édifices, on peut d'ailleurs lire sur sa tombe, le surnom 'Pater Patriae", Père de la Patrie. Son petit-fils, Laurent le Magnifique (1149-1492), régna comme un Prince sur Florence, mais délaissa l'entreprise familiale menant l'empire financier des Médicis à la ruine. Amoureux des lettres et des arts, il s'entoura d'artistes qui fit de Florence la capitale de la première Renaissance. Cette famille décida du sort de la ville du XIV au XVIIIe siècle et laissa donc une emprunte colossale sur Florence.

Vue sur Florence, depuis le Campanile

Le complexe du Duomo

Ce complexe, recouvert de marbres polychromes, qui forme le cœur artistique de Florence comprend le Duomo, la Campanile et le Baptistère. Le billet d'entrée comprend donc la visite des 3 édifices (15 euros). Nous avons aussi réservé notre horaire pour monter à la coupole du Duomo, car sinon cela relève de mission impossible !

Le complexe du Duomo 

Le Duomo est la Cathédrale de Florence, construite entre le 13e et le 14e siècle pour répondre à la grandeur de la ville. Pour atteindre la coupole, il faut emprunter d'étroits couloirs et escaliers, où la circulation est à double sens, je vous laisse donc imaginer le trafic aux heures de pointe ! Mais monter tout là-haut vaut largement le détour : d'un diamètre de 50m, la coupole est recouverte de fresques réalisées par Filippo Brunelleschi en pas moins de 14 ans... L’architecte n’utilisa aucun échafaudage, mais un système de poulies capable de hisser jusqu’à 7 tonnes de matériel. L’église a été consacrée en 1436 par le pape Eugène IV.

Couloirs et escaliers pour atteindre la Coupole 

La galerie des Offices

C'est un incontournable de Florence, les amateurs de peinture seront à leur aise puisqu'ils pourront découvrir des œuvres du XIIIe jusqu'au XVIIIe siècle et admirer le talent de grands artistes : Botticelli, Leonardo Da Vinci, Michelangelo, Raffaello, Caravaggio...bref, un vrai condensé d'art à l'italienne !

La galerie occupe le dernier étage des Offices, c'est-à-dire les bureaux administratifs de la famille des Médicis.


Extérieurs et intérieurs de la Galerie des Offices

Si vous n'êtes pas amateur d'art, il serait quand même dommage de ne pas visiter cette galerie, car c'est la plus importante d'Italie et l'une des plus connues au monde, et les œuvres sont de telles beautés qu'il est fort possible que vous ne demeuriez pas insensibles !

Le Palais Pitti

Ce palais abrite la galerie Palatine qui renferme une collection de peintures dont des œuvres de Raphaël et du Titien. Personnellement, la Galerie des Offices m'a largement suffit ! Je conseille cette galerie pour les amateurs d'art, cependant le Palais est richement décoré et vaut donc le détour. Vous avez aussi la possibilité de visiter les jardins qui abrite le musée de la porcelaine.

Si vous vous rendez au Palais Pitti, profitez-en pour flâner dans les rues qui abrite de nombreuses boutiques typiques : vous y trouverez notamment du cuir et du papiers à lettre, deux spécialités de Florence.

Les Chapelles des Médicis

Elles regroupent les tombeaux des membres de la famille des Médicis. La nouvelle sacristie est la première œuvre d'architecture de Michel-Ange qu'il n'a pu terminer, puisqu'il s'est rendu à Rome pour exercer ses talents dans le dôme de la Basilique Saint Pierre et dans la Chapelle Sixtine. La Cappella Dei Principi est impressionnante, elle est recouverte de marbres polychromes entourant les tombeaux imposants des membres de la famille.

La visite de cet ensemble vaut le détour, c'est une merveille de plus dans cette ville pleine de trésors.

Le Ponte Vecchio

C'est le Pont emblématique de Florence qui relie les rives de l'Arno. Ses arcades sont occupées par des bijoutiers et des orfèvres pour le plus grand plaisir des yeux, c'est le moment de sortir la carte bleue !!

Le Ponte Vecchio et ses nombreux orfèvres 

La Farmacia Santa Maria Novella

Cette pharmacie date du XVIIe siècle et a été ouverte par des moines dominicains qui à l'origine exploitaient un jardin de plantes médicinales qui servait pour leur propre usage. Mais la renommée de leurs préparations fût telle qu'ils ouvrirent cette pharmacie au public en 1612. On pouvait aussi y trouver des fragrances dont l'une d'elle : "l'Eau de la Reine", utilisée par Catherine de Médicis, transforma cette pharmacie en institution. Aujourd'hui encore vous pourrez trouver ce parfum sur les rayons de cet endroit atypique où tout sent si bon ! Entrée gratuite sans obligation d'achat !

Les intérieurs de la Farmacia Santa Maria Novella 

Mais aussi...

Les gourmands devraient profiter de cette petite escapade à Florence pour déguster de vraies glaces italiennes dignes de ce nom ! Plus qu'une simple glace, dégustez un vrai dessert glacé : biscuits, fruits ou chocolat noir fondant viennent recouvrir la glace pour vous offrir 1000 plaisirs ! Attention toutefois, ce petit extra à un prix : jusqu'à une dizaine d'euros !

Bien évidemment cette petite liste de choses à ne pas manquer à Florence n'est pas exhaustive, il y a tant à voir ! Vous pouvez compter 4 jours pour faire le tour de la ville sans se presser, le mieux est d'espacer les visites des galeries d'art pour en profiter pleinement et éviter l'overdose !

Pour un bon dîner, régalez-vous à la Trattoria Anita ! Plats excellents et service impeccable, mais pensez à réserver

https://www.tripadvisor.fr/Restaurant_Review-g187895-d1510081-Reviews-Trattoria_Anita-Florence_Tuscany.html

J7

Le Vatican s'étend sur 44 hectares en plein cœur de Rome, c'est l'état indépendant le plus petit au monde ; il ne compte que 800 personnes dont seules 450 jouissent de la citoyenneté vaticane, les autres étant seulement autorisées à résider dans l'état.

L'état de la cité du Vatican est assez récent ; il a été créé avec les accords de Latran, signés en 1929 par le Saint Siège et l'Italie, qui en ont fait un organisme souverain de droit public international. Le gouvernement est une monarchie absolue, avec comme chez d'état le Souverain Pontife.

Cité du Vatican

Pour profiter pleinement du Musée du Vatican, nous avons choisi la visite nocturne. Mais avant cela, nous prenons la longue file d'attente pour entrer dans la Basilique Saint Pierre.

Pourquoi La Basilique s'appelle t-elle Saint Pierre ? En 64 après J.C, l'empereur Néron ordonna une grande persécution contre les Chrétiens et fit crucifié et déposé en face de son palais, un martyre du nom de Pierre. En 313 après J.C, l'édit de Milan permit aux Chrétiens de pratiquer leur religion, ils firent alors construire leurs édifices de culte, dont la Basilique Saint Pierre en 324, qui devait englober le tombeau de Saint Pierre.

Intérieur de la Basilique Saint Pierre - La Garde Suisse

La Basilique est impressionnante par sa taille (elle peut accueillir 20 000 fidèles) et par la richesse de son intérieur ; marbres polychromes au sol, portes en bronze, œuvres d'art : la célèbre Pietà de Michel Ange, la coupole, aussi conçue par ce dernier, et tant d'autres...

Place Saint Pierre - Vatican 

Nous avons donc choisi la visite nocturne du Musée du Vatican pour 2 raisons : d'abord éviter la foule en pleine journée et ensuite autant utiliser les soirées pour visiter, cela nous permit de visiter plus de choses durant ce séjour à Rome. Les visites nocturnes n'ont lieu que le Vendredi soir et il est indispensable de réserver son billet à l'avance sur le site du musée directement. Nous sommes donc dans la file, en attendant que les portes s'ouvrent à 19h. Après avoir récupérer nos audioguides, nous entrons dans l'enceinte du bâtiment et avons l'occasion de profiter des extérieurs très agréables sous le soleil couchant d'une belle soirée.

Ce musée est très riche puisqu'il regroupe toutes les collections acquises par les différents Papes au fil des siècles. A chaque changement de salle, ce sont donc des yeux écarquillés devant tant de splendeurs aussi bien dans les œuvres exposées que dans l'architecture des lieux.

Musée du Vatican

Le grand avantage de cette visite nocturne est aussi de pouvoir admirer la Chapelle Sixtine en prenant son temps, car comme vous pouvez l'imaginer, tout le monde veut pouvoir contempler la voûte, illustrant la Bible, peinte par Michel-Ange de 1508 à 1512 et qu'il ne faut, sous aucun prétexte, manquer !

J7àJ10

Rome est construite sur 7 collines constituant un condensé d'histoire qui nous fait traverser les siècles.

Rome ne s'est pas faite en un jour, et elle ne se visite pas en un jour non plus ! Comptez-en 3 ou 4 pour avoir un réel aperçu des beautés de la ville.

Le parc Borghèse

Ayant une envie de calme et de verdure, nous avons débuté la visite de Rome par le parc Borghèse dont la traversée nous a permis de contempler la Villa Medicis abritant l'Académie de France qui accueille aujourd'hui une vingtaine d'artistes de toutes les disciplines. Puis, nous avons emprunté le sentier qui mène jusqu'à l'église de la Trinité des Monts, propriété française, puis les escaliers descendant dans la ville basse.

Parc Borghèse 

Le Colisée

C'est LE monument emblématique de Rome ; chef d’œuvre d'architecture antique datant de l'an 80. Il constituait un espace où les Romains se retrouvaient pour assister à leurs spectacles favoris : combats de gladiateurs, de condamnés à mort ou animaliers. Gravement blessé, un gladiateur pouvait remettre son sort au public ou à l'empereur lui-même et espérer la grâce d'un pouce levé. Se déroulaient aussi des joutes nautiques, pour cela les souterrains de l'édifice étaient remplis d'eau pour simuler un combat maritime. Le Colisée fût inauguré par Titus avec des jeux qui durèrent trois mois et coûtèrent la vie à 2000 gladiateurs et 9000 bêtes.

Le Colisée 

Pour bien comprendre le fonctionnement de cet espace de spectacles, assistez à la visite guidée ou munissez-vous d'un livre explicatif (en vente dans la librairie du Colisée même), vous y trouverez notamment des photos de l'actuel Colisée et une représentation de ce qu'il était à l'époque, ce qui vous permettra de réellement vous projeter dans le temps.

Le Forum et le Palatin

Le Forum était le cœur politique, commercial et judiciaire de Rome. Aujourd'hui encore de nombreux vestiges témoignent de l'activité qui y régnait : colonnes, temples, arcs de triomphe, constructions en tout genre qui vous permettront de faire un bond dans le passé. Quant au Palatin, c'était un lieu de résidence où séjournèrent 6 empereurs. Comptez 3 heures de visite pour faire le tour de l'ensemble. Ayant visité Pompéi en long, en large et en travers quelques jours avant, j'avoue ne pas m'être attardée sur les explications du fonctionnement de cet ensemble...Mais malgré cela, la visite vaut largement le coup, au moins pour le plaisir des yeux !

L'un des monuments du Forum

La Fontaine de Trévi

Cette majestueuse fontaine baroque fût conçue en 1732, à la demande du Pape Clément XII. Elle paraît très imposante sur cette petite place où se retrouve la foule pour jeter sa petite pièce dans l'eau en guise de porte bonheur.

La Fontaine de Trévi 


Le Panthéon

C'est l'empereur Hadrien qui lui donna sa forme actuelle (118-125). Il était le temple de tous les Dieux, mais devint au Moyen-Âge une église qui représente l'un des symboles de Rome. Ce qui fait sa caractéristique est l'oculus présent en son centre : une ouverture circulaire constituant la seule source de lumière de l'édifice. Et petite anecdote, au moment de notre visite, la pluie s'abattait sur Rome et pénétrait donc par l'oculus, ce qui produisait un drôle d'effet ! Le Panthéon renferme les tombeaux de nombreux rois d'Italie, mais aussi de l'artiste Raphaël.

Le Panthéon 

Le quartier du Trastevere

C'est mon gros coup de cœur à Rome. Nous avons visité ce quartier en fin d'après-midi, au moment où les Romains s’assoient en terrasse pour prendre une verre et où les premiers dîners sont servis. Il y règne une ambiance festive avec de nombreux musiciens au coin des rues et les boutiques restent ouvertes jusque tard dans la soirée.

Nous avons savouré un bon plat de pâtes dans une ancienne église aménagée en restaurant et nous n'avons pas été déçue ! Cuisine délicieuse et endroit atypique, rendez-vous à la Canonica !

https://www.tripadvisor.fr/Restaurant_Review-g187791-d1034617-Reviews-La_Canonica-Rome_Lazio.html

Mais aussi...

Rome est une capitale mais son centre historique peut facilement se visiter à pied si vous aimez marcher. De nombreuses autres églises et musées sont à visiter...alors allez-y, vous serez conquis !

Le dôme de la Basilique Saint Pierre  

En conclusion de ce voyage en Italie, nous avons effectué ce périple en 9 jours, le programme était dense mais nous a quand même laissé du temps pour profiter pleinement des visites et flâner lorsque l'envie nous en prenait. Nous avons pris un vol aller-retour Lyon-Rome pour 120 euros environ. Pour nous déplacer dans le pays, nous avons opté pour un pass Interrail (100 euros) qui a l'avantage de nous permettre de prendre le train à volonté pendant un nombre de jours défini sur un mois, mais aux dates que nous voulions. Le réseau ferroviaire est de très bonne qualité en Italie et pendre ce type de transport permet d'arriver directement dans le centre des villes en s'affranchissant du problème de parking ou de circulation. Naples et Rome sont dotées d'un réseau de métro, il n'y a donc aucun problème pour se déplacer, quant à Florence, tout se fait à pieds !

A bientôt pour de prochaines aventures...